Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager

Vidéo transcription

Le Cheik Blanc

Une jeune mariée profite de son voyage de noce à Rome, ou vit la famille de son mari, pour rencontrer son idole le Cheik blanc, héros du roman-photo qu’elle lit assidument.



Réalisateur: Federico Fellini
Acteurs: Brunella Bovo, Leopoldo Trieste, Alberto Sordi
Année de production: 1952

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Le CHEIK BLANC est un film en langue originale italienne, sous-titré en français. Ce document rapporte les sous-titres français.


Début film


Un homme vêtu de blanc est assis sur un cheval au milieu du désert.


Titre :
Le Cheik blanc


Générique d'ouverture


Un train file dans la ville de ROME. IVAN CAVALLI sort la tête par la fenêtre de sa cabine pour admirer la ville.


IVAN

Rome!


Le train entre en gare. Des gens attendent sur le quai et les passagers s'empressent de descendre.


IVAN sort en tenant une valise.


IVAN

Porteurs! Porteurs!

Porteur!


IVAN

(S'adressant aux porteurs.)

Faites attention! Brutes.


WANDA, l'épouse d'IVAN est toujours à bord du train.


IVAN

Wanda, les valises!

Passe-moi d'abord les cartons

à chapeaux.


WANDA passe les bagages par la fenêtre de la cabine, le quai étant très engorgé de voyageurs et de porteurs.


IVAN

Passe-moi la valise, lentement.

Ne l'abîme pas.

(Donnant la valise au porteur)

Posez-la doucement, c'est fragile.

Restez-là.

(S'adressant à WANDA)

Descends par là.


WANDA

J'arrive.


IVAN rejoint WANDA à la porte du wagon et l'aide à descendre sur le quai.


IVAN

Viens, chérie.

Attention, ne tombe pas!


Plus tard, le couple se retrouve assis dans une calèche.


COCHER

Où ça?


IVAN

À l'Hôtel des Fleurs.


COCHER

L'Hôtel des fleurs.


Le cocher donne quelques ordres à son cheval en italien.


La calèche traverse Rome.


À la réception de l'Hôtel des Fleurs, le tenancier vérifie les identités du couple.


TENANCIER

Cavoli?


IVAN

Non. Cavalli.

Cavalli Ivan.


TENANCIER

Et madame?


IVAN

Wanda, née Giardino,

épouse Cavalli.


Le tenancier, satisfait, prend une clé et la tend au porteur de bagages.


TENANCIER

Une chambre double au 3e.

(S'adressant à IVAN)

Voulez-vous une carte postale?


IVAN

Non.

Je dois d'abord téléphoner.


TENANCIER

Là-bas, c'est 15 lires.


IVAN

(S'adressant à WANDA)

Je vais appeler nos oncles.


IVAN paie les 15 lires au tenancier. Puis, IVAN et WANDA s'éloignent vers le téléphone.


IVAN parle au téléphone.


IVAN

C'est moi, Ivan!

À l'instant.

Et je te téléphone aussitôt.

(Ricane)

Oui, avec ma femme.

Elle est impatiente de te connaître.


Le porteur se dirige vers l'ascenseur avec les bagages des Cavalli. WANDA l'aperçoit et le suit.


IVAN

(Parlant au téléphone)

Je vais te la passer.

Elle a hâte de te saluer

et te remercier.

(Appelant Wanda)

Wanda...


IVAN remarque WANDA derrière la grille de l'ascenseur


IVAN

Wanda?


Le porteur de bagages de l'hôtel ouvre les volets de la chambre. WANDA s'approche de la fenêtre qui offre une magnifique vue de Rome.


WANDA

(S'adressant au porteur)

S'il vous plaît...


PORTEUR DE L'HÔTEL

Ah! C'est en face.

Vous pouvez passer par là.


Le porteur s'apprête à sortir de la chambre.


WANDA

S'il vous plaît.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Oui?


WANDA

La rue du 24 Mai, c'est loin?


Le porteur montre par la fenêtre en pointant du doigt.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Là-bas, après cette rue.

En 10 minutes vous y êtes.


WANDA

En dix minutes?


PORTEUR DE L'HÔTEL

Oui, dix minutes.


WANDA reste près de la fenêtre en rêvant. Puis, elle ouvre sa valise d'où des billets tombent sur le sol. WANDA ramasse les billets tombés et les met dans son sac, et retourne à la fenêtre en entendant IVAN venir.


IVAN

(Entrant dans la chambre)

Tu es là!

C'est quoi, cette blague?

Tu avais envie de plaisanter?

Et les chapeaux?


WANDA

Là.


IVAN regarde derrière de grosses valises.


IVAN

Ah!

(Se rapprochant de WANDA)

J'étais dérouté, ne te voyant plus.

Je disais à l'oncle que tu...


WANDA

Le porteur m'a dit

de monter avec les valises.


IVAN

Une dame ne reste pas seule

avec le porteur.

Je ne savais plus quoi dire à l'oncle.

Mon oncle est quelqu'un,

au Vatican. Il a du poids,

qu'est-ce que tu crois?

Et beaucoup de poids!


IVAN a déjà enlevé son manteau et tient une petite boîte en s'assoyant sur le lit.


IVAN

(Claquant des doigts)

Il n'a qu'à faire « ça »

et tout Rome tremble.

N'oublie pas que je veux

le Secrétariat de la mairie!


IVAN retire un tiroir de la table de chevet.


IVAN

Tu sais quoi?

J'ai obtenu une audience

du pape.


IVAN renifle le tiroir vide.


IVAN

Ce matin, à 11 h.

À 11 h, chez le Pape!


WANDA

Il faudra parler?


IVAN

Non, je ne crois pas.

Non. On sera au moins

200 couples.

C'est moi qui parlerai.

Maintenant, vous permettez

que j'enlève ma veste?


IVAN retire sa veste, pourtant WANDA porte encore manteau, chapeau et gants.


IVAN

Je suis satisfait de l'heure

de l'audience. Ça s'adapte

au programme. Et même,

ça le complète.


IVAN range sa veste dans un placard.


IVAN

(Sortant un carnet)

Je l'avais soigneusement minuté :

arrivée à Rome à 7 h.

Jusqu'à 10 h, repos à l'hôtel.

De 10 h à 11h, te présenter...

et faire des mamours à la famille.

À 11 h, le Pape.

Puis, déjeuner chez les oncles.

De 13 h à minuit,

pas une minute de libre.

Avec les oncles :

Panthéon, Colisée, Palatin,

Forum. Puis, nous retrouvons

ici les cousins et tous ensemble :

La Via Appia, les Catacombes...

Et dans la soirée, tout illuminée,

au Soldat Inconnu.

Et puis, bien sûr...

un petit souper... et un petit repos.


On frappe à la porte. La femme de chambre entre sans attendre d'y être invitée.


FEMME DE CHAMBRE

Voici les serviettes.

Pour avoir un bain, il faut

prévenir à l'avance.


WANDA

Oh oui!


IVAN

Bain chaud?


FEMME DE CHAMBRE

Bien sûr!


IVAN

Il y a un supplément?


FEMME DE CHAMBRE

200 lires.


IVAN

Oui, effectivement, on a tout le temps.

Il est à peine 9 h.

Les oncles à 10 h 30. Parfait!

Un bain chaud pour Madame.

Et moi, j'en aurai un demain.


IVAN se coiffe devant le miroir pendant que WANDA retourne à la fenêtre, le regard plein d'espoir.


IVAN

Et pendant que tu prends ton bain,

je me paie un petit repos.


WANDA sort de la chambre couverte d'un long peignoir sur les épaules et en tenant manteau et chapeau sur son bras, pendant qu'IVAN est allongé pour une sieste.


IVAN

Bon bain, chérie.


WANDA

(S'appuyant sur la porte pour répondre)

Merci.


WANDA écoute un moment à la porte, puis elle sort un long cylindre de sous son peignoir et se dirige vers la salle de bain où elle dépose son peignoir avant de sortir de l'hôtel.


WANDA marche d'un pas pressé dans la direction indiquée par le porteur, plus tôt, à l'hôtel.


Sous un portique, WANDA cherche une adresse pour finalement trouver une enseigne indiquant : « Cerficicati »


WANDA pénètre dans l'édifice et monte un grand escalier. Dans un bureau des hommes s'affairent à faire le ménage.


WANDA

(S'adressant à un HOMME À TOUT FAIRE)

Est-ce que M. Fernando Rivoli

est ici?

J'ai rendez-vous avec M. Rivoli.

Je dois lui remettre...


Un autre homme tenant un plumeau se tourne vers WANDA.


HOMME AU PLUMEAU

Il ne vient jamais.


HOMME À TOUT FAIRE

Sauf pour son fric, le samedi.


HOMME AU PLUMEAU

Alors, à la semaine prochaine.


WANDA

Mais moi, je pars demain.

(Tendant le cylindre)

Puis-je lui laisser ça?


HOMME AU PLUMEAU

Posez ça sur la table.


Une dame entre. MME VALLARDI. L'homme au plumeau la salue.


MME VALLARDI avance les bras chargés de paquets et se bute sur WANDA.


MME VALLARDI

Pardon. Prends ça, Antonio.

Qu'est-ce qu'il y a?


HOMME AU PLUMEAU

Cette dame pour M. Rivoli.


MME VALLARDI

Une admiratrice!


WANDA

Je voulais lui donner ça.


MME VALLARDI

Donc, une de nos « amies de coeur »!

(Remettant ses paquets à l'HOMME À TOUT FAIRE)

Comment t'appelles-tu, chérie?


WANDA

Passionnée.


MME VALLARDI

Comment?


WANDA

Poupée passionnée.


MME VALLARDI

Ah! Délicieuse!

Moi, je suis Marylène Alba

Vellardi.


WANDA

Marylena Alba Vellardi!


Plus tard, WANDA et MME VELLARDI discutent dans le bureau de MME VELLARDI. Derrière elle, des dizaines de photos sont accrochées au mur.


WANDA

(Nommant des titres)

« Les âmes dans la tempête,

Coeur dans la tourmente,

Péché subtil,

Dans les vertiges de l'amour.

Chaque semaine, j'attends

le samedi mon magazine.

Je l'achète à la gare

et je cours dans ma chambre

et alors, ma vraie vie commence.

Et je lis toute la nuit.


MME VALLARDI

La vraie vie, c'est le rêve!


WANDA

Oui! Je rêve tout le temps.

Il n'y a rien d'autre à faire

là-bas. Les gens sont vulgaires,

les garçons ne savent pas

dire deux mots.

Et après une balade...


MME VALLARDI

Cigarette?


WANDA

Je ne fume pas, merci.

Mais si vous permettez,

je la garde en souvenir.


MME VALLARDI

Bien sûr!


Une cloche rappelle l'heure qui avance à WANDA qui se lève.


WANDA

Excusez-moi, je dois m'en aller.


MME VALLARDI

Mais non, reste là!

Chère petite, tu as bien raison.

Il faut se renfermer en soi

comme la petite Comtesse Lucile...


WANDA

Dans « Amour et Fatalité »!


MME VALLARDI

Bravo! Tu t'en souviens!


WANDA

Je me souviens de toutes

les héroïnes : Lucile la Comtesse,

Felga la Tzigane,

Rainier l'aventurier et...

Comment déjà? Celui-là...

Et surtout le Cheik Blanc.

(Se penchant vers une photo du Cheik Blanc posé devant elle)

Il est sublime, Fernando Rivoli.

Et ses expressions!


Un jeune homme fait irruption dans le bureau avec l'HOMME À TOUT FAIRE qui porte maintenant des papiers.


JEUNE HOMME

Bonjour, madame.


MME VALLARDI

Un instant, les garçons.


JEUNE HOMME

On a juste fini la mise en page.


MME VALLARDI

Fini?


JEUNE HOMME

Tout à fait!

(S'adressant à WANDA)

Bonjour.


WANDA

Bonjour.


JEUNE HOMME

(S'adressant à MME VALLARDI)

Votre élégance est

toujours aussi raffinée.


MME VALLARDI

Elle vous plaît.


MME VALLARDI regarde les épreuves de mise en page de la prochaine édition.


MME VALLARDI

Bien. Chérie, trois lettres de lui

et tu es venue le voir!

Ma petite!

Quelle chance tu as!

Il va arriver tout à l'heure.


WANDA

Mais il est tard.

Je voulais...


JEUNE HOMME

Vous permettez?

Ce sont des photos? Je peux?


Le JEUNE HOMME s'empare du cylindre que tient WANDA.


MME VALLARDI

Alors? Montre!


Le JEUNE HOMME déroule le papier et découvre un portrait au crayon du CHEIK BLANC.


JEUNE HOMME

C'est vous qui l'avez fait?

Bravo! Très ressemblant.

(Montrant le portrait à MME VALLARDI)

Regardez ce chef-d'oeuvre!


MME VALLARDI

Bellissimo!


HOMME À TOUT FAIRE

Le turban est parfait!


MME VALLARDI

Hum! Et quel esprit!

Et artiste avec ça.

Comme Fernando sera content!

Un cœur si généreux, si sensible.


Un acteur vêtu en gitan entre dans le bureau.


ACTEUR

Et la répétition?

Le dialogue est prêt?


MME VALLARDI

On l'écrit! Attendez!

Et M. Rivoli est-il arrivé?


ACTEUR

On a dit qu'il est par là.


Un chien grogne aux pieds de l'ACTEUR.


ACTEUR

Tais-toi!


MME VALLARDI

(Attirant l'attention de WANDA)

Qu'est-ce que je disais?

Voyons...

La réplique pourrait être...

Ah! Écoute ma chérie...

Si tu étais en plein désert,

de nuit, et que tu savais

que ton Cheik est en danger.

Que dirais-tu?


WANDA

Moi? Si j'étais dans le désert,

seule, je dirais :

« Ah! Je ne suis pas du tout

rassurée! »


MME VALLARDI

Quelle belle réplique!


JEUNE HOMME

Et si humaine!


WANDA

Vraiment?


MME VALLARDI

Je l'écris tout de suite.

Simple comme la vie!


Au loin, quelqu'un appelle.


HOMME

Marilena! Marilena!

Marilena!


MME VALLARDI

(S'adressant au jeune homme)

Dites-leur qu'on se dépêche!

(S'adressant à WANDA)

Chère enfant!


Le jeune homme se penche à la fenêtre.


JEUNE HOMME

Ça vient, les gars!


MME VALLARDI se lève et donne quelques feuilles à l'ACTEUR.


MME VALLARDI

Ça, c'est pour l'imprimeur.

Et puis, accompagne

mademoiselle chez

Fernando Rivoli.


WANDA se lève.


MME VALLARDI

Allez, ton Cheik t'attend!


Dans la chambre d'hôtel, on frappe à la porte vivement. IVAN se lève d'un bond et va à la porte.


IVAN se rend compte que le sol est couvert d'eau.


Un prêtre africain vocifère en langue étrangère.


IVAN ramasse des papiers détrempés sur le sol.


Puis, IVAN ouvre la porte qui mène à la salle de bain. Un nuage de vapeur envahit la chambre et l'eau continue de couler dans le bain qui déborde.


La femme de chambre arrive en colère et hurle en voyant les dégâts.


FEMME DE CHAMBRE

Furio! Qu'est-ce qui se passe?


IVAN ne comprend rien et se tourne vers le prêtre.


IVAN

Mais où est ma femme?

(Regardant vers le ciel)

Où est ma femme? Où est-elle?


Le prêtre qui n'y comprend rien essaie de calmer IVAN dans une langue étrangère.


Au comptoir de réception, le tenancier s'explique.


TENANCIER

Comment savoir où vont nos clients

quand ils sortent.

Une carte?


Le porteur de bagages de l'hôtel se joint à la discussion.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Elle cherchait la rue du 24 Mai.

Elle a dû y aller.


IVAN

Il y a quoi, là-bas?


TENANCIER

Mais qu'y a-t-il, rue du 24 Mai?


PORTEUR DE L'HÔTEL

J'en sais rien.


Le porteur et le tenancier retournent vaquer à leurs occupations.


IVAN est désemparé. Le porteur sort accueillir de nouveaux clients de l'hôtel. IVAN le suit.


IVAN

Écoute! Tu me dis ce qu'il y a,

rue du 24 Mai, ou alors...


PORTEUR DE L'HÔTEL

Le palais royal.


IVAN

Et où est-ce?


Le porteur pointe dans une direction et IVAN court déjà par là.


WANDA descend le grand escalier, devancée par l'acteur. Au bas de l'escalier, l'acteur fait signe à WANDA de s'arrêter là.


ACTEUR

Attendez, je vais le chercher.


WANDA replace ses cheveux.


Dans un couloir des dizaines de comédiens vêtus en hommes du désert se déplacent.


Un homme, le PRODUCTEUR se sépare du groupe en criant.


PRODUCTEUR

Vite! On s'en va!

Oscar, Padre. Allons-y!

On s'en va!


WANDA est sidérée en voyant l'homme.


Un autre homme, plutôt maigre, approche et appelle aussi.


HOMME MAIGRE

Felga, Oscar!

On s'en va! Venez! Partons.


Les acteurs descendent alors le grand escalier. Le visage de WANDA s'illumine.




WANDA nomme les personnages en les voyant venir vers elle.


WANDA

Felga. Oscar, le Bédouin cruel!


OSCAR s'arrête dans l'escalier et dit quelque chose à FELGA qui la fait éclater de rire.


Devant OSCAR et FELGA descendent d'autres personnages.


Tous passent devant WANDA. FELGA et OSCAR l'observent longuement. Des enfants se ruent pour toucher leurs idoles. Puis, des techniciens et des comédiens courent pour se rendre aux camions qui les attendent.


HOMME AU PLUMEAU

Vite, montez!


Les comédiens montent dans les camions chargés de décors et d'accessoires.


FELGA

Et la Fiat?


HOMME MAIGRE

Partie. Monte ici!


FELGA

Moi, là-dedans?


HOMME MAIGRE

Ce soir, t'auras la Fiat.


FELGA

Toujours pour moi, le camion.

Et pour Rivoli, la voiture!


L'acteur s'apprête à monter dans le camion. WANDA l'arrête.


ACTEUR

Ah! Il a dit de monter.


WANDA

Mais? Où on va?


ACTEUR

Grimpez. On va à côté.


WANDA monte dans le camion, saluant le JEUNE HOMME et MME VALLARDI qui observent la scène depuis leur fenêtre.


WANDA s'assoit parmi les acteurs dans le camion.


Un enfant approche pour faire une grimace à OSCAR.


On donne le signal de départ et les camions quittent l'endroit. Des enfants courent derrière. Sur la rue près d'une grande place, IVAN cherche de tous les côtés. Un ouvrier répare les pavés.


IVAN

(S'adressant à l'ouvrier)

Pardon. La rue du 24 Mai,

c'est ça?


OUVRIER

Oui. Elle commence là

et finit ici.


IVAN sort les papiers encore humides trouvés sur le sol de la chambre.


Texte narratif :
Rome 13 septembre 1951 « Ma poupée tendre, aussitôt à Rome, cours vers moi. Nous vivrons alors des heures inoubliables. Ton Cheik Blanc. »


IVAN en a des sueurs froides, sa vision se trouble et doucement il reprend ses esprits. Soudain, la colère envahit IVAN.


IVAN avance d'un pas incertain. Une fanfare arrive sur la place au même moment. Des citadins suivent la parade et la place est remplie par la foule. IVAN se retrouve dans la mêlée et en perd son chapeau. Une fois la parade passée, IVAN rentre à l'hôtel.


TENANCIER

(Parlant au téléphone)

Oui. Je m'en occupe.


IVAN

(S'adressant au tenancier qui raccroche)

Pardon? Madame Cavalli est rentrée?


TENANCIER

Non. Pas encore.

Mais ces messieurs dames

vous attendent depuis une heure.


IVAN avance de quelques pas et voit sa famille qui l'attend dans le salon de l'hôtel.


IVAN recule pour ne pas être vu.


TENANCIER

Vous vous sentez mal?

Qu'est-ce qui vous arrive?


IVAN

(Donnant son manteau et son chapeau)

Tenez cela.


TENANCIER

(Essuyant le chapeau)

Mais qu'avez-vous fait?

Vous êtes sale.


IVAN ajuste sa cravate et reprend son manteau et son chapeau.


IVAN s'avance vers sa famille.


ONCLE D'IVAN

Ah! Voilà ce cher Ivan!


IVAN

J'arrive tout de suite.


ONCLE D'IVAN

Quelle élégance!


IVAN approche de sa famille.


ONCLE D'IVAN

Cher Ivan!


IVAN

Cher oncle!


TANTE D'IVAN

Il fallait te marier pour

venir à Rome!


IVAN

Chère tante!


RITA, la cousine d'IVAN approche pour l'embrasser.


RITA

Cher Ivan!

Mon fiancé.


FIANCÉ DE RITA

Enchanté!


IVAN

Enchanté!


TANTE D'IVAN

Il y a aussi le petit Harold.


Puis une autre femme moins affable se dresse devant IVAN. Il s'approche pour l'embrasser, mais la femme le repousse.


FEMME

Que faites-vous?


ONCLE D'IVAN

Cette dame n'est pas avec nous.

Excusez-moi, madame.

Il faudrait...


TANTE D'IVAN

Et comment va grand-mère?


IVAN

Très bien.


ONCLE D'IVAN

Et Oreste?


IVAN

Très bien.


RITA

Et Térésina?


IVAN

Bien.


TANTE D'IVAN

Et ce pauvre Pascal!


IVAN

Bien.


TANTE D'IVAN

Il est mort!


ONCLE D'IVAN

Alors, cher Ivan,

il ne faut pas tarder

davantage. Tu devrais

appeler ton épouse.


TANTE D'IVAN

Sandra!


RITA

Wanda, maman!


L'ONCLE D'IVAN aide IVAN à mettre son manteau.


ONCLE D'IVAN

On y va.

C'est une chance qu'aujourd'hui,

ce soit une fête.

La ville est pleine de drapeaux.

Une orgie de couleurs!

C'est une date historique.

Tu entends les Bersaglieri?


La musique de fanfare se fait entendre de l'extérieur.


IVAN

Les dragées!


TOUS

Oh!


TANTE D'IVAN

Ah! Les dragées.


IVAN distribue des sachets de bonbons à sa famille.


TANTE D'IVAN

Vive les mariés!


FIANCÉ DE LA COUSINE

Tous nos vœux!


ONCLE D'IVAN

Merci. Alors, cher Ivan,

nous partons?

Partons!


IVAN sort dans la rue, affichant un air abruti.


ONCLE D'IVAN

(Suivant IVAN dans la rue)

Mais nous n'attendons pas la mariée?


TANTE D'IVAN

On n'attend pas Wanda?


IVAN s'appuie sur le mur, ébranlé.


IVAN

Wanda... n'est pas très bien.

Elle a mal à la tête.


TANTE D'IVAN

Oh!


IVAN

Je lui ai dit :

« Prends un cachet. »

Elle l'a pris.

Et rien!

Alors, j'ai dit :

« Prends-en un autre. »

Elle a pris un autre cachet.

Tant de cachets!

Mais où est passée ma tante?

(Courant rejoindre la TANTE)

Tante?


La TANTE interpelle le porteur dans l'entrée de l'hôtel.


TANTE D'IVAN

La chambre des Cavalli?


PORTEUR DE L'HÔTEL

La 5, au 3e.


La TANTE monte dans l'ascenseur au moment où IVAN la rejoint.


IVAN

Ma tante! Non, un instant!


IVAN, paniqué, cherche le porteur.


IVAN

Arrêtez l'ascenseur!


IVAN monte en courant l'escalier.


IVAN

Ma tante, attends!

Attends, ma tante!


Au deuxième, IVAN tente d'interpeller la TANTE encore dans l'ascenseur.


IVAN

Écoute-moi!



IVAN retourne vers l'escalier en courant.


IVAN

Ma tante!


IVAN accroche un seau laissé sur un palier par la femme de chambre.


FEMME DE CHAMBRE

Attrapez le seau!


Le seau déboule l'escalier jusqu'au rez-de-chaussée.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Qu'est-ce que vous faites?


TENANCIER

Vous êtes fou ou quoi?


Les autres membres de la famille reviennent à l'hôtel, curieux.


TENANCIER

Ils sont tous dingues!


IVAN ramène sa tante au rez-de-chaussée et tous deux sortent de l'ascenseur.


ONCLE D'IVAN

Mais Ivan, que se passe-t-il?


IVAN

Rien! Tout va bien.

Wanda vient juste

de s'endormir.

Il faut la laisser dormir

et on ira demain chez le Pape.


ONCLE D'IVAN

Un instant.

Au dîner, elle viendra?


IVAN

Bien sûr!

Elle viendra sûrement.

Partons!


Les camions de production arrivent dans la campagne.


WANDA, peu rassurée, voit une affiche indiquant Rome, 26 kilomètres.


WANDA

Où sommes-nous?

Mamma mia!


Un homme en complet clair, le RÉALISATEUR, approche avec un des acteurs.


RÉALISATEUR

Tout le monde descend!

Dépêchez-vous!


Un technicien fait descendre les dames du camion.


RÉALISATEUR

Mais où est ce Rivoli?

Où est-il?


OSCAR approche dur réalisateur.


RÉALISATEUR

Qu'est-ce qu'il y a?


OSCAR

Pardon, je me suis refroidi.

Je peux garder mes chaussures?


RÉALISATEUR

Des chaussures! Un bédouin!


WANDA

(Tirant sur la robe de FELGA)

Je dois rentrer.


FELGA

Et alors?

Attention à ma robe!

Et rentrez toute seule à Rome!


ACTEUR

Quelle mer!

Alors, on se baigne?


PRODUCTEUR

Pas un sou si tu te baignes!


RÉALISATEUR

Pas un sou! Pigé?


WANDA

(S'adressant à OSCAR emmitouflé dans une couverture)

Je vous en prie!

Aidez-moi! Je dois rentrer.

Aidez-moi!


OSCAR s'adresse au RÉALISATEUR.


OSCAR

Écoutez-la. Elle veut rentrer.


RÉALISATEUR

Quoi?


WANDA

Je dois rentrer tout de suite.


RÉALISATEUR

Nous aussi!

Allons! Préparez-vous!

(S'adressant à WANDA)

Habillez-vous.

Les Odalisques, par ici.

À la plage, prêtes pour

le rapt!


WANDA

(Interpellant OSCAR de nouveau)

Mais dites-moi...

Où est la gare?

Je dois partir!


OSCAR

Il n'y a pas de gare ici.

Elle est à Rome!


WANDA

Mon Dieu!


WANDA regarde les acteurs s'éloigner vers la plage et retourne vers les camions.


Un enfant joue tout près.


WANDA

Petit, où y a-t-il un téléphone?


L'enfant est trop petit pour répondre.


WANDA erre dans les environs, en pleurant. Au loin, elle entend quelqu'un chanter. Entre deux arbres, un homme se balance à quelques mètres dans les airs. Il porte une cape blanche.


WANDA

Le Cheik Blanc!


Le CHEIK BLANC se balance en chantant.


CHEIK BLANC

Bonjour!


WANDA

Bonjour.


Le CHEIK BLANC continue de se balancer en saluant avec de grands gestes, WANDA. WANDA approche.


Au loin, un homme appelle.


Le CHEIK BLANC prend un élan et saute sur le sol. Il reprend son sabre accroché sur un tronc d'arbre et s'approche de WANDA.


CHEIK BLANC

Bonjour.


WANDA

Pardon?


CHEIK BLANC

Oui.


WANDA approche au bord de l'extase.


WANDA

Fernando Rivoli!


CHEIK BLANC

Tu me connais?


WANDA

Je suis Wanda Giardino.

Tenez.


WANDA tend son portrait roulé.


CHEIK BLANC

C'est quoi?


WANDA

Je l'ai fait pour vous.


CHEIK BLANC

Pour moi?

Qu'est-ce que c'est?


Le CHEIK BLANC déroule le document et voit le portrait.


CHEIK BLANC

Huh? C'est moi?


WANDA

Oui.


CHEIK BLANC

Bravo! C'est très bien fait.

Poupée passionnée!

Tu m'as écrit une lettre!


WANDA

Trois!


CHEIK BLANC

Trois lettres!

Mais oui, je m'en souviens.


WANDA

Vous m'imaginiez différente?


CHEIK BLANC

Non. Cela me fait plaisir.

Merci beaucoup.

Je peux vous offrir quelque chose?

Par là.

S'il vous plaît.


WANDA et le CHEIK BLANC se retrouvent au bar de la plage.


WANDA est subjuguée par la présence de son idole.


CHEIK BLANC

C'est curieux, notre rencontre.

C'est une sensation...

extraordinaire.

Vraiment!


ADMIRATRICE

Fernando Rivoli?


CHEIK BLANC

Oui.


ADMIRATRICE

Un autographe, s'il vous plaît.


CHEIK BLANC

Très volontiers!

(S'adressant à WANDA)

Pardon.


Une autre admiratrice se joint au groupe.


ADMIRATRICE 2

Et comment va finir

le Cheik Blanc?


CHEIK BLANC

Pourquoi vouloir le savoir?

Ça gâche la poésie!


ADMIRATRICE

J'aimerais qu'il épouse Felga.


CHEIK BLANC

Espérons-le.

(Se tournant vers l'autre admiratrice)

Excusez-moi, j'ai du monde.


Les admiratrices s'éloignent et WANDA reste seule avec CHEIK BLANC qui prend un sandwich et l'offre à WANDA.


CHEIK BLANC

Puis-je?


WANDA

Non, merci.

Ne vous dérangez pas.

Je dois rentrer à Rome.


Une musique se fait entendre soudain. CHEIK BLANC cherche d'où vient la musique.


Une voiture cabriole s'arrête tout près du bar.


CHEIK BLANC

La musique!

Moi aussi. Rentrons ensemble.


CHEIK BLANC tend un verre à WANDA et ils trinquent.


CHEIK BLANC fait son numéro de charme à WANDA qui se laisse envoûter en dansant avec lui.


CHEIK BLANC siffle l'air qui joue en continuant de danser avec WANDA pendant que toutes les femmes autour rêve d'être à sa place.


À la plage, sur le plateau de photographie pour le roman photo, FELGA danse au son des tambours. Un baigneur approche FELGA.


BAIGNEUR

Excusez-moi. On tourne un film, ici?


FELGA

Presque!


RÉALISATEUR

Vite! Ne me faites pas crier!

On ne va rien faire aujourd'hui.

Giovanni. Presse-toi avec cet œil,

avant que le temps ne change!


Un artiste peint un œil sur la coque d'un voilier. GIOVANNI réplique.


RÉALISATEUR

Il faut le faire tout de suite!

(S'adressant à l'équipe et aux comédiens)

Tous ici. Écoutez!

(Lisant le scénario)

« L'infâme folie du pirate

du désert... »


Le baigneur s'est joint au groupe. FELGA continue de se tortiller près du réalisateur.


RÉALISATEUR

(S'adressant au baigneur)

Que faites-vous là?


BAIGNEUR

Je suis un admirateur.


RÉALISATEUR

Vous ne pouvez pas rester ici.

(Poursuivant sa lecture)

« …trame un plan audacieux. »

Felga, je te prie.

(Lisant)

« Oscar, le bédouin cruel,

débarque au harem du mystère

sur des barques mauresques,

de barques de la côte africaine.


OSCAR sort du groupe et avance vers le voilier.


RÉALISATEUR

(Lisant)

« Il conduit les siens

contre le Cheik Blanc! »


Une des femmes d'OSCAR se rebute quand OSCAR la serre contre lui.


FEMME

Mort au Cheik Blanc!


RÉALISATEUR

Silence!

(Lisant)

« Au cœur de la nuit africaine,

dans les salles de marbre

du harem mystérieux,

les Sulamites sommeillaient,

alanguies.

Elles rêvaient toutes

au Cheik Blanc.


Pendant la lecture, les femmes du harem se prélassent sur le sable.


RÉALISATEUR

(Lisant)

« Seule Felga, la Grecque,

phalène du harem... »

« Une autre veillait :

Fatma, l'esclave fidèle. »


WANDA est maintenant vêtue d'un costume de Sulamite et le maquilleur s'occupe d'elle aux côtés de CHEIK BLANC.


WANDA

(Jouant le rôle de FATMA)

«Ah! Je ne suis pas rassurée!

Qui donc menace mon Cheik? »


CHEIK BLANC

(S'adressant au maquilleur)

Plus orientale.


Le PRODUCTEUR en maillot de bain mène un cheval sur le plateau.


PRODUCTEUR

Vite! On vous paie pour travailler,

par pour lambiner.


CHEIK BLANC

(S'adressant à une figurante)

Passe-moi le diadème!


La figurante apporte le diadème que CHEIK BLANC pose sur la tête de WANDA qui joue le rôle de Fatma.


WANDA

(Jouant le rôle de FATMA)

« Ah! Je ne suis pas rassurée. »

(S'adressant à CHEIK BLANC)

Je ne vais pas y arriver.


CHEIK BLANC

Mais si!


RÉALISATEUR

(Lisant)

« Le voilier maudit allait

vers sa destruction,

la mort, l'amour! »

(S'adressant aux comédiens)

Allons, vous êtes prêts?


CHEIK BLANC

Prêt!


CHEIK BLANC se place debout sous un parasol. WANDA s'éloigne.


RÉALISATEUR

Allons-y! Vite! Le soleil s'en va.


Le maquilleur fait une retouche au maquillage de WANDA.


RÉALISATEUR

Alors, ce maquillage!

L'appareil est prêt?


PHOTOGRAPHE

(Ajustant le trépied de sa caméra)

C'est bon.


RÉALISATEUR

Et l'autre?


PHOTOGRAPHE 2

Aussi.


RÉALISATEUR

Tous en place. Allons-y!


WANDA regarde son allure dans une petite glace. CHEIK BLANC s'approche.


CHEIK BLANC

Montre-moi.


Le PRODUCTEUR aide une figurante à monter sur un chameau.


PRODUCTEUR

Vite, sur le chameau! Vite!


Le réalisateur monte sur l'échafaud de la deuxième caméra pour avoir une vue d'ensemble.


CHEIK BLANC et WANDA approche d'un comédien en costume de garde royal.


CHEIK BLANC

(S'adressant au garde)

Prends-la dans tes bras.


Le garde soulève WANDA.


CHEIK BLANC

Recule.

Recule. Comme ça, stop.

(S'adressant à WANDA)

Regarde par ici.

Regarde-moi.

(S'adressant au RÉALISATEUR)

Ça va, maître.


RÉALISATEUR

Les bédouins, en arrière.


ASSISTANT

Maître, le casque.


RÉALISATEUR

(Enlevant son chapeau)

Ah!


ASSISTANT

Le porte-voix.


RÉALISATEUR

(Parlant fort)

Tous prêts pour le rapt?


CHEIK BLANC est maintenant assis sur le cheval aidé par OSCAR.


OSCAR

Et s'il se cabrait?


PRODUCTEUR

Il est de marbre, ce cheval.

Il bouge pas!


CHEIK BLANC

Sans moi, personne ne bouffe plus!


Le cheval avance au pas.


Le réalisateur donne un coup de sifflet.


RÉALISATEUR

Ôtez les parasols!

Où es-tu, toi?

À ta place!


Le baigneur est encore planté dans le décor.


RÉALISATEUR

Prêts pour le duel?


OSCAR dégaine son sabre.


RÉALISATEUR

Tout le monde en place!


Des soldats d'OSCAR traînent les femmes dans le sable.


RÉALISATEUR

(Dans le porte-voix)

Le chameau en place!


PRODUCTEUR

(S'adressant à un figurant qui tient les rênes du chameau)

Remue-moi cet animal!


RÉALISATEUR

Les sabres!

Ça marche comme ça!


OSCAR tend son sabre près du cheval de CHEIK BLANC.


RÉALISATEUR

Avancez le chameau!


Partout sur la plage, les hommes d'Oscar tiennent des femmes en otage. Le RÉALISATEUR hurle dans le porte-voix.


RÉALISATEUR

D'où sort ce crétin?


CHEIK BLANC et OSCAR crient au baigneur de s'enlever du décor.


CHEIK BLANC

Fous le camp!


OSCAR

Va-t'en, espèce de...


CHEIK BLANC

Va t'en! Là, on se crève!


Le baigneur sourit, ne semblant pas comprendre que c'est à lui qu'on s'adresse.


Toute l'équipe lui crie de partir, mais le baigneur ne bronche pas.


Au bout d'un moment, voyant des gens de l'équipe s'approcher, le baigneur s'enfuit en courant.


RÉALISATEUR

(Encourageant un technicien)

Vas-y!

Vas-y!


L'action reprend. CHEIK BLANC brandit son sabre, assis sur son cheval. OSCAR se tient sous le cou du cheval brandissant aussi son sabre.


Un succession de clichés sont pris pendant que la scène de l'enlèvement des femmes du harem se déroule.


WANDA, émerveillée de participer à sa revue favorite, sourit de toutes ses dents.


RÉALISATEUR

Mais ne ris pas, toi!

Ne ris pas!


Texte narratif :
Fin de la première partie


Texte narratif :
Deuxième partie


IVAN est avec sa COUSINE et le petit AROLDINO dans une salle à manger. IVAN parle au téléphone.


IVAN

Oui. C'est moi, Ivan!


RITA

(Se penchant vers le téléphone)

Tous mes vœux, chère Wanda.


IVAN

C'est ta cousine, Rita.

Comment? Tu la remercies?


Le PORTEUR DE L'HÔTEL parle dans le téléphone de l'hôtel.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Ma « cousine »?

Je suis le valet.


IVAN

(Parlant au téléphone)

On va au théâtre.


RITA

Demande-lui si on peut la voir.


IVAN

Tu ne viens pas?

Oh! Dommage!

L'oncle a pris les billets...

Non, le fiancé de Rita!


PORTEUR DE L'HÔTEL

(Parlant dans le téléphone de l'hôtel)

Mais tout le monde est sorti!

Il n'y a personne ici!


IVAN

(Continuant de feindre de parler à WANDA)

L'essentiel, c'est que tu sois

bien, ce soir.


RITA

Allons la voir!


IVAN

On passe te voir, après?

Non?

Tu n'as besoin de rien?

Tu ne veux pas parler

aux oncles?

Bon, je t'appelle après

le théâtre. On verra si...

Ciao!


RITA

Ciao Wanda!

C'est Rita qui te salue.

Au revoir. Je t'envoie

un baiser.


Le porteur de l'hôtel reste surpris du baiser et raccroche en se questionnant.


L'ONCLE de son côté ne semble pas très ravi de la tournure des événements, mais invite IVAN à prendre place à table pour le diner.


ONCLE D'IVAN

Elle ne vient pas?


IVAN

Je ne crois pas.

Elle n'a aucun appétit.


TANTE D'IVAN

Mais un simple consommé.


ONCLE D'IVAN

Non, la diète!


FIANCÉ DE LA COUSINE

Rien du tout?


ONCLE D'IVAN

La diète absolue!


IVAN

C'est aussi mon avis.

Si, si. L'oncle a raison.


ONCLE D'IVAN

Je disais que tu récites

bien les vers.

Dis-nous ceux que tu as écrits

à ta fiancée.


IVAN

(Récitant)

Elle est gracieuse, douce,

menue...


ONCLE D'IVAN

Une ode!


IVAN

Un sonnet.


ONCLE D'IVAN

Un sonnet.


IVAN

(Récitant)

Elle est gracieuse,

douce et menue

Et chacun la nomme...


RESTAURATEUR

Voici les pâtes.


Un valet approche un plateau de service sur lequel le restaurateur dépose un grand plat de pâtes.


Un guitariste chanteur approche de la table en chantant.


ONCLE D'IVAN

(S'adressant à IVAN, entouré par deux musiciens.)

Un plat consistant, fortifiant.


IVAN est touché par les paroles de la chanson et peine à contenir son émotion.


Pendant ce temps sur la plage, c'est la pause repas. Chacun mange dans son coin. D'autres se reposent en faisant quelques pas de danse. FELGA se désaltère sous un parasol. Le baigneur s'approche.


BAIGNEUR

Une cigarette?


FELGA

À vrai dire, je cherchais

mon mouchoir. Merci.


Une figurante discute avec OSCAR.


FIGURANTE

Et celle-là, ce serait la nouvelle?

Quel sale goût!

À toi, elle te plaît?


OSCAR

C'est toi qui me plais...


OSCAR pose une main sur la cuisse de la figurante.


FIGURANTE

(Repoussant la main d'OSCAR)

La barbe!


CHEIK BLANC et WANDA s'amuse à faire sauter des galets sur l'eau.


CHEIK BLANC

Tu n'as pas mangé?


WANDA

Non. Vous le voulez?


WANDA offre son sandwich à CHEIK BLANC.


CHEIK BLANC

Sans façon.


CHEIK BLANC s'assoit sur la coque d'une barque.


CHEIK BLANC

Moi, la mer... elle m'attire.

J'entends une voix.

Tout bambin déjà,

je voulais être capitaine

au long cours.

Et au lieu de cela...

(Prenant une gorgée dans une bouteille d'eau gazeuse)

Finish!


CHEIK BLANC lance la bouteille au loin.


Des enfants s'amusent à jouer avec les tambours du décor.


CHEIK BLANC

(Soulevant WANDA)

Monte!


WANDA

Que faites-vous?


CHEIK BLANC dépose WANDA dans la barque.


CHEIK BLANC

Ne t'en fais pas!


COMÉDIEN

(S'adressant au RÉALISATEUR qui somnole)

Oh! Fernando prend la barque.


L'ASSISTANT se lève et remarque que des enfants poussent la barque vers la mer.


ASSISTANT

Fernando!

Fernando!

Où vas-tu avec cette barque?

Reviens à terre. Reviens!


CHEIK BLANC n'écoute personne et s'éloigne sur la mer avec WANDA.


MARIN

Où va-t-il avec ma barque?

Il va me la briser!


RÉALISATEUR

Rivoli, reviens!


La barque à voile est déjà loin du rivage.


WANDA

Ma tête tourne.

Il me semble ne plus être

moi-même.


Le soleil plombe et WANDA est sur le point de s'évanouir. CHEIK BLANC, de son côté, ne semble guère mieux.


CHEIK BLANC

Ça m'arrive aussi, en bateau.

Un étrange bonheur s'empare

de mon être. Oh! Un goéland!


CHEIK BLANC siffle pour attirer le goéland.


CHEIK BLANC

Cher goéland.

Cher goéland.

Bonheur issu du souvenir

d'une vie postérieure...

antérieure...

Postérieure ou antérieure?

Antérieure.

Qui nous étions alors?

Sans doute un pirate.

Et toi, une sirène.


WANDA

(Baissant les yeux en sanglotant)

C'est stupide.

Je vais pleurer.

Et pourtant, je suis si heureuse.

Je suis folle et heureuse!

Vous me croyez?


CHEIK BLANC

Viens t'asseoir ici. Viens.


WANDA s'approche et CHEIK BLANC commence à prendre ses aises.


CHEIK BLANC

Petite fille.


CHEIK BLANC prend le menton de WANDA qui repousse aussitôt sa main.


CHEIK BLANC

Prends la voile.


WANDA saisit le câble qui tend la voile.


CHEIK BLANC

Bambina.


WANDA recule et redonne le câble à CHEIK BLANC.


WANDA

Non. Tenez.


CHEIK BLANC

Peur?


WANDA

Non.


CHEIK BLANC

Peut-être du dégoût?


WANDA

Non.


CHEIK BLANC

Et alors?


WANDA

Alors, non?


CHEIK BLANC

Pourquoi non?


WANDA

Parce que non.


CHEIK BLANC constate qu'il n'y a rien à faire et retourne sur la proue de la barque.


CHEIK BLANC

Pourquoi?


WANDA

Je ne puis vous écouter.

Il y a des choses plus grandes

et plus fortes.


CHEIK BLANC

Quoi?


WANDA

Je ne suis pas libre.


CHEIK BLANC

Comment ça? Fiancée?

Et alors? Moi, je suis bien marié!


WANDA

Marié?


CHEIK BLANC

Marié.


WANDA

Marié!


CHEIK BLANC

Ça t'ennuie?

Ne sois pas jalouse,

je ne l'aime pas.

Ne me juge pas.

Tu sais, cette femme a ruiné

ma vie.


WANDA

C'est vrai?

Racontez-moi.


CHEIK BLANC

Pas de questions!


WANDA

Je vous prie. Je vous prie.


CHEIK BLANC

Il était question que...

(Se rapprochant de WANDA)

Mais c'est une longue

histoire. J'en aimais une autre.

Milena.


WANDA

Milena.


CHEIK BLANC

Qu'elle était belle.

Aussi belle que toi.

Tu es beaucoup plus belle.

Je devais l'épouser.

Mais le jour des noces,

par un sournois philtre

magique...


WANDA

Un quoi?


CHEIK BLANC

Un philtre magique.

Celle qui est ma femme

m'a endormi.


WANDA

Mamma mia!

Seigneur!


CHEIK BLANC

Je dormais.

Je perdis aussi la mémoire.

Et quand je revins à moi,

je vis que Milena avait

disparu.


WANDA

Disparu.


CHEIK BLANC

Morte, peut-être!


WANDA

Morte?


CHEIK BLANC

Quel sort.


WANDA

La pauvre Milena.

Un philtre magique.


CHEIK BLANC

N'y pensons plus.

Me crois-tu digne de ton amour?


WANDA

Oh si! Si!


CHEIK BLANC

Après notre rencontre,

qu'importe le reste?

Le passé ne renaît pas.

Embrasse-moi.

Un baiser.


Dans sa passion, CHEIK BLANC a laissé tombé le guide de la voile et soudain, la barre lui frappe la tête.


CHEIK BLANC

Sainte Mère, ma tête!

Prends la corde.

La corde.


Le soir venu, IVAN et sa famille sont à l'opéra. IVAN se lève et sort de la loge. Un ouvreur passant par là fait signe à IVAN de garder le silence. IVAN l'appelle d'un geste de la main.


IVAN

Le téléphone?


OUVREUR

Chut!


Le tenancier de l'hôtel parle au téléphone avec IVAN. Mais ni l'un ni l'autre ne semble entendre ce que l'autre dit. IVAN ajoute des pièces.


IVAN

« Pronto. » Je suis M. Cavalli.


TENANCIER

Qui?


IVAN

Elle est rentrée?


TENANCIER

(Hurlant)

Mais non, enfin!


IVAN

(Désespéré)

Ah non!


IVAN raccroche le téléphone complètement abattu.


IVAN se rend au commissariat de police.


COMMISSAIRE

Approchez.

Asseyez-vous!

Ah! « Raisons délicates »

Alors? Je vous écoute.


IVAN

Ce que je vais dire

sera publié dans les journaux.


COMMISSAIRE

Pourquoi?


IVAN

Parce que j'ai des parents à Rome,

de hauts bonnets, et je suis

très connu chez moi!


COMMISSAIRE

(Lisant un document)

« Raisons délicates ».

Alors?


Un brigadier fouille dans les classeurs et reste près en tendant l'oreille.


IVAN

Ce matin, une dame...

de l'Hôtel des Fleurs,

vers 9 h 30...

De l'hôtel, elle est allée

rue du 24 Mai.

Et on ne l'a plus revue.

De plus, on a trouvé une lettre,

où l'on ne reconnaît...


COMMISSAIRE

Quoi?


IVAN

Le mari de cette dame

ne reconnaît ni l'expéditeur

ni la provenance.

Cette dame ne connaissait

personne à Rome.

Par ces éléments,

on voudrait savoir...

L'autorité judiciaire

devrait savoir comment...


COMMISSAIRE

Comment quoi?


IVAN

Comment cette dame

de l'Hôtel des fleurs

a pu aller à cette adresse,

rue du 24 Mai.


Le COMMISSAIRE saisit la lettre.


IVAN

Non. Je vous en prie.


COMMISSAIRE

(Lisant la lettre)

« Ma Poupée Passionnée.

Si tôt ici, accours vers moi,

nous vivrons des heures

inoubliables. Ton Cheik Blanc. »

(S'adressant à IVAN)

Et la poupée passionnée,

c'est vous?


IVAN

Moi?


COMMISSAIRE

C'est parfait.

Écoutez. Éclairez ma lanterne.


IVAN

Dites.


COMMISSAIRE

Cette lettre, vous l'avez trouvée

sur elle?


IVAN

Non. La lettre flottait

sur le carrelage.


COMMISSAIRE

Ah oui!


IVAN

L'eau avait débordé de la baignoire

et la lettre flottait par terre.

Je l'ai vue...

On suppose que la dame

allait prendre son bain.


COMMISSAIRE

Supposition très légitime,

qui explique tout.


IVAN

Ah?


COMMISSAIRE

Monsieur...


IVAN

M. Cavalli. Ivan Cavalli.


COMMISSAIRE

Ah!

(S'adressant au brigadier)

Ivan Cavalli.


Aussitôt, le brigadier tape le nom à la machine à écrire.


COMMISSAIRE

Dites-moi le nom du père.


IVAN

Quel rapport?


COMMISSAIRE

Fi-lia-tion!


IVAN

Ne criez pas.


COMMISSAIRE

Mais je ne crie pas.

Le nom de votre père?


IVAN

Luigi.


COMMISSAIRE

Luigi Cavalli.


Le brigadier tape le nom du père.


COMMISSAIRE

Et le nom de la dame?


IVAN

Est-ce indispensable?


COMMISSAIRE

Pour vous aider. Je vous attendais.

D'ailleurs, je m'inquiétais.

« Pourquoi ne vient-il pas? »,

je disais.

Alors, le nom de la dame?


IVAN

Giardino.


COMMISSAIRE

(S'assoyant près de IVAN)

Épouse Cavalli?


IVAN

Pitié, Commissaire.

(Se levant)

Personne ne doit le savoir!

Mon père est vétérinaire.

Mon oncle est une personnalité

au Vatican.


COMMISSAIRE

Je vois. Le Vatican.

Des sentiments élevés.

Alors, épouse Cavalli?


IVAN

Ma carrière!

L'honneur de la famille.


COMMISSAIRE

Épouse Cavalli?


IVAN se rassoit en sanglotant.


IVAN

Cavalli.


COMMISSAIRE

En deux minutes, ce sera réglé.

Entre temps, calmez-vous.

Prenez une cigarette.


IVAN prend une demi-cigarette dans le porte-cigarettes que lui propose le COMMISSAIRE.


COMMISSAIRE

Prenez-la entière.

Et attendez ici, calmement.

Calmement.


Le COMMISSAIRE et ses hommes s'éloignent.


COMMISSAIRE

Et vous verrez que nous

donnerons au Cheik Blanc

une sacrée leçon!


Le COMMISSAIRE sort du bureau en fermant la porte derrière lui.


IVAN se lève pour écouter derrière la porte.


COMMISSAIRE

Allez vite me chercher

le médecin.


IVAN tente d'ouvrir la porte, mais elle est verrouillée.


COMMISSAIRE

Ah! Quelle époque.

Nous finirons tous fous!


IVAN est effrayé par ce qu'il entend et cherche une issue. Regardant par la fenêtre, il aperçoit un fourgon et plusieurs policiers dans la cour.


Aussitôt, IVAN prend son chapeau et s'enfuit dans les corridors du commissariat.


Un homme apparaît au bout du corridor, les bras chargés de dossiers.


HOMME

Aidez-moi, s'il vous plaît.


IVAN aide l'homme à porter les dossiers et à les déposer sur le sol.


HOMME

Merci.


L'homme rebrousse chemin et IVAN disparaît dans le corridor.


IVAN descend plusieurs étages de l'immeuble de la police. Un brigadier apparaît sur un palier en appelant.


BRIGADIER

Cavalli, Ivan?


IVAN s'arrête un moment puis se dirige vers la sortie. Dans la cour, un bataillon fait des exercices. IVAN se fait discret et se faufile au travers du bataillon pour prendre la fuite.


Sur la plage du plateau du photo-roman, CHEIK BLANC finit par ramener le bateau au rivage.


RÉALISATEUR

Inconscient, criminel!

Il y a trois heures qu'on t'attend!

On a perdu toute la journée.

Tu as tout foutu par terre!

Je te renvoie!

Comme je t'ai créé,

je vais te détruire!

Tu redeviendras coiffeur,

garçon boucher...


CHEIK BLANC

(S'adressant à WANDA)

Tu l'entends?


RÉALISATEUR

Ça t'apprendra!

Tais-toi! Ne dis rien!

Ne dis rien!

Tu n'as aucune conscience

professionnelle!

Regardez-le ce pitre!

Tu es aussi débile

que tes admiratrices!


Une femme attend sur la plage d'un air sévère.


CHEIK BLANC

Maître, je n'y suis pour rien.


RÉALISATEUR

Ça ne prend plus.


CHEIK BLANC

Ce n'est pas ma faute!

Ce n'est pas ma faute!

C'est la faute de cette idiote!


WANDA est blessée par les paroles de CHEIK BLANC.


RÉALISATEUR

Fini le travail avec moi!


CHEIK BLANC approche, mais le RÉALISATEUR lui tourne le dos.


PRODUCTEUR

Laisse.


CHEIK BLANC

Je veux lui expliquer.

Ça s'est passé ainsi...


RÉALISATEUR

On rentre!


CHEIK BLANC

« On rentre ».

(Se tournant vers l'ASSISTANT)

Écoute...


ASSISTANT

Il a raison.


CHEIK BLANC

C'est ton affaire?

Toi aussi, tu t'en mêles?


FELGA approche à son tour.


FELGA

Quatre heures que je t'attends,

idiot frénétique!


CHEIK BLANC

Elle aussi!


FELGA

Essaye, grand lâche!


Le baigneur se moque en suivant FELGA comme un chien obéissant.


CHEIK BLANC

D'où sort-il?

De quoi il se mêle?


CHEIK BLANC se retourne pour retourner vers le bateau quand il aperçoit sa femme.


CHEIK BLANC

Arida! Toi ici?

On blaguait. J'ai pris le bateau.

C'est la dernière fois.

J'ai pris un coup.


Au loin, WANDA descend seule du bateau.


CHEIK BLANC

La voile est tombée sur

ma tête.


WANDA prend le sabre de CHEIK BLANC resté dans le bateau et avance vers lui.


CHEIK BLANC

(Penchant la tête)

Regarde, juste ici.

(Parlant de WANDA)

Elle, c'est la nouvelle.

Elle est bien.

Ma femme.


WANDA

Enchantée.


OSCAR, observe la scène de loin, assis sur le cheval. Il rit aux éclats.


CHEIK BLANC

J'ai pris froid.

Je vais m'habiller.

On rentre après.


WANDA s'éloigne en même temps que CHEIK BLANC.


ARIDA

Hé!


WANDA

Moi?


ARIDA

Oui.

Viens ici.


WANDA approche à petits pas.


ARIDA

Salope!


WANDA

Quoi?


ARIDA

Salope!


CHEIK BLANC

Arida, allons...


ARIDA

Ton tour va venir!


Toute l'équipe se régale de la scène. ARIDA gifle WANDA.


CHEIK BLANC

Arida! Allons, arrête!


WANDA s'éloigne dans la honte pendant que le couple se chamaille.


WANDA

(Se ravisant)

Je sais vampire!

Je sais tout. Laissez-le en paix!

Vous n'avez aucun droit sur lui.

Je sais par quelle ruse

vous l'avez épousé!


ARIDA

Que dit-elle?


WANDA

Piège indigne!

Il en aimait une autre!


ARIDA

Une autre?


WANDA

Avec votre philtre,

vous l'avez épousé!

C'est du joli!


CHEIK BLANC se retrouve pris au piège par son mensonge et essaie de se dépêtrer de cette situation.


CHEIK BLANC

Qui t'a dit ça?

Tu veux ma perte?

Elle invente.

Je ne lui ai rien dit.

Elle a tout inventé.


Sur le plateau, tout le monde rit aux éclats.


CHEIK BLANC

Je ne la connais même pas!


WANDA entendant ces mots s'enfuit en courant. ARIDA veut la poursuivre, mais CHEIK BLANC la retient.


CHEIK BLANC

Je te jure!

(Voyant sa femme poursuivre WANDA)

Arida! Arida!


CHEIK BLANC s'effondre en larmes pendant qu'OSCAR rattrape ARIDA pour l'empêcher de commettre des bêtises.


Le réalisateur crie dans le porte-voix.


FERNANDO a retiré son costume de CHEIK BLANC et approche de son épouse en vélomoteur.


FERNANDO

Arida. Tiens! Monte

sur la Lambretta.


Le PRODUCTEUR et le RÉALISATEUR sont désemparés.


PRODUCTEUR

J'ai fait le tour. Rien.


RÉALISATEUR

Rien? Mais quel est son nom?


PRODUCTEUR

Je ne sais pas.

Fernando le sait.


FERNANDO

Moi?


ARIDA

Tu ne le sais pas?


FERNANDO

Non. Poupée Passionnée.


ARIDA

Poupée Passionnée.

Poupée Passionnée, qu'il dit.


RÉALISATEUR

(Hurlant dans le porte-voix)

Poupée Passionnée!


ARIDA a pris place sur le vélomoteur. FERNANDO est sur le siège derrière elle.


ARIDA

Laisse-moi!


FERNANDO

Embrasse-moi.

Je t'étrangle.


ARIDA roule les épaules pour se dégager de FERNANDO.


Le couple s'en va sur le vélomoteur suivi d'un homme à cheval.


Les autres comédiens sont déjà tous prêts à partir, dans les camions et les voitures disponibles.


FELGA

(Assise dans une voiture)

Alors, on s'en va?

Une heure que j'attends.


RÉALISATEUR

Et la pauvre fille?


FELGA

Elle a dû rentrer de son côté.


RÉALISATEUR

Mais où a-t-elle pu aller?

(Dans le porte-voix)

En voiture!


Un homme approche avec le baigneur et s'adresse au réalisateur.


HOMME

Écoutez-le.

On lui a volé ses frusques.


RÉALISATEUR

Je ne sais rien.


BAIGNEUR

Comment ça?


RÉALISATEUR

Si vous aviez fermé

la voiture, on n'aurait rien volé.


BAIGNEUR

Quel raisonnement de sauvages!

J'irai chez les gendarmes!


RÉALISATEUR

Allez-y, mais filez d'ici!


BAIGNEUR

Rira bien qui rira le dernier.


HOMME

Je m'en fous!


BAIGNEUR

Ce n'est pas fini!

Ce n'est pas fini!


Les voitures de l'équipe du plateau commencent à rouler et s'éloignent de la plage.


BAIGNEUR

(Courant derrière les voitures)

Ce n'est pas fini!

Voleurs, canailles!


La nuit tombe et WANDA est toujours près de la mer en costume de scène. Elle pleure près de la balançoire. Soudain, elle aperçoit le dresseur de chameau guidant son chameau dans la campagne.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Et que fais-tu ici?


WANDA

Où sont les autres?


DRESSEUR DE CHAMEAU

Ils t'ont cherchée

et ils sont partis.

C'est à toi, ce manteau?


Le DRESSEUR DE CHAMEAU rend son manteau à WANDA.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Il était sur la plage.


WANDA

Oui. Oui, merci.


WANDA s'avance et prend son manteau.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Comment rentreras-tu à Rome?


WANDA

Je ne sais pas.


La nuit venue, IVAN et sa famille rentrent à l'hôtel en calèche.


IVAN

La fenêtre est éteinte.

Elle doit s'être endormie.


TANTE D'IVAN

Ah si?


ONCLE D'IVAN

Bon. Je crois que ça suffit

pour aujourd'hui.


IVAN

Alors, à demain.


ONCLE D'IVAN

À demain.

Rendez-vous à l'Hôtel, à 10 h.


IVAN

Oui.


ONCLE D'IVAN

À 11 h, audience pontificale.

J'ai pu la faire remettre.

Toi et Wanda, bien entendu!


IVAN

Bien entendu, demain.

À 13 h, déjeuner chez les cousins.

Puis, Palatin, Sénat, Parlement

et les travaux du métropolitain.


RITA

Magnifique.


AROLDINO

(Prenant le chapeau du fiancé de RITA)

On rentre à la maison?


FIANCÉ DE RITA

Arrête!


ONCLE D'IVAN

Bon! Bonne nuit.

À Wanda aussi,

que nous n'avons pas eu

le plaisir de voir.


IVAN

Bonne nuit, oncle.

(Saluant sa tante et les autres)

Bonne nuit.


La tante ricane avant d'embrasser IVAN.


IVAN

Qu'y a-t-il?


TANTE D'IVAN

Rien. Bonne nuit.


IVAN

(Se levant)

Bonne nuit.

Et merci de cette belle journée.


TOUS

Arrivederci! Ciao!

Buena notte!


IVAN reste sur le pas de la porte à regarder la calèche s'éloigner.


RITA

Ciao Ivan.

Je t'assure que demain,

Wanda sera sur pied.

Porte-toi bien!

Ciao!


IVAN

Bonne nuit, ma tante!


ONCLE D'IVAN

(Se levant dans la calèche)

N'oublie pas :

à 10 h, rendez-vous ici.


IVAN

Rendez-vous, ici!


RITA

Bonne nuit, Ivan.


IVAN entre dans l'hôtel. Le tenancier fait du charme à une cliente.


TENANCIER

(Se tournant vers IVAN)

Bonsoir.


IVAN

Elle est revenue?


TENANCIER

Non, pas encore.


IVAN baisse la tête.


TENANCIER

Mais qu'est-ce qui est arrivé?


IVAN

Je n'en sais rien.


La nuit est tombée. Les heures passent, marquées par les carillons des églises. IVAN erre sur la place près de la rue du 24 Mai.


IVAN s'assoit à la fontaine de la place, désespéré. Le carillon sonne trois heures. IVAN fond en larmes.


Au loin une femme parle.


FEMME

(Parlant dans le noir)

Ah! Si tu avais vu la fin!

Formidable!

Lui, c'est un type louche

et lui dit :

« Tu m'aimes? » « Oui .»


La femme apparaît sur la place en marchant accompagnée d'une autre femme.


FEMME

« Alors, danse avec moi. »

Et ils dansent.


La femme danse sur la place imitant les danseurs de l'histoire.


FEMME

La danseuse est la meilleure!


La FEMME s'arrête d'un coup en apercevant IVAN qui pleure à la fontaine.


FEMME

(À son amie)

Qu'est-ce qu'il est saoul!


La femme approche d'IVAN.


FEMME

(S'adressant à IVAN)

Quoi? Tu pleures?


IVAN regarde la femme et se remet à pleurer.


FEMME

Il pleure!


FEMME 2

C'est peut-être un dingue.

Filons vite!


FEMME

Qu'est-ce qui te travaille?

Dis-moi!

(Appelant sa copine)

Viens voir! Viens!

(S'adressant à IVAN)

Qu'est-il arrivé?


IVAN

(Sanglotant)

Ma femme s'est sauvée.


FEMME

Sa femme s'est sauvée!


FEMME 2

Le pauvre! Regarde-le.


FEMME

Écoutez, Monsieur.

Prenez une cigarette.

(S'adressant à sa copine)

Donne-moi une allumette.

Le pauvre chéri.


FEMME 2

Comment nous sommes,

nous, les femmes!


FEMME

Mais pourquoi ta femme

s'est sauvée?

(Séchant les larmes d'IVAN)

Tu la battais, hein?


FEMME 2

Tu as été méchant?


IVAN

Ce matin...

On est arrivés ce matin,

sans histoires,

parfaitement à l'heure.

On a pris un fiacre...


FEMME 2

Un quoi?


FEMME

Un fiacre.


IVAN

Et on est allés à l'hôtel.

J'ai téléphoné.

Tout allait bien.

À 11 h, chez le Pape.


FEMME 2

Le Pape?


FEMME

Oui, chez le Pape.

Mon cousin l'a vu aussi.


IVAN

Oui, il nous attendait.

Puis, on devait aller par-ci,

par-là, au Soldat Inconnu.

Je me réveille et elle est...

Pourquoi elle est partie?


IVAN sort un mouchoir de sa poche pour éponger ses pleurs. Un sachet de dragées tombe au sol.


FEMME

Des dragées!

Je peux en prendre une?


FEMME 2

En voyage de noces?


IVAN

Oui! C'est notre lune de miel!


FEMME

C'est trop fort!

Elle s'est sauvée

avec son petit ami.


FEMME 2

Ou il lui est arrivé

un malheur.


IVAN

Non, non!

Non, ce n'est pas ça.


FEMME

Tu vois.

(Prenant une dragée)

Elle est jeune? Belle?


IVAN

Belle! Regardez.


IVAN sort une photo de sa poche.


FEMME

Mais elle a 13 ans, ta femme?


IVAN

C'était sa Première communion.


FEMME

Ah!


IVAN

(Montrant une seconde photo)

L'an passé, en avril,

pour nos fiançailles.

20 ans!


FEMME

La vache! Regarde.


FEMME 2

Belle!


IVAN

(Montrant une autre photo)

À 6 ans, en dixième.

Elle avait 10 en tout!

Sauf en écriture.

Là, c'est à la mer, il y a 2 ans.

La classe!


FEMME

Mais c'est qu'elle est chouette

en maillot!


IVAN

À 6 mois, en 1922.

À peine née!

Moi, j'étais déjà scout.


FEMME

(Remarquant un passant)

Regarde qui vient!

Arturo!


ARTURO

Qui es-tu?


FEMME

C'est moi, Cabiria!

(Rejoignant Arturo)

Fais-nous une belle flamme.

Allez!


ARTURO fait mine de rebrousser chemin.


FEMME

Ne te fais pas trop prier.

Allons, vas-y!


ARTURO

J'ai trop travaillé.

Je suis fatigué.


FEMME

Mais non!

Il te fera un cadeau.


ARTURO

Viens à l'hôtel avec moi.

Allons nous reposer.


ARTURO allume une torche et fait un numéro de cracheur de feu pour amuser IVAN.


FEMME 2

Viens, allons nous reposer.

Viens.

Je te plais pas?


IVAN se lève comme un automate et suit la femme sans rechigner.


Au loin, ARTURO arrête son numéro.


ARTURO

Assez, j'en ai marre.

Mon estomac brûle.

C'est du feu!


FEMME

(Voyant les autres partir)

Venez voir!

Mais où allez-vous?


FEMME 2

Salut!

Nous nous verrons demain.


ARTURO crache du feu devant la femme amusée.


FEMME

Encore une fois!


Le dresseur de chameau ramène WANDA à son hôtel.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Voici l'hôtel.


WANDA

Merci. N'allez pas plus loin.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Alors, ce petit risotto

ne te tente pas?

Il n'y a personne chez moi.

Tu pourras y rester coucher.


WANDA

Ouvrez-moi la porte.


Le dresseur n'insiste pas et ouvre la portière de la voiture pour laisser descendre WANDA.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Alors, pas de risotto?


WANDA

Merci, monsieur. N'insistez pas.


DRESSEUR DE CHAMEAU

Eh va donc, bayadère!


Le dresseur s'en va un peu fâché.


WANDA voit quelqu'un sortir de l'hôtel. C'est le PORTEUR qui fume une cigarette. Elle n'ose pas entrer et s'éloigne dans la rue.


Pendant la nuit, le téléphone sonne à l'hôtel. Le PORTEUR se lève et répond.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Hôtel des Fleurs.


WANDA

(Dans une place publique)

Allô? Il est là, M. Cavalli?


PORTEUR DE L'HÔTEL

La clé n'est pas là. J'appelle.


WANDA

Ne l'appelez pas!

Laissez-le dormir, le pauvre!

(En pleurant)

Dites-lui seulement

de ne plus m'attendre.


PORTEUR DE L'HÔTEL

Non, non!


WANDA

Dites-lui qu'un destin fatal

a flétri l'honneur de son nom.

L'honneur de son nom.

Mais je suis toujours pure.

Dites-lui...

Je suis dans la boue et je sortirai

de sa vie pour toujours!


PORTEUR DE L'HÔTEL

Un instant, que j'écrive!


WANDA

La vraie vie est dans le rêve.

Mais le rêve est aussi

un abîme fatal!

Un abîme fatal!


PORTEUR DE L'HÔTEL

Comment? « Abîme »?

« A » comme Anne?

Répétez, je vous prie.


WANDA se retrouve sur les berges du fleuve, dans la nuit. Au loin, un chien aboie.


WANDA marche sur la berge, remplie de désespoir. Après un moment, elle s'approche de l'eau. S'en remettant aux anges sculptés des statues environnantes. WANDA pleure et se jette à l'eau profonde de quelques centimètres à peine. Un homme sort d'une péniche ameuté par le chien qui aboie.


HOMME DE LA PÉNICHE

Qui est là?


WANDA est assise dans l'eau et est à peine mouillée.


HOMME DE LA PÉNICHE

(Apercevant WANDA)

Mais qu'est-ce que tu fais là?

Sors-toi de là!


Au matin, IVAN rentre à l'hôtel l'air hagard. Le TENANCIER lui tend le message de WANDA.


Dans le salon de l'hôtel, l'ONCLE et les autres l'attendent.


TENANCIER

On a laissé ce papier pour vous.


IVAN

Mon oncle!

Que puis-je dire?


Le téléphone sonne.


IVAN

Le nom des Cavalli...


Le TENANCIER répond au téléphone.


TENANCIER

M. Cavalli? Un instant.

C'est pour vous.


IVAN s'approche du comptoir sans entrain.


TENANCIER

Parlez ici.


IVAN prend le téléphone en émettant que des sons incongrus. Il se retourne en pleurant.


IVAN

Si. Si.

Mais où?

Oh!


IVAN s'évanouit avant d'avoir raccroché le téléphone.


Toute la famille monte IVAN à l'étage, aidé par la femme de chambre et le PORTEUR de l'hôtel.


FEMME DE CHAMBRE

Doucement! Doucement!


TANTE D'IVAN

Il faut un médecin.


ONCLE D'IVAN

Mais non, c'est un évanouissement.


TANTE D'IVAN

Mettons-le au lit.


ONCLE D'IVAN

Attention à sa tête.

Doucement!

Ouvrez la porte.


Le porteur de l'hôtel ouvre la porte de la chambre.


IVAN se réveille au moment où le porteur ouvre la porte.


IVAN

Arrêtez! Laissez-moi!


IVAN se débat en donnant des coups de pieds.


ONCLE D'IVAN

Laissez-le se lever!

Laissez-le!


IVAN

Tout va bien!

Très bien.

Rien n'est arrivé!

Allez-y.

Allons tous chez le Pape.

Wanda est prête.

Elle se porte bien.

Fais vite, chérie!

On t'attend.

Elle arrive.

Allez-y.

Chut!

Ne lui faites pas peur!

Devancez-nous chez le Pape.

On vous retrouve dans

une demi-heure.


IVAN repousse sa famille vers les escaliers.


IVAN

D'accord!

Dans une demi-heure,

sous la colonnade.


ONCLE D'IVAN

Ivan, d'homme à homme :

qu'est-ce qui se passe?

(Se retournant vers les autres)

Allez m'attendre en bas!

Allons partez!

Partez!


Le PORTEUR reste dans le couloir


PORTEUR DE L'HÔTEL

Moi aussi?


ONCLE D'IVAN

Oui.

Parle.


IVAN

Je jure sur le nom des Cavalli.

Rien n'est arrivé.

Croyez-moi.

Rien!


L'ONCLE se retourne, fait quelques pas, puis regarde IVAN.


ONCLE D'IVAN

Dans une demi-heure?


IVAN

Oui.


L'ONCLE se dirige vers l'escalier.


ONCLE D'IVAN

Dans une demi-heure.


IVAN

Sous la colonnade.


Une fois la famille partie, IVAN se précipite dans sa chambre et fouille ses bagages pour se changer et porter des vêtements convenables à WANDA. IVAN court dehors.


IVAN

Taxi! Taxi!

(S'adressant au PORTEUR qui nettoie l'enseigne)

Par là?

(Changeant de direction)

Non, par là!


La voiture taxi amène IVAN à l'hôpital.


IVAN descend de la voiture et s'adresse au chauffeur.


IVAN

Attendez-moi ici.


CHAUFFEUR DE TAXI

Non. Payez-moi d'abord.


IVAN

Mais lâchez-moi!

(S'adressant à un médecin)

Le 5e pavillon?


MÉDECIN

Droit devant vous.


CHAUFFEUR DE TAXI

Au fou!


Le chauffeur sort de sa voiture pour courir derrière IVAN qui s'arrête devant un DOCTEUR.


DOCTEUR

Monsieur Cavalli?

Voilà l'homme qui a sauvé

votre femme.


L'HOMME de la péniche est assis sur un banc.


HOMME DE LA PÉNICHE

Au milieu de la nuit,

c'était 2 heures.

Je dormais dans ma péniche...


Le DOCTEUR et l'HOMME de la péniche guident IVAN vers la chambre de WANDA. Le CHAUFFEUR de taxi les suit.


Un gendarme monte la garde devant la porte de la chambre.


GENDARME

Bonjour, monsieur.

Nous l'avons trouvée.

Et nous allons trouver

aussi le Cheik.


DOCTEUR

Madame est ici.

Restez calme.

Ne soyez pas impressionné.

S'il vous plaît.


IVAN entre dans la chambre et aperçoit WANDA apeurée, sale et trempée. WANDA pleure. Soudain elle se rappelle son accoutrement et couvre ses épaules avant d'aller chercher son manteau.


WANDA s'éloigne d'IVAN.


IVAN s'assoit sur le lit sans matelas et pleure aussi.


IVAN se tourne vers WANDA et marmonne quelque chose en pleurant. Les deux pleurent chacun de leur côté.


IVAN

(Regardant sa montre)

À 11 h, on doit être chez

le Pape. Tu as 5 minutes

pour t'habiller.

Je ne veux rien savoir maintenant.

D'abord, l'honneur de la famille.

Habille-toi.

(Jetant le paquet contenant ses vêtements à WANDA)

Tiens les souliers et le voile.

Habille-toi immédiatement.


IVAN sort de la chambre pour attendre WANDA.


IVAN

Immédiatement!


À la place Saint-Marc, l'ONCLE attend en faisant les cent pas.


Une nonne discute avec une jeune fille.


NONNE

Et toi aussi?


JEUNE FILLE

Oui, ma sœur.


NONNE

L'air y est bon!


PRÊTRE

(Venant chercher les fidèles)

Vite, pressons.

Avancez un peu!


TANTE D'IVAN

(Rejoignant l'ONCLE)

Mais ils vont entrer.


ONCLE D'IVAN

Qu'est-ce que je peux faire?

Monsieur l'abbé,

puis-je vous dire un mot?


AROLDINO cherche IVAN sur la place, pendant que l'ONCLE rejoint l'abbé.


AROLDINO

Papa, le voilà!


Une voiture amène IVAN et WANDA.


IVAN

(Se penchant à la fenêtre de la voiture)

Nous voilà, mon oncle!


La voiture s'arrête. IVAN descend le premier, suivi de WANDA.


IVAN

Viens vite.

Comme ça.


IVAN pose le voile sur la tête de WANDA qui fait mine de s'organiser en rechignant.


WANDA

Ah! Le manteau.


IVAN

(S'adressant à son ONCLE)

Le manteau.


WANDA et IVAN marchent vers la famille.


IVAN

Voici ma femme, Wanda.


Après un court moment, l'ONCLE ouvre grand les bras.


ONCLE D'IVAN

Très chère!

Voici Aroldino.


TANTE D'IVAN

Enfin!


RITA

Comment vas-tu?

Tu connais mon fiancé?


ONCLE D'IVAN

Montre-toi!


TANTE D'IVAN

(Prenant WANDA par le bras)

Ce tyran ne m'a pas laissé

monter dans la chambre.

Mais je vais te donner

un petit remède avec des herbes.

Quel amour!


IVAN sourit et se retourne pour se frapper contre le chauffeur de taxi qui attend d'être payé.


CHAUFFEUR DE TAXI

Et l'argent?


IVAN

Combien?


ONCLE D'IVAN

Vite! On doit rejoindre

le cortège des mariés.


CHAUFFEUR DE TAXI

Merci. Et bonne chance.


ONCLE D'IVAN

As-tu fini de payer?

Viens.

Allez, on y va.

Il faut nous dépêcher,

ils vont entrer.


IVAN

(Retirant son chapeau)

Si.


ONCLE D'IVAN

Enlève ton imperméable,

donne le bras à ta femme.


IVAN remet son chapeau, retire son imperméable et donne le bras à WANDA qui s'accroche doucement.


ONCLE D'IVAN

Prêts? Allons-y!

De la tenue!


IVAN et WANDA marchent tous les deux vers la chapelle Sixtine.


WANDA

Ivan?

Je n'ai rien fait de mal, tu sais.

Le destin s'en est mêlé.

Mais je suis pure, innocente.


IVAN soupire en souriant.


IVAN

Moi aussi, tu sais.


WANDA

Ivan, Ivan.

Mon Cheik Blanc, c'est toi.


ONCLE D'IVAN

Pressons, pressons, les enfants!

Pressons!


Toute la famille rejoint le groupe de mariés qui avancent pour l'audience avec le Pape.


Générique de fermeture




Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par