Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Zéro Motivation

Un groupe de jeunes filles font leur service militaire au service des ressources humaines de l’armée israélienne dans une base située au milieu du désert. Loin des combats, il s’agit plutôt pour elles de savoir qui est la meilleure au Démineur, et de tout faire pour passer le temps avant de retourner enfin à la vie civile.



Réalisateur: Talya Lavie
Acteurs: Dana Ivgy, Shani Klein, Nelly Tagar
Année de production: 2014

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Des hommes et des femmes en tenue d'armée attendent avec leur bagage près d'un stationnement. Deux jeunes filles, ZOHAR et DAFFI font partie du groupe. Elles se jettent des regards interrogateurs.


Un autobus vient chercher le groupe. Tous montent à bord.


DAFFI

La place est prise.


ZOHAR se fraie un chemin dans l'allée de l'autobus et va prendre place près de DAFFI.


ZOHAR

Pardon.


Titre :
Zéro Motivation


L'autobus roule sur une route du désert.


ZOHAR et DAFFI sont endormies quand des bruits de moteur et l'immobilisation du bus les réveillent.


LE CHAUFFEUR

Nous avons un problème de moteur.

Nous attendons un autre bus.

Soldats, veuillez descendre du véhicule.

Dépêchez-vous, s'il vous plaît.


Quelques soldats commencent à descendre.


ZOHAR

On garde nos places!


Plus tard, les soldats ont pris place dans un bus plus petit. ZOHAR et DAFFI sont debout dans une allée serrée.


Texte narratif :
Chapitre 1 La remplaçante


L'autobus est arrivé à destination, ZOHAR et DAFFI prennent leur bagage et suivent le groupe qui marche dans l'allée menant à la base militaire.


DAFFI

Je vais me pendre.


ZOHAR

Après. On est déjà en retard.


DAFFI

J'avancerai pas plus.

Continue sans moi.


ZOHAR

J'ai raté deux bus pour t'attendre.

Rama va me tuer.


DAFFI

Pourquoi personne

ne répond à mes lettres?


DAFFI dépose son sac par terre et s'arrête.


ZOHAR

Je porte ton sac?


DAFFI

Ça ne sert à rien.

C'est mon cœur qui est lourd.

Je passerai pas une semaine de plus

dans cette base pourrie.


ZOHAR

Daffi, ça va passer vite.

On va se marrer,

battre un nouveau record au Démineur.


ZOHAR prend le sac de DAFFI et toutes deux se rendent à la base.


TEHILA

Excusez-moi.

C'est bien la base Shizafon?


ZOHAR

“Chie-à-fond”.

Oui, c'est ça.


TEHILA

Je suis nouvelle.


DAFFI

Pauvre de toi.


ZOHAR

Ne fais pas attention.

C'est la déprime du lundi.


DAFFI

Au fait, comment tu t'appelles?


TEHILA

Tehila.


DAFFI

Tu es à quel poste?


TEHILA

Secrétariat.


DAFFI

Où?


TEHILA

Dans un bureau.


DAFFI

Lequel?


ZOHAR

C'est un interrogatoire?

Moi, j'y vais.


DAFFI

Mais c'est ma remplaçante.


ZOHAR

Super.

Faut que je serve le café

aux têtes de nœud.


Dans une salle de réunion, les officiers sont réunis autour d'une table.


OFFICIER

“Attention,

la base grouille de tantouzes.”

Le petit nouveau: “Ah bon?”

L'ancien répond: “Oui,

Vous voulez que je vous les montre?”

Le petit nouveau dit oui.

Et alors, l'ancien:

“D'accord.

Mais vous m'embrassez d'abord.”


BOAZ

Il n'y a plus de café?


RAMA

Ne vous inquiétez pas,

mes filles s'en occupent.


BOAZ

Avant de commander 100 soldats,

il faut pouvoir en tenir 5.


RAMA

Oui.


BOAZ

Cette semaine,

on a plusieurs unités à la manœuvre.

Ber, nous vous écoutons.


RAMA se lève et sort de la salle de réunion.


BER

Nous sommes

sur la zone de tir Q-4.

Cibles: Alpha et Bravo,

avec balles traçantes.

Au nord de l'azimut 280°.


ZOHAR, DAFFI et TEHILA marchent vers le baraquement.


ZOHAR

Comment tu sais

que c'est ta remplaçante?


DAFFI

C'est évident.

Quelqu'un a enfin lu mes lettres

et décidé de m'aider.


ZOHAR

Tu viens d'où?


TEHILA

De la formation.


ZOHAR

Et on t'a envoyée où?


TEHILA

Ici.


DAFFI

Tu vois?


Les filles entrent dans le secrétariat. Quelqu'un lave de la vaisselle et DAFFI montre les installations à TEHILA.


DAFFI

Voici le service administratif.

Ta nouvelle maison.

Là, c'est ton bureau.


RAMA

Voilà notre bonne à rien.


ZOHAR

On a eu un problème.


RAMA

Les hauts gradés attendent.

Ils ont faim et soif,

alors je me fiche

de ton problème.


ZOHAR

Le bus est tombé en panne.


RAMA

Quand bien même

les extraterrestres débarqueraient,

tu es censée être ici,

à 9 h 30 tapantes.


ZOHAR

C'est ma faute.

Elle a raté deux bus à cause de moi.


RAMA

On n'est pas à la maternelle, ici.

C'est qui, elle?


DAFFI

Tehila …


RAMA

Bref.

Apporte le petit-déjeuner

et nettoie ça.


RANA montre une chemise qu'elle vient d'enlever.


ZOHAR

Quoi?


RAMA

Tu as bien entendu.

Enlève-moi cette tache.


DAFFI

Ce n'est pas la peine de saluer, ici.


ZOHAR

Comment elle me parle, elle!

Elle me prend pour son esclave?


DAFFI

Viens, on va faire le café.


ZOHAR

Elle peut toujours aller se faire foutre

avec tous ses gradés de mon cul!


DAFFI

Rama, notre officier,

est un peu guindée.


ZOHAR

Elle est conne, surtout.


DAFFI

(En prenant la chemise)

Viens.

(En poussant TEHILA vers la sortie)


LIVNAT ET LIAT entrent dans le secrétariat en chantant.


DAFFI commence tout de suite l'entraînement de sa remplaçante. Toutes les deux se dirigent vers la salle des officiers en portant chacune un plateau.


DAFFI

(En tenant une feuille)

C'est le plan de table

pour savoir quoi servir à qui.

Tu suis?

Ce n'est pas compliqué.

Salut, Anattie.


ANAT

Anat.


DAFFI

Tu te souviens de moi?

C'est parce que je ne pleure pas.

Daffi, du service administratif.


ANAT

Ah oui.

Sans le sweat à capuche …


DAFFI

Voici ma remplaçante.

Je suis mutée à Tel-Aviv.


ANAT

Quelle nouvelle!

C'est bien.

Bonne chance.


DAFFI

Merci.


Dans la salle de réunion, DAFFI et TEHILA distribuent les boissons à chacun selon le plan.


ZOHAR joue au Démineur sur son ordinateur pendant que LIAT et LIVNAT chantent assises l'une face à l'autre.


ZOHAR ouvre sa radio pour couvrir le chant des deux autres filles.


Les filles chantent de plus en plus fort et ZOHAR monte de plus en plus le volume.


ZOHAR

La ferme!

Fermez-la!


LIVNAT

Shh!

Administration.

Oui.

Ne quittez pas.


LIAT

Logistique, bonjour!


DAFFI poursuit la visite guidée avec TEHILA en la menant devant des étagères contenant des classeurs.


DAFFI

Là, ce sont les formulaires.

Pour les départs, les permissions …


LIAT

Non, ce n'est pas là.

Tu cherches quoi?


DAFFI

En tout cas …

Il y a tous les trucs administratifs.

Voici ma remplaçante, Tehila.


LIVNAT

Ta remplaçante?


DAFFI

Je suis mutée à Tel-Aviv.


LIVNAT

Sans blague.

Comment tu as fait?


DAFFI

Tu es jalouse?

Tehila, voici tes collègues.

Liat, la secrétaire de Rama.

Et Livnat …


LIAT

Je suis sous-off aux RH.


LIVNAT

Tu ne sais rien

de ce qu'on fait, quoi.


DAFFI

Comme si on faisait grand-chose.


LIVNAT

On bosse vachement.

Si tu bossais, tu le saurais.


IRENA

Daffi, mets encore ton sac ici

et je te le fais bouffer.


LIAT

Ça va, du calme.


DAFFI

Je te rappelle

qu'on partage ce bureau.


IRENA

Non, grosse maligne.

C'est mon bureau.

Dixit Rama.


DAFFI

Je te présente Irena.

Elle est nouvelle aussi.


IRENA

Juste depuis deux mois.


LIVNAT

Elle est assommée, la pauvre.

Deux ans, ça paraît long,

mais ça passe vite.


ZOHAR

Vite …

Tu parles.


De nouvelles filles entrent et embrasse LIAT et LIVNAT.


ENSEMBLE

Salut, les filles!

C'était bien, le week-end?


DAFFI

Ici, ce sont les perforeuses,

les agrafeuses, les agrafes,

les intercalaires,

les cutters, les feutres,

la colle, les cartouches …


IRENA

Assez!

Ferme ton bec.


DAFFI

L'agrafeuse murale.

L'objet le plus précieux du bureau.

Ce truc, c'est de la bombe.

Pour accrocher les affiches,

oublie les punaises et le scotch.

Il n'y en a que deux, numérotées.

On les cache ici.


ZOHAR

Ne révèle jamais la planque,

même sous la torture. Pigé?


Entre les baraquements, les militaires vont et viennent.


RAMA

Boaz?

Vous avez une seconde?


BOAZ

Pour vous, j'ai même une minute.


RAMA

Je me présente

pour le prolongement de service.

Il n'y a qu'un poste.

J'ai votre appui?


BOAZ

Il y a encore le temps.


RAMA

Oui, mais je préfère toujours anticiper.


BOAZ

Il y a combien de postulants?


RAMA

Moi et trois autres officiers.


BOAZ

Saine concurrence.

Il va falloir faire vos preuves.

L'inspection a bientôt lieu.


RAMA

En effet.


BOAZ

C'est l'occasion rêvée.


RAMA

Oui.

Je vais me donner sans compter.


BOAZ

Je n'en doute pas.


RAMA s'avance de quelques pas devant un groupe de filles de son département qui fume à l'extérieur.


RAMA

Mesdemoiselles.

Vous vous croyez en vacances?

Ça veut dire quoi, “mutée”?


DAFFI et TEHILA sont debout devant le bureau de RAMA.


DAFFI

Ça veut dire

ce que ça veut dire.

“Mutée à Tel-Aviv”.


RAMA

Pas d'insolence.

Je n'ai pas le temps pour ça.

Les recrutements,

c'est en fin de mois.


DAFFI

Rama, tout est arrangé.

Je suis en contact

avec les gradés de Tel-Aviv.


RAMA

En contact?


DAFFI

J'ai écrit …

Beaucoup.


RAMA

À qui?


DAFFI

Au service de la santé mentale,

à l'aide sociale,

au conseil des femmes militaires,

et au chef d'état-major en personne.


RAMA

Comment?


DAFFI

On lui a bien écrit aussi, Zohar?


ZOHAR

Au chef d'état-major?

Oui, il me semble.


RAMA

Tu as écrit au chef d'état-major?

Tu lui as raconté quoi?

Qu'on a dû t'inventer un poste,

“préposée au broyage de papier”,

tellement tu ne sais rien faire?

Que le désert t'assèche les cheveux?


DAFFI

On a formulé un peu différemment.


RAMA

Et tu m'as court-circuitée.


DAFFI

Il a dû confier ça

à un officier quelconque …


RAMA

J'y crois pas.

Dès qu'on n'est pas en unité

de combat, c'est la foire intégrale.

Arrêtez, avec ces dossiers!

Fermez la porte!

Je n'ai pas le temps, en ce moment.

Tu attendras.


DAFFI

Mais je m'occupe de tout.


RAMA

Tu es insolente.

Tu es sous l'influence de Zohar.


ZOHAR

Qu'est-ce que j'ai fait, moi?


RAMA

(En s'adressant à ZOHAR)

Tu me cherches?


ZOHAR

Non.


RAMA

Il est 13 h 7

et je n'ai pas le courrier.


ZOHAR

Je te l'ai déposé il y a une heure …

Tapante.


RAMA

Et ma chemise?

Tu as enlevé la tache?


ZOHAR

J'y travaille.


TEHILA et DAFFI passe des feuilles dans la déchiqueteuse.


DAFFI

Très bien.

Continue.


TEHILA

Tu fais ça tous les jours?


DAFFI

Ce n'est pas mon truc,

de broyer tous les jours.

Je préfère broyer

beaucoup d'un coup.

Mais tu feras comme tu sens.

Ce travail, c'est ce qu'on en fait.

Pardon.

Elles planent un peu.

Les secrétaires de CB

sont des snobinardes.


TEHILA

C'est quoi, “CB”?


DAFFI

Le commandant de la base.

Bientôt, tu connaîtras tout le monde.


TEHILA

Tu connais tous les soldats?


DAFFI

De la base?

Tu sais combien il y en a?


TEHILA

Combien?


DAFFI

Il y en a …

Plein.

Tu penses bien!


TEHILA et DAFFI se dirigent vers les dortoirs.


DAFFI

On va se poser un peu.

Il y a moyen de faire la sieste

à condition de rester discrète.


ZOHAR et DAFFI se servent au comptoir de la cafétéria.


ZOHAR

J'hallucine que tu partes.


DAFFI

Tu seras enfin tranquille.

Tu ne m'entendras plus pester.


ZOHAR

Tu me laisses seule

avec les truies choristes.


DAFFI

C'est Guy Sheffi.


GUY SHEFFI regarde en direction de ZOHAR et DAFFI.


DAFFI

Il t'a matée.


ZOHAR

Sérieux?


DAFFI

Oui, va le voir.


ZOHAR

Et je lui dirais quoi?


DAFFI et ZOHAR mangent ensemble à une table pas très loin de celle de GUY SHEFFI.


DAFFI

J'en sais rien.

“Salut.”


ZOHAR

Ses copains sont mignons aussi.

Je te les présenterai, bientôt.


DAFFI

Commence par lui parler.


ZOHAR

Je lui parle si tu restes.


DAFFI

Quel rapport?

On pourra s'appeler.

Quand tu viendras,

on fera du shopping.

On se parlera au téléphone.


ZOHAR

Au téléphone?

Un téléphone,

ça garde pas la place dans le bus.

Ça bat pas tous les records

aux jeux. Tu vas être trop mal,

là-bas. T'auras personne

à qui parler, avec qui manger.


Chacune lance un morceau de légume dans un bol au centre de la table.


ZOHAR est de retour devant son ordinateur.


ZOHAR

Mesdames, messieurs.

Après les prouesses

de la championne espagnole,

l'Israélienne fera-t-elle mieux?

Elle coche dur, très dur.

Elle aurait été formée

dans l'armée israélienne.

Attention ...


DAFFI

J'ai battu le record!


ZOHAR

Bouge, c'est à moi!


DAFFI

Zohar Ben-Ari entre en piste …


RAMA

Vous n'en avez pas marre?


DAFFI

Rama …

J'ai tout expliqué à Tehila.

Tu peux la tester demain.

Donc, si tu es d'accord,

je partirai demain.


RAMA

Viens dans mon bureau demain matin,

on verra ça.


RAMA ferme la porte de l'armoire à classeurs et trouve sa chemise accrochée à la poignée. En regardant de plus près, elle voit un trou au lieu d'une tache.


RAMA

Tu trouves ça drôle?


ZOHAR

Tu voulais que j'enlève la tache.

Je l'ai enlevée.


RAMA

Tu es privée de week-end.


DAFFI

Sois sympa.

Je vais la recoudre.


RAMA

Occupe-toi plutôt des poubelles.

Tu ne partiras pas

tant que tout ne sera pas broyé.


RAMA donne la corbeille à papiers à DAFFI dans un geste brusque.


ETHAN est avec une fille dans son baraquement.


On frappe à la porte.


ETHAN

(En chuchotant)

Merde, c'est Shapiro.

Le con.

Une seconde.


ETHAN couvre la fille pour qu'elle ne soit pas visible et change la lampe de place.


ETHAN

Une seconde.


ETHAN va ouvrir.


TEHILA

Ethan.


ETHAN

Qu'est-ce que tu fais ici?


TEHILA

Je suis affectée ici.


ETHAN

Quoi? Comment ça?


TEHILA

Je peux entrer?


ETHAN

Le dortoir n'est pas mixte

et le sergent veille au grain …


TEHILA saute au cou de ETHAN et entre malgré tout dans le baraquement.


ETHAN

Arrête, ça craint.

On se parlera demain.


TEHILA

J'étais inquiète.

Pourquoi tu ne m'as pas rappelée?


ETHAN

Je te l'ai dit.

C'est tendu, ici.


TEHILA

C'était pas bien, nous deux?


ETHAN

Si, c'était cool.


TEHILA

Je repense à nous

dans l'eau, dans la tente …


ETHAN

Oui, mais …

C'était l'été dernier.

On ne s'est vus que …


TEHILA

Huit fois.

Dont cinq nuits,

sans compter le lac de Tibériade.

J'ai une surprise pour toi,

mais comme tu rappelais pas …


ETHAN

Il faut que tu partes.


TEHILA

Mais ma surprise …


ETHAN

Arrête.

Si je ne t'ai pas rappelée,

c'est aussi parce que …


TEHILA

Je n'ai jamais aimé si fort.

Mon cœur est à toi.


ETHAN

Je comprends …

Mais c'est fini.

Je ne suis pas amoureux.


TEHILA

Pourquoi?


ETHAN

C'est comme ça, c'est tout.


TEHILA

Tu disais

que tu pensais tout le temps à moi.


ETHAN

Je ne m'en souviens pas.


TEHILA

Depuis 4 mois,

je ne pense qu'à toi.

Ethan, Ethan …


ETHAN

Tu n'es pas affectée ici, hein?

Comment tu es entrée?


TEHILA

Il fallait absolument que je te voie.


De nouveau TEHILA saute sur ETHAN qui la repousse.


ETHAN

Arrête …


L'autre fille sort de sa cachette et TEHILA est sous le choc. ETHAN tente de faire taire TEHILA.


ANAT

Tu es la nouvelle de l'administration?


ETHAN

Elle n'est pas dans l'armée.

Elle a pété un plomb.

Notre histoire, c'était rien du tout.


TEHILA

Rien du tout?

Si tu voyais les SMS qu'il m'a envoyés!

J'ai appelé chez toi,

ta mère m'a dit que tu étais là,

et deux secondes après,

elle a dit que non.

Tu lui avais demandé de me mentir?


ETHAN

Se faire passer pour un soldat

est un délit.

Tu risques d'aller en prison.

Hein, Anattie?


TEHILA

Mais à Tibériade …


ETHAN

Tu m'emmerdes, avec Tibériade!

C'est du passé.

Je suis avec quelqu'un.

Il faut vite que tu quittes

cette base avant

qu'on découvre

ce que tu as fait.


ANAT

Où as-tu trouvé l'uniforme?


ETHAN

C'est totalement dingue.

Écoute, je suis désolé.

Je suis vraiment désolé

de ne pas t'avoir rappelée.


ANAT

Tu veux que je te raccompagne?


ANAT empoigne TEHILA, mais TEHILA ne se laisse pas faire.


ETHAN

C'est bon, tu dégages

ou j'appelle la sécurité.

Tu veux foutre ta vie en l'air?


TEHILA

Tu t'en es déjà chargé.


Dans le baraquement des douches, les filles se lavent.


DAFFI

Tehila, ça va?


TEHILA

Oui.


DAFFI

On est dans la chambre,

si tu as besoin de nous.


TEHILA est enfermé dans un cabinet et pleure. Elle tient un couteau à lame rétractable appuyé sur sa cuisse.


Dans le dortoir des filles, du pain grille sur un calorifère.


LIAT et LIVNAT chantent en duo. [IRENA

C'est tombé par terre et tu le manges?

C'est dégueu.


LIVNAT

Rien n'est dégueu pour Zohar.

C'est ça, quand on vient d'un kibboutz.


ZOHAR

Cause toujours, sale truie.

Gaffe à toi.


LIVNAT

Laisse tomber.


ZOHAR

C'est ça, laisse tomber.


Le duo se remet à chanter.


IRENA se couche.


ZOHAR

Daffi.

Tu crois vraiment qu'il m'a matée?


DAFFI

Je me fais du souci pour Tehila.

Ça fait des heures

qu'elle est aux chiottes.


ZOHAR

Elle doit être constipée.

Comme toi quand tu es arrivée ici.


IRENA

Vous pourriez la fermer?

J'essaie de dormir.


ZOHAR

Nous ou elles?


IRENA

Les deux.


ZOHAR

“Les deux.”


ZOHAR s'imagine dans les bras d'un homme.


Au matin, ZOHAR regarde DAFFI dormir en suçant son pouce. Près du lit de DAFFI, une longue traînée de sang mène jusqu'à la couchette de TEHILA.


ZOHAR soulève la couverture. Le corps de TEHILA est couvert de sang. DAFFI et les autres filles se lèvent aussi.


DAFFI

Livnat.


IRENA s'approche


LIAT

Merde.


RAMA mange dans son bureau quand le téléphone sonne.


RAMA

Oui? J'arrive.


Dans le dortoir des filles, les draps et couvertures ensanglantées sont photographiés.


La police militaire fait son enquête et un cordon de sécurité est dressé autour du baraquement des filles.


Devant le baraquement, RAMA parle à une enquêteure. Les filles sont réunis dans une cour intérieure.


RAMA avance vers le groupe qui se rapproche.


RAMA

On n'a pas besoin d'un enquête

pour savoir qu'on a merdé

en beauté. Une soldate

s'est suicidée.

Une fausse soldate.

Qui nous a toutes roulées.

Cinq sous-officiers

n'ont pas suffi à s'en apercevoir.

Elle n'avait même pas de plaque.


LIAT

Si. Elle avait volé le sac d'un soldat.


RAMA

Quand un nouveau sort de nulle part,

il faut m'en avertir tout de suite!


ZOHAR

Tu n'avais pas le temps.


RAMA

Pardon?


ZOHAR

C'est ce que tu as dit à Daffi.


RAMA

Tu as du culot, toi, tu sais?


ZOHAR

Oui, tu me le répètes assez.


RAMA

Je ne surveille pas les entrées ici.

Vous savez pourquoi?

Ce n'est pas mon boulot.

Mon boulot, c'est de vous superviser.

Si l'une de vous avait pensé

à passer un coup de fil,

ou m'avait signalé un problème,

Tehila serait en vie.


ZOHAR

Mon cul, oui.


RAMA

Je te demande pardon?


ZOHAR

Pourquoi on porterait le chapeau?

C'est toi l'officier, assume.


RAMA

Je vais assumer, oui.

Je vais assumer

le culot de mes soldates.

Crois-moi, Zohar.

Je vais te faire filer droit.

Oublie ton week-end.


ZOHAR

C'est fait.


RAMA

Ça fera deux.

Ou on passe direct à 21 jours?


ZOHAR

Ça fait 21 jours.

Tu ne sais pas compter?


RAMA

Tu as raison.

Au temps pour moi.

Passons à 28 jours.

On continue?


DAFFI ne peut s'empêcher de pleurer.


Les filles restent dans la cour. Autour du baraquement un attroupement d'officiers et de police militaire continue d'enquêter. [BOAZ

Rama.


L'ENQUÊTEUR

Parlez-nous de ce qui s'est passé.


RAMA

Elle est arrivée hier matin …


BOAZ

Allons dans la salle de réunion.


On retire le matelas de la couchette pour en remettre un neuf.


Au secrétariat, l'atmosphère est lugubre. DAFFI tient l'agrafeuse à pression contre sa tempe.


DAFFI

Je vais me tuer aussi.

Comme ça, on fera attention à moi.


DAFFI appuie sur l'agrafeuse, mais rien de se passe. L'agrafeuse est vide.


LIVNAT

On fera attention à toi,

mais tu n'en profiteras pas,

car tu seras morte.


DAFFI

Je m'en fiche.

Vous devez signaler

que j'ai menacé de me tuer.


IRENA

Tue-toi, on signalera.


DAFFI

Tu ne me crois pas?


IRENA

Mais si.

On est curieuses de voir ça.


DAFFI

Je vais boire du Tipp-Ex.

C'est très toxique.

Il n'y en a plus.

Attendez le ravitaillement …

Vous le regretterez.


LIAT

(En tendant une bouteille)

J'en ai.


ZOHAR

Qu'est-ce que tu caches d'autre, toi?


RAMA

Pour toi, sous-officier au courrier.


ZOHAR

Merci.


RAMA

Vous savez le surnom

de l'Administration, ici?

“Ad-masturbation.”


ZOHAR

On dit ça dans toutes les bases.


RAMA

Pas ici, plutôt mourir!

(S'adressant à DAFFI)

Sous-officier au broyage,

quand tu auras fini d'écrire

des mots doux au chef d'état-major,

auras-tu le temps

de faire ton travail?


DAFFI sort avec un sac de papier à recycler qu'elle traîne derrière elle. Elle fait la tournée des salles et ramasse les documents à déchiqueter. [LIVNAT

On recycle encore?

Parce qu'on a pas fait le tri.

Tu pourras broyer ça aussi?


DAFFI est à la broyeuse et passe les feuilles une à une.


Texte informatif :
Demande urgente de mutation À l'attention de l'état-major


DAFFI en voyant la demande, la prend et l'apporte à ZOHAR.


ZOHAR

C'est quoi, ça?


DAFFI

Tu n'as pas envoyé mes lettres?


DAFFI sort dans la cour.


ZOHAR

Daffi.


DAFFI

Tu m'as menti.


ZOHAR

Je n'ai pas menti.


DAFFI

Tu disais m'aider.


ZOHAR

J'y ai mis tout mon cœur.


DAFFI

Mais tu n'as pas envoyé les lettres.


ZOHAR

Jamais.

Je ne voulais pas que tu sois humiliée.

Elles auraient fini dans une poubelle,

ou affichées sur un mur pour faire rire.


DAFFI

Mon rêve prête à rire?


ZOHAR

Ton rêve est un peu bidon, non?

Franchement … Faire le café

à Tel-Aviv … Ici, au moins,

tu m'as moi.

Tu ne trouveras pas

d'amie comme moi.


DAFFI

Ça, je l'espère bien.


ZOHAR

OK. Qui est-ce qui

t'attendra des heures

à l'arrêt de bus

pour te tenir la main ici?


DAFFI

Je te fais pitié, c'est ça?


ZOHAR

Je suis désolée, d'accord?


DAFFI

J'étais furax contre l'armée.

Mais en fait, c'est à cause de toi

que je suis coincée ici.


ZOHAR

Tu sais quoi?

Envoie-les, tes lettres de morveuse.

Crois-y bien fort.

On verra qui ça intéresse!

Peut-être le chef d'état-major!


DAFFI s'éloigne en direction du désert. ZOHAR retourne vers le secrétariat.


DAFFI va voir ANAT.


ANAT

Qu'est-ce qu'il y a

de si spécial à Tel-Aviv?


DAFFI

À la fin de la formation initiale,

on nous a fait indiquer

trois souhaits d'affectation.

J'ai écrit trois fois: Tel-Aviv.


ANAT

J'ai compris. Mais pourquoi?

En général, on cherche à être

près de chez soi.

Tu habites à Haïfa.


DAFFI

Mais je veux habiter à Tel-Aviv

et avoir une vraie vie.


ANAT

Le problème,

si on n'habite pas près de Tel-Aviv,

c'est que l'armée

doit fournir un logement.


DAFFI

Mais je n'en peux plus, Anattie.


ANAT

Anat.


DAFFI pleure sans s'arrêter.


ANAT donne un formulaire à DAFFI.


ANAT

Explique tes raisons

de vouloir être mutée.

J'essaierai de t'appuyer,

mais ce sera long.

Pour être mutée,

je n'ai pas joué les pleureuses.


DAFFI

Comment tu as fait?


ANAT

J'ai fait l'école des officiers.


DAFFI retourne dehors, quelqu'un lui tend un papier mouchoir.


DAFFI

Merci.


GUY SHEFFI

Ça va?


GUY SHEFFI et DAFFI marchent ensemble vers la base.


ZOHAR observe la scène derrière le store.


LIVNAT et LIAT chantent en travaillant.


LIVNAT

Administration.


DAFFI entre dans le bureau, accompagnée de GUY SHEFFI qui se dirige directement vers ZOHAR.


GUY SHEFFI

Je voudrais un formulaire

de libération de service.


ZOHAR

Quoi?


GUY SHEFFI

De libération de service.

C'est ici, non?


ZOHAR

Tu t'en vas?


GUY SHEFFI

Tu pourras rendre ça à Daffi?

(En tendant des écouteurs à ZOHAR)

Je peux l'avoir?


ZOHAR

Quoi?

Ah oui.

(En désignant LIVNAT)

C'est elle qui s'en occupe.


GUY SHEFFI

OK. Merci.


DAFFI rencontre RAMA dans son bureau.


DAFFI

Je suis sérieuse.


RAMA

Tu peux me répéter ça?


DAFFI

Je veux …


RAMA

Plus fort.


RAMA et DAFFI sont ensemble au bureau du commandant BOAZ.


DAFFI

Me donner à 110 pour cent.

Servir l'armée, pas me servir

de l'armée. Je veux être officier,

comme Rama. Car elle m'a brillamment

montré l'exemple.


BOAZ

Très impressionnant.


DAFFI

J'ajoute que Rama

ne peut être tenue pour responsable …

de notre déficience.

C'était notre faute.

La mienne.


BOAZ

Il s'en commet, des fautes, par ici.

Mais c'est le garde qui est fautif.

Il a laissé entrer un civil.


DAFFI

En tout cas, Rama n'y peut rien.


UNE VOIX AU TÉLÉPHONE

Boaz? Je suis toujours là.


BOAZ

Autre chose?

J'écoute.


Au secrétariat, les filles sont rassemblées autour d'un table de gâteries.


RAMA

Tu nous gâtes, Daffi.

C'est toi la prochaine, Liattie?


LIVNAT

Dis pas ça.


LIAT

Pas encore, Rama.


RAMA

Tu veux devenir officier aussi?

Bon. Tout le monde est là?

Je suis très fière de notre Daffi.

Elle est arrivée ici il y a six mois …


DAFFI

Sept mois et demi.


RAMA

Ça n'a pas été facile, pour elle,

mais elle a décidé de se motiver

et de s'éloigner des mauvaises

fréquentations.

(En regardant vers ZOHAR qui se tient à part)

Et bientôt, elle sera

un officier exemplaire

de l'armée d'Israël.


LIAT

Santé.


RAMA

Je n'ai pas fini.

Ce n'est pas juste

une victoire pour Daffi.

Cela prouve qu'il y a,

pour chacune d'entre nous,

un point de départ,

un commencement,

à partir duquel …

l'univers est infini.


DAFFI

Je tiens à dire merci.

À Rama, qui m'a très gentiment

recommandée …


IRENA

Santé.


DAFFI

Oui.


RAMA

N'allez pas vous soûler.


IRENA

Comme si on pouvait se soûler

au jus de raisin.


RAMA

Je serai dans mon bureau.


RAMA sort en prenant soin d'apporter une bouteille de soda et quelques friandises.


ZOHAR

Qu'est devenu

le grand rêve de Tel-Aviv?


DAFFI

Il va se réaliser.

Je vais être officier là-bas.


LIAT

Comment tu sais?


DAFFI

Vous voyez Guy Sheffi?

Il est muté là-bas,

il va me trouver un poste.


ZOHAR

C'est trop drôle.

Miss chochotte en chef,

qui veut sa sieste quotidienne,

qui ne se douche qu'en maillot de bain

et qui est allergique au désert,

va devenir officier de Tsahal!


LIAT

Tu feras quoi?


DAFFI

Secrétaire du colonel.


LIVNAT

Trop cool, tu as de la chance.


IRENA

Zohar, tu as fini le vin?


DAFFI ouvre une boîte dans laquelle se trouve un gros gâteau sur lequel est déposée une photo de Tel-Aviv.


LIAT

Tu vas vraiment réaliser ton rêve.


DAFFI

En l'honneur de Tel-Aviv!

Le centre commercial,

l'autoroute …


ZOHAR vomit dans le lavabo.


IRENA approche.


IRENA

C'était du jus de raisin.

Tu pleures?


ZOHAR

Je déteste vomir.

Je suis pas boulimique anorexique

comme toi.


Le téléphone sonne. ZOHAR reste en retrait.


DAFFI s'approche et verse un verre d'eau qu'elle tend à ZOHAR.


DAFFI

Tiens.


ZOHAR

De tous les mecs de la base,

il fallait que ce soit lui?


DAFFI

C'est arrivé comme ça.

De toute façon, il s'en va.

Je ne voulais pas que tu sois humiliée.


ZOHAR jette un objet dans la tasse d'eau que DAFFI lui tend. DAFFI s'éloigne.


Texte narratif :
Chapitre 2 La vierge


Sur les murs de la base, une soldate agrafe des affiches qui évoquent les différentes guerres d'Israël : Guerre d'Indépendance Campagne du Sinaï Guerre des Six Jours Guerre d'Usure Guerre du Kippour Opération Paix en Galilée Guerre du Golfe. DAFFI suit la soldate jusqu'au bout et récupère l'agrafeuse.


Au secrétariat, les filles se demandent à quel âge elles ont perdu leur virginité.


LIVNAT

Et toi, Irena, c'était quand?


IRENA

À 14 ans.


LIAT

Tiens, j'aurais dit bien plus jeune.

Avec qui?


IRENA

Un mec comme ça, un voisin.


LIVNAT

Moi j'avais 17 ans, le 17/07.

La date parfaite.


LIAT

Moi, c'était en colo

avant la terminale.

Avec le mono.


LIVNAT

Et toi, Zohar?

Zohar?


ZOHAR

Quoi?


LIAT

Comment ça, “quoi”?


ZOHAR

J'écoutais pas.


LIAT

Ben voyons.


UN SOLDAT

Bonjour.


LIAT

Lâche-nous un peu.

Tu es déjà venu hier.


UN SOLDAT

Tu peux regarder?


LIVNAT

Pas maintenant.


UN SOLDAT

C'est pas long.

Quand est-ce que je suis libéré?


ZOHAR

Je m'occupe du courrier.

Je te renvoie à ta mère, si tu veux.


LIVNAT

Bon, viens là …


IRENA

C'est marrant.

Je croyais que c'était chaud,

dans les kibboutz.


ZOHAR

Alors va y faire un tour

quand tu rentreras en Russie.

(Pour elle-même)

Je dois être la seule vierge

du sud d'Israël. En tout cas,

je suis la seule de mon kibboutz.

Toutes les plus tordues l'ont fait

sauf moi.


RAMA mène son groupe pour une activité de marche. À tous les dix pas, RAMA se retourne pour compter les filles.


ZOHAR

Arrête de nous compter,

on ne va pas se multiplier.


Le groupe est dans un autre secteur de la base. RAMA compte les filles.


RAMA

Naama.


ZOHAR ne parle à personne, elle reste en retrait.


ZOHAR

(Pour elle même)

En tout cas, je suis

la seule vierge de la base.

Les filles d'ici sont des truies,

mais j'en ai marre d'être différente.


LIAT étire une gomme à mâcher en la tenant avec ses dents. Dans un geste brusque, ZOHAR lui retire la gomme à macher.


RAMA

Liat.


LIAT s'approche d'un guichet.


RAMA

Zohar


ZOHAR s'approche du guichet et signe un formulaire. Le préposé lui tend une arme.


ZOHAR

(Pour elle-même)

Seigneur, je voudrais

être comme les autres.

Rends-moi normale.

Je ne veux pas mourir vierge.

Je ne veux pas mourir du tout,

mais encore moins mourir vierge.


RAMA rassemble les filles dans le désert.


RAMA

Mesdemoiselles,

en position d'écoute.

Je sais qu'il fait chaud

et que vous êtes fatiguées,

mais restons bien concentrées.


NAAMA

Shira n'est pas bien,

elle va s'évanouir.


SHIRA

C'est vrai, je vais m'évanouir.


RAMA

Shira peut aller à l'ombre.


NAAMA

Je peux y aller aussi,

si elle a besoin de moi?


RAMA

Non! On l'aidera s'il faut.

Bien, les invalides sont évacués.

Je vais vous faire un petit aveu.

Hilit et moi avons fait

l'école des officiers ensemble.

Respect.


HILIT

Et force.


RAMA

Nous avons fait front dans l'adversité.

Je la considère comme ma sœur.

C'est à toi, Hilit.


HILIT

Que dois-je faire si je vois

un individu suspect

approcher de la base?


ZOHAR

Comme un individu

qui se ferait passer

pour un soldat?


HILIT

Non. Un individu vraiment suspect.

Que dois-je faire?


LIAT

Crier?


HILIT

Disons que je suis chargée

de surveiller les entrées dans la base

et que je vois un individu suspect.

Je suis armée de ma vigilance,

de ma vivacité d'esprit,

de mon sens des responsabilités

et de mon M-16.

Je fais quoi?


IRENA

Tu tires?


HILIT

Comme ça?

Je tire?

Et si je tue un innocent?

La procédure en cas de suspect

est claire.

Si un individu approche,

il faut tout d'abord crier: “Halte!”

Répétez après moi.


ENSEMBLE

Halte.


HILIT

Il ne s'arrête pas. Je crie alors:

“Halte! Identifiez-vous.”

Mais il ne s'arrête pas.

Alors je crie: “Halte ou je tire!”

Il ne s'arrête pas.

Dans ce cas, j'arme mon fusil

en guise de sommation,

puis je tire en l'air,

et ensuite dans les jambes.


ZOHAR

Mais …


HILIT

Après, les questions.


ZOHAR

Mais, s'il s'arrête?

Ben oui. S'il s'arrête?


RAMA

S'il s'arrête, tu m'appelles.

Puisque tu aimes poser des questions,

tu vas être la première à garder la base.


IRENA

C'est rare que tu sois la première.


ZOHAR

Tu as dit quoi?


RAMA

On se concentre, mesdemoiselles.

Poursuivons.


ZOHAR

“C'est rare que tu sois la première?”


IRENA

Mais non.

“Sa sœur a une frange de première.”


RAMA

Poursuivons, mesdemoiselles.


ZOHAR est devant les lavabos et se coiffe. IRINA prend sa place et se met de la crème.


IRENA

Tu veux un conseil?


ZOHAR

Non.


IRENA

C'est gratuit.


ZOHAR

Non, merci.


IRENA

Tu as besoin d'un homme.


ZOHAR

Super, le conseil.


IRENA

Tu as besoin d'une queue,

et vite fait.


ZOHAR

“Une queue et vite fait ...”

Tu as l'âme romantique.


IRENA

Si tu veux du romantisme,

fais-toi déflorer.

Personne n'a envie

d'une vierge hystéro

au minou poussiéreux.


ZOHAR

C'est vraiment crade,

ce qui sort de ta bouche.

Tes crèmes ne te purifient

pas l'intérieur.


IRENA

Écoute ce qui sort de cette bouche.

Trouve-toi un mec, et vite.

Fais-toi le premier qui passe

avant qu'il soit trop tard.


ZOHAR

Écoute, Irena.

Peut-être qu'en Russie,

il faut un homme

pour se sentir exister.

Mais ma fille,

tu es passée à l'Ouest.


IRENA

Imbécile. Regarde un atlas.

Avant, j'étais à l'Ouest.

Maintenant, je suis ici.

(ZOHAR se rend au poste de garde pour y prendre son affectation.)


OFFICIER

Gal Mizrahi et Shuki Solomon,

vous êtes au mirador.

Oleg Kowalski et Ran Saporta,

vous êtes aux portes arrière.

Il reste qui?


ZOHAR

Moi. Zohar.


OFFICIER

En effet.

Tu gardes l'armurerie.


ZOHAR

Toute seule?

Sans personne d'autre?


OFFICIER

Un garde suffit, c'est dans la base.

Fais une ronde autour du bâtiment

toutes les heures.

Interdiction de s'asseoir

et de téléphoner.


ZOHAR

Je vais rester 4 heures ici

sans rien faire?


OFFICIER

L'égalité des droits,

c'est aussi ça.


ZOHAR

Et toi, tu seras où?


OFFICIER

Je serai où quand?


ZOHAR

Pendant que je serai ici.


OFFICIER

Je serai dans mes rêves.


ZOHAR

Et dans ceux de beaucoup de filles.


OFFICIER

Pardon?


ZOHAR

Tu as une copine?


OFFICIER

Amuse-toi bien.

À plus.


ZOHAR

Tu as une copine ou non?


OFFICIER

Un copain.

S'il y a un souci,

appelle l'officier de service.


ZOHAR

(Pour elle-même)

Ne t'inquiète pas,

il ne se passera rien.

Il ne se passe jamais rien,

dans ma vie. Si je pouvais

rencontrer quelqu'un …

Je ne demande pas la lune.

Juste un type lambda, ordinaire.

Du moment qu'il veut de moi.


Des pas près des bâtiments attirent l'attention du ZOHAR qui brandit son arme en direction de l'étranger.


ZOHAR

Qui va là?

Halte ou je tire.


MEIR

Baissez votre arme.


ZOHAR

Qui êtes-vous?


MEIR

Meir.

Je cherche la cafétéria.


ZOHAR

Tu n'es pas de la base?


MEIR

Je suis des paras,

on est stationnés ici.


ZOHAR

Tu peux avancer dans la lumière?


MEIR

Ça surveille dur, hein?


ZOHAR

Oui, désolée.

Moi, c'est Zohar.


MEIR

Salut, Zohar.

Enchanté. C'est où, la cafétéria?


ZOHAR

Je t'aurais bien montré …

mais je dois rester à mon poste.


MEIR

Tu n'as qu'à me l'indiquer.


ZOHAR

Tu vas rester ici longtemps?


MEIR

Jusqu'à … après-demain.


ZOHAR

Si tu veux, je pourrais …

te montrer où c'est demain soir.

Entre autres choses.

Si ça te dit.


MEIR

OK, super.


ZOHAR

Disons demain à 22 heures?


MEIR

Oui. Avec plaisir.


ZOHAR

Génial, on fait comme ça.


MEIR

Mais tu peux me dire

où est la cafétéria?

Les gars attendent leurs cigarettes …


ZOHAR

Oui, c'est juste au bout du chemin,

la porte rouge.


MEIR

Merci. À demain?


ZOHAR

22 h à la cafétéria.


ZOHAR rentre au dortoir en dansant. Elle s'installe sur son lit avec entrain sur la couchette du haut qui s'effondre soudainement.


LIVNAT

Qu'est-ce qui se passe?


ZOHAR

Aidez-moi!

Vous attendez quoi?

Je ne suis pas encore morte.

Où vais-je dormir, maintenant?


LIVNAT

Tu peux dormir dans le lit vide.


ZOHAR

“Le lit vide”?

Une fille est morte là-dedans

et faudrait que j'y dorme?


IRENA

Silence, vous me dérangez.


ZOHAR

Désolée pour le dérangement!

J'ai juste failli crever!


IRENA

Encore raté.


ZOHAR

Je ne dormirai pas dans ce lit,

pas question.


LIAT

Ça va, c'est pas si grave.


ZOHAR

Vas-y, c'est pas si grave.


ZOHAR décide de chanter à tue-tête pour faire réagir les autres filles.


IRENA

C'est bon, j'y vais.

Prends mon lit et tais-toi.

Pauvre flippée.

Vierge parano.


ZOHAR

Quel rapport?


LIVNAT

C'est vraiment sympa, Irena.


IRENA

Rappelez-vous-en.


ZOHAR

Ça sent bizarre, ici.


LIVNAT

Bonne nuit.


ZOHAR

Ça sent … la grosse

saucisse russe.


IRENA

Elle est dans tes rêves,

la grosse saucisse.


Dans la nuit une ombre entre dans la chambre et se couche à côté de IRENA.


IRENA se réveille et voit TEHILA couchée près d'elle. Elle panique puis se rendort.


Dans la salle des douches, c'est la cohue devant le miroir. IRINA prend un rouge à lèvre et se peint le pourtour des lèvres en étendant de plus en plus grand dans le visage.


Plus tard dans le bureau de RAMA.


RAMA

Les fantômes, ça n'existe pas.


LIAT

Pas un fantôme.

Peut-être … qu'elle est

possédée par un démon.


RAMA

Ça n'existe pas non plus.

Pas plus que les petites fées

qui bossent à notre place.


LIAT

Regarde … Elle est vraiment

bizarre.


RAMA entre dans le secrétariat. Elle ouvre les portes de l'armoire à classeurs et se retourne vers les filles.


RAMA

Je suis l'inspecteur.

Qu'est-ce que je vais regarder?

Août 2003. Quartier général.

Voyons, voyons … Alors, le 24 août.

Logistique, formulaire 1.

On y lit que le soldat …

Otch …


LIAT

Utchperkovitch.


RAMA

Utchperkovitch, Tomer,

était absent ce jour-là

pour permission.

C'est écrit.

(En donnant le classeur à LIVNAT)

Soldate, prouvez-le-moi.

Une inspection du QG,

c'est un champ de bataille.

C'est l'épreuve suprême.

Toute donnée, sur tout soldat

de la base, doit être dûment

justifiée. Libérations de service,

grades, jugements, permissions,

tout! Une seule erreur,

et on plonge.

Et l'inspection sera aléatoire.

C'est-à-dire imprévisible.

Ce qui implique?

J'écoute.


RAMA saisit de nouveau le classeur et le lance vers ZOHAR.


ZOHAR

Qu'il faut croiser les doigts.


RAMA

Qu'il faut vérifier chaque classeur,

chaque formulaire.

On ne s'en remet pas à la chance.


LIAT

On ne pourra jamais

tout mettre à jour.

C'est un vrai foutoir.


RAMA

D'après mes calculs,

si on s'attelle bien à la tâche,

tout peut être passé en revue

d'ici à jeudi. Et ça nous laisse

4 h de sommeil par nuit.

Nous allons passer l'inspection

avec les félicitations du jury.

Allons, mesdemoiselles.

Haut les cœurs! Je n'ignore pas

qu'Irena est possédée.

N'est-ce pas? Irena?


LIAT

Irena, tu mets les feuilles

dans les pochettes, d'accord?


LIVNAT, ZOHAR et LIAT travaillent ensemble à classer les données.


LIVNAT

Celui-là a été absent une semaine,

mais on ne sait pas pourquoi.


ZOHAR

Tiens.

Mets-le en permission.

Putain, ça finit jamais.


LIAT

On ne voit pas le temps passer.


ZOHAR

Ton fantôme, c'est un coup de génie.

T'es vraiment une maligne.

Tu vas jusqu'au bout, toi.


RAMA

Elle n'a vraiment pas l'air bien.


ZOHAR

Rama, je peux te parler?


RAMA

Quoi?


ZOHAR

Irena n'est pas en forme.

Je devrais l'amener à l'infirmerie.


RAMA

L'infirmerie?

Pour une séance d'exorcisme?


ZOHAR

Il faut l'examiner.

Il ne faudrait pas qu'il arrive …

un autre incident Tehila.


RAMA

Vas-y et reviens de suite.

On a besoin de toi, ici.


ZOHAR

Oui.


ZOHAR et IRENA marchent vers l'infirmerie.


ZOHAR

Irena, c'est bien joué.

On a réussi à s'évader de cet enfer,

et c'est Satan personnifié

qui en a ouvert les portes.


IRENA

On ne va pas à l'infirmerie?


ZOHAR

T'es folle.

On va dans la chambre.


IRENA

Tu as dit qu'on allait dans l'infirmerie.


ZOHAR

Vas-y si tu veux.

J'ai des trucs à faire.


IRENA

Un jour, un voisin à moi

a été poignardé.

Après, j'ai vu sa main

sortir du tiroir.


ZOHAR

Irena.

Tu commences vraiment

à me faire flipper.


IRENA

Pourquoi tu te maquilles?


ZOHAR

Tu te souviens de ton conseil?


IRENA

Non.


ZOHAR

Tu avais raison.

Ce soir, je perds ma virginité.


IRENA

Je peux venir avec toi?


ZOHAR

Quoi? Non.

Pourquoi tu ne vas pas voir tes amies?


IRENA

Je n'ai pas d'amies.


ZOHAR

Et si tu allais

lire un roman russe, alors?


IRENA

Tu devais m'amener à l'infirmerie.


ZOHAR

Mais vas-y, tarée.

Merci pour l'alibi,

mais lâche-moi, maintenant.


IRENA

S'il te plaît, ne me laisse pas.


ZOHAR

J'ai des trucs à faire. Perso.

Allez, Irena.

J'ai rencontré un mec mignon

à qui je plais. Il s'en va demain.


IRENA

Je ne vous gênerai pas.


ZOHAR

Bien sûr que si, c'est un rencard!


IRENA

Alors je vais tout raconter à Rama.


ZOHAR

Je vois que le fantôme

ne t'a pas tant changé que ça.

Tu te feras oublier, compris?

Oublier!


ZOHAR et IRENA rentrent dans la cafétéria.


ZOHAR voit MEIR qui s'avance vers elle en souriant.


ZOHAR

Tu es en avance.


MEIR

Toi aussi.


ZOHAR

Ça me plaît.


MEIR

Toi aussi.


ZOHAR

C'est Irena.

Elle est un peu perturbée,

mais elle ne nous gênera pas.


MEIR

Très bien.

Salut, Irena.


IRENA

Bonsoir.


MEIR

La formation, c'était l'enfer.

C'était les 5 mois

les pires de ma vie.

De la torture.

Une vraie Shoah.


IRENA

Une Shoah?


ZOHAR

Irena, on avait dit quoi?


MEIR

C'est juste une expression.


IRENA

Tu ne devrais pas l'employer.


ZOHAR

Irena.


MEIR

Mais c'était vraiment des nazis.


ZOHAR

Sérieux?

Pourquoi?


MEIR

Ils ont quand même tué

6 millions d'entre nous.

On ne se déplaçait qu'en train.

Irena, je plaisante.

Détends-toi.


ZOHAR

Depuis quand tu es chez les paras?


MEIR

Presqu'un an.


ZOHAR

Et les supérieurs

ne sont pas des nazis?


MEIR

Non, ils sont sympa.

On va arrêter,

Irena est choquée.


ZOHAR

De quoi elle se mêle,

de toute façon?

Les Russes n'ont pas été exterminés.


MEIR

Bon.

Je vais chercher à boire.

Tu veux quoi?


ZOHAR

Un Coca light.


MEIR

Un Coca light. Et pour toi?


IRENA

Rien.


MEIR

Un Coca light et un rien,

tout de suite.


ZOHAR

Tu étais censée te faire oublier.


IRENA

Je n'ai rien commandé.


ZOHAR

Tu ne veux pas aller

dans la chambre?


LIVNAT et LIAT viennent s'asseoir à la table de ZOHAR.


ZOHAR

Je suis sur un coup, là.


LIVNAT

On se prend une petite pause?

Nous, on en bave.


ZOHAR

Vous ne pourriez pas aller ailleurs?

La place est prise.


LIVNAT ET LIAT

Par qui?


ZOHAR

Vous parlez aussi en choeur?


LIAT

On se tape tout le boulot,

et il faudrait qu'on mange debout

comme les chevaux?


ZOHAR

Allez manger dans la chambre.


LIVNAT

Rien ne nous interdit de manger ici.


ZOHAR

Je vous ai dit que la place était prise.


MEIR

C'est bon.

Je vais chercher une chaise.


NAAMA et SHIRA arrivent et font la bise à LIAT et LIVNAT. ZOHAR se prend la tête


NAAMA et SHIRA

Coucou, les filles!


MEIR raconte des histoires aux filles qui se tordent de rire. ZOHAR de son côté, ne rit pas du tout. IRENA ne rit pas non plus.


UNE DES FILLES

J'ai pas entendu la fin!


MEIR

Alors elle a pas compris la blague.

Pourquoi tu ris?


NAAMA

Parce qu'elle est blonde!


LIVNAT

OK, il y a neuf cannettes.

(En alignant les cannettes)

Le but, c'est de toutes les faire tomber …


ZOHAR va à la salle de toilettes de la cafétéria. Elle enlève son rouge à lèvres. IRENA ouvre la porte et se glisse la tête à l'intérieur.


ZOHAR

Lâche-moi, sale tarée!


IRENA

Tu es partie depuis longtemps.


ZOHAR

Comme si ça s'était remarqué.


IRENA

Moi, j'ai remarqué.


ZOHAR

Toi …

C'est à cause de toi

que les autres se sont incrustées.

C'est moi qu'on oublie, au final.


ZOHAR ferme la porte et IRENA reste debout devant la porte en attendant que ZOHAR sorte de la salle de toilettes.


ZOHAR sort et voit que MEIR attend tout seul dans la cafétéria.


MEIR aide ZOHAR à mettre son manteau, pendant qu'un soldat met les chaises sur les tables.


ZOHAR et MEIR partent ensemble, laissant derrière eux IRENA devant la porte des toilettes.


IRENA sort après un moment.


MEIR prend la main de ZOHAR en marchant. Puis, ils s'arrêtent et MEIR embrasse tendrement ZOHAR.


Une voiture arrive et éclaire les amoureux de ses phares.


ZOHAR

On ne sera pas tranquilles, ici.

On va où?


MEIR

À toi de me dire.


ZOHAR amène MEIR au secrétariat, mais en ouvrant la porte, elle tombe sur RAMA qui travaille encore.


RAMA

Tout va bien?


ZOHAR

Oui.


RAMA

Tu es restée tout ce temps?


ZOHAR

Où ça?

À l'infirmerie, oui.


RAMA

Ce n'est pas trop tôt.

On a fini les soldats.

Il reste le personnel.

Ce serait bien que tu nettoies

un peu pour demain.


ZOHAR

Je vais chercher le balai.


RAMA

Il est ici.


ZOHAR

Alors je vais chercher des chiffons,

pour faire ça bien.


ZOHAR pousse IRENA vers RAMA et part avec MEIR qui se tenait caché derrière.


Dehors près d'un bâtiment, MEIR grimpe ZOHAR sur un caisson et commence à la déshabiller.


ZOHAR

Attends, doucement.

Tu peux y aller plus doucement?


MEIR

Quoi?


ZOHAR

Plus doucement.

Je n'ai pas trop l'habitude …


MEIR

Tu veux de la douceur?


ZOHAR

Oui.

Un peu.


MEIR

Alors trouve-toi un bureaucrate.

Moi, mon truc, c'est le combat.


ZOHAR

Attends!


MEIR

Qu'est-ce qu'il y a?

Je croyais que t'en avais envie.


MEIR finit de déshabiller ZOHAR et enlève ses vêtements. Et sans crier gare, commence à pénétrer ZOHAR.


ZOHAR

Attends.

Non. Non, arrête.

Arrête!


IRENA tire un coup en l'air.


IRENA

Arrête ou je tire!


MEIR

Baisse ton arme.


IRENA

Toi …

(En parlant à ZOHAR)

Rhabille-toi.

Pas toi.

(En parlant à MEIR)

Tu t'es cru où?


MEIR

Quoi?


IRENA

Qu'est-ce que tu faisais, là?

Tu crois que tu peux fourrer

ta petite quéquette n'importe où?

C'est une fille, pas une poubelle.


MEIR

Pardon.


IRENA

Bien sûr.

Pardon pour l'interruption.

Avance.


MEIR

Où?


IRENA

Par ici!

(En s'adressant à ZOHAR)

Prends ses affaires.

En avant, marche!

Stop!

Tu vois cette poubelle?

Baise-la.


MEIR

Quoi?


IRENA

Baise la poubelle.

Allez!

Tu n'as pas entendu?


MEIR

Que veux-tu dire par “baiser”?


IRENA

Ce que tu comptais faire,

fais-le ici.

Tu n'y arrives pas?


MEIR

Tu es folle.


IRENA

T'as cru que tu pouvais

baiser comme ça?


MEIR vomit dans la poubelle.


IRENA

(En s'adressant à ZOHAR)

Passe-moi ses vêtements.


IRENA jette les vêtements aux pieds de MEIR.


IRENA

Dégage et reviens pas.


MEIR

Il me faut mon arme.


IRENA

Je ne peux pas te la rendre.


ZOHAR

Irena.

Rends-lui son arme.


IRENA

Il va nous tuer.


MEIR

Je ne ferai rien, je le jure.

Je risque la prison.

Je ne suis pas assez humilié

comme ça?


IRENA jette l'arme sur le sol.


MEIR

Merci.


ZOHAR et IRENA marchent vers le dortoir.


RAMA les attends sur le coin d'un mur.


ZOHAR

Rama.


RAMA

Oui, Rama.

La fête est finie.


ZOHAR

J'ai failli me faire violer et tuer.


RAMA

Comment pourrais-je

encore te croire?


ZOHAR

Demande à Irena.


IRENA

Je ne sais pas de quoi elle parle.


ZOHAR

Irena! Tu as menacé un soldat

avec un M-16, tu as failli le tuer.


IRENA

Tu délires ou quoi?


ZOHAR

Ça y est, le fantôme l'a quittée.

Rama, écoute-moi.

Le fantôme de Tehila

a possédé Irena

pour qu'elle la venge

de tous les hommes

qui l'ont blessée.

Et maintenant

que l'esprit de Tehila est parti,

Irena ne se souvient de rien!


RAMA

J'ai demandé à l'infirmerie

si vous y étiez allées.

Et devine quoi …


ZOHAR

D'accord.

On n'y est pas allées,

mais ça revient au même.


RAMA

Que ferais-tu à ma place?


ZOHAR

Quoi?


RAMA

Je te demande

ce que tu ferais.


ZOHAR

À quel propos?


RAMA

À propos de toi!

Qu'est-ce que tu ferais à ma place?


ZOHAR

Je ne me l'imagine pas une seconde.


RAMA

Va te coucher, Irena.


IRENA

Bonne nuit.


RAMA et ZOHAR entrent dans le secrétariat.


RAMA

Tes amies ont trimé toute la soirée.

On se donne corps et âme

pour ce bureau.

Tout ça pour quoi?


ZOHAR

Un sacré bordel.


RAMA

Demain matin,

je veux voir cet endroit

nettoyé de fond en comble.

Rangé, récuré, épousseté.

Sans un papier qui traîne.

Tout doit être nickel.


ZOHAR

Ça va me prendre la nuit.

Je ne peux pas le faire demain

avec les autres?


RAMA

Tu ne comprends donc rien?


ZOHAR

Je ne comprends pas

pourquoi tu t'acharnes sur moi.


RAMA

C'est pour ton bien.

Un jour, tu réaliseras

qu'en deux ans dans l'armée,

tu n'auras rien fait.

Tu n'auras laissé aucune trace.

Pendant que les soldats

sacrifient leur vie.

Nous y sommes.

L'heure est venue pour toi

de te sacrifier en retour.


RAMA tend le balai à ZOHAR et sort du secrétariat.


ZOHAR est assise et écrase des cannettes de coca. Ensuite elle chiffonne des boules de papier et les lance plus loin.


Plus tard, ZOHAR est debout devant la foutoir et claque des doigts comme pour faire de la magie.


Au matin, RAMA entre dans le secrétariat et voit l'endroit complètement propre et ZOHAR qui finit d'éponger le parquet.


ZOHAR

Attention, c'est encore mouillé.


RAMA ouvre les armoires de classeurs et ouvre les classeurs qui sont complètement vides.


RAMA

Où sont les papiers?


ZOHAR

Tu m'as dit de broyer

ce qui était inutile.


RAMA

Les papiers à la poubelle,

pas ceux …dont on a besoin.


ZOHAR

On n'a pas besoin de tout ce papier.

Ça nous complique la vie.


RAMA

Et donc, où sont …

tous les dossiers?


ZOHAR

Dans ton bureau.


RAMA entre dans son bureau, il est rempli à rebord de papier déchiqueté. RAMA fouille dans se fraie un chemin en sortant la paille de papier.


LIAT, LIVNAT ET IRENA arrivent. RAMA continue de sortir la paille de papier en toussant.


LIAT

Rama?


RAMA sort en traînant avec elle une montagne de paille de papier et en toussant.


IRENA ouvre une trappe communicante entre le bureau de RAMA et le secrétariat et trouve de la paille de papier qui pousse pour sortir.


Texte narratif :
Chapitre 3 La commandante


RAMA court dans le désert.


On suit un trait rouge marqué sur une carte qui mène à la Base d'entraînement des élèves-officiers.


DAFFI fait une classe de combat à mains nues.


LIEUTENANT-INSTRUCTEUR

Un, bras tendu.

Deux, poing.

Trois, coude.

Quatre, genou.

Genou …

Très bien.

Changez.


DIFFA fait maintenant des redressements assis.


ENTRAÎNEURE

Allez, du nerf!

68 …

Et deux.

69 …

Vous voulez être officier?

Et deux.

Allez, on continue.

70 …

Je peux y passer la journée …

71 …

J'ai tout mon temps.

Et deux.

Genoux bien à la verticale.

72 …

Si vous voulez du respect,

faites vos abdominaux.

76 … Plus vite.

Et deux.

77 …


DIFFA s'imagine au cœur de Tel-Aviv et traverse fièrement une rue.


ENTRAÎNEURE

Tu n'y arriveras jamais.

87 …

Et deux.

Bonjour la soldate.

88 …

Quelle honte.


DIFFA est en classe. L'INSTRUCTEUR pose des questions à la classe.


INSTRUCTEURE

Question: quelle est la devise

d'un serviteur de l'armée?


UNE ÉLÈVE

“Premier parmi ses pairs”.


INSTRUCTEURE

Bien!


Dans une section isolée du camp d'instruction des officiers, DIFFA appelle ZOHAR


ZOHAR

(Voix de la boîte vocale)

Ici Zohar.

Ne laissez pas de message,

je ne peux pas les écouter.


Dans le secrétariat, RAMA est avec des officiers. IRENA est à son poste et répond au téléphone.


IRENA

Administration, bonjour.


Dans cette séquence, on passe du camp d'entraînement des officiers au secrétariat pendant la conversation.


DAFFI

Bonjour.

Pourrais-je parler à Zohar?


IRENA

(Au téléphone)

Qui est-ce? Daffi?


DAFFI

Oui.

Je peux parler à Zohar?


IRENA

Elle est au trou.


DAFFI

Pourquoi?


IRENA

Elle a broyé tout le bureau.


DAFFI

Pourquoi tu chuchotes?


IRENA

Rama a interdit d'en parler.

Zohar a pris trois mois de prison.


DAFFI

Trois mois de prison?


RAMA suit un officier supérieur dans la cour.


RAMA est dans le bureau du commandant.


RAMA

J'aimerais faire une belle carrière

dans l'armée. Je sais

que nous n'avons pas

passé l'inspection,

mais j'ai rattrapé les choses,

et c'est dix fois mieux.


BOAZ

On ne va pas pouvoir vous garder.


RAMA

Pour quelle raison?


BOAZ

Il n'y avait qu'un poste d'officier,

et il a été attribué à l'Éducation.

Rama. Souriez.

Vous êtes bientôt libre.


RAMA

C'est parce que je suis une femme?


BOAZ

L'officier de l'Éducation

est une femme.


RAMA

Oui, mais …


BOAZ

Vous avez fait un travail formidable.

Votre dévouement et vos compétences

vous honorent. Mais savoir diriger

et gérer ses subalternes

est également crucial dans le métier.


RAMA est seule dans son bureau. Elle pleure en regardant les affiches sur les murs.


Dans le secrétariat les filles et les officiers sont rassemblés autour de petites bouchées et des friandises.


Texte narratif :
Au revoir Rama et Liat (et Irena)


RAMA déballe des cadeaux.


RAMA

Merci, Boaz.


LIVNAT

Shira est partie.

Tu pars aussi.

Elle aussi.

Tout le monde m'abandonne.


BOAZ

Nous allons nous séparer

d'un officier qui s'est donné

à 110 pour cent.

On applaudit Rama.


Tout le monde applaudit


BOAZ

Rama, bonne chance

dans la vie civile.


RAMA

J'ai préparé un petit discours.

Franz Kafka a dit: “Les chaînes

de l'humanité torturée

sont en papiers de ministères.”

Quand nous avons perdu

le papier du bureau,

je me suis sentie perdue.

Mais ces dernières semaines,

nous avons informatisé le système.

Le papier n'est plus qu'un souvenir.

Et c'est avec fierté que je laisse

le bureau le plus écologique

de toute l'armée israélienne.

Merci à Tazchi, notre informaticien.

Il a vraiment assuré.


IRENA

Santé!


RAMA

Une seconde.

J'aimerais finir

sur une note plus personnelle …


UNE SOLDATE

Excusez-moi. Boaz?

Le commandant vous demande d'urgence.

Il y a eu un incident.


BOAZ

Prévenez tous les chefs d'unité.

Rama, je vous souhaite bonne chance.


RAMA

Merci, Boaz.


UN OFFICIER

Bonne chance.


RAMA

Merci.

Prends de la quiche.

C'est ma mère qui l'a faite.

Merci, Tazchi.


RAMA tient le livre qu'elle a reçu en cadeau : “Les femmes qui ont changé le monde”


RAMA

Et ...

Bonne chance.

Je serai dans mon bureau.


IRENA

Bonne chance, Rama.


Au camp d'entraînement des officiers, DAFFI reçoit ses gallons.


DAFFI entre dans une classe pour sa dernière évaluation.


INSTRUCTEURE

Daffi, nous sommes fiers de toi.

Je parle en notre nom à tous.

Au départ, tu ne croyais pas en toi.

Mais tu as fait du chemin.

Tu es devenue un officier digne

de ce nom.


UNE OFFICIER

Voici à présent

ton lieu d'affectation.

Bonne chance.


DAFFI regarde le document et le referme.


DAFFI

Il doit y avoir une erreur.

Je dois aller à Tel-Aviv.

Je vais à Tel-Aviv.

Tout était prévu.


INSTRUCTEUR

Non, il n'y a pas d'erreur.

Daffi … Ta motivation

nous a beaucoup impressionnés.

Tu es consciente

que nous servons l'armée.

N'est-ce pas?


DAFFI éclate en sanglots.


DAFFI

J'ai vécu 6 mois d'enfer.

La seule chose qui m'a fait tenir,

c'est Tel-Aviv.


UNE OFFICIER

Bien. Ça suffit.

On est en guerre.

Reprends-toi.


DAFFI

Je ne suis qu'à l'administration …


UNE OFFICIER

Nos soldats se font tuer,

et toi, tu pleurniches!

Tu nous déshonores.


DAFFI est assise seule dans l'ancien bureau de RAMA. Elle pleure. Son téléphone sonne.


Dans une salle de conférence, les officiers sont en réunions.


UN OFFICIER:├ Deux ambulances seront présentes sur le terrain. Il va faire chaud. Il faut que tout le monde ait de l'eau. La semaine dernière, on a eu deux déshydratations. Et on ne voudrait pas avoir une nouvelle enquête sur le dos. [BOAZ

Le commandant est au courant?


DAFFI entre dans le secrétariat.


ZOHAR

Joli. Bien joué.


DAFFI

Zohar?

Où est le café?

Les haut-gradés attendent.


ZOHAR

Une seconde.


ZOHAR joue au Démineur sur son ordinateur.


ZOHAR

Je vais battre un record.


DAFFI

Tu nous déshonores.

On est en guerre, et tu t'amuses?


DAFFI prépare elle-même le café.


ZOHAR

Attends, je démine.

C'est hyper dangereux.

La foule est en délire.

Des générations de démineurs …

Seigneur, Tu es grand!

J'ai battu le record du monde!


DAFFI

Tu as vraiment du culot.


ZOHAR

J'ai déjà entendu ça.

On vous apprend tous ça,

à l'école? Bravo.


DAFFI

Lève-toi et prends le plateau.


ZOHAR

Je ne peux pas,

j'ai fait un pari.


DAFFI

Pardon?


ZOHAR

Celle qui reste le plus

longtemps assise gagne.

Je ne veux pas perdre

contre les nouvelles.


DAFFI

Zohar, j'ai tout préparé.

Va servir, s'il te plaît.


ZOHAR roule sur sa chaise jusqu'à la salle de conférence en portant deux plateaux.


ZOHAR

Pousse-moi!


Les autres filles suivent derrière en roulant elles aussi sur leurs chaises.


DAFFI

Zohar, arrête.

Zohar, lève-toi tout de suite.


ZOHAR

Mais c'est révolutionnaire!

Pour mieux protéger nos arrières!


Une porte s'ouvre et ZOHAR qui roule de reculons trébuche en échappant les deux plateaux et leur contenu.


Dans le dortoir des filles, DAFFI vient voir ZOHAR.


DAFFI

Zohar, tu es privée de week-end.


ZOHAR

Tu fais ta commandante

parce que tu es dégoûtée

d'être revenue ici.

Désolée, mais moi,

j'ai envie de m'amuser.

Mon temps est trop précieux.

Même si je le tue comme je peux.

Alors laisse tomber

tes punitions débiles.


DAFFI

Tu me cherches?


ZOHAR

Ne soyez pas trop dures,

elle est malade.

Un cas de caporalisme aigu.

Mais ça va passer, hein?


DAFFI

Je vois que vous êtes solidaires.

Quand Zohar sera punie,

ce sera donc punition collective.

C'est clair?

En rang par trois.


ZOHAR

On est quatre.


DAFFI

Tout de suite.

Soldates, au garde-à-vous.

Deux, trois …


ENSEMBLE

À vos ordres!


ZOHAR

La morveuse nous fait son show?


DAFFI

Fais-moi 100 abdos.


ZOHAR

Dans tes rêves.


DAFFI

Très bien, punition collective.

Faites-moi toutes 100 abdos.

Vite, avant que ça passe à 200.

Un, deux …


Les trois filles s'étendent sur le sol et font des abdos.


ZOHAR

T'as déraillé à ce point?


DAFFI

Je suis ton supérieur.

Mets-toi ça dans le crâne.

Je suis officier, maintenant.


En marchant dans l'allée entre les bâtiments, DAFFI voit des documents affichés sur les murs.


UNE FILLE QUI LIT

“Je vous prie de bien vouloir étudier

ma demande de mutation

pour cause d'allergie au désert.

Mon cas est suivi

par plusieurs experts médicaux,

et je serai plus utile à Tel-Aviv

qu'à la base de Shizafon.

Veuillez noter …


DAFFI voit que plusieurs personnes sont en train de lire toutes ses demandes de mutations que ZOHAR n'a jamais envoyées.


TOUT le camp est couvert de ces demandes, il y en a sur tous les murs.


DAFFI arrache une à une les feuilles, partout dans le camp.


Mais ZOHAR fait des copies au fur et à mesure que DAFFI arrache.


DAFFI entre dans le secrétariat où le photocopieur produit de nouvelles copies. Elle tente d'annuler la commande et finit par tout débrancher.


DAFFI

Tu es vraiment méchante.

Zohar, regarde-moi.


ZOHAR

Commandante,

vous ne pouvez pas

m'ordonner de vous regarder.

Encore moins quand je mange.


DAFFI

L'amitié, ça ne veut rien dire,

pour toi?


ZOHAR

L'amitié?

Tu voulais juste te barrer d'ici.

L'amitié, c'est rester ensemble.


DAFFI

L'amitié, c'est s'intéresser à l'autre,

quoi qu'il en coûte.

Tu ne t'intéresses qu'à toi.

Arrête de jouer, on parle.


ZOHAR

Je ne peux pas, trésor.

Je vais battre un nouveau record.


DAFFI

Je vais supprimer

toutes les parties.

Crois-moi.


ZOHAR

C'est ça.

Trouve déjà la touche “Entrée”.

Tu sais à peine allumer un ordi.


DAFFI s'installe devant un ordinateur et ZOHAR se rend compte que DAFFI va vraiment faire ce qu'elle dit.


DAFFI

C'est facile.


ZOHAR se précipite pour empêcher DAFFI.


ZOHAR

Touche pas.


DAFFI

Dégage!


DAFFI et ZOHAR se tiraillent devant l'ordinateur.


ZOHAR

Je te signale que tous nos records

au Démineur

sont sur cet ordinateur.


DAFFI

Je n'en ai plus rien à faire.


ZOHAR

C'est les seuls records

que tu auras jamais dans ta vie!


ZOHAR tente d'arracher DAFFI à sa chaise. DAFFI se cramponne à l'écran d'ordinateur mais ZOHAR la tire vers le sol et l'écran suit le mouvement. L'écran se fracasse sur le sol.


DAFFI s'assoit devant un autre poste d'ordinateur. ZOHAR ouvre un tiroir et se saisit de l'agrafeuse à pression.


ZOHAR

Plus un geste.


DAFFI

Arrête tes conneries.


ZOHAR n'hésite pas et appuie sur l'agrafeuse qui propulse une agrafe en direction de DAFFI.


ZOHAR

La prochaine,

c'est entre les yeux.


DAFFI

Arrête. Tu es folle.


ZOHAR

Éloigne-toi de l'ordinateur.


DAFFI

Non.


ZOHAR est à quelques centimètres de DAFFI et pointe toujours l'agrafeuse sur son visage.


DAFFI frappe la main de ZOHAR dans un geste brusque. ZOHAR échappe l'agrafeuse. DAFFI se lève et se rue sur ZOHAR en la poussant vers les fenêtres.


Le téléphone sonne, mais les deux femmes sont trop occupées à se battre. ZOHAR réussit à se dégager et se dépêche de récupérer l'agrafeuse.


DAFFI fouille dans un tiroir et trouve une seconde agrafeuse. Un combat de tir d'agrafes commence entre DAFFI et ZOHAR.


ZOHAR se protège en utilisant une perforeuse comme écran et avance vers DAFFI qui se cache derrière le bureau de ZOHAR.


DAFFI réussit à agrafer la cuisse de ZOHAR qui s'est approchée dangereusement.


Le téléphone sonne toujours. ZOHAR est maintenant debout sur son bureau. [ZOHAR

Daffi, je te préviens!


DAFFI empoigne le téléphone et le balance à la tête de ZOHAR.


DAFFI retourne à l'ordinateur. ZOHAR la saisit au cou par derrière.


DAFFI réussit à se dégager et repousse ZOHAR jusqu'à l'extérieur du bureau. DAFFI verrouille la porte.


ZOHAR

(De l'autre côté de la porte)

Daffi! Touche pas à mon ordi!


DAFFI termine de supprimer les parties de Démineur sur l'ordinateur.


TZACHI arrive dans l'allée qui mène au secrétariat.


TZACHI

Qu'est-ce qui s'est passé?


ZOHAR

C'est une affaire privée.


TZACHI

Avec l'encodeur.


ZOHAR

Le quoi?


TZACHI

Le serveur, vous l'avez touché?

J'ai perdu des données.

Service informatique.

(En frappant à la porte du secrétariat)

Vous pouvez ouvrir?


DAFFI et ZOHAR sont enfermées dans une cellule étroite, ensemble.


UNE ENQUÊTRICE

Je viens prendre vos dépositions.

Que s'est-il passé?


DAFFI

On a eu …une dispute.

J'allais supprimer les parties de jeu,

et en fait …


ZOHAR

Ce n'est pas elle.

J'ai supprimé des trucs

pour l'énerver.


UNE ENQUÊTRICE

Donc ce n'est pas vous?


ZOHAR

Non, c'est moi.

Elle a essayé

de m'en empêcher.


UNE ENQUÊTRICE

Ce n'est pas vous

qui avez tout broyé?


ZOHAR

Si. Mais c'était différent.

C'est vrai.

C'était idéologique,

alors que là …

C'est de l'erreur humaine.


TZACHI

Vous avez vu les dégâts?

Trois mois de travail anéantis,

sans sauvegarde,

parce que tous les dossiers

ont disparu!


UNE ENQUÊTRICE

Tzachi, du calme.


TZACHI

Je ne me calmerai pas!


DAFFI

Tu n'étais pas obligée.

Tu t'es mise dans la mouise.


ZOHAR

Que veux-tu qu'on me fasse?


DAFFI

Je vais dire que c'est moi.


ZOHAR

Sûrement pas.

Tu es officier, maintenant.

Tu as une réputation à tenir.

Au fait … c'était comment,

chez les officiers?


DAFFI

Horrible. Et la prison?


ZOHAR

C'était pas si terrible.

Quand t'as connu le kibboutz …


UNE ENQUÊTRICE

Suivez-moi.


DAFFI se retrouve dans le bureau de BOAZ.


BOAZ

À chaque musicien son type d'orchestre.

Certains sont faits

pour les philharmoniques,

d'autres pour les bars d'hôtel.

Le tout est de bien s'accorder.


De son côté ZOHAR est de corvée de balayage dans un bâtiment en réfection.


UN OFFICIER

Tout ce côté-ci.

Vu? Tout ce côté-ci.


Plus tard, ZOHAR peinture un mur et DAFFI vient la voir.


ZOHAR

Alors?


DAFFI

J'ai été rétrogradée

à un poste à moindre responsabilité.


ZOHAR

Où ça?


DAFFI

À Tel-Aviv.

Je vais à Tel-Aviv.


ZOHAR est devant son ordinateur et joue au solitaire.


ZOHAR (Narratrice)

Il s'avéra que la seule chose

que Daffi n'avait pas supprimée,

c'était les jeux.

Je décidai d'oublier les garçons,

de me sevrer du Démineur

et de me consacrer à FreeCell.


La nouvelle officière et deux secrétaires entrent dans le secrétariat.


UNE SECRÉTAIRE

C'est ça depuis ce matin.


Tard dans la nuit, un groupe observe ZOHAR qui continue de jouer dans le noir. Des infirmiers arrachent ZOHAR à son ordinateur.


Dans l'infirmerie, DAFFI pousse son rideau et trouve TZACHI devant un écran allumé, lui aussi en état de choc.


TZACHI s'approche de ZOHAR et tente de l'étrangler. Mais très vite son mouvement se change en gestes tendres. ZOHAR et TZACHI s'embrassent passionnément.


ZOHAR (Narratrice)

On me mit à l'infirmerie,

où le temps passa très vite.


ZOHAR et TZACHI dorment ensemble dans un grand lit. Un infirmier leur apporte le petit déjeuner.


Dans un bureau, on imprime RÉFORMÉ, sur un formulaire.


ZOHAR retourne au secrétariat.


UNE SECRÉTAIRE

Ton poste est supprimé,

tout est informatisé.


DAFFI travaille dans une tour à Tel-Aviv.


DAFFI

(En parlant au téléphone)

“J'ai envoyé une lettre

il y a plus d'une semaine.

Mon bureau donne à l'est;

or je suis allergique à la lumière.

Pourrait-on m'en changer?”


ZOHAR marche seule sur une route en plein désert. [ZOHAR

(En parlant au téléphone)

C'est bien.

Ajoute

“En vous remerciant par avance.”

Merde!


Un autobus arrive sur une route perpendiculaire. ZOHAR court pour l'attraper.


ZOHAR monte dans l'autobus. Tous les sièges sont vides. ZOHAR reste quand même debout dans l'allée.


Générique de fermeture






Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par