Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager

Vidéo transcription

Mauvais Sang

Dans un Paris imaginaire, deux bandes rivales veulent prendre possession de l’invention d’un vaccin capable de vaincre un virus qui contamine ‘les gens qui font l’amour sans amour’. Au milieu de ce chaos sanglant, entre poursuite et menace, l’amour ne semble pas avoir de place. Pourtant lorsqu’Alex rencontre Anna, c’est d’amour qu’il s’agit. Mais de mort aussi.



Réalisateur: Leos Carax
Acteurs: Juliette Binoche, Denis Lavant, Michel Piccoli
Année de production: 1986

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Générique d'ouverture


VOIX D'UN HOMME

Il le lui a dit.

Il lui a dit: "Veux-tu?"

Elle n'a dit ni oui ni non.

C'est une fille avec un garçon.


Le métro arrive et freine à la station où se tient Jean.


Titre :
Mauvais sang


Les passagers sont dans le métro. Le métro freine subitement. Une femme pousse un cri. Puis, une cigarette se fait allumer. MARC est dans le bureau de HANS et se rase.


HANS

Là aussi, pareil.

(Montrant des coupures de journaux)

Partout. Suicide. Suicide.

Suicide. Suicide!


MARC

Impossible, Jean ne s'est

pas tué. C'est elle.

C'est l'Américaine.

Un de ses hommes de main.

Boris ou un autre.

Jean a été poussé.


HANS

Marc, il y a des témoins.


MARC

Non, les gens

voient rien du tout.


HANS

Jean était quelqu'un

de mélancolique.


MARC

C'est vivable.


HANS

De plus en plus mélancolique.


MARC

Non, Jean tenait le coup.

Depuis la mort de Valérie...

C'est elle.

C'est l'Américaine.

C'est pour ça

qu'elle a fait le voyage.

Jean a pas pu payer à temps,

alors elle l'a effacé.

Un avertissement, c'est la mort.


HANS

C'est pas toujours si simple.


MARC

C'est aussi simple que ça.


HANS

Peut-être.


MARC

Maintenant, c'est mon tour.


HANS

Alors, on partira.

On quittera la capitale.


MARC

Non, où qu'on aille,

l'Américaine me retrouvera.

Un jour ou l'autre. Comme elle a

retrouvé les frères Vincendon.

Et je finirai

comme eux, avec une balle

dans le ventre ou dans le front.

De toute façon, je bouge plus.


HANS

Alors on trouvera l'argent.


MARC éteint le rasoir et aperçoit une voiture devant le bâtiment.


MARC

La voilà.

C'est elle.


La voiture klaxonne.


MARC

C'est fini.


La voiture klaxonne.


MARC

Je veux pas voir ça.


HANS se lève et place un revolver dans sa poche. HANS pose sa main sur l'épaule de MARC.


HANS

Pas ici.

Pas en plein jour.

Ne crains rien.

N'aie pas peur.


MARC place une cigarette dans sa bouche. La sonnette de la porte lorsque HANS quitte le bureau se fait entendre. HANS va à la rencontre de CARROLL.


CARROL

Hello, Hart.


HANS

Hello, Carroll.


BORIS

Bonjour, Hans.


HANS

Bonjour, Boris.


CARROLL

C'est quoi

cette épouvantable chaleur

qui règne à Paris?

(Propos en anglais)

Is it Halley's comet?

Pire qu'à Washington.


HANS

Marc est persuadé

que c'est toi qui as tué Jean.


CARROLL

Ah oui?


BORIS

On l'aurait fait pourquoi?

Les cadavres ne paient

jamais leur dette.


CARROLL

(Propos en anglais)

Keep quiet, Boris.


BORIS

"Keep

quiet, Boris..."


MARC arrive auprès de la voiture.


CARROLL

Bonjour, Marc.


MARC

Tu sais que c'est Michael

qui a filé seul avec l'argent.

Tu sais qu'il nous a doublés,

Jean et moi?

Je sais pas où

il est, aucune idée.


CARROLL

Oui, je sais, Marc.

Tout le monde s'en va.

Michael, Jean...

Tu n'as pas de chance.

Tu es le seul qui reste.

Alors, à toi de payer.

Je me souviens d'une époque

où on pouvait compter sur toi.

Michael, on le retrouvera.

Mais, d'ici là, j'ai

mon avion dans deux semaines.

Tu as deux semaines.

(Propos en anglais)

Let's go, Daniel.


MARC

Je pourrai jamais.


BORIS

Si tu payes pas, tu payeras.


CARROLL

(Propos en anglais)

Keep quiet, Boris.

Mais si... Jamais,

never,

ce sont des mots d'enfant.

Tu n'as plus l'âge, Marc.

Dans deux semaines.

OK, Daniel.


CARROLL lève la vitre et la voiture démarre. Puis, MARC vide son rasoir dans l'évier. HANS est également présent.


VOIX DE MARC

Je comprends pas

ce qui se passe.

C'est récent,

j'arrive plus à rien oublier.

Mes émotions,

elles s'effacent plus les

unes des autres comme avant.

Elles s'entassent,

elles s'empilent.

Plus rien cicatrise.

J'ai eu peur quelques secondes

tout à l'heure.

Cette saloperie

de peur va rester avec moi

jusqu'à la fin, maintenant.


HANS

Allons, partons d'ici, Marc.


MARC

Non, je ne bouge plus.


HANS

Ce Michael, j'aimerais

lui faire la peau moi-même.


MARC

La seule façon

qu'on avait de s'en sortir,

c'était de faire

le gros laboratoire.


HANS

La Darley Wilkinson?


MARC

Oui, la Darley Wilkinson.


HANS

Impossible, maintenant.


MARC

À l'impossible,

on est tenus, Hans.


HANS

Jean était le seul type

avec des mains assez

rapides pour réussir.


MARC

Je sais, tu as raison.


HANS

(Réalisant)

Langue pendue.


MARC

Quoi?


HANS

Son fils, Alex.

Le fils de Jean.

Jean et Valérie l'appelaient

Langue pendue.


MARC

Ah oui, oui.

Parce que, justement, c'était

un enfant qui ne parlait pas.

Et même, je me souviens que

pendant les premiers

mois de sa vie,

Valérie avait eu peur

qu'il soit muet.

Il sortait jamais un son.


HANS

Jean disait qu'il était devenu

presque aussi rapide

que lui avec ses mains.


MARC

La dernière fois

que j'ai vu le gosse,

il avait 13, 14 ans.

Jean lui apprenait à

tirer le revolver dans

la forêt de Rambouillet.

C'était il y a 10 ans.

Valérie était encore en vie,

mais déjà très malade.


HANS

Je peux trouver

son adresse, et...


Plus loin, ALEX est nu et est assis au pied d'un arbre dans la forêt.


ALEX

Lise.


LISE, nue également, ouvre les yeux.


ALEX

Lise, il faut y aller.


LISE

Pourquoi déjà?

Tu as pleuré?


ALEX

Non, ce sont les allergies

qui reviennent, comme en été.


LISE

Avec cette chaleur bizarre...


ALEX et LISE sont maintenant habillés et marchent dans la forêt, une cigarette au bec chacun. On entend le bruit constant de coups de feu. ALEX allume la cigarette et donne le briquet à LISE. LISE vient se placer de dos à ALEX et marche à reculons. ALEX place sa cigarette sur le front de LISE, ce qui fait rire LISE. ALEX reste sérieux. Les coups de feu cessent. ALEX et LISE arrivent à une moto.


LISE

Tu me laisses

la conduire un petit tour?


ALEX

Pas ce soir. Bientôt, j'achète

la 750 et je te donne celle-là.

Elle a vieilli, me suffit plus.

Trop terre à terre.

Je te ramène à Suresnes.


LISE

Non, Alex.

Pas chez moi, chez toi.


ALEX

Je travaille, ce soir.


ALEX démarre la moto.


LISE

Pas ce soir.


ALEX

Si.


LISE monte sur la moto et ALEX démarre et roule sur la route.


VOIX DE LISE

J'ai envie.


VOIX DE ALEX

J'ai envie et j'ai pas envie.


VOIX DE LISE

Hum?


VOIX DE ALEX

Je veux rentrer.


VOIX DE LISE

Même si j'ai envie?


VOIX DE ALEX

On sera obligé de faire vite,

j'aurai pas le temps

de rester après et tu sais

que tu aimes pas ça, comme ça.


VOIX DE LISE

C'est pas grave.


VOIX DE ALEX

Tu dis ça...


VOIX DE LISE

Mais si.


Dans la chambre, ALEX enlève son chandail. LISE prend un condom dans la pharmacie. LISE se penche pour installer le condom, mais peine à le faire.


ALEX

Tiens, laisse-moi faire.


ALEX installe le condom. LISE sourit et enlève son chandail. Par la suite, ALEX remet ses souliers en sifflant.


LISE

Qu'est-ce que c'est lent,

un garçon.

Même toi.

Tu dis toujours que c'est après

que je suis la plus belle.

N'empêche que c'est là

que tu t'en vas.


ALEX s'exerce à la boxe dans le vide.


LISE

Si je veux, je peux

te rejoindre chez toi plus tard.


ALEX

Non, Lise. Pas ce soir.


LISE

Si. Justement.


ALEX

Tu avais promis

de pas faire d'histoire.

Je comprends pas

que tu puisses mentir.


LISE

Tu es pas amoureux.

Un jour, tu comprendras.


ALEX

(Murmurant)

Un jour

ou deux, peut-être.


LISE se place devant ALEX.


LISE

Tu me fais le ventriloque?


ALEX

(Parlant entre ses dents)

Un jour...

petit sphinx.


LISE

Bonjour, Alex.

Chante-moi la chanson.


ALEX

(Entre ses dents)

♪ Ferme tes jolis yeux ♪

♪ Cette nuit ma petite Lise ♪

♪ Ferme tes jolis yeux ♪

♪ Car la vie est un songe ♪♪


ALEX arrive devant chez lui. Le timbre du répondeur se fait entendre.


VOIX DE THOMAS

Alex, c'est Thomas.

Je viens seulement d'apprendre

pour ton père. Rappelle-moi.


ALEX entre chez lui et va fouiller dans une boîte pour y sortir un paquet de cartes. ALEX fait un tour avec les cartes. On cogne à la porte. ALEX va répondre.


HANS

Bonjour, Langue pendue.


ALEX

Plus personne

m'appelle comme ça.


HANS

Tu vois qui je suis?


ALEX

Oui.


HANS

Pour ton père, je voulais...


ALEX

On se voyait plus.


HANS

Tu te souviens de Marc?


ALEX

Oui.


HANS

Il croit pas au suicide.

Il croit que c'est l'Américaine.


ALEX

C'est pareil.


HANS

Il prépare quelque chose.

Un gros travail auquel

ton père devait participer.


ALEX

Je veux pas savoir.


HANS

Marc a pensé à toi.

Jean nous disait combien

tu étais habile de tes mains.

Il aura de l'argent, beaucoup.

Tes yeux s'éclairent.

Tu as raison.

La jeunesse a besoin d'argent.

Et puis...


Le téléphone sonne.


HANS

Si tu payes les femmes

tant que tu es jeune,

tu t'apercevras moins vite

que tu vieillis.


Le répondeur s'active.


VOIX FÉMININE

M. Alex Le Vogan?

Ici l'Institut médico-légal

de Paris.

La dépouille de votre père

est entreposée à la morgue

et nous attendons

de connaître vos dispositions.

Pourriez-vous

nous rappeler d'urgence

au 45 23 45 45?


ALEX s'allume une cigarette.


HANS

Marc compte sur ce coup

pour sauver sa peau.


ALEX

C'est pas mes histoires,

ça m'intéresse pas.


HANS

Essaye de changer d'avis.

C'est facile,

à ton âge, mais vite.

(Tendant un papier)

Voilà l'adresse.

C'est une ancienne

boucherie chevaline.

On t'attendra ce soir.

Bonsoir.


ALEX

Bonsoir.


ALEX est alors dans l'autobus. Soudain, la lumière s'éteint.


PASSAGERS

Oh...


ALEX aperçoit une femme qui passe derrière les passagers et va s'asseoir. ALEX observe la femme pendant une partie du trajet. ALEX descend de l'autobus et dévisage la femme, qui ne le regarde pas. Ensuite, ALEX fait un tour de cartes à des gens pour les arnaquer.


ALEX

À l’œil, ici, à l’œil.

Suivez la main, suivez la main.

Noir, ça perd. Noir, ça perd,

rouge, ça gagne.

Je déplace et vous suivez.

Ayez pas peur.

La carte rouge, ici, gagnez. La

noir perd et perd, qui l'a vu?

Cent francs. Qui l'a vu,

qui la prend, qui l'a vu?

Cent francs, monsieur. Cent.

Deux cents. Je recommence.

Ayez pas peur de gagner.

Je déplace et vous suivez.

Noir, ça perd.

Noir, ça perd, rouge, ça gagne.

Suivez la main, suivez la main.

À l’œil, ici, à l’œil.

Ici, c'est gagné, c'est

payé. Ici, la carte rouge

gagnée, la noire perd et perd.

Qui l'a vu? Cent francs.

Qui l'a vu,

qui la prend, qui la joue?

Monsieur, 100, 200.

Bon, je recommence.

À l’œil, c'est à l’œil.

Suivez la main, suivez la main.

La carte rouge ici,

c'est gagné, c'est payé.

La noire perd et perd. Qui l'a

vu, qui la prend, qui la joue?

Cent francs. Monsieur, 100, 200.


Sur le chemin du retour, ALEX compte son argent gagné. ALEX croise LISE. ALEX se cache pour ne pas se faire voir. Puis, ALEX est chez lui. Le téléphone sonne. ALEX cherche partout dans son appartement et trouve un revolver. ALEX est ensuite au téléphone avec THOMAS.


ALEX

Thomas. Oui.

Ah non, j'ai pas écouté.

Alors, tu sais.

Je sais rien.

Je veux rien savoir.

Oui, enfin orphelin.

Oui, en profiter

pour refaire ma vie.

Non, quitter Paris

sans laisser de trace.

Tous les matins,

du béton dans le ventre.

Oui, depuis là-bas.

Comme ça. Depuis

que je suis sorti.

Très lourd. Oui, lourd.

Non. Même la moto.

Mais je veux retrouver

le sourire de la vitesse.

Et la morgue qui me cherche...

m'ont trouvé.

Je veux pas répondre.

Demain, je pars à la mer.

Et tous ces livres,

je te les confie.

Je t'enverrai mes clefs.

Comme Lise.

C'est une fille vraiment...

je sais pas, je l'aime.

Et beaucoup et elle m'aime.

Déjà, elle allume

ses cigarettes comme moi.

Plus tard, faudra

qu'elle doive rien à personne.

À personne.

Je la quitte.

Je sais pas comment lui dire.

Je dois plus la revoir.

Tu l'appelleras, Thomas.

Tu t'occuperas un peu d'elle.


ALEX raccroche et enfile son manteau. Alors qu'il sort, ALEX entend LISE l'appeler.


VOIX DE LISE

Alex!


ALEX se met à courir.


LISE

Alex...


LISE part à la poursuite de ALEX.


VOIX DE ALEX

"Lise...

Ma petite Lise.

Je pars. D'abord à la mer

et puis, on verra.

Parce qu'il y a des moments

où rien ne peut être changé,

sans quoi tout change.

Des moments où rien

peut être dénoué de nous,

sans quoi tout est dénoué.

C'est comme un crime, je sais.

Je suis le tueur,

je suis le tueur.

Tu es mon arme,

encore tiède, abandonnée.

Non, oubliée

sur les lieux du crime.

J'espère surtout

que mes empreintes

sur toi s'effaceront.

Je sais que ta jeunesse

préservera ton étonnement

renouvelé de ne pas comprendre.

Et c'est bien.

Je prends le large, Lise.

Lise, compte pas

sur le temps qui passe.

Bouge vite, vite.

Oublie-moi à toute vitesse.

Couche avec des garçons

et des hommes."


ALEX arrive devant le métro, mais la porte se referme avant qu'il puisse entrer. Le chef de train ouvre une porte et ALEX entre.


VOIX DE ALEX

"Je me souviens du tout premier

dessin que tu m'avais envoyé.

Un des plus beaux,

avec cette phrase dessous.

"Quand une fille

écarte les jambes,

ce ne sont que des secrets

qui s'envolent

comme des papillons."


LISE frappe dans la porte du métro. ALEX reste de dos à LISE alors que le métro démarre.


VOIX DE ALEX

Mais sois prudente.

Pas d'amour sans préservatif.

Écoute-moi, Lise. Je pourrai

pas te revoir à nouveau,

ni te toucher,

tant que la vie aura pas

effacé mes empreintes sur toi.

Oublie. Oublie-moi.

Sois admirable.

Je t'embrasse, Lise.

Je t'assure que je t'embrasse.

Pour toujours et à jamais,

Alex."


ALEX arrive dans une ruelle et se frappe le ventre à répétition.


VOIX DE ALEX

"Post-scriptum.

J'ai joint clé

et papiers de la moto.

Elle est à toi, maintenant."


Plus loin, dans la ruelle, ALEX aperçoit la femme de l'autobus qui marche dans une autre direction. ALEX poursuit la femme, qui accélère le pas et sème ALEX. ALEX se retrouve alors devant l'adresse donnée par HANS. MARC et HANS s'y trouvent, torse nu.



MARC

(Pointant ALEX à l'extérieur)

Regarde.


HANS

C'est lui.


MARC

Va ouvrir.


HANS conduit ALEX devant MARC.


HANS

Voilà le fils de Jean.


MARC

Bonsoir.


ALEX

Bonsoir.


MARC

Votre père, je...


HANS

Ils ne se voyaient plus.

Pose ta valise, Langue pendue.

Tu veux boire quelque chose?


ALEX pose sa valise et se sert un verre. ALEX avale des cachets et boit une gorgée.


MARC

Alors, vous avez

décidé de venir?


ALEX

Faut voir.

Je dois refaire ma vie,

ça coûte très cher.


HANS

Très bien. Des picaillons,

il y en aura.


ALEX

J'ai tout liquidé

derrière moi.


MARC

Très bien.

Vous vous installerez ici.

(Entendant des bruits de pas)

Anna va vous préparer un lit.


ANNA arrive.


MARC

Anna, c'est le fils de Jean.


HANS

Langue pendue.


ALEX

Alex.


ALEX s'aperçoit que ANNA est la femme qu'il a pourchassée tout à l'heure.


MARC

Tu as l'air endormie.

Tu t'es changée?


ANNA acquiesce.


MARC

Alex va rester ici quelque

temps. Tu installeras le lit.


ALEX regarde ANNA intensément.


MARC

Il fait une chaleur d'étuve.

On va sortir se mettre à l'air.


Plus tard, HANS, MARC et ALEX sont dans une voiture, tous torse nu. HANS est au volant.


HANS

Tu remarques rien

de nouveau, Marc?


MARC

Tu as changé

le revêtement des sièges, non?


HANS

Et la moquette.

Ça m'a coûté une fortune.

Je suis très content.


MARC

Hans est très coquet.

Pour l'autre affaire,

c'est urgent.

Tout doit être réglé

d'ici deux semaines.

Jean disait

que vous étiez devenu

aussi rapide que lui

avec les mains.


ALEX

Plus rapide.


MARC

Vous avez entendu

parler du STBO?


ALEX

Non.


HANS

Tu lis

pas les journaux?


ALEX

Jamais.


MARC

Le STBO,

cette nouvelle maladie.

Le syndrome de...

quelque chose, je sais plus.

La maladie qui tue par milliers.


HANS

Et c'est qu'un début.


MARC

Qui tue par milliers

les amants qui font l'amour

sans aucun sentiment.


HANS

Et plus on est jeunes,

plus le risque est grand.


MARC

En fait, il suffit

qu'un des deux partenaires

ne fasse pas l'amour par amour

pour que les deux

soient atteints.

C'est ça, Hans?


HANS

Oui.

Le STBO, c'est un rétrovirus.


MARC

Oui, rétrovirus.

Il se transmet

par certaines caresses.

On dit que les souffrances

sont terribles. Intenses.



HANS

Trouble de la vue,

douleur aux articulations,

vomissements,

contraction des muscles.


MARC

Le premier laboratoire,

le seul à avoir isolé le virus,

c'est la Darley Wilkinson.

La Darley Wilkinson.

La mise au point d'un vaccin

leur ouvrira un marché

considérable.


HANS

S'ils y arrivent.


MARC

Une histoire d'immunité

et de défense.


HANS

Oui, c'est ça.


MARC

Ils ont installé leur

laboratoire au 56e étage

d'une tour moderne.

On va passer devant.

Notre client

est un laboratoire étranger.

Il paie pour avoir

une culture de ce virus.

Explique à Alex

ce qu'on attend de lui.

Et de ses mains.


La voiture passe devant un immeuble.


HANS

Tout là-haut,

la Darley Wilkinson.


ALEX

Et l'argent?


MARC

Pour vous, 150.


ALEX

C'est beaucoup.


MARC

Vous le voulez où? Comment?



ALEX

Je sais pas, pas encore.

Dans une ville, à l'étranger.


MARC

Ma sœur vit

en Suisse.

À Château-d'Oex, une maison

isolée dans la montagne.

Vous pourriez vous installer

chez elle, le temps

de voir venir.


ALEX

Et l'argent?


HANS

On s'arrangera

pour le faire passer.


ALEX

Je veux partir

immédiatement après le coup.

Au cas où les choses

tournent mal.

Je veux un avion prêt

à m'emmener dans la nuit même.


MARC

Hans,

tu te souviens de Charlie?

Charlie Carela.

Je l'ai pas revu

depuis des années.

Je sais qu'il dirige

un club de parachutisme

dans les environs de Paris.

C'est lui qui a aidé

les frères Vincendon

à quitter le pays en 1979.

Tu le retrouves.

Tu l'appelles dans

la matinée, on passera

le voir dans l'après-midi.


HANS

D'accord.


MARC

Vous avez déjà sauté

en parachute, Alex?


ALEX

Jamais.


MARC

Il faudra apprendre.

C'est peut-être la seule façon

qu'on aura de vous

larguer en Suisse.


HANS

Ton père

adorait le parachute.


MARC

Ça se présente bien.

Ça se présente bien.


Le lendemain, HANS, MARC, ALEX et ANNA arrivent à l'aérodrome.


MARC

À son âge,

déjà, la peur du vide.

Ça me fiche en l'air.

Qu'elle essaie au moins.

Je peux pas supporter ça.

Comme un enfant qui refuse

de goûter à quelque chose,

de découvrir.

Tu vas sauter, Anna.


HANS

Laisse-la, Marc.

Allons-y.


MARC

Je vais être furieux.


Puis, CHARLIE marche vers la sortie du hangar avec un chien dans les mains. CHARLIE fonce dans MARC. CHARLIE et MARC poussent un cri de surprise et se chamaillent. Finalement, CHARLIE et MARC se prennent la main.


CHARLIE

Marc.


MARC

Charlie.

Charlie, tu connais pas Anna.


CHARLIE

Non.

J'en ai entendu parler, mais...

Bonjour, Anna.


MARC

Alex, le fils de Jean.


CHARLIE

Alex.


Un vrombissement de moteur d'avion empêche d'entendre la première partie de la phrase.


CHARLIE

... pour ton père.


MARC

Ils se voyaient plus

depuis longtemps.


HANS arrive auprès de CHARLIE.


HANS

Charlie.


CHARLIE

Hans!

Alors, tout le monde saute?


HANS

Pas moi,

pas aujourd'hui.

Je sors de chez le coiffeur.


MARC

Nous trois, alors.

Pour Anna et Alex,

ce sera leur première fois.


CHARLIE

Vous verrez,

c'est très beau.


ALEX, MARC et ANNA sont alors en compagnie de CHARLIE dans l'avion.


MARC

(Parlant fort)

Vous, d'abord.

Ensuite, Anna.

Je sauterai en dernier.


ALEX

Non!

Elle, non.

Elle peut pas sauter.

(Voyant ANNA acquiescer)

Alors, je saute après elle.


MARC

Comme vous voudrez.


Le signal indiquant qu'il est temps de sauter s'allume.


MARC

Viens, Anna.


ANNA est alors sur le rebord de la porte.


MARC

Regarde pas la terre, Anna.

N'oublie pas,

tu fléchis les genoux

à l'atterrissage.

Vas-y maintenant, Anna!

(Voyant que ANNA hésite)

Anna, vas-y!

Vas-y! Maintenant!


ALEX

Ne sautez pas.


ANNA saute, mais la sangle est toujours accrochée et ANNA reste suspendue dans le vide, inconsciente.


MARC

Anna!

Anna!

Anna!

Regarde-moi. Anna!

Regarde-moi!


MARC sort un couteau.


MARC

(S'adressant à ALEX)

Je vais couper la sangle.

Quand j'aurai coupé,

tu tires là,

le ventral.

Tu m'entends? Regarde-moi.


ALEX

Elle est évanouie!


MARC

Anna!


ALEX descend en s'accrochant à la sangle et enlace ANNA.


ALEX

Coupez!


MARC

Je coupe!


MARC coupe la sangle. ANNA et ALEX tombent dans le vide. ALEX fait sortir le parachute. MARC saute à la suite de ALEX et fait sortir son parachute. ALEX regarde intensément ANNA, qui est toujours inconsciente. ALEX pose sa tête contre l'épaule de ANNA. Le soir, ALEX, ANNA et MARC ont terminé le repas et fument.


ANNA

Je vais me coucher.

Bonsoir, Alex.

Je vous ai mis une serviette

et un gant propre sur votre lit.

(Caressant les joues de MARC)

Tu te raseras avant de monter.

Sinon, tu piques.


MARC

Oui.


ANNA

(Chuchotant)

Marc,

tu me donnes un baiser

pour aider le sommeil?


ANNA embrasse MARC.


MARC

OK, Anna.


ANNA

(Chuchotant)

Tu me dis "je t'aime"?


MARC

Pas là, je peux pas.


ANNA

(Chuchotant)

Mais si, dis-le.

Que ça résonne dans mes rêves.


MARC

Pas ce soir.


ANNA

(Chuchotant)

Mais si.

Justement si, Marc.


MARC

Merde.


ANNA

(Chuchotant)

Tu l'as déjà dit.

Redis-le, c'est tout.


ANNA fait mine de partir.


ANNA

Alors, dis "je ne t'aime pas".

Non, dis "je t'aime".


ALEX

Dites-le.


MARC

Ah non. Vous aussi?

L'amour...


ALEX

Dites "je t'aime".


MARC

(Sarcastique)

Je t'aime.


ALEX se lève et frappe MARC. ALEX et MARC se battent sans qu'on entende de bruit. ANNA se cache les yeux et crie. MARC se tient alors la tête, blessé.


ANNA

Alex, vite.

Allez chercher Hans.

Vite, il peut mourir.

Au fond de la cour, premier

étage, au bout du couloir.


ALEX sort en trombe, mais s'arrête devant la vitrine et regarde ANNA qui se penche sur la table à côté de MARC.


ANNA

Marc...


MARC

Lise, ma petite fille...


ANNA

Marc...


ALEX

Anna.



MARC

Ma petite fille.


ANNA

Mon chéri.


VOIX D'UNE FILLETTE

Mon papa.


ANNA

Hans va arriver.


ALEX

Anna...


ANNA

Marc...


Puis, HANS ouvre à ALEX.


ALEX

Marc a une crise.


HANS

Retourne là-bas. J'arrive.


Plus tard, HANS donne une piqûre à MARC dans une fesse.


HANS

Voilà.

On se tourne.


HANS entraîne MARC.


MARC

Hans est un ancien toubib.

L'Ordre des médecins

l'a défroqué.


HANS et MARC s'en vont. ALEX regarde ANNA de dos. Plus tard, HANS est avec ALEX.


HANS

Marc et Anna

sont indestructibles.

Crois-moi, Alex.

N'y touche pas.

Bonne nuit.


ALEX

Bonne nuit.


ALEX arrive auprès de ANNA avec une boîte de mouchoirs.



ALEX

Pardon, je croyais

que tu pleurais.


ANNA regarde dans tous les sens en pleurant.


ALEX

Je vais partir, Anna.


ANNA a maintenant la tête penchée et ALEX lui caresse les cheveux.


ALEX

J'aime bien

tes lèvres mouillées.

Comme celles

des actrices autrefois.


ANNA

(Relevant sa tête)

J'ai pris un méchant coup.

(Se détournant de la caresse de ALEX)

Depuis toute petite,

quand je commence à pleurer,

je peux plus m'arrêter.

Je suis un peu

hémophile pour ça.


ALEX

Anna...

Regarde-moi.

(Entre ses dents)

Ravale tes larmes.

Tu m'entends, Anna?

Ravale tes larmes.


ANNA

Tu...

tu es ventriloque?


ALEX

Je veux te voir sourire.


ALEX prend une boîte et imite le bruit d'un oiseau entre ses dents en secouant la boîte. ALEX gonfle ensuite un gant de vaisselle et imite le beuglement d'une vache. Puis, ALEX fait semblant de se verser du vin dans une oreille et se pince l'autre oreille en crachant du vin. ANNA rit. ALEX crache ensuite du feu.


ALEX

Tu connais le coup de la pomme?


ALEX a une pomme dans ses mains. ANNA fait signe que non. ALEX lance la pomme dans les airs et la rattrape.


ALEX

Tu connais le coup de la pomme.


ALEX lance la pomme, mais c'est un poireau qui retombe dans sa main.


ALEX

Tu connais le coup de l'ananas?


ANNA

Non.


ALEX lance la pomme dans les airs, mais c'est toujours la pomme qui retombe dans sa main. ALEX fait signe d'attendre et lance la pomme dans les airs. Une douzaine de fruits et légumes tombent sur la tête de ALEX.


ANNA

Tu vas pas partir?

Non?


ALEX

Je sais pas.


ANNA

Le coup va réussir.


ALEX

Je sais pas.


ANNA

Oui.

Si, Alex, il faut.

Grâce à toi, c'est possible.

Marc n'est plus lui-même.

La mort de ton père

lui a fichu un sacré coup.

Et puis...

il devient méchant.

Mais c'est parce qu'il a peur.

Je comprends pas,

c'est la première fois.

Toute sa vie,

il a eu du courage.

Un homme très résistant.

Un vie dont tu as pas idée.


ALEX

Si.

Mon père m'avait plusieurs

fois raconté son histoire.


ANNA

Alors, tu sais.

J'ai aimé cet homme,

tu peux pas savoir.

Et sans doute encore

plus aujourd'hui.

La vie est magnifique avec lui.

Il me dirige si bien.

Il exige de moi des choses

très belles, très rigoureuses.

Tu sais,

il est autodidacte.

Oui, il s'est fait tout seul.

Il m'a tout de suite regardé

avec des yeux d'inventeur.

Des yeux de chercheur.

Comme une découverte précieuse,

comme si j'étais

la solution à quelque chose.

À une chose secrète

et mystérieuse

qui était là, au fond de lui.

Qui est toujours là et dont

parfois je m'approche si près,

si près...

Mais dont, souvent je m'éloigne

à des années-lumière.

C'est épuisant.

J'ai plus une seconde

à moi, c'est...

C'est ma vie, cette chose.

Cette chose, comme une énigme,

qui nous colle,

lui et moi ensemble,

tous les deux complices.

Et dont notre amour mourra

si elle est résolue trop

tôt ou pas du tout.

Mais maintenant, il a peur.

Et l'énigme s'épaissit.

Peur de l'Américaine,

de ses hommes

et de leurs revolvers.

Mais peur de quoi?

C'est lâche.

Oh non, ça veut rien dire.

Je compte tellement

sur toi, Alex.

Il faut que le coup réussisse,

que Marc paie sa dette.

Alors, sa peur

s'envolera, j'espère.

Et son amour,

j'en suis sûre, refera surface.

Et nous pourrons

reprendre notre histoire,

notre énigme...

Il m'aime tant.

Tu peux pas savoir.


ALEX

Si.


ANNA

Si seulement

je pouvais découvrir un peu

ce qu'il aime chez moi.

La vie serait un jeu d'enfant.


Un bruit à l'étage se fait entendre.


ANNA

Oui, oui, de la musique.

Avec la piqûre que Hans lui a

faite, il ne se réveillera pas.

Alex,

tu veux bien monter voir

si tout va bien, là-haut?

Tu laisseras

la lumière allumée.

Ces jours-ci, il veut plus

s'endormir sans la lumière.

Et s'il se réveille

dans le noir, il aura peur.


ALEX monte et allume. MARC est étendu dans le lit, endormi. ALEX revient auprès de ANNA.


ANNA

Alors?


ALEX

Il dort comme un nouveau-né.


ANNA

Je suis contente que tu sois là,

ici, avec nous.

Tu mets un disque?

Vite, avant que la mélancolie

s'empare de tout.

Rien ne bouge plus,

comme si...

Je me sens si...

Les choses sont trop...


ALEX

J'arrive pas à choisir.

Je vais mettre la radio.

J'aime bien la radio.

Il suffit d'allumer,

on tombe toujours pile

sur la musique qui nous

trottait, tout au fond.

Tu vas voir, c'est magique.

Attention.


La radio grésille.


ALEX

Pas de chance.

Donne-moi un chiffre, Anna.

Au hasard.

Vite, Anna, un chiffre.


ANNA

Pourquoi?


ALEX

D'accord, trois.

(Faisant tourner la roulette des postes)

Un...

Deux...

Trois.

Voilà, écoutons.

Et laissons-nous

dicter nos sentiments.


ALEX sort à l'extérieur pour aller fumer.


SERGE REGGIANI

♪ J'ai pas de regret ♪

♪ D'avoir fait

ce que j'ai fait ♪

♪ Je pouvais plus vivre ♪

♪ Avec sa peine ♪

♪ Jetez-moi la pierre ♪

♪ Si vous n'avez jamais ♪

♪ Tant souffert ♪

♪ Comme moi je souffrais ♪

♪ Par grande misère ♪

♪ Elle avait oublié ♪

♪ Ce que c'est pour de vrai ♪

♪ Quand on s'aime ♪

♪ Mon soleil d'hiver ♪

♪ Mon eau fraîche en été ♪

♪ Ma Nelly je l'aimais ♪

♪ Je l'ai tuée ♪♪


ANIMATEUR RADIO

Et maintenant,

pour Christophe

qui habite le 5e,

de la part de Juliette

qui habite le 1er,

L'amour moderne,

par David Bowie.


Pendant que la chanson joue, ALEX court dans la ruelle et se donne des coups de poing dans le ventre. Puis, ALEX se relève et fait des acrobaties tout en courant. ALEX s'arrête soudainement, ainsi que la musique. On entend ANNA qui fredonne. ALEX court pour revenir à la boucherie. ALEX entre et voit la silhouette que ANNA a laissée sur le divan. ALEX cherche dans la maison et se dirige vers la douche, où se trouve MARC. ALEX referme la porte.


ALEX

Anna?


ANNA

Oui?


ALEX

Tu crois qu'il existe

l'amour qui va vite...

... qui va vite,

mais qui dure toujours?


ANNA se brosse les cheveux et ne répond pas. Puis, ALEX regarde le divan et tous les objets qui le composent: cigarette, mouchoirs laissés par ANNA, etc. ALEX s'étend sur le divan dans la silhouette de ANNA. Par la suite, ANNA, en robe de chambre, vient s'asseoir à côté de ALEX.


ANNA

Je monte me coucher.


ANNA tente de s'allumer une cigarette, mais son briquet ne fonctionne pas. ANNA regarde ALEX puis se ravise. ALEX regarde ANNA avec intensité.



VOIX DE ALEX

La nuit dernière,

j'étais avec Lise

dans un pays étranger,

étrange...

Au milieu d'un grand

dortoir très obscur,

avec des centaines de lits

et un corps dans chaque lit.

On avançait lentement.

Souvent, nos genoux cognaient

contre des sommiers.

Je t'ai vue assoupie

dans un lit.

Je me suis allongé

à côté de toi.

Tu as eu l'air surpris,

mais quand tu as

vu que Lise, debout au

pied du lit, nous regardait,

tu es devenue

très douce avec moi.

Ta poitrine a gonflé

dans ma main,

les lèvres de ton ventre

ont aspiré mon engin.

Nos visages

se touchaient presque,

on se voyait que les yeux.

Les lèvres de ton visage se

sont approchées de mon oreille

et elles ont chuchoté:

"Si tu vois apparaître

une petite lune jaune

dans chacun de mes yeux,

c'est que je vais jouir."

J'ai fixé tes yeux.

Au bout d'un court moment,

j'ai vu apparaître

deux petites lunes jaunes.

Et je me suis réveillée.


ANNA

Tu me regardes trop.


ALEX

J'aime les femmes

dans les miroirs.


ANNA

C'est commode.


ALEX

Il faut nourrir ses yeux

pour les rêves, la nuit.

C'est ça qu'il y a

de terrible, là-bas.


ANNA

Où ça, là-bas?


ALEX

En prison.


ANNA

Tu as fait de la prison?


ALEX

Oui.


ANNA

Laquelle?


ALEX

Santé.


ANNA

Longtemps?


ALEX

Quinze mois.


ALEX s'allume une cigarette et allume celle de ANNA.


ANNA

Tu y repenses souvent?


ALEX

Non.

Ma tête, non. Mon ventre, oui.

Il a pas digéré le béton armé.


ANNA

Les pilules

que tu prends, c'est...


ALEX

Oui, de l'opium.


ANNA

Dis-moi,

ils t'ont traité comment?

Comme un chien?


ALEX

Un chien a souvent

sa chienne, son sucre.

Un chien a sa caresse.

Je sais plus.


ANNA

Langue pendue, c'est un nom

qu'ils t'ont donné, là-bas?



ALEX

Non. C'est mes parents,

Jean et Valérie,

par blague.

J'étais un enfant

dangereusement

silencieux, il paraît.

Je gardais le silence...

mais c'est faux.

C'est le silence qui nous garde.


ANNA

Les hommes silencieux,

ça met mal à l'aise.

On les croit forcément gênés,

ou abrutis.


ALEX

Bon, parlons.

Tu as quel âge, Anna?


ANNA

Voilà une jolie question.

Je serai bientôt

la femme de 30 ans.


ALEX

Non.


ANNA

Si.

Jamais voulu vérifier, revoir.


Un passant reste devant la fenêtre à regarder ANNA.


ANNA

Regarde, regarde

cet homme qui passe.

Si tu étais pas là...

... si j'étais seule,

il se collerait contre la vitre

et me regarderait en silence,

sans bouger du tout.

Un jour, Hans

lui a cassé la figure.

Il revient quand même,

certains soirs.

C'est le voyeur du quartier.


Le passant s'en va.


ALEX

Je l'envie,

c'est un beau métier.

Tu lui as jamais parlé?



ANNA

Oh non.

Il me rappelle

mon premier amour.

Julien Destouches.

Il avait ton âge.

Moi, j'avais... 16 ans.


ALEX

L'âge de Lise.


ANNA

Je me suis même

souvent demandé si ce

garçon n'était pas Julien.


ALEX

Tu veux que je le rattrape

et que je lui demande?


ANNA

Oh non, non.

Puis, c'est impossible.

Ça voudrait dire qu'il a

pas du tout vieilli.

Il était l'ami

de ma sœur, Marion.

Et puis, Marion l'a quitté.

Et je l'ai pris.

On était terribles ensemble.


ALEX

Raconte.


ANNA

Il était étudiant en médecine.

Il rapportait des grosses

seringues de la faculté.

On se faisait des

prises de sang, chacun

buvait le sang de l'autre.


ALEX

Tais-toi.


ANNA

En été, on a fait

une grève de la faim.

Il a abandonné avant moi.

Je lui en ai voulu.

On s'était juré de mourir

avant mes 20 ans,

mais on s'est quittés avant.


ANNA soupire.


ALEX

Lise était comme ça.

Souvent, elle m'a fait peur.

Une nuit, en moto,

à pleine vitesse,

sur les routes qui coupent

le bois de Boulogne,

elle s'est laissée

tomber sur la chaussée.

Elle était à peine blessée,

mais elle aurait pu...

Bien plus tard,

elle m'a raconté.

Tout à coup, elle avait

douté de mon amour,

et s'était dit: "S'il me regarde

pas dans le rétroviseur

d'ici le prochain feu rouge,

alors il m'aime pas

et je me laisse tomber."

Elle était croyante.

Religieuse.

Elle croyait à l'éternité.

Elle m'adorait.

Ses parents l'ont eue tard.

Une petite fille mystique,

sans doute à cause de son père.


ANNA

Son père était mystique?


ALEX

Non, son père était mort.

Elle lui vouait un culte.

Tiens, j'ai aimé que des filles

dont le père était mort.


ANNA

Mon père n'est pas mort.


ALEX

Je suis content.

Tu es la première.

Au début de chaque

histoire d'amour...

je fais le même cauchemar.

Je vois un cimetière où

sont enterrés tous ces hommes,

tous ses pères d'orphelines.

Ils me parlent avec des voix

d'outre-tombe, des voix de

vieux films de cinéma.

Ils me disent:

"Vous ne savez pas

aimer ma fille.

Et jamais, jamais

vous ne saurez.

Vous ne savez pas lui faire

l'amour avec sentiments

ni la rendre heureuse."

Mais ils me disent aussi:

"Donnez-moi des nouvelles

d'elle, de temps à autre.

Dites-moi ce qu'elle devient."


ALEX et ANNA se regardent. ALEX approche son visage de celui de ANNA, mais elle se détourne. Plus tard, ALEX et ANNA boivent des verres et rient.


ALEX

(Pointant dans le miroir)

Tu vois le couple, là-bas?

Avec la femme qui fait

pas très moderne, là-bas,

à la table,

près de la piste de danse.

Je les envie.

Ils sont bien ensemble.

Un beau couple, qui va de soi.

Dans un petit moment, la femme

va se tourner vers l'homme,

et lui dire des mots d'amour,

et l'embrasser sur la bouche.


ANNA

Non, Alex.

Tu peux pas comprendre.


ALEX

Non, je comprends jamais rien.

La première fois qu'une fille

est tombée amoureuse de moi,

je me suis dit: Ça y est.

Les filles, les femmes

sont amoureuses de moi.

Puis cette fille et moi,

on s'est quittés.

Et j'ai pas compris quand

d'autres filles que j'aimais

m'ont pas aimé en retour.

Toi, c'est pire.

La vie nous jette dans les bras

l'un de l'autre et toi...

C'est idiot.


ANNA

Non, je t'assure.

J'aime les hommes grands.

Et puis t'es pas grand.

J'aime les hommes qui ont 20

ou 30 années d'avance sur moi,

ou de recul.

J'aime un homme qui... Pshh...

J'aime un homme qui m'en

rappelle un autre et...


ALEX

Arrête, arrête!

Et me dis pas:

"Tu peux pas comprendre."

Ou je t'étrangle.


ALEX braque une lampe dans la figure de ANNA. ANNA ferme les yeux et repousse la lampe.


ANNA

Je monte me coucher.


ALEX

Dors pas là-haut. Pas ce soir.

Prends mon lit.

De toute façon, avec cette

chaleur, je vais pas dormir.


ANNA

Je peux pas dormir ici.

À cause du voyeur.

Le soir, ça me gêne pas.

Et même, même souvent,

j'aime le voir là.

Sa présence...

Mais la nuit, c'est pas pareil.


ALEX

Je peux tirer le paravent.


ANNA

Non.

Le regard d'un homme,

c'est pas du vent.

(Voulant monter)

Bon...


ALEX

Tu peux pas dormir

là-haut, Anna.

Il est couché en travers du lit,

tu le réveillerais.

Hier, j'étais allongé là.

Je vous ai entendu

tous les deux dans la nuit.

J'étais comme un personnage

de bande dessinée

avec sa bulle

au-dessus de la tête.

Triste bulle.


ANNA

D'accord.

Je vais aller dormir

à l'hôtel d'en face.

Ce sera pas la première fois.

Bonne nuit,

Langue pendue.

Bonne nuit, Alex.


ANNA sort.


ANNA

(Mettant son pied sur le trottoir)

Ouh! Ouh, c'est bouillant.

Oh là là!

Oh, le trottoir,

il est bouillant!

Oh... Comme à New York,

à midi, l'été.

C'est incroyable!


VOIX DE ALEX

Mais oui,

t'as pas lu les journaux?

C'est le passage

de la comète de Halley,

à 10 000 kilomètres de la Terre,

qui provoque

cette chaleur épouvantable.

Ça va durer encore

quelques jours.


ANNA

La comète de Halley?

Allez...


ALEX

Mais si, Anna.

Une grosse boule de neige

et de poussière. C'était prévu.


ANNA

C'est incroyable!


ALEX

Non, c'est scientifique.

Prends mon lit.


ANNA

Je vais courir.

(Regardant les souliers de ALEX)

Je vais courir.


Un chat arrive auprès de ANNA en miaulant. ALEX attrape ANNA et la porte jusqu'à l'hôtel. ALEX et ANNA arrivent au comptoir. ALEX dépose ANNA.


ANNA

Bonsoir.

Il vous reste une chambre

pour la nuit?


Le réceptionniste a un hoquet.


ANNA

Pour une personne.

(Recevant la clé)

Merci. Je vous réglerai demain.

Bonne nuit, Alex.


ANNA souffle dans les cheveux de ALEX pour enlever une plume et s'en va. ALEX et le réceptionniste regardent ANNA monter. ALEX sort de l'hôtel et fait le signe de la victoire avec ses bras pour ensuite s'exercer à faire de la boxe. ALEX aperçoit alors une vieille voiture stationnée. ALEX soulève la voiture et la retourne, ce qui produit un fracas. Le réceptionniste sort de l'hôtel et émet un hoquet. ALEX entre dans la boucherie, éteint et s'allume une cigarette. En parallèle, ANNA s'assoit sur le lit de l'hôtel. On entend ALEX qui compose.


ALEX

Oui. J'aimerais

parler à la femme

en robe de chambre bleue.


ANNA va répondre au téléphone.


ALEX

Anna. C'est Alex.

Je voulais vous dire

bonne nuit, mon petit.

Et aussi...

Quoi?

Non, je vous vois pas,

mais je voudrais vous voir.

Je voudrais te voir.

Une dernière fois,

avant que tu t'endormes.

Tu me donnes

le numéro de ta chambre?

Si.

Oui.

Oui, d'accord.


ALEX sort la tête de la porte extérieure de la boucherie et tente de voir ANNA à la fenêtre de l'hôtel.


ALEX

Attends!

Raccroche pas.

(S'étirant avec le téléphone)

Oui, je te vois.

Il faut que je te dise...

J'ai le sentiment,

si je passe à côté de toi,

je passe à côté de tout.

Pour très longtemps.

Non, c'est pas la vie.

Et puis tes tics,

je m'en fiche.

Mais c'est pas la vie, Anna.

C'est toi que j'aime.

Tu verras.

Je raccroche, oui.


ALEX va dans la rue devant la fenêtre de ANNA.


ANNA

Attends.


ANNA laisse tomber un papier.


VOIX DE ANNA

Alex,

il faut sauver Marc.


UNE MÈRE et son enfant marchent dans la rue. LA MÈRE dépose son enfant et s'en va plus loin en dansant. LA MÈRE fait signe à l'enfant de venir la rejoindre. C'est ALEX et l'enfant qui arrivent auprès de LA MÈRE. ALEX titube.


VOIX DE LISE

Dans les rues

de la ville, il y a mon amour.


Un écriteau montre le message suivant: « Surveillance du STBO en Europe Sexe ratio: 11,0 45% des cas âgé 16 à 25 ans Taux mortalité 51% Espoir: un vaccin »


Dans le rêve de ALEX, tout est en noir et blanc. ALEX, HANS et MARC discutent autour d'une table, torse nu. ANNA est habillée d'une robe d'une autre époque. ANNA sourit à MARC, qui reste de marbre. Puis, ANNA est triste. MARC crie quelque chose d'inaudible. Puis, LISE parcourt la ville. De retour dans la réalité, ALEX se rase en sifflant. ALEX se retourne et voit ANNA qui entre en sifflant. ALEX dévisage ANNA.


ANNA

(S'étirant)

Hum...

Hum...


ALEX se retourne vers le miroir.


ANNA

(Voyant ALEX)

Ah, t'es là.

Bonjour, Alex.

T'as pas vu Marc?


ALEX

Sorti acheter des journaux.


ALEX continue de se raser.


ANNA

(S'étirant)

Hum...

Langue pendue va avoir

une peau de jeune fille.


ALEX prend la crème à rasage et en asperge le visage de ANNA. Puis, ANNA fouille dans un ramassis de rasoirs. ANNA se dirige lentement vers ALEX, qui ferme les yeux. ANNA arrive près de ALEX, sourit et dessine un « X » sur la poitrine de ALEX avec un rouge à lèvres. ALEX ouvre les yeux et pourchasse ANNA en lui lançant de la crème à rasage. ANNA menace de dessiner de nouveau sur ALEX. ALEX croise l'extincteur de fumée et en asperge ANNA. MARC arrive alors que ANNA et ALEX se chamaillent sur le divan en riant. En entendant la sonnette, ALEX et ANNA figent. Puis, ALEX écoute ses messages.


VOIX FÉMININE

Médico-légale de Paris.

Nous cherchons à vous joindre

depuis une semaine.

Sans nouvelle de vous

concernant votre père,

nous sommes obligés

de disposer de son corps.


Un signal indique le passage au deuxième message.


VOIX DE LISE

Alex, c'est Lise. Je sais que

t'auras ce message à distance.

Rappelle-moi vite,

il est arrivé une catastrophe.


ALEX compose le numéro de LISE. ALEX met la radio en marche sur un poste qui grésille et place un chandail devant l'émetteur du téléphone.


ALEX

Lise, c'est Alex.

Qu'est-ce qui est arrivé?

Lise!


VOIX DE LISE

Alex.

C'est terrible...


ALEX

Quoi, Lise?


LISE

Je peux pas dire.


ALEX

Lise!


LISE

Tu appelles d'où?


ALEX

D'une cabine.


LISE

Tu es où?


ALEX

À la mer.


LISE

Quelle mer?


ALEX

Lise, qu'est-ce

qui t'est arrivé?


LISE

Je t'écris, Alex.

Chaque jour je t'écris,

mais je sais pas où t'écrire.


ALEX

Dis-moi ce qui est arrivé.


LISE

Une catastrophe.


ALEX

Quoi?


LISE

Tu promets de...


ALEX

Quoi? Dis, mais parle. Parle!


LISE

Je t'ai trompé.


ALEX

Idiote. Tu m'as fait peur.

J'ai pensé: Elle est enceinte,

elle a perdu un bras

et une jambe,

sa mère est morte, elle est

aveugle, paralysée. Idiote.

Tu comprends pas, Lise.

T'as pas pu me tromper.


LISE

Alors, c'est pas grave?


ALEX

Non, tu comprends pas.


LISE

Tu m'en veux pas?


ALEX

Tu comprends pas.


ALEX

T'as reçu ma lettre?


LISE

Oui, c'est pour ça.

Tu sais, Alex, c'était froid...


ALEX

Ma lettre?


LISE

Non. Je veux dire...


ALEX

Je veux pas savoir.


LISE

Si tu savais...

si tu savais comme je regrette.


ALEX

T'as tort.


LISE

Tu devines avec qui?


ALEX

Je veux pas savoir.


LISE

Oui.


ALEX

Pourquoi?

Je le connais?

C'est pas vrai, Lise.

Pas quelqu'un que j'ai déjà vu.

Me dis pas son nom,

je veux pas savoir.

C'est pas Thomas?

C'est pas Thomas.


LISE est au téléphone, en noir et blanc.


LISE

Je sais pas, Alex.


VOIX DE ALEX

C'est Thomas. Idiote.

Pourquoi tu me l'as dit?

Je voulais pas d'image.

T'as commis l'irréparable, Lise.

Je pourrai plus jamais te

regarder...de ma vie. Plus jamais.

Maintenant, je raccroche.


LISE

Non, Alex, t'as pas le droit!

On a commis l'irréparable.

Pourquoi? Pour rien.

Moi, je voulais pas.

On a tout cassé.

Pour rien.

Il pourra plus jamais

me toucher. Il l'a dit.

Plus jamais.

Je veux plus te voir.

De ma vie, plus jamais.

Maintenant, je raccroche.


THOMAS a de la peinture sur le corps et se frotte un œil. LISE raccroche. Puis, ALEX fait des passes aux cartes devant des gens qu'il veut arnaquer.


ALEX

Allez, c'est gagné,

c'est payé, c'est oublié.

Alors, je recommence.

Suivez la main, suivez la main.

Noir sera perdant, ça perd.

Rouge, ça gagne. Je sais

pas si vous suiviez.

N'ayez pas peur de gagner.

La carte rouge ici gagne

et noire perd. Qui l'a vue,

la carte rouge?

Qui l'a vue? 100 francs. Qui l'a

vue? Qui la prend? Qui la joue?

La carte rouge.

Cent francs. Monsieur.


VOIX DE BORIS

Bouge pas! Police.


BORIS entraîne ALEX vers la voiture de CARROLL. ALEX est alors avec CARROLL dans la voiture en route.


CARROLL

Bonjour, Langue pendue.


ALEX

Plus personne

m'appelle comme ça.


CARROLL

Vous savez qui je suis.

J'étais une amie de votre père.


ALEX

Non.


CARROLL

Si! Nous avons même fait...

lui et moi... plusieurs fois,

il y a des années.

C'est drôle.

J'aurais pu être votre mère.


VOIX DE BORIS

Tu l'aimais?


CARROLL

(Propos en anglais)

I really can't

remember, Boris.

Moi, mon petit,

je n'ai jamais su

ce que c'était que l'amour.

Pour votre père...


Un klaxon coupe la parole à CARROLL.


ALEX

Je m'en fiche.


CARROLL

Je veux que vous sachiez! Je

n'ai pas fait tuer votre père.


ALEX

Je sais.


CARROLL

Marc le sait pas.


ALEX

Marc a peur,

c'est autre chose.


VOIX DE BORIS

Peur de se faire suicider?

Il faut être con.


CARROLL

(Propos en anglais)

Oh, keep quiet, Boris.

Je suis au courant

de l'opération

que Marc prépare avec vous.

Je suis toujours

au courant de tout.

Marc me doit de l'argent,

vous savez.

Beaucoup d'argent.

Et cette opération,

si elle réussit,

lui rapportera

dix fois sa dette.

Il vous donne combien?


ALEX

150.


BORIS

C'est beaucoup.


CARROLL

Je vous propose le double.

Vous aimez l'argent?


ALEX

Oui.

Je dois refaire ma vie.


CARROLL

Déjà.


VOIX DE BORIS

C'est hors de prix.


CARROLL

Alors?


ALEX

Il faut voir.


CARROLL

C'est tout simple.

Vous faites tout comme prévu.

Marc est un très bon

organizer.

Mais au lieu de lui donner

la boîte à microbes,

vous la donnez à moi.


ALEX

Et la dette de Marc? Effacée.


CARROLL

Ça, ça me regarde.


ALEX

Il faut voir.


CARROLL

Voyez. Donnez-moi

votre réponse dans 48 heures.


ALEX

À 10h, au Café des palmiers,

près de là où

votre gros singe m'a trouvé.


CARROLL

Boris sera là.


Ensuite, ALEX est en compagnie de ANNA, qui regarde un film en noir et blanc.


ANNA

Non,

mais c'est un homme doux.

Tu peux pas savoir. S'il est

comme ça, c'est la faute

de sa peur.

Sinon...

Une seule fois,

je l'ai vu hors de lui.

Il avait trouvé par hasard

une lettre d'amour,

dans un tiroir.

Une lettre qui datait

de trois ans plus tôt

et qui commençait par:

"Anna, mon petit ange."

Il m'a tirée par les cheveux

comme un fou et il criait:

"Raconte! Raconte!"

Et moi, je criais:

"Montre-moi la lettre,

mais montre-moi la lettre!"

Et finalement, il m'a lâchée.

Et j'ai lu.

C'était une lettre

qu'il m'avait lui-même écrite,

de Château-d'Oex, en Suisse,

mais de la main gauche, parce

que son bras droit était

dans le plâtre.

Il avait pas reconnu

sa propre écriture.


ALEX

Écoute, Anna,

je fais le travail.

Je lui apporte ses fichus

microbes, il me paye,

et tu pars avec moi.


ANNA

Non.

Marc est l'homme de ma vie.


ALEX

"L'homme de ma vie."

Tu sais quoi? Ça me dégoûte!

Bientôt 30 ans

et la peur du vide.

Tu sais ce qu'il m'a dit,

l'homme de ta vie?

Écoute-moi, Anna. Écoute-le,

plutôt, ce sont ses mots.

Il m'a dit: "Si le coup réussit,

je lui laisse une partie de

l'argent et je la quitte."


ANNA

Tais-toi, Alex, tu inventes.


ALEX

Non, non! Écoute.

Il m'a dit:

"Elle me rend triste.

Sa jeunesse s'use vite

à mes côtés.


ANNA se bouche les oreilles.


ALEX

Quand je me réveille

avant elle, je la regarde.

Je la trouve déplacée,

triste et déplacée

comme une bouillotte qui s'est

refroidie pendant la nuit."

Écoute. Ce sont ses mots, Anna.

(Enlevant les mains de sur les oreilles de ANNA)

Il m'a dit: "Je sais, je suis

un tueur, je suis un tueur.

Elle est mon arme encore tiède

oubliée sur les lieux du crime

et j'espère seulement que

mes empreintes sur elle

s'effaceront."


ANNA

Tais-toi.


ALEX

C'est important dans la vie,

de savoir se quitter.


ANNA

Marc et moi, on s'aimera.


ALEX

L'amour partagé,

c'est un court-circuit.


ANNA

Il s'est durci, oui. Il s'est

fermé comme un coffre-fort.

Mais je suis sûre...


ALEX

Non, c'est trop tard! Pas

possible d'ouvrir le coffre-fort

quand la clé est à l'intérieur.


ANNA

Mais si, Alex.

Justement, si. Toi, tu peux.

Les coffres-forts,

toi, tu connais.

Moi, je compte

tellement sur toi.

(Voyant que ALEX la regarde)

Quoi?


ALEX

T'as peut-être tort!


ALEX s'en va. Plus tard, ALEX est au restaurant convenu avec BORIS. Une jeune fille écrit à l'extérieur.


BORIS

Alors,

on est d'accord?


ALEX

Oui.


BORIS

Sur tout?


ALEX

Oui, oui.

C'est votre fille, là-bas?


BORIS

Non.

C'est ma nièce.

C'est moi que je l'élève.


ALEX

Pourquoi est-ce

qu'elle reste dehors?


BORIS

Je ne veux pas qu'elle ait

de contact avec le milieu.


ALEX

Le milieu, c'est vous.


BORIS

C'était moi.


ALEX

C'est pas moi.


BORIS

Un jour, elle sera artiste.

Elle écrit déjà des jolies

choses en poésie.


LE SERVEUR arrive auprès de BORIS et ALEX.


LE SERVEUR

Vous prenez autre chose?


ALEX

Vous avez des tartes maison?


LE SERVEUR

Qu'est-ce que vous

appelez "maison"?


BORIS

Oui.

Qu'est-ce que vous

appelez "maison"?


ALEX

Laissez tomber.


LE SERVEUR s'en va.


BORIS

Vous retournez pas

tout de suite,

mais ce type là-bas, de dos,

avec les cheveux blancs,

je crois que c'est

Jean Cocteau, le poète.


ALEX

Jean Cocteau est mort.


BORIS

Non, regardez.

Il bouge.

Vous avez pas de questions?


ALEX

Non.


BORIS

Fais attention, Langue pendue.

Je vous préviens,

je n'aime pas les traîtres,

la trahison...

Une femme m'a trompé un jour.

Oh... Oui...

Mais elle est plus

là pour s'en vanter.


ALEX

(Parlant entre ses dents)

Pauvre type.

Pauvre type!


BORIS

Vous avez entendu?


ALEX

Non.

(Entre ses dents)

Pauvre type.


BORIS

Hum...

Mais c'est vous,

vous êtes ventriloque.


ALEX

Ça vous regarde?


BORIS

Fais attention, Langue pendue!


BORIS donne un coup sur le cendrier, qui atterrit dans l'aquarium tout près.


BORIS

Attention, Langue pendue.

L'Américaine, en vieillissant,

devient sentimentale.

Moi, c'est tout à fait

le contraire.

Moi, j'aime de plus en plus

voir les balles sortir

du canon de mon revolver.


ALEX

Une balle dans ma peau,

ça détendra peut-être

mon atmosphère.


BORIS

Un faux pas et boum!


ALEX est maintenant avec L'AMI 1 et L'AMI 2, dans une voiture, la nuit. L'AMI 1 stationne. ALEX et L'AMI 2 et tentent d'ouvrir une caisse avec un pied de biche. ALEX se fait une entaille dans la main.


L'AMI 2

Pardon, Alex.


ALEX

Ça va.


ALEX et L'AMI 2 soulèvent le couvercle de la caisse.


ALEX

Juste les rayons du haut.


Plus tard, ALEX est dans la voiture et se bande la main.


ALEX

Je vous laisse

ma part, je quitte le pays.

Arrête-moi sur le pont.


ALEX sort de la voiture.


L'AMI 1

Bonne chance, Alex.


ALEX

Bonne chance.


L'AMI 2

Bonne chance.


ALEX reste un moment sur le pont et s'allume une cigarette. Puis, ALEX se met à marcher. ALEX croise THOMAS, qui a de la gaze sur un œil.


THOMAS

Je te croyais à la mer.


ALEX

C'est quoi?


THOMAS

Une infection.

J'aurais dû me méfier

de toi, Alex.

Tu m'as souvent dit,

je me souviens,

que tes romans

favoris, c'était ceux

où une seule phrase prononcée

suffit à bouleverser

la vie des personnages.

Mais tout se paie.

T'as lancé des phrases comme

des couteaux et tu vas payer.

T'as trop fait de grimaces

dans les courants d'air.

Toutes tes lectures,

des centaines et des centaines

de livres que t'as lus, relus,

ils t'ont rendu

atrocement précoce.

Alors, tu vas vieillir

très vite, Alex.

Et un jour tu ex...

Tu imploseras,

comme un poste de télé.

Lise t'aime et j'aime Lise.

Je t'aimais.

Mais aujourd'hui,

la seule question qui me

tracasse quand je te regarde,

c'est si tu seras plus

dégueulasse mort que vivant.

Puis aussi...


ALEX

Non.


THOMAS s'en va, mais revient sur ses pas et suit ALEX. Puis, on entend une sonnerie de téléphone. LA MÈRE DE LISE, qui est en compagnie de LISE, décroche.


LA MÈRE DE LISE

Allô?

Non, elle n'est pas là.

Je vous en prie,

ne rappelez plus.


LA MÈRE DE LISE passe le combiné à LISE.


LISE

Oui?

À Paris?

Vite! Raccroche.

Suis-le.

Te fais pas voir.

Dépêche-toi.

Vois où il habite.

Rappelle-moi.


Plus loin, MARC arpente l'entrée de la boucherie, en compagnie de HANS. Le téléphone sonne, suivi de la clochette indiquant que quelqu'un est entré.


MARC

Bonsoir, Langue pendue.


ALEX

Bonsoir.


MARC

Qu'est-ce que vous

vous êtes fait à la main?


ALEX

C'est rien.



MARC

Comment ça, rien?

Regarde, Hans.

Sa main pisse le sang.

Vous avez encore fait un

de vos petits coups de minable?

Je vous l'avais dit, pourtant.


On voit THOMAS à l'extérieur de la boucherie, qui écoute la conversation.


ALEX

Fichez-moi la paix.


HANS

Marc...


MARC

Tais-toi, Hans.

Le gosse est fou.

On s'est associés avec un fou.

Tout va rater, c'est fini.


HANS

Calme-toi...


MARC

À 24 heures du coup,

il a pris le risque

de tout fiche par terre.

Et si la police l'avait arrêté?

Et sa main en sang?

Ce sont vos mains

qu'on vous paye si cher!


HANS

(Prenant les épaules de MARC)

Marc...


ALEX

Mes mains vont bien.

Elles trembleront pas,

elles, demain soir.


HANS

Marc, calme-toi.

Ça va aller.

Il est tard.

Monte rejoindre Anna.

Je m'occupe du gosse.


MARC commence à monter, mais s'arrête en entendant ce que dit ALEX.


ALEX

La peur,

ça vieillit mal.


HANS

Tais-toi, Alex.


Ensuite, HANS tente de prendre la main de ALEX pour voir la blessure, mais ALEX est d'abord réticent, puis se laisse faire.


HANS

(Voyant la blessure)

Oh là là...

Tu vas t'habiller

comment, demain?


ALEX

Quoi?


HANS

Tu ne vas pas

y aller comme ça?

T'es pas présentable.

Imagine que

tu te fasses arrêter.

Avant un gros coup,

il faut toujours

passer chez le coiffeur

et s'habiller convenablement,

au cas où on se ferait

coincer par la police

et photographier par la presse.

(Regardant la plaie)

Il va falloir recoudre.


Plus tard, ANNA est étendue dans le lit tandis que MARC est plus loin.


ANNA

Marc.


MARC

Oui?


ANNA

Je voudrais le bonheur inouï.


MARC

Bientôt.


ANNA

Je voudrais...

Si un jour, tu m'aimais plus,

t'aurais le courage

de me le dire?


MARC

Mais oui.


ANNA

Il faudrait pas.

Je serais trop malheureuse.


MARC

Qu'est-ce que tu roucoules?

Et qu'est-ce que fiche Hans,

bon sang? Il est presque minuit.


ANNA

Il va bientôt revenir,

il t'a laissé un mot.


MARC

Un gosse amateur et

un vieux garçon, la fine équipe!

Tout va rater.


ANNA

Non.

Il faut pas dire ça.


MARC

Ce miroir retarde.

C'est quoi, ces bestioles?


ANNA

C'est la chaleur.


MARC

Ce sont des éphémères.

C'est ça.

Allons, Anna,

lève-toi, habille-toi.


MARC descend. ANNA s'allume une cigarette et s'étouffe. MARC va voir ALEX et lui tend un revolver.


MARC

Vous voulez une arme

pour cette nuit?

(Voyant ALEX faire non de la tête)

Vous avez raison. Tout a été

préparé au millimètre,

vous n'en aurez pas besoin.

(Voyant ALEX lui montrer son revolver dans son dos)

Faites voir.

C'est l'ancien Chief de Jean.


ALEX

Oui.


MARC

Oui. Celui qu'il avait

rapporté d'Amérique

avec le

patrol highway.

Chargé?


ALEX

Oui.


MARC

(Entendant des pas)

Vite, rangez-le.


ALEX range le revolver tandis que ANNA arrive.


MARC

Mais qu'est-ce que

fiche Hans, bon sang?


ANNA

Calme-toi.

Je vais appeler chez lui.

Tiens, le voilà.


HANS arrive, habillé d'un complet.


ANNA

T'es très beau, Hans.


MARC

Tu es parfait.


HANS

Franchement, c'est vrai?

Alex, ça me va?


ALEX

Oui, oui.


MARC

Il faut y aller.


HANS serre la main de MARC et embrasse ANNA.


MARC

J'ai eu Charlie au téléphone.

L'avion sera prêt, au cas où

les choses tourneraient mal.


ANNA

Mais non!



MARC

Mais non.


HANS et ALEX partent en voiture et arrivent au complexe de Darley Wilkinson. ALEX arrive à l'endroit où se trouve le virus et ouvre le réceptacle le protégeant. Pendant ce temps, HANS attend dans la voiture. Ensuite, ANTONIN est dans son lit lorsque le téléphone sonne. ANTONIN n'a pas de cheveux.


ANTONIN

Oui.

Bien sûr, c'est Antonin.

Oui. D'accord, j'arrive.


ALEX est toujours dans la salle du virus. Dans la voiture, HANS se retourne et aperçoit la police qui arrive. Dans le complexe de la Darley Wilkinson, ALEX place le virus dans un contenant. ALEX vient pour partir, mais une alarme se déclenche. ALEX va à un interphone et répond.


VOIX DE ANTONIN

Allô?

Je suis le commissaire

Antonin Mouchette.

Nous sommes là.

Moi et mes hommes,

nous vous attendons.

Il y a plus rien à faire.

Descendez.


ALEX

J'ai un otage. Je descends.

Au premier geste d'un

de vos hommes, je tue l'otage.


VOIX DE ANTONIN

Quoi? Qui?!

Un veilleur de nuit...


ALEX coupe la communication. ANTONIN, qui porte une perruque, va vers les policiers.


ANTONIN

Otage!

(Descendant les escaliers)

Otage...

Otage!


LE POLICIER

Patron! Par ici!

Ils ont pris l'ascenseur

de droite.


ANTONIN

Dispositif habituel.

Il a un flingue et un otage.

Ce qu'il prétend...

C'est un enfant.

Moi, j'en ai trois et pas

un seul qui me téléphone

de temps en temps.

Écoutez-moi.

Pas de décision individuelle.

Attendez mes ordres!


L'indicateur des étages de l'ascenseur descend lentement. Après un certain temps, ALEX arrive au rez-de-chaussée, mais appuie sur le bouton pour refermer les portes.


VOIX DE ALEX

Je vais sortir

avec l'otage.

Au moindre geste, je tire.


ANTONIN

Restez calme.


Les policiers arment leurs pistolets. ALEX ouvre la porte et pointe le revolver sur sa tempe.


ALEX

Un geste et je tire.


ALEX passe à travers la foule de policiers.


ANTONIN

Tirez pas!


ALEX

Un geste et je tire!


ALEX se met à courir.


ANTONIN

Non, pas vous!

Vous, ne tirez pas!

Restez ici, je m'occupe de lui.


ANTONIN pourchasse ALEX à l'extérieur. LISE, sur la moto, arrive auprès de ALEX et le fait monter. ALEX tire vers l'arrière. ANTONIN est alors étendu par terre, sa perruque décollée de son crâne. LISE et ALEX continuent de rouler.


VOIX DE LISE

Tu dors?


VOIX DE ALEX

Non.


VOIX DE LISE

C'est Thomas. Il t'a dénoncé.

Il vous avait suivis.


VOIX DE ALEX

Thomas?


VOIX DE LISE

Le flic, tu l'as tué?


VOIX DE ALEX

Je crois.


VOIX DE LISE

Pourquoi, Alex? Un meurtre.

Un meurtre, c'est pour la vie.


VOIX DE ALEX

Je crois que c'est pour ça.


VOIX DE LISE

Tu vas rester chez nous.

Maman et moi, on te cachera.


Plus tard, chez LISE, ALEX plante une seringue avec le virus dans un œuf.


VOIX DE LISE

Tu fais quoi?


VOIX DE ALEX

Il faut nourrir le virus.


Ensuite, HANS arrive à la boucherie. MARC se rase.


MARC

Allons, Hans, va te coucher.

Tu m'appelles

dès qu'il y a du nouveau.


HANS

Oui.


MARC

Tu préviens Charlie.

Tu lui dis quand même de garder

l'avion prêt jusqu'à 7h.


HANS

Ça pue la viande, ici.


MARC

(S'adressant à ANNA)

Toi aussi, tu devrais

monter dormir.


ANNA

J'ai pas sommeil.


MARC

Je monte.

La petite ordure nous a trahis.


Pendant ce temps, LISE se déshabille et regarde vers ALEX en souriant. Puis, ALEX et LISE dorment. On voit MARC puis CARROLL qui dorment. Dans un rêve, on voit un homme pris dans une voiture sous l'eau. De retour dans la réalité, ALEX se lève, s'habille et va cacher l’œuf dans une poupée russe. ALEX va ensuite cacher l’œuf dans un casier du métro et colle la clé avec une gomme à un endroit sûr. Puis, BORIS est dans la voiture avec CARROLL.


BORIS

La petite ordure a

voulu trahir.


La voiture arrête près de la boucherie. BORIS arme son revolver. À l'intérieur, ANNA se réveille et allume la radio.


ANIMATEUR RADIO

Suite aux

perturbations provoquées

par le passage de la comète,

il a neigé

cette nuit sur certains

quartiers de la capitale.

Prochain bulletin à 6h.


ALEX arrive devant la boucherie. La voiture de CARROLL passe devant la boucherie. BORIS tire sur ALEX, qui tombe par terre.


CARROLL

Non!


BORIS se dirige vers ALEX et prend quelque chose dans son blouson.


BORIS

(Propos en anglais)

I got it.

Bonne nuit,

Langue pendue.


La voiture s'en va. ALEX se relève péniblement et entre dans la boucherie. ANNA accourt. ANNA sourit, mais devient sérieuse en voyant l'état de ALEX. ANNA court pour aller voir MARC à l'étage. ALEX ouvre une valise et range le revolver.


VOIX DE ANNA

(Chuchotant)

Marc! Marc!

Marc, Alex est là!

Il est là! Marc!

Marc? Alex est là.

Réveille-toi!


VOIX DE MARC

Il a la boîte?


VOIX DE ANNA

Je sais pas. Viens!


MARC et ANNA descendent. ANNA va appeler HANS alors que MARC arrive vers ALEX.


ANNA

Hans, Alex est là.


ALEX

J'ai la boîte.


ANNA

Il a

la boîte, viens vite!


ALEX

Pas sur moi.

(Tendant une carte à jouer avec des inscriptions à MARC)

Tout est là, vous trouverez.


MARC

Hans va vous

conduire à l'avion.

Je m'occupe de la boîte.

Dès que j'aurai tout réglé

sur place, d'ici une semaine,

Anna et moi, on ira

vous voir à Château-d'Oex.

Ma sœur vous expliquera

comment toucher l'argent.


HANS arrive dans la boucherie.


HANS

Ça va, Alex?

Tu n'as rien?


ALEX

Rien. Vite,

l'Américaine est à mes trousses.


ANNA

L'Américaine?


MARC

L'Américaine?


HANS

La boîte est ici?


MARC

Non.

Partez vite. Alex t'expliquera

dans la voiture.


HANS

On y va,

Langue pendue.


ALEX

Je dis au revoir... à Anna.


HANS sort, suivi de MARC.


ALEX

Je vais te regretter.


ANNA

J'avais presque oublié

comment ça fait...

d'être regrettée.


ALEX

Je peux m'approcher?


ANNA

Bien sûr.


ALEX

Je fais le plein...

pour les nuits à venir.


ANNA

(Chuchotant)

Oui.


On voit LISE qui roule sur la moto. De retour à ALEX et ANNA, où MARC est maintenant de retour.


ALEX

Voilà.


MARC

Je vous accompagne.


ANNA

(Souriant)

Et moi aussi.


ALEX, ANNA, HANS et MARC sont alors en voiture.


HANS

La moto, hier,

c'était qui?


ALEX

Lise, une amie.


HANS

Elle nous suit.


ALEX aperçoit alors la femme de l'autobus qui marche dans la rue et réalise que ce n'est pas ANNA.


MARC

Regardez!

L'Américaine.


La voiture de CARROLL croise celle de HANS en sens inverse.


CARROLL

(Propos en anglais)

Thank God!

The child is alive.

Turn around

and follow them, Daniel.


Dans la voiture de HANS, ANNA et MARC se parlent à l'oreille en souriant, mais on ne les entend pas. On klaxonne.


HANS

(Citant Shakespeare)

So when this loose behavior

I throw off;

And pay the dept I never promised;

But how much better than my word

I am;

By so much shall I falsify

men's hopes.


ANNA embrasse HANS.


ANNA

T'as pas froid, Alex?


ALEX

Non.


HANS

♪ Parce que

t'as les yeux bleus ♪

♪ Que tes cheveux s'amusent

à défier le soleil

par leur éclat de feu ♪


ANNA

♪ Parce que tu as 20 ans ♪

♪ Que tu croques à la vie

comme à un fruit vermeil

que l'on cueille en riant ♪


ENSEMBLE

♪ Tu te crois tout permis ♪

♪ Et n'en fais qu'à ta tête ♪

♪ Désolée un instant

prête à recommencer ♪

♪ Tu joues avec mon cœur

comme un enfant gâté ♪

♪ Qui réclame un joujou

pour le réduire en miettes ♪

♪ Parce que j'ai trop d'amour ♪

♪ Tu viens voler mes nuits

du fond de mon sommeil

et fais pleurer mes jours ♪♪


MARC

Vous chantez pas, Alex?



HANS

Langue pendue.


ALEX

J'ai jamais su.


ANNA

Ne sois pas bête, Marc

non plus, il sait pas.

Ça l'empêche pas.


MARC

♪ Parce que je n'ai que toi ♪

♪ Mon cœur est mon seul maître

et maître de mon cœur ♪

♪ L'amour nous fait la loi ♪


ANNA

♪ Parce que tu vis en moi ♪

♪ Et que rien ne remplace

les instants de bonheur

que je prends dans tes bras ♪


ENSEMBLE

♪ Je ne me soucierai ♪

♪ Ni de Dieu ni des hommes ♪

♪ Je suis prêt à mourir

si tu mourais un jour ♪

♪ Car la mort n'est qu'un jeu

comparé à l'amour ♪

♪ Et la vie n'est plus rien

sans l'amour

qu'elle nous donne ♪


Un avion passe.


ENSEMBLE

♪ N'en porte pas le deuil ♪

♪ Parce que ♪

♪ Parce que ♪♪


HANS

Anna?


ANNA

Hum?


HANS

Tu trouves pas que

la voiture a pris comme un...

coup de jeunesse?


ANNA

Ah, oui.


HANS

Je suis sûr

que t'as jamais remarqué

la nouvelle moquette

et le revêtement des sièges.


ANNA remarque que le tapis est taché du sang de ALEX. ALEX fait signe de se taire à ANNA avec son doigt ensanglanté.


ANNA

Marc! Marc, ça saigne.

Ça saigne!

Qu'est-ce que ça saigne!


MARC

(Se retournant)

C'est l'Américaine?

C'est l'Américaine?!


ALEX

Oui.


MARC

(Revenant à l'avant)

L'Américaine,

elle a tiré sur le gosse.

Hans, arrête la voiture.


ALEX

Non, je dois

prendre cet avion.


MARC

Ralentis,

laisse-toi rattraper.


HANS

Mais Marc!


MARC

Ralentis!


MARC prend le revolver des poches de HANS et le pointe sur la jambe de HANS. Dans la voiture de CARROLL.


BORIS

Ils ralentissent.


CARROLL

Je veux plus de coups de feu.

(Propos en anglais)

If possible.

Back them off, Daniel.


De retour à la voiture de HANS, ANNA et MARC regardent ALEX avec pitié.


MARC

Descends ta vitre.

(Voyant la voiture de CARROLL à côté)

Te laisse pas dépasser!


BORIS

Stoppez! Il faut qu'on parle!


MARC tire vers la voiture et atteint BORIS.


CARROLL

Jesus!


MARC continue de tirer et vise CARROLL, mais les balles ne l'atteignent pas. La voiture de CARROLL fonce dans la rivière.


MARC

Plus vite, Hans!


HANS

Ça va, Langue pendue?


ALEX

Oui, je dois

prendre cet avion.


HANS

L'aérodrome n'est plus loin.


MARC

Tu t'arrêteras,

derrière le hangar gris.

Il y a un poste de secours.

Hans va vous soigner,

c'est un très bon médecin.

Ce sera pas la première fois

qu'il extraira

une balle de quelqu'un.

Pas vrai, Hans?

On vous emmènera en Suisse

dès que vous serez sur pied.


ALEX

Je dois prendre cet avion.


HANS

Qui n'a pas reçu un

coup de revolver

ou de couteau

dans sa jeunesse? Ça passe.


ALEX

Oui. Déjà, je me sens mieux.

Soulagé.

Des mois que mon ventre

était du béton,

durcissait, durcissait.

J'avais des nœuds partout,

ça pouvait plus durer.

Il a visé dans le mille,

le grand singe.


HANS

Une balle

dans la peau, c'est rien.

Tu verras.


ALEX

Oui.

J'ai vu arriver cet insecte...

Et c'était une balle.


MARC

Plus vite, Hans!


ANNA

(S'adressant à ALEX)

Qu'est-ce que

tu vas faire en Suisse?


ALEX

Je sortirai dans la nature...

et je caresserai chaque pavé

et je remercierai

chaque marche d'escalier.

Si seulement je pouvais vivre...

Sinon, je vais être furieux.

J'ai vécu ma vie

dans tous les sens,

comme un brouillon.

Quel foutoir!

Comme une vague qui se casse

toujours en plein océan,

qui atteint jamais

la plage, les rochers.

Le temps d'apprendre à vivre,

il est déjà trop tard.

Mais je pensais,

encore tant d'années...

Oui...

Des années devant moi

pour faire de l'ordre.


MARC

Plus vite, Hans!


ALEX

Le gazon est noir,

ou c'est mes yeux?

Un trou de balle

dans le ventre...

Ha! Ha! Ha!

"Un trou de balle."

Ha! Ha! Ha!


ANNA rit aussi.


ALEX

Les filles me disaient:

"Sois simple."

Je faisais de mon mieux.

C'était si difficile

d'être simple.


La voiture de HANS arrive alors à l'aérodrome et HANS klaxonne. CHARLIE sort à la rencontre de la voiture. MARC va rejoindre CHARLIE.


MARC

Charlie, l'Américaine a tiré

sur le gosse.

Ça a l'air méchant.


CHARLIE soupire. HANS vient rejoindre CHARLIE et MARC.


HANS

Le gosse est

complètement fichu.


MARC va auprès de ALEX et ANNA. ANNA pleure.


MARC

Alex.


ALEX

Marc.

Dites-moi,

à quelle heure

je dois être transporté à bord?

(Voyant l'air navré de MARC et ANNA)

Bon.

S'il vous plaît,

sortez-moi de là.


MARC transporte ALEX hors de la voiture.


ALEX

Je vais marcher un peu.

Faire quelques pas.


ALEX marche en se frottant le ventre. ALEX fait mine de boxer, mais vient pour s'évanouir. ANNA rattrape ALEX et le pousse sur la voiture, ventre devant.


ALEX

Pas sur le ventre, Anna.

Sur le dos.

Sur le dos...


LISE arrive en moto. ANNA se relève avec une trace de sang sur le visage. ALEX est maintenant sur le dos. LISE court vers ALEX.


ALEX

Lise!

Bonjour, Lise.

Anna, c'est Lise,

l'ange de la moto.

Tu l'as trouvé, toi,

le sourire de la vitesse?

Je vais parler de l'intérieur.

Ce sera plus facile.


ALEX

(Entre ses dents)

Et puis, je vais

fermer les yeux.

Lise...

Ma petite Lise,

ravale tes larmes.

Ravale tes larmes.

Je veux plus te voir pleurer.

C'est pour ça.

C'est fini.


VOIX DE LISE

Mais je pleure

parce que c'est fini, Alex.

Mais c'est pas fini.

Non.


VOIX DE ALEX

Lise...

un jour, ce sera comme

quand on a déjà vécu.


CHARLIE va ouvrir la paupière de ALEX, d'où une larme coule.


CHARLIE

Mort. Mort, mademoiselle.


MARC

Mort.

(Chuchotant)

Mort.


Plus tard, ANNA caresse les cheveux de LISE.


LISE

De toute façon,

il en avait fini avec moi.


ANNA

Non! Il faut pas dire ça.

Un jour,

vous vous seriez retrouvés.


LISE

Un jour ou deux, peut-être.


LISE remonte sur la moto et s'en va. ANNA se met soudain à courir et se dirige vers la piste d'atterrissage.


MARC

Anna! Anna!


LISE roule à toute vitesse. ANNA continue de courir, poursuivie par MARC. ANNA sourit et essuie le sang de ALEX sur son visage. ANNA étend ses bras et court.


Générique de fermeture



Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par