Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager

Vidéo transcription

Obamas

Oscar vient d’arriver à Montréal avec son fils José qu’il doit emmener à Trois-Rivières retrouver sa mère qu’il n’a jamais connue. Ils ratent leur bus et sont bien obligés de passer la nuit dans cette ville qui leur est inconnue. Plus tard, alors que José dort profondément, Oscar, pris d’insomnie, décide d’aller prendre l’air. C’est alors qu’il rencontre Diane, la trentaine, à la recherche de Virgule, son chien, qu’elle a perdu de vue. Ils marchent côte à côte à travers les rues de Montréal, la nuit. Mais cherchent-ils vraiment un chien ? Jusqu’où leur promenade, riche en rencontres, dont celle de l’itinérant Barack Obama en personne, et pleine de rebondissements, leur mènera-t-elle ? Vincent, le mari de Diane, parti à sa recherche, a-t-il des raisons de s’inquiéter ? Nos trois larrons qui ont erré comme des âmes en peine toute la nuit se retrouvent tous au petit matin à la gare, en présence du petit José médusé. Le règlement de compte final peut enfin commencer.



Réalisateur: Moussa Djigo
Acteurs: Elizabeth Anne, Lise Martin, Leila Thibeault-Louchem
Année de production: 2018

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Dans ce film, les personnages principaux OSCAR et DIANE sont respectivement joués par 3 acteurs différent et 3 actrices différentes, changeant au gré des scènes, sans entraver la trame narrative.


Citation : C'est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c'est notre regard aussi qui peut les libérer.

-Amin Maalouf


Citation : Comme des bibliothèques aux multiples rayons que l'on classe, déplace, aménage, lentement nos identités se recomposent.

-Viviane Chocas


Citation : Je ne conçois jamais l'identité comme une prison, mais comme une possibilité de voyager, de multiplier les expériences.

-Marcello Fois


Générique d'ouverture


Titre :
Obamas Une histoire d'amour, de visages et de folie


OSCAR et son fils JOSÉ entrent dans la gare d'autobus de Montréal. OSCAR regarde l'écran d'informations.


OSCAR

Porte 6.


JOSÉ

(Pointant une porte d'embarquement)

C'est là-bas.


OSCAR

Oui.


OSCAR et JOSÉ accélèrent le pas.


OSCAR

Allez. Allez, allez, allez.


JOSÉ s'avance vers un employé de la gare qui se tient à côté de la porte d'embarquement pour Trois-Rivières.


EMPLOYÉ

Pour Trois-Rivières?


OSCAR

Oui.


EMPLOYÉ

Le dernier bus

vient juste de partir.


OSCAR

Pis c'était le dernier?


EMPLOYÉ

Pour à soir, oui. Désolé.


L'EMPLOYÉ s'éloigne. JOSÉ tente d'ouvrir la porte.


EMPLOYÉ

(S'adressant à JOSÉ)

Hé! Hé! Hé! Hé! Jeune homme!

Woh! Woh! Woh!


L'EMPLOYÉ saisit JOSÉ par les épaules et l'éloigne de la porte pour le ramener vers OSCAR.


EMPLOYÉ

Tu vas briser la porte,

qu'est-ce que tu fais là?

Voyons donc!

J'ai pas le pouvoir de faire

ramener l'autobus, moi là, là!

(Secouant les cheveux de JOSÉ)

Bonne soirée.


L'EMPLOYÉ s'éloigne. OSCAR baisse la tête. Plus tard, OSCAR se tient devant le guichet de vente de billets d'autobus.


EMPLOYÉ

Ah, ben oui, j'ai ça.

Départ de Montréal

demain matin 6 heures,

arrivée à Trois-Rivières: 8 heures 15.


OSCAR

Alors, donnez-moi,

euh, deux billets

pour celui de

demain matin... 6h.


EMPLOYÉ

On y va pour ça.

Deux fois?


Billets en main, OSCAR prend JOSÉ par le bras pour quitter la gare.


OSCAR

José.

(Murmurant)

Allez.


Plus tard, OSCAR et JOSÉ sont dehors. OSCAR est dans une cabine téléphonique.


OSCAR

(Parlant au téléphone)

De l'Esplanade.

Oui.

Oui, mais c'est bon.

Hé, c'est bon. T'inquiètes.

Oui, on arrive. OK. Ciao!


OSCAR raccroche le téléphone et se dirige vers JOSÉ qui l'attend.


OSCAR

Alors?

(Levant les bras dans un geste de découragement)

Allez, viens.


OSCAR prend sa valise et se met à marcher, suivi de JOSÉ.


OSCAR

(S'adressant à JOSÉ)

Ça va?


Rendus chez leur ami FÉDÉ, OSCAR et JOSÉ sonnent à la porte. La porte s'ouvre et FÉDÉ les accueille.


FÉDÉ

Ha! Ha! Ha! Oscar!

À Montréal!

Hé! Comment ça va, mon pote?


OSCAR

Ça va. Ça va.


FÉDÉ

Ça fait dix ans, hein.


OSCAR

Au moins. Au moins.


FÉDÉ

Ah!


Plus tard, FÉDÉ, OSCAR et JOSÉ soupent autour de la table. OSCAR et FÉDÉ parlent en riant. JOSÉ est penché sur son assiette, il ne parle pas.


FÉDÉ

Tu m'as dit:

«Fédé, lâche la petite!»


OSCAR

Salaud!

Tu te rappelles encore de ça!


FÉDÉ

Ah! Avoue qu'avec Myriam,

on t'a bien eu ce jour-là, hein!


OSCAR

Ah! Allez.


OSCAR et FÉDÉ s'arrêtent de rire. FÉDÉ observe JOSÉ.


FÉDÉ

Hé, José.

T'es sûr que tu veux pas

un peu plus de viande?


JOSÉ secoue la tête de gauche à droite, sans regarder FÉDÉ. Il bouge les aliments dans son assiette sans manger. Après le souper, OSCAR et JOSÉ sont dans une chambre chez FÉDÉ.


OSCAR

(Faisant un câlin à JOSÉ)

T'inquiète pas, mon fils.

Souviens-toi de notre secret.

Tu t'en souviens?


JOSÉ

Oui, je m'en souviens.


OSCAR

Très bien, mon fils.

Alors? Qu'est-ce qu'on a dit?


JOSÉ

Qu'on sera

toujours soudés

comme nos doigts de la main.


OSCAR et JOSÉ se regardent et effectuent un signe de mains. OSCAR donne un bec sur la tête de JOSÉ. Plus tard, OSCAR et JOSÉ sont couchés dans le lit. OSCAR lit. JOSÉ ne dort pas.


JOSÉ

Papa?


OSCAR

Hum-hum?


JOSÉ

Est-ce que maman avait...

Comment dire ça?

Est-ce qu'elle avait

quelqu'un d'autre?

Est-ce que tu penses

qu'elle a d'autres enfants?


OSCAR

Comment tu veux que je sache?

Je t'ai déjà dit

les deux ou trois trucs

que je sais d'elle

depuis qu'elle est partie.

(Flattant les cheveux de JOSÉ)

On verra à Trois-Rivières. Hum?

On part demain.

Hé. Demain matin,

tu te rends compte?

Seulement dans quelques heures.

Allez, sois patient.

On verra là-bas.


JOSÉ

Oui, on verra.

Si on la retrouve.


OSCAR

Mais on va la retrouver.

On va tout faire

pour la retrouver.

(S'assoyant dans le lit pour se pencher vers JOSÉ)

Écoute-moi.

On repart pas d'ici tant

qu'on l'a pas retrouvée.

OK?


JOSÉ

OK.


OSCAR

Essaie de dormir maintenant.


OSCAR se remet à lire son livre. JOSÉ ferme les yeux. Plus tard, incapable de dormir, OSCAR fume une cigarette à l'extérieur. Il rentre et cogne sur la porte de la chambre de FÉDÉ.


OSCAR

Fédé?


FÉDÉ ouvre la porte.


FÉDÉ

Tout va bien, Oscar?


OSCAR

Ah oui, ça va.

José, il dort

comme une souche, là.


FÉDÉ

Ah...


OSCAR

(En riant)

Complètement assommé, là.


FÉDÉ

Ah, bien sûr.


OSCAR

Mais, euh, moi,

j'y arrive pas du tout.


FÉDÉ

Ah. Ben ça, tiens!


OSCAR

Je vais te laisser

répéter tranquillement,

je vais faire un petit

tour dans le coin.


FÉDÉ

OK. Tiens,

je te donne mes clés.


FÉDÉ sort ses clés de la poche pour les donner à OSCAR.


OSCAR

Ah, mais...


FÉDÉ

Au cas où.


OSCAR

OK. C'est?


FÉDÉ

C'est celle-là.


OSCAR

OK. Super. Bon ben, à plus.

Ça te dérange pas, hein?


FÉDÉ

Mais non.


OSCAR

Non?


FÉDÉ

(En riant)

Tu te perds pas.

Je te connais, toi.


OSCAR

Allez, à plus.


FÉDÉ

À tout à l'heure.


Dehors, OSCAR 2 s'allume une cigarette, puis sort un caméscope de son sac. Il commence à marcher dans la ville. Il passe dans un parc où des gens jouent au football, prennent une marche, ou promènent leurs chiens. La croix du Mont-Royal brille au loin. OSCAR 2 s'assoit sur un banc pour fumer. Plus loin, une femme pleure, assise sur un banc. OSCAR 2 se dirige vers elle.


OSCAR 2

Bonsoir.

Ça n'a pas l'air d'aller,

est-ce que je peux vous aider?


DIANE

Ça va.

Merci!


OSCAR 2

Vous êtes sûre?


DIANE

(Reniflant et soupirant)

J'ai perdu mon chien.


OSCAR 2

Ah.

C'est embêtant, ça.


OSCAR 2 s'assoit sur le même banc que DIANE. Ils échangent un regard.


DIANE

Oui.

Il s'appelle Virgule.

Ça fait deux heures

que je le cherche.


OSCAR 2

Je suis vraiment désolé.

Je comprends ce que

vous devez ressentir.

Moi aussi, j'ai eu un chien.

Ben, chez moi, dans mon pays.

Ça m'est déjà arrivé

de le perdre une fois, hein.

Je l'ai cherché pendant

deux jours,

mais je... je l'ai retrouvé.


DIANE boit de sa bouteille d'eau, puis regarde OSCAR 2.


DIANE

C'est vrai?


OSCAR 2

Je vous assure.

J'étais dans le même

état que vous.


DIANE

Bon.


OSCAR 2

Et qu'est-ce que

vous allez faire?


DIANE

Je vais continuer de me...

reposer un peu, pis, euh...

... je vais continuer

de chercher.


OSCAR 2

Et vous n'avez personne

pour vous aider?


DIANE

Non.


OSCAR 2

Est-ce que je peux vous

emprunter votre téléphone?

S'il vous plaît.

Une minute.


DIANE fouille dans son sac à main, sort son téléphone, puis le donne à OSCAR 2.


OSCAR 2

Merci.

Vous savez, ça peut paraître

compliqué, des fois, mais...

Mais on finit

par les retrouver.

Ou alors, ils reviennent

d'eux-mêmes.


OSCAR 2 fouille dans sa poche et en sort un papier. Il compose un numéro sur le téléphone.


OSCAR 2

Allô, Fédé?

Oui, c'est moi.

Écoute, euh, je voulais

juste te dire

que je vais pas

rentrer tout de suite.

Non, non, non, ça va,

ça va, ça va.


OSCAR 2 se lève et s'éloigne pour continuer sa conversation au téléphone.


OSCAR 2

Non, c'est pas ça, non.

Et José, ça va? Il dort?

Il ronfle?

(Riant)

Ça, c'est les bienfaits

du décalage horaire, hein.

Il était crevé, le pauvre.

Écoute, merci encore pour tout

ce que tu fais pour nous, hein.

Bon, allez. À tout à l'heure.


DIANE regarde OSCAR 2 en soupirant.


OSCAR 2

(S'adressant à FÉDÉ au téléphone)

Allez, salut, hein. Salut.


OSCAR 2 revient vers DIANE, s'assoit sur le banc, puis lui donne son téléphone.


OSCAR 2

Alors?

Par où est-ce qu'on commence?


Plus tard, OSCAR 2 et DIANE 2 marchent dans la rue.


OSCAR 2

Vous me paraissez

bien tendue, madame.

Il faut essayer

de vous relaxer.


DIANE 2 soupire et lève les yeux au ciel en souriant.


OSCAR 2

Je suis là pour vous aider.

(Tendant un paquet de cigarettes)

Cigarette?


DIANE 2

Non, merci. Je fume pas.


OSCAR 2

À quoi il ressemble?


DIANE 2

Je vais te montrer,

j'ai une photo.


DIANE 2 cherche dans son sac à main, puis en sort une photo.


DIANE 2

C'est Virgule.


OSCAR 2

(Étonné)

Ah!

(Riant)

C'est très drôle parce que...

il ressemble beaucoup

à Scarface... mon chien.


DIANE 2

(Souriant)

OK.


OSCAR 2

Sauf que

(langue_etrangere=EN)

Scarface

(/langue_etrangere)


Il a une petite...

(Pointant son nez)

Une petite cicatrice sur le...

sur la truffe au bout, ici.


DIANE 2

(Riant)

(langue_etrangere=EN)

Scarface

(/langue_etrangere)


OSCAR 2

(Acquiesçant)

(langue_etrangere=EN)

Scarface

(/langue_etrangere)


DIANE 2

OK.


OSCAR 2

C'est un beau chien.


DIANE 2

Hum. Merci.


Sur un poteau, on voit une annonce signalant un chien perdu. OSCAR 2 et DIANE 2 continuent de marcher dans la ville. DIANE 2 aperçoit un chien similaire à Virgule, mais il est tenu en laisse par une dame. OSCAR 2 cherche dans une ruelle. Il sursaute en entendant quelqu'un derrière lui qui joue de l'harmonica.


OBAMA

(S'arrêtant de jouer)

Oh! Merci! OK!

Salut! Moi, c'est Obama.


OBAMA lève sa casquette pour saluer OSCAR 2.


OSCAR 2

Je vous demande pardon?


OBAMA

Obama. Voyons!

44e président

des États-Unis: Obama!

(Gesticulant)

(langue_etrangere=EN)

Yes, we can. In God we crust[/langue_etrangere].

OBAMA remet sa casquette sur sa tête et regarde OSCAR avec insistance.


OBAMA

Hein?

Coudonc, tu regardes pas la

TV,

toi? Moi non plus, remarque.


OSCAR 2

Eh bien, enchanté,

alors,

(mot_etranger=EN)

mister[/mot_etranger president.

Moi, c'est Oscar.


OBAMA

(Imitant l'accent français)

Oscar, Oscar. Ah!

(Tendant la main)

Salut, Oscar.


OSCAR 2 lève les mains en l'air pour refuser de serrer la main d'OBAMA.


OBAMA

Oh!

(Riant)

OK, checke ben ça, Oscar...

C'est un gars qui voulait

rentrer dans la police, OK?

La police s'est tassée,

il est rentré dans le mur.

(S'esclaffant)

Hé, c'est une

(mot_etranger=EN)

joke[/mot_etranger!

C'est une

(langue_etrangere=EN)

joke, man! Buddy rich on cocaine[/langue_etrangere]!

OK! Hé,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

, Oscar,

as-tu une petite cigarette?


OSCAR 2

(Lui donnant une cigarette)

(mot_etranger=EN]Of course[/mot_etranger)

.

OBAMA

Ha! Hein?


OSCAR 2

(langue_etrangere=EN)

What happened to your English, brother[/langue_etrangere]?

OBAMA

(Cigarette entre les lèvres)

(mot_etranger=EN]Old Buck[/mot_etranger)

.

Hé, c'est cool,

ton petit foulard. J'aime ça.

As-tu du feu,

man?


OSCAR 2

Ah oui. Bien sûr.

(Allumant la cigarette)

Une cigarette, du feu.

Ben voilà. Hein.


OBAMA

(Riant)

Yes, sir! Merci, mon homme!

(S'éloignant à reculons)

Oscar!


OSCAR 2 rit à son tour et salue OBAMA de la main. Il va rejoindre DIANE 2 et ils continuent à marcher ensemble.


OSCAR 2

En fait, pourquoi tu as appelé

ton chien Virgule?


DIANE 2

Quand je l'ai eu, il avait

une petite queue très enroulée.

(Riant)

Ça ressemblait à

une virgule parfaite.

Mon mari, il voulait absolument

qu'on l'appelle Milou,

Médor, pis je ne sais

plus quoi encore.

(Levant les yeux au ciel)

Bob, comme Bob Marley.

Très original, mon mari,

comme tu peux le constater.

Pis finalement,

on a décidé d'enfin...

J'ai décidé, plutôt,

de l'appeler Virgule.

Maintenant, sa queue est

légèrement moins repliée,

mais euh, ça se voit

encore un petit peu.


OSCAR 2

Oui, mais remarque que...

Milou ne quitte jamais

son maître, hein.


OSCAR 2 et DIANE 2 se promènent en collant des affiches signalant un chien perdu. Ils arrivent sur une rue piétonne colorée et bruyante. OSCAR fouille dans son sac en regardant autour de lui.


DIANE 2

Qu'est-ce qu'il y a?


OSCAR 2 sort son caméscope.


DIANE 2

(Riant)

Ah bon!


OSCAR 2

(L'imitant)

Ah!


DIANE 2

C'est le temps

de la caméra.

(Tournant le dos)

Ah, filme pas moi.


OSCAR 2

Ah non, non.

(Pointant son caméscope vers DIANE 2)

Bien sûr que non.

Jamais de la vie.


DIANE 2

(Riant)

Ah non!

Non, non.


OSCAR 2

Quoi, non, non?


DIANE 2

Non, ça me tente pas.


OSCAR 2

Oui, oui, oui.


DIANE 2

Ah! J'ai rien à dire, là,

devant la cam...


OSCAR 2

Il y a rien à dire.

Fais ce que tu fais. Vis ta vie.


DIANE 2

(Tournant sur elle-même)

Et voilà! Et voilà! Wouh!


OSCAR 2 s'exclame pour l'encourager


DIANE 2

Hé. Merci. Merci. Merci.

C'est tout.

(Agitant la main vers la caméra)

OK, c'est bon.

Arrête de niaiser.


OSCAR 2

Non, non, non, non, non. C'est

ma caméra, je filme si je veux.


DIANE 2

Ah! Sérieux!

Let's go!

Bon, arrête de niaiser, là.

Sincèrement,

tu m'accompagnerais

pas à la SPCA, tu sais.

Parce que je me dis que sûrement

quelqu'un a peut-être trouvé...

En fait, a peut-être

trouvé Virgule

pis il l'a ramené

directement là-bas.

J'aimerais ça, aller voir.


OSCAR 2

Ah, ah.


DIANE 2

Oui.


OSCAR 2

Est-ce que quelqu'un

serait pas en train

d'abuser de ma gentillesse,

qui, je dois l'admettre,

en toute humilité,

est déjà quasiment sans limites?

Comme aurait dit

mon grand-père...

(Imitant un accent)

«Les gens, tu leur demandes

ça, ils te donnent ça;

tu leur prends ça,

ils te prennent ça;

ils te prennent ça,

ils te prennent ça,

et tu te retrouves tout nu,

les fesses à l'air.»


DIANE 2 rit.


OSCAR 2

Sauf que lui, il disait

les fesses en l'air,

c'est plus drôle, hein?


OSCAR 2 et DIANE 2 rient. DIANE 2 se cachent le visage avec ses mains.


DIANE 2

Non, non, non, non.

Bon, en fait, moi,

ce que je me dis, c'est que...

(Souriant)

Tu meurs d'envie

de m'accompagner.


OSCAR 2

Ah!


DIANE 2

Oui!


OSCAR 2

Mais qu'est-ce qui vous fait

dire ça, madame?


DIANE 2

Ben, c'est mon petit doigt.

(Montrant son petit doigt)

Pis, euh, ça se voit, en fait,

comme le nez

au milieu du visage.


OSCAR 2

Ah, ah...

Ton petit doigt, hein?

Hum, hum.


DIANE 2

(Approuvant de la tête)

Hum, hum.


OSCAR 2

Est-ce que je peux le voir,

ce petit doigt qui te dit

des choses pareilles?

Allez.


DIANE 2 tend son doigt vers OSCAR 2, qui lui prend la main.


OSCAR

Mais oui.


DIANE 2 retire sa main.


DIANE 2

Allez, tu viens ou pas?


DIANE 2 regarde OSCAR 2 dans les yeux.


Ailleurs, dans le lit chez FÉDÉ, JOSÉ dort.


Pendant ce temps, OSCAR et DIANE 3, sont dans un taxi. Une voix masculine laisse un message sur un répondeur.


VOIX DE VINCENT

Bébé, t'es où?

Ça fait des heures que

j'essaie de te rejoindre.

(Soupirant)

En tout cas, j'espère

que ça va bien.

Rappelle-moi quand t'auras

mon message, ma puce, OK? Bye.


OSCAR et DIANE 3 sont toujours dans le taxi. OSCAR imagine que CASSANDRE court dehors, suivant le taxi.


DIANE 3

Ça va?

(Riant)

T'es blanc comme

la cuisse d'un curé.

Tu t'en fais pour ton fils?


OSCAR

Ouais, un peu.

Mais non, en fait, euh,

je pensais surtout à sa mère.


DIANE 3

Vous l'avez laissée

dans votre pays?


OSCAR

Non.

Ça va faire 11 ans

que Cassandre est partie.


DIANE 3

Je suis désolée.


OSCAR

Non, il y a pas de mal.

(Soupirant)

Eh ouais.

Trois ans de vie commune...

Puis 11 ans d'attente et

de questions sans réponse.

Pas la moindre lettre,

pas la moindre visite.

Pas le moindre coup de fil.

Et peut-être même sans

la moindre pensée pour nous.

Je comprends pas comment

elle a pu nous faire ça.

J'en reviens pas d'être...

d'être ici sur la terre

où elle est née...

sans elle.


DIANE 3

Mais attends....

attends, elle était

Québécoise?


OSCAR

Oui, elle est née

à Montréal.

Mais on a de bonnes

raisons de penser

qu'elle habite

à Trois-Rivières maintenant.

J'ai eu des indices

par-ci par-là.

Je te passe les détails.

Si on m'avait dit...

(Soupirant)

Si on m'avait dit que je me

séparerais un jour de Cassandre,

je l'aurais jamais cru.

J'avais l'impression

qu'elle était à la fois...

mes jambes et mes bras.


CHAUFFEUR DE TAXI

Ouh!

Un tout.


DIANE 3

Elle était comment?


OSCAR regarde DIANE 3 dans les yeux.


OSCAR

Mais tu t'es concertée

avec mon fils, ce soir, ou quoi?


OSCAR montre des photos de lui et CASSANDRE à DIANE 3.


CHAUFFEUR DE TAXI

(Citant un texte)

«Elle est partie, hélas,

peut-être sans retour.

Elle est partie,

et mon amour...

redemande en vain sa présence.

Lieux qu'elle embellissait,

j'irai du moins vous voir.

à sa place, j'irai m'asseoir

et lui parler en son absence.»

La demeure abandonnée.

De Charles Hubert Millevoye.

Une merveille.

Mais dire qu'au 19e siècle,

il y a un petit ignorant

qui a publié un torchon

d'anthologie qui s'appelle...

Petits poètes français de

Malherbe jusqu'à nos jours.

Pis il a jugé bon, lui, de...

d'inclure ce poète

de génie là-dedans.

Hé, misère!


Le taxi roule dans la nuit. Plus tard, OSCAR et DIANE 3 sont à la SPCA.


EMPLOYÉE DE LA SPCA

Bon ben, c'est ici qu'on place

les chiens errants

qu'on nous amène.


L'EMPLOYÉE DE LA SPCA fait visiter les lieux à OSCAR et DIANE 3. Des chiens s'agitent dans des cages.


EMPLOYÉE DE LA SPCA

S'ils sont pas réclamés

au bout de trois, quatre jours,

ben on... on prépare

les dossiers pour l'adoption.


L'EMPLOYÉE DE LA SPCA s'arrête devant une cage ou un chien s'agite.


EMPLOYÉE DE LA SPCA

Ça, c'est China.

Ça fait deux jours qu'elle est

ici, elle a à peu près un an.

Elle aime pas ça,

être enfermée, hein?

(S'adressant au chien)

N'est-ce pas, Chinou, que

t'aimes pas ça, être enfermée?

Oui.


Plus loin, un petit chien est assis dans le coin de sa cage sans bouger.


EMPLOYÉE DE LA SPCA

Ça, c'est Smarty.

Très timide, euh.

On dirait qu'il entend

tout ce qu'on lui dit.

Son maître est venu

le porter ici

parce qu'il n'est plus

capable de s'occuper de lui.


DIANE 3 regarde tous les chiens, cherchant VIRGULE du regard. DIANE 3 soupire et croise les bras.


Pendant ce temps, dans le lit chez FÉDÉ, JOSÉ dort.


Assis dans un bar, VINCENT avale un shooter d'alcool et repose le verre sur le comptoir. La serveuse s'approche.


VINCENT

(S'adressant à la serveuse)

Un autre, s'il te plaît.


La serveuse lui sert un autre verre et soupire.


VINCENT

Je ne comprends plus Diane.

(Soupirant)

Elle ressemble de moins en moins

à la femme que j'ai épousée.

Tu l'as remarqué, toi aussi,

Marie-Ève? Honnêtement.


MARIE-ÈVE hausse les épaules. VINCENT soupire.


VINCENT

Avant, elle pis moi,

on était les plus grands

complices du monde.

Je pouvais pratiquement

lire dans ses pensées.


MARIE-ÈVE s'appuie sur le bar pour écouter VINCENT.


VINCENT

Mais depuis quelques mois,

j'ai l'impression de vivre

avec un fantôme.

J'ai l'impression

que Diane m'échappe.

Elle me glisse

entre les doigts.

J'ai pas toujours été parfait,

je le sais.

De toute façon,

qui est-ce qui l'est?

Mais je n'ai jamais manqué

à mon devoir de mari.


VINCENT avale son shooter.


VINCENT

Diane, je l'ai aimée.

Peut-être à ma façon,

mais je l'ai aimée.


CLIENT

Excuse-moi.

Est-ce que je peux avoir

un Cheval Blanc, s'il te plaît?


MARIE-ÈVE

Oui, ce sera

pas long, j'arrive.


CLIENT

Merci.


MARIE-ÈVE pose sa main sur celle de VINCENT, puis elle prépare le verre du CLIENT. VINCENT sort son cellulaire, compose un numéro, puis porte le téléphone à son oreille.


Dans un taxi, DIANE 3 saisit son cellulaire qui vibre.


DIANE 3

C'est reparti.


OSCAR 3 regarde DIANE 3 en levant les sourcils.


DIANE 3

Ah, il m'énerve, tabarnak!


DIANE 3 range son cellulaire dans son sac à main d'un geste brusque.


Arrivé à destination, OSCAR 3 sort du taxi. DIANE 3, toujours sur la banquette arrière du taxi, sort sa tête par la fenêtre.


DIANE 3

(Criant)

Hé, tu m'attends, hein?

Ce sera pas long. Promis, juré.


OSCAR 3 sourit et salue DIANE 3 de la main. Le taxi s'éloigne. OSCAR 3, seul sur le trottoir, regarde aux alentours. Une voix se fait entendre.


OBAMA

Hé! Hé! Hé!

Mon ami, [mot_etranger=EN]man[/mot_etranger]!

OBAMA marche vers OSCAR 3.


OBAMA

T'étais où, ostie? Je t'ai

cherché, tout à l'heure.


OSCAR 3

Qui va là?


OBAMA

Ha! Ha! Ha! Qui va là?

Qui vidi, qui doudou!


OBAMA porte son harmonica à sa bouche et joue quelques notes.


OBAMA

Ah! Ah! Ha! Ha! Barack Obama

pour te servir, mon homme!

(mot_etranger=EN]Yeah![/mot_etranger)

OK! Une camionnette,

c'est quoi? Un petit camion? OK.

Barrette, c'est

une petite barre?

Une salopette, une petite

salope! Ha! Ha, ha!

Mais c'est une

(mot_etranger=EN]joke, man![/mot_etranger)

(langue_etrangere=EN)

Buddy rich on cocaine!

(/langue_etrangere)

(Riant)

OK, OK. Attends une minute.


OBAMA enlève sa casquette, puis la lance dans les airs avant de la rattraper avec sa tête.


OBAMA

Ah! Oh! Oh! Oh! Hein?

Bon, OK, elle est à l'envers,

mais c'est pas grave,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)


OBAMA remet sa casquette sur sa tête, à l'endroit.


OBAMA

OK, tu veux des défis, mon gars?

T'as l'air baraqué

(langue_etrangere=EN)

like Obama.

Yes, we can. In God we rust. In the dog, we trust.

Let's go!

(/langue_etrangere)

Des petites pompes!

(mot_etranger=EN]Yeah![/mot_etranger)

Défi,

(mot_etranger=EN]man![/mot_etranger)

Un... deux...

(langue_etrangere=EN)

three... five... six.

Yes, we can! Come on!

(/langue_etrangere)

C'est à ton tour,

(mot_etranger=EN]man![/mot_etranger)


OSCAR 3

(Souriant)

Moi?


OBAMA

Oui, je te lance un défi

de pompes,

(langue_etrangere=EN)

man! Let's go!

(/langue_etrangere)

As-tu peur de te salir,

habillé en blanc, mon gars?

(langue_etrangere=EN)

Chicken, chicken.

(/langue_etrangere)

Oh, regarde, tu te bats.


OSCAR 3

(Acquiesçant)

Oui.


OBAMA

Ah! [langue_etrangere=EN]

Alright! Alright! Alright!

OK!

In the white corner,the black corner.

(/langue_etrangere)


OSCAR 3 se place en position pour faire des pompes. Il grogne d'effort. OBAMA compte.


OBAMA

Un...

Non! Hé, il faut que t'ailles

jusqu'en bas. Jusqu'en bas!

Bon, t'as le nez écrasé,

tu vas un peu plus loin, là.

Ha! C'est une

(mot_etranger=EN]joke.[/mot_etranger], [mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Ostie.

OSCAR 3 se relève.


OSCAR 3

Voilà.


OBAMA

OK.

Go! Hein?

(mot_etranger=EN]That's it?[/mot_etranger)

Câlisse,

(mot_etranger=EN]man,[/mot_etranger)

tu me niaises-tu?

(langue_etrangere=EN)

And the winner...By... TKO decision. Pow!

Yes, we can!

(/langue_etrangere)

OK! C'est sûr et certain,

(mot_etranger=EN]man![/mot_etranger)

Eille, c'est quoi, déjà,

ton... ton prénom?


OSCAR 3

Oscar.


OBAMA

Oscar! Oscar,

en tout cas, t'es un...

(Riant)

As-tu une cigarette,

(mot_etranger=EN]man?[/mot_etranger)

Les temps sont durs, mon ami.

Les temps sont durs,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Hum...


OSCAR 3 lui tend une cigarette. OBAMA la porte à ses lèvres.


OBAMA

Oui,

(mot_etranger=EN]alright.[/mot_etranger)

(mot_etranger=EN]Cool.[/mot_etranger)

Du feu?


OBAMA gesticule en parlant. [OBAMA

Avant, les gens,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

, ils nous

donnaient de la job,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Sans hésiter,

tow, tow, comme ça.

Des fois, je faisais

20-25 piastres par jour,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Par jour!


OBAMA allume sa cigarette.


OBAMA

Maintenant, le monde, là, ha!

Ils sont gratteux!

Hum, les gens,

ils sont gratteux,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)


OBAMA allume la cigarette de OSCAR 3.


OBAMA

Ils comptent leurs petites

cennes pis tout,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Hé! On va au Vieux-Port,

man.


OSCAR 3

Hum.


OBAMA coupe la parole à OSCAR 3.


OBAMA

Oh! Ben oui! Tiens,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)


OBAMA redonne le briquet à OSCAR 3.


OBAMA

On va au Vieux-Port.

Un ami crache du feu,

(mot_etranger=EN]man,[/mot_etranger)

J-F l'Incombustible,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Ça va être écoeurant,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Écoeurant!

Place Jacques-Cartier,

(mot_etranger=EN]man![/mot_etranger)

Tu viens?


OSCAR 3

C'est gentil, mais je cherche

le chien d'une amie,

alors, euh...


OBAMA

Ah, le chien d'une amie.


OSCAR 3

Ça m'a fait plaisir

de te rencontrer, Barack.

Et bon spectacle, hein!


OBAMA pose sa main sur l'épaule d'OSCAR 3.


OBAMA

Non, non, non!

Attends! Attends! Attends!

Attends, là! Woh!

Je vais t'aider à le chercher!

Je reste avec toi, moi!

T'es un ostie de bon gars!

T'es un ostie de bon gars

pis moi, je peux t'aider;

je connais la ville,

mon gars,

comme le fond de ma poche.

Pas celle-là,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Ha! Ha! Ha!

C'est une

(mot_etranger=EN]joke[/mot_etranger)

, là.

Mais oui! Envoye!

Pis J-F, là, regarde,

je le connais, son

(mot_etranger=EN]show[/mot_etranger)

,

je l'ai vu plein de fois,

je lui dois 10 piastres. Ha! Ha!

Il est comment, [mot_etranger=EN]man[/mot_etranger]?

OSCAR 3 fronce les sourcils.


OBAMA

Le chien,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

,

il est comment?

(Riant)

C'est fucké.


OSCAR 3 sort la photo du chien VIRGULE de son sac et il la tend à OBAMA.


OBAMA

OK! Regarde donc ça,

ce petit chien-là!

Hé, il est [mot_etranger=EN]cute[/mot_etranger].

Je comprends

qu'elle veut le chercher, hein,

qu'elle veut le trouver. Câline!

Oh, OK! Je connais une place!

Je vais t'amener

là-bas,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

OK?


OSCAR 3 fronce les sourcils et pointe son doigt vers OBAMA.


OSCAR 3

T'es sûr?

Sûr?


OBAMA

Pas du tout.

(Riant)

Pas du tout. Non!


OBAMA s'esclaffe, mais OSCAR 3 demeure impassible.


OBAMA

Non, je... Mais non,

oui, je le sais. Hé!

Hé! Regarde-moi, là.

Tu me fais pas confiance?

Je connais la place, mon gars,

je connais super gros l'endroit,

là; je couche là tout l'hiver.

Tous les gars là-bas,

c'est mes [mot_etranger=EN]chums[/mot_etranger].

Je suis pas un fif,

man,

des [mot_etranger=EN]chums[/mot_etranger].

OSCAR 3 sourit.


OBAMA

C'est une

(mot_etranger=EN]joke[/mot_etranger)

,

(mot_etranger=EN]man,[/mot_etranger)

j'ai rien contre ça.

Hein?


OSCAR 3

Je dois être de retour ici au

plus tard dans une demi-heure.


OBAMA

Une demi-heure, une

demi-heure! Mon gars, ostie!

Câlisse, on a le temps

de trouver les 101 dalmatiens.

Ha! Ha! Ha! C'est une

(mot_etranger=EN]joke,[/mot_etranger)

(mot_etranger=EN]man![/mot_etranger)

(langue_etrangere=EN)

Buddy rich on cocaine!

(/langue_etrangere)

Non, viens-t'en,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Je te le dis,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)

Ben, quoi? T'as-tu peur

que je te mange,

(mot_etranger=EN]man?[/mot_etranger)

(Riant)

En tout cas, pas tout de suite.

Ben non, c'est une

(mot_etranger=EN]joke.[/mot_etranger)

,

(mot_etranger=EN]man.[/mot_etranger)


OSCAR 3 regarde OBAMA, l'air sérieux.


OBAMA

Écoute. Regarde, là.

Tu me vois-tu, là?


OSCAR 3 fait signe que oui avec sa tête.


OBAMA

Fais-moi plaisir, OK?

Je vais t'aider,

ça va être [mot_etranger=EN]cool[/mot_etranger].

Mais il va falloir

marcher,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

OSCAR 3 acquiesce.


OBAMA

Parce que le

(langue_etrangere=EN)

Air Force One is in reparation in the garage

(/langue_etrangere)

!

Un gros garage!

(Riant)

Eille, viens,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Sérieux, je vais t'aider.


OSCAR 3

(Résigné)

Bon.


OBAMA

OK?


OSCAR 3

Allez.


OBAMA

(Criant)

OK!


OSCAR 3

On y va.


OBAMA et OSCAR 3 s'éloignent. OBAMA chante.


Plus loin, OBAMA se met à jouer de l'harmonica. OSCAR 3 soupire en suivant OBAMA.


OBAMA

(Criant)

Julie!

(D'un ton normal)

Ha. Julie.

Pourquoi t'es partie?

Ah oui, j'avais Julie, moi.

J'avais Julie jusqu'à

l'incendie il y a deux ans.


OSCAR 3

Je suis désolé.


OBAMA

Julie...

de Gaspésie.

Julie Jolicoeur,

qu'elle s'appelait.


OBAMA joue quelques notes.


OSCAR 3

Vous êtes restés

longtemps ensemble?


OBAMA

Ah Julie, ma mie.

Pourquoi t'es partie?


OBAMA pousse un cri.


OBAMA

Maintenant,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

,

ma vie...

c'est que des ennuis.

Maintenant, ma vie, pis mon lit,

là, c'est le vieux tapis.


OBAMA ricane, puis joue quelques notes.


OBAMA

Ça fait 11 ans avec Julie,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

On a tout vu ensemble.

On a tout connu ensemble.

Pis elle vivait dans la rue,

comme moi,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Pis Julie, elle avait

un coeur gros de même.

Quand on s'est connus,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

,

il faisait frette en tabarnak.

Moins 35 dehors.

Pis elle couchait à côté de moi

dans un guichet d'une banque

sur l'avenue Mont-Royal.


OBAMA joue quelques notes, puis continue son histoire. OSCAR 3 l'écoute sans rien dire. Ils avancent tranquillement dans la rue.


OBAMA

En pleine nuit, là,

elle s'est levée,

elle a vu que j'avais pas

de couverte...

Elle m'a mis

la sienne de couverte.

Je me suis levé tard

ce matin-là. Ah!

J'ai senti une présence

à côté de moi.

Pis Julie était là,

elle était assise.

Un sourire, ah!

Elle avait un gobelet...

... rempli de chocolat chaud.

Qui fumait encore.


OBAMA baisse les bras, secoue la tête, puis s'éloigne en soupirant, suivi par OSCAR 3.


Pendant ce temps, DIANE se promène dans son appartement en fredonnant. DIANE essaye une robe rouge devant son miroir. DIANE 2 la remplace et essaye une robe fleurie devant le miroir. DIANE 3 apparait et essaye une robe bleue devant le même miroir. Les DIANE se succèdent tour à tour devant le miroir, essayant des robes différentes. Une fois la bonne robe choisie, DIANE se maquille devant le miroir de sa salle de bain.


Ailleurs dans la ville, OBAMA et OSCAR 3 se promènent toujours.


OSCAR 3

Mais, euh,

vous viviez comment?

Je veux dire, de quoi?


OBAMA

Chocolat chaud.

Miam, miam.

Hum. Ah. Julie nettoyait

des parebrises de chars,

les vitrines de restaurant

sur Sainte-Cath.

Ben moi, je ramassais

des... des bouteilles,

je rapportais ça au dép.

Ah, des fois, je débouchais des toilettes pour 20 piastres.

C'est Julie qui gérait

le [mot_etranger=EN]cash[/mot_etranger], là.

OBAMA et OSCAR 3 arrivent devant un immeuble qu'OBAMA pointe du doigt.


OBAMA

(mot_etranger=EN]Alright[/mot_etranger)

.

Oh! Oh, OK.

Ça, icitte, mon [mot_etranger=EN]chum[/mot_etranger], là, ça...

Ça, c'est un balcon très,

très, très, très important.


OSCAR 3

Ah oui?


OSCAR 3 regarde vers le balcon. OBAMA regarde avec lui.


OBAMA

Tu vois-tu ça?


OBAMA plonge la main dans la poche d'OSCAR 3 et en sort son portefeuille.


OBAMA

Ça, c'est ton portefeuille.


OBAMA brandit le portefeuille dans les airs et se sauve en courant. OSCAR 3 le suit.


OSCAR 3

Bon, allez. Bon là,

tu me redonnes ça.


OBAMA et OSCAR 3 s'éloignent et se promènent dans la ville.


OSCAR 3 (Narrateur)

Ça doit être dur, non?


OSCAR 3

(Pourchassant OBAMA)

Tu me redonnes ça tout de suite!


OSCAR 3 (Narrateur)

Pendant l'hiver?


OSCAR 3

(Pourchassant OBAMA)

Allez, donne-moi ça.


OSCAR 3 (Narrateur)

Moi, je tiendrais pas longtemps

dehors, pendant l'hiver ici.


OBAMA (Narrateur)

Moi, je suis un homme

de l'hiver, man.

Ma saison préférée.


OSCAR 3

(Essayant de prendre son portefeuille des mains d'OBAMA)

Non, allez, redonne.


OBAMA (Narrateur)

Une maison, là, j'en ai

rien à «crisser», là.

Moi, j'en ai plusieurs.

J'en ai partout.

Ma maison, là,

c'est l'église en face,

le banc là-bas. Les toits.

Les parcs. La montagne. Hum.

J'aime pas ça, moi...

me faire chier.

J'aime pas l'air conditionné.

Ça, c'est frette, ostie.

Non, moi, je pourrais êtreun bouddhiste dans la montagne.

Avec mes animaux, mes plantes.

Avec mes femmes.

Mon harem.


OBAMA et d'OSCAR 3 s'esclaffent. OSCAR 3 prend la casquette d'OBAMA, qui lui redonne son portefeuille en échange de sa casquette. Puis, plus loin dans la rue, OBAMA s'amuse à passer la flamme du briquet sous sa barbe.


OBAMA

Je fais toujours ça

comme ça,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Ça va dix fois mieux

que les rasoirs

pis tous les cossins

qu'ils vendent au Jean Coutu.

(langue_etrangere=EN)

A new man!

(/langue_etrangere)


OSCAR 3 acquiesce en riant.


OSCAR 3

T'as eu des enfants

avec, euh... avec Julie?


OBAMA

Non. Pas d'enfants

avec Julie.

J'aurais aimé ça,

avoir des enfants avec Julie,

mais elle en a eu à 16 ans

avec un autre gars.

Elle a suivi

l'autre gars à Montréal;

elle l'a jamais trouvé,

le petit câlisse.

Denis, le fils à Julie...

il a grandi dans une famille

d'accueil à Longueuil.


OSCAR 3

Tu le vois, Denis?


OBAMA

avoir des enfants.

Oui, Denis, c'est

comme mon propre fils.

Non, je ne le vois

plus beaucoup.


OSCAR 3

J'ai un enfant, moi aussi.


OBAMA

Oh.


OSCAR 3

Oui, il s'appelle José,

il a 13 ans.


OBAMA

13 ans.

C'est jeune, ça.


OSCAR 3

Oui, mais il est mature.


OBAMA et OSCAR 3 s'arrêtent de marcher.


OSCAR 3

Mais... lui aussi, il n'a pas

vraiment connu sa mère.


OBAMA

Ha, ha!

Les femmes!

Ça, c'est comme les gratteux

de Loto-Québec;

des fois, on gagne,

souvent on perd.

(Riant)

(langue_etrangere=EN)

Buddy rich on cocaine!

(/langue_etrangere)

Eh sacre!

(Criant)

Ah, Julie!


OBAMA lève la tête au ciel.


OBAMA

Il y en a pas comme Julie.


OBAMA regarde OSCAR 3 en secouant la tête.


OSCAR 3

T'as pas connu

aucune autre femme?


OBAMA

Ça te regarde pas, ça.

Je te demande-tu, toi,

pourquoi tu bois? Non.


OBAMA se remet à marcher.


OBAMA

(langue_etrangere=EN)

OK. Let's go!

(/langue_etrangere)


OSCAR 3 suit OBAMA. Brusquement, OBAMA arrête OSCAR 3 en mettant sa main sur son épaule.


OBAMA

Hé.

Tu le sais-tu pourquoi

je m'appelle Obama?


OSCAR 3

Non. Raconte.


OBAMA ricane.


OBAMA

Je suis né le même jour

que lui,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

4 août.

Fucké, hein?


OBAMA s'esclaffe. Il se remet à marcher avec OSCAR 3.


OBAMA

Eille, j'étais son plus

grand supporter,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

En 2008, là, au Québec, là,

je parlais de lui

à tout le monde, là.

Tout le monde,

tout le monde, mon gars.

Le monde des balcons,

les gens dans la rue,

dans les autos;

moi, j'aime les gens,

je parle aux gens, je parle

à tout le monde, ostie!

Parce que j'aime

les gens,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Pourquoi? Parce que les gens,

c'est comme des porcs,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

C'est une

(mot_etranger=EN]joke[/mot_etranger)

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

(langue_etrangere=EN)

Buddy rich on cocaine!

(/langue_etrangere)


OBAMA fait semblant de décrocher un téléphone imaginaire.


OBAMA

Ah, OK.

(langue_etrangere=EN)

Yes, hello.

Can I speak to mister president?

Oh, yes, yes! Mister Obama?

Yes! How are you?

(/langue_etrangere)

OK, comment

(langue_etrangere=EN)

is the

(/langue_etrangere)

météo

(langue_etrangere=EN)

in Washington?

OK. Here in Montreal, it's very nice, it's...

You know, it's a bit sticky, but

(/langue_etrangere)

c'est correct, là.

C'est [mot_etranger=EN]cool[/mot_etranger]. OK, [mot_etranger=EN]yeah[/mot_etranger].

OK!

(langue_etrangere=EN)

Air Force One is ready!

He's leaving the garage.

(/langue_etrangere)

Gros garage!

(mot_etranger=EN]yeah[/mot_etranger)

!

OBAMA s'esclaffe.


OBAMA

Ostie de tabarnak!

(langue_etrangere=EN)

OK, mister president.

(/langue_etrangere)

Euh, n'oublie pas

le cocaine, OK?

(mot_etranger=EN]And[/mot_etranger)

tout ce que j'ai fait

pour toi au Québec.

(langue_etrangere=EN)

Yes we can, mister president!

In God we rasta!

(/langue_etrangere)


OBAMA raccroche son téléphone imaginaire. Il devient sérieux.


OBAMA

Tu me vois de même, là.

Je suis blanc.

À l'intérieur,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

...

OBAMA ferme les yeux et fredonne, puis s'arrête.


OBAMA

(Criant)

(mot_etranger=EN]Black[/mot_etranger)

!

Je suis noir,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

!

Ah non, je suis noir,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

(langue_etrangere=EN)

I'm so fucking black!

(/langue_etrangere)


OBAMA danse sur place.


OBAMA

Tu vois-tu? Je danse.


OBAMA et OSCAR 3 rient.


OBAMA

Moi, mon meilleur ami, là,

c'est un chauffeur

de taxi haiïtien,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Sak pasé, mon frère,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Ben oui, ostie!

C'est lui qui m'a donné

le surnom Obama.

Mais oui. Il me fait

des

(mot_etranger=EN]lifts[/mot_etranger)

,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

C'est mon chauffeur personnel.

C'est une

(mot_etranger=EN]joke[/mot_etranger)

,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

(langue_etrangere=EN)

Buddy Rich on cocaine!

(/langue_etrangere)


OBAMA rit.


OBAMA

La semaine dernière,

il m'a amené au Tam-Tam,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

. Ça, le Tam-Tam, c'est [mot_etranger=EN]jam session[/mot_etranger] le dimanche

au pied de Mont-Royal,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

OBAMA tourne sur lui-même en riant.


OBAMA

Pis c'est là,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

C'est là.

C'est là que Julie, Denis,

moi, on allait.


OSCAR 3 regarde OBAMA en souriant, attendant la suite de l'histoire. OBAMA s'esclaffe.


OBAMA

(mot_etranger=EN]Man[/mot_etranger)

, les gens,

ils ont pitié de nous,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

!

Ils ont pitié de nous, ostie!

Ils ont peur de nous.


OSCAR 3 acquiesce en écoutant attentivement.


OBAMA

Ils nous voient,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

,

ils changent de trottoir,

ils pensent qu'on est

tous des bouseux,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

!

Les policiers...

(mot_etranger=EN]Fuck[/mot_etranger)

,

les osties de policiers.

Mon dard, il me fesse.


OBAMA fait un geste avec ses mains.


OBAMA

C'est pas grave,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

C'est pas grave.


OBAMA soulève son chandail pour montrer un tatouage de soleil sur son ventre.


OBAMA

Parce qu'ici,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

, là,

c'est le soleil, c'est la vie.

Tu comprends-tu?

À l'année longue,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

C'est la vie, tout le temps.

Là.

Pis c'est ça,

le plus important,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

OSCAR 3 acquiesce en souriant.


OSCAR 3

C'est tout le temps

l'été pour toi?


OBAMA

Tout le temps! Tout le temps!


OBAMA tape OSCAR 3 sur les épaules.


OBAMA

(Chantant)

Tout le temps mon

cantator.

Tout le temps que t'es là.

Tout le temps.

(Plus bas)

(mot_etranger=EN]Man[/mot_etranger)

!

Dans son appartement, DIANE s'apprête à quitter. Elle prend son sac, puis s'assoie sur le divan pour écrire un message sur une note autocollante, qu'elle pose sur la guitare de VINCENT. Alors qu'elle approche de la porte, le téléphone sonne. DIANE regarde le combiné sans bouger, puis quitte l'appartement en chantonnant.


Pendant ce temps, OBAMA et OSCAR 3 entrent dans un immeuble désaffecté.


OBAMA

(Chuchotant)

Checke ben ça,

on va les réveiller, ostie.

Tabarnak, tabarnak.


OBAMA entre dans un local en jouant de l'harmonica.


PIERROT

Hé!

Obama le revenant!


OBAMA

(Riant)

Hé!


PIERROT

Crisse, tu l'as, le sens

de l'amitié, toi!

Après l'hiver,

on te voit pas ben, ben.


OBAMA

Pierrot, mon Pierrot,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Eille non, ça va.

Eille, je t'ai vu

au métro Jean-Talon,

mais t'étais trop saoul,

tu t'en souviens pas.


PIERROT

Ah! Ostie de menteur!

Ben souvent,

c'est toi qui es saoul,

pas moi, hein?

Euh, ça, c'est-tu ton ami, ça?


OBAMA pointe vers OSCAR 3.


OBAMA

Oui! Oui, oui!

Ça, c'est mon grand [mot_etranger=EN]chum[/mot_etranger]!

Il s'appelle Oscar.


PIERROT

Ouska!

Ouska, Ouska...

il y en as-tu une...

une petite ou une grosse, Ouska?


OSCAR 3

(Secouant la tête)

Hum. Une petite.


PIERROT et OBAMA rient.


OBAMA

Ostie que t'es con,

Pierrot, tabarnak!


PIERROT

Ouska!


OBAMA

(S'adressant à OSCAR 3)

Excuse-le, lui, ostie.


AHMED

Obama, mon

«yesman»

en canne!


AHMED est assis par terre devant une boîte de pizza vide.


AHMED

(S'adressant à OBAMA)

Tu l'as-tu, mon 5 piastres?


OBAMA

(Se penchant vers AHMED)

Ah, écoute, Ahmed, euh,

ce sera pas long, là,

je vais venir te voir.

OK? C'est bon?


OBAMA vole une des dernières croutes de pizza.


AHMED

Oui.

Pis, ça file, toi?


OBAMA

Oui, ça file,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

AHMED tousse. OBAMA s'éloigne de lui pour s'approcher d'un groupe de femmes assises dans des chaises et sur le sol.


OBAMA

Eille, euh, ça va?

Est-ce que vos bières se sont

mises à vous parler, les

(mot_etranger=EN]girls[/mot_etranger)

?

OBAMA ricane et prend une bière.


OBAMA

C'est vide, ça, câlisse.

Tu me donnes une bière vide.

(S'adressant à une des femmes)

Ça... ça gratte pas

trop depuis qu'on a, euh...


OBAMA tape des mains en riant. Il tape dans le dos d'OSCAR 3 en s'esclaffant de plus belle.


OBAMA

Ostie de câlisse!

(Pointant un couple assis sur un divan)

C'est Maude et Jeannot,

(mot_etranger=EN]man[/mot_etranger)

.

Eux autres, là, c'est l'amour

24 heures sur 24, ostie!

On les appelle les lapins.

(Riant)

(S'adressant à Maude)

Hé, mémé, tu t'occupes

bien de Jeannot, là?


MAUDE

Hum? Va donc chier!

Obama mon cul! Attends,

je vais te transformer

les schnolles en poudre,

tu vas voir.


OBAMA rit de MAUDE.


MAUDE

Eille, t'es pas comique.

Jeannot!


MAUDE tire une couverture sur elle et se couche sur les genoux de JEANNOT. OBAMA aperçoit plus loin une homme assis sur un vieux matelas.


OBAMA

Oh. Hé.

Robert.

Robert, t'as pas trop chaud

dans tes couvertes, là?


ROBERT serre une couverture dans ses bras en tremblant.


OBAMA

(S'adressant à ROBERT)

Hum?

Coudonc, personne t'a dit que...

L'hiver, on lève-tu le camp?

Hum.

Hé, Robert, euh,

sais-tu si il y a un petit chien

qui est arrivé icitte à soir?


ROBERT

Un petit chien...

On dirait un gros rat?


OBAMA

Ben... Oui.


ROBERT

J'ai vu un petit chien

il y a une heure.

Pis... je me souviens pas

de la marque.

Peut-être un teckel

ou un chihuahua.

Quelque chose de même.

(Pointant vers sa gauche)

Euh... allez checker par là.


OBAMA

OK. Merci, Robert.


ROBERT saisit de nouveau sa couverte en tremblant. OBAMA et OSCAR 3 se dirigent dans la direction indiquée par ROBERT.


Dans la rue, une voiture circule dans la ville. La voiture s'arrête. DIANE 2 en descend. Elle marche vers un parc et observe les alentours, qui sont déserts. DIANE 2 se met à rire, regardant sa robe et secouant la tête, confuse. À ce moment, VIRGULE sort d'un buisson et se met à courir vers DIANE 2, qui le couvre de baisers.


DIANE 2

(S'adressant au chien)

Chut, chut, chut, chut.


OSCAR 3 s'approche de DIANE 2 par-derrière et lui couvre les yeux de ses mains. [OSCAR 3

Tu ne devineras pas

qui je suis.


DIANE 2

(Riant)

Oscar! T'es con!

Regarde c'est qui

que j'ai trouvé.


OSCAR 3 s'exclame de surprise. DIANE 2 fait les présentations.


DIANE 2

Virgule. Ah, Virgule,

Oscar, Oscar, Virgule.


OSCAR 3

(S'adressant à VIRGULE)

Allô, bébé.


DIANE 2 et OSCAR 3 rient en flattant le chien.


DIANE conduit dans la ville, OSCAR 3 et VIRGULE sont à ses côtés. Son téléphone sonne et elle ne répond pas. VINCENT laisse un message sur son répondeur.


VOIX DE VINCENT

Je suis tanné, Diane.

Écoute, là, si c'est une [mot_etranger=EN]joke[/mot_etranger],

ça commence

à ne plus être drôle.

Si tu me rappelles pas dans une

demi-heure, j'appelle la police.

Je sais pas si

tu veux pas répondre

ou s'il t'est arrivé de quoi.

Tu comprends?


DIANE et OSCAR 3 jouent à cache-cache au centre-ville de Montréal, près d'une grosse statue représentant une foule de gens différents physiquement.


DIANE et OSCAR 3 sont maintenant assis dans un parc. OSCAR 3 filme un écureuil avec son caméscope.


OSCAR 3

(Riant)

Regarde, Diane.

Regarde.


DIANE

Bienvenue dans

la ville des écureuils

et des ratons laveurs, mon cher.

Il faut en profiter l'été

parce que l'hiver,

on ne les voit plus trop.


OSCAR 3

Hum.


DIANE

Il paraît que les écureuils

changent de couleur

selon les saisons.

Moi, j'ai jamais remarqué ça,

là, mais il paraît.

Attends une minute.


DIANE prend le caméscope dans ses mains.


DIANE

Je viens de penser à

quelque chose de trop le fun.

Attends une minute.

Et voilà.


DIANE filme un homme dans le parc, qui marche lentement.


OSCAR 3

Hein?


DIANE

Moi, je dis que...

il a envie de se la taper ferme,

le petit carnivore.


OSCAR 3 et DIANE rigolent.


OSCAR 3

Ah, mais le pauvre.

Il a l'air timide.


DIANE

Oui.


OSCAR 3

Ouais.


L'homme s'assoit sur un banc, à côté d'une femme qui lit un livre.


OSCAR 3

Oh, il veut vraiment l'aborder.


DIANE

Hum, hum.


OSCAR 3

Ah. En plus,

elle a cet air inoffensif.


Sur le banc, la femme sourit à l'homme.


OSCAR 3

Allez, mon grand.

Allez, allez!

Elle va pas te manger.

Allons.


DIANE

C'est ça qu'on dit

quand on est derrière,

bien au chaud derrière

sa caméra, hein.


DIANE

Regarde-moi-le.

Il va faire, euh, il va faire

sa parade nuptiale, là,

pour l'inviter

à l'accouplement.

Pis quand il va avoir fait

sa petite affaire,

il va partir sur

la pointe des pieds.

Pis elle, elle n'entendra plus

jamais parler de lui.


OSCAR 3

Hum.

Si ça se trouve, c'est elle

qui va faire sa petite affaire.

Le hacher menu et s'en aller.

C'est quoi, cette manie

de toujours imaginer les filles

comme des victimes,

madame la féministe?


DIANE

(Riant)

OK, ça se peut.

Je te l'accorde.


OSCAR 3

Hum. En plus, j'ai entendu

dire qu'à Montréal...


DIANE

Hum?


OSCAR 3

Ce sont les filles

qui font la chasse au gibier.


DIANE

C'est pas une seconde

nature, tu sais.

Non, non, c'est juste, euh...

C'est juste un droit

que toutes les femmes

du monde nous envient.

Alors, on en profite.


OSCAR 3

Ah.


DIANE

Tu serais pas un peu jaloux,

mon cher?


OSCAR 3

Bah...


DIANE

Un petit peu, quand même?


OSCAR 3 regarde au loin, puis regarde DIANE en mettant sa main sur son épaule.


OSCAR 3

Il y a quelqu'un

qui arrive, un policier,

ne regarde pas

tout de suite.


Le policier s'approche de DIANE et OSCAR 3.


POLICIER

Bonsoir, monsieur, dame.


DIANE

(Souriant)

Bonsoir.


Le policier se tient debout, mains sur la ceinture, près de DIANE et OSCAR 3 qui sont assis sur une couverture avec VIRGULE le chien.


POLICIER

Sergent Bergeron,

police de Montréal.

Je peux savoir

ce que vous faites?


OSCAR 3

J'expliquais le fonctionnement

de ma caméra à mon amie.


POLICIER

Vous êtes sûr de ça?

Je peux voir la caméra?


OSCAR 3 sort la caméra de son sac.


POLICIER

Vos pièces d'identité.

À tous les deux,

s'il vous plaît.


Sans sourire, DIANE et OSCAR 3 fouillent dans leurs sacs pour donner leurs pièces d'identité au policier. La photo d'OSCAR 2 est sur le passeport d'OSCAR 3. La photo de DIANE 2 est sur le permis de conduire de DIANE. Le policier redonne les pièces d'identité sans broncher.


POLICIER

Vous savez que

c'est totalement illégal

de filmer les gens

sans leur autorisation?


DIANE fait non de la tête. OSCAR 3 baisse la tête.


POLICIER

Bon, ça va être correct

pour cette fois-ci.

(Souriant)

Eille! J'en ai une bonne

pour vous autres:

est-ce que vous savez

pourquoi les talibans

ne creusent plus

de trous en Afghanistan?

(Riant)

Parce que George «bouche».

Parce que George «bouche»!

Bonsoir, monsieur, dame.


OSCAR 3 rit. LE POLICIER s'éloigne.


DIANE

Hé, t'es vraiment

bon public parce que ça,

c'est probablement

la blague la plus plate

que j'ai entendue

de toute ma vie.


OSCAR 3

Bon, c'est peut-être

pas la blague

la plus intelligente au monde,

mais... c'est drôle.

Justement. C'est très drôle.


Un peu plus tard, DIANE et OSCAR 3 marchent dans le parc.


OSCAR 3

Tout à l'heure,

quand tu filmais le gars

qui regardait la fille,

t'as dit, euh....

t'as dit qu'il voulait

se la taper.


DIANE

Oui. Pis?


OSCAR 3

Et toi?

Tu veux te taper qui?


DIANE

Je sais pas, euh.


DIANE regarde au loin, hausse les épaules en feignant de réfléchir.


DIANE

Laisse-moi réfléchir, là.

(Faisant signe avec son index)

Approche.


DIANE s'approche d'OSCAR 3 et lui met son écharpe autour du cou en le tirant vers elle. Alors qu'ils s'apprêtent à s'embrasser, ils sont interrompus par XAVIER qui s'avance vers eux.


XAVIER

Diane?

Vincent, il te cherche partout.


DIANE

Ah bon. Ah.


XAVIER

Ben, depuis cet après-midi

qu'il arrête pas de t'appeler.


XAVIER s'approche de DIANE. Ils se font la bise.


DIANE

(S'adressant à XAVIER)

Ah. Allô.


XAVIER

Allô.


DIANE

J'ai oublié mon cellulaire

à la maison.


XAVIER

Ah. OK.


DIANE

Oui, c'est ça, tu sais.

Ah, Oscar, je te

présente Xavier.

Xavier, c'est, euh...

le demi-frère de mon...

de mon mari.

Euh, c'est ça.

Xavier, Oscar, c'est, euh...

Ah, c'est un vieil ami qu'on....

que je viens de croiser

ici par hasard,

c'est donc... une surprise.

C'est ça...


Le téléphone de DIANE vibre dans son sac. Elle regarde partout, mal à l'aise. XAVIER la regarde, sourcils froncés, puis s'éloigne. DIANE ferme les yeux, soupire, puis regarde OSCAR 3.


DIANE

Tu sais quoi?

Je connais un autre endroit.

On pourrait être

très tranquilles.


DIANE remet son écharpe autour de son cou et tire sur la laisse de VIRGULE.


DIANE

Viens, Virgule. Viens, viens!


DIANE, OSCAR 3 et VIRGULE s'éloignent.


Dans le lit chez FÉDÉ, JOSÉ dort toujours.


Dans la ville, OSCAR et DIANE sont dans la voiture de DIANE. Ils s'arrêtent, puis changent de place. OSCAR conduit.


OSCAR

Putain, j'adore conduire

sans permis!

Ça me donne une sensation

à ça de l'orgasme.


DIANE

(Riant)

Oui, ben,

ça t'en prend pas gros.

Ah, la prochaine, tu pourras

tourner à droite.


OSCAR

Dacodac.


OSCAR redevient sérieux et regarde DIANE.


OSCAR

Tu sais, Diane, je voudrais pas

te causer des ennuis.

Je m'en voudrais

si ça devait t'arriver.

Mais le mec, dans le parc.


DIANE

Xavier?


DIANE détourne le regard.


DIANE

Ah, fais-toi-z'en pas avec ça.

C'est sûr qu'il va parler

à Vincent, là,

il a tellement

une grande gueule.

Tu sais quoi?

Je m'en «tapotille»

les coloquintes.


OSCAR

Les coloquintes?


DIANE

(Murmurant)

Oh si...


DIANE hausse les épaules.


DIANE

De toute façon,

ça ne peut plus durer comme ça.

Je vais régler ça

avec Vincent demain matin.


OSCAR pose sa main sur celle de DIANE.


DIANE

Tu vas pouvoir

stationner juste là.


DIANE pointe une rue perpendiculaire.


DIANE

Juste là.


OSCAR fait un virage brusque.


DIANE

Eille!


OSCAR arrête la voiture.


OSCAR et DIANE marchent dehors. OSCAR fume une cigarette.


DIANE

Je sais pas ce que j'ai...

moi aussi, j'ai envie

de fumer une cigarette.

T'en aurais pas une pour moi,

s'il te plaît?


OSCAR

Que nenni, madame.


DIANE

(Étonnée)

Que nenni.


OSCAR

Je donne jamais cette

merde à des non-fumeurs.


DIANE

Ah. OK, d'abord, euh, j'en

fumerai pas une au complet, là,

je vais peut-être juste

tirer sur la tienne.


DIANE tente de prendre la cigarette dans les mains d'OSCAR.


OSCAR

(Éloignant sa main)

Hé.


DIANE

S'il te plaît.


OSCAR

(Riant)

Diane!


DIANE

C'est quoi, ça?

Tu te prends pour mon père?


OSCAR

Diane.

C'est niet. Niet. Niet.

Niet. Niet.

Dix fois niet.


DIANE essaye d'attraper la cigarette, OSCAR la repousse doucement.


OSCAR

(mot_etranger=IT]Comprendes? Capisce[/mot_etranger)

?

DIANE

Allez!

(Riant)

Ah!


OSCAR s'éloigne en courant, DIANE le suivant de près. OSCAR saute par dessus une clôture, continue à courir, puis tombe par terre. OSCAR tombe sur lui en riant. OSCAR retire les lunettes du visage de DIANE qui se penche pour l'embrasser. OSCAR s'imagine le visage de CASSANDRE prendre la place de celui de DIANE. DIANE et OSCAR se relèvent.


Plus tard, OSCAR et DIANE sont assis dans l'herbe.


DIANE

T'as soif?


OSCAR

Oui.


DIANE

Bouge pas.


DIANE prend ses clés de voiture et se lève.


OSCAR

Moi aussi, j'ai une

petite surprise pour toi.


DIANE s'éloigne en souriant.


OSCAR roule un joint, puis le place derrière son oreille. DIANE revient s'assoir en soupirant.


DIANE

Est-ce que je pourrais

avoir une cigarette maintenant,

s'il vous plaît?


OSCAR

T'es sûre?

Je voudrais pas

te pervertir, tu sais.


OSCAR sort une cigarette de son paquet.


DIANE

Est-ce que t'as bientôt fini?

Espèce de gros macho.


OSCAR fait mine de reprendre la cigarette.


DIANE

Hé. Donne. T'es con. Arrête.


DIANE porte la cigarette à ses lèvres, OSCAR sort son briquet et allume la cigarette.


OSCAR

Hé!

Hum.


DIANE inspire la fumée.


DIANE

C'est ma première cigarette

depuis, euh,

12 ans. Au moins.


DIANE inspire encore, puis tousse. OSCAR met la main sur l'épaule de DIANE en riant.


OSCAR et DIANE trinquent avec deux bouteilles de bière. OSCAR allume le joint et le tend vers DIANE qui hésite un moment puis le porte à ses lèvres. OSCAR prend le joint pour le porter lui-même aux lèvres de DIANE. Le téléphone de DIANE vibre.


OSCAR

Je réponds pour toi?


DIANE

(Riant)

Non!


OSCAR et DIANE rient en buvant leurs bières.


OSCAR

(Levant sa bière)

Fumons et buvons...

à ton premier adultère.


DIANE

(Secouant la tête, incrédule)

Pardon?


OSCAR

Ton premier adultère.


DIANE

(Riant)

Qu'est-ce que t'en sais?


OSCAR

Je sais.


DIANE

Ha! Oh oui?

C'est n'importe quoi!


DIANE pousse OSCAR sur la poitrine en riant. OSCAR culbute dans l'herbe, puis se relève. DIANE se lève et court vers lui.


OSCAR et DIANE se rendent à une fontaine d'eau dans le parc. OSCAR entre dans l'eau, puis invite DIANE à faire de même. DIANE fait non de la tête, puis elle rit et s'avance dans l'eau. OSCAR et DIANE s'embrassent longuement.


De retour dans le parc, trois couples se caressent et s'embrassent: DIANE et OSCAR, DIANE 2 et OSCAR 2, DIANE 3 et OSCAR 3.


DIANE chevauche OSCAR en l'embrassant.


DIANE

Tu vois, mon cher,

je te ferai pas d'adultère.

Je vais te faire

un vrai truc d'adultes.


OSCAR

(Riant)

Un vrai truc d'adultes?


DIANE

(Riant)

Un vrai.


OSCAR et DIANE se déshabillent et font l'amour dans le parc. À leurs côtés, DIANE 2 et OSCAR 2, ainsi que DIANE 3 et OSCAR 3, font de même.


OSCAR et DIANE, de nouveau seuls, sont assis dans l'herbe. Le téléphone de DIANE vibre et DIANE soupire.


OSCAR

Vincent, pas maintenant, OK?

Non. Non, non, pas maintenant.


DIANE raccroche.


OSCAR

Ça va, Diane?


DIANE

(Sans sourire)

Très bien.

Très, très bien.

(Souriant)

Tu sais quoi?

C'est la première fois

que je vois quelqu'un

depuis que j'ai

épousé Vincent.


OSCAR et DIANE s'embrassent.


Plus tard, chacun des couples ramasse leurs affaires et quitte le parc.


Chez FÉDÉ, JOSÉ dort encore dans le lit.


DIANE et OSCAR marchent vers la voiture.


DIANE

Est-ce que...

est-ce que tu penses

que t'as vraiment

des chances de la retrouver?

Avec le peu d'informations

que t'as à son sujet.

En fait, t'en as pas.

Trois-Rivières, c'est pas un

petit village, non plus, hein.


OSCAR et DIANE se regardent, puis regardent à leur droite et aperçoivent un canot sur la rive. Ils s'en approchent.


DIANE

Ah non, il y a pas de rames.


OSCAR

On n'ira pas loin, hein.


DIANE et OSCAR rient. DIANE embarque dans le canot.


DIANE

C'est bon.


OSCAR

Prête?


DIANE

Oui.


OSCAR

Attention.


OSCAR pousse le canot, puis saute dedans. DIANE rit et pousse un petit cri. DIANE ET OSCAR s'allongent dans le canot, puis s'endorment.


Le lendemain matin, le soleil se lève sur Montréal. OSCAR 2 et DIANE 3 sont toujours dans le canot. OSCAR se réveille.


OSCAR 2

(Regardant vers le ciel)

Ah! Il est quelle heure, là?


DIANE 3 ouvre les yeux, puis regarde l'heure sur son cellulaire.


DIANE 3

4 heures 50.


OSCAR 2

Ah non! Non, non, non, non!

Merde, merde, merde, merde,

merde! Lève-toi! Lève-toi!


OSCAR 2 panique et ramasse ses affaires.


OSCAR 2

Lève-toi! Lève-toi!

Ah, attention.


DIANE 3

Attention.


OSCAR 2

Lève-toi! Lève-toi!

Lève-toi!

Tiens, sors, sors. Sors, je te

passe... Je te passe tes trucs.

Vas-y, vas-y.


DIANE 3

(Prenant son sac)

Donne, donne, donne.


OSCAR 2

Vas-y, vas-y. On s'en va.


DIANE 3

Donne-moi l'autre sac.


OSCAR 2

Sors, sors, sors,

je te le donne après. Vas-y.


DIANE 3 sort du canot.


OSCAR 2

Vas-y, vas-y.

Tiens. Tiens,

va pas trop loin. Tiens.


OSCAR 2 et DIANE se pressent de rentrer dans l'auto. Le cellulaire de DIANE vibre et elle répond.


DIANE

Quoi!

Écoute, Vincent, là, j'ai...

Je tournerai pas autour du pot,

là, j'ai rencontré...


VINCENT sort de chez lui à la course et prend son vélo.


DIANE (Narratrice)

Oui, c'est ça,

c'est exactement ça.

Oui, pis c'était extraordinaire.

(Soupirant)

Non. Non, non!

Non. Là, je le reconduis

à Berri-UQAM, là.


La voiture de DIANE approche de l'appartement de FÉDÉ, puis s'arrête. OSCAR 2 sort de la voiture et montre les escaliers menant à l'appartement.


DIANE (Narratrice)

Je lui fais un lift,

après ça, je rentre.

Non, arrête.

Oui. Après, on pourra avoir

une petite discussion.

Quelle discussion?

(Riant sarcastiquement)

C'est pas vrai! La discussion

que t'as jamais voulu avoir

avec moi, Bob Marley!

Regarde, là, Vincent, là,

c'est tellement pas

nécessaire d'insister, là.

(Soupirant)

OK, regarde, là, ça suffit, je

suis en train de conduire! Ah!


OSCAR 2 sonne chez FÉDÉ.


OSCAR 2

Allez, allez, allez.


OSCAR 2 sonne encore, puis soupire et cherche la clé dans ses poches, puis débare la porte et entre chez FÉDÉ.


OSCAR 2

José?

José!


OSCAR 2 court dans l'appartement et ouvre la porte de la chambre où JOSÉ dormait. Le lit est vide. OSCAR 2 panique et cherche dans tout l'appartement. JOSÉ sort de la salle de bain en s'essuyant les cheveux avec une serviette.


OSCAR 2

José!


OSCAR 2 serre JOSÉ dans ses bras.


OSCAR 2

T'étais où?


JOSÉ

Ben, ça se voit pas?


OSCAR 2 serre à nouveau JOSÉ dans ses bras en pleurant.


VINCENT pédale très vite à vélo dans la ville.


DIANE 2 conduit. OSCAR 2 et JOSÉ sont assis à l'arrière de la voiture. OSCAR 2 touche l'épaule de JOSÉ, mais celui-ci se libère brusquement en soupirant.


VINCENT s'essouffle à monter une côte à vélo.


OSCAR 2, JOSÉ et DIANE 2 arrivent à la gare d'autobus. VINCENT arrive quelques instants plus tard, essoufflé.


À l'intérieur de la gare, OSCAR 2 discute avec DIANE 2.


OSCAR 2

Mission impossible?

C'est pas très gentil, ça.

Et j'en connais un qui sera pas

d'accord avec toi, hein.


OSCAR 2 regarde JOSÉ, qui soupire et détourne le regard.


JOSÉ

Hé, il faut pas me mêler

à vos histoires de cul.


DIANE 2 rit et tend la main à JOSÉ.


DIANE 2

Enchantée. Moi,

c'est Diane, en passant.


JOSÉ pousse la main de DIANE 2 vers le sol et s'éloigne.


OSCAR 2

Hé! José, excuse-toi!


JOSÉ regarde OSCAR 2 dans les yeux avec un air de défi.


OSCAR 2

Excuse-toi!


JOSÉ s'enfuit plus loin et OSCAR 2 le suit.


OSCAR 2

Viens!

Viens ici! Je t'ai

pas élevé comme ça!


OSCAR 2 rattrape JOSÉ et le prend par le bras pour le ramener vers DIANE 2.


OSCAR 2

Allez, hop! Viens t'excuser.

(Plaçant JOSÉ devant DIANE 2)

Allez. Allez! Excuse-toi!


DIANE 2

(Souriant)

Oscar, c'est un enfant,

laisse-le.


JOSÉ ne bouge pas, OSCAR 2 lui serre toujours le bras.


DIANE 2

C'est beau.

Oscar.


OSCAR 2 lâche le bras de JOSÉ, qui s'éloigne pour prendre l'autobus.


Dehors, OSCAR 2 et DIANE 2 s'apprêtent à se dire au revoir. VINCENT arrive, essoufflé, puis pousse OSCAR 2 sur la poitrine et prend la main de DIANE 2.


VINCENT

Cassandre,

on s'en va à la maison.


DIANE 2

Tu me fais mal! Lâche-moi!


OSCAR 2

Laissez-la.


VINCENT

Eille! T'es qui, toi?

De quoi tu te mêles?


VINCENT s'approche d'OSCAR 2, l'air menaçant.


DIANE 2

Vincent, arrête. Arrête ça.


VINCENT

Hé, regarde, mon grand.

Je sais pas d'où

est-ce que tu viens,

je veux pas le savoir

avec ton accent pourri.

La femme que tu vois là,

c'est ma femme!

C'est-tu clair?


VINCENT pousse OSCAR 2, puis l'agrippe par la chemise pour se battre. DIANE 2 essaye de les séparer.


DIANE 2

Mais t'es malade! Vincent!

Arrête!


OSCAR 2

Hé! Mais lâchez-moi!


JOSÉ

(Saisissant le bras d'OSCAR 2)

Papa, on s'en va.


DIANE 2

Vincent! Mais t'es malade!


OSCAR 2

Lâchez-moi!


L'EMPLOYÉ de la gare d'autobus arrive et sépare VINCENT et OSCAR 2.


EMPLOYÉ

Hé, hé, hé! Woh! Woh!

(S'adressant à VINCENT)

Tu te calmes! Tu te calmes.


L'EMPLOYÉ repousse VINCENT doucement en gardant une main sur sa poitrine. VINCENT recule.


EMPLOYÉ

On se calme!

(Pointant OSCAR 2)

Monsieur, s'il vous plaît.

S'il vous plaît, OK.

On se dirige vers l'autobus.

(Se retournant vers VINCENT)

Monsieur, s'il vous plaît.

Sinon, je vais être obligé

d'appeler la police.


JOSÉ attend OSCAR 2 dans les marches de l'autobus. DIANE 2 regarde la scène.


JOSÉ

Papa!


DIANE 2 se jette dans les bras d'OSCAR 2. L'EMPLOYÉ s'approche.


EMPLOYÉ

(S'adressant à OSCAR 2)

OK! Hé! L'autobus

doit partir maintenant.


DIANE 2 et OSCAR 2 arrêtent leur étreinte.


EMPLOYÉ

Tu montes ou je fais

descendre tes affaires.


OSCAR 2 et DIANE 2 se regardent.


EMPLOYÉ

Non, non! Tout de suite!

Tout de suite!

On y va! C'est beau?

Les mamours, c'est terminé?

On s'écrit, on s'envoie

un courriel, OK!

Go! On monte,

(mot_etranger=EN]let's go[/mot_etranger)

!

Dans l'autobus!


OSCAR 2 recule vers l'autobus. DIANE 2 lui envoie la main. VINCENT observe la scène.


EMPLOYÉ

On monte, on monte!

On y va, on est prêts

à partir! C'est beau!


OSCAR 2 monte dans l'autobus. L'EMPLOYÉ tapote la porte de l'autobus.


EMPLOYÉ

Bonne route! Sacrament!


DIANE 2 se tourne vers VINCENT.


VINCENT

T'es juste une crisse

de guidoune.

Crisse d'égoïste!


DIANE 2

Égoïste?


DIANE 2 s'approche très près de VINCENT et se pointe elle-même.


DIANE 2

C'est moi que tu traites

d'égoïste, Oscar? Tu me niaises!

T'es pas gêné de venir

me dire ça, toi.

Hein, c'est qui

qui est jamais à la maison?

C'est qui qui est

tout le temps dans les bars

pis qui dépense l'argent que

je gagne pour fumer de l'herbe?

Parce que monsieur se prend

pour Bob Marley.

C'est qui?

C'est pas moi, certain!

Pis tu me traites

de guidoune, toi?

Eille! Ostie

de pas gêné! Guidoune!

C'est qui qui est tout le temps

en train d'aller

fourrer des salopes

alors qu'il a pas baisé

avec sa femme

depuis l'Antiquité? C'est qui?


VINCENT

«Câlisse-moi» patience

avec ça, Cassandre!

Pourquoi tu ramènes

tout le temps ça?


DIANE 2

Parce que c'est vrai,

innocent!


VINCENT

J'étais saoul

pis tu le sais!


L'EMPLOYÉ revient sur les lieux.


EMPLOYÉ

OK, eille! Vos chicanes,

vous allez régler ça ailleurs!

OK? Vous sortez!

Vous entendez pas?

Sinon, c'est avec la police

que vous allez régler ça!

Vous vous pensez où, là?

À Jeanette? OK,

(mot_etranger=EN]let's go[/mot_etranger)

!

L'EMPLOYÉ s'éloigne. DIANE 2 et VINCENT commencent à marcher.


DIANE 2

T'as du front tout

le tour de la tête, toi,

de venir me dire ça!

T'es pas gêné!


Le chauffeur de l'autobus descend pour inspecter son véhicule.


DIANE 2 (Narratrice)

Regarde-moi quand

je te parle, là!

Je t'ai quand même pogné les

culottes à terre avec Émilie.

Mais cette fois-là, regarde,

c'était mon tour.

Pis sais-tu quoi? C'était

un crisse de bon coup.


Retour dans le passé où OSCAR 3 et CASSANDRE se chicanent dans le stationnement de la gare d'autobus.


CASSANDRE

Quand je t'ai connu,

t'étais pas comme ça, Oscar.

Tu buvais pas comme

un trou toute la journée.

T'étais capable de garder

un emploi une semaine.

Qu'est-ce qui s'est passé?

(Criant)

Est-ce que quelqu'un

peut me dire

où est passé l'homme

que j'ai épousé?

(Pleurant)

Oscar, t'es où?


CASSANDRE pousse OSCAR 3 sur la poitrine.


CASSANDRE

T'es où? C'est Cassandre!

C'est moi, Cassandre! Ta femme!


CASSANDRE cesse de pousser OSCAR 3.


CASSANDRE

Ta petite chose.


CASSANDRE croise les bras. OSCAR 3 la regarde.


CASSANDRE

Je pense que ça ne

marchera plus, Oscar.

Je vais rentrer chez moi,

je vais me trouver un avocat.

J'ai besoin, moi aussi,

qu'on s'occupe de moi.

(Criant)

Qu'on s'occupe de moi!


OSCAR 3

Excuse-moi.


CASSANDRE

De ça, Oscar,

t'as jamais été capable.


OSCAR 3

Excuse-moi.


CASSANDRE

Ben, ça changera pas.


CASSANDRE part. OSCAR 3 l'attrape brusquement par le bras.


OSCAR 3

(Criant)

Excuse-moi!


CASSANDRE

(Criant)

Non!

Arrête de t'excuser

tout le temps!


OSCAR 3

(Suppliant)

Oh, s'il te plaît!

S'il te plaît, reste.


CASSANDRE

Je veux rien entendre!


OSCAR 3

(Criant)

Mais pense à notre fils!


CASSANDRE

Je suis fatiguée, Oscar.

Tu t'en occuperas.


CASSANDRE s'éloigne. OSCAR 3 la suit.


OSCAR 3

Non, non, non, non, non!

Non, reste! Reste.

S'il te plaît.

J'ai besoin de toi.

Je pourrai pas...


CASSANDRE

Je ne peux plus

entendre ta voix!

Je ne peux plus l'entendre!


OSCAR 3

J'y arriverai pas tout seul,

s'il te plaît.


OSCAR 3 prend CASSANDRE par les épaules, mais elle se dégage.


OSCAR 3

S'il te plaît, reste.


CASSANDRE

Ne me parle plus.


OSCAR 3

Reste avec moi.


CASSANDRE

Ça fait 10 fois, ça fait

20 fois, ça fait 100 fois

que je te dis

la même chose, Oscar!


OSCAR 3

Je veux pas te perdre.


CASSANDRE

T'es en train de

me perdre!


CASSANDRE et OSCAR 3 continuent de se chicaner en s'éloignant vers la rue.


Générique de fermeture



Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par