CinéTFO

Retrouvez le meilleur du cinéma sur CinéTFO! Profitez de notre sélection de films offerts gratuitement pour (re)découvrir des classiques et des oeuvres incontournables du cinéma d'auteur contemporain. Pour la programmation en ondes, consultez le Passeport CinéTFO!

Partager
Image univers CinéTFO Image univers CinéTFO

Vidéo transcription

Daniel et les Superdogs

À 11 ans, Daniel lutte contre un sentiment d’abandon : sa mère est décédée quelques mois plus tôt et son père Marc, accaparé par son travail, n’a que peu de temps pour s’occuper de lui. Heureusement, Daniel peut compter sur la complicité de ses copains Colin et William. Avec leur concours, il entraîne un chien pour le prochain spectacle des Superdogs. Il sera toutefois en butte à l’hostilité d’Avril, une fillette de son âge, dont la mère est propriétaire du meilleur chenil de la ville.



Réalisateur: André Melançon
Acteurs: Annie Bovaird, Macha Grenon, Matthew Harbour, Patrick Goyette
Année de production: 2004

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Titre :
Daniel et les Superdogs


Dans des rues d'une ville de banlieue, 3 amis et voisins, DANIEL, WILLIAM et COLIN, font du skateboard. Ils rentrent tour à tour respectivement chez eux. DANIEL entre dans la cour et voit son père, MARC, descendre de la voiture avec un sac d'épicerie dans les mains.


DANIEL

Hé, salut, papa.


MARC

(Mécontent)

T'as vu l'heure?


DANIEL

T'inquiète pas.

J'ai presque pas de devoirs.


MARC

Ouais, ouais.

J'ai déjà entendu ça.


DANIEL regarde à l'arrière de la voiture. Sur la banquette se trouve un os pour chien.


DANIEL

Wolf, il est pas là?


MARC

(Confus)

Bien, je...

Je pensais qu'il était avec toi.


DANIEL ferme la porte arrière de la voiture d'un geste brusque.


DANIEL

Là, là, je suis écoeuré.

Super écoeuré.


DANIEL s'éloigne dans la rue sur son skate.


MARC

Daniel. Daniel!

Daniel, attends-moi!


En voulant courir derrière DANIEL, MARC échappe son sac d'épicerie. Il se penche pour le ramasser.


DANIEL fait du skate dans la rue. Il plonge dans ses souvenirs et se voit à la montagne avec sa mère, CATHERINE. Puis, il voit sa mère entraîner WOLF LE BARZOÏ à sauter par-dessus des obstacles avec l'aide d'une amie, JULIE MARTIN.


CATHERINE

(Parlant au chien)

Allez, hop!

Vas-y!


De retour à la réalité, dans la rue, DANIEL évite de justesse de se faire frapper par une voiture. Il pousse un cri surpris.


Ayant contourné la voiture, DANIEL replonge dans ses souvenirs. Il se voit jouer au frisbee avec sa mère, son père et son chien. Soudainement, CATHERINE pousse un cri de douleur en se tenant le crâne à deux mains. Elle tombe sur le sol. DANIEL, MARC et WOLF LE BARZOÏ courent vers elle.


De retour au moment présent, DANIEL arrive au cimetière. Il trouve WOLF devant la tombe de CATHERINE. WOLF gémit.


DANIEL

Tais-toi!


WOLF se met à hurler.


DANIEL

Pourquoi tu viens ici?

Ça sert à rien. C'est comme ça.


WOLF se couche sur la tombe de CATHERINE en gémissant.


Un peu plus tard, MARC arrive en voiture au cimetière. Il s'approche de DANIEL et WOLF, qui sont tous deux assis sur la tombe de CATHERINE. MARC aussi s'assoit en silence.


Au chenil de JULIE MARTIN, celle-ci caresse un petit Jack Russell. Elle prend sa patte, sur laquelle est posé un bandage.


JULIE MARTIN

Qu'est-ce qui t'est

arrivé, toi? Hein?

Je sais même pas ton nom.


Le chien gémit en regardant JULIE.


La voiture de MARC s'engage sur une longue entrée en gravier qui mène à la ferme des MARTIN. Plus loin, des oies se promènent sur le terrain. MARC arrête la voiture et en descend, suivi de DANIEL et WOLF. MARC prend WOLF par sa laisse et le tire vers le refuge de JULIE. Des chiens dans un enclos aboient en voyant WOLF. DANIEL reste appuyé contre la voiture. Il soupire en voyant WOLF gémir en s'éloignant avec MARC.


À l'intérieur du refuge, JULIE caresse la tête de WOLF.


MARC

Ce n'est plus le même chien

depuis la mort de Catherine.


JULIE MARTIN

Elle lui manque à lui aussi.


JULIE amène WOLF dans un enclos un peu plus loin.


JULIE MARTIN

(S'adressant à MARC)

Je pense souvent à elle.


MARC

Ça m'arrive encore

de me réveiller

en me disant que c'est pas vrai.

Que je viens de faire

un mauvais rêve.


JULIE observe DANIEL par la fenêtre. Dans la cour, NADINE MARTIN, la soeur de JULIE, approche de DANIEL pour le saluer.


NADINE MARTIN

Ça va, Daniel?


DANIEL

Ouais.


DANIEL dévisage NADINE.


NADINE MARTIN

Qu'est-ce qu'il y a?


DANIEL

Vous avez de la boue

sur la figure.


NADINE MARTIN

(Souriant)

Ah... C'est de la glaise.


MARC et JULIE observent DANIEL et NADINE par la fenêtre.


MARC

Je ne le reconnais plus.

Il se referme.

Je te parle pas

de ses résultats scolaires.


JULIE MARTIN

Tu devrais en parler

avec Nadine.

C'est pas parce que

c'est ma soeur,

mais elle travaille

vraiment bien avec les jeunes.


Dans la cour, NADINE s'éloigne. DANIEL flatte un chaton. CLAIRE, la mère de JULIE, sort de la maison avec un bol de lait qu'elle dépose sur la galerie.


CLAIRE MARTIN

Viens, chaton. Allez, viens.

Viens manger.

Viens.

Tiens. Bonjour, Daniel.


DANIEL

Ah. Bonjour, madame.


CLAIRE MARTIN

Tu veux pas entrer?

Il fait froid.


DANIEL suit CLAIRE à l'intérieur de la maison.


CLAIRE MARTIN

Allez, assieds-toi.

Un jus de pomme,

ça te tenterait?


DANIEL

Euh... Oui, s'il vous plaît.


DANIEL s'assoit à la table de la cuisine, à laquelle est assise AVRIL, la fille de JULIE, qui a le même âge que DANIEL.


CLAIRE MARTIN

Et toi, Avril?


AVRIL

Non. Merci, grand-maman.


DANIEL

Qu'est-ce que tu lis?


AVRIL soulève le livre pour le montrer à DANIEL, tout en continuant sa lecture sans répondre.


DANIEL

Je l'ai déjà lu.


AVRIL

Tant mieux pour toi.


DANIEL

L'histoire est pas pire,

mais tu vas voir...


AVRIL

Tu me dis surtout pas

comment ça finit.


DANIEL hausse les épaules.


DANIEL

Ça finit pas

comme tu le penses.


AVRIL

T'es épuisant des fois.


CLAIRE revient et pose un verre de jus devant DANIEL.


CLAIRE MARTIN

La grand-mère de Daniel

est venue au monde

ici dans cette maison.

(S'adressant à AVRIL)

Tu le savais?


AVRIL lève les yeux de son livre et regarde DANIEL.


AVRIL

Tu m'as jamais dit ça.


DANIEL

(Haussant les épaules)

De toute façon, c'est la

première fois que je viens ici.


CLAIRE MARTIN

Oui, j'allais à l'école avec

elle. Comment va-t-elle?


DANIEL

Elle va plutôt bien.

Pour quelqu'un de son âge.


CLAIRE MARTIN

J'ai le même âge

qu'elle, Daniel.


DANIEL sourit et CLAIRE rit légèrement.


Dehors, MARC approche de sa voiture. Il regarde autour de lui et chercher DANIEL.


MARC

Daniel!

Daniel!


CLAIRE sort sur la galerie.


CLAIRE MARTIN

Ah! Euh, Marc.

Marc.


MARC

Ah, bonjour, Madame Martin.


MARC avance vers la maison. AVRIL et DANIEL sortent dehors.


CLAIRE MARTIN

On était justement

en train de parler

de la maison de votre

grand-père tous les trois.

J'imagine que vous en gardez

plein de souvenirs.


MARC

Oui. J'ai passé tous mes étés

ici jusqu'à l'âge de 12-13 ans.

Bon, viens, Daniel.

Il faut y aller.


CLAIRE MARTIN

Non. Euh... Vous voulez pas

entrer une petite minute?

Il y a une chose dont

j'aimerais qu'on parle.


MARC acquiesce et entre dans la maison.


Une fois MARC assis dans le salon, CLAIRE amène un plateau avec des tasses de thé.


CLAIRE MARTIN

Un méga centre d'achat, ça amène

également un méga stationnement.

Juste ici, en plein

centre de la ville.


MARC

Vous me dites ça comme si

j'étais responsable du projet.

C'est un projet de la Ville.

Moi, je fais juste

mon travail d'architecte.


CLAIRE MARTIN

Un architecte

qui justement est né ici.

Et il est question de démolir

un aréna qui est plus

que des briques et du ciment.

C'est un monument centenaire.

Riche en histoire.

Peuplé de vieux souvenirs.

Elle mérite qu'on la restaure,

et non qu'on la détruise.


MARC

Je dis pas le contraire,

mais je vois pas comment

vous pourriez obtenir

que la Ville revienne

sur sa décision.

Les intérêts en jeu

sont trop considérables.


Dans la cuisine, une bouilloire se met à siffler. CLAIRE se lève et se dirige vers la cuisine, laissant MARC seul dans le salon. Celui-ci regarde autour de lui le décor antique de la maison. Il approche d'un banc près de la fenêtre. Au même moment, DANIEL et AVRIL arrivent dans le salon.


DANIEL

Hé, papa, tu devrais voir ça.

C'est immense.


MARC se penche et cogne sur le bois sous le banc.


MARC

Moustachu moustacha,

bagui baguo bagua,

que caches-tu là?


MARC ouvre le panneau de bois. Sous le banc est cachée une boîte à bijoux. MARC la prend en souriant.


MARC

Je l'avais complètement oublié.


DANIEL et AVRIL échangent un regard perplexe.


Plus tard, dans la voiture, DANIEL fouille dans la boîte à souvenir de son père. Il regarde des photos.


DANIEL

(Tendant une photo à son père)

C'est qui?


MARC

(Souriant)

Pauline.

Ma première blonde.


DANIEL

Elle a l'air poche.


MARC éclate de rire.


MARC

Pas pour moi. C'était la plus

belle et la plus fine du monde.


DANIEL

C'est quoi encore

la formule magique?


MARC

Moustachu moustacha,

bagui baguo bagua,

que caches-tu là?


MARC rit.


DANIEL

C'est toi qui l'as inventé?


DANIEL sort une médaille en forme de patin du coffre de souvenirs.


MARC

Je sais pas.

Je m'en rappelle pas.


DANIEL

J'arrive pas

à t'imaginer à mon âge.


DANIEL regarde son père.


Plus tard, dans un aréna bondé, le spectacle des Superdogs commence. Sous les projecteurs avance un maître de cérémonie. La foule applaudit.


HERB WILLIAMS

Mesdames et messieurs,

les enfants,

votre maître de cérémonie,

Herb Williams!

Voici les plus célèbres

chiens du monde entier.

Les Superdogs.


Des duos de maîtres et de chiens arrivent. Ils sont costumés et marchent au rythme de la musique. JULIE s'avance avec un chien.


Dehors, devant l'aréna, deux amis de DANIEL l'attendent impatiemment.


COLIN

Il viendra pas.


WILLIAM

Il a pas le choix.

C'est lui qui a les billets.


COLIN

Tu trouves pas qu'il est

bizarre depuis quelque temps?


WILLIAM

Comme s'il boudait?

Inquiète-toi pas.

C'est pas contre nous.


COLIN

C'est peut-être

ses hormones.


WILLIAM grimace en regardant COLIN. Puis, il soupire en regardant vers la rue.


WILLIAM

T'arrives-tu, Daniel?


DANIEL arrive derrière ses amis.


DANIEL

Derrière toi, tête de noix.


WILLIAM et COLIN se retournent et rient en apercevant DANIEL. Les 3 amis courent vers l'entrée de l'aréna.


Dans l'aréna, le spectacle commence. Les maîtres lancent des frisbees à leurs chiens, qui les attrapent et les rapportent. DANIEL, COLIN et WILLIAM prennent place dans l'estrade. Plus loin, AVRIL est assise avec CLAIRE et NADINE. Un animateur, HERB WILLIAMS, encourage les participants.


HERB WILLIAMS


Bravo, Rider!

Voici maintenant Gulliver.

Et Chaos.

Et attention!

On applaudit Taco!

Et voici tout un athlète.

On l'accueille. Voici Pépé!


La foule applaudit les chiens.


HERB WILLIAMS

Gulliver. Allez, Gulliver!


Un labrador noir s'avance. DANIEL regarde les chiens d'un air sombre. Il s'imagine voir WOLF sauter parmi les autres.


HERB WILLIAMS

Surveillez bien Charlot.

Bravo, Charlot!


Un chien saute et attrape un frisbee. DANIEL se lève et quitte l'estrade. Plus loin, NADINE l'observe.


DANIEL marche lentement dans le corridor de l'aréna. Découragé, il appuie son dos au mur et se laisse glisser jusqu'au sol. Il pose sa tête sur ses genoux.


Dans l'aréna, le spectacle continue. Les chiens font un parcours à obstacle pour lequel ils sont chronométrés.


HERB WILLIAMS

Otto! Il s'élance.

Il semble très rapide.

Il monte...

Et il descend. Il aborde

la dernière ligne droite.

Il approche le grand saut final.

Allez, allez, on l'encourage.


La foule pousse des cris. WILLIAM et COLIN applaudissent pour encourager les chiens.


HERB WILLIAMS

Le temps pour Otto, 18,66.


Un chronomètre géant affiche le temps.


HERB WILLIAMS

Et maintenant,

mesdames, messieurs,

Julie Martin et Gypsy!


JULIE salue la foule. AVRIL et CLAIRE lui sourient. GYPSY, le petit Jack Russell de JULIE, se place sur la plateforme de départ. Au signal, il se met à courir vers la sortie plutôt que vers JULIE et le parcours.


HERB WILLIAMS

Bon... Ah, peut-être que vous

ne l'avez pas assez applaudi.


JULIE court derrière GYPSY.


HERB WILLIAMS

Allez, maintenant, nous vous

présentons un autre chien.


JULIE cherche GYPSY en coulisses.


JULIE

Gypsy.

Gypsy?


Sur scène, un autre chien s'avance vers le parcours.


HERB WILLIAMS

Et ce chien a des ailes.

Oui!

Et le temps pour Twist...


GYPSY court dans les corridors de l'aréna. Il trouve DANIEL et s'assoit devant lui. DANIEL lève la tête de sur ses genoux et il observe GYPSY. GYPSY se couche par terre près de DANIEL en gémissant.


Sur scène, le spectacle continue. La foule applaudit les chiens.


HERB WILLIAMS

Oui!

Et le temps de Bella, 24,0.

Et c'est la fin de la course

à obstacles grand prix.

Et c'est Twist le vainqueur.


Une femme avance vers HERB WILLIAMS et pointe un bouledogue qui court autour d'elle.


HERB WILLIAMS

Oui?

Ah non, non. Nous n'avons pas le

temps pour le bouledogue. Non.

Est-ce qu'on laisse

le bouledogue participer?


La foule crie et applaudit.


HERB WILLIAMS

Alors, eh bien, voici Churchill.


La femme guide CHURCHILL LE BOULEDOGUE vers le parcours. Le chien se lance vers les obstacles à toute vitesse.


HERB WILLIAMS

Vous savez,

dans une vie antérieure,

ce chien a déjà été

chauffeur de taxi à New York.


CHURCHILL saute par-dessus des obstacles, puis entre dans un tuyau en métal.


HERB WILLIAMS

Allez! Vas-y, Churchill!

Et il entame

la dernière ligne droite.

Allez, on l'encourage. Il se

prépare pour le grand saut.

Attention!


CHURCHILL saute par-dessus un obstacle, mais il l'accroche et le fait tomber. Les spectateurs rient.


Pendant ce temps, JULIE finit par trouver GYPSY, toujours couché près de DANIEL. Elle observe le garçon et le chien en souriant.


Sur scène, HERB WILLIAMS accueille CLAIRE MARTIN.


HERB WILLIAMS

Mesdames, messieurs,

permettez-moi de vous présenter

une amie de longue date

des Superdogs

et une dame extraordinaire,

Claire Martin.


CLAIRE MARTIN

Merci.


La foule applaudit.


CLAIRE MARTIN

(S'adressant à la foule)

Merci.

Je me sens pas si extraordinaire

quand je vois cette foule

tout à fait superbe.

Mes chers amis,

si nous sommes tous ici,

c'est que nous aimons

cet aréna.

Elle est devenue une maison pour

les Superdogs et pour nous tous.

Aujourd'hui, à l'entrée, on vous

a donné une pétition à signer.

Votre opinion est importante

et doit être entendue.


À gauche de CLAIRE, une femme tient un petit terrier irlandais nommé NAPOLÉON.


CLAIRE MARTIN

Tiens, est-ce que tu es

d'accord, Napoléon?


CLAIRE tend le micro vers NAPOLÉON, qui aboie. Le public rit.


Une fois le spectacle terminé, AVRIL rejoint JULIE au refuge. JULIE caresse GYPSY.


AVRIL

Qu'est-ce qui est arrivé?


JULIE MARTIN

La première fois,

c'est toujours énervant.

Il a paniqué.

J'ai du mal à le dresser, lui.

Il est bourré de talent,

mais délinquant.

Je l'ai retrouvé dans un couloir

collé à ton ami Daniel.


AVRIL

C'est pas mon ami.


JULIE sourit à AVRIL.


AVRIL

(Insistant)

C'est pas mon ami!


AVRIL tend une feuille à JULIE.


AVRIL

J'ai trouvé ça sur l'Internet.

Une famille à Rivière-du-Loup

qui cherche un barzoï.


JULIE MARTIN

Oh, je vais leur téléphoner.


JULIE prend la feuille. Dans sa cage, WOLF gémit, immobile sur une couverture. AVRIL le regarde.


AVRIL

J'ai jamais vu un chien

avoir l'air si malheureux.

C'est quand même bizarre

qu'il ne veuille plus sauter.

Lui qui aimait tant ça.


JULIE MARTIN

Bien, il sautait peut-être pas

juste pour son plaisir à lui.


JULIE serre AVRIL sans ses bras.


JULIE MARTIN

Tu sais que je t'aime?


AVRIL

Moi aussi, je t'aime.


AVRIL se blottit dans les bras de JULIE.


AVRIL

Elle est morte de quoi,

la mère de Daniel?


JULIE ne répond pas.


Le lendemain, DANIEL, WILLIAM et COLIN marchent vers l'école. WILLIAM ramasse une grenouille par terre.


WILLIAM

C'est une rainette de White.


WILLIAM donne un bec sur la tête de la grenouille.


DANIEL

Tu vas la changer

en princesse?


WILLIAM

Oh...


WILLIAM met la grenouille près de son oreille et fait semblant d'écouter ce qu'elle dit.


WILLIAM

Tu sais qu'est-ce

qu'elle dit, ma princesse?


COLIN

Sois pas grossier, William.


Les 3 amis passent devant une maison d'où sort un homme tout habillé de noir avec un long manteau et un béret.


WILLIAM

Ah, venez-vous-en.


DANIEL, WILLIAM et COLIN se cachent derrière un buisson pour observer l'homme. Celui-ci va dans sa cour et frotte un jeep d'armée avec un chiffon.


COLIN

Depuis qu'il est

arrivé, on le voit jamais.


DANIEL

(Moqueur)

Avec une gueule comme ça,

moi, je sortirais juste la nuit.


COLIN et WILLIAM rient.


WILLIAM

C'est peut-être un spécial

juste pour nous autres.


DANIEL

On sait même pas son nom.


WILLIAM

On va le savoir.

Ce sera pas long.


WILLIAM sort une longue vue télescopique dorée de sa poche. DANIEL et COLIN poussent des cris impressionnés.


DANIEL

Oh, c'est quoi?


COLIN

Où t'as trouvé ça?


WILLIAM

Dans une vente de garage.

Ça appartenait à Ramsès,

un pirate des mers du sud.


COLIN

Ramsès? C'était pas

un pharaon?


WILLIAM

En plein ça.

Un pirate pharaon.

Ça a plus de 100 ans,

cette affaire-là.


WILLIAM regarde vers la maison du vieil homme avec sa longue vue. Il essaye de lire le nom inscrit sur la boîte à lettres.


WILLIAM

Colonel...

Colonel D... D...

Dracolo?


DANIEL

Laisse-moi voir.


DANIEL s'empare de la longue vue. Le vieil homme aperçoit les 3 enfants dans le rétroviseur de sa voiture.


DANIEL

(Essayant de lire le nom)

Colonel... D...

Dropalo?


COLIN

(Agacé)

Vous savez pas lire?


COLIN prend la longue-vue et essaye de lire le nom sur la boîte à lettres.


COLIN

Colonel D...


COLIN

Et s'il était

parent avec Dracula?


COLIN

Draloscovic.


Les 3 amis échangent un regard perplexe. Le vieil homme les observe toujours dans son rétroviseur. Il sourit et laisse échapper un petit rire.


JULIE conduit son camion. WOLF est couché sur la banquette arrière. Arrivée sur une ferme, JULIE arrête le moteur et regarde WOLF.


JULIE MARTIN

Là, t'as un choix à faire.

Soit tu te laisses mourir

ou tu décides de vivre.

Je sais que tu m'écoutes.


WOLF gémit. Il regarde JULIE, puis se recouche.


JULIE MARTIN

Il va falloir que tu acceptes

de te choisir un nouveau maître.


JULIE descend du camion et ouvre la porte arrière pour faire sortir WOLF. Un couple s'avance vers WOLF.


FEMME

Ils sont là!


La FEMME pousse un soupir de ravissement en regardant WOLF.


JULIE MARTIN

Bonjour.


FEMME

(S'adressant à WOLF)

Viens!


JULIE caresse WOLF et détache sa laisse. WOLF approche timidement. Le MARI DE LA FEMME guide WOLF vers un enclos où l'attend un autre chien barzoï.


FEMME

Bonjour. Bonjour.

C'est ta nouvelle maison.


WOLF entre dans l'enclos et la porte se referme derrière lui. Il gémit et regarde vers le camion de JULIE.


Pendant ce temps, à l'école de DANIEL, des enfants chahutent dans une classe. DANIEL dessine, assis à son bureau. La DIRECTRICE arrive. Elle se racle la gorge et les enfants se taisent.


DIRECTRICE

Votre professeur, Monsieur Guichard,

a dû s'absenter.

Un contretemps imprévu.

J'ai fait demander un remplaçant

qui devrait être là

d'une minute à l'autre.

En attendant...


WILLIAM, assis à son bureau, tire sur une ficelle reliée à un squelette posé derrière la DIRECTRICE. Les enfants rient.


DIRECTRICE

Qu'est-ce qui vous fait rire?

Je disais donc, en attendant,

vous allez revoir vos notes

pour le prochain

test de sciences.

Un test qui sera pas facile.

Je vous en avertis.


WILLIAM tire de nouveau sur la corde pour faire bouger le squelette. Les enfants rient. AVRIL jette un regard agacé à WILLIAM. La DIRECTRICE se tourne et voit le squelette bouger. Elle suit la ficelle des yeux et marche vers WILLIAM.


DIRECTRICE

Ah...

Il y a des petits malins

qui ont du temps à perdre.


AVRIL ouvre son pupitre et pousse un cri en voyant la grenouille de WILLIAM.


DIRECTRICE

Qu'est-ce qui se passe,

mademoiselle Martin?


AVRIL

C'est rien. J'ai le hoquet.


La DIRECTRICE regarde sévèrement les élèves.


DIRECTRICE

Je vous trouve bien

agités aujourd'hui.

Très, très agités.


AVRIL jette un regard de reproche à WILLIAM.


Après le cours, DANIEL, WILLIAM et COLIN marchent dans le corridor. Ils croisent le concierge qui transporte le squelette. WILLIAM le regarde d'un air moqueur.


DANIEL

(Regardant WILLIAM)

Pas une autre idée géniale?


WILLIAM

Cette fois-là,

vous allez voir.


WILLIAM suit le concierge. DANIEL et COLIN le suivent. Ils croisent la DIRECTRICE dans le corridor.


WILLIAM

Bonjour, madame.


La DIRECTRICE observe les 3 garçons s'éloigner.


Dans la classe, AVRIL range ses livres. Avant de partir, elle s'approche du bureau de DANIEL et l'ouvre pour prendre son cahier à dessin. Elle regarde les dessins faits par DANIEL au feutre noir, des silhouettes lugubres et un corps allongé par terre. Elle replace le cahier dans le bureau de DANIEL.


WILLIAM, DANIEL et COLIN suivent discrètement le concierge qui transporte le squelette jusqu'à un rangement dans le gymnase. WILLIAM aperçoit des boîtes de costumes posées sur une table.


WILLIAM

Cool!

(Prenant une perruque)

Checke ça. C'est quoi, ça?


COLIN

(Prenant un masque)

Wow! T'as vu ça?


WILLIAM met un grand chapeau et regarde DANIEL.


WILLIAM

(Prenant une voix féminine)

Comment tu me trouves,

mon chou?


DANIEL

(Souriant)

Trop belle.


COLIN met un chapeau et touche à une perruque.


COLIN

Tous ces poils!


WILLIAM brandit des pompons de cheerleader.


WILLIAM

Un, deux, un, deux!


Le CONCIERGE sort du rangement et aperçoit les garçons.


CONCIERGE

Hé, là! Vous n'avez

rien à faire ici.


Les garçons sursautent et posent leurs costumes dans les boîtes.


WILLIAM

C'est la directrice qui nous

a demandé de faire du rangement.

Venez m'aider, les gars.


COLIN et DANIEL sourient au concierge et suivent WILLIAM vers une pile de matériel de gymnase. Les garçons plient des matelas.


WILLIAM

Hé, wô-wô-wô!

Attention à mon dos.


COLIN

Oui, oui.


Le CONCIERGE jette un dernier coup d'oeil aux enfants, puis quitte le gymnase.


Le soir venu, DANIEL, WILLIAM et COLIN avancent sur le terrain de MONSIEUR DRAHOSLOVIC. Ils transportent un matelas de gymnase roulé avec le squelette à l'intérieur.


WILLIAM

OK, la voie est libre.


DANIEL

Ça va, on le sait.


COLIN

Il faut que j'y aille.


WILLIAM

Chut!


COLIN

Il faut que...


WILLIAM

(Insistant)

Chut!


COLIN

(Parlant tout bas)

Il faut que j'y aille.

Les repas à la maison,

c'est sacré.


WILLIAM

(Exaspéré)

Bien, envoye!


DANIEL

Vas-y.


COLIN s'éloigne.


COLIN

(Parlant fort)

À demain.


WILLIAM ET DANIEL

(En choeur)

Chut!


WILLIAM sort une roulette de fil à pêche de sa poche.


WILLIAM

Tadam!


WILLIAM sourit.


Le lendemain matin, MONSIEUR DRAHOSLOVIC sort de sa maison, suivi d'un chien, avec qui il monte dans sa voiture.


À la station-service, MARC est en train de faire le plein. MONSIEUR DRAHOSLOVIC arrive et baisse sa fenêtre.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC

(Pointant le chien)

Connaissez-vous ce chien?


MARC

Euh, non, non. Je suis désolé.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC

Il s'est réfugié chez moi.

Il refuse de partir.


MARC

Euh... Il y a un chenil

sur le chemin du verger.

Vous demandez Julie Martin.

Elle pourra sûrement vous aider.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC

Julie Martin.

Merci, jeune homme.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC s'éloigne. MARC remarque qu'à l'arrière de sa jeep est attaché le squelette. Au même moment, NADINE MARTIN arrive pour faire le plein elle aussi.


MARC

Ah, bonjour.


NADINE MARTIN

Bonjour.


MARC

Le type que vous

venez de croiser,

est-ce que vous le connaissez?


NADINE MARTIN

Non, pas personnellement.

Mais les enfants

en parlent beaucoup.

Ils l'ont surnommé Dragoula.


MARC rit.


NADINE MARTIN

Ils jouent à se faire

des peurs à son sujet.


MARC

Pourquoi ça?


NADINE MARTIN

Parce qu'il est différent.


MARC

C'est pas une raison, hein.


NADINE MARTIN

(Souriant)

Ah! Faites-moi confiance.

Question d'être différent,

je sais de quoi je parle.


MARC

Vous voulez dire parce que...

parce que vous êtes noire?


NADINE MARTIN

(Feignant la surprise)

Je suis noire, moi?

(Riant)

Oh, mon Dieu!

(Sarcastique)

J'avais même pas remarqué.


NADINE sourit à MARC.


Plus loin, MONSIEUR DRAHOSLOVIC conduit sur la rue. Une voiture de police arrive et le suit en faisant retentir sa sirène.


Plus tard, MONSIEUR DRAHOSLOVIC sort de l'école avec NADINE, qui lui serre la main. Puis, il remonte dans sa voiture, où l'attend toujours le chien.


DANIEL, WILLIAM et COLIN attendent dans le corridor devant le bureau de la directrice. Un POLICIER en sort et s'éloigne. NADINE arrive.


NADINE MARTIN

(Pointant le bureau)

Entrez.


Les 3 garçons sont assis dans le bureau de la DIRECTRICE avec NADINE.


DIRECTRICE

Vous pouvez dire merci

à mademoiselle Nadine.

Grâce à elle, Monsieur Drahlsovic...

Enfin, monsieur

le colonel a accepté

de pas porter plainte

pour cette plaisanterie

stupide et inqualifiable.


NADINE MARTIN

J'ai fait un marché

avec Monsieur Drahoslovic.

Et il passe l'éponge,

et vous, vous passez

votre samedi après-midi

à repeindre la clôture

de son jardin. D'accord?


Les garçons font signe que oui.


DIRECTRICE

À présent,

retournez en classe.

Encore que...

un petit séjour en prison vous

aurait fait le plus grand bien.

Vous vous imaginez peut-être

que cette farce était drôle,

eh bien, laissez-moi vous dire

que moi, je la trouve pas drôle.

Mais alors là, pas du tout!

À présent, sortez.


Les 3 garçons sortent, suivis de NADINE. Seule dans son bureau, la directrice sursaute quand le squelette tombe du portemanteau sur lequel il était accroché.


Le soir venu, DANIEL soupe chez lui avec COLIN.


COLIN

Ma mère est

spéciale, tu sais.


DANIEL

Comment ça?


COLIN

Bien, quand mon frère

et moi, on se couche,

elle nous donne un baiser là,

un baiser là, un baiser là.


COLIN pointe son front et ses yeux.


COLIN

Elle nous dit qu'on va

faire de plus beaux rêves.


DANIEL

Puis est-ce que ça marche?


COLIN

Bien sûr que ça marche.


MARC entre dans la maison.


DANIEL

Hé, papa,

je mange des Kou Tien.


MARC

(Soupirant)

Oh, j'ai été tellement pris,

j'ai même pas eu le temps

de t'appeler pour te dire

que je serais en retard.


DANIEL

(Montrant le plat devant lui)

C'est sa mère qui fait ça.

C'est super bon.

Je t'en garde si tu veux.


MARC

Pas pour le moment.

Je reviens dans cinq minutes.


MARC va au sous-sol. DANIEL et COLIN se regardent d'un air gêné.


Pendant ce temps, WOLF réussit à s'échapper de son nouvel enclos grâce à un trou creusé sous la clôture. Il court vers la rue.


Le lendemain, DANIEL, WILLIAM et COLIN peinturent la clôture de MONSIEUR DRAHOSLOVIC. AVRIL marche dans la rue avec GYPSY.


DANIEL

Salut.


AVRIL

Salut.


GYPSY jappe en regardant DANIEL.


AVRIL

(Souriant)

Il te reconnaît.


DANIEL

Ça m'étonnerait.


GYPSY gémit en regardant DANIEL.


AVRIL

J'ai décidé de le dresser

pour le prochain spectacle

des Superdogs.


DANIEL rit.


DANIEL

(Sarcastiquement)

Bonne chance.


Insultée, AVRIL arrête de sourire. Elle tire sur la laisse de GYPSY et rebrousse chemin.


AVRIL

Viens, Gypsy.

Laisse-le faire, ce niaiseux-là.


DANIEL regarde AVRIL s'éloigner avec GYPSY. Au même moment, MONSIEUR DRAHOSLOVIC sort de sa maison avec un plateau sur lequel sont posés des breuvages.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC

Messieurs.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC dépose le cabaret. Les 3 garçons approchent. MONSIEUR DRAHOSLOVIC dit quelque chose dans sa langue, puis il rentre dans sa maison. DANIEL prend une tasse et s'apprête à boire.


WILLIAM

Non, attendez.

Il a peut-être mis du poison.


DANIEL éloigne la tasse de sa bouche.


DANIEL

Peut-être de la drogue.

C'est de même qu'ils

neutralisent leurs victimes.


COLIN

Vous êtes débiles. Tout

le monde sait qu'on est là.

Il se ferait prendre

tout de suite.


COLIN prend une gorgée.


COLIN

Miam!


Après un moment, COLIN dépose sa tasse et pousse un râle agonisant en se prenant la gorge à deux mains. Il tousse et recule, puis tombe sur le sol. WILLIAM et DANIEL échangent un regard surpris. WILLIAM s'agenouille près de COLIN et lui fait un trait de peinture sur le nez avec son pinceau. COLIN ouvre les yeux en riant.


COLIN

T'es malade!


WILLIAM

Je voulais juste vérifier

si t'étais vraiment mort.


COLIN et WILLIAM se relèvent. DANIEL prend un biscuit sur le plateau.


WILLIAM

Non, attends, attends.


WILLIAM prend le biscuit de DANIEL et le tend au chien de MONSIEUR DRAHOSLOVIC.


WILLIAM

Bobby?


Le chien mange le biscuit. WILLIAM sourit à DANIEL.


WILLIAM

Tu peux y aller.


DANIEL acquiesce. Il cogne sa tasse contre celle de WILLIAM en souriant.


Le soir venu, chez les MARTIN, AVRIL approche de sa mère qui parle au téléphone dans la salle à manger.


JULIE MARTIN

(Parlant au téléphone)

Bien, écoutez,

si j'ai des nouvelles,

je vous rappelle sans faute.

Bonne chance.


JULIE raccroche.


AVRIL

C'était qui?


JULIE MARTIN

Les gens de Rivière-du-Loup.

Wolf a disparu

il y a deux jours.

Ils l'ont cherché partout.


AVRIL

Tu vas le dire à Daniel?


JULIE secoue la tête de gauche à droite.


JULIE MARTIN

Il vaut mieux pas

lui en parler.

Tu sais, la page

est tournée pour lui.

C'est pas un souvenir heureux.


JULIE sourit à AVRIL.


AVRIL

Qu'est-ce qu'il y a?


JULIE MARTIN

Rien.


AVRIL

Quand tu souris comme ça,

ça veut dire qu'il y a

quelque chose.


JULIE MARTIN

C'est parce que tu me parles

souvent de Daniel ces temps-ci.


AVRIL

(Insultée)

Je te parlais de Wolf.

Pas de ce niaiseux-là.


AVRIL tourne les talons et se dirige vers l'étage supérieur. CLAIRE, qui est en train de lire dans le salon adjacent à la salle à manger, l'interpelle.


JULIE MARTIN

Avril.

T'aurais rien oublié?


AVRIL vient faire un câlin à sa grand-mère. Elle sourit à sa mère, puis elle monte se coucher.


JULIE MARTIN

(Soupirant)

Elle change.


CLAIRE MARTIN

C'est rassurant, non?


JULIE MARTIN

J'ai l'impression qu'elle

te ressemble de plus en plus.


CLAIRE MARTIN

Et ça, c'est moins rassurant?


JULIE MARTIN

Je dirais plutôt

que c'est moins reposant.


CLAIRE et JULIE rient.


Le long d'une autoroute, WOLF LE BARZOÏ court sans s'arrêter.


Le lendemain matin, DANIEL, COLIN et WILLIAM marchent ensemble sur le trottoir.


WILLIAM

Cinq minutes, les gars.


COLIN

Il faut que je rentre

à la maison, moi.


WILLIAM

Cinq minutes, pas plus!


COLIN

C'est quoi le problème, là?


WILLIAM

Passer les douanes.


DANIEL

Quoi?


WILLIAM

Pas me faire prendre.


DANIEL

Par qui?


WILLIAM

Ma mère. C'est un vrai radar.

Elle voit tout,

même dans le noir.

(Tendant un sac à COLIN)

OK. Fait que prends ça,

dis rien puis souris.


WILLIAM entre chez lui par la porte-fenêtre menant sur la cour arrière. Sa mère surgit dans la cuisine.


MÈRE DE WILLIAM

Un instant, jeune homme.

Qu'est-ce que tu rapportes?

Et ne me dis pas rien.

Je sais que tu rapportes

quelque chose.

Tu as ton air à deux airs.


La MÈRE DE WILLIAM s'approche de ce dernier et lui nettoie le visage avec une serviette de table. WILLIAM grogne, agacé.


COLIN

C'est quoi un air

à deux airs?


MÈRE DE WILLIAM

C'est quand il ramène une

autre cochonnerie à la maison.

(Regardant COLIN)

Et toi?

Qu'est-ce que tu caches

derrière ton dos?


COLIN passe le sac dans son dos à DANIEL. Il montre ses mains vides à la MÈRE DE WILLIAM.


DANIEL

Moi? Rien, madame.


DANIEL prend le sac et le passe immédiatement à WILLIAM dans son dos. Il montre ses mains vides à la MÈRE DE WILLIAM. Elle le regarde et replace ses vêtements.


MÈRE DE WILLIAM

Pauvre garçon.

Sans maman

pour s'occuper de toi.

Ça doit pas être drôle

tous les jours, hein.

Fais comme ça.


La MÈRE DE WILLIAM sourit pour montrer ses dents. Embarrassé, DANIEL l'imite. Pendant ce temps, WILLIAM et COLIN se sauvent vers la chambre de WILLIAM.


MÈRE DE WILLIAM

Tu te brosses bien

les dents tous les jours?


DANIEL

Ouais.


MÈRE DE WILLIAM

Matin et soir?


DANIEL

Ouais.


MÈRE DE WILLIAM

De haut en bas, bas en haut?

Et va et vient, gauche, droite?


DANIEL sourit.


MÈRE DE WILLIAM

Finies les caries.

Bonjour, l'haleine fraîche.


DANIEL regarde la MÈRE DE WILLIAM s'éloigner, puis il rejoint ses amis dans la chambre.


Dans la chambre, WILLIAM a plusieurs vivariums avec des insectes, des reptiles ou des animaux. Il sort une couleuvre du sac qu'il a apporté.


WILLIAM

Doucement, doucement.

Oui. Allô.

T'es bien belle.

Tiens, va rejoindre tes amis.


WILLIAM dépose la couleuvre dans un vivarium. DANIEL et COLIN, assis sur le lit, le regardent.


DANIEL

(Regardant un bocal)

T'élèves des souris

maintenant?


WILLIAM

C'est pour mon scinque

à langue bleue.

(Tapant sur la vitre d'un vivarium)

Allô!


DANIEL

Puis elles mangent quoi,

les couleuvres?


WILLIAM

Des poissons rouges.


COLIN prend un énorme bocal de vitre dans ses mains.


COLIN

Hey, c'est quoi ça?


WILLIAM

Ah, ça, c'est

des scorpions empereurs.


DANIEL

(Riant)

Si ça te pique, t'es mort.


COLIN grimace de dégoût.


WILLIAM

Non. Ceux-là,

leur venin est pas mortel.


WILLIAM ouvre un pot en vitre et plonge sa main dedans. DANIEL le regarde avec curiosité.


DANIEL

Puis ça, c'est quoi?


WILLIAM

C'est des criquets pour

nourrir mes geckos léopards.


COLIN

Léopards?


WILLIAM

Bien oui.

(Pointant les geckos)

Regarde, ils sont tachetés.

Tu vois les taches?


DANIEL voit quelque chose bouger dans un vivarium.


DANIEL

(Surpris)

Hé, la branche bouge!


WILLIAM

Ah! Ça, c'est des phasmes.

Ceux-là, c'est des champions

en camouflage.


Un insecte brun ressemblant à une fine branche bouge dans un vivarium.


COLIN

Cool.


WILLIAM approche d'un bocal abritant une tarentule.


DANIEL

Une tarentule? T'as pas peur

de te faire mordre?


WILLIAM

Mais non. Elles mordent,

mais le plus dangereux, c'est

quand elles lancent leurs poils.


COLIN aperçoit un bocal de plastique rempli de vers grouillants. Il pousse un cri de dégoût. DANIEL regarde et crie à son tour. WILLIAM rit.


Le lendemain matin, MARC attend DANIEL devant l'école. Des enfants descendent des autobus. NADINE arrive.


NADINE MARTIN

Bonjour.


MARC

Ah, bonjour.


NADINE MARTIN

C'est le sac de Daniel?


MARC tient le sac à dos de DANIEL.


MARC

(Soupirant)

Je me demande pourquoi la NASA

a pas encore décoré mon fils.

Après toutes ses missions

sur la Lune.


NADINE MARTIN

(Riant)

En tout cas, il aura prouvé

qu'il y avait de la vie là-bas.

Je vais lui remettre.


NADINE prend le sac de DANIEL.


MARC

Oh, vous êtes gentille. Merci.


NADINE commence à s'éloigner, mais MARC s'adresse à elle.


MARC

Ça se passe bien?

Je veux dire pour Daniel.


NADINE revient vers MARC.


NADINE MARTIN

Et ça vous préoccupe?


MARC

Un peu.

C'est vrai qu'à son âge,

c'est pas toujours évident.

Je m'excuse.

Je veux pas vous déranger.


NADINE MARTIN

Oh, bien au contraire.

Je serai très heureuse

qu'on prenne le temps

de parler de tout ça.


NADINE fait quelques pas vers l'école. MARC ne la suit pas.


MARC

Euh... C'est juste

que j'ai une réunion à l'hôtel

de ville dans quelques minutes.


MARC se dirige vers sa voiture, garée tout près dans la rue.


MARC

Au revoir.

Je vous fais signe

dans un jour ou deux.


NADINE sourit, puis rentre dans l'école.


Le soir venu, DANIEL regarde la télévision, affalé sur le sofa.


VOIX D'HOMME À LA TÉLÉ

Et vous n'y êtes pour

rien. Repartez à neuf.


VOIX DE FEMME À LA TÉLÉ

Avec quoi? Je vous

l'ai dit, j'ai pas un sou.


DANIEL prend la télécommande et change de poste. Un film d'enfants joue sur une autre chaîne. DANIEL lève les yeux au ciel en soupirant. Il change de chaîne. DANIEL fronce les sourcils en voyant un vieil homme à la télé. Il se redresse, tout attentif.


MONSIEUR DRAHOSLOVIC

(Témoignant à la télévision)

J'avais 18 ans

au début de la guerre.

J'étais le plus jeune pilote

de l'armée de l'air

tchécoslovaque.

Après l'invasion allemande,

j'ai réussi avec quelques compagnons

à rejoindre l'Angleterre.

On a participé

à une centaine

de missions de bombardement.

La plupart

de mes amis y ont

trouvé la mort.


Pendant ce temps, WILLIAM regarde un film d'horreur à la télé, dans sa chambre. Couché dans son lit, il serre ses couvertures contre sa poitrine et pousse un gémissement apeuré.


Le lendemain, DANIEL et COLIN se rencontrent dans un café. À une table plus loin se trouvent AVRIL et deux amies.


COLIN

Le colonel? J'en reviens pas.


DANIEL

C'est un comte. Il avait juste

20 ans puis il pilotait déjà

un avion de guerre.


COLIN

Il était de quel côté?


DANIEL

Avec les Anglais.

Puis ils bombardaient

les Allemands.

Tous ses copains

se sont fait descendre.


COLIN

On s'est trompés

sur toute la ligne.


DANIEL

(Riant)

C'est peut-être le premier

vampire qui a eu une médaille

de la reine d'Angleterre.


Assise à sa table, mangeant de la crème glacée, AVRIL regarde DANIEL.


AMIE D'AVRIL

Tu le trouves cute?


AVRIL

T'es folle?

Il a l'air d'un cure-dent.


AMIE D'AVRIL

Mon frère m'a dit

qu'il était comme ça

depuis que sa mère est morte.


AVRIL

Comme ça, quoi?


AMIE D'AVRIL

(Haussant les épaules)

Pas bien dans sa tête.


AVRIL lance un regard vers DANIEL. COLIN la voit.


COLIN

Ta blonde te lâche

pas des yeux.


DANIEL

C'est pas ma blonde,

tête de noix.


COLIN

(Moqueur)

Ouais, ouais.


DANIEL

(Défensif)

Qu'est-ce que t'y

connais aux filles, toi?


COLIN

Je vois juste qu'elle arrête

pas de te regarder.


DANIEL

C'est peut-être

toi qu'elle regarde.


COLIN dévisage AVRIL en grimaçant de dégoût. WILLIAM arrive dans le café et il s'assoit avec ses deux amis. AVRIL l'aperçoit et elle sourit malicieusement.


WILLIAM

Ça va?


DANIEL

Hé, t'as vu le colonel?


WILLIAM

Pas ce matin, non.


DANIEL

Non, je parle de son entrevue

à la télé hier soir.


WILLIAM

Non, hier soir,

j'ai vu mieux que ça.

On dirait qu'il y avait

comme une force

qui m'empêchait

d'aller fermer ma télé.


À sa table, AVRIL prend du sel et en met dans son bol de crème glacée. Ses amies la regardent en riant. De son côté, WILLIAM continue son histoire.


WILLIAM

C'est ça qui m'a donné

mon idée. Ça va faire fureur.

Ça va tellement être drôle. Ils

auront jamais vu ça à l'école.


AVRIL approche de la table des garçons. Elle dépose sa crème glacée devant WILLIAM.


AVRIL

Il faut qu'on parte,

puis j'arrive pas à le finir.

C'est à toi si tu veux.


WILLIAM

Merci.


AVRIL s'éloigne. WILLIAM prend la cuillère dans le bol de crème glacée.


DANIEL

Moi... Moi, je me méfierais.


WILLIAM

Pourquoi?


WILLIAM prend une grosse bouchée et il grimace.


AVRIL

Ça, c'est pour la grenouille

de l'autre jour.


WILLIAM

C'est une rainette de White.


WILLIAM grimace. AVRIL et ses amies s'en vont en riant. COLIN et DANIEL regardent WILLIAM en riant. Ce dernier prend une gorgée d'eau.


WILLIAM

Quoi?


Les deux amis dévisagent WILLIAM, qui a de la crème glacée autour de la bouche.


Plus tard, DANIEL, WILLIAM et COLIN sont cachés dans un verger, derrière une souche. Ils observent la grange des MARTIN au loin.


WILLIAM

OK, les gars. Venez-vous-en.


DANIEL et COLIN suivent WILLIAM. Ils traversent le verger en courant.


WILLIAM

On y est presque.


DANIEL

C'est bon. On te suit.


WILLIAM

Attention, les gars.

C'est peut-être glissant.


Les 3 garçons traversent par-dessus un ruisseau grâce à une poutre. Puis, ils courent jusqu'à atteindre la grange.


À l'intérieur de la grange se trouvent un tracteur, du foin, des boîtes. Les 3 amis inspectent les lieux.


WILLIAM

Cool.


COLIN

Wow!


Des boîtes en bois sont clouées sur les murs de la grange, à la manière de cabanes d'oiseaux.


COLIN

Eille, c'est quoi ça?


DANIEL

J'en ai aucune idée.


WILLIAM

Chut! Il faut pas

les réveiller.


WILLIAM met des gants et va vers les boîtes sur le mur. Il plonge sa main dans l'une d'elles.


WILLIAM

Petit, petit, petit, petit...


WILLIAM saisit une chauve-souris et retourne vers DANIEL et COLIN.


WILLIAM

C'est la grand-mère d'Avril

qui les collectionne.


La chauve-souris couine.


WILLIAM

T'es pas contente parce que

je t'ai réveillée, hein.


COLIN

(Impressionné)

J'en ai jamais vu

d'aussi près.


DANIEL

Wow! C'est vrai que

ça ressemble à des vampires.


WILLIAM met la chauve-souris dans un sac de tissu.


DANIEL

Bon, c'est quoi

ton idée géniale?


WILLIAM

On en prend 50.

On va les cacher

dans les casiers de l'école.

Et là, à la fin des cours...


WILLIAM s'imagine les élèves ouvrir leurs casiers et des chauves-souris en sortir. Les élèves crient et se sauvent de l'école en courant. La rêverie mentale de WILLIAM terminée, il regarde ses amis en riant.


WILLIAM

Il y en a de plus

grosses en haut.


WILLIAM se dirige vers une échelle.


WILLIAM

Venez m'aider, les gars.


L'échelle tangue, puis bascule vers l'arrière.


WILLIAM

Oh! Attention!


WILLIAM tombe dans une pile de foin. L'échelle tombe sur le tracteur. La roue du tracteur se détache, le tracteur tombe sur le côté et défonce un mur de la grange dans un grand fracas. DANIEL et COLIN courent vers l'extérieur. Ils se retournent et voient la grange s'effondrer.


DANIEL

(Criant)

William!


COLIN

(Criant)

William!


DANIEL

(Criant)

William!


WILLIAM tousse en sortant des restants de la grange. Il sourit à ses amis.


WILLIAM

Cool!


Les garçons entendent des couinements. Ils regardent la grange d'un air paniqué, puis se mettent à courir au moment où des chauves-souris volent dans leur direction.


Pendant ce temps, WOLF, qui s'est échappé de sa nouvelle maison, erre dans le bois. Il renifle une roche et gémit.


Le lendemain, après les cours, DANIEL sort de l'école avec NADINE.


DANIEL

Mon père, il dit que

je lui complique la vie.

Même quand je fais rien de mal.

Alors là, le truc

avec la grange,

c'est méga super.

S'il apprend que c'est ma faute,

il va faire une crise.

Une crise...

Je sais pas comme dire.


NADINE

Hum... Méga super?


DANIEL

En plein ça.

À ma place, vous feriez quoi?


Plus loin, WILLIAM et COLIN regardent DANIEL, surpris de le voir avec NADINE. NADINE marche vers sa voiture avec DANIEL.


NADINE

J'irai voir Madame Martin

puis je lui dirais la vérité.


DANIEL

Est-ce que c'est vrai

que c'est votre mère?


NADINE acquiesce.


NADINE

Elle a eu deux filles dont une

est adoptée. Devine laquelle.


DANIEL

C'est pas trop dur.

Mais... Mais parce que

c'est votre mère,

vous pourriez

peut-être lui dire.


NADINE sourit.


NADINE

Je suis de ton côté, Daniel.

Même quand tu fais des bêtises.

Mais il y a des choses que

je peux pas faire à ta place.


DANIEL baisse la tête. NADINE entre dans sa voiture.


Un peu plus tard, WILLIAM et COLIN marchent avec DANIEL vers la maison.


WILLIAM

(Énervé)

T'es complètement

fou! Puis d'abord, il y

a personne qui nous a vus.

Ils vont demander

à mon père de payer

les dégâts. Ça, c'est sûr.


DANIEL

Écoute, on est

tous dans le coup.

Mon père aussi devra payer.


WILLIAM

Tu risques rien.

Ton père, là, tu le vois jamais.

Il s'occupe même pas de toi.


DANIEL

(Criant)

Qu'est-ce que t'as dit?


DANIEL empoigne le manteau de WILLIAM et commence à le pousser. COLIN sépare ses deux amis.


COLIN

Arrête!


WILLIAM recule. DANIEL s'éloigne.


WILLIAM

(Criant)

T'es rien qu'un traître!


DANIEL se retourne vers ses amis.


DANIEL

Écoute, je vais lui dire

que j'ai fait ça tout seul.

Le reste, ça me regarde.


DANIEL se remet à marcher.


Plus tard, DANIEL est assis dans la salle à manger de CLAIRE.


CLAIRE MARTIN

Ça a pas dû être

facile de te présenter

ici et de me raconter ça.

Est-ce que ton père le sait?


DANIEL

Non, mais s'il vous plaît,

il faut pas lui dire.


CLAIRE MARTIN

Je peux pas lui cacher

quelque chose d'aussi grave.

Ce serait pas correct.


AVRIL espionne la scène, cachée dans le corridor.


CLAIRE MARTIN

Mais je crois que t'as

aucune raison de t'en faire.


DANIEL

(Protestant)

Non, mais vous

le connaissez pas.


CLAIRE MARTIN

Au contraire, je sais

comment il est, Daniel.

Je le connais depuis

plus longtemps que toi.


DANIEL soupire et reste silencieux un instant.


DANIEL

Il est pas le même.

Avant... on pouvait

rigoler ensemble.

Maintenant, quand on se parle...

Il pense tout le temps

à quelque chose d'autre.


CLAIRE réfléchit, puis s'assoit à la table devant DANIEL.


CLAIRE MARTIN

Hum...

Est-ce que t'étais réellement

seul quand c'est arrivé?


DANIEL

Oui, madame.


CLAIRE MARTIN

Tu as couru un énorme risque.

Si la grange s'était

effondrée plus tôt,

tu serais sans doute resté pris.

Tu te rends compte de ça?


DANIEL acquiesce légèrement. La sonnette de la porte d'entrée retentit. DANIEL se retourne et aperçoit AVRIL. CLAIRE se lève et va ouvrir la porte. Sur la galerie se trouvent WILLIAM et COLIN, qui regardent CLAIRE d'un air penaud.


Après la visite chez CLAIRE, DANIEL est attablé chez lui. MARC met la table pour le souper.


MARC

(Fâché)

Tu peux-tu m'expliquer

ce qui se passe avec toi?


DANIEL ne répond pas et ne regarde pas son père.


MARC

Je te parle.


DANIEL

(Criant)

Quoi?


MARC

Là, mon petit gars,

tu vas changer de ton,

puis tout de suite.


DANIEL

On l'a pas fait exprès.


MARC

C'est tout ce que t'as à dire?

«On a démoli

la grange de Madame Martin,

mais on l'a pas fait exprès»?

Écoute-moi bien, là.

Tes folies avec

tes copains, c'est fini.


DANIEL

Mais si t'avais des copains,

toi, tu serais moins stressé.


MARC

(Criant)

C'est pas de moi qu'on parle,

c'est de toi!

Tes amis, je ne veux plus

les voir à la maison.

Puis tant qu'à ça, je ne veux

plus que tu les fréquentes.

Est-ce que c'est clair?


DANIEL pince les lèvres d'un air obstiné. MARC ouvre le four et en sort quelque chose qui brûle et fait de la fumée. Il le jette dans le lavabo d'un geste brusque.


Pendant ce temps, les Martin soupent ensemble en riant.


NADINE MARTIN

(Prenant l'assiette d'AVRIL)

Terminé?


AVRIL

Merci.


NADINE prend l'assiette vide d'AVRIL, puis celle de CLAIRE.


CLAIRE MARTIN

Daniel Forest m'a rendu

visite hier.


JULIE MARTIN

Ah oui? À quel sujet?


CLAIRE MARTIN

C'est un secret.

Seulement un enfant sait

garder un secret.

(Regardant AVRIL)

N'est-ce pas, Cosette?


AVRIL

Pourquoi

tu m'appelles Cosette?


NADINE MARTIN

Parce qu'elle vient

de citer Victor Hugo.

(Regardant CLAIRE)

Tu m'étonneras toujours, maman.

Mais si c'est un secret,

pourquoi t'en parles?


CLAIRE MARTIN

Julie, qu'est-ce que

tu dirais si Daniel venait

pour donner un coup de main

de temps en temps au chenil?

Il le ferait gratuitement

comme du bénévolat.


JULIE MARTIN

Je croyais

qu'il n'aimait plus les chiens.


CLAIRE MARTIN

Eh bien, il s'est senti

un peu trahi par Wolf.

C'est une situation spéciale.

Il faut lui donner l'opportunité

de faire la paix avec eux.


NADINE et AVRIL regardent JULIE.


JULIE MARTIN

Je suis pas sûre.

C'est un bon garçon.

Mais j'ai l'impression qu'il

pourrait causer des problèmes.

(S'adressant à AVRIL)

Qu'est-ce que t'en penses?


AVRIL

Moi, ça m'est

complètement égal.


JULIE MARTIN

(S'adressant à NADINE)

Et toi, la psychologue?


NADINE MARTIN

Justement, la psychologue

veut pas influencer ta décision.

(Souriant)

Mais je crois que c'est

une fichue de bonne idée.


JULIE MARTIN

OK.

Je vais le prendre,

mais à l'essai.


AVRIL se retient de sourire.


Le lendemain, dans le local de répétition des Superdogs, HERB WILLIAMS montre un plan accroché sur le mur aux maîtres des chiens.


HERB WILLIAMS

Quatre obstacles

comme ça, un tunnel...


JULIE arrive avec GYPSY. Elle salue d'autres personnes.


HERB WILLIAMS

(Pointant la carte)

Et alors, ici,

encore un tunnel.

Jusqu'ici, un autre virage,

et ça, ça met fin à la course.


HERB WILLIAMS s'approche d'une cage dans laquelle JULIE installe GYPSY.


HERB WILLIAMS

Gypsy, ça va?

(S'adressant à JULIE)

Est-ce qu'il va courir

aujourd'hui?


JULIE MARTIN

Non, il est pas prêt.

J'essaie de le familiariser

avec l'ambiance

du spectacle. On verra.


HERB WILLIAMS

Mais il a une belle tête.


JULIE MARTIN

Oui, il a

une belle tête forte.


DANIEL et AVRIL accompagnent JULIE. DANIEL approche de la cage de GYPSY, qui aboie.


AVRIL

Tu vois?


DANIEL

Quoi?


AVRIL

Il te reconnaît.


DANIEL

(Haussant les épaules)

On s'est vus rien

que deux fois.


AVRIL

Bien, toi, tu le reconnais.


DANIEL

Ouais, mais c'est pas

la même chose.


AVRIL

C'est vrai.

T'es intelligent, mais pas lui.


DANIEL soupire en levant les yeux au ciel.


DANIEL

Toi aussi, tu peux

être épuisante des fois.


AVRIL s'éloigne et va voir JULIE. De loin, elles observent DANIEL, qui parle à GYPSY à travers les barreaux de la cage.


JULIE MARTIN

Il va peut-être réussir

à l'apprivoiser.


AVRIL

Il a pas la stabilité

qu'il faut.


JULIE MARTIN

Je parlais de Gypsy.


AVRIL regarde sa mère en souriant.


Un peu plus tard, le spectacle des Superdogs commence. Dans la foule se trouvent WILLIAM et COLIN. DANIEL et AVRIL regardent les chiens faire le parcours à partir des coulisses. DANIEL tient GYPSY en laisse.


HERB WILLIAMS

(S'adressant aux spectateurs)

Qui sera le vainqueur

du relais des tunnels?

L'équipe des rouges

ou l'équipe des bleus?


Deux chiens courent dans un tunnel.


HERB WILLIAMS

Teck et Léo.

Et on est toujours à égalité.

Allez, allez! Plus

vous les encouragez,

plus ils courent vite.


GYPSY regarde DANIEL en aboyant. HERB présente les chiens tour à tour, alors qu'ils sautent par-dessus des barres.


HERB WILLIAMS

Rocket! Trésor! Chaos!

Teck! Rider! Oh, Roquet.

On ajoute une autre barre!

Et voici Picasso!

Allez, on l'encourage.


GYPSY aboie.


DANIEL

Gypsy, chut.


HERB WILLIAMS

Et nous montons à neuf barres.

Et préparez-vous

à les encourager.

Et... Ah non!


Deux chiens sautent et accrochent la barre qui vient d'être ajoutée. Dans la foule, WILLIAM ET COLIN poussent des cris déçus.


HERB WILLIAMS

Attention. C'est le tour

de Picasso. Il s'élance.

Vas-y, vas-y, cours!

Et...


PICASSO réussit à sauter par-dessus les barres.


HERB WILLIAMS

Ouais!

Notre nouveau champion

du saut en hauteur,

Picasso!

On applaudit tous Picasso!


CHURCHILL LE BOULEDOGUE court vers les barres.


HERB WILLIAMS

Non, non! Arrêtez-le!


CHURCHILL fonce dans les barres et il les fait tomber. Tout le monde rit.


Pendant ce temps, CLAIRE MARTIN est au conseil de la ville. Elle se tient debout devant un comité.


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

Nous connaissons vos arguments

au sujet de l'aréna, Madame Martin.


CLAIRE MARTIN

J'ai appris de source sûre

que les organisateurs

seraient intéressés

à s'établir dans la région.

Et donc, le quartier général des

Superdogs serait cet aréna.

À condition que la Ville

évidemment soit...


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

(Interrompant CLAIRE)

La Ville a déjà pris

sa décision, Madame Martin.


CLAIRE regarde les membres du conseil, qui semblent ennuyés.


CLAIRE MARTIN

Eh bien, je comprends que les

membres du conseil n'aiment pas

qu'on leur fasse

perdre leur temps.

Mais ce que je souhaitais,

c'était leur épargner l'embarras

d'avoir à faire face

à une énorme protestation

de la part de leurs électeurs.


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

Madame, je doute

que votre pétition ait

beaucoup de signatures.

Je parle d'au moins

10 000 signatures.


CLAIRE acquiesce.


Plus tard, JULIE est avec DANIEL au chenil. DANIEL nettoie le plancher avec un gros balai. JULIE passe avec un chien dans une cage.


JULIE MARTIN

Je reviens dans une heure.

T'oublieras pas de nettoyer

les deux petites taches.


DANIEL

Pas de problème.


JULIE MARTIN

OK.


JULIE s'en va.


Des chiens aboient dans le chenil. DANIEL lave le plancher. Il porte de grosses bottes de caoutchouc.


DANIEL

Hé, Gypsy.


DANIEL va ouvrir la cage de GYPSY, qui court autour de lui.


DANIEL

Gypsy.

Ici.


GYPSY vient vers DANIEL.


DANIEL

Fais la belle.


AVRIL entre dans le chenil. GYPSY fait la belle devant DANIEL.


DANIEL

Bon chien.

Gypsy, fais la belle.


GYPSY se dresse à nouveau sur ses pattes arrière. DANIEL la caresse.


DANIEL

(S'adressant à AVRIL)

T'as vu?


AVRIL

C'est moi qui lui ai montré

ce truc-là l'autre jour.


DANIEL

Pfuit... T'es jalouse.


AVRIL

Moi, jalouse?


AVRIL prend le tuyau d'arrosage et arrose DANIEL. DANIEL pousse un cri de surprise. Il prend le tuyau d'arrosage et le pointe sur AVRIL.


AVRIL

Fais pas ça.


DANIEL observe AVRIL attentivement.


DANIEL

Qu'est-ce que tu me donnes

si je le fais pas?


AVRIL

Qu'est-ce que tu veux?


DANIEL

C'est toi qui le dis.


AVRIL

T'as qu'à demander.


DANIEL

Je peux demander

tout ce que je veux?


AVRIL

Oui.

Vas-y pour voir.


AVRIL et DANIEL se regardent dans les yeux. DANIEL baisse le tuyau d'arrosage.


AVRIL

(Souriant)

T'as peur.


DANIEL arrose AVRIL, qui pousse un cri et se sauve en courant.


DANIEL

Ah, j'ai peur, hein.

Là, je vais t'avoir.


AVRIL

Gypsy! Viens m'aider.


GYPSY aboie et court derrière DANIEL et AVRIL.


Pendant ce temps, WOLF poursuit sa route dans le bois. Il trouve un campement et vole des saucisses, puis il poursuit sa route.


Le soir, DANIEL regarde la boîte de souvenirs de son père, seul dans sa chambre. Il en sort une rondelle de hockey en souriant. Puis, il regarde un article de journal découpé, qui montre un jeune homme en équipement de hockey.


DANIEL va voir son père, qui travaille dans son bureau.


MARC

Tes devoirs?


DANIEL

Terminés.


DANIEL regarde une maquette posée sur une table dans le bureau.


MARC

Qu'est-ce que tu cherches?


DANIEL

Rien. Je regarde.


MARC

Trouves-tu ça beau?


DANIEL ne répond pas. Il place la rondelle et l'article de journal sur la table près de la maquette.


MARC

Ça me rassure.


DANIEL

Quoi?


MARC

Bien, ce que tu viens

de me dire.


DANIEL

Mais j'ai rien dit.


MARC

Ah non? C'est bizarre.

J'avais cru entendre:

«C'est beau, papa.

Je suis fier de toi.»


DANIEL

(Regardant la maquette)

C'est vrai que c'est beau,

mais ça serait beau

ailleurs, genre.


MARC

Hum...

Peut-être, mais ils m'ont pas

demandé mon opinion.

Genre.


DANIEL

Bonne nuit, papa.


DANIEL approche de son père.


MARC

C'est ça.

Bonne nuit, mon homme.


DANIEL ferme son poing et cogne doucement sur la poitrine de son père en récitant la formule magique.


DANIEL

Moustachu moustacha,

bagui baguo bagua,

que caches-tu là?


DANIEL sourit et quitte le bureau. MARC, perplexe, regarde autour de lui. Il aperçoit la rondelle et le journal sur le bureau. Il se lève et les prend dans ses mains. En souvenir, il se revoit jouer au hockey quand il était jeune.


VOIX D'ANNONCEUR

Et le but de la victoire

est marqué par le numéro 3,

Marc Forest.


MARC soupire et se rassoit.


Le lendemain, DANIEL joue avec GYPSY près du chenil. Il le fait tirer sur une corde.


DANIEL

Ah, c'est beau! Bon chien!

Hé, bon chien! Bon chien!


AVRIL regarde DANIEL. GYPSY grogne et tire sur la corde.


AVRIL

Pas comme ça.


DANIEL

Écoute, là.

Je sais ce que je fais.


AVRIL

Les Jack Russel ont l'habitude

de faire à leur tête.

Si tu veux être son maître...


DANIEL

(Coupant la parole à DANIEL)

Je l'aime comme il est.


JULIE arrive.


JULIE MARTIN

Allô!


DANIEL

Est-ce que je peux

l'amener chez moi?

Pour qu'il me reconnaisse mieux.


JULIE MARTIN

En as-tu parlé à ton père?


DANIEL

Non, mais il a dit

que je pouvais avoir

tout ce que je voulais

pour mon anniversaire.


JULIE MARTIN

Tu penses pas qu'il devrait

peut-être le voir avant?


DANIEL regarde JULIE d'un air insistant.


Plus tard, DANIEL roule à vélo vers la rue, dans l'entrée des MARTIN. GYPSY le suit, courant à ses côtés, attaché à une laisse.


DANIEL et GYPSY entrent à l'aréna. DANIEL fait monter GYPSY sur une plateforme sur le parcours d'agilité.


DANIEL

Assis.


GYPSY s'assoit.


DANIEL

Qu'est-ce qui est arrivé

l'autre jour?

C'est pas grave

d'avoir peur des fois.

Tu l'essaieras une autre fois.


HERB WILLIAMS et un autre homme regardent DANIEL de loin. DANIEL fait courir GYPSY dans un tunnel du parcours.


DANIEL

Viens, Gypsy. Viens-t'en.

Oui, bon chien!

Gypsy!


GYPSY aboie et passe dans le tunnel. DANIEL rit.


Un peu plus tard, DANIEL est avec GYPSY dans sa chambre. GYPSY s'assoit sur le lit de DANIEL.


DANIEL

Bon chien.

Reste tranquille. Il faut

que je lui parle avant.


VOIX DE MARC

Daniel?


DANIEL sursaute et regarde vers le corridor. Il se lève et ouvre la porte de son garde-robe.


DANIEL

(Chuchotant)

Gypsy, Gypsy. Viens, Gypsy.


GYPSY entre dans le garde-robe et DANIEL referme la porte.


VOIX DE MARC

Daniel?


DANIEL s'assoit sur son lit. MARC cogne à la porte de la chambre, puis entre.


MARC

Je peux te parler deux minutes?


DANIEL

Ouais.


MARC va s'asseoir sur le lit près de DANIEL.


MARC

Bien, je voulais

juste te dire,

à propos de l'aréna, là...


Un bruit provient du placard. MARC s'arrête de parler, puis reprend.


MARC

Ouais, c'est ça.

À propos de l'aréna,

j'ai réfléchi à tout ça, puis...


GYPSY fait un autre bruit. Cette fois, MARC s'arrête et regarde vers le placard.


MARC

Puis finalement, je pense que...


Un bruit vient du placard et GYPSY gémit. MARC se lève et ouvre la porte. Des jouets et des vêtements tombent sur le sol et GYPSY s'enfuit.


DANIEL

Oh, tu lui as fait peur.


MARC

(Surpris)

Mais c'est quoi ça?


DANIEL

(Haussant les épaules)

Mais c'est pour

mon anniversaire.


MARC

Mais qu'est-ce

que tu racontes, là?

Ton anniversaire,

c'est dans trois mois.


DANIEL

(Hésitant)

Ouais, je sais. Genre, mais...

C'est parce que je voulais...


MARC

(Exaspéré)

Oh, Daniel, Daniel, Daniel!


DANIEL soupire.


Plus tard, MARC arrive au chenil en tenant GYPSY en laisse.


MARC

Bon, écoute, Julie,

j'apprécie beaucoup

ce que tu fais pour Daniel,

mais c'est juste pas

le bon moment pour nous

d'avoir un autre chien.


JULIE MARTIN

(Froidement)

OK.

De toute façon, c'est pas le

premier chien que tu me ramènes.


JULIE prend GYPSY par sa laisse pour le mener dans son enclos. MARC s'en va.


Le lendemain, DANIEL, WILLIAM et COLIN sont au casse-croûte du quartier.


COLIN

Pourtant ton père,

il a pas l'air sévère.


DANIEL

Des fois, il l'est.

Des fois, il l'est pas.

Un «cyclothermique».


WILLIAM rit. La serveuse apporte des frites aux garçons.


COLIN

Un cyclo quoi?


WILLIAM

Bien, je pourrai prendre

Gypsy chez nous.

Bien, comme en pension,

mais gratis.


COLIN

Chez toi? Avec ta mère?


WILLIAM

Je suis nul.

J'avais oublié ma mère.


DANIEL

(Riant)

On y pense pour toi

tous les jours.


COLIN prend le menton de WILLIAM et imite la mère de ce dernier.


COLIN

(Prenant une voix aiguë)

Mais qu'est-ce que tu fais là

avec tous ces poils, mon chéri.

Et cette odeur!

Tu t'es frotté contre qui?


Les clients du restaurant arrêtent de parler et dévisagent COLIN. Les 3 garçons prennent leur sac de frites et s'en vont rapidement.


DANIEL arrive en vélo à la ferme. JULIE montre les chiens dans l'enclos extérieur à un homme et son fils qui cherchent à en adopter un. Le GARÇON caresse GYPSY.


JULIE MARTIN

(Montrant un chien)

Et puis ça, c'est un croisé.


L'HOMME jette un regard à son fils.


JULIE MARTIN

Mais je vous conseille pas

un Jack Russell. Ils sont très

difficiles à contrôler.


HOMME

Ah, bon. Je comprends.


L'HOMME s'adresse à son fils en italien. Il lui fait signe de venir voir les autres chiens. Le GARÇON caresse GYPSY et le pointe en parlant à son père. DANIEL observe la scène.


JULIE MARTIN

(Montrant un autre chien)

Pourquoi pas un retriever?


DANIEL entre dans le chenil. De la fenêtre, il observe JULIE. Après un moment à parler avec l'HOMME, elle l'aide à faire monter GYPSY dans son camion, avec son fils. Le camion de l'HOMME s'éloigne et JULIE rentre dans la maison. DANIEL soupire.


Alors que JULIE travaille à son bureau dans le salon, elle aperçoit par la fenêtre les chiens du chenil courir dans dehors en jappant. Elle échange un regard avec AVRIL, qui fait ses devoirs à la table de la salle à manger, puis se lève et va dehors. AVRIL la suit.


Dehors, les chiens courent sur le terrain. JULIE soupire, puis elle approche doucement d'un petit chien en tendant sa main.


JULIE MARTIN

Viens. Viens.


Le chien se sauve.


AVRIL

Je m'en occupe.


AVRIL court derrière le chien. NADINE arrive, sortant d'une grange qui lui sert d'atelier de poterie.


AVRIL

(Approchant du chien)

Viens. Viens.


JULIE s'accroupit près d'un chien et l'appelle.


JULIE MARTIN

Little. Viens ici, chien.

Viens, le chien. Viens.

Viens, le chien.


JULIE attrape LITTLE.


JULIE MARTIN

Bon chien.


AVRIL attrape un autre chien.


AVRIL

Bon chien.


NADINE MARTIN

Qu'est-ce qui se passe?


JULIE MARTIN

(Fâchée)

Je sais pas.

J'aimerais bien le savoir.


NADINE approche lentement d'un labrador.


NADINE MARTIN

Viens, Bianca. Oui.


NADINE, JULIE et AVRIL amènent les chiens dans leur enclos extérieur, dont la porte est grande ouverte. Les chiens aboient. JULIE referme la porte de l'enclos, puis entre dans le chenil, suivie par NADINE et AVRIL.


JULIE MARTIN

Daniel!


DANIEL n'est pas là.


JULIE MARTIN

Merde!


JULIE prend une laisse et des biscuits pour chien, puis elle sort du chenil, suivie d'AVRIL et NADINE. Après leur sortie, DANIEL sort de sa cachette. Il va regarder par la fenêtre et soupire de découragement.


Dehors, AVRIL approche de CYCLONE LE CHIEN en lui tendant un biscuit.


AVRIL

Cyclone! Viens ici, Cyclone!


CYCLONE se sauve. NADINE essaye aussi de l'appeler.


NADINE

Viens-t'en! Viens.

Viens, Cyclone. Viens ici.


CYCLONE s'éloigne en courant.


NADINE MARTIN

Merde!


Plus loin, dans le verger, JULIE s'approche de MILOU LE CHIEN.


JULIE MARTIN

Milou! Viens ici.

Viens ici, le chien.

Viens, Milou.


JULIE donne un biscuit à MILOU et l'attrape par le collier.


Après un moment, les chiens sont ramenés dans leur enclos. AVRIL les compte.


AVRIL

Il manque juste

Banjo et Picasso.


JULIE MARTIN

Ouais. On va faire

un dernier tour.


Un homme arrive en camionnette. Il en descend et approche de NADINE, JULIE et AVRIL.


HOMME

Bonjour.


JULIE MARTIN

Bonjour.


HOMME

Vous auriez pas perdu

des chiens par hasard?


L'HOMME ouvre la porte de son camion et BANJO LE CHIEN en sort en courant. Il saute dans les bras d'AVRIL.


JULIE MARTIN

Hé, Banjo!


AVRIL

(Souriant)

Banjo!


JULIE MARTIN

Ouais, il nous en

manque juste un.


L'HOMME ouvre la porte arrière de son camion.


HOMME

Ouais. C'est bien

ce que je pensais.


JULIE regarde l'HOMME d'un air inquiet. Elle s'approche du camion, suivie de NADINE et AVRIL.


HOMME

J'ai tout fait pour l'éviter.

Il traversait la route.


PICASSO git sur la banquette arrière du camion, enrobé d'une couverture, la tête ensanglantée.


JULIE MARTIN

(Murmurant)

Picasso...


HOMME

J'ai pas pu freiner.


AVRIL se jette dans les bras de sa mère en pleurant.


JULIE, NADINE et AVRIL emmènent le corps de PICASSO dans le chenil. AVRIL pleure. JULIE dépose PICASSO sur la table d'examen.


AVRIL

(Criant)

C'est Daniel!

Je suis sûre que c'est lui.

Il est malade dans sa tête!


NADINE prend AVRIL par les épaules pour la calmer.


NADINE

Il a pas voulu faire du mal

au chien. C'est un accident.


AVRIL

(Criant)

Je m'en fous!

Je ne veux plus le voir ici!

Plus jamais!


DANIEL est caché de l'autre côté du mur, plus loin dans le chenil. Il a les larmes aux yeux.


JULIE MARTIN

On va l'enterrer dans le jardin.


AVRIL

Je le déteste!


DANIEL retient difficilement ses larmes.


Pendant ce temps, WOLF LE BARZOÏ est toujours en cavale dans la nature. Il marche sur un sentier boisé.


VOIX D'HOMME

À moi! À moi!


Des coups de feu retentissent tout près de WOLF, qui se sauve dans le boisé en gémissant.


Le soir venu, DANIEL quitte la ferme des MARTIN avec son vélo. Il entend de la musique provenant de la grange de NADINE et s'arrête.


Dans la grange, NADINE fait de la poterie. DANIEL entre. NADINE le regarde un moment, puis elle continue à travailler. DANIEL s'assoit dans un coin de la grange.


NADINE MARTIN

Pourquoi t'as fait ça?


DANIEL garde la tête basse et ne répond pas.


NADINE MARTIN

Daniel?


DANIEL

(Fâché)

Je sais pas.


NADINE MARTIN

Si tu sais pas,

invente une raison.


DANIEL

(Triste)

À quoi ça sert?

Personne s'intéresse

à mes raisons.


NADINE MARTIN

Moi, ça m'intéresse.

Approche.


DANIEL se lève et approche de NADINE.


NADINE MARTIN

Tu l'aimais beaucoup,

Gypsy. Pas vrai?


DANIEL

(Hésitant)

Je veux pas en parler.


NADINE MARTIN

T'as pas besoin de parler.

Réponds-moi juste avec la tête.

Gypsy, tu l'aimais?


DANIEL fait signe que oui.


NADINE MARTIN

Tu l'aimais,

mais on te l'a pris.

C'est ça qui te met en colère.


DANIEL détourne le regard en retenant ses larmes.


NADINE MARTIN

As-tu déjà eu quelqu'un

que t'aimais beaucoup

et qu'on t'a pris?


DANIEL

(Pleurant)

C'est pas la même chose.

Ma mère, personne l'a prise.


NADINE MARTIN

Personne?

N'empêche qu'elle n'est

plus là pareil.


DANIEL pleure doucement. NADINE se lève et prend un vase en terre cuite, puis le donne à DANIEL.


NADINE MARTIN

Casse-la.


DANIEL regarde le vase et hésite.


NADINE MARTIN

Casse-la.


DANIEL fracasse le vase sur le sol en poussant un cri. Il pleure et s'assoit sur un sofa. NADINE s'assoit près de lui et met sa main sur son épaule.


Le lendemain, MARC conduit en silence avec DANIEL à ses côtés dans l'auto. Il stationne la voiture devant une maison. La GRAND-MÈRE DE DANIEL est dans la cour. MARC sort de la voiture et approche.


MARC

Allô.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Allô.

Où est mon petit Daniel?


MARC

Oui, dans l'auto.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Tu peux pas vraiment

lui en vouloir.


MARC

Ah non, s'il te plaît. C'est

déjà assez difficile comme ça.


La GRAND-MÈRE se dirige vers la voiture où DANIEL semble bouder.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

(Ouvrant la portière)

Viens, Daniel.


DANIEL sort de la voiture et suit sa grand-mère vers la maison.


Dans la cuisine, la GRAND-MÈRE DE DANIEL fait à manger pendant que DANIEL est assis à table avec son GRAND-PÈRE.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Ta mamie,

c'est un vrai cordon bleu.

Et toi, t'arrêtes

pas de grandir.

Tabarouette!


DANIEL sourit à son GRAND-PÈRE.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Alors, c'est pas pire ici

comme foyer d'accueil.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Oh, toi, commence pas!


La GRAND-MÈRE DE DANIEL amène des assiettes de nourriture.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

OK, OK. On parlera pas

de ce qui s'est passé.


DANIEL

Papa, est-ce qu'il vient

me chercher demain soir?


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Après-demain soir.

Tu crois que

tu vas survivre? Hum?


DANIEL acquiesce. Sa GRAND-MÈRE lui donne son assiette.


Au chenil, AVRIL aide sa mère à couper les griffes de BANJO LE COLLEY. L'homme italien qui a adopté GYPSY LE JACK RUSSEL entre dans le chenil. GYPSY aboie et l'autre parle en italien de façon énervée.


HOMME ITALIEN

Vous comprenez?

Ce n'est pas un chien,

c'est une pile atomique,

per la miseria.


AVRIL prend la laisse de GYPSY, qui continue à aboyer. JULIE sourit à l'HOMME.


Le soir, DANIEL est monté dans un arbre sur le terrain de sa GRAND-MÈRE. Il parle à WILLIAM avec un walkie-talkie.


DANIEL

Je suis assis dans ma chambre,

mais ça passait pas.

Puis là, j'ai eu

une idée méga géniale.

Je me suis fait pousser

des ailes comme tes papillons.


WILLIAM

(Incrédule)

Est-ce que ça va, Daniel?


DANIEL

(Regardant au loin)

C'est tellement beau d'ici.


WILLIAM

(Alarmé)

OK, on va venir te voir.


DANIEL

Surtout pas.

Sinon mon père va me laisser

ici jusqu'à la fin du mois.


WILLIAM

No problemo. Je vais

trouver une solution.


DANIEL

(Exaspéré)

Laisse faire

tes idées géniales.

Mon grand-père veut

pas de problème.


WILLIAM

Il nous verra pas d'abord.


DANIEL

Ah ouais?

T'as trouvé un truc

pour te rendre invisible?


WILLIAM

Exactement, petite tête.


Dans sa chambre, WILLIAM entend des pas dans le corridor.


WILLIAM

(S'adressant à DANIEL)

Oh!

OK, faut que je te laisse.

Je te rappelle demain matin.


DANIEL

William?


WILLIAM dépose le walkie-talkie. Sa mère entre dans sa chambre. WILLIAM joint les mains comme s'il était en train de prier.


MÈRE DE WILLIAM

Bonsoir, mon chéri.


WILLIAM

Bonsoir, maman.


DANIEL

(Sur le walkie-talkie)

William?


MÈRE DE WILLIAM

Tu parlais à qui?


WILLIAM

Je faisais ma prière.

Je parlais très fort

pour être sûr

que le bon Dieu m'entende

très bien là-haut.


MÈRE DE WILLIAM

Tu t'es brossé les dents?


WILLIAM

Oui, maman.


La MÈRE DE WILLIAM lui sourit et ferme la porte de sa chambre.


Le lendemain, DANIEL aide son grand-père à sortir les poubelles. Dans la rue, WILLIAM et COLIN arrivent sous leurs parapluies. Ils portent des perruques longues et des vêtements de filles.


WILLIAM

(Prenant une voix aiguë)

Youhou!


DANIEL

Mais qu'est-ce

que vous faites là?

Restez pas là. Venez-vous-en.


WILLIAM et COLIN suivent DANIEL dans le garage. DANIEL vérifie que son grand-père ne soit pas là, puis il se tourne vers ses deux amis.


DANIEL

Mais vous êtes fous!


WILLIAM

Non. On est folles.


COLIN

(Prenant une voix aiguë)

On s'ennuyait

de toi, mon chéri.


DANIEL

(Énervé)

Écoutez, vous pouvez pas

rester ici.

Si on vous reconnaît,

je suis fait, moi.


WILLIAM

(Faussement insulté)

On prend des risques.

On marche tout ça sous la pluie

pour se faire traiter

comme... comme...


COLIN

Des bonnes à rien.


WILLIAM

Ouais.

Je me demande s'il mérite qu'on

lui dise la bonne nouvelle.


COLIN

Ouais, je me demande.


DANIEL

OK, arrêtez

de niaiser, les gars.


COLIN

On demande poliment.


DANIEL

(Insistant)

S'il vous plaît,

mesdemoiselles.


WILLIAM

Hier, ta blonde a

dit à ma soeur...


DANIEL

(Coupant la parole à WILLIAM)

C'est pas ma blonde!


WILLIAM soupire.


WILLIAM

Hier, Avril a dit à ma soeur

que Gypsy avait rendu son

nouveau maître complètement fou.


DANIEL hausse les épaules sans comprendre les propos de WILLIAM.


DANIEL

Puis?


COLIN

Il l'a ramené au chenil.


DANIEL sourit. Son GRAND-PÈRE arrive dans le garage. DANIEL regarde ses amis d'un air paniqué.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

T'as pas perdu de temps

pour te faire des amies.


DANIEL rit d'un air forcé.


DANIEL

Wow! Euh...

Des copines de classe.

(Tapotant l'épaule de son grand-père)

Mon grand-père.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Vous habitez le quartier?


WILLIAM et COLIN répondent en même temps.


WILLIAM

Oui.


COLIN

Non.


GRAND-PÈRE dévisage COLIN et WILLIAM d'un air confus.


DANIEL

(Souriant à son grand-père)

Presque.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Invite tes amies à rentrer.

Chocolat chaud?


WILLIAM

(Souriant)

Oh, mais je dirais pas non.


COLIN acquiesce en souriant.


DANIEL

(Fermement)

Non, ce sera pas possible.

Parce que... Gertrude...

Gertrude, elle a son piano

dans moins d'une heure.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Gertrude?


WILLIAM

(Riant)

C'est moi.


DANIEL

Alors, ce sera vraiment

pas possible.

À bientôt, les filles.

On se revoit lundi.


DANIEL accompagne WILLIAM et COLIN vers la sortie du garage. Puis, il se tourne vers son GRAND-PÈRE.


DANIEL

Elles sont tellement timides.

C'est comme une maladie.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

(Souriant)

Elles n'ont aucune raison.

Elles sont très mignonnes.

Crois-moi.


Le GRAND-PÈRE s'en va. DANIEL regarde ses deux amis marcher dans la rue. Ils se retournent et DANIEL leur fait signe de s'en aller.


Au chenil, AVRIL essaye de nourrir GYPSY, qui est couché sur une couverture. Un bol de nourriture est à côté de lui.


AVRIL

Gypsy, il faut que tu manges.


GYPSY regarde AVRIL et gémit. AVRIL soupire et baisse la tête.


AVRIL

Moi aussi, je pense à lui.


Le lendemain, CLAIRE MARTIN rencontre de nouveau le conseil de la ville. NADINE et JULIE l'accompagnent. MARC aussi est présent.


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

Dans les varia,

à l'ordre du jour,

nous avons une nouvelle

requête de Madame Claire Martin.

Vous avez la parole.

Soyez brève, je vous prie.


CLAIRE se lève et approche du micro.


CLAIRE MARTIN

Je me présente ce soir dans

le but de déposer une pétition

signée par les citoyens

de notre ville

et dont l'énoncé a déjà

été communiqué

aux membres du conseil.

Ils découvriront avec

une certaine surprise,

ou du moins un certain intérêt

que nous avons recueilli

un total de 1335 signatures.


Une réaction de déception secoue l'assistance. CLAIRE MARTIN fronce les sourcils et met ses lunettes pour lire son papier.


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

Oh! Oh, pardonnez-moi.

Attendez. Mes yeux.

À mon âge, vous savez.

J'ai omis un zéro.

Oui, c'est ça.

Je voulais dire 13 350.


Les gens assistant au conseil applaudissent.


REPRÉSENTANT DE LA VILLE

(Sèchement)

Silence, s'il vous plaît!

Vous auriez dû commencer

par remettre les copies signées

au greffier pour vérification.


CLAIRE MARTIN

Oui, c'est juste,

mais nous avons cru

que vous seriez

agréablement surpris

qu'elles vous soient livrées

pendant le conseil.


CLAIRE va se rasseoir. JULIE se lève et va ouvrir la porte de la salle à AVRIL.


JULIE MARTIN

Allez.


Les chiens du refuge entrent dans la salle du conseil en aboyant. Certains transportent des paniers avec des documents. La foule réagit en s'exclamant et en riant. Les chiens vont s'asseoir devant le bureau du REPRÉSENTANT, qui les regarde avec surprise.


Pendant ce temps, WOLF erre encore sur un sentier boisé. Son poil est sale et mouillé.


Chez ses grands-parents, DANIEL aide son GRAND-PÈRE à jardiner. La voiture de MARC arrive. Il en descend, ainsi que WILLIAM, COLIN, AVRIL et GYPSY. Celui-ci court vers DANIEL en aboyant.


DANIEL

Gypsy!


DANIEL flatte GYPSY.


MARC

Salut, papa!


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Salut, Marc!


MARC et AVRIL passent près de DANIEL. AVRIL le regarde sans sourire. Le GRAND-PÈRE dévisage COLIN avec insistance.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

T'as pas une soeur

dans le quartier, toi?


COLIN

(Mal à l'aise)

Je pense pas.


La GRAND-MÈRE DE DANIEL sort dehors.


MARC

Salut, maman.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Allô.


MARC

C'est Avril. La petite-fille

de Claire Martin.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Oh, bonjour.

Viens.


AVRIL approche de la GRAND-MÈRE en souriant. MARC va voir DANIEL, qui caresse toujours GYPSY.


DANIEL

Bon chien. Bon chien.

Oui, bon chien.


MARC

Ça va?


DANIEL

Ça va.


MARC

Il est content de te voir.


DANIEL

Moi aussi.


MARC

Julie te le laisse

pour l'après-midi.


DANIEL acquiesce sans rien dire.


Dans la maison, AVRIL mange du sucre à la crème avec la GRAND-MÈRE DE DANIEL.


AVRIL

Il est bon.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Pas un mot à Daniel. C'est une

surprise pour le pique-nique.


AVRIL acquiesce. La GRAND-MÈRE DE DANIEL dépose une tarte sur la table, puis elle l'emballe.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Puis ça, c'est

pour ta grand-mère.


AVRIL

C'est vrai que vous étiez

dans la même classe?


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Je l'aimais beaucoup.

Tu lui diras que c'est

de la part de Broche-à-Foin.

(Riant)

C'est comme ça qu'on m'avait

surnommée à l'école.


AVRIL

(Riant)

Broche-à-Foin.


DANIEL entre dans la maison. AVRIL le dévisage.


DANIEL

(Pointant l'étage)

J'ai oublié quelque chose.


DANIEL s'arrête devant l'escalier. Il échange un long regard avec AVRIL GRAND-MÈRE prend la tarte.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Je vais la mettre

dans la voiture.


La GRAND-MÈRE DE DANIEL met un foulard et sort dehors.


DANIEL

On fait la paix?


AVRIL

Pourquoi?


DANIEL soupire, gêné.


DANIEL

Écoute...


DANIEL soupire à nouveau d'un air embarrassé.


DANIEL

C'était méga nul

d'ouvrir les cages.


AVRIL

Je t'en ai voulu à mort.

Sauf que...

Tante Nadine m'a aidé

à comprendre.


AVRIL approche de DANIEL.


DANIEL

Es-tu encore fâchée après moi?


AVRIL

Non. C'est fini.


DANIEL

Alors...

On fait la paix?


DANIEL tend la main à AVRIL.


AVRIL

C'est pas comme ça

qu'on fait la paix.


DANIEL

C'est comment?


AVRIL

Comme ça.


AVRIL embrasse rapidement DANIEL sur la bouche. Puis, elle sourit et sort de la maison. La GRAND-MÈRE DE DANIEL entre.


DANIEL

Grand-maman?

T'aurais pas fait

du sucre à la crème par hasard?


DANIEL sourit à sa grand-mère.


DANIEL est dehors avec WILLIAM et COLIN. MARC met une boîte à pique-nique dans la voiture du GRAND-PÈRE DE DANIEL.


MARC

Bon pique-nique, les gars.


COLIN

Merci, monsieur.


DANIEL

Avril, elle vient

pas avec nous?


MARC

Euh, non, non.

Sa mère a besoin d'elle.

Bon, bien...

Je vais revenir vous

chercher en fin d'après-midi.


DANIEL

Le père de Colin, il est allé

à l'hôtel de ville hier soir

Il paraît que ça a

super bien marché.


MARC

(Souriant)

Oh oui, c'était super.

L'aréna sera pas démoli.

Elle va même être rénovée.

Puis on va construire

le centre d'achat

à l'extérieur de la ville.


DANIEL

Je suis fier de toi, papa.


MARC sourit et serre DANIEL dans ses bras.


MARC

(Murmurant à l'oreille de DANIEL)

Moustachu moustacha,

bagui baguo bagua,

que caches-tu là?


MARC ferme les yeux en serrant DANIEL dans ses bras.


Les 3 garçons et GYPSY arrivent au parc avec les grands-parents de DANIEL. WILLIAM et COLIN déposent la glacière sur une table de pique-nique.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Les enfants,

on mange dans une heure.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Une heure. Pas plus.


Les 3 garçons s'éloignent avec GYPSY. DANIEL encourage GYPSY à monter sur une table de pique-nique.


DANIEL

Monte, monte,

monte, monte, monte.

Descends, descends. Oui!


GYPSY descend et court vers DANIEL.


DANIEL

Gypsy, viens ici, mon chien.

Bon chien.


Les 3 amis installent des branches de bois pour faire un parcours d'obstacles pour GYPSY.


WILLIAM

Pourquoi tu l'as appelé Gypsy?

C'est super nul comme nom.


DANIEL

C'est pas moi.

C'est la mère d'Avril.


WILLIAM

(Insistant)

Ouais... Pourquoi?


DANIEL

Mais parce que

le chien était errant.


WILLIAM

J'en reviens pas.

Avril, elle m'a souri ce matin.


DANIEL

Puis?


WILLIAM

Venant de ta blonde,

ça m'a surpris. C'est tout.


COLIN

Recommence pas, veux-tu?


WILLIAM

Quoi?


COLIN

Il va encore dire

que c'est pas sa blonde.


DANIEL sourit et hausse les épaules.


DANIEL

Bien, j'ai rien dit.


COLIN

Ça veut dire quoi

que t'as rien dit?


DANIEL

Avril et moi.

On s'est embrassés.


COLIN et WILLIAM ouvrent grand les yeux.


WILLIAM

Embrassés?

Comment?


DANIEL sourit.


WILLIAM

Pas un bec, là?

Embrassés embrassés?


DANIEL fait signe que oui.


WILLIAM

Sur les lèvres?


DANIEL

Sur les lèvres.


COLIN

Ça fait quoi?


DANIEL

C'est comme manger

du sucre à la crème.


COLIN se tourne vers WILLIAM sans comprendre.


Une fois le parcours installé, DANIEL s'entraîne avec GYPSY. WILLIAM et COLIN le regardent.


DANIEL

(Dirigeant GYPSY dans le parcours)

Tourne. Viens, viens, viens.

Saute, saute, saute.

Saute, saute.

Viens. Reviens. Reviens.

Saute. Saute. Saute. Saute.

Saute. Saute. Autour.

Autour. Viens, viens.


GYPSY réussit à sauter par-dessus tous les obstacles. WILLIAM et COLIN sourient. Puis, COLIN se tourne vers WILLIAM.


COLIN

C'est quoi cette histoire-là

de sucre à la crème?


WILLIAM

(Perplexe)

Fouille-moi.


WILLIAM grimace en haussant les épaules.


Pendant ce temps, les grands-parents de DANIEL installent le pique-nique.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

On devrait les appeler.


GRAND-MÈRE DE DANIEL

Oh, laisse-les s'amuser

encore un peu.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Je commence à avoir faim, moi.


DANIEL fait jouer GYPSY avec une balle. Puis, les garçons se lancent la balle et GYPSY court parmi eux.


DANIEL

Viens là.


WILLIAM

Ici. Viens ici. Voilà.


DANIEL

Allez, viens là. Ouais, Gypsy.


Une mouffette sort d'un buisson. GYPSY la regarde un instant, puis fonce vers elle. Les garçons essayent d'appeler GYPSY et ils courent derrière lui.


DANIEL

Gypsy! Non, non, non!


GYPSY aboie en suivant la mouffette.


DANIEL

Gypsy, non!

Non, Gypsy!

Viens ici, mon chien.


GYSPSY suit la mouffette derrière une clôture que les garçons ne peuvent pas traverser.


DANIEL

Gypsy! Gypsy!

Gypsy! Gypsy!


GYPSY aboie en s'approchant de la mouffette.


DANIEL

Gypsy!

Va pas là!


GYPSY suit la mouffette qui entre dans une boîte de carton qui traîne.


Pendant ce temps, le GRAND-PÈRE DE DANIEL s'impatiente.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Je vais aller les chercher.

Il faut bien qu'ils mangent,

ces enfants-là.


Le GRAND-PÈRE DE DANIEL marche vers les garçons.


GRAND-PÈRE DE DANIEL

Daniel!


GYPSY court vers le GRAND-PÈRE, qui s'accroupit au sol en ouvrant grand les bras.


DANIEL

Touches-y pas, grand-papa!

Touches-y pas!


GYPSY saute dans les bras du GRAND-PÈRE. Celui-ci grimace en sentant GYPSY. DANIEL soupire.


Plus tard, au chenil, JULIE et AVRIL donnent un bain au jus de tomates à GYPSY. DANIEL, WILLIAM et COLIN observent.


JULIE MARTIN

Bon chien.

(S'adressant à WILLIAM)

J'avais le shampooing

qu'il faut, tu sais.


WILLIAM

Mais ma mère dit que

c'est la meilleure façon

pour enlever la senteur.

Je peux vous dire qu'elle

s'y connaît en senteur.


COLIN et DANIEL rient. JULIE rince GYPSY avec de l'eau. GYPSY se secoue et arrose JULIE, AVRIL et DANIEL, qui éclatent de rire.


JULIE MARTIN

Avril, passe-moi la serviette.


AVRIL

Maintenant, il sent la tomate.


DANIEL approche de la fenêtre pour regarder dehors. Il voit WOLF LE BARZOÏ qui attend dans l'enclos extérieur. Il sort et s'approche de lui. AVRIL sort et suit DANIEL, mais JULIE la retient.


JULIE MARTIN

Attends.


JULIE, AVRIL, WILLIAM et COLIN observent DANIEL s'approcher de WOLF. Celui-ci est couvert de boue. Il gémit en regardant DANIEL. Puis, il aboie et court dans l'enclos. Il saute par-dessus un obstacle et court vers JULIE. JULIE rit en le caressant.


Le spectacle des Superdogs se donne à l'aréna. HERB WILLIAMS présente les chiens.


HERB WILLIAMS

Twist, Trésor, Hamlet,

Chaos, Banjo.

Banjo,

Otto...


Dans la foule se trouvent NADINE, CLAIRE et la GRAND-MÈRE DE DANIEL.


CLAIRE MARTIN

(Souriant)

C'est magnifique.


La foule applaudit. D'autres chiens entrent sur scène.


HERB WILLIAMS

Spirit, Leo, Bella,

Cache-Oreille, Teck, Cutter,

Cruiser, Slick,

Andy, Olliver, Teegan,

Moab, et... Churchill.


Les spectateurs rient en voyant CHURCHILL LE BOULEDOGUE arriver.


HERB WILLIAMS

Applaudissons-les bien fort.

Ce sont les Superdogs!


La foule s'exclame et applaudit. Les chiens commencent le parcours. MARC est dans l'estrade avec WILLIAM et COLIN. AVRIL et DANIEL sont en coulisse avec GYPSY.


HERB WILLIAMS

Et maintenant, la grande finale,

le défi extrême.

Pour l'équipe des bleus, Otto!


La foule applaudit.


HERB WILLIAMS

Et pour l'équipe

des rouges, Teegan.


Un coup de sifflet est donné et un chien de chaque équipe se lance dans le parcours pour faire la course.


HERB WILLIAMS

Une victoire pour les bleus.

Et maintenant, Trésor et Cutter.

Trésor gagne pour les rouges.


En coulisse, GYPSY gémit en regardant DANIEL.


HERB WILLIAMS

Teck contre Léo.


DANIEL se penche vers GYPSY et lui caresse la tête.


DANIEL

Écoute, je sais que

tu veux le faire aussi,

mais t'es pas prêt.

Peut-être au prochain.


HERB WILLIAMS

Léo l'emporte pour les bleus.


La foule applaudit. HERB présente les prochains concurrents.


HERB WILLIAMS

C'est Cache-Oreille

face à Bella.


Un petit chien et un gros chien s'affrontent dans la course.


HERB WILLIAMS

On dirait David contre Goliath!


En coulisse, AVRIL va voir le partenaire de HERB. Elle lui glisse quelque chose à l'oreille. Sur la scène, JULIE encourage le chien de son équipe, les rouges.


HERB WILLIAMS

Oh! Bella fait

un petit détour.

Et Cache-Oreille vole

la victoire pour les rouges.

(Présentant les prochains chiens)

Ryder se mesure à Twist.

Ils sont au coude à coude.

Allez, encourageons-les.

Et c'est Twist qui l'emporte

pour les bleus.


La foule applaudit.


HERB WILLIAMS

Mesdames et messieurs,

la lutte est très chaude.

Le camp bleu a

maintenant trois points.

Et il y en a deux

du côté du camp rouge.


La foule crie et applaudit. Le coéquipier d'HERB s'approche de lui et lui parle tout bas.


COÉQUIPIER D'HERB WILLIAMS

Il y a un chien

qui vient d'être rajouté.

L'équipe des rouges a pas fait

la dernière course.


HERB WILLIAMS

(S'adressant à la foule)

Tiens, écoutez, les rouges.

Voudriez-vous une chance

d'égaliser la marque?


La foule crie. MARC crie aussi pour encourager les rouges.


HERB WILLIAMS

Eh bien, c'est d'accord.

Allons-y.

C'est la course

de la dernière chance.

Alors, sur le podium

pour les bleus, voici Angus.

Et le chien qui courra contre

Angus est une surprise

puisqu'il commence

les Superdogs,

un chien nommé Gypsy.


En coulisse, DANIEL ouvre grand les yeux et regarde AVRIL. Dans les estrades, MARC regarde WILLIAM et COLIN d'un air étonné.


MARC

Ah bien?


JULIE va chercher DANIEL et GYPSY en coulisses.


JULIE MARTIN

Daniel, tu peux venir ici?


DANIEL approche avec GYPSY, qui saute sur la plateforme de départ.


HERB WILLIAMS

Et il fait également

ses premiers pas

avec l'équipe des Superdogs,

veuillez tous

l'accueillir, Daniel!


La foule applaudit. AVRIL sourit à DANIEL, qui revêt un chandail de l'équipe des rouges. Il s'approche de GYPSY et le regarde dans les yeux.


DANIEL

Gypsy! Gypsy! Gypsy!

Aide-moi.


JULIE retient GYPSY, qui aboie en voyant DANIEL s'éloigner vers le parcours. HERB donne un coup de sifflet. JULIE lâche GYPSY, qui fonce vers DANIEL, qui le guide dans le parcours. Dans les estrades, MARC, WILLIAM, COLIN et la famille MARTIN encouragent DANIEL et GYPSY.


MARC

(Criant)

OK!

T'es capable!


WILLIAM

(Criant)

Envoye, vas-y!


GYPSY termine la course devant son adversaire. WILLIAM et COLIN sautent de joie dans les estrades. Sur la scène, JULIE crie de joie. La foule applaudit. DANIEL va serrer JULIE dans ses bras et AVRIL se joint à eux.


HERB WILLIAMS

C'est donc 3 pour les rouges

et 3 pour les bleus.

Tout le monde gagne

avec les Superdogs.


MARC regarde DANIEL avec fierté. DANIEL prend GYPSY dans ses bras et il salue la foule.


DANIEL

(S'adressant à GYPSY)

Écoute, c'est pour toi!


DANIEL montre GYPSY à la foule qui continue d'applaudir. AVRIL approche en souriant.


Générique de fermeture


AUDREY DEMONTIGNY (Narratrice)

(Chantant)

♪ Qui sait pourquoi la vie

nous fait tourner en rond ♪

♪ Qui sait pourquoi ta vie

te fait attendre autant ♪

♪ Quel hasard tout d'un coup ♪

♪ Voilà un petit rien

qui change tout ♪

♪ Allez on y va ♪

♪ Tente ta chance ♪

♪ La voilà la voilà ♪

♪ Il faut que tu te lances ♪

♪ On y va Daniel

allez lance-toi ♪

♪ Tu verras tu verras ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ Qui peut prévoir la vie ♪

♪ Elle change à chaque instant ♪

♪ L'amour est une surprise

qui croise les chemins de ta vie ♪

♪ En dépit de tout

les hauts les bas ♪

♪ À chaque pas oui j'ai senti

que t'étais toujours là ♪

♪ Allez on y va

tente ta chance ♪

♪ La voilà la voilà ♪

♪ Il faut que tu te lances ♪

♪ On y va Daniel

allez lance-toi ♪

♪ Tu verras, tu verras ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ Allez on y va

tente ta chance ♪

♪ La voilà la voilà ♪

♪ Il faut que tu te lances ♪

♪ On y va Daniel

allez lance-toi ♪

♪ Tu verras, tu verras ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪

♪ La vie n'attend que toi ♪


Films

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Cinéma
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par