Image univers Conseils de famille Image univers Conseils de famille

Conseils de famille

Constituée d´une série de vignettes humoristiques, Conseils de famille met en scène le choc des générations et des personnalités des membres de la famille Blondin-Dupuis, et les tensions exacerbées par le fait qu´ils habitent le même duplex. L´univers pivote autour de Clovis (13 ans), qui nous explique comment survivre à sa famille! A travers son regard, nous rencontrons une galerie de personnages à la croisée des chemins et confrontés aux crises existentielles propres à leur âge: son père Yv...

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

L'argent

Yves s’est fait un tour de rein et ne pourra pas travailler de la semaine, ce qui met un stress financier sur toute la famille. Clovis goute à cette nouvelle réalité économique et à la politique d´austérité mise en place par Yves et Vicky. Sophie et Alexandra devront trouver une façon de payer leur loyer du mois. . Alexandra trouve une astuce pour trouver de l’argent : faire croire à sa famille qu’elle veut parrainer un nouvel arrivant. Vicky semble épargnée par l’austérité budgétaire familiale.



Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Dans cette série, CLOVIS commente les différentes situations de sa vie sur son vlogue, depuis sa chambre.


YVES descend une génératrice au sous-sol. VICKY, qui est devant lui, le dirige dans l’escalier.


VICKY

Ça va bien, tu vas bien.

Fais attention

à ta droite, à ta droite.


YVES

C’est beau, merci. C’est beau,

je l’ai, Vicky. Je l’ai.


VICKY

Ça va bien...


YVES

Tasse-toi, je m’en vais là.


[CLOVIS:] [Narrateur:]

Mon père a décidé

de prendre une couple

de semaines de congé.

C’est pas lui qui a décidé...


YVES dépose la génératrice sur le plancher en poussant un cri.


VICKY

Non! L’as-tu brisé?


YVES

Non, c’est mon dos. Ah!


VICKY

Oh, ton dos! Oh, ça fait mal!

Oh, ça fait mal, ça fait mal.

Je vais t’aider.


YVES

Aide-moi, là! Amène-moi...


VICKY

Je mets ça ici, derrière toi.

Il y a un banc derrière toi.

Vas-y. Je suis derrière toi.

Ça fait mal, je le sais.


YVES fléchit les genoux pour s’asseoir, puis se ravise aussitôt.


YVES

Non. Non! Pas capable.


VICKY

Ça fait mal? Ça te fait mal?

Ça te fait trop mal?

Ça fait mal. Ça fait mal.

Oh!


YVES, plié en deux à cause de la douleur, passe près de se heurter la tête sur la table. VICKY lui met un casque de protection.


VICKY

Ça, ça va te protéger.

Ça va bien. Ça va mieux!

Je suis bien fière.


Depuis sa chambre, CLOVIS commente sur son vlogue.


CLOVIS

Donc après avoir dépensé 1000 $

pour une génératrice...

Mon père a brisé notre seule

imprimante à argent. Lui.

Moi, j’ai 13 ans.

L’argent, c’est pas

une grosse préoccupation.

Tant que mon père en a.

Mais justement, les adultes

capotent tellement sur l’argent.

L’argent, pour les adultes,

c’est comme... c’est

comme du papier toilette.

Oui, parce que quand tu n’en as

plus, t’es dans la merde.


YVES

Clovis!


Début chanson thème


VOIX MASCULINE

♪ Come on, viens décoller,

on va monter haut ♪

♪ Il y a qu’une vie à vivre,

il faut la "rider" ♪

♪ C’est la vie, ah ouais ♪

♪ Nous voguerons

malgré les bas et les hauts ♪

♪ Et viva la vida loca,

oh yeah ♪

♪ Dit le bon capitaine

à ses matelots ♪

♪ Baby, boom, boom, boom ♪


Fin chanson thème


Titre :
Conseils de famille


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Depuis son accident, j’ai constaté

un changement chez mon père.

À part de marcher

comme un androïde, là.


CLOVIS est assis dans le salon et regarde la télévision. YVES vient le rejoindre. Il porte un corset pour ses douleurs au dos.


YVES

Qu’est-ce que tu fais?


CLOVIS

Je viens de louer

le dernier James Bond.


YVES

Ah oui? Combien, ça?


CLOVIS

6,99 $ en HD.


YVES

Eille! C’est vraiment

nécessaire en HD?

Tu sais, Daniel Craig,

si on le voit comme il faut,

on voit qu’il n’est plus

jeune, jeune.


CLOVIS

OK, je vais prendre standard.


YVES

Ç’a l’air que le meilleur,

c’était vraiment

Casino Royale.


CLOVIS

Casino Royale?

Daniel Craig

était bon là-dedans?


YVES

Non, moi, je te parle

Casino Royale, l’original.

Oui, celui sorti, je pense,

en 54, avec Sean Connery.


CLOVIS

Ils ont pas ça, papa.


YVES

Je pense que je l’ai

en VHS, moi.


ALEXANDRA arrive à ce moment.


ALEXANDRA

Papa, as-tu 20 $?


YVES

Oui. Pourquoi?


ALEXANDRA

Pourquoi pourquoi?


YVES

Eh bien, pour rien...

En fait, oui. C’est pourquoi?


ALEXANDRA

C’est pour mes tampons.

Parce que je suis

au début de mes règles.

J’ai un flot plus abondant...


YVES

Oui, OK. C’est beau.


YVES donne de l’argent à ALEXANDRA qui s’en va aussitôt en narguant quelque peu CLOVIS.


CLOVIS

Mais papa!


YVES

Clovis, l’argent, là,

c’est comme ce qui passe dans

les tuyaux de la salle de bain.

Autant que possible,

t’en parles jamais.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Je suis pas le seul

à avoir remarqué que quelque

chose clochait chez mon père.

Sophie aussi.


Plus tard, SOPHIE et YVES sont dans le salon et discutent.


YVES

Pourquoi Netflix?

Je veux dire, il y a des bonnes

choses à la télé aussi, là.

Est-ce qu’on a besoin de ça?


SOPHIE

Bien, là!


YVES

On pourrait jouer au Scrabble!


SOPHIE

Regarde, je comprends.

Le bonheur de ta fille vaut pas

8 $ par mois puis c’est correct.


YVES

Non, c’est pas ça.


SOPHIE

C’est correct.


YVES

Sophie, dis pas ça.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Même Vicky avait remarqué

que mon père était serré.

Puis, je parle pas

juste de son corset.


Plus tard, lors d’un repas en famille, YVES lit un article dans une revue et le comment. ALEXANDRA, CLOVIS, SOPHIE et VICKY, assis à table, ne réagissent pas à ses propos.


YVES

Ç’a l’air que le Québécois

moyen est de plus en plus

en difficulté financière.

Eille. Quand même, hein?

C’est nous autres,

le Québécois moyen.

Bon, il y a de l’inflation

dans le coton en plus.

Eh boy! Je te dis!


YVES touche le chandail qu’il porte.


YVES

Eille, c’est en coton, ça!

Non, non, mais ç’a l’air

de rien, mais...

Quoi? Il y a 300 $

de coton autour de la table.


SOPHIE, ALEXANDRA, CLOVIS et VICKY échangent des regards qui témoignent de leur malaise.


CLOVIS

Eille, papa, me passerais-tu

le beurre, s’il te plaît?


YVES

Je te dis que ce n’est

plus donné, le beurre.


CLOVIS

Parce que c’est à quelle époque

qu’on donnait le beurre?


YVES

Bien...


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Remarquez, le problème ne devait

pas être si grave que ça.

Parce que si c’était grave, on

aurait sûrement déjà eu un...


VICKY est dans le salon et frappe avec une cuiller de bois sur un chaudron.


VICKY

Conseil de famille!

Conseil de famille!

Conseil de famille!

Conseil de...


CLOVIS vient rejoindre les autres membres de la famille. Il saute sur le divan où est assis VICKY.


VICKY

Tes pieds.

Oui, conseil de famille parce

qu’on va pas se le cacher,

avec votre père qui

est blessé au bas du corps,

et considérant les dépenses

qu’on a, l’heure est grave.

Donc, à partir de maintenant,

le mot d’ordre, c’est couper.

Sophie!

Et les autres mots d’ordre,

c’est simplicité volontaire

et involontaire.


SOPHIE

Le plus de chips, c’est

volontaire ou involontaire?


VICKY

Volontaire.


SOPHIE

C’est ce qui me raccrochait

à la vie, mais c’est pas grave.


VICKY

Il faut couper

dans le superflu.


ALEXANDRA

Puis toi, est-ce que tu vas

couper dans Pitou chéri?


CLOVIS

(Commentant dans sa tête)

Vicky pense

que si on n’a plus d’argent,

elle ne pourra plus

jamais en faire.


VICKY

Mais c’est sûr que ça coûte

cher une business, Clovis.

Mais il y a

une règle d’or en finance.

Si tu veux faire de l’argent, il

faut commencer par en dépenser.

Si t’es pas prêt à

investir dans ta business,

t’es aussi bien

d’attendre la fin du monde.


CLOVIS

Pourquoi tu dis ça à moi?


VICKY

Je t’entendais penser.


YVES

Diane, elle est pas là

aujourd’hui?


ALEXANDRA

Elle est où? Madame vit sur

notre bras. Elle paye rien.


VICKY

Ma mère est partie faire

une retraite fermée.


YVES

Ah oui? Ils l’ont enfermée?


VICKY

Non, ils l’ont pas enfermée.

Elle est partie faire

une retraite fermée.

Elle fait vœu de silence

pour une semaine.

Puis je peux quand même pas

demander une pension à ma mère

pour les quelques semaines qui

lui restent à vivre avec nous.


TOUS

47 jours.


YVES

Quarante... Oui.


VICKY

Ce qui nous emmène

à un point crucial

de notre conseil de famille:

les loyers en retard.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Mes deux sœurs vivent

aux crochets de la société.

Puis quand je dis "société",

je veux dire mon père.


SOPHIE

(S’adressant à ALEXANDRA)

Pleinement conscientes

qu’on a quoi? Un, deux...?


VICKY

Trois!


SOPHIE

Trois mois de loyer en retard.


ALEXANDRA

On a décidé

de faire notre part.


YVES

En payant votre loyer. Bravo!


ALEXANDRA

Non.


SOPHIE

Je suis pas sûre que c’est le

meilleur moment de parler de ça.


ALEXANDRA

Bien, oui, justement.

Vous pensez

qu’on a de gros problèmes.

C’est rien comparé à quelqu’un

qui vit dans un pays pauvre

avec pas de toit, avec pas

de toilette, avec pas d’eau!


SOPHIE

Avec pas de chips.


ALEXANDRA

Oui!

Pour montrer qu’on n’est pas

des gens égoïstes,

on a décidé de parrainer...


SOPHIE ET ALEXANDRA

Un étudiant haïtien!


YVES

Quoi?


ALEXANDRA

Il s’appelle Jean-Max.

Il arrive demain.


VICKY

Hein? Non! Demain?


YVES

Woh, woh! Attends un peu.


VICKY

Où est-ce qu’on va le mettre?


ALEXANDRA

En haut, il y a une chambre.


SOPHIE

On a une chambre de trop.


VICKY

Il va habiter en haut?


YVES

Si je comprends bien, en plus

de pas payer votre loyer,

on va héberger un immigrant?


SOPHIE

La plus grande richesse,

c’est celle du cœur, papa.


ALEXANDRA

Oui, puis Jean-Max est

vraiment beau comme un cœur.


SOPHIE

Moi, je dis:

"Aidons les réfugiés."


VICKY

Est-ce que c’est

un étudiant ou un réfugié?


SOPHIE

J’aime mieux dire "réfugié".

Ça fait plus dramatique.


ALEXANDRA

Il étudie à la Polytechnique.

Il a pas d’argent,

mais à un moment donné,

il va avoir des bourses,

puis il va payer une pension.


SOPHIE

Oui. Puis comme

tu dis souvent, Vicky,

c’est un investissement.


VICKY

Ah.

(S’adressant à YVES)

Et on fait quoi?


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Moi, quand je vais être adulte,

il va falloir me payer cher

pour que je me comporte comme

un gars qui a pas d’argent.

(Se touchant le bas du dos)

"Ayoye! Ayoye!

Je m’appelle Yves!

J’ai mal dans le dos! Ayoye!

Puis j’ai pas d’argent!"


Plus tard, YVES et VICKY discutent en entrant dans leur chambre, avant de se mettre au lit.


VICKY

Il faudrait que t’apprennes à

dire non à tes filles des fois.


YVES

Oui.


VICKY

T’es pas la banque mondiale.


YVES

Je sais.


YVES retire son corset.


VICKY

C’est pas compliqué.

Tu dis: "Non."

Tu dis: "Non." Tu mets ton pied

à terre, puis tu dis: "Non."

Ça fera.


YVES

Une chance que je t’ai.


VICKY touche l’épaule d’YVES qui se plaint de douleur.


VICKY

J’ai décidé

de donner un grand coup.

L’argent va rentrer.


YVES

Un grand coup?


Le lendemain, YVES est dans sa chambre et se pratique à dire non, comme le lui a recommandé VICKY.


YVES

Là, c’est non, là.

Puis non, c’est non.

Je pose mon pied à terre.

Là, je pose mon pied à terre.

Je pose mon pied à terre, moi.

Non, il faut plus...

Là, je pose mon pied à terre.


ALEXANDRA, qui habite au-dessus, descend l’escalier et entre dans la maison.


ALEXANDRA

Papa, quand t’auras fini

de poser ton pied par terre,

j’aimerais ça

te présenter quelqu’un.

Tout le monde!


ALEXANDRA est avec JEAN-MAX. VICKY vient à leur rencontre.


VICKY

Allô, allô! Enchantée.


ALEXANDRA

C’est Jean-Max.


JEAN-MAX

Bonjour à vous.

Merci de m’accueillir chez vous.


CLOVIS

Salut! Moi, c’est Clovis.

RoboCop, ici,

c’est mon père, Yves.

Et ça, c’est ma belle-mère.


VICKY

Ça nous fait plaisir

de t’accueillir chez nous.

C’est notre façon

à nous d’être une ONG.


YVES

Oui, puis comme une ONG,

on n’a pas une cent. Ha! Ha! Ha!


YVES serre la main de JEAN-MAX.


JEAN-MAX

Mon arrivée tombe donc à point.


ALEXANDRA

OK. On va y aller, nous.


YVES

Oui.

C’est tiguidou.


YVES continue de serrer la main de JEAN-MAX.


JEAN-MAX

(Mal à l’aise)

Oui.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Je me suis rendu

compte que mon père utilise

le mot "tiguidou"

quand il est pas content.

(Imitant son père)

"C’est tiguidou. Tiguidou!

C’est tiguidou, ça. Tiguidou."


ALEXANDRA et JEAN-MAX s’apprêtent à monter à l’étage.


YVES

Puis, t’as quel âge, Jean-Marc?


ALEXANDRA

Jean-Max.

Mais là, on va y aller.


JEAN-MAX

J’ai 24 ans, monsieur.


YVES

24 ans. Eille,

c’est tiguidou, ça.

Tu vas vivre en haut

avec mes deux filles.

C’est tiguidou en tiguidou.


ALEXANDRA

(Entraînant JEAN-MAX)

Je vais te faire visiter.


YVES

Et t’étudies en?


JEAN-MAX

En génie électrique.


YVES

Voyons donc!

Un électricien, en plus?

Eille, c’est tiguidou.


JEAN-MAX

J’ai vu votre camion.

Vous êtes plombier?


YVES

En plein ça, oui.


JEAN-MAX

Oh.


YVES

Un plombier

qui héberge un électricien.


JEAN-MAX

Oui. Le plombier en bas,

l’électricien au-dessus. Cool.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

La volonté de mon père,

puis de Vicky pour économiser

était spectaculaire.

(Chantonnant)

♪ Spectaculaire ♪


Après avoir fait l’épicerie, YVES consulte la facture.


YVES

Eille, avec tous

ces spéciaux-là,

j’ai économisé 93 $.


CLOVIS prend un pot de yogourt sur le comptoir.


CLOVIS

On est quel jour?


YVES

Il est légèrement expiré.

Mais c’est pas grave, ça.

De toute façon,

le yogourt, c’est vivant.


CLOVIS

Il faudrait pas

qu’il devienne vivant

au point que les végétariens

veuillent pas le manger.


CLOVIS prend un pot de sauce et lit l’étiquette dans une langue étrangère.


YVES

Oui, ça veut dire

"vraiment pas cher" en coréen.


Plus tard, CLOVIS est dans sa chambre et tape les mots suivants dans un moteur de recherche.


CLOVIS

"Vraiment pas cher"

en coréen.

(Consultant les résultats)

Quoi?

Papa, t’avais raison!


CLOVIS sort de sa chambre.


CLOVIS

"Vraiment pas cher"

en coréen, c’est...


CLOVIS répète les mots en langue étrangère.


De leur côté, JEAN-MAX et ALEXANDRA sont assis à la table de la cuisine de leur appartement. JEAN-MAX compte ses billets de banque.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Petit suivi

sur la filière haïtienne.

Jean-Max a l’air vraiment cool.

Je suis content pour lui.

Il est tombé sur du bon monde.


JEAN-MAX

Donc, on avait dit 300 $

par mois. C’est ça?


ALEXANDRA

Oui. C’est juste que ça,

ça comprend pas le câble.

Ni l’Hydro.


JEAN-MAX

OK.


ALEXANDRA

Ni l’internet, ni le laitier.


JEAN-MAX

Le laitier?


ALEXANDRA

Oui, c’est ça le charme des

vieux quartiers de Montréal.


JEAN-MAX

Ça va coûter combien en tout?


ALEXANDRA

425.

Mais quand tu y penses,

c’est vraiment donné

pour un 4 et demi situé à 20 minutes

d’un bus qui t’amène proche

d’une station de métro qui

t’amène proche du centre-ville.


JEAN-MAX

(Négociant)

350?


ALEXANDRA

Deal.


JEAN-MAX

"Tiguido!"


ALEXANDRA

Non, c’est tiguidou,

mais dis pas ça, s’il te plaît.


JEAN-MAX

Tiguidou.


YVES entre dans l’appartement à ce moment.


YVES

Allô!

C’est moi.

Je vous dérange pas?


ALEXANDRA range les billets.


ALEXANDRA

Non, non, c’est tiguidou.


YVES

(S’adressant à JEAN-MAX)

Ah, Pierre-Marc.

C’est justement toi

que je voulais voir

parce que tu sais, l’hiver, ici,

c’est pas chaud, comme on dit.

Je pensais à ça,

puis je me disais:

"Il me semble que ça te

prendrait un bon

jacket."


JEAN-MAX

Jacket?


YVES

Oui, un jacket.

Un manteau, mais pour gars, là.


YVES donne à JEAN-MAX un manteau à l’effigie de sa compagnie, c’est-à-dire : « Plomberie Yves Blondin ».


YVES

Tiens. On va l’essayer.

Parfait, ça.


JEAN-MAX

Merci.


ALEXANDRA

(Sarcastique)

C’est beau.


YVES ET JEAN-MAX

Oui.


YVES

(S’adressant à JEAN-MAX)

C’est ça, là.

Il ne te reste plus qu’à aller

visiter la ville avec ça.

Si jamais on te pose

des questions,

j’ai mis des cartes d’affaires

dans les poches.

Bye.


ALEXANDRA

Bye.


Au moment de se coucher, VICKY rejoint YVES qui est assis sur le lit. VICKY consulte son cellulaire.


VICKY

Écoute ça!

Écoute ça! Écoute ça!

"Nous serions honorés d’avoir

Pitou chéri comme exposant."

C’est flatteur, hein?


YVES

Oui.

J’imagine qu’ils

disent pas ça à tout le monde.


VICKY

J’en avais jamais

entendu parler,

mais ç’a l’air

d’une méga expo canine.

Puis comme ils veulent

absolument m’avoir,

ils m’offrent un kiosque

à 500 $ au lieu de 525 $.


YVES se plaint de douleur.


VICKY

Oui, oui, je m’occupe de toi.

Eille, 500 $, chéri.

500 $, c’est donné.

C’est sûr qu’à ce prix-là,

j’ai un espace à peu près grand

comme une garde-robe

de schtroumpf

puis je suis perdue au milieu

d’autres

losers.


VICKY se met derrière YVES et lui applique de la crème dans le dos pour le soulager.


YVES

OK.


VICKY

Ça fait que c’est là

que j’ai vu qu’on pouvait

louer une péninsule.

Imagines-tu? Une péninsule!


YVES

Comb... C’est combien?


VICKY

1050 $.


YVES

OK.

Donc, l’espace normal, c’est

quand même la moitié moins cher.


VICKY

Exactement. Mais tu sais

ce que je dis tout le temps.

Si tu forces à moitié,

t’arrives à rien.

Puis là, on va forcer fort,

puis on va gagner le gros lot.

C’est quand même le fun

que cette expo-là arrive

juste au moment

où on a besoin d’argent.


De son côté, ALEXANDRA rejoint SOPHIE dans le salon de leur appartement.


SOPHIE

Pourquoi t’as dit qu’il payait

pas de loyer, Jean-Max?


ALEXANDRA

Pose pas de questions si t’es

pas prête à entendre la réponse.


SOPHIE

Quoi? Tu gardes pas

l’argent pour toi!


ALEXANDRA

C’est temporaire.


SOPHIE

Une de nous deux devrait

se sentir mal en ce moment.


ALEXANDRA

Moi, j’ai pas le temps

de me sentir mal!


SOPHIE

C’est beau.

Je vais le faire d’abord.

Il faudrait peut-être

se trouver une job.


ALEXANDRA

Justement, hier, j’ai vu une

annonce pour devenir serveuse.

Puis je me suis dit que je

devrais tellement postuler.

C’est sûr que je l’aurais.

Je travaillerais

super dur tous les jours.

Je prendrais le plus

d’heures possible.

J’arrêterais de dépenser.

Puis tout l’argent que je

ferais, je le donnerais à papa.


SOPHIE

C’est une bonne idée.

Tu devrais appliquer.


ALEXANDRA

Non! Juste d’y avoir pensé,

je me trouve bonne!

(Riant)

Bye!


YVES et VICKY sont dans la salle de bains et se préparent à se mettre au lit. VICKY applique de la crème sur son visage, pendant qu’YVES se brosse les dents.


YVES

(Crachant son dentifrice)

80 $?

Ah oui? Pour un pot

gros comme un 25 cents?


VICKY

Oui. Puis,

il ne m’en reste plus. Quoi?


YVES

Ta... T’as juste

à en racheter un autre.

Mais "ta" n’en as plus

dans le gros pot?

Il me semble

qu’il était plein.


VICKY

Non! Ça, c’est de la crème de

jour, puis ça, la crème de nuit.

C’est pas du tout pareil.


YVES

Pourquoi?


VICKY

Bien, parce que la crème de

jour, elle travaille le jour,

puis la crème de nuit,

elle travaille la nuit.


YVES

Ah OK.

C’est comme un peu

les agents de sécurité.

Il y a une rotation.


VICKY

Si tu veux.


YVES

Puis, la crème,

elle sait que c’est la nuit?

Ce que je veux dire, c’est que

les crèmes savent lire l’heure?

Je demande ça de même.

Je vais aller lécher le fond.


CLOVIS s’adresse au public de l’émission pendant que l’adresse internet suivante apparaît : survivreasafamille.com


CLOVIS

Vous avez besoin de conseils

pour survivre à votre famille?

Suivez-moi.


Le lendemain, VICKY et YVES sont dans le sous-sol. YVES parle au téléphone.


YVES

Bon, super, ça.

Puis tes matantes, eux autres,

comment est-ce qu’elles vont?

Oui? Ah oui, hein? OK.

Puis, ton voisin,

je me demandais ça.

Oui, mais son chien, lui?

Comment est-ce qu’il va?

T’as pas de nouvelles? Si jamais

t’apprends quelque chose...


VICKY

T’étais pas supposé économiser

ces minutes de cellulaire?


YVES

Oui, justement, mais

j’ai appelé mon fournisseur.

Savais-tu que les minutes qu’on

n’utilise pas, on les perd?

Pas question que je laisse mes

minutes libres à ces bandits-là.

Veux-tu appeler quelqu’un?

La fin du mois approche.


VICKY reçoit une alarme sur son cellulaire. Elle écoute le message.


VICKY

C’est le salon canin.

Ils veulent savoir

si j’ai besoin d’assistance.

Pourrais-tu me reconduire?

C’est juste à Laval.


YVES

Pas sûr que

je vais être capable.

Je vais appeler

ta mère à la place.


VICKY

Non, appelle pas ma mère.

Elle fait vœu de silence.


YVES

Ça me va faire du bien de ne

pas l’entendre deux minutes.


Plus tard, SOPHIE prend un pot de yogourt dans le réfrigérateur et l’ouvre.


SOPHIE

Oh ouache!


SOPHIE s’apprête à jeter le pot, quand YVES intervient.


YVES

Eille! Qu’est-ce que tu fais?


SOPHIE

Il y a du vert dessus, papa.

Il n’est plus bon.


YVES

Attends un peu. Montre-moi ça.

C’est peut-être

un yogourt à la salade.

(Regardant à l’intérieur)

Oui, OK. Il y a

un peu de vert, mais regarde.

Tu l’enlèves, comme ça.


YVES jette la couche verte à la surface du yogourt.


YVES

(Prenant une bouchée)

C’est encore très bon, ça, là.


SOPHIE

Puis?


YVES

(Mentant)

Délicieux.


YVES rejoint ensuite VICKY dans le sous-sol.


YVES

(Commentant ce qu’elle porte)

C’est très beau.


VICKY

Merci.

Je sais qu’on n’est pas censé

s’acheter du nouveau linge,

mais je peux pas attirer

du monde sur ma péninsule

si j’ai pas l’air d’une pro.

C’était pratiquement donné.

J’avais 15 % de rabais

si je prenais

la carte de crédit du magasin,

puis un 10 % supplémentaire si

j’achetais pour 300 $ et plus.

Ça fait que j’investis

en faisant des économies.


YVES

Ah oui? On a les moyens

d’économiser autant?


VICKY

Hum-hum.


YVES aide VICKY à plier des vêtements. Il prend une paire de sous-vêtements roses affriolants qu’il fait tourner au bout de son doigt.


YVES

Comment ça se fait

que j’ai jamais vu ça, moi?


VICKY

C’est à Alex.


YVES se débarrasse des sous-vêtements.


VICKY

Ça, c’est une autre affaire.

Tes filles qui

nous font faire leur lavage.

Ça nous coûte de l’argent,

puis ça nous coûte du temps.

Du temps qui serait bien mieux

investi à planifier mon expo.


YVES

C’est sûr.


VICKY

Je vais leur en parler.


VICKY remonte. YVES prend une paire de jeans pour la plier, quand il remarque qu’il y a une enveloppe dans la poche. Cette enveloppe contient plein d’argent. ALEXANDRA descend à ce moment et fouille dans le panier à linge.


ALEXANDRA

As-tu vu mes jeans?


YVES

Pourquoi?


ALEXANDRA

J’ai oublié

ma passe de bus dedans.


YVES

Ah oui, oui, je l’ai trouvé.


ALEXANDRA

Ah oui?


YVES

Oui.


ALEXANDRA prend ses jeans et s’apprête à monter.


YVES

Alex...

Je me souviens

quand j’étais jeune,

il y a eu une année à Noël,

j’avais demandé un bâton

de hockey à mes parents.

Je suis allé fouiller

dans leur garde-robe

pour trouver mes cadeaux,

puis je l’avais trouvé.

Il était là, mon bâton,

avec un gros chou rouge dessus.

Là, je suis devenu bien excité

pendant cinq secondes.

Après ça,

je me suis mis à pleurer.


ALEXANDRA

Pourquoi?


YVES

C’est comme si je réalisais

tout d’un coup

que j’allais pas avoir

de surprise à Noël.

Puis qu’en plus j’allais

être obligé de faire semblant

d’être content quand

ils allaient me le donner.


ALEXANDRA

OK, mais pourquoi

tu me contes ça?


YVES

Pour rien.

Juste pour te dire

que des fois, dans la vie,

on fait des affaires,

on pense que ça va

nous rendre heureux,

puis finalement,

ça nous rend malheureux.


Au bout d’un moment, après un long moment de silence, ALEXANDRA se décide à parler.


ALEXANDRA

Papa, je t’ai pas dit ça,

mais j’ai une bonne nouvelle.

Oui, je...

Je me suis trouvé une job,

ça fait que je vais pouvoir

te remettre les loyers

en retard dans le fond.


YVES

(Enlaçant ALEXANDRA)

Hé!

Bravo! Je suis fier

de toi, ma fille.



Plus tard, ALEXANDRA passe par la cuisine et prend une banane. Alors qu’ALEXANDRA s’en va, VICKY la rattrape et lui enlève la banane des mains en lui en donnant une autre.


VICKY

Les brunes avant les jaunes.

Les jaunes avant les vertes.


ALEXANDRA

Puis les daltoniens, ils font

quoi? Ils mangent de la bouette?


VICKY et YVES discutent ensuite dans le sous-sol.


YVES

Oui, mais c’est pas

un problème, ça, Laval.

Au pire, il y a le métro.


VICKY

C’est Laval, en France.


YVES

(Riant)

Il y a un Laval en France?

Eille, maudit qu’on n’a

rien inventé pareil, hein?


VICKY semble déprimée.


YVES

Oh...

C’est triste, hein?

T’as pas le choix d’annuler.


VICKY

En même temps, le marché canin

en France, c’est tellement gros.

Je pourrais regarder

pour des billets d’avion.

Même si on est en haute saison,

il y a peut-être

quelque chose de pas trop cher.


YVES

Oui! Oui! Oh, oui.

Mais non, non.

Ça va me coûter trop cher.

Je veux dire, ça va te coûter

trop cher en billets de taxi,

là-bas.


VICKY

Je pourrais me louer une auto.


YVES

Oui, mais

tu conduis pas manuelle.

As-tu vraiment le goût

de finir dans un fossé

à Saint-Glin-Glin-sur-Mer?


VICKY

Ah non. Ah, mon Dieu!

Non. T’as raison.

Oh non! Je vais

être obligée d’annuler.

Mais en même temps,

j’ai failli nous mettre riches.


YVES

Oh oui. Partie remise.

Partie remise, mon amour?


VICKY

Oui.


YVES se penche pour ramasser sa génératrice. Il la soulève aisément et la dépose sur l’établi.


VICKY

Eille! Ça va mieux,

ton dos, on dirait.


YVES

Oui. Oui.

Ça va... Ça va mieux.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Le vrai signe de l’argent,

c’est pas le signe

de piastre, non.

Le vrai signe, c’est

quand l’imprimante à argent

s’est remise à fonctionner.

Tout le monde est

redevenu de bonne humeur.


Ce soir-là, YVES, CLOVIS et VICKY sont assis à la table de la salle à manger. La pièce est plongée dans la noirceur. JEAN-MAX, ALEXANDRA et SOPHIE viennent les rejoindre.


JEAN-MAX

Un souper aux chandelles? Wow.


YVES

Mais oui. Le fun qu’on a, toi.

Je pense que je vais

annuler Hydro demain. Hein?

Pas besoin de ça, l’électricité.


VICKY

C’est fou tout ce qui reste.

Vous vous êtes vraiment privé.

Je suis fière de vous, gang.


ALEXANDRA

C’est pas parce que

le baloney, c’est dégueulasse.


YVES

Non, mais mets ça dessus.

Tu le sentiras pas passer.


YVES donne à ALEXANDRA le pot de sauce au nom en langue étrangère.


VICKY

Gêne-toi pas.

Il reste en masse.


CLOVIS

Quand ça va te brûler la gorge,

tu prendras du yogourt.

Ça apaise. Tu vas voir.


JEAN-MAX

Non, mais c’est vrai que ça

apaise. Le yogourt me l’a dit.


CLOVIS

(Commentant sur son vlogue)

Ce que j’ai compris avec l’argent,

c’est que ça peut vraiment

nous faire virer fous.

Puis avant qu’un problème

d’argent nous rende fous,

on est mieux de s’en parler.

Mais quand même,

je préfère continuer

à pas trop me préoccuper

des finances pendant un bout.

Sauf si on me provoque, évidemment.


Plus tard, ALEXANDRA et YVES discutent dans le corridor. YVES compte l’argent qui lui a remis ALEXANDRA.


ALEXANDRA

Oui, il y a un petit bonus

parce que j’ai réussi à vendre

le manteau que t’avais donné

à Jean-Max à un hipster

qui trouvait ça

hyper ironique de le porter.


YVES

Merci, ma belle.

Ça va vraiment aider.

Mais inquiète-toi pas.

Je vais donner un autre

jacket de plombier à ton électricien.

Bonne nuit.


ALEXANDRA

Bye.


Plus tard, JEAN-MAX se regarde dans le miroir de la salle de bain. Il porte un manteau à l’effigie de la compagnie de plomberie Yves Blondin et commente le logo se trouvant sur le manteau.


JEAN-MAX

C’est pas si pire que ça.

Bof.

Il est pas trop gros.

Non, il est pas trop gros.


JEAN-MAX sort de la salle de bain. En se retournant, il expose son dos dans le miroir. Il y a le même logo qu’il ne trouvait pas trop gros, sauf que celui-ci occupe tout l’arrière du manteau.


Début chanson thème


VOIX MASCULINE

♪ Come on, viens décoller,

on va monter haut ♪

♪ Il y a qu’une vie à vivre,

il faut la "rider" ♪

♪ C’est la vie, ah ouais ♪

♪ Nous voguerons

malgré les bas et les hauts ♪

♪ Et viva la vida loca,

oh yeah ♪

♪ Dit le bon capitaine

à ses matelots ♪

♪ Baby, boom, boom, boom ♪

♪ Baby, boom,

boom, boom ♪

♪ Baby, baby, baby, baby, baby,

baby, baby, baby, boom ♪


Fin chanson thème

Épisodes de Conseils de famille

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge

Résultats filtrés par