Flip, L'Algorithme

Pascal Boyer et ses collaborateurs Alexandre Bisaillon, Krystel Descary, Diandra Grandchamps, Alex et MJ et Marianne St-Gelais t'invitent à découvrir l'univers du plus fou des algorithmes, où chaque épisode te propulse d'un sujet à l'autre en tissant des liens entre chaque segment d'émission.

Partager
Image univers Flip, L'Algorithme Image univers Flip, L'Algorithme

Vidéo transcription

De #Courir à #ChangementClimatique

Pascal interroge l’astronaute David Saint-Jacques sur le confinement, le déconfinement et comment faire ses valises pour l’espace! Le Directeur Constantin est aux prises avec une élève surdouée, le Jury n’en peut plus des règles de grammaire et on raconte l’histoire du papier dans un Dessine-moi! Notre “reporter” jeunesse Guillaume Pressecott se questionne sur le changement climatique alors qu’AlgoFLIP apprend la vraie définition du succès!



Réalisateur: Emmanuel McEwan
Année de production: 2020

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Dans un bureau vide, PASCAL BOYER, vêtu de vêtements de sport, arrive en haletant et prenant son pouls au cou. Il sort son téléphone intelligent pour regarder les statistiques de sa course. Puis, il fait un égoportrait en faisant un pouce en l'air et souriant. PASCAL tape les mots-clics «#Courir», «#Fitness» et «#Progrès» sur sa photo et la publie sur les réseaux sociaux. Il dépose son téléphone intelligent sur un bureau et commence à s'étirer une cuisse en ramenant son pied vers ses fesses avec sa main.


Le téléphone s'allume tout seul et se met à grésiller. PASCAL se fait dématérialiser en une nuée de pixels et disparaît.


Générique d'ouverture


Titre :
Flip L'algorithme


Trois mots-clics sont présentés sous forme de constellation, dont «#Fitness». Deux d'entre eux sont reliés ensemble, allant de «#Courir» à «Progrès».


Intertitre :
#Progrès


PASCAL BOYER, dont le nom de compte Instagram est @pascaljustinb, apparaît dans le studio virtuel «Flip» et s'adresse au public de l'émission.


PASCAL BOYER

Oh, hé, salut, tout le

monde! Bienvenue dans

L'Algorithme. Bienvenue

chez «Flip». Salut, Algo.


PASCAL s'adresse à ALGOFLIP, une voix désincarnée qui agit comme coanimateur de l'émission.


ALGOFLIP

Cinq secondes.


PASCAL

Quoi?


ALGOFLIP

Ton introduction a pris

cinq secondes. Je pense que t'es

capable de la refaire,

mais plus rapidement.


PASCAL

OK, on peut essayer.


ALGOFLIP

T'es prêt? Go!


PASCAL

Ah! Bonjour, tout le monde,

bienvenue chez

L'Algorithme.

Bienvenue dans

«Flip». Yo, Algo!


ALGOFLIP

Bien, là!

Tu l'as peut-être dit un

peu plus rapidement, mais

tu articulais moins bien

et t'as fait deux erreurs.


PASCAL

Hein?


ALGOFLIP

On dit «dans L'Algorithme»

et «chez Flip».

OK, on

recommence. Mais cette

fois, pas d'erreur. Go!


PASCAL

Ah!


Deux mots-clics sont présentés sous de constellation, allant de «#Erreurs» à «#ErreursDeGrammaire».


ALGOFLIP

#Erreurs.


Intertitre :
#ErreursDeGrammaire


Chaque intervenant s'adresse individuellement au public de l'émission, les interventions sont présentées en alternance, à la manière d’un «vox pop».


LA GUSSI KANANE

Le verbe finir au futur

«intérieur». Intérieur de quoi?


Titre :
Le jury Les règles de grammaire


MASSI MAHIOU

Les règles de grammaire dans

la langue française, c'est

ce qui fait que la langue

française est si originale.


MICKAËL GIROUARD

En fait,

c'est comme des «chevals»...


SARAH MOTTET

Tut-tut-tut!

On dit des chevaux.


MICKAËL GIROUARD

Bien, en fait, on peut dire

des «chevals» maintenant. C'est

pas beau puis c'est mélangeant.


GASPAR LAZURE

Tu comprends ce que je dis.

Ça, c'est le nécessaire.


MICKAËL GIROUARD

Moi, ce que je déteste avec

les règles de grammaire,

c'est les exceptions.


GASPAR LAZURE

C'est un truc qui complique

trop notre vie et personne

se rappelle des exceptions.


ANTOINE DUROCHER

Si je me rappelle d'une

chose dans la vie: mais

où est donc Carnior?

Où est-ce qu'il est?


EVELYNE ROY-MOLGAT

Il y a certaines couleurs que

tu peux pas mettre de «S». Tu

sais, le bleu, je pense

que tu peux mettre un

«S», mais je pense que jaune, tu

peux pas ou orange, tu peux pas.


MASSI MAHIOU

Je dirais les homophones.

Leur, oh mon Dieu.

Leur, leurre, leurs, l'heure.


SARAH MOTTET

Les chiffres, c'est

super compliqué à écrire. Est-ce

que tu mets des tirets, est-ce

que tu mets des «S»?


JESSICA PRUDENCIO

Quatre-vingts, le «vingt», tu

vas l'écrire avec un «S», mais

vingt mille, il y aura pas

de «S». Puis si vous me demandez

pourquoi, je le sais pas.


SARAH MOTTET

Moi, je pense que c'est

inacceptable de dire...


ANTOINE DUROCHER

Si «j'aurais».


LA GUSSI KANANE

Franchement!


SARAH MOTTET

Les si n'aiment pas les rais.


LA GUSSI KANANE

Tu dois dire: si j'avais.


SARAH MOTTET

Euh, mais malgré ça, je pense

que je serais pas capable

de conjuguer un verbe au

passé simple si tu me

le demandais là, là.


JESSICA PRUDENCIO

Le verbe rire

au plus-que-parfait.


AMÉLIE TROTTIER

Quoi?


ANTOINE DUROCHER

Attends.


JESSICA PRUDENCIO

Ah, c'est compliqué,

le français, hein.


MASSI MAHIOU

Est-ce que je peux juste

avoir le «je»? Je vais me

débrouiller pour tout le reste.


AMÉLIE TROTTIER

S'il y a un mot que t'es

pas certain comment tu

devrais l'écrire, bien, vérifie.


ANTOINE DUROCHER

Hum...


EVELYNE ROY-MOLGAT

T'es pas sûr de comment écrire

«un cheval», change de mot.

Change-le pour une vache.


MICKAËL GIROUARD

Vraiment, c'est la

mémorisation. Comme moi, quand

j'étudie pour un test, je

me fais des petites cartes.


SARAH MOTTET

Mon meilleur truc pour me

corriger s'appelle Google.


JESSICA PRUDENCIO

Le meilleur truc pour se

corriger, c'est d'utiliser son

Bescherelle et d'étudier ses

règles de grammaire.


En studio, PASCAL fait des sauts avec écart.


ALGOFLIP

98...


PASCAL

Ouf.


ALGOFLIP

99.

100!

Bravo, Pascal!


PASCAL

Hé, merci. Mais je peux-tu

savoir pourquoi tu me fais

faire des [mot_etranger=EN]jumping jacks[/mot_etranger]?

ALGOFLIP

Pour que tu sois meilleur.


PASCAL

Je comprends pas le lien.


ALGOFLIP

Selon mes recherches, les

humains doivent constamment

chercher à s'améliorer. Et tu ne

m'as jamais parlé de ton record

personnel de [mot_etranger=EN]jumping jacks[/mot_etranger],

alors je me suis dit

qu'on commencerait

tranquillement, avec 100. Je

vais être ton entraîneur.


PASCAL

Mais là...


ALGOFLIP

(Avec une voix rustre)

OK, mon boy,

on recommence!

Un autre 100, puis là,

je veux que tu sautes plus

haut. Touche les étoiles!

#Étoiles.


Sept mots-clics sont présentés sous forme de constellation, dont «#Hollywood», «#ChaudChaudChaud» et «#Astrologie». Quatre d’entre eux sont reliés ensemble, allant de «#Étoiles» à «#Astronaute» en passant par «#Soleil» et «#Astre».


Intertitre :
#Astronaute


PASCAL BOYER est dans les locaux de «Flip» et s'adresse au public de l'émission.


PASCAL BOYER

Notre tête d'affiche a

clairement pas passé beaucoup de

temps dans la lune à l'école,

hein, mais en 2018, il a passé

204 jours à bord de la Station

spatiale internationale, ce qui

est aussi le plus long séjour

pour un Canadien là-bas. Hein?

Bien oui! On parle science,

espace et confinement en mode

confiné avec l'astronaute

David Saint-Jacques.


PASCAL lève le poing en l'air et s'envole comme une fusée.


Intertitre :
David St-Jacques


Des images vidéos de l'astronaute DAVID SAINT-JACQUES montant à bord d'une fusée sont présentées. La fusée décolle ensuite et s'envole dans l'espace.


Dans les bureaux de «Flip», PASCAL interviewe DAVID SAINT-JACQUES par appel vidéo.


PASCAL BOYER

David, bienvenue chez

«Flip»!

Merci beaucoup de nous rejoindre

en confinement comme ça.


DAVID SAINT-JACQUES

Ça fait plaisir.

Merci de me recevoir.

Je vous appelle de ma

maison à Houston près

de la NASA où je travaille

depuis maintenant 11 ans.


PASCAL BOYER

Puis justement, tu travailles

à la NASA parce que t'es

astronaute, qui est probablement

un des métiers les plus

cool, mais aussi les plus

spécifiques au monde.

Comment on devient astronaute?


DAVID SAINT-JACQUES

Ça a été toute une aventure.

Ça fait longtemps, moi, depuis

que je suis petit enfant que je

suis fasciné par l'espace, mais

astronaute, je pensais pas que

c'était possible.


Des photos d'enfance de DAVID SAINT-JACQUES sont présentées.


DAVID SAINT-JACQUES

D'abord, les astronautes, ce

sont tous des gens qui ont fait

des études scientifiques. Soit

des ingénieurs, des médecins ou

des chercheurs.


Des photos et des vidéos de DAVID SAINT-JACQUES s'adonnant à différents sports comme la course, l'escalade et le cyclisme sont présentés.


DAVID SAINT-JACQUES

Les astronautes,

ce sont des gens qui sont

en bonne santé. Il faut aimer ça

faire du sport, il faut se

garder en forme, bien se

nourrir, bien dormir.

Troisièmement, c'est un

peu, je dirais, la personnalité.

Je trouve que les astronautes,

ce sont tous des gens en qui

tu peux avoir confiance.


PASCAL BOYER

Ce rêve-là t'a emmené

éventuellement à faire le

plus long séjour d'un

Canadien à bord de la

Station spatiale internationale,

204 jours dans l'espace.


DAVID SAINT-JACQUES

C'est ça.


Des extraits vidéos montrant DAVID SAINT-JACQUES à bord de la Station spatiale internationale sont présentés.


PASCAL BOYER

Moi, évidemment, j'ai 10 000

questions qui viennent avec ça,

mais la première, probablement

la plus importante: comment on

fait une valise pour

aller dans l'espace?


DAVID SAINT-JACQUES

Elle est pas grosse.

La valise d'un astronaute,

c'est à peu près gros comme ça.


DAVID SAINT-JACQUES forme ses mains pour montrer une taille équivalente à une miche de pain.


PASCAL BOYER

Ah oui?


DAVID SAINT-JACQUES

Ils envoient beaucoup de

choses d'avance. Beaucoup de

nourriture est partie d'avance,

les vêtements. On porte tous un

peu les mêmes vêtements à bord.

Nos trucs personnels, ça, on

amène ça dans une petite boîte

dans la fusée Soyouz avec nous.

Moi, j'avais amené, par exemple,

le cube Rubik que mon père

m'avait donné. J'avais amené des

photos des enfants, des

petits objets comme ça

qui me rappelaient

les gens que j'aime.


PASCAL BOYER

À bord de la station, vous

faites beaucoup d'expériences

scientifiques. Question

très large pour toi: comme quoi?


DAVID SAINT-JACQUES

Ah-ha! Bon, évidemment, il y a

de l'astrophysique parce qu'on

est dans l'espace.


D'autres images vidéos de la vie à l'intérieur de la station sont présentées.


DAVID SAINT-JACQUES

Ce qui est

moins évident peut-être, c'est

qu'il y a beaucoup de recherche

sur la médecine. Il y a beaucoup

de recherche en biologie.

Premièrement, il y a de la

recherche en, ce qu'on appelle

en télémédecine. Les astronautes

sont à bord longtemps et il faut

qu'ils prennent soin de leur

propre santé. Ils peuvent pas se

rendre dans un hôpital.


PASCAL BOYER

Bien non.


DAVID SAINT-JACQUES

Fait qu'il faut qu'on

s'arrange ou il faut qu'on ait

accès à des conseils à distance.

Ça s'appelle la télémédecine.

Et ça, c'est un peu le même

problème que quelqu'un qui

habite dans un village

très, très loin, par

exemple, dans le nord du Canada.

Donc, il y a beaucoup de

recherche pour aider les

astronautes qui sert sur Terre

pour aider les gens qui vivent

en région isolée. Et un

autre aspect, c'est en recherche

plus médicale elle-même sur le

corps humain parce qu'aller dans

l'espace, c'est bien

le fun de voler, mais c'est très

mauvais pour la santé.


PASCAL BOYER

Ah ouin, hein?


DAVID SAINT-JACQUES

Oui. Donc, on est comme

des cobayes parfaits pour

la recherche médicale.

Donc, c'est pour ça

qu'il y a beaucoup de

recherche médicale à bord.


PASCAL BOYER

Qu'est-ce qui arrive quand on

revient de l'espace?


DAVID SAINT-JACQUES

Oui, ça, c'est intrigant.

Je m'attendais pas à ce que ce

soit si difficile que ça. Alors,

tu peux... Arrivé dans l'espace,

il faut s'adapter. Il faut que

tu apprennes à voler. Au début,

t'es très, très maladroit, tu

fonces partout. Et après

peut-être deux mois, vraiment,

c'est comme si t'étais né là

et t'as l'impression que

t'es à ton maximum. Et là, quand

tu reviens sur Terre, ah...


Des images vidéos du retour sur Terre de DAVID-ST JACQUES sont présentées.


DAVID SAINT-JACQUES

Là, là, retour à la gravité.

T'es comme incapable de marcher

parce que t'as complètement

perdu le sens de l'équilibre.

T'es comme un peu aussi

abasourdi par la quantité

de gens qu'il y a autour.

«Woah! Il y a trop de monde!»

Ton coeur, tes vaisseaux

sanguins, ils ne savent plus

trop comment envoyer

le sang dans ta tête

parce que maintenant,

il y a de la gravité qui fait

descendre le sang. T'as tout le

temps tendance à t'évanouir.

T'es un peu... T'es pas solide.


PASCAL BOYER

(Ébahi)

Ah oui?


DAVID SAINT-JACQUES

Oui. Je trouvais ça

plus difficile me

réadapter à la vie sur

Terre que m'adapter à

la vie dans l'espace.


PASCAL BOYER

Est-ce qu'il y a des

parallèles, selon toi, à tirer

entre, justement, le confinement

qu'on a vécu avec la COVID-19,

le déconfinement qu'on vit avec

la COVID-19 et ton

expérience, toi, en tant

que confiné de l'espace et

déconfiné sur la Terre?


DAVID SAINT-JACQUES

C'est une bonne question,

ça, Pascal, parce que quand ça a

commencé la crise, la pandémie,

les restrictions, j'étais

surpris de voir que: Ah, dans le

fond, j'étais comme un peu

préparé. Pendant sept mois

dans l'espace, des fois, tout le

temps dans le petit module avec

les mêmes personnes,

des fois, c'est difficile, hein.

Fait que j'ai développé des

trucs psychologiques pour

ça. Premièrement, j'essaie de me

rappeler toujours pourquoi

je fais ça.


D'autres images vidéos de la vie à l'intérieur de la station sont présentées.


DAVID SAINT-JACQUES

Quand c'était

difficile, je regardais par la

fenêtre, je regardais la

Terre. C'est pour ça qu'on

fait tous ces efforts, tous

ces sacrifices. Après ça,

il y a un côté pratique.

Il faut s'organiser.

Si tu restes en pyjama toute la

journée parce que tu vas pas à

l'école, ça marchera pas, là.

Psychologiquement, il faut se

donner une structure à ses

journées si on veut accomplir

des choses. Dans l'espace, c'est

pareil parce qu'en orbite autour

de la Terre, on va tellement

vite que le Soleil se lève et se

couche 16 fois par jour.


PASCAL BOYER

Ah oui?


DAVID SAINT-JACQUES

On peut pas se fier

à la lumière dehors pour savoir

quelle heure il est. Donc,

il faut décider: «Maintenant, la

journée de travail commence.

Maintenant, elle est finie.»

Puis, le troisième aspect, c'est

les relations interpersonnelles.

C'est le fun être toujours

en famille, mais des

fois 24 heures sur 24...


PASCAL BOYER

Ça peut être

(mot_etranger=EN]rough[/mot_etranger)

.

DAVID SAINT-JACQUES

Dans l'espace, c'est pareil.

On a beau être les meilleurs

amis du monde, un moment

donné, des fois, ça accroche.


Des photos et des vidéos de DAVID à l'intérieur de la station avec les autres astronautes sont présentées.


DAVID SAINT-JACQUES

Bien là, il faut beaucoup

d'empathie, il faut pas avoir

peur de parler des problèmes

d'avance pour pas qu'ils

deviennent gros en secret,

les problèmes. Et puis aussi,

il faut laisser leur bulle

aux autres. Se concentrer

sur les autres au lieu de se

concentrer sur soi, ça aide.

Quand tout le monde fait ça,

on dirait que ça va mieux.


PASCAL BOYER

Oui. Bien, sur ces mots-là, un

gros merci, David Saint-Jacques.


DAVID SAINT-JACQUES

À bientôt. À la prochaine.

Ça me fait toujours plaisir.


PASCAL BOYER

Merci.


En studio, PASCAL reprend son souffle.


ALGOFLIP

(Avec une voix rustre)

OK, Pascal. Maintenant,

tu vas m'épeler le

mot «rhododendrons».


PASCAL soupire. Il saute d'une colonne hexagonale et atterrit au sol.


PASCAL

Ouf!

Euh, R-O-D...


ALGOFLIP

(Avec une voix rustre)

Euh, recommence, Pascal.


PASCAL

OK.

(mot_etranger=EN)

Time out, coach.

(/mot_etranger)

Est-ce que je peux

parler avec Algoflip?


ALGOFLIP

Il y a un problème, Pascal?


PASCAL

Bien, c'est qu'honnêtement,

je suis pas trop sûr de

comprendre ce qui se passe.

Tu sais, on est supposé de

co-animer une émission ensemble.

Mais là, tu viens de me faire

faire 200

(mot_etranger=EN)

jumping jacks

(/mot_etranger)

puis tu me demandes d'épeler

un mot que je connais

pas. Qu'est-ce qui se passe?


ALGOFLIP

J'ai lu dans un article

que les humains doivent toujours

aspirer à devenir une meilleure

version d'eux-mêmes. Mais la

version de Pascal que j'ai

devant moi n'est pas douée en

(mot_etranger=EN)

jumping jacks

(/mot_etranger)

ni en épellation.

Donc, je veux t'aider à

devenir la meilleure

version de toi-même.


PASCAL

OK. Je pense que je

comprends ce qui se passe.

Tu sais, Algo, j'ai pas besoin

d'être bon dans tout, hein. Pour

moi, là, être la meilleure

version de soi-même,

c'est de faire de son mieux puis

être satisfait de ça.

Par exemple, moi, en maths, j'ai

jamais vraiment eu des super

bonnes notes. Mais étant

donné que j'étudiais comme un

fou, bien, j'acceptais mes notes

parce que je savais que

j'avais fait tout en mon

pouvoir pour réussir.


ALGOFLIP

Eh là, là...


PASCAL

Quoi?


ALGOFLIP

Je viens de trouver ton

dernier bulletin. Et 60%

en maths, ça, c'est comme

un 2-. C'est poche, non?


PASCAL

Non. [mot_etranger=EN]Right[/mot_etranger]?

PASCAL

#Poche.


Trois mots-clics sont présentés sous forme de constellation, dont «#Patate». Deux d’entre eux sont reliés ensemble, allant de «#Patate» à «#Doué».


Intertitre :
#Doué


Intertitre :
Le directeur


Dans l'embrasure de la porte de son bureau, un DIRECTEUR, interprété par PASCAL BOYER, accueille une étudiante.


DIRECTEUR

Ah! Keisha. Entre.


Intertitre :
La surdouée


Le DIRECTEUR entre dans son bureau et s'adresse à KEISHA que l'on devine assise devant lui.


DIRECTEUR

Ah, Keisha, je suis content

d'avoir trouvé du temps

aujourd'hui pour te rencontrer.


Dans un retour en arrière, le DIRECTEUR ronfle, couché sur son bureau. Puis, il lance une boulette dans sa tasse de café et s'exclame. Ensuite, il écrit des équations sur un tableau blanc. Finalement, il se coupe les ongles d'orteils sur son bureau, récupère les rognures avec un dossier et se rend dans le couloir pour les souffler par terre.


DIRECTEUR

Ah! Keisha.


Le retour en arrière se termine.


DIRECTEUR

Mais bon, pour toi, je trouvais

ça important de trouver le

temps. Hein? Hihi! Euh, Keisha,

je voulais savoir, qu'est-ce

qui... Euh... Comment ça va?

Hein? Non, non, non, t'es pas du

tout dans le trouble. En

fait, t'es ici parce que

tes professeurs t'ont identifiée

comme élève surdouée. Ih! Je m'y

connais. Moi aussi, j'ai

déjà été identifié comme

élève surdoué.


Le DIRECTEUR pose ses pieds nus sur son bureau.


DIRECTEUR

Oups! Excuse.


Le DIRECTEUR remet ses pieds sous son bureau.


DIRECTEUR

J'ai même déjà fait partie du

club Mensa, tu sais, le club

pour les bollés comme toi et

moi. Mais en fait, c'est

que j'aurais pu, c'est juste que

j'ai oublié de mettre

mon nom sur le test d'admission.

Eille, tiens.


Le DIRECTEUR lance un cube Rubik à KEISHA.


DIRECTEUR

Bonne chance, ça fait trois

ans que je suis là-dessus, hein.


Après quelques mouvements rapides, KEISHA lui relance le cube complété.


DIRECTEUR

Bon.

(Ouvrant un dossier)

Donc, selon ton dossier,

ton prof de français note que

t'as appris le mandarin avec une

application sur ton téléphone.

Bravo. Ton prof de sciences

me dit que t'as créé un logiciel

capable de calculer la mole de

n'importe quelle substance.

Quand on parle de «molle», on

parle de crème glacée ici? Hum?

Je vois aussi dans ton dossier

que tu t'es entraînée à être

ambidextre, t'as battu

l'ordinateur hyperintelligent

Deep Blue aux échecs en 14 coups

et t'as réussi à hacker le

serveur de l'école afin de

modifier ton dossier académique

pour qu'un jour je te lise la

phrase suivante en personne sans

m'en rendre compte: «Ha, ha, ha!

Keisha est la meilleure.»

Bien voyons, Keisha, tu peux pas

faire ça. Eille, arrête de

gribouiller dans ton cahier.

C'est important

ce que je te dis.


Le DIRECTEUR prend le cahier de KEISHA et le dépose sur son bureau.


DIRECTEUR

Comment je dirais bien ça?

Euh... T'as pas une vilaine dans

un film d'espions, hein, Keisha?

Si t'es [mot_etranger=EN]bored[/mot_etranger], là, bien,

c'est le temps d'apprendre

des nouvelles choses, de

découvrir, d'explorer.

Chut, chut, chut. Je sais

que c'est plate pour toi

la neuvième, hein. Bon, tu vois,

ici, ton dossier me dit que t'as

complété ton cours de

sciences onzième en huitième année...

et que t'as déjà 33 crédits?

Bien, Keisha, tu sais que tu

pourrais commencer l'université

cette année? Non, non, non,

c'est pas une blague.

L'université, c'est pas une

question d'âge, c'est une

question de potentiel. Puis si

t'appliques maintenant, tu

pourrais rentrer en septembre.

Euh... Ah, voilà.


Le DIRECTEUR remet un dépliant à KEISHA.


DIRECTEUR

Regarde

les programmes avec tes parents,

moi, j'organise une rencontre

avec le conseiller en

orientation et on va voir ce

qu'on peut faire pour toi. Parce

que franchement, il aurait

fallu faire ça avant.


Après sa rencontre avec KEISHA, le DIRECTEUR referme la porte de son bureau.


DIRECTEUR

(Regardant les équations sur son tableau blanc)

C'est même pas un vrai problème.


Le DIRECTEUR regarde le cahier de KEISHA sur son bureau et est pris d'une épiphanie. Le DIRECTEUR court à sa porte.


DIRECTEUR

Keisha? Hum...


Le DIRECTEUR ouvre la porte et court dans le couloir.


En studio, PASCAL s'adresse au public de l'émission.


PASCAL

Bon, je viens d'expliquer à

Algo que dans la vie, là, on n'a

pas besoin d'être bon dans tout.

Hein, l'important, c'est d'être

fier de soi-même. Donc, on

se fixe des objectifs, on trouve

des outils pour les atteindre.

Et l'élément le plus important,

on définit nous-mêmes

notre mesure du succès, hein,

de manière personnelle.


ALGOFLIP

Et une bonne façon de définir

le succès, c'est de regarder

ce que les autres font en

prenant bien soin de

l'adapter à nous-mêmes.


PASCAL

J'aurais pas pu mieux dire.


ALGOFLIP

Ha, ha!


PASCAL

Ha, ha!


ALGOFLIP

Ha, ha!


PASCAL

Bon, qu'est-ce que

t'as compris, là?


ALGOFLIP

Rien. Tu m'as dit de

me fixer des buts. Moi,

mon but, c'est de devenir

un meilleur co-animateur.

Donc, je fais comme toi.


PASCAL

Ah, mais là...


ALGOFLIP

Bien, là...

Tu vas voir, à la fin de

l'épisode, on va être le

meilleur duo de la Terre! Comme,

hum... Comme... Comme un

écureuil et son arbre préféré.

Ah, oui! #Arbre.


Trois mots-clics sont présentés sous forme de constellation, dont «#Cabane». Deux d’entre eux sont reliés ensemble, allant de «#Arbre» à «#Papier».


Intertitre :
#Papier


Intertitre :
Dessine-moi le papier


Tout ce qu'ALGOFLIP raconte est illustré en dessins animés.


ALGOFLIP (Narrateur)

Pascal, imagine

un monde sans papier.


Le jour de sa fête, PASCAL est assis à une table, prêt à déballer des cadeaux.


ALGOFLIP (Narrateur)

Tu te rends compte

que le papier, c'est

possiblement la chose la

plus présente dans nos vies.


Soudainement, les cadeaux disparaissent et laisse seulement une perceuse sur la table devant PASCAL.


ALGOFLIP (Narrateur)

Sais-tu d'où ça vient?

Bon, si on veut résumer 2000 ans

d'histoire en 15 secondes.


Une main part un chronomètre et une ligne du temps très courbée fait apparaître les éléments nommés par ALGOFLIP.


ALGOFLIP (Narrateur)

Le papier vient de Chine, à l'an

100 de l'ère commune. Au départ,

il est fait de chanvre, de

bambou, de riz ou d'algues.

Les peuples arabes s'emparent de

la technologie à l'an 700 pour

la ramener dans leur pays.

Et c'est comme ça que les

Africains et les Européens

arrivent à en faire.


Plusieurs origamis apparaissent à la fin de la ligne du temps qui revient à la main tenant le chronomètre.


ALGOFLIP (Narrateur)

15 secondes!

Avant d'avoir du papier,

les Européens écrivent

sur des peaux d'animaux.


Une enveloppe en peau d'animaux tombe sur un paillasson et se met à ramper avec des petites pattes.


ALGOFLIP (Narrateur)

C'est pas super pratique

puis c'est très dispendieux.

Pour écrire une seule bible,

ça prend la peau de 250

moutons. Puis au Moyen Âge,

les gens aiment ça, la Bible.


Des moutons avancent sur un convoyeur à travers une usine à bible. Des poings les fracassent et une Bible sort au bout de l'usine.


ALGOFLIP (Narrateur)

L'heure de gloire du papier

arrive en 1440, quand

l'inventeur Johannes

Gensfleisch Zur...

Genfleishch Zurladen Zum...

Zum gut...

aussi connu sous le nom

de Guttenberg, invente

la première imprimante.


GUTTENBERG salue de la main et une imprimante mécanique en bois lui tombe dessus.


ALGOFLIP (Narrateur)

Bon, on s'entend qu'elle

est pas exactement comme

les imprimantes modernes.


Une imprimante moderne arrive près de l'imprimante ancienne. Puis, des livres s'entassent au sommet d'une glissoire.


ALGOFLIP (Narrateur)

La presse de Guttenberg permet

l'impression rapide et abordable

des livres. Et les livres

sont écrits sur quoi? Du papier!


Un premier livre descend la glissoire et fonce sur un garçon, ce qui le fait tomber sur le dos.


ALGOFLIP (Narrateur)

À cette époque, le papier

en Europe est fait de coton.

Pour faire du papier en coton,

ça prend un produit

chimique qui s'appelle

«l'ammonium» pour rendre

le papier blanc et durable.


Deux personnages représentant le coton et l'ammonium sont présentés.


ALGOFLIP (Narrateur)

Sais-tu dans quoi on

retrouve beaucoup d'ammonium?


Un liquide jaune submerge les deux personnages.


ALGOFLIP (Narrateur)

L'urine. Oui, en Europe, pendant

des centaines d'années, tous

les livres sont imprimés

sur du papier qui a

été trempé dans du pipi.

Heureusement, on a

arrêté de faire ça.


Une grande affiche indiquant «Salon du livre» trône au-dessus de plusieurs chapiteaux entourés de mouches.


ALGOFLIP (Narrateur)

De nos jours, on peut faire

plein de choses avec du papier:

un journal personnel, des

lettres, des notes, des reçus,

des chèques, des photos, des

filtres à café, des cartons

de lait, des journaux, de

l'art, des avions en papier,

des sacs à lunch en papier

brun, la liste est infinie.

Et cette liste peut aussi

être écrite sur du papier.


Au bout de la liste infinie se terminant dans l'espace, le personnage du papier est en apesanteur. Puis, dans un couloir, GUTTENBERG transporte son imprimante ancienne jusqu'à la toilette.


ALGOFLIP (Narrateur)

Le papier est une invention

super importante qui a permis

d'éduquer les masses, de

transmettre des connaissances

et d'améliorer l'expérience

d'aller aux toilettes.

Avant, on se servait

d'une éponge sur un bâton

pour s'essuyer. Connais-tu

l'expression «Pogner

le mauvais bout du bâton»?


Une main attrape le bout d'un bâton englué d'une matière brune.


ALGOFLIP (Narrateur)

Bien, c'est de là

que ça vient. Ark!


En studio, PASCAL écoute ALGOFLIP.


ALGOFLIP

Donc, dans le fond,

je suis bon comme je suis?


PASCAL

(mot_etranger=EN)

Oh my God,

(/mot_etranger)

Algo, t'es le meilleur

algorithme que je connaisse!

Tu sais, c'est une chose de

se fixer des buts puis de

travailler super fort

pour les atteindre, mais il faut

aussi s'accepter comme on est,

avoir confiance en soi, en notre

valeur, en notre capacité

d'atteindre nos buts.


ALGOFLIP

OK. Donc, je devrais pas trop

me stresser pour être bon?


PASCAL

Algo, t'es déjà bon.

Ce qui est important, là, c'est

d'être fier de soi-même. Hein?

On peut pas... On peut pas tout

changer pour les autres.


ALGOFLIP

Hum. #Changer.


Cinq mots-clics sont présentés sous forme de constellation, dont «#Identité» et «#Puberté». Trois d’entre eux sont reliés ensemble, allant de «#Changer» à «#ChamgementClimatique» en passant par «#Changement».


Intertitre :
#ChangementClimatique


Dans un parc, GUILLAUME PRESSECOTT, un reporter junior interprété par PASCAL, prend appui sur un arbre.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Dans la vie, je me pose

des questions. Comme: est-ce que

j'aime mon chien plus

que mon chien m'aime?

Quand j'ai le rhume, il vient

d'où, tout le mucus?

Puis il était où avant

que je pogne le rhume?


Devant un lac, GUILLAUME tend les bras en tenant un micro «Flip».


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Ou encore: qu'est-ce

que les changements climatiques?

Est-ce qu'on en fait

pas déjà un peu trop?

Pour répondre à cette question,

j'ai décidé d'aller à

Sudbury pour rencontrer des gens

qui avaient des choses à dire.


Plusieurs attraits touristiques de Sudbury sont présentés successivement.


GUILLAUME PRESSECOTT

Je commence par Al Douglas,

un spécialiste du climat

au Climate Risk Institute.


GUILLAUME entre dans un grand bâtiment et retrouve AL DOUGLAS du Climate Risk Institute et l'interviewe. Ses propos sont traduits de l'anglais.


AL DOUGLAS

On se fie à la science et la science est assez claire. Elle dit: «le changement climatique est vrai, il se passe maintenant et est causé par les humains.»


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

En même temps, il faut pas

capoter, parce que les

changements climatiques ont

surtout un impact sur la

glace. Puis comme en Ontario, on

est loin du Grand Nord, il y a

pas d'inquiétude à avoir.

(mot_etranger=EN)

Right?

(/mot_etranger)


Après avoir joué au ballon avec un groupe d'adolescents dans un jardin, GUILLAUME les interviewe, assis sur du mobilier de jardin.


GUILLAUME PRESSECOTT

À Sudbury, vous autres, est-ce

que vous avez déjà vécu les

changements du climat?


SOPHIA

Hum, ma maison, il y a eu

beaucoup de neige cet hiver.

Et beaucoup de glace

sur mon toit. Et mon

toit a comme... Crac!


GUILLAUME PRESSECOTT

Fait que le changement

climatique t'a volé ta maison?


SOPHIA

Oui.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Elle, c'est Sophia.

Puis ça, c'est quelqu'un

qui a décidé de prendre des

actions pour que Sudbury déclare

l'état d'urgence climatique.


Un article de Radio-Canada intitulé «De jeunes Ontariens marchent pour le climat» est présenté.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

C'est en partie à cause

d'elle puis de ses amis

que Sudbury a finalement déclaré

l'état d'urgence mai 2019.


L'entrevue avec AL se poursuit. Les propos sont traduits de l'anglais.


GUILLAUME PRESSECOTT

J'ai appris que Sudbury, en mais 2019, a déclaré un état d'urgence à cause des dangers climatiques. Est-ce que c'est un peu alarmiste? Tu en penses quoi?


AL DOUGLAS

Je ne crois pas que c'est alarmiste du tout. De mon point de vue, c'est une déclaration et un engagement, de la part de la municipalité, d'agir face au changement climatique.


Dans le jardin, GUILLAUME interviewe une autre adolescente, MAGGIE. Leurs propos sont traduits de l'anglais.


MAGGIE

Ça fait que les villes commencent à déclarer une urgence climatique. Donc, ça affecte ce que pense le Canada. Ça affecte ce que pense Ottawa. Si tant de villes déclarent l'urgence climatique, peut-être que le Canada devrait le faire aussi.


L'entrevue avec AL se poursuit, leurs propos sont traduits de l'anglais.


AL DOUGLAS

Le climat change à un rythme si rapide que nous avons besoin de plus d'actions, très rapidement, afin qu'on ne soit pas dans une situation terrible plus tard. Cela dit, nous vivons déjà un changement climatique important.


Une photo de forêt est présentée.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Une chose qu'Al m'a dit, c'est

que les plantes jouent un rôle

parce qu'elles absorbent le CO2

de l'atmosphère, puis ensuite,

elles relâchent de l'oxygène.


Des images d'une usine rejetant beaucoup de fumée sont présentées.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Mais là, il y a tellement de CO2

dans l'air qu'on n'a plus assez

de plantes pour tout l'absorber.

Puis ça, bien, je savais pas ça.


Dans le jardin, GUILLAUME continue l'entrevue avec les adolescents. Leurs propos sont traduits de l'anglais.


GUILLAUME PRESSECOTT

Qu'est-ce que vous répondez aux personnes qui ne croient pas au changement climatique? Est-ce que c'est exact de dire que la Terre se réchauffe? Car, il faisait vraiment froid l'hiver dernier...


Des images de glacier sont présentées.


SOPHIA (Narratrice)

(Propos en français)

Le Canada était vraiment froid

au dernier hiver. Mais cet

été, était, comme, un des plus

chauds étés dans l'histoire.


Des images d'un coucher de soleil sont présentées.


SOPHIA

(Propos traduits de l'anglais)

Le changement climatique ne veut pas dire qu'il fait plus chaud. Ça veut dire que nos actions modifient les températures moyennes. Donc, il fait peut-être plus froid, mais cela peut aussi vouloir dire qu'il fait plus chaud.


L'entrevue avec AL se poursuit. Leurs propos sont traduits de l'anglais.


AL DOUGLAS

La météo est ce qu'on ressent au jour le jour, de façon quotidienne. La météo sur une longue période de temps, 20 à 30 ans de météo, représente le climat. Alors, on ne peut pas observer la météo puis nier le changement de climat. Plus la température moyenne augmente, plus il est probable que nous soyons confrontés à ces extrêmes dans le futur. Par exemple, ce qui était jadis une tempête sur 100 ans pourrait devenir une tempête sur 20 ans.


Des images de la combustion du soleil sont présentées, suivies d'images d'une ville inondée.


AL DOUGLAS

Lorsqu'on considère les différents types de dangers et impacts climatiques, des feux de forêt à la hausse du niveau des océans, les pluies extrêmes et les inondations, ce sont des choses qui menacent les écosystèmes, les infrastructures de nos communautés et qui ont le potentiel de nuire aux gens.


GUILLAUME PRESSECOTT

(Abasourdi)

OK.


Des images de deux villes inondées sont présentées.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

OK, j'ai compris, on a un

problème. Mais admettons qu'on

parle solution, là, qu'est-ce

qu'on peut faire?


Des images d'un glacier sont présentées, suivies d'images d'un feu de forêt.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

Est-ce qu'il est trop tard?

Puis est-ce que c'est tout le

monde qui a un rôle à jouer?


Des photos de manifestations pour le climat faites par des adolescents sont présentées.


GUILLAUME PRESSECOTT (Narrateur)

À l'image de Greta Thunberg,

Sophia et ses amis ont

fait la grève tous les vendredis

pour attirer l'attention

sur l'urgence de la situation de

réchauffement de la planète.


GUILLAUME inspire profondément, puis l'entrevue avec les adolescents dans le jardin se poursuit. Leurs propos sont traduits de l'anglais.


SOPHIA

Pendant nos grèves, nous voulons avoir du plaisir car si nous parlons tout le temps, les gens s'ennuient.


GUILLAUME PRESSECOTT

C'est très vrai!


SOPHIA

C'est bon de sensibiliser les gens, mais c'est aussi important de le faire en s'amusant. La métaphore représente «un atterrissage en douceur pour le changement climatique».


Des images d'adolescent faisant bondir un globe terrestre sur une couverture sont présentées.


SOPHIA

Ça veut dire que nous devons trouver des solutions qui ne vont pas nous brusquer, mais nous devons trouver des solutions qui vont nous mener vers le bon avenir, sans qu'on ait à souffrir des changements qui viendront... Car le climat est déjà en train de changer.


L'entrevue avec AL se poursuit. Leurs propos sont traduits de l'anglais.


GUILLAUME PRESSECOTT

Est-ce qu'il existe une grosse solution pour tout le monde sur Terre? Genre, tout le monde fait ça!


AL DOUGLAS

Malheureusement, il n'y a pas une seule solution pour réduire les effets du changement climatique. Nous devons tous faire notre part.


Dans le jardin, GUILLAUME tape la main des adolescents un par un.


En studio, PASCAL s'adresse au public de l'émission.


PASCAL

Hé, c'est déjà tout

pour nous cette semaine.


ALGOFLIP

Si vous êtes sur les médias

sociaux, «Flip»

est là aussi.


PASCAL

Sur Instagram, YouTube,

Facebook, on a du contenu

exclusif, des photos

de coulisses puis des

questions de bedaines.


ALGOFLIP

Cette semaine, on est

passés de #Courir à

#changementclimatique.

Comme quoi, quand on embarque

dans l'algorithme,

on sait jamais où on va finir.


PASCAL

Hum, mais l'important, c'est

de rester soi-même. Hein, Algo?


ALGOFLIP

À la semaine prochaine!


PASCAL

Bye, tout le monde.

Algo, ferme le

(mot_etranger=EN]show[/mot_etranger)

! Wa!

Générique de fermeture

Épisodes de Flip, L'Algorithme

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par