Image univers La Petite Mosquée dans la prairie Image univers La Petite Mosquée dans la prairie

La Petite Mosquée dans la prairie

La Petite Mosquée dans la prairie décrit avec humour le quotidien d´une communauté musulmane dans le Saskatchewan.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Un plan à 5 ans

C’est le nouvel an et Yasir est déprimé : une nouvelle année s’en va sans qu’il ait pu atteindre le but qu’il s’était fixé. Rayyan organise un dîner pour lui remonter le moral. Au cours de celui-ci, Rayyan, Baber et Amaar se remémorent ce qu’ils faisaient cinq ans auparavant.



Année de production: 2007

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

C'est l'hiver à Mercy. RAYYAN entre dans le café de FATIMA. YASIR, le père de RAYYAN est assis au comptoir.


RAYYAN

(Propos en arabe)

Salam alaykum, papa.


YASIR

(Propos en arabe)

Wa alaykum assalam,

ma beauté.


RAYYAN

Tu te prépares

pour le réveillon?


YASIR

On fait rien

pour le réveillon.


RAYYAN

D'autant plus facile

à préparer. C'est quoi, ça?


YASIR

Un chèque de 1 million

de dollars.


RAYYAN

Généralement,

quand les gens disent ça,

ils sont un peu plus

enthousiastes.


YASIR

Je me le suis fait

à moi-même il y a cinq ans

et il est daté de demain.

Je m'étais fait

la promesse que d'ici là,

j'aurais un yacht,

un hors-bord en annexe

et un jet ski.


RAYYAN

Tu sais que nous vivons

dans les prairies?


YASIR

Je devais aussi

m'offrir un lac.

Je pensais juste que j'aurais

plus avancé que ça.


RAYYAN

Ah, papa... Je vais

te faire un chèque

de 1 million de câlins.


YASIR

Dis-moi que les câlins

sont une monnaie étrangère

que je connais pas.


RAYYAN

(Riant)

Tu sais ce qui te ferait

du bien? Une petite fête.


AMAAR rejoint RAYYAN et YASIR au comptoir.


RAYYAN

Amaar, vous voulez venir

à un réveillon du Nouvel An?


AMAAR

Le réveillon est pas vraiment

une grande fête islamique.


RAYYAN

D'accord. Donc, pas

un réveillon de Nouvel An,

mais juste un grand dîner

qui aurait lieu

le jour du réveillon

du Nouvel An.


YASIR

Intéressant distinguo.


RAYYAN

Il n'y a rien dans l'Islam

qui interdise de célébrer

le dernier jour de décembre.


YASIR

En fait, dans

le calendrier islamique,

il n'y a pas de dernier

jour en décembre.


RAYYAN

C'est réglé; ce sera comme

si ce n'était jamais arrivé.


BABER se joint aussi au groupe.


BABER

Il faut que j'apporte

quelque chose?


RAYYAN

Non.


BABER

Alors, c'est d'accord.

Parce que tu n'es pas...

vraiment invité.

Enfin, plus on est

de fous, plus on rit.


AMAAR

Je ne crois pas que

ça marchera aussi facilement

avec Baber.


ANN, la mairesse, a entendu et s'immisce dans la conversation.


ANN

Je suis libre

pour le réveillon.


RAYYAN

Ça vous plairait de venir?


ANN

Euh... Il faut

que je vérifie mon agenda.


YASIR

Vous venez de dire

que vous étiez libre.


ANN

Ah, c'est vrai. Haha...

J'ai jamais su jouer

à faire semblant.


RAYYAN

OK. On a donc une fête.

Tu te sens mieux maintenant?


YASIR

Tant que chaque invité apporte

333 000 dollars avec lui,

ça devrait aller.


Titre :
La petite mosquée dans la prairie Un plan à 5 ans


Il neige à l'extérieur de la maison des Hamoudi. À l'intérieur, RAYYAN et SARAH s'affairent pour la fête.


RAYYAN

Oh, attention, maman!


ANN

(Offrant une bouteille de vin)

Oh, Sarah, merci

pour l'invitation.


SARAH

Ah! Ah, c'est gentil à vous.

Mais vous savez qu'on

ne boit pas d'alcool?


ANN

Ah oui, je sais.

Vous avez un tire-bouchon?


BABER et YASIR sont attablés dans la salle à manger avec les autres.


BABER

C'est quoi un catamaran?


YASIR

C'est un modèle de bateau. Le

truc, c'est que je suis déprimé.


AMAAR

Écoutez, il est naturel

à cette époque de l'année

de regarder derrière

pour faire le bilan.


YASIR

Et comprendre qu'on a

lamentablement échoué.


AMAAR

Ne vous lancez pas dans

le business des cartes de voeux.


YASIR

Non, mais ce que je veux dire,

c'est que j'avais

un plan sur cinq ans.

Et que mon plan

de cinq ans a fait long feu.


SARAH

Oh, mon chéri,

personne ne peut prédire

ce qu'il va se passer

dans cinq ans.


SARAH sert du vin à ANN.


ANN

Oh.

Oui, merci.


AMAAR

C'est vrai. Il y a cinq ans

de cela, je n'aurais pas cru

que je deviendrais imam

de la Mosquée de Mercy.


BABER

Je continue à ne pas y croire.


AMAAR

Je vous aime aussi, Baber.


ANN

Et vous, Amaar, que

faisiez-vous il y a cinq ans?


AMAAR

Croyez-le ou non, mais

je vivais encore à la maison.


RAYYAN

Qu'est-ce qu'il y a

de mal à vivre à la maison?


AMAAR

Oh, rien. À cette époque,

j'étais encore sous

la coupe de mes parents.

Sous leur coupe géante

et envahissante.


En souvenir, AMAAR se revoit avec sa famille.


MÈRE D'AMAAR

Alors, dis-moi, à quelle

heure tu rentres ce soir?


AMAAR

Je sors. Je vais à un gala

du Nouvel An avec le cabinet.


PÈRE D'AMAAR

Les relations, c'est un

avocat, il va en avoir besoin.


MÈRE D'AMAAR

Pourquoi il aurait

besoin de relations?

Le cabinet t'appartient.


PÈRE D'AMAAR

Bien, c'est juste.

Fais ce que dit ta mère.


AMAAR

Maman, il faut que j'y aille.


MÈRE D'AMAAR

BM, tu rentres à la maison.


Le souvenir se termine. Le souper chez YASIR continue.


RAYYAN

(S'adressant à AMAAR)

Attendez.


RAYYAN

Dites, BM, ça veut dire quoi?


AMAAR

Quoi?


RAYYAN

Elle vous a appelé BM.


AMAAR

Oh, c'était juste un surnom

quand j'étais petit.


YASIR

Et c'est pour?


AMAAR

Beau minois.


Toutes les personnes attablées éclatent de rire.


AMAAR

Mais j'étais

un adulte à l'époque.

Ils ne m'appellent plus

comme ça.


Le souvenir se poursuit.


MÈRE D'AMAAR

BM, tu seras

à la maison ce soir.


PÈRE D'AMAAR

Ah, laisse BM tranquille.

BM est un adulte.

BM peut faire ce que

BM a envie de faire.

Passe-moi les oeufs, BM.


MÈRE D'AMAAR

Tu rentreras à la maison.

On a une surprise.


PÈRE D'AMAAR

Dis pas ça; tu gâches

toute la surprise.


AMAAR

Quelle surprise?


MÈRE D'AMAAR

Je ne gâche pas la surprise,

il ne la connaît pas.


PÈRE D'AMAAR

Oui, mais maintenant,

il s'attend à une surprise.

Ce n'est donc plus une surprise.


AMAAR

Qu'est-ce qui n'est

pas une surprise?


PÈRE ET MÈRE D'AMAAR

T'occupe, c'est une surprise.


Le souvenir se termine.


RAYYAN (Narrateur)

Vous étiez

un bon avocat, BM.


AMAAR (Narratrice)

Ne m'appelez pas comme ça.


Un autre souvenir commence. AMAAR marche dans les couloirs qui le mènent à son bureau.


AMAAR (Narrateur)

Oui, mais tout en suivant

le chemin de la réussite

dans le monde juridique,

je savais malgré tout

que je n'étais pas

sur la bonne voie.


AMAAR est frappé par le gallon de peinture d'un peintre juché sur une échelle au tournant d'un couloir.


ANITA

Amaar? Amaar?

Amaar?


AMAAR ouvre les yeux. Il est étendu sur le sol dans le corridor. ANITA est penchée au-dessus d'AMAAR.


AMAAR

Oh...

Hé. Anita.


ANITA

Est-ce que tout va bien?


Plus tard à la réception du bureau d'avocats.


ANITA

Alors, tu vas au gala

de bienfaisance?

On dit que le premier

ministre devrait y être.


AMAAR

Je sais pas

si je pourrai y aller.


ANITA

Oh, s'il te plaît. Je peux

vraiment pas te convaincre?


AMAAR

Bien... C'est possible.


ALI, un autre avocat, arrive à la réception.


ALI

Hé. Bats les pattes

de mon assistante juridique.


ANITA

Bonjour, Ali. Vous allez au

dîner de bienfaisance ce soir?


ALI

À la table d'honneur.


ANITA

Vous êtes assis

avec le premier ministre?


ALI

(Donnant des billets à ANITA)

«Nous» serons assis

avec le premier ministre.


ANITA

C'est fabuleux.


AMAAR

(S'adressant à ALI)

Le premier ministre, hein?


ALI

Oui. J'ai fait un sommet G8

avec ce type et depuis,

il ne veut plus me lâcher.


AMAAR

Je sais, j'ai le même problème,

sauf qu'à la place du premier

ministre, c'est mon père.

Et au lieu du G8, c'est... Lidl.


ALI

Ah, pauvre Amaar.

Pauvre, pauvre Amaar.


AMAAR

Entre nous,

une seule fois j'aimerais...


ALI

Être le quart

de l'homme que je suis.


AMAAR

J'allais dire:

«te filer un coup

de pied dans les fesses»,

mais... oui.


AMAAR termine sa journée de travail et sort du bureau.


AMAAR (Narrateur)

Le temps de rentrer chez moi,

j'avais complètement oublié...


AMAAR rentre chez lui. Dans le salon un groupe d'individus qui lèvent le verre sont là pour la surprise.


TOUS

Surprise!


AMAAR

C'est quoi, ça?


MÈRE D'AMAAR

C'est le réveillon

du Nouvel An.

La banderole n'est

pas assez claire?


AMAAR

Non, je veux dire...

je m'attendais pas du tout

à quelque chose de ce genre.


PÈRE D'AMAAR

Oui, en général, on regarde

la docu sur les animaux

avec tes cousins, mais cette

année, on a voulu innover.


Dans le salon, plusieurs jeunes femmes en tenues traditionnelles ricanent.


AMAAR

L'innovation, ça a du bon.


PÈRE D'AMAAR

Et comment!


Le souvenir se termine. YASIR veut connaître la suite de l'anecdote.


YASIR

Une minute.

Il y avait que des femmes?


AMAAR

À peu près.

C'était impressionnant.


De retour au souvenir d'AMAAR un peu déformé. AMAAR marche chez lui. Au balcon donnant sur un grand escalier, une dizaine de femmes lui font signe de monter. AMAAR tente de s'enfuir, mais les femmes lui barrent le chemin. À la manière d'un film de Bollywood, AMAAR danse parmi les filles qui l'entourent. Puis le souvenir se termine et c'est de nouveau le souper chez YASIR.


AMAAR

Ça s'est pas passé comme ça.


SARAH

Oh, votre histoire

est barbante,

j'essaie simplement

de la pimenter un peu.


AMAAR

Il y avait 15 femmes

et... moi.


Retour au souvenir. Les femmes se présentent à AMAAR.


FEMME 1

Bonjour.


AMAAR

Bonjour.


AMAAR (Narrateur)

Au début, c'était génial.

J'étais l'objet

de toutes les attentions.

Mais très vite...j'ai commencé à moins me sentir comme l'invité d'honneur

et plus comme le plat principal.


AMAAR est vite entouré par les 15 femmes.


AMAAR

Excusez-moi.


AMAAR rejoint sa mère à la cuisine.


AMAAR

Maman, qu'est-ce que

ces filles font ici?


MÈRE D'AMAAR

Oh, tu as remarqué ces filles!


AMAAR

Remarqué? J'ai l'impression

d'être un os en caoutchouc

dans un magasin pour chiens.


PÈRE D'AMAAR

Il y en a une qui t'a mordu?

Grrr...


MÈRE D'AMAAR

Ah... Choisis soigneusement.

L'une d'elles sera ton épouse.


AMAAR

C'est bizarre,

j'ai entendu «épouse»

alors que tu pensais forcément

«fille avec qui discuter poliment».


MÈRE D'AMAAR

D'abord, passe tes examens.

Et ensuite, tu te marieras.

Pas la peine de tergiverser.


AMAAR

Non, non, j'aime bien

tergiverser. Tergiversons.


MÈRE D'AMAAR

Ces filles sont toutes

de bonnes familles

avec de bonnes références.

Ça n'a pas été facile pour moi

de les faire venir.


PÈRE D'AMAAR

J'ai trouvé la banderole.


MÈRE D'AMAAR

Et ton père a trouvé

la banderole.


AMAAR

Je ne discute pas pour la

banderole, je veux juste dire

que je ne suis pas prêt pour...


PÈRE D'AMAAR

Relaxe. Parle-leur.

On ne te demande pas

d'en choisir une ce soir.


MÈRE D'AMAAR

Rappelle-toi tes préférées

et on en choisira une demain.


AMAAR passe la soirée parmi les filles.


AMAAR (Narrateur)

D'abord le droit.

Ensuite, mon mariage.

Il était temps

que je m'oppose à ma mère.

Ce que je n'avais pas

le courage de faire.

Donc, je suis passé au plan B.

(S'adressant aux femmes l'entourant)

Excusez-moi.


AMAAR s'éloigne du groupe et prend son téléphone.


AMAAR

Ali.


ALI répond au téléphone à l'arrière-scène d'une salle de spectacle.


ALI

(Parlant au téléphone)

Hé, devine. Ils ont

programmé un magicien

et moi et le premier ministre

allons l'assister!


AMAAR

(Parlant au téléphone)

Il va faire quel tour?


ALI

Je sais pas,

un truc avec un serpent

et des bébés souris.


AMAAR

Les souris sont pas juste

la bouffe pour le serpent?


ALI

Non, non. C'est pour...

Oui! Oui, la bouffe du serpent.


AMAAR

De toute façon, laisse tomber.


ALI

Je crois que j'ai beaucoup mieux.


Les jeunes filles rient entre elles. AMAAR discute avec ses parents.


AMAAR

Désolé, maman. On dirait

que ça ne va pas marcher.


MÈRE D'AMAAR

Bien joué, BM.

Mais tu ne vas pas

te sauver toute ta vie.


PÈRE D'AMAAR

Mmm, ce que j'aimerais

être jeune à nouveau.


Le souvenir fait place à la réalité au souper chez YASIR.


SARAH

Vous voyez, ça rend

mieux comme ça.


YASIR

Donc, vous avez évité le pire.


AMAAR

Pas vraiment. Le lendemain,

ma mère avait choisi une fille

et on a été fiancés un an.

Passez-moi le maïs.


SARAH

Vous avez été fiancé?


AMAAR

Passez-moi le maïs.


BABER

Il faut être reconnaissant de

ne pas avoir été moi ce soir-là.


AMAAR

J'en suis reconnaissant

tous les soirs.


BABER

Vous m'autorisez à raconter

une histoire oui ou non?


RAYYAN

D'accord. Qu'est-ce qui a

bien pu t'arriver, Baber?


BABER

Oui, oui, un peu de silence

s'il vous plaît,

je vais vous raconter.

Il y a cinq ans de ça, je venais

d'emménager à Mercy...


Le souvenir de BABER commence. C'est l'hiver et BABER entre dans le restaurant de FATIMA. FRED TUPPER discute avec FATIMA au comptoir.


FRED

Des musulmans.

Je pense que je pourrais

parler des musulmans

à l'émission,

c'est que je ne sais pas

sous quel angle l'aborder.

Est-ce que je suis

pour vous ou contre vous?


BABER

Bonjour, tout le monde.

Je m'appelle Baber.


FRED sursaute en tenant son café. Résultat, le café se renverse sur sa chemise.


FRED

Argh!

(Se levant)

J'ai pris ma décision.


BABER

Pardon.


FATIMA

(S'adressant à BABER)

Ne vous en faites

pas pour lui.

C'est vous qui avez passé

une commande à apporter?


BABER

Oui, on m'a dit

qu'une bonne musulmane

tenait cet endroit.

Je suis Baber.


FATIMA

Je suis la bonne

musulmane en question.


BABER

Du poulet korma et du naan.

Miam miam! Ma femme va adorer.


FATIMA

Vous et votre femme

venez d'arriver ici?


BABER

On est séparés.

Elle vit à Vancouver.


FATIMA

Je vais doubler le sac

pour que ça reste au chaud.


BABER

Oh non, non. Elle me

rend visite ce soir.

Inch'Allah,

elle veut me reprendre.


FATIMA

Je vais faire

une prière pour vous.


BABER

Oui, mais au fait, est-ce que

cette ville a une mosquée?


FATIMA

Ça, c'est une bonne idée!

Et quand on en aura une,

l'imam devrait être vous.

Et pas un petit avocat

snobinard de Toronto.


BABER

Bien, je ne--


FATIMA

Ah non, sans blague.

Un imam imberbe et libéral de

Toronto serait un vrai désastre.


AMAAR intervient pendant l'anecdote de BABER.


AMAAR

Baber, on a compris.

Continuez.


BABER

C'est comme ça que je m'en

rappelle. Enfin, bref.


Dans son souvenir, BABER est maintenant chez lui dans la maison encore pleine de cartons vides, récemment déballés.


BABER (Narrateur)

Je voulais que tout soit parfait

pour la venue de Samina,

alors, j'ai commandé des meubles

pour ma nouvelle maison.


Les meubles ne sont pas exactement ceux qu'il croyait avoir commandés.


BABER

(Parlant au téléphone)

Quoi? Comment ça? J'aurais

commandé des meubles de jardin?

J'ai commandé avec les numéros!

J258, J342.

Comment je pouvais savoir que

«J», ça voulait dire jardin?

Je ne sais pas, moi! Joie, joli?

J'arrive pas à déchiffrer

vos codes!


On sonne à la porte.


BABER

Ha! Subhan Allah,

elle est là.


BABER ouvre le parasol de la table de jardin installée au milieu de la salle à manger. Sa chemise se déchire.


BABER

Argh!

(Soupirant)


BABER ouvre la porte à SAMINA.


BABER

Samina!

Tu ne portes toujours

pas le hijab?


SAMINA

Et toi, tu n'as toujours pas

fait une croix dessus.


BABER

Laisse-moi te poser

une question.


Un homme arrive derrière SAMINA.


BABER

Qui est cet homme?


SAMINA

Allons, calme-toi, Baber.


BABER

Oh, comme c'est agréable.

«Bonjour, Baber, merci

«d'avoir fait tant

de choses pour ma venue.

«Je te présente l'homme

qui va bientôt te remplacer.

«Oh, est-ce que je t'ai précisé

que cet infidèle est jeune,

beau et surtout non musulman?»


SAMINA

Baber, c'est

le chauffeur de taxi.

Et je n'ai pas de monnaie. Hum?


BABER

D'accord.


SAMINA entre dans la maison.


BABER

(S'adressant à l'homme)

Désolé de vous

avoir traité de beau.


SAMINA

Bien. Quel merveilleux début.


Le souvenir se termine.


BABER

(S'adressant aux autres convives)

C'est pour ça que je hais

les pneus à neige.


SARAH

Tu étais censé nous parler

de ton dîner avec ton ex-femme.


ANN

Le réveillon du Nouvel An

il y a cinq ans.


BABER

Ah. Oui, oui,

un brin stressant.


Dans le souvenir de BABER, SAMINA remarque les meubles de jardin dans la salle à manger.


SAMINA

Oh, Baber.

Si la pension alimentaire

est trop importante,

on peut en discuter.


BABER

J'ai emménagé

il y a deux semaines.

Il y a eu un problème

avec la livraison.


SAMINA

D'accord. Ça va, je te crois.

(Remarquant la chemise brisée)

Sérieusement, Baber, on peut

trouver un arrangement.


BABER

Tu es seulement venue

pour parler de la pension?


SAMINA

Non, non. Bien sûr que non.

Mais je... je meurs de faim.

Si on mangeait?


BABER

Assis-toi, assis-toi.

Je te sers.


SAMINA

On pourrait peut-être

fermer le parasol, non?


SAMINA ferme le parasol.


SAMINA

Il fait vraiment très beau ce soir.


BABER

Tu n'as toujours pas perdu

ton sens de l'humour.

Ça me manque, tes blagues,

tes petites piques,

tes remarques qui me...

qui me lapidaient.


BABER ouvre la boîte à repas.


SAMINA

Un gâteau pour le dîner? Ça

fait beaucoup de calories, non?


BABER

Je suis désolé

pour le chauffeur de taxi.

Je croyais que tu avais

rencontré un autre homme

et que vous alliez vous marier.


SAMINA

J'ai rencontré un autre

homme et on va se marier.


BABER

Je le savais! Qui est-il?

Comment tu as pu me faire ça?

Ça dure depuis combien de temps?


SAMINA

Tu veux entendre

la réponse à tes questions

ou continuer à bafouiller

comme un idiot?


BABER

Je suis parfaitement

capable de faire les deux.


SAMINA

Baber, je suis amoureuse

de cet homme

et je pars avec lui

pour le Pakistan.


BABER

Le Pakistan?

C'est ça, ta nouvelle?

Et je suppose que tu veux

emmener notre fille avec toi?

Espèce de remarieuse

enleveuse d'enfant.


SAMINA

Ma nouvelle, pauvre bouffon,

c'est que je voudrais

que Layla vienne vivre avec toi.


BABER

Oh.


SAMINA

Le travail de mon nouveau mari

nous obligera à beaucoup

voyager et je veux que Layla

ait une vie stable.


BABER

Ce serait fabuleux.


SAMINA

Mais ça ne peut pas

être tout de suite, Baber.

Regarde comment tu vis. Tu as...

Tu n'as même pas de meuble ici.


BABER

C'est le top du top en matière

de meubles de jardin.


SAMINA

Tes vêtements,

ils sont déchirés.


BABER

C'est à cause de cette

saleté de meuble de jardin.


SAMINA

Tu sers du gâteau au dîner.


BABER

C'est la dernière fois

que je vais dans ce resto.


SAMINA

Une fille a besoin

d'un environnement sain.

Il faut que je fasse ce

qu'il y a de mieux pour Layla.


BABER soupire.


SAMINA

Excuse-moi, il faut

que j'aille aux toilettes.

À moins que tes toilettes

n'aient pas été encore livrées.


BABER

C'est au premier.

Il faut que tu secoues

la poignée quand tu as fini.

J'ai pas encore eu

le temps de la réparer.


SAMINA se rend à l'escalier pour monter à l'étage et remarque un collage de photos de Layla sur le mur. Le souvenir se termine et le souper se poursuit.


BABER

Bien sûr, à la fin,

Samina a changé d'avis.


YASIR

Ah. Et comment

t'as réussi ton coup?


BABER

C'est plutôt évident.


YASIR

En fait, t'en sais rien?


BABER

Non.


YASIR

Tout ça, c'est...

très enrichissant, mais ça me

donne pas le million de dollars

que je devrais avoir dans...

20 minutes.


SARAH

Pourquoi tu t'es écrit cet

idiot de chèque de toute façon?


YASIR

À la réflexion,

je m'en souviens pas.


RAYYAN

Une minute, moi,

je m'en souviens.

J'étais avec toi, ce soir-là.

Je venais de revenir à la maison

pour mes vacances scolaires.

J'étais en FAC de médecine.

Et à l'époque, je travaillais

un peu chez Fatima

chaque fois que je

rentrais à la maison.


Le souvenir de RAYYAN commence dans le restaurant de FATIMARAYYAN travaille. FRED est assis au comptoir.


FATIMA

(S'adressant à RAYYAN)

Alors, qu'est-ce

que tu en penses?


RAYYAN

(Retirant son hijab et le rendant à FATIMA)

Ah, je ne sais pas, Fatima.

C'est pas trop pour moi.


FATIMA

Peut-être un jour.


FRED

Vous êtes une

de ces musulmanes vous aussi.

Il y en a de plus en plus comme

vous qui s'installent à Mercy.


RAYYAN

Oh. Vous pourriez

en parler à votre émission.


FRED

Sans doute.

Et qu'est-ce que je dirais?


SANDY SHARPE entre dans le café.


SANDY SHARPE

Oh mon Dieu, Rayyan! Je

t'avais pas vue depuis le lycée.

Viens là, viens là,

viens là. Bisou!


RAYYAN

Alors, qu'est-ce

que tu deviens?


SANDY SHARPE

Hé... Pareil. Rick est pareil.

Mes parents sont pareils.

Rien n'a vraiment changé.


RAYYAN

Je suis désolée d'entendre ça.


SANDY SHARPE

Pourquoi? C'est génial.

Il faut que tu viennes

à ma soirée du Nouvel An.

Tu verras, il va

y avoir des tonnes

de gens de notre

vieille équipe.


RAYYAN

Je ne savais pas que j'étais

dans la vieille équipe.


SANDY SHARPE

Qu'est-ce que tu racontes?

C'est faux. Tu viendras?


RAYYAN

Oui, avec plaisir.


SANDY SHARPE

T'inquiète pas,

il y aura des boissons

non alcoolisées

parce que...

tu sais, toutes ces histoires

de musulmans, musulmans.


RAYYAN

Je suis au courant

de cette histoire de musulmans.


SANDY SHARPE

Bon, génial. Je t'appelle.

Allez ciao bella.


RAYYAN

(Se tournant vers FATIMA)

Oh, mon Dieu.

Non, mais tu te rends compte?

Je vais à une soirée

de Sandy Sharpe!


FATIMA

Fêtons l'événement. Faisons

des paquets pour les commandes.


RAYYAN place les plats pour emporter dans des sacs de papier.


RAYYAN

Oui, d'accord.

Deux poulets korma.

Et... un gâteau.

Je ne sais pas ce que je vais

porter. Je peux partir plus tôt?


FATIMA

Quand le coup de feu

sera passé.


RAYYAN regarde autour d'elle. Il y a deux clients dans la salle.


RAYYAN

Alors, maintenant?


FATIMA

Très bien. Sauve-toi.


FATIMA

T'es la meilleure, Fatima.


RAYYAN prend un des sacs et le dépose près de FRED.


RAYYAN

Votre gâteau, M. Tupper.


FRED

Ah, merci bien.


RAYYAN

N'oubliez pas ce que j'ai dit.

Les musulmans sont

un bon sujet d'émission.


FRED

Les musulmans, hein?

Je crois que je vais parler

des musulmans à l'émission,

mais je ne sais pas

sous quel angle l'aborder.

Pour ou contre vous?


À ce moment BABER entre dans le restaurant.


BABER

Hé!


Le souvenir de RAYYAN se poursuit chez elle.


SARAH se maquille dans sa chambre. RAYYAN entre.


RAYYAN

Maman?

Est-ce que papa et toi allez

à la fête chez les Cowans?


SARAH

Oui.


RAYYAN

Demande-moi si je veux venir.


SARAH

Pourquoi?


RAYYAN

Demande-moi!


SARAH

Veux-tu venir avec nous?


RAYYAN

Non, j'ai des projets.


SARAH

Tu me l'as déjà dit ce matin.


RAYYAN

Maman, tu me gâches

tout mon plaisir.


SARAH

Désolée.

Quels sont tes projets?


RAYYAN

Sandy Sharpe m'a invitée

à son réveillon.


SARAH

Hum, qui est Sandy Sharpe?


RAYYAN

Elle a jeté mes chaussettes

aux toilettes au lycée.

Celle qui m'a collé le visage

sur son casier.

Elle riait quand elle m'a vue

sans cavalier au bal de l'école.


SARAH

Ah, je vous pourquoi

tu as tellement envie

de fêter la nouvelle année

avec elle.


RAYYAN et sa mère sont maintenant dans la cuisine. RAYYAN semble nerveuse.


SARAH

Yasir, t'es bientôt prêt? On va

être en retard chez les Cowans.


YASIR entre dans la cuisine.


SARAH

T'es pas habillé?


YASIR

Je suis pas nu.


SARAH

Qu'est-ce qu'il y a, papa?


YASIR

Regarde ça.

Il y a 5 ans, je me suis fait

un chèque postdaté de 500 000$.


SARAH

Je crois qu'il sera en bois.

J'étais censé avoir un kayak

et un hors-bord.]


RAYYAN

On vit dans une prairie.


YASIR

J'allais aussi

m'acheter une marre.


RAYYAN

Pourquoi tu ne t'écris pas

un autre chèque d'un million

et tu le postdates

pour dans 5 ans.


YASIR

Chérie, tu es brillante.

Tu as doublé mon argent.


Le téléphone sonne.


RAYYAN

(S'adressant à sa mère)

Ne réponds pas! Je ne veux pas

paraître trop impatiente.


SARAH

Ce sont les enfants qui

se moquaient de toi à l'école.


RAYYAN

Je sais, je veux

les impressionner.


YASIR

Et tu y arriveras

parce que tu es cool.


SARAH

Dis l'homme en chaussettes

et sandales.

S'il te plaît, habille-toi.


RAYYAN

(Répondant au téléphone)

Allô.

Ah, Sandy! Quoi de neuf?


SARAH et YASIR s'apprêtent à partir. RAYYAN descend l'escalier en tenant une feuille.


RAYYAN

Ah.


SARAH

C'est quoi, chérie?


RAYYAN

L'itinéraire pour la maison

de Sandy.


SARAH

Où est-ce qu'elle habite?


RAYYAN

Et la maison de Kate, Dave...


YASIR

Wow, tu vas sauter

de fête en fête?


SARAH

Non, ce sont les gens

que je dois passer prendre

et les heures où ils sont censés

rentrer chez eux.


YASIR

Oh, ça va être très amusant.


RAYYAN

Sandy m'a invitée

pour que je sois la conductrice

attitrée parce qu'elle sait

que je suis musulmane

et que je ne bois pas.


SARAH

Oh, Rayyan, ma chérie, je suis

sûre que c'est pas pour ça.


RAYYAN

Arrête. Tu aurais dû

la voir au lycée.

Je me rappelle, ça remonte

à 5 ans. Ce soir-là, je-


YASIR

Personne ne s'intéresse

à une histoire vieille de 5 ans.


RAYYAN

Bref, je croyais

qu'elle avait changé.

Rétrospectivement,

j'aurais dû m'en douter

quand elle a dit

qu'elle n'avait pas changé.


SARAH

Chérie, je suis certaine

que c'est un malentendu.

Personne ne t'a invitée pour que

tu sois la conductrice attitrée.

C'est ridicule.


YASIR

Désolé de vous interrompre,

mais on va être en retard

chez les Cowans.


SARAH

Nous avons 15 minutes.

Il faut prendre les Douglas,

les Morgan et les Sheridan.


Finalement, YASIR, SARAH et RAYYAN mange du popcorn en regardant un film à la télé.


YASIR

C'est quand même bien plus drôle

que de sortir, vous croyez pas?


SARAH

Tout à fait d'accord.


RAYYAN

Dans le calendrier islamique,

il n'y a pas de 31 décembre.


SARAH

C'est vrai? Je savais pas.

Hum-hum.


À la télé, on présente les nouvelles.


PRÉSENTATEUR DE NOUVELLES

Flash spécial.

Le premier ministre se remet

après cette morsure

de serpent qui s'est produite

lors d'un gala à Toronto

qui a mal tourné.


YASIR

Toronto?

Qu'est-ce qui tourne

pas rond chez ces gens?


L'anecdote de RAYYAN se termine. Les invités des HAMOUDI sont au café.


SARAH

Ah, mon Dieu. Il est presque

minuit. On met la télévision.


BABER

Souvenez-vous, ce n'est pas

un dîner de réveillon.


RAYYAN

Non, juste un dîner

le jour du réveillon.


AMAAR

Vous savez Sarah,

dans le calendrier islamique,

il n'y a pas de 31 décembre.


SARAH

C'est vrai?

J'étais pas au courant.


YASIR

Bon, alors joyeuse

non nouvelle année quand même.


ANN porte un diadème de nouvelle année et sort une flûte de fête. Sa bouteille de vin est vide.


ANN

Quoi?

Je suis pas musulmane.


ANN rit en versant un peu d'alcool de sa flasque.


ANN

Ah, on mélange les couleurs.

C'est dangereux.


Le lendemain, SARAH et YASIR terminent de laver la vaisselle.


SARAH

Quelle belle soirée.

Tous ces amis.


YASIR

Toute cette vaisselle.

Si on avait un million,

on paierait quelqu'un pour ça.


SARAH

Ou tu pourrais réparer

le lave-vaisselle.

Arrête de pleurnicher.

Tu as la santé,

la sécurité, le confort

et tu as passé la nuit

dans une maison

où tout le monde t'aime.


YASIR

Tu as raison, chérie.

C'est beaucoup plus important

qu'un million de dollars.


SARAH

Oui.


RAYYAN rejoint ses parents au salon.


RAYYAN

Papa?

J'ai quelque chose pour toi.


YASIR

Un million de dollars?


RAYYAN

Mieux.

(Tendant un chèque)

Dix millions de dollars.

Il ne te reste plus qu'à signer.


YASIR

Brillant!

Ah oui, oui, oui.

Ça, ça va me motiver

et dans 5 ans à partir

d'aujourd'hui, on va avoir

notre propre piscine

sur le pont d'un yacht luxueux.

C'est peut-être pas le premier

jour de notre année,

mais c'est le premier jour

du restant de ma vie.


SARAH

Tu vas où?


YASIR

Faire la sieste.


RAYYAN

Attends! D'abord, il faut

enlever notre maire du canapé.


ANN se réveille péniblement.


ANN

Hum, de l'eau s'il vous plaît.


Générique de fermeture

Épisodes de La Petite Mosquée dans la prairie