Les 100 merveilles du monde

Du grandiose Colosse de Rhodes, à la magnificence du phare d'Alexandrie, en passant par la pyramide de Khéops, les jardins suspendus de Babylone, le temple d'Artémis, la statue de Zeus, et le tombeau de Mausole; il ne subsiste des 7 Merveilles du monde (antique) que les grandes Pyramides de Gizeh en Égypte à côté du Caire. Aujourd'hui ce sont le Colisée à Rome, la grande muraille de Chine, le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, le Taj Mahal en Inde, le Machu Picchu au Pérou, Chichén Itzá au ...

Partager
Image univers Les 100 merveilles du monde Image univers Les 100 merveilles du monde

Vidéo transcription

4ème partie

À la découverte des merveilles entre l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Europe. Embarquez pour découvrir les Pyramides d’Égypte, la Tikal, Cité Maya, Buenos Aires, le désert du Wadi Rum, Cuzco, Cité Coloniale, Porto et la vallée du Duro et les iles Maldives.



Réalisateur: Jacques Vichet
Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Tout au long de l'émission, les propos du NARRATEUR sont illustrés par des photos et des séquences vidéo des sites concernés.


Générique d'ouverture


Titre :
Les 100 Merveilles du Monde Quatrième partie


Un globe terrestre apparaît, puis les pyramides de Gizeh, au Caire, en Égypte, sont situées, au nord-est de l'Afrique.


Des séquences vidéo et des photos des pyramides de Gizeh, inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO, sont présentées. Les trois pyramides sont situées sur un plateau désertique, juste à côté de l'immense ville du Caire.


NARRATEUR

Sur un plateau,

à quelques kilomètres de la

ville du Caire, en Égypte,

Gizeh est une ville

située à l'ouverture du

delta du Nil, au nord du pays.

Gizeh doit sa renommée

internationale à ses très

célèbres et très grandes

pyramides, celle de Khéops,

celle de Khéphren

et celle de Mykérinos.

La grande pyramide de Khéops,

avec ses faces orientées sur

les quatre points cardinaux,

mesurant chacune au sol plus

de 230 mètres pour un périmètre

total de 922 mètres, pèse

environ 5 millions de tonnes,

chaque bloc de pierre

calcaire polie pesant

en moyenne 2,5 tonnes.

Du haut de ses 137 mètres,

elle domine le plateau de Gizeh.

La pyramide de Khéops, érigée

sous l'Ancien Empire durant

la quatrième dynastie, vers l'an

2650 avant Jésus-Christ, est donc

la grande pyramide, la plus grande

pyramide d'Égypte, et qui fut,

jusqu'au début du vingtième siècle,

le plus volumineux, le plus

haut, et le plus massif

monument jamais construit.

Elle est considérée depuis

2000 ans comme l'une des

sept merveilles du monde.

Si le site laisse sans voix,

il n'y a pas si longtemps,

les savants du dix-neuvième

siècle se jugeaient incapables

de reproduire les prouesses

techniques de tels ouvrages

d'art. Des théories sont

alors apparues afin de tenter

d'en percer les mystères,

mais la pyramide est avant

tout un tombeau et représente

l'une des plus pures et des

plus abstraites oeuvres

d'art jamais conçues.

La pyramide de Khéops fait donc

partie d'un complexe funéraire

plus large constitué d'un

temple, d'un ensemble composé

de pyramides subsidiaires,

et de multiples mastabas

regroupés en trois cimetières.


Près des trois grandes pyramides se trouvent trois pyramides beaucoup plus petites.


NARRATEUR

Le règne de Khéops est assez mal

connu. Seule une statuette

en ivoire d'une dizaine

de centimètres à son effigie

nous est parvenue.


La statuette de Khéops est présentée.


NARRATEUR

Il est le fils du roi Snéfrou

et de la reine Hétep-Hérès première,

et est considéré par certains comme

l'un des plus grands pharaons de

l'histoire de l'Égypte antique.

Sa réputation repose surtout

sur ses réalisations

architecturales, entre autres

celle de la grande pyramide,

dont la construction dura

20 années, nécessitant 20 000

ouvriers, et considérée de

nos jours comme la perfection

en termes de techniques de

construction et d'architecture.

L'entrée de la pyramide est à

une hauteur de plus de 15 mètres

et est surplombée par un

système de décharge avec voûtes

et linteaux monolithiques.

On accède aujourd'hui aux

infrastructures par la percée

qu'effectua le calife Al-Mamun

en 820. Elle fut creusée

quelques mètres sous la

véritable entrée et débouche

sur le couloir ascendant.


Deux petites ouvertures sont creusées en hauteur dans la pyramide, l'une au-dessus de l'autre.


NARRATEUR

Le revêtement lisse de la

pyramide était encore en place

à cette époque et masquait le

dispositif de fermeture antique.

Cette entrée aurait été fermée

au moyen d'une pierre mobile.

Le parement, originellement

composé de pierres en

calcaire fin, a presque

complètement disparu.


Les blocs de pierre en étages apparaissent maintenant sur la surface de la pyramide au lieu de son revêtement lisse d'origine.


NARRATEUR

Il n'en subsiste plus que

quelques blocs au niveau de la

base, reposant sur les pierres

du socle, contrairement

à la pyramide de Khéphren,

le fils de Khéops, qui,

elle, est mieux conservée

et a gardé son chapeau.

À leur époque, les pyramides

devaient briller sous le soleil

dans un aspect majestueux.

La pyramide de Khéops fait donc

partie d'un complexe plus large

constitué par la pyramide

de Khéphren et par celle

de son petit-fils Mykérinos.

Mykérinos est le nom grec

du souverain Menkaourê,

sous la quatrième dynastie de

l'Ancien Empire égyptien.

Il aurait régné approximativement

de l'an moins 2490 à l'an moins

2473 et aurait succédé à Khéphren.

Tout comme son père et

son grand-père, il reste

attaché à l'édification

d'une pyramide à Gizeh.

C'est la plus petite des trois

grandes pyramides du plateau.

Cette pyramide qui s'élève

à l'extrémité sud ne représente

qu'un dixième du volume

de la pyramide de Khéops.

Sa hauteur était de 66 mètres

et son côté de 108.

Le complexe funéraire

se compose également

de trois pyramides de reines.

Et de plus, Khéops avait aussi

fait aménager une sépulture pour

sa mère Hétep-Hérès première.

La pyramide de Khéphren est

la mieux conservée des trois.

Sa base est un carré

de 215 mètres de côté

et elle s'élevait à l'origine

à 144 mètres de hauteur.

Elle était entièrement

recouverte d'un parement

de calcaire qui apparaît

encore au sommet.

L'histoire de l'exploration

de la pyramide de Khéphren

se confond dans ses grandes

lignes jusqu'au dix-neuvième

siècle avec celle de la

pyramide de Khéops.

Il faut donc remonter à l'époque

de l'historien grec Hérodote

pour en trouver la première

description. À la mort

de Khéops, la royauté revient

à son fils Khéphren. Ce dernier

se régla en tous points sur son

prédécesseur et ne manqua pas

de construire une pyramide qui,

à vrai dire, n'atteint pas les

dimensions de celle de Khéops.


Un immense sphinx se dresse à l'avant des trois pyramides.


NARRATEUR

Devant les grandes pyramides

du plateau se dresse la statue

du célèbre Sphinx de Gizeh.

D'une longueur de 73 mètres,

et d'une hauteur de 20,

et d'une largeur de 14,

le Sphinx est une sculpture

monumentale taillée dans un

promontoire naturel du roc.

C'est une statue thérianthrope,

car elle monte l'imbrication,

à des fins mystiques,

de l'homme et de l'animal.

Sa tête tournée vers le levant.

Le corps du Sphinx est celui

d'un lion couché, et la tête,

celle d'un souverain portant le

Némès, la coiffe emblématique

des pharaons ornée d'un uraeus,

le cobra fixé sur son front.

Longtemps identifié au pharaon

Khéphren, fils de Khéops,

son visage pourrait en fait

représenter Khéops lui-même.

Plusieurs indices le

prouveraient, comme

l'observation de sa coiffe,

la largeur de son menton,

la forme de ses oreilles

ou sa barbe de cérémonie.

C'est du pied du Sphinx, face

aux pyramides, que le futur

empereur français Napoléon

Bonaparte aurait prononcé

le célèbre: «Soldats, songez

que du haut de ces pyramides,

40 siècles vous contemplent.»


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis la cité maya de Tikal, au Guatemala, est située, en Amérique centrale.


Des séquences vidéo et des photos du site de Tikal, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, sont présentées. Les ruines d'une vaste cité ancienne se trouvent au milieu de la forêt.


NARRATEUR

C'est au coeur d'un site

d'une sauvagerie grandiose

que se trouve la cité maya

de Tikal, le lieu des échos,

qui fut habitée du sixième

siècle avant Jésus-Christ

jusqu'au dixième siècle de

notre ère. C'est l'un des sites

majeurs de cette civilisation.

Les ruines occupent une

surface de 16 kilomètres

carrés et on y dénombre

plus de 3000 structures.

Autour de la Grande Place,

le coeur de Tikal, se présente

une concentration de structures

remarquables dont le Temple

numéro 1 qui est le

monument emblématique

du site et qui en caractérise

le style architectural.


Un temple en forme de pyramide étagée avec un grand escalier au centre est présenté.


NARRATEUR

Bâtie vers 734, la pyramide,

qui est la fondation du temple,

s'élève à 47 mètres de

hauteur, et un escalier

d'une seule volée conduit

au temple proprement dit.

La civilisation maya est apparue

environ 1000 ans avant l'ère

chrétienne, et sa période

dite classique se situe

entre l'an 200 et l'an 700.

La période post-classique vient

juste après. Le long du côté

ouest de la Grande Place, le

Temple 2 fait face au Temple 1.

Il est également connu sous

le nom de Temple des masques

et a été construit aux

alentours de l'an 700.


Un deuxième temple dont la structure ressemble à celle du premier se dresse un peu plus loin.


NARRATEUR

Sa hauteur est de 38 mètres.

Il est dédié à l'épouse du

souverain enterré sous le Temple

numéro 1, et le portrait de

la reine a été sculpté sur

le linteau de la porte située

au sommet du sanctuaire.


Une sculpture se trouve au sommet du temple.


NARRATEUR

Comme d'autres grands temples de

Tikal, le sommet du sanctuaire

disposait de trois chambres

en enfilade avec des portes

soutenues par des linteaux.

Contrairement au Temple 1,

aucune sépulture

n'y a été retrouvée.

La crête faitière révèle des

sculptures de masques érodées.

Située au nord de la Grande

Place, l'acropole est un

ensemble dont les débuts

remontent au préclassique,

vers moins 350 avant Jésus-Christ

Elle a longtemps servi

de nécropole aux souverains

de Tikal. Au coeur du complexe

se trouve une sépulture qu'on

attribue au fondateur de la

dynastie, puis, à chaque

inhumation royale, il a

été ajouté de nouveaux

temples au sommet des

structures plus anciennes.


Un groupe de structures est rassemblé sur plusieurs étages, avec des stèles à l'avant.


NARRATEUR

Au neuvième siècle de notre ère,

au post-classique, 43 stèles

et 30 autels y ont été érigés,

dont certains sont gravés avec

des textes hiéroglyphiques

et sculptés de portraits royaux.

Du côté sud ont été construits

quatre temples, maintenant

cachés dans la végétation,

qui font face à la Grande

Place et au Temple 2.

L'Acropole centrale est

un immense complexe de palais

résidentiels et administratifs

où les familles royales de Tikal

et leurs parents ont vécu.


De nombreux bâtiments en ruines sont disposés sur une grande surface autour de cours.


NARRATEUR

Le complexe s'étend sur

1,5 hectare et se compose

de 45 bâtiments et de 6 cours.

Le Palais Maler et le Palais aux

cinq étages comptent parmi les

édifices les plus remarquables

de cet ensemble qui,

à l'instar de l'Acropole nord,

a grandi organiquement

sur une période de 200 ans.

Escaliers, couloirs et

portes font communiquer

les bâtiments et les places.

En suivant la chaussée Tozzer

vers l'ouest, on atteint

le Temple 3. C'est le dernier

grand temple-pyramide

construit à Tikal.


La structure de ce temple ressemble à celle des deux premières pyramides.


NARRATEUR

Il est également connu sous

le nom de Temple du Prêtre

du Jaguar et il fut bâti

sous le règne de Soleil noir,

vers l'an 810 de notre ère.

La pyramide atteint 55 mètres

de haut, et le sanctuaire au

sommet possède deux chambres.

Au sud du site, un peu à l'écart

dans la jungle luxuriante,

se trouve le second plus

grand temple-pyramide de Tikal,

le Temple 5. Haut de 59 mètres,

il a été érigé aux environs

de l'an 700 après Jésus-Christ.


Une grande pyramide se dresse dans la jungle, avec des singes perchés dans les arbres.


NARRATEUR

L'escalier principal mesure

20 mètres de large et compte

90 marches. Les balustrades

font 2,60 mètres de largeur

et montent sur toute

la hauteur de l'escalier.

Non loin, la Place des sept

temples est bordée à l'est

par une rangée de temples

presque identiques, ainsi

que par une série de palais.


Sept petits temples sont alignés.


NARRATEUR

C'est un enchevêtrement subtil

entre la jungle et les édifices.

Un bien bel endroit. Mais

l'apogée de Tikal arrive

à sa fin. Bien qu'étant l'une

des plus grandes villes de la

civilisation maya classique

avec une population dépassant

largement les 50 000 habitants,

Tikal n'avait pas d'autres

ressources en eau que les

réserves qui provenaient

de la pluie recueillie et

stockée dans dix réservoirs.

L'absence de sources,

de rivières, de lacs dans

les environs immédiats met

en lumière un fait prodigieux:

la construction d'une grande

ville uniquement avec l'eau

provenant des précipitations

saisonnières stockées.

Ce recours aux précipitations

saisonnières rendait Tikal

vulnérable à une sécheresse

prolongée qui aurait pu,

selon certains, avoir joué

un rôle dans l'effondrement

de la civilisation maya

classique au neuvième siècle.

Plus à l'écart, un lieu oublié

des Mayas eux-mêmes, le Mundo

perdido. Les archéologues l'ont

baptisé «Monde perdu» parce

que la jungle environnante

évoquait le roman de l'écrivain

Arthur Conan Doyle.


Une grande pyramide avec une plateforme plate à son sommet se trouve au milieu de la jungle.


NARRATEUR

Haute de 30 mètres et avec des

escaliers sur les quatre côtés,

la pyramide du Monde perdu a un

sommet plat qui pouvait soutenir

une superstructure construite

avec des matériaux périssables.

La pyramide datant de la

période préclassique tardive,

soit au début de notre ère.

Elle constitua, jusqu'au

septième siècle, le plus

grand édifice de Tikal.

Ce Monde perdu est un complexe

de structures fermées qui, en

raison de sa position éloignée,

est resté intact et non touché

par la croissance plus tardive

de Tikal, à l'époque classique.

Il constitue un des plus anciens

noyaux d'occupation de Tikal.

La pyramide forme, avec ses

trois petits édifices situés à

l'est, un ensemble qui aurait eu

une signification astronomique

et elle était décorée de

masques en stuc représentant

le dieu du Soleil.


Des pyramides sont montrées dépassant de la forêt.


NARRATEUR

Comme une vigie au-dessus de

la jungle, la pyramide rappelle

qu'il existe des milliers

d'anciennes structures à Tikal,

dont seule une fraction d'entre

elles a été fouillée, car

pendant des siècles, cette

ville a été entièrement

recouverte par la jungle.


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis la ville de Buenos Aires, en Argentine, est située, au sud-est de l'Amérique du Sud.


Des séquences vidéo et des photos de Buenos Aires sont présentées. De grands immeubles modernes se dressent au centre-ville, parsemés de bâtiments anciens.


NARRATEUR

Bâti sur le modèle

européen, le centre-ville de

Buenos Aires allie les monuments

historiques à l'histoire chargée

aux bâtiments modernes, reflets

de la nouvelle architecture.

Les influences européennes

proviennent essentiellement

des Français et des Anglais

qui ont colonisé la ville

dans les années 1800.

La Plaza de Mayo, la Place

du mois de Mai, dans le quartier

du Centro, est l'âme de Buenos

Aires, car c'est le premier

endroit en Argentine

où les Espagnols se sont

installés au seizième siècle.


Un grande obélisque avec une statue à son sommet se dresse sur une place animée.


NARRATEUR

Son nom est un hommage

au 25 mai 1810, date

de la formation du premier

gouvernement indépendant.

La Plaza de Mayo est le lieu

de tous les rassemblements

politiques ou sportifs de Buenos

Aires. C'est aussi un lieu

de fête pour les Argentins.

Buenos Aires fait partie

des villes les plus peuplées

de la Terre, et elle est aussi

la plus européenne des villes

d'Amérique du Sud, cosmopolite.

À l'est de la place, la Casa de

Gobierno. Ce palais est le siège

du gouvernement argentin.


Un grand palais aux murs rosés se trouve à une extrémité de la place.


NARRATEUR

C'est de ces balcons que

le couple présidentiel Perón

rassemblait et passionnait les

foules lors de longs discours.

La Casa de Gobierno est

également connue sous le

nom de Casa Rosada du fait

de sa couleur rose saumon.


De nombreuses personnes marchent sur une rue commerçante.


NARRATEUR

Les premières ornières de la rue

Florida remontent à la fondation

de Buenos Aires, alors que

la rue ne représentait qu'un

simple sentier qui remontait

des berges du Rio de la

Plata vers le centre-ville.

Devenue piétonne, elle est

la rue la plus commerçante

de la ville. On y admire de

grandes galeries marchandes,

des vitrines qui se suivent,

des magasins haut de gamme

et tout ce qui attire les

classes aisées et les touristes.

Ici, c'est l'Europe

en Amérique du Sud.

Cette ambiance occidentale

est très présente au Café

Tortoni, qui est l'un des

plus anciens, mais aussi le plus

célèbre café de Buenos Aires.


Des gens se tiennent sur le trottoir devant le café Tortoni.


NARRATEUR

Il fut le rendez-vous de

nombreux artistes, intellectuels

ou hommes politiques, et il

perpétue toujours la tradition

dans un cadre magnifique

rappelant celui des vieux

cafés de l'Europe lointaine.


Des photos en noir et blanc de l'intérieur du café défilent.


NARRATEUR

L'avenue du 9-Juillet est

la plus large avenue du monde.


Des voitures circulent sur une avenue avec de très nombreuses voies de circulation. Un haut obélisque se dresse au milieu.


NARRATEUR

Son nom reprend la date de

l'indépendance du pays face

à l'emprise espagnole,

le 9 juillet 1816. L'obélisque

fut érigé en 1936 pour

commémorer les 400 ans

de la ville fondée en 1536.

Face à la croissance de Buenos

Aires, l'avenue fut créée pour

résoudre de sérieux problèmes

de circulation, mais aussi pour

assouvir les rêves de grandeur

des dirigeants de l'époque.

Se dresse une statue à l'effigie

du célèbre Don Quichotte,

le personnage créé par

l'écrivain espagnol Cervantes.


Un bâtiment ancien avec des arcades et une petite tour se trouve sur une place.


NARRATEUR

La Casa del Cabildo est l'un

des rares bâtiments existants

de l'époque coloniale. C'est ici

que se déroulaient les premiers

conseils municipaux au début du

dix-neuvième siècle, et, avant eux,

la chambre du roi y légiférait.

Plus loin, la Plaza

San Martin, elle, relève

d'une certaine élégance avec sa

flore diversifiée très présente.


Sur une place verdoyante se dresse une tour avec un clocher.


NARRATEUR

Sur la place se dresse

l'équivalent d'une mini Big Ben

appelée la Torre de los

Ingleses, la tour des Anglais,

apportée et construite par les

Britanniques ici, en cadeau pour

le centenaire de l'indépendance

du pays au début du vingtième siècle.

En face, un mémorial à la

gloire des combattants de

la guerre des îles Malouines

rappelle aussi l'histoire.


Des soldats montent la garde devant un mémorial avec des listes de noms.


NARRATEUR

El Congreso est le siège

du Sénat et de la Chambre des

députés. Culminant à 80 mètres

de hauteur, son dôme en

bronze et son aspect

monumental font penser

au Capitole de Washington.


Le bâtiment, qui comporte de nombreuses colonnes et des statues, est présenté.


NARRATEUR

L'oeuvre de style gréco-romain

fait partie de ce qu'on

appelle l'académisme italien,

le style néoclassique.

Puis, nous arrivons au cimetière

de la Recoleta, l'équivalent,

à Buenos Aires, du cimetière

du Père-Lachaise à Paris.


L'extérieur du cimetière est présenté, suivi de son intérieur, où des ruelles pavées permettent de marcher entre les impressionnants caveaux.


NARRATEUR

Passé le très beau portail,

on entre dans un véritable

petit village qui abrite

de somptueux caveaux familiaux

alliant luxe et solennité.

Des personnalités célèbres

ou issues de grandes familles de

Buenos Aires y sont enterrées.

Pour citer deux noms bien connus

de l'Argentine, Eva Perón et

Carlos Gardel sont enterrés dans

le cimetière de la Recoleta.


Ces tombes sont présentées, puis des photos d'archives d'Eva Perón défilent.


NARRATEUR

Eva Perón, plus connue sous

le diminutif d'Evita, est l'une

des figures les plus populaires

de l'Argentine d'après-guerre.

Elle a eu une très grande

influence pour l'obtention

de la plupart des acquis sociaux

comme le vote des femmes, la

sécurité sociale, les congés

payés, et plus largement,

les droits des travailleurs.


Un quartier avec de grands quais au bord de l'eau est présenté.


NARRATEUR

Puerto Madero nous rappelle que

Buenos Aires est située au bord

de l'océan Atlantique. Autrefois

peu fréquentable, ce quartier

a subi une forte mutation.

La municipalité a réhabilité

les anciens docks sur le

modèle du port de Londres.

Aujourd'hui très agréables,

les quais sont devenus le lieu

par excellence pour se montrer.


Un grand voilier ancien est amarré.


NARRATEUR

À quai, la Fragata Presidente

Sarmiento construite en

1897. Elle est le premier

bateau-école de la marine

nationale argentine.


De nombreux passants se promènent dans une petite rue pavée aux bâtiments colorés.


NARRATEUR

Le Caminito, le petit chemin,

est la rue la plus célèbre de

la Boca et la plus touristique.

Ses maisons sont représentées

sur les couvertures

de la plupart des guides

de visite de la capitale.

Dans les années 1950, un

metteur en scène eut l'idée

de transformer cet endroit

en théâtre de rue. Puis, dans

les années 1970, les habitants

de ce quartier furent

autorisés à exposer

leurs oeuvres dans la rue.

Le quartier est alors devenu

un repaire d'artistes

de tous bords avec un côté

villageois, coloré et festif.


La nuit, de nombreuses personnes sont assises à la terrasse d'un bar où un groupe de musique joue.


NARRATEUR

Les Porteños sortent beaucoup

et tard. Très tard même. Les

soirées commencent rarement

avant minuit, 1 heure ou même

davantage, suivant les lieux

et les jours de la semaine.


Des couples dansent le tango dans une salle.


NARRATEUR

À tel point que les Argentins

vont parfois dormir avant

de sortir vers 2 heures du matin

pour ne rentrer qu'à l'aube

ou au milieu de la matinée.


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis le désert du Wadi Rum et les châteaux du désert, en Jordanie, sont situés, au Proche-Orient.


Des séquences vidéo et des photos du site des châteaux du désert sont présentées. Des bâtiments rectangulaires fortifiés en pierre se dressent le long d'une route.


NARRATEUR

En Jordanie,

au Proche-Orient, on appelle

châteaux du désert un groupe

de constructions qui se situent

à l'est d'Amman, le long

de la route menant de Damas

à Médine. C'est la fameuse

route des châteaux.

Ces qasrs, qui signifient

«petits palais» en arabe,

ont été bâtis par

les califes aux septième

et huitième siècles.

Ils pouvaient

servir de caravansérails,

de résidences d'été

ou de pavillons de chasse.

Situé à une centaine

de kilomètres d'Amman,

Qasr-El-Azraq est construit

en basalte noir. C'est un

carré de 80 mètres de côté.

Les qasrs ont plusieurs

caractéristiques communes. Ils

sont organisés autour de la cour

centrale avec un aspect

fortifié et ils utilisent

le pied romain comme unité de

longueur, soit 35 centimètres.

La plus belle originalité

architecturale de ce château

se trouve dans ses plafonds.


À l'intérieur de l'un des bâtiments, le plafond est soutenu par de grands arcs en pierres.


NARRATEUR

Des énormes blocs de pierre

sont placés en encorbellement

et remplacent ainsi les poutres.

Durant l'hiver 1917, Lawrence

d'Arabie a fait de cette

forteresse son QG pendant

la grande révolte arabe contre

l'Empire ottoman. Son bureau se

trouvait dans sa chambre située

au-dessus de la porte d'entrée.


Quelques véhicules roulent sur la route qui traverse le désert.


NARRATEUR

À une quarantaine de kilomètres

au sud-ouest d'Azraq apparaît

dans l'immensité du désert

ce qui pourrait être une petite

ville. Sa façade extérieure

annonce la qualité résidentielle

de cette propriété

des souverains omeyyades.


Ce château est composé de plusieurs parties reliées entre elles. Les murs de ces bâtiments en pierres sont surmontés de toits arrondis.


NARRATEUR

C'est le plus célèbre des

châteaux du désert et il a été

construit au début du huitième

siècle par le calife Walid premier.

C'est un exemple du premier art

omeyyade et de l'architecture

islamique. Il a été construit

suivant un plan basilical, avec

une salle de réception composée

d'une nef centrale et de

deux nefs latérales

précédées d'un petit salon

où trônait le souverain.

À l'abandon, il a été

redécouvert en 1898 par Alois

Musil, un explorateur tchèque.

Les murs et les plafonds

sont entièrement couverts

de fresques uniques dans

l'histoire de l'art islamique.


À l'intérieur, des fresques recouvrent les murs et les plafonds.


NARRATEUR

Ces peintures, dont la technique

a été héritée de la tradition

romano-byzantine, comportent des

scènes de chasse et des fêtes

galantes, dont plusieurs

exemples de nus féminins.

Ces fresques intègrent

des représentations

de figures humaines et animales

habituellement bannies dans le

monde islamique. Cette exception

est due à la chronologie

religieuse. L'interdiction de la

représentation de figure vivante

date de la dynastie abbasside,

postérieure aux Omeyyades,

lesquels étaient

beaucoup plus tolérants.

Ces fresques sont révélatrices

de l'ambiance festive et

détendue qui pouvait

régner au sein de cette

cour en villégiature.


Un autre château est présenté. Il s'agit d'une vaste structure carrée fortifiée en pierre.


NARRATEUR

Plus au sud, Qasr-El-Kharaneh ne

dispose pas d'un décorum aussi

riche. Proche de la frontière

avec l'Arabie saoudite, il a été

construit au début de la période

omeyyade, vers 710 après

Jésus-Christ.

Qasr-El-Kharaneh n'est

à l'évidence pas

une résidence princière.

L'extérieur de cet ensemble

quadrangulaire, ces murs et

ces tours d'angle indiquent

une vocation défensive.

Mais la disposition intérieure,

les écuries placées près de

l'entrée et les diverses salles

évoquent davantage un relais

caravanier avec ses diverses

chambres réservées aux

commerçants nomades. Tout un

mode de vie maintenant oublié.


De nombreuses ouvertures donnent sur la cour à l'intérieur du bâtiment.


NARRATEUR

Mais reprenons la route,

car ici, dans ce pays imprégné

d'histoires, les traces laissées

par les hommes ne manquent pas.

En effet, la Jordanie, bordée

par l'Arabie saoudite, la Syrie,

la Palestine, Israël et l'Irak,

est un point de liaison

entre tous ces pays, et ce,

depuis la nuit des temps.


Des hommes chevauchent des chameaux dans une étendue désertique.


NARRATEUR

À la sortie d'Amman, la capitale

du pays, le plateau s'étire et

se transforme en steppe puis

en désert. Ici, le vent laisse

son empreinte, forgeant les

hommes, sculptant les dunes,

couchant les buissons et

émoussant le roc.


Le paysage désertique est entouré de montagnes rocailleuses.


NARRATEUR

Prenant différentes nuances

de rose, le sable du désert du

Wadi Rum est fait de minuscules

grains rouges mêlés de blancs.

Sa variété géologique est

exceptionnelle. Des dunes, des

canyons, des vallées, des gorges

sculptées par l'érosion, et

où s'engouffre un vent qui

poursuit l'oeuvre de l'eau

il y a des millions d'années.


Différentes vues du désert défilent.


NARRATEUR

La Jordanie est un véritable

livre d'histoires, et malgré cet

environnement hostile, l'homme

a néanmoins trouvé un sens.

Dans cette gorge étroite appelée

Petit Sîq, on a retrouvé sur

ses parois des traces laissées

par différentes tribus nomades.


Dans une gorge aux parois rapprochées, des gravures ont été faites dans la roche.


NARRATEUR

Là, des symboles tammuz

d'une tribu d'Arabie

saoudite qui vivait ici au

troisième siècle avant notre ère.


Différents symboles sont tracés dans la pierre.


NARRATEUR

Plus haut, un petit pont

de pierre. Le Um Fruth

offre une vue dominante

sur cette étendue de sable

qui dicte sa loi aux hommes.


Au sommet de la gorge, les rochers forment un pont de pierre.


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis la ville de Cuzco, au Pérou, est située, à l'ouest de l'Amérique du Sud.


Des séquences vidéo et des photos de Cuszco sont présentées. Il s'agit d'une grande ville entourée de montagnes.


NARRATEUR

Perchée à 3400 mètres

d'altitude, la ville de Cuzco,

au Pérou, recense plus de

300 000 habitants. C'est la plus

ancienne ville encore habitée

du continent sud-américain.

La légende veut que la ville fût

fondée au onzième siècle par Manco

Cápac, le premier empereur inca,

et Mama Ocllo, sa soeur et

son épouse. Les principaux

monuments dataient de

Pachacutec, grand

guerrier et grand

architecte de la période inca.

Puis vint l'heure de la

conquête. Après avoir détruit

une bonne partie de la ville

en 1534, les Espagnols érigèrent

la cathédrale au seizième siècle.


La cathédrale est présentée.


NARRATEUR

Cuzco fut la capitale des Incas,

et elle est devenue aujourd'hui

la capitale archéologique

incontestée des Amériques.

Autre trace forte de la

conquête catholique, l'Église

de la Compagnie de Jésus.


Une église se dresse au bout d'une grande place.


NARRATEUR

Les fondations de la Compagna

s'appuient, comme beaucoup

de constructions hispaniques,

sur un ancien palais inca. Celui

de l'empereur Huayna Capac.

Construite par les jésuites

en 1571, son incroyable façade

baroque en fait l'église

la plus remarquable de la ville.


Des femmes portant des vêtements traditionnels sont assises dans la rue avec des lamas en laisse.


NARRATEUR

La Plaza De Armas, c'est

le centre névralgique de Cuzco.


La grande place s'étale entre l'église et la cathédrale, avec une fontaine en son centre et des bâtiments coloniaux tout autour.


NARRATEUR

Avec ses deux prestigieuses

églises et ses cafés,

la Plaza De Armas est l'une des

plus jolies places coloniales

du Pérou sur laquelle se

déroulent toutes les

manifestations importantes.

Elle est presque entièrement

bordée de galeries à portiques.


Une autre grande église est présentée.


NARRATEUR

Le temple de la Merced,

ordre fondé à Barcelone en 1218

par San Pedro Nolasquo, est

la troisième église coloniale

de Cuzco. La Merced, en plus de

son temple, possède un monastère

qui fut érigé dès 1535, puis

entièrement reconstruit

après le séisme de 1650.


À l'intérieur du monastère se trouve une petite cour fleurie.


NARRATEUR

Dans ce couvent d'architecture

baroque Renaissance, le cloître

de plan carré contient un jardin

où murmure une fontaine.

En faisant le tour

de cette oasis de fraîcheur,

nous découvrons de

merveilleuses peintures

de l'école de Cuzco laissées

à l'air libre pour le plaisir

des visiteurs.


Sous les arcades du cloître, de grands tableaux sont accrochés aux murs.


NARRATEUR

Le nombre d'églises et leur

beauté ont bien sûr participé

à la conversion du peuple

péruvien à la chrétienté.

Aujourd'hui, 92% des Péruviens

sont catholiques, mais la

religion qu'ils pratiquent est

encore marquée par les cultes

précolombiens, car sur les

30 millions d'habitants que

compte le pays, environ 45%

sont indiens, 15% d'origine

européenne, et 37%

sont métis. Le Pérou

véhicule donc une forte

image culturelle due

aux richesses du monde inca.


Une étroite ruelle pavée est aménagée entre de hauts murs de pierres.


NARRATEUR

Hatun Rumiyoc est une rue pavée

bordée de prodigieux murs

de pierres polygonales

de cette époque. On y trouve

la célèbre pierre aux 12 angles:

un monolithe poli et équarri

de façon à s'ajuster

parfaitement aux autres

pierres du mur sans mortier.

Les maçons incas savaient

intégrer dans leurs

constructions des pierres encore

plus irrégulières. La pierre

faisait partie du palais

d'Inca Roca, devenu le siège

de l'archevêché, et enfin

le musée des arts religieux.

Adossé à une colline pentue,

l'ancien quartier inca de

Totocachi, appelé maintenant

San Blas, et où résidait

la noblesse, est aujourd'hui

l'un des quartiers les plus

pittoresques de Cuzco.


Des images du quartier défilent.


NARRATEUR

Ses rues sont étroites

et pentues, zigzaguant entre

de vieilles maisons coloniales

toutes blanches avec portes,

volets et balcons bleus,

édifiés sur des murs incas.

On l'appelle aussi le quartier

des artisans, car il abrite

les ateliers et les boutiques

d'artistes populaires renommés.

Parmi les principales pièces

traditionnelles d'artisanat,

on retrouve le tissage sur

métier, les céramiques et

les bijoux d'argent.


Dans la rue, des artisans fabriquent des bracelets.


NARRATEUR

C'est aujourd'hui le quartier

bohème de la ville.

L'occasion aussi de retrouver

les tenues traditionnelles

avec les jupes, chapeaux et

autres ponchos, sans oublier

le fameux bonnet péruvien,

le chulo en laine de vigogne.


Des femmes en tenues traditionnelles fabriquent et vendent des bonnets et d'autres vêtements.


NARRATEUR

L'église coloniale et le

couvent Santo Domingo ont été

bâtis sur les ruines incas

du Qorikancha, la cour d'or

en quechua, le fameux Temple du

Soleil.


L'église et le couvent sont présentés.


NARRATEUR

Il ne reste aujourd'hui

que le gros oeuvre de ce que fut

le temple le plus riche de tout

l'Empire inca, et sur lequel

l'église a été construite.

À l'entrée du site se trouve

le cloître, imbriqué lui

aussi sur les superstructures

du temple inca.


À l'intérieur du monastère se trouve un grand cloître avec un bassin en son centre.


NARRATEUR

Au centre, le bassin

octogonal était à l'origine

recouvert de 55 kilos d'or.

Réparties autour du cloître,

seules quatre salles de l'ancien

temple subsistent, dont les murs

légèrement inclinés sont faits

de blocs de pierre ajustés

sans aucun mortier malgré leurs

angles multiples et complexes.

À l'époque, les murs de

Qorikancha étaient recouverts

de 700 feuilles d'or pesant

chacune près de 2 kilos.

Les portes et les niches

trapézoïdales sont typiques

de l'architecture Pachacutec

des Incas. Ici, tout était

recouvert du précieux métal

jaune qui symbolisait le Soleil.

Dans l'une des salles, on peut

admirer une plaque stellaire

en or massif représentant

la mythologie inca qui était

alors insufflée sur Cuzco.


La grande plaque en or est en présentation dans l'une des salles.


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis la ville de Porto et la vallée du Douro, au Portugal, sont situées.


Des séquences vidéo et des photos de Porto sont présentées. La ville est bâtie sur des collines le long d'un fleuve.


NARRATEUR

Porto est

la deuxième ville du Portugal

après Lisbonne avec près de deux

millions d'habitants. Un adage

évoque le caractère des deux

grandes villes portugaises:

«Pendant que Lisbonne se fait

belle, Porto travaille.»

La ville est connue pour

son vin de Porto, ses monuments

et ses ponts sur le Douro, comme

ici, le plus ancien, construit

par Gustave Eiffel.


Un grand pont en métal surplombe le fleuve.


NARRATEUR

Il n'a qu'une seule arche

de 350 mètres de portée.

De par son histoire du négoce

du vin avec l'Angleterre,

Porto et son port

possèdent une activité

commerciale importante qui

génère du trafic sur le fleuve.

C'est l'axe d'acheminement des

bateaux remplis de tonneaux de

porto venant des exploitations

situées dans les terres dans

la célèbre vallée du Douro.


Dans la vallée du Douro, des vignes s'étendent sur les reliefs verdoyants qui bordent le fleuve.


NARRATEUR

C'est au dix-huitième siècle que

l'histoire commence. Un marchand

anglais se rend compte que le

vin portugais qu'il expédie en

Angleterre voyage mal en mer et

arrive transformé en piquette.

Pour y remédier, il ajoute

un coup de gnole, ou eau-de-vie,

dans une barrique, et ça marche.

Le porto vient de naître.

Dès le dix-huitième siècle,

le porto devient donc célèbre

grâce à notre astucieux Anglais.

Pour assurer la qualité du vin,

une zone de production est

délimitée en 1756.

C'est la première appellation

d'origine contrôlée

au monde, celle du Douro.

Le vin de Porto est issu

d'une grande variété de cépages

autochtones, comme le

Touriga Francesca ou

le Tinta Amarela, et parfois

plantés depuis les Romains.

Très taniques, ces cépages

profitent d'un climat et

d'un sol particuliers.

Dans la Quinta do Vargellas

de la maison Taylor's, la grande

maison du porto, les versants

sont aménagés en terrasse.

La chaîne de montagnes sépare

le domaine de l'océan et

le protège de la pluie.

En outre, le domaine alterne les

étés caniculaires, torrides et

secs, et les hivers rigoureux.

L'idéal pour le porto, car

le froid de l'hiver permet

de reposer les vignes et de tuer

les insectes ou les maladies.

L'été, les périodes de

sécheresse constituent

également un régime capital

pour les vins de Porto. C'est

donc sur ses coteaux qu'on

élabore le fameux porto.

Cette mosaïque de vignobles de

différents cépages et ces sols à

très faible fertilité produisent

des raisins incroyablement

riches en fruits, en couleurs

et en tanins. Sachons qu'un

cep de vigne ne produit pas

plus d'une bouteille.

La qualité est à ce prix.

Aujourd'hui, c'est la dernière

journée des vendanges à la

Quinta do Panascal. Les

vendanges dans la vallée se font

durant la seconde moitié de

septembre et les premiers jours

d'octobre. Cette année, elles se

feront plus tard que d'habitude

à cause de la sécheresse.


Dans les vignes, des gens récoltent le raisin à la main.


NARRATEUR

Il y a toujours besoin de

quelques pluies pendant l'été

pour avoir la maturation

typique des jus de porto.

À cause de la pente, toutes les

vendanges sont faites à la main.

La quantité de raisins récoltés

par vendangeur et par jour

est d'environ 700 kilos.

Aujourd'hui, ils coupent des

raisins Tinta Roriz du Touriga

Franca et du Tinto Chao pour

faire le mélange dans le chai.

Car les meilleurs portos

résultent de la combinaison

de différents cépages lors de la

fermentation. Chacun apporte

sa contribution personnelle

à l'assemblage grâce à ses

propriétés typiques.


Les raisins sont mélangés dans de grandes cuves.


NARRATEUR

Certains cépages apportent

de la couleur, d'autres des

saveurs ou encore de l'acidité.

Le porto fait partie de ces

vins taniques qui utilisent

les peaux de raisins.

Elles sont mises dans

un pressoir où elles seront

écrasées afin d'en extraire

le jus, la couleur et les tanins

restants. La récupération

des sous-produits est une

étape très importante dans

l'élaboration du porto.

Mais le raisin, une fois trié,

avant d'entamer sa fermentation

dans de grands bassins,

les lagars, va subir

un drôle de sort.


Dans une cuve, un grand groupe de personnes foulent le raisin avec leurs pieds, bougeant en rythme en se tenant par la taille.


NARRATEUR

Le foulage au pied est

la méthode traditionnelle

depuis des siècles pour écraser

le grain. Il a lieu le soir même

de l'arrivée dans le lagar.

Durant deux heures, les

fouleurs avancent tous

en rythme, repartent

en arrière, et recommencent.

Cette méthode sert à faire

éclater les grains afin

d'en extraire les pépins qui

remontent ainsi à la surface.

Ils seront ensuite filtrés.

La différence entre le porto

et le vin rouge est que, pour le

porto en cours de fermentation,

on ajoute de l'eau-de-vie

neutre. En fait, ce vin subit

une véritable mutation.

L'eau-de-vie stoppe sa

fermentation naturelle tout

en lui conservant ses sucres.

C'est ainsi que l'on crée

du porto, ce vin devenu doux

et alcoolisé par nécessité

commerciale au dix-huitième

siècle.


D'énormes fûts de bois sont alignés dans un entrepôt.


NARRATEUR

Les vins de porto sont élevés

en fût de bois, les tonneaux de

tawny de couleur ambrée, avant

de vieillir durant cinq ans,

passent leur premier hiver

ainsi que le printemps

suivant ici dans le domaine.

Mais dès que le climat

de la vallée du Douro commence

à se réchauffer au printemps, le

vin est transporté par le fleuve

à Vila Nova de Gaia, à Porto.

Pour ne pas exposer le porto

à de hautes températures,

Vila Nova de Gaia est sans

aucun doute le meilleur endroit

possible pour élever des vins

puis pour les vendre.

Chez Taylor's, les tonneaux

sont acheminés vers la propriété

historique où l'on suit de

près l'évolution du vin.


La propriété Taylor's est présentée.


NARRATEUR

Ces vins requièrent beaucoup

d'oxydation afin de perdre leur

couleur originale rouge profond

et de virer vers une teinte

ambrée et développer des

arômes de caramel, de vanille

et de fruits secs. Ce sont

des vins bien plus veloutés.

La première année, plusieurs

dégustations sont effectuées

dans le but de suivre

l'évolution du vin.


De très nombreux tonneaux sont entreposés dans une cave.


NARRATEUR

Puis, à la fête de la Saint-George

de l'année suivante,

le 23 avril, la décision

est prise ou non de faire

un porto millésimé, un vintage.

Les vintages sont les plus

nobles, les seigneurs des

portos, issus d'une

cueillette exceptionnelle.


Des milliers de bouteilles sont rangées dans une immense salle.


NARRATEUR

Le porto vintage est mis

en bouteille au bout de deux ans

où il va poursuivre sa maturité

pendant au moins 20 ans.

La durée de vie d'un vintage

est estimée à environ 50

ou 60 ans minimum, et il est

même capable de vieillir en

bouteille pendant un siècle.


Des clients dégustent du porto dans un bar.


NARRATEUR

Le porto est un vin qui doit

être expliqué. Sa grande

diversité, ses nombreuses

nuances. Il y a tant de choses à

dire. Il faut fournir au client

toutes les informations sur

ce vin si riche et de plus en

plus répandu à travers le monde.

Le porto est vendu en Amérique

du Sud, en Amérique du Nord, en

Extrême-Orient, et évidemment,

en Europe et au Royaume-Uni,

qui représente le marché

historique de ce vin décidément

pas comme les autres.


Le globe terrestre apparaît à nouveau, puis les îles Maldives sont situées, dans l'océan Indien, au sud de l'Inde.


Des gens attendent sur un quai pour monter à bord d'un hydravion.


NARRATEUR

Les Maldives sont un pays

d'Asie du Sud-ouest constitué

d'un peu moins de 1200

îles. Le nom de Maldives

voudrait dire «îles des

femmes» qui seraient venues

ici il y a fort longtemps

en provenance du Sri Lanka.


L'hydravion survole de nombreuses petites îles dans la mer turquoise.


NARRATEUR

Aujourd'hui, les nombreux

voyageurs y viennent pour

la douceur des tropiques,

et surtout pour la richesse

de la faune sous-marine.

Situées à environ 500 kilomètres

au sud de l'Inde et à 2500

kilomètres à l'est de l'Afrique,

les îles posées sur la

dorsale de l'océan Indien

sont regroupées en 22 atolls.

La capitale des Maldives est

Malé et la particularité de

cet archipel est sa très faible

altitude. Le point le plus

haut culmine à moins de

3 mètres, ce qui rend

sa beauté presque éphémère.


L'hydravion se pose près d'une île bordée de palmiers.


NARRATEUR

On rejoint la plupart

des îles autour de Malé

en bateau pour les plus

proches, ou en hydravion

pour les plus éloignées.


Des villas sur pilotis sont alignées au dans l'eau, reliées par une jetée en bois.


NARRATEUR

Dès les années 1950, les premiers

voyageurs ont débarqué, attirés

par les extraordinaires fonds

marins de l'archipel. Et

aujourd'hui, près d'une centaine

de ces îles sont en fait des

îles-hôtels, c'est-à-dire qu'un

hôtel s'étend sur toute une

île déserte, voire entièrement

sur l'eau. Et ce sont maintenant

plus de 600 000 touristes

qui débarquent chaque année

dans ces ensembles hôteliers.

Halaveli est une très belle

de ces îles-hôtels à une heure

en bateau de Malé. L'hôtel est

celui qui possède la plus longue

jetée en bois qui s'avance dans

l'eau. Longue de 850 mètres,

elle dessert 60 [mot_etranger=EN]water-villas[/mot_etranger]

et une villa résidentielle.


L'intérieur luxueux des villas est présenté.


NARRATEUR

Comment résister? Ici, tout est

fait pour le voyageur au long

cours exigeant, car malgré

leur caractère insulaire

dominant, les Maldives

n'ont jamais souffert

d'un isolement excessif.

Elles se trouvent en effet

sur les principales voies

de communication

entre le Moyen-Orient

et l'Afrique d'un côté, et

l'Extrême-Orient de l'autre.

Le climat des Maldives est chaud

et humide avec des températures

oscillant entre 26 degrés Celsius

et 33 degrés Celsius.


À bord d'un bateau, des touristes se préparent pour faire de la plongée.


NARRATEUR

On peut en dire autant de l'eau

de mer qui à ses qualités de

transparence et de couleur joint

une température qui ne descend

jamais en dessous de 24 degrés

et favorise ainsi la présence

d'une flore et d'une faune

sous-marines aussi

nombreuses que luxuriantes.

Ici, l'atout majeur est

bien sûr le fond marin.


Des plongeurs admirent les innombrables poissons sous l'eau.


NARRATEUR

Toutes les îles-hôtels mettent

à la disposition de leurs hôtes

des centres de plongée hautement

professionnels avec des cours

adaptés à toutes les exigences,

celles des débutants comme

celles des plus expérimentés.

Une fois sous l'eau, le

spectacle est à la hauteur de la

promesse. Les Maldives possèdent

une grande abondance et une

grande variété d'espèces.

Les requins, les raies mantas,

les pastenagues, les thons,

les groupes de fusiliers,

de chirurgiens,

de poissons-papillons.

Il y a là une faune

extraordinaire.

La richesse du monde sous-marin

des atolls maldiviens constitue

une extraordinaire attraction

pour les passionnés de plongée

sous-marine, mais les Maldives,

c'est aussi le farniente.


Un touriste nage dans la piscine d'un hôtel de luxe.


NARRATEUR

Et après l'effort, le réconfort.

Au cours des dernières

décennies, le nombre de

touristes a continuellement

augmenté. Les Maldives,

qui visent maintenant une

clientèle de luxe, ont développé

ce système d'îles-hôtels

qui s'accorde très bien

aux exigences écologiques

des atolls, car elles

gèrent leur écosystème.

De plus, les Maldives ont

signé un pacte de protection

des espèces marines.


Des requins nagent sous l'eau parmi les autres poissons.


NARRATEUR

Les requins sont maintenant

protégés. Et voilà

ceux à pointe blanche.

Et les gris, encore

plus impressionnants.

Ce qui les a sauvés ici

de l'extermination, c'est

que les milliers de touristes

qui viennent séjourner aux

Maldives pour les approcher,

les contempler viennent

avec leurs devises, ce qui

est non négligeable pour

l'économie du pays.

Mais il faut remonter,

s'arracher à la fascination.


Des plongeurs sortent de l'eau et remontent à bord d'un bateau.


NARRATEUR

Chacun dans ses tâches

et des images plein la tête,

le retour en bateau fait office

de caisson de décompression.

Et pour compléter ce dépaysement

total, les structures hôtelières

proposent toujours plus. Une

île-hôtel typique comprend

bien sûr la partie hôtel et

toute sa logistique, mais aussi

des restaurants, des cafés,

des magasins, des salons,

des bars, des discothèques

et toute une foule d'activités.

Pendant que certains se

prélassent, d'autres s'activent

pour de nouvelles aventures.


Une femme fait de la planche à voile et un homme pagaye en kayak.


NARRATEUR

Une activité marine typique

des Maldives est proposée ici.


À l'arrière d'un luxueux bateau, un homme installe de grandes cannes à pêche.


NARRATEUR

C'est la pêche au gros. Certains

hôtels sont très organisés en

la matière et vous pourrez

notamment partir à la pêche

au thon ou à l'espadon qui

abondent ici. Les amateurs

de pêche sportive trouveront

leur bonheur dans ces îles.

Les gros poissons nichent dans

les grands tombants, là où la

mer est profonde, ou bien dans

les lagons. On utilise en

général des appâts vivants pour

les dénicher de leur cachette

et on les pêche au lancer.

Après l'attente contemplative,

ça y est! Ça mord!


Un grand espadon a mordu à une canne à pêche et fait des bonds hors de l'eau.


NARRATEUR

Le magnifique espadon se bat

un moment avant de se libérer.

Le soir venu, bien évidemment,

poisson au menu. Aux

Maldives, la cuisine est

néanmoins très cosmopolite

tout comme la clientèle.

Des grands chefs officient ici.


L'intérieur d'un restaurant est présenté.


NARRATEUR

Mais il faut repartir

pour une dernière plongée

dans un autre genre d'écosystème

et qui sent l'aventure.


Des plongeurs s'approchent d'une épave sous l'eau.


NARRATEUR

L'épave du Halaveli a coulé il

y a 25 ans, à 13 mètres au fond.

Le bateau est incliné et on

peut voir des raies ou des

requins qui se reposent dessus.

De là, on pourra observer

des milliers de poissons et

beaucoup de coraux mous ou durs.

Plongée après plongée,

les Maldives ont construit leur

réputation grâce à leurs sites

de plongée, mais aussi grâce

au professionnalisme des équipes

et à l'organisation de ce loisir

lucratif: l'exploitation

intelligente des plus beaux

sites de plongée au monde.


Générique de fermeture

Épisodes de Les 100 merveilles du monde

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation

Résultats filtrés par