Les Métis : Notre culture, nos histoires

Qui sont les Métis? Une culture riche en traditions et en folklore enchanté. Rendez visite à des personnalités métisses de l'Ontario qui nous partagent leurs connaissances, sagesse et espoirs. Que ce soit par le smudge, les cabanes en rondins ou les ceintures fléchées, les Métis nous dévoilent comment la nature, la spiritualité et la communauté sont des piliers de leur identité. D'une part documentaire et d'une autre, des animations où les personnages nous amènent sur une aventure. Découvrez ...

Partager
Image univers Les Métis : Notre culture, nos histoires Image univers Les Métis : Notre culture, nos histoires

Vidéo transcription

La trappe

Une activité pratiquée chez les Métis depuis le 18e siècle, la trappe continue à être une tradition familiale pour Nelson Montreuil. Louis est excité d’accompagner son père sur la ligne de trappe pour la première fois et apprend que certaines choses sont plus précieuses que la valeur de l’argent.



Réalisateur: Émilie Martel
Année de production: 2019

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Titre :
Les Métis: notre culture, nos histoires


Intertitre :
La trappe


NELSON MONTREUIL traverse une forêt enneigée. Puis, il prépare un sac d'équipement et le met sur son dos. Puis, dans une maison en bois rond, il est interviewé.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Mon grand-père maternel

était trappeur. C'est de là

que vient ma passion pour

la nature. Je m'appelle Nelson

Montreuil, je viens de Mattawa,

en Ontario, et je suis Métis.


Sur une carte géographique, un cercle indique l'emplacement de Mattawa, qui se trouve en bordure d'une rivière proche de la ville de North Bay.


Puis, des images de NELSON et de deux enfants sont présentées.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Ces enfants grandissants

ont passé tout leur temps

dans la forêt.


Des images de NELSON et des enfants CEDAR MONTREUIL et MADISON MONTREUIL s'occupant d'une trappe dans la forêt défilent.


CEDAR MONTREUIL (Narrateur)

Mon nom, c'est Cedar.

J'ai commencé à trapper

quand j'avais environ trois ans.

Aujourd'hui, on est allés à la

cabane de trappeur avec mon

grand-père puis ma cousine.


Des extraits de MADISON et CEDAR faisant de la luge dans la forêt enneigée sont présentés.


MADISON MONTREUIL (Narratrice)

Mon nom est Madison.

(Propos traduits de l'anglais)

Ce que je préfère de la trappe,

c'est que je passe du temps avec ma

famille. Même si vous faites pas

de la trappe ou attrapez rien,

c'est quand même amusant, parce

qu'on fait tout plein de choses.


Des images de NELSON, MADISON et de CEDAR traversant la montagne couverte de neige défilent.


L'entrevue de NELSON se poursuit.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Pour faire la trappe, vous

devez aller loin dans la forêt

et pas avoir peur qu'un ours

puisse vous blesser. Vous devez

être à l'aise. Mon grand-père,

il l'avait, ça, et vous pouvez

seulement y parvenir que si la

forêt vous permet d'être seul

et vous allez alors éprouver

un sentiment de sérénité.


À un autre moment, NELSON, CEDAR et MADISON sont en forêt.


NELSON MONTREUIL

Qu'est-ce que c'est ici?


CEDAR MONTREUIL

Bien, il y avait des traces

de lapin.


NELSON MONTREUIL

Oh!


NELSON examine une trace de pas dans la neige.


CEDAR MONTREUIL

C'est quoi?


NELSON MONTREUIL

Une perdrix.


Un peu plus tard, NELSON, MADISON et CEDAR se promènent dans la forêt.


CEDAR MONTREUIL

Un lapin ici?


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Non, c'est un écureuil.

Reste sur les pistes,

c'est plus facile.


Un segment en dessin animé débute. Une cabane de bois est au milieu d'une forêt enneigée.


NARRATRICE

En cet hiver

de 1850, dans leur cabane

située dans la région de

Sault-Sainte-Marie, la famille

Dusome partage un souper avant le

départ de Joseph à la chasse.


JOSEPH, sa FEMME et ses deux enfants, LOUIS et CATHERINE, sont à table.


JOSEPH

Je vais partir demain matin.


LOUIS

Est-ce que je peux venir

cette fois?


JOSEPH

Bien, je sais pas, Louis.

Tu sais, quand je pars pour

aller faire la trappe et la

chasse, c'est pour des semaines.

En plus, ça peut être dur.


LOUIS

Ouais, mais je suis

assez grand maintenant.


FEMME

Il est peut-être temps

qu'il apprenne comment faire

la trappe avec toi.


JOSEPH

Et tu penses vraiment que

t'es prêt pour ça, mon gars?


LOUIS

Oui, papa.


JOSEPH

Et toi, Catherine, si Louis

est pas là pendant quelques

semaines, il va falloir que

tu fasses une partie de son

travail autour de la maison.


CATHERINE acquiesce, puis tapote la tête de son petit frère.


CATHERINE

D'abord que vous reveniez

avec assez de peaux pour

m'acheter le tissu.


LOUIS

Tu l'auras, ton tissu.


JOSEPH

Alors, on part demain.


LOUIS acquiesce en souriant.


Le lendemain, LOUIS aide son père à déposer des ballots sur des traîneaux. Puis, ils s'éloignent en tirant ces derniers derrière eux. CATHERINE et sa MÈRE les regardent partir depuis la porte. JOSEPH et LOUIS enfilent leurs raquettes aux pieds, puis saluent la maisonnée.


NARRATRICE

Le trajet jusqu'à

la ligne de trappe de Joseph

n'est pas très long. Cependant,

se déplacer dans la neige

profonde est difficile.


Un peu plus tard, JOSEPH atteint la rivière.


JOSEPH

On va traverser la rivière ici.

De ce côté, la glace est solide.

Par là, il y a beaucoup de

courant et la glace est moins

épaisse. Je vais passer

en premier. Suis-moi!


JOSEPH tapote la rivière gelée avec un bâton de marche et se déplace sur la glace avec prudence. LOUIS le suit à travers la rivière. Tout à coup, le vent souffle fort, causant le ballot de LOUIS à glisser hors du traîneau et à dériver au loin.


LOUIS

Ah! Papa!


Le ballot glisse sur la glace et tombe dans la rivière du côté moins glacé. Le ballot est emporté par le courant.


JOSEPH

Il y a rien à faire, le courant

a emporté le ballot.


LOUIS

C'est de ma faute.


JOSEPH met une main rassurante sur l'épaule de LOUIS.


JOSEPH

C'est de la malchance.

On n'a rien perdu qui pouvait

pas être remplacé.


LOUIS

Mais il y avait les provisions.


JOSEPH

Ah, heureusement, j'ai laissé

une petite cache de nourriture

au camp. Encore une heure

ou deux, là, et on y sera.


JOSEPH et LOUIS terminent de traverser la rivière. Puis, un moment plus tard, il se rendent à la cabane du camp.


JOSEPH

Nous voilà enfin arrivés.


LOUIS enlève ses raquettes et ouvre la porte de la cabane.


LOUIS

Ah!


JOSEPH

Oh... On a eu de la visite.


LOUIS

Ah, qui a fait ça?


JOSEPH

Probablement un carcajou.


Sur le plancher se trouvent des traces de pas d'animal et un sac de graines picoré.


LOUIS

Un carcajou? J'en ai jamais vu

un. Ils sont méchants?


JOSEPH

Ils sont surtout nuisibles

et habiles pour rentrer dans

les cages de nourriture. Puis,

ils mangent des autres

animaux à fourrure.


LOUIS

Il nous a pas laissé

grand-chose.


Dans la cabane se trouvent deux lits superposés, une table, un fourneau et une caisse de bûches.


JOSEPH

Hélas, non. Puis en plus,

on a perdu beaucoup

de nos provisions.


LOUIS

On pourrait manquer

de nourriture?


JOSEPH

Espérons que la chasse

sera bonne, hein.


Le segment animé s'arrête.


NELSON, MADISON et CEDAR traversent un petit ruisseau.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Il y a aujourd'hui autant

d'animaux sur ma ligne

de piégeage qu'à l'époque

où Champlain a descendu la

rivière Mattawa et c'est à cause

des règles encadrant la récolte

des animaux à fourrure.


À un moment, NELSON pointe des traces dans la neige.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Tu peux voir où il est passé.

T'as qu'à mettre des collets

sur une de ces branches.

J'ai probablement huit

ou dix collets ici.


Des images de divers collets attachés aux branches et aux troncs d'arbres environnants défilent. Puis, dans la cabane, CEDAR est interviewé.


CEDAR MONTREUIL

On attrape comme beaucoup

d'animaux comme des castors

puis des rats musqués.


Dans la forêt, NELSON est interviewé.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Le terrain varie. Certains

de ces animaux se déplacent.

Les loups sont tous venus ici

à cause de la population de

chevreuils. J'ai commencé à

trapper l'année dernière et

j'ai attrapé quelques loups

parce que leur population

a explosé.

Cet animal fait partie de moi

et de ma culture.


Un extrait de NELSON plaçant un appât dans une boîte en bois fixée à un tronc d'arbre est présenté. Puis, il montre à MADISON comment installer la trappe à l'intérieur de la boîte.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Je place la viande de castor

à l'arrière.

C'est difficile de préserver

notre culture et dès que vous

la perdez, vous êtes Métis

d'après votre nom et non

pas d'après votre culture.

(Pointant à l'intérieur de la boîte)

Alors, quand la martre va venir,

elle va marcher sur la détente.


CEDAR MONTREUIL

Je peux-tu le faire?


NELSON prend une branche et fait déclencher la trappe, qui coupe instantanément la branche en deux.


CEDAR MONTREUIL

(En entrevue)

Faire du

(langue_etrangere=EN]trapping[/langue_etrangere)

avec mon grand-père, ça nous laisse

avoir du temps ensemble,

ça me permet d'être dans

la forêt puis il y a beaucoup

d'air frais, puis il y a beaucoup

de neige à jouer dedans.

Je pense qu'on va trapper,

comme, beaucoup cette année.


Des extraits de NELSON et des enfants marchant dans la neige défilent.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Lorsque vous trappez et enlevez

la vie à un animal, c'est pas

quelque chose à prendre à la

légère. Les gens sont de moins

en moins formés, ils connaissent

pas le cercle de la vie.


Un peu plus tard, NELSON tient le crâne gelé d'un castor dans les mains.


CEDAR MONTREUIL

C'est la tête d'un castor.


NELSON MONTREUIL

Tête de castor.


NELSON poursuit son entrevue dans la forêt.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Ce qui est important

lorsque vous capturez un

animal, c'est que celui-ci

doit retourner dans son milieu,

parce qu'il doit nourrir les

animaux qui y vivent. Tout est

relié à la chaîne alimentaire.

Il sert de nourriture aux

oiseaux, aux fourmis, jusqu'à

ce qu'il ne reste plus rien.


Dans la cabane de trappe de NELSON, des crânes d'animaux sont accrochés sur des longs clous au plafond.


CEDAR MONTREUIL (Narrateur)

Je trouve que je suis chanceux

que je peux faire de la trappe

avec mon grand-père. J'aime

beaucoup passer du temps

au camp. Puis c'est [langue_etrangere=EN]awesome[/langue_etrangere]

être avec lui,

c'est beaucoup de fun.


Le segment animé reprend. Dans la forêt enneigée, JOSEPH installe une trappe au sol avec LOUIS. [JOSEPH

Tu places l'appât là. Puis ici,

on enclenche le piège.


LOUIS place l'appât sur le dessus du piège en métal.


LOUIS

Puis là, on a juste

à revenir demain pour

voir si on a une prise?


JOSEPH

Ouais. Allons tendre

les autres pièges.


JOSEPH et LOUIS s'éloignent.


LOUIS

Est-ce que je peux mettre

un piège pour le carcajou

près de notre camp?


JOSEPH

Bien... Ouais, si tu veux.


NARRATRICE

En fin de journée,

Louis tend un piège

pour le carcajou.


Le lendemain, JOSEPH et LOUIS reviennent après avoir fait le tour des trappes. Ils ne traînent qu'un seul renard et un rat musqué sur leur traîneau.


JOSEPH

Juste deux autres peaux.

La chance est pas avec nous.


LOUIS

Puis, il ne reste plus

grand-chose à manger.


JOSEPH

Tu devrais aller voir

ton piège. S'il est vide,

ça sert à rien de le laisser.


LOUIS va vérifier son piège.


LOUIS

Je l'ai eu! Ma première prise!


LOUIS revient à la cabane avec un carcajou dans les mains.


LOUIS

Papa, regarde! J'ai eu

le carcajou.


JOSEPH

Mon petit Louis,

t'es un trappeur habile.


LOUIS

Je pourrai échanger la fourrure

au poste de traite?


JOSEPH

On va voir.


LOUIS

Puis, il y en aura assez pour

que Catherine ait son tissu?


JOSEPH

Peut-être. On va partir

pour le poste demain matin.


Le lendemain, JOSEPH et LOUIS vont au poste de traite. MONSIEUR SIMPSON est derrière le comptoir.


MONSIEUR SIMPSON

Ah bien, Joseph! Il y a

longtemps que je t'ai pas vu!

Le jeune homme qui t'accompagne,

c'est ton garçon?


JOSEPH

C'est mon fils Louis.


JOSEPH et LOUIS posent leurs ballots de fourrures sur le comptoir.


LOUIS

Bonjour, monsieur Simpson.

On vous apporte des fourrures

pour échanger.


MONSIEUR SIMPSON

Ah, c'est bon. Qu'est-ce

que vous avez à me montrer?


MONSIEUR SIMPSON examine les fourrures.


MONSIEUR SIMPSON

Ouais... Des belles peaux,

mais t'en as pas beaucoup.


JOSEPH donne une feuille de papier à MONSIEUR SIMPSON.


JOSEPH

Et voici ce que

je veux acheter.


LOUIS sort la peau de carcajou de son ballot.


LOUIS

Et puis, avec cette peau de

carcajou, j'aimerais acheter

du tissu pour ma soeur.


MONSIEUR SIMPSON

Elle est bien belle, ta peau

de carcajou, Louis, mais

elle m'intéresse pas.


JOSEPH

Et pour les autres?


MONSIEUR SIMPSON

Bien, je peux te donner

de la farine, une couverture,

du sucre et du thé, mais pas

de théière ni les autres choses

sur ta liste.


JOSEPH

Bon, bien, on va les prendre.


MONSIEUR SIMPSON pose un petit baril de farine sur le comptoir.


LOUIS

Maman et Catherine

vont être déçues.


JOSEPH

Elles seront pas les seules.


Puis, LOUIS et JOSEPH s'en vont.


Le segment animé s'arrête.


Dans la cabane de trappe de NELSON, CEDAR s'adresse au public de l'émission. Il présente plusieurs différentes fourrures, une après l'autre.


CEDAR MONTREUIL

Ça, c'est la fourrure d'un

pékan. Ça, c'est un rat musqué.

Ça, c'est une martre.

Ça, c'est un castor.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Cedar, j'ai des photos de

lui lorsqu'il avait trois ans.


Une photo de NELSON avec CEDAR et MADISON alors que ces deux derniers étaient encore très jeunes est présentée.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Tous mes petits-enfants ont

passé du temps le long

de ma ligne de piégeage.


Sur une planche de bois, les mots suivants y sont gravés: «[langue_etrangere=EN]Trappers Shack[/langue_etrangere]», ainsi que «Nelson, Lorraine, Mandy, Logan Montreuil». Puis, des extraits de NELSON, CEDAR et de MADISON marchant à travers la forêt enneigée défilent.


NELSON MONTREUIL (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Lorsque je suis dans le bois,

je me sens calme, je me sens

serein. Il y a un sentiment

de paix. J'ai aucun souci.


CEDAR MONTREUIL (Narrateur)

Bien, j'espère que ça continue.

Faire de la trappe, c'est

beaucoup de plaisir.


Dans la cabane de trappe, MADISON est interviewée.


MADISON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Je savais pas qu'on rapportait

les os au terrain d'ossements

pour que les autres animaux

puissent les manger. Je savais

pas ça. Je suis contente d'avoir

appris ça aujourd'hui.


L'entrevue de NELSON se poursuit.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Il est très important de

transmettre ses connaissances

et si vous ne les enseignez pas

aux nouveaux Métis, même s'ils

ne le feront pas tous à temps

plein, ils apprendront une

partie de cette culture.


MADISON MONTREUIL (Narratrice)

(Propos traduits de l'anglais)

Ce que j'ai préféré

aujourd'hui, c'est quand

on est allés à la source.


Des images de la source d'eau se déversant dans un ruisseau défilent. Puis, l'entrevue avec NELSON dans la forêt se poursuit.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Mon arrière-arrière-arrière-grand-père

s'abreuvait à cette source.

Pendant plus de 100 ans,

les gens ont puisé leur eau

de cette source.


Un extrait de NELSON remplissant un bidon d'eau à la source est présenté. Puis, CEDAR prend quelques gorgées d'eau de sa bouteille remplie. [CEDAR MONTREUIL (Narrateur)

Elle goûte fraîche.


L'entrevue de MADISON se poursuit.


MADISON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Chaque fois que je vais là-bas,

je vais chercher de l'eau

de source et c'est comme ça

que je termine ma journée,

en récoltant de la bonne eau.


Un extrait de MADISON et de CEDAR coupant des branches d'un sapin à l'aide d'une hache défile. Puis, NELSON roule des boules de papier et les met dans le fourneau de la cabane pour préparer un feu. Puis, CEDAR y ajoute des bouts de bois, et allume le feu avec une allumette.


L'entrevue de NELSON se poursuit.


NELSON MONTREUIL

(Propos traduits de l'anglais)

Ce que je préfère de la trappe

est l'évolution de la vie durant

l'année. Les arbres changent,

les animaux se déplacent, tout

le monde récolte la nourriture,

tout le monde se prépare

pour les grands froids.


Le feu du fourneau va bon train.


Le segment animé reprend. À la maison, CATHERINE remue le contenant d'une marmite suspendue au-dessus du feu de foyer, tandis que sa MÈRE tricote, assise sur une chaise. Tout à coup, la porte ouvre. JOSEPH et LOUIS entrent.


FEMME

Voilà mes hommes de retour!


La FEMME se lève et serre JOSEPH dans ses bras en laissant tomber son tricot par terre. Elle embrasse JOSEPH et LOUIS sur la joue.


CATHERINE

La trappe a été bonne?


JOSEPH

Pas autant qu'on

l'aurait voulu.


LOUIS

On a acheté des provisions

au poste de traite.


FEMME

Mais vous aviez pas assez

de pelleterie pour acheter

tout ce qu'il nous fallait.


CATHERINE

Puis, mon tissu?


LOUIS

Je voulais te l'acheter, mais

monsieur Simpson n'a pas voulu prendre

ce carcajou que j'ai piégé.


LOUIS donne la peau de carcajou à sa MÈRE.


FEMME

Pourtant, elle est très belle.


JOSEPH

Ah oui! Louis a piégé

ce carcajou-là tout seul.


La MÈRE s'approche de sa fille.


FEMME

Tu sais ce que je pense?


CATHERINE

Qu'avec une belle fourrure

comme ça, on pourra faire

un beau chapeau chaud.


JOSEPH

Dans quelques semaines,

on retournera sur la ligne

de trappe.


LOUIS

Tu finiras par l'avoir,

ton tissu, Catherine.


FEMME

Vous devez avoir faim.

La soupe est prête.


NARRATRICE

Pendant deux semaines, Catherine

a travaillé à confectionner

un chapeau avec la fourrure

du carcajou.


Un autre jour, CATHERINE termine de confectionner un chapeau.


CATHERINE

Louis, viens essayer ça.


LOUIS s'avance et essaye le chapeau. Il se regarde dans un miroir.


LOUIS

Il est merveilleux!


CATHERINE

Maman dit qu'il n'y a rien

qui peut te tenir plus chaud

que la fourrure du carcajou.


LOUIS

Merci. Maintenant, je suis bien

greyé pour retourner à la ligne

de trappe avec papa demain.


Le lendemain, à la cabane de trappe, LOUIS porte le chapeau qu'a fait CATHERINE. JOSEPH le rejoint aux traîneaux, qui transportent des fourrures.


JOSEPH

Là, on peut dire qu'on a eu

la main heureuse.


LOUIS

Il a fait vraiment froid.


JOSEPH

C'est bon pour la fourrure.

Elle est plus épaisse

dans ce temps-là.


LOUIS

Heureusement que j'avais

mon chapeau. J'ai pas eu

froid aux oreilles.


LOUIS et JOSEPH rient.


JOSEPH

Catherine et ta mère vont

être heureuses de l'apprendre.


LOUIS

Là, on devrait avoir assez

de peaux pour acheter tout

ce qu'il nous faut au poste,

et le tissu de Catherine aussi.


JOSEPH

Bien oui! On va

y retourner demain.


Le lendemain, JOSEPH et LOUIS entrent au poste de traite. MONSIEUR SIMPSON les accueille depuis son comptoir.


MONSIEUR SIMPSON

Joseph! Je m'attendais pas

à te revoir de si tôt.


JOSEPH

Moi et mon garçon, on a

d'autres fourrures à échanger.


JOSEPH et LOUIS posent leurs ballots remplis de fourrures.


MONSIEUR SIMPSON

Vous avez pas mal plus

de pelleteries, cette fois.


JOSEPH donne une feuille de papier à MONSIEUR SIMPSON.


JOSEPH

Je pense qu'on peut tout

acheter sur notre liste,

et même plus.


MONSIEUR SIMPSON

Dis-moi, Louis,

t'as un beau casque.


LOUIS

Il est pas juste beau,

il est incroyablement chaud.


MONSIEUR SIMPSON

Ah, c'est vrai? Euh,

je peux-tu l'essayer?


LOUIS enlève son chapeau et le passe à MONSIEUR SIMPSON, qui l'essaye et se regarde dans le miroir.


MONSIEUR SIMPSON

Il est très confortable.


MONSIEUR SIMPSON rit.


MONSIEUR SIMPSON

T'as de la chance, Louis, je

vais te l'acheter, ton chapeau.

Je regarde vos fourrures. Je

regarde votre liste. Il va vous

manquer un peu d'argent pour

acheter le rouleau de tissu.

Mais si tu me vends ton chapeau,

vous aurez le tissu et du crédit

pour acheter autre chose. Hein?


MONSIEUR SIMPSON enlève le chapeau.


LOUIS

Bien... Si c'est comme ça,

je vais dire oui.


JOSEPH

(Reprenant le chapeau)

Non. Ce chapeau-là est pas

à vendre. Il a une valeur

inestimable. T'enlèveras

le tabac de ma liste. D'après

mon calcul, si on fait ça,

on a assez d'argent pour

tout le reste et le tissu.


MONSIEUR SIMPSON rit.


MONSIEUR SIMPSON

Bon, je comprends!

On va faire comme tu veux.


NARRATRICE

Malgré quelques

difficultés, la première saison

de trappe de Louis a été un

succès et sa soeur Catherine

est ravie d'avoir pu se

confectionner une belle robe

avec le tissu acheté

au poste de traite.


Plus tard, à la maison, CATHERINE porte une nouvelle robe qu'elle s'est confectionnée avec le nouveau tissu. LOUIS, JOSEPH et sa FEMME la regardent en souriant.


Générique de fermeture

Épisodes de Les Métis : Notre culture, nos histoires

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation

Résultats filtrés par