Les Métis : Notre culture, nos histoires

Qui sont les Métis? Une culture riche en traditions et en folklore enchanté. Rendez visite à des personnalités métisses de l'Ontario qui nous partagent leurs connaissances, sagesse et espoirs. Que ce soit par le smudge, les cabanes en rondins ou les ceintures fléchées, les Métis nous dévoilent comment la nature, la spiritualité et la communauté sont des piliers de leur identité. D'une part documentaire et d'une autre, des animations où les personnages nous amènent sur une aventure. Découvrez ...

Partager
Image univers Les Métis : Notre culture, nos histoires Image univers Les Métis : Notre culture, nos histoires

Vidéo transcription

Le perlage

Pour Karole Dumont, le perlage est une façon unique et spéciale pour se ressourcer. Voyez comment cette forme d’art si minutieuse développe la patience, la persévérance et la fierté métisse. Une visite malchanceuse à l’hôpital fait découvrir à Mireille un talent et une passion inattendue…et prospère!



Réalisateur: Émilie Martel
Acteur: Isaac Beckett-Corbin
Année de production: 2019

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Titre :
Les Métis: notre culture, nos histoires


Intertitre :
Le perlage


Des images de KAROLE DUMONT et ISAAC, son petit-fils, à un atelier de perles, sont présentées. Puis, KAROLE et ISAAC posent assis sur le perron d'une maison, où un drapeau métis représenté par le symbole du signe de l'infini est accroché.


KAROLE DUMONT (Narratrice)

De voir qu'ils commencent

quelque chose et qu'ils ont

tellement de misère, puis,

à la fin, quand ils viennent

à bout de le finir, j'adore ça.

Je suis Karole Dumont, je suis

Métisse et fière d'être Métisse.


Une carte géographique où la ville de Mattawa est indiquée à côté de la ville de North Bay est présentée. Puis, KAROLE est interviewée assise dans son salon.


KAROLE DUMONT

Je viens de Mattawa. J'ai de

la famille partout au Canada,

de l'Acadie, au Québec, en

Ontario, jusque dans l'Ouest.

J'ai toujours su que j'étais

Métisse; on l'a toujours su.


Des images de KAROLE brodant avec des perles sont présentées. De nombreux tissus et de bijoux décorés de motifs perlés défilent.


KAROLE DUMONT

(En entrevue)

La première fois que j'ai

commencé à faire du perlage,

je devais avoir cinq ou six ans.

Dans notre famille, c'est

les femmes qui faisaient

les vêtements, donc c'est

quelque chose qui se passait

de mère en fille. Ma grand-mère

était une couturière, donc c'est

d'elle qu'on a appris à coudre

nos vêtements, notre perlage,

tout ça. Puis j'essaie de

l'enseigner à mes enfants

et à mes petits-enfants.

On n'avait pas les outils

qu'on a aujourd'hui. C'était

vraiment fait à la main, puis

avec des aiguilles en os. Il y a

déjà un de mes petits-enfants

qui apprend à perler.

Pas à coudre encore, mais

au moins, apprendre à perler.


Lors d'un atelier, KAROLE s'adresse à ISAAC, qui est assis à côté d'elle.


KAROLE DUMONT

Veux-tu donner ton nom?


ISAAC

Isaac.


Des images de différents tissus perlés qu'a confectionnés KAROLE sont présentées, suivies de KAROLE qui perle.


KAROLE DUMONT (Narratrice)

Moi, quand je fais du perlage,

ç'a peut-être l'air bizarre,

mais je le fais dans mes

mocassins, parce que c'est

ce qui nous connecte le plus

à la terre. Moi, ça me calme,

ça me centre. Et quand on perle,

on dirait qu'on rentre

dans un état de paix.

Il faut que je mette

mes lunettes de grand-mère.

Traditionnellement, quand

on fait notre perlage,

dans chaque bille,

on met nos sentiments,

on met des bonnes pensées,

on met des bons souhaits et

des pensées positives.


Une panoplie d'objets décoratifs sur les étagères de KAROLE est présentée, y compris des capteurs de rêves et d'autres articles perlés.


KAROLE DUMONT

(En entrevue)

On met même nos prières,

quand on parle

aux ancêtres. Quand on le donne

à quelqu'un, c'est quelque chose

qui vient du coeur, parce

qu'il y a beaucoup, beaucoup

d'énergie qui va là-dedans,

de l'énergie positive.


Un segment animé débute. MIREILLE sort de son garage avec un vélo et portant un casque à la tête.


NARRATRICE

Mireille, une fille métisse de 13 ans

de la région d'Ottawa, est

une grande cycliste. L'arrivée

du printemps l'excite, car

elle peut enfin sortir son vélo.


Le PÈRE DE MIREILLE répare sa voiture dans son garage. Apercevant MIREILLE se préparer pour sa balade en vélo, il l'interpelle.


PÈRE DE MIREILLE

Sois prudente quand tu descends

la côte. Freine souvent.


MIREILLE monte à bord de son vélo, puis se met en route en longeant la rue. En chemin, elle croise un garçon qui promène son chien.


NARRATRICE

Quand elle arrive

à la côte, Mireille prend

de la vitesse. Le printemps,

c'est aussi la saison du dégel

et... des nids-de-poule.


En descendant la côte, MIREILLE roule dans un nid-de-poule et se fait projeter dans les airs vers l'avant.


MIREILLE

(Criant)

Ah!


MIREILLE tombe dans la rue.


Plus tard, MIREILLE se réveille dans un lit d'hôpital. Un calendrier accroché au mur indique que c'est le 20 avril. Le PÈRE DE MIREILLE se tient aux côtés de sa fille.


PÈRE DE MIREILLE

Comment tu te sens, Mireille?


MIREILLE

Qu'est-ce qui s'est passé?


PÈRE DE MIREILLE

Tout va bien. T'es à l'hôpital,

t'as eu un accident, puis

t'es tombée de ton vélo.


MIREILLE se redresse légèrement dans son lit, mais grimace de douleur.


MIREILLE

Ah!


PÈRE DE MIREILLE

Tu t'es fracturé la hanche

et on t'a opérée.


MIREILLE

Je vais-tu pouvoir marcher?


PÈRE DE MIREILLE

Oui. Tu vas guérir.

C'est juste que...


Le PÈRE DE MIREILLE pose une main rassurante sur l'épaule de sa fille.


MIREILLE

Que quoi?


PÈRE DE MIREILLE

Bien, ça va prendre bien

du temps. Il va falloir que

tu restes quelques semaines ici.


MIREILLE

C'est où, ici?


PÈRE DE MIREILLE

T'es au centre hospitalier

pour enfants. Je viendrai

te voir tous les jours.

Et tes amis vont venir aussi.


MIREILLE

Je peux pas me rétablir

chez nous?


PÈRE DE MIREILLE

Pas pour l'instant. Ici,

t'auras de bons soins. Et dans

peu de temps, tu pourras faire

de la thérapie pour ta hanche.


MIREILLE

Je veux rentrer à la maison.


MIREILLE gémit de douleur en tentant de se redresser, puis soupire de découragement.


PÈRE DE MIREILLE

Tu vas voir, le temps va passer

plus vite que tu le penses.


MIREILLE se recouche dans son lit.


MIREILLE

Facile à dire!


Quelques jours passent. C'est le 23 avril. MIREILLE est dans son lit et consule sa tablette électronique.


MIREILLE

Ah! Je suis tannée

de regarder ma tablette.


MIREILLE éteint sa tablette et la met à l'écart. À ce moment, CHRISTINE, une art-thérapeute, entre dans la pièce et s'approche.


CHRISTINE

Bonjour! Mireille?


MIREILLE

Euh... Oui.


CHRISTINE

T'inquiète pas, je suis pas

une infirmière qui vient

te donner une autre piqûre.


MIREILLE

Alors, t'es qui?


CHRISTINE

Je m'appelle Christine.

Je travaille ici. Je suis

une art-thérapeute.


MIREILLE

Art-thérapeute?

Tu soignes l'art?


CHRISTINE

Bien non! J'aide les patients.

Pendant qu'ils sont ici, je leur

propose des projets artistiques.


MIREILLE

C'est pas la peine de venir

me voir, d'abord. Je suis

pas du tout artistique.


CHRISTINE

Tu trouves pas le temps long?


MIREILLE

Ça, c'est vrai.


CHRISTINE

Alors, t'as rien à perdre.


MIREILLE

Qu'est-ce qu'on ferait? Moi,

je dessine pas du tout. Et j'ai

pas le goût de faire de l'art.


CHRISTINE

Wow! Dans ton dossier,

ça dit que t'es Métisse.


MIREILLE

Oui.


CHRISTINE

Imagine-toi que je suis

Métisse, moi aussi.


MIREILLE

Vraiment?


CHRISTINE

Et peut-être qu'entre Métisses,

je pourrais te proposer une

activité. Une art-thérapie

un peu différente.


MIREILLE

Différente? Comment?


CHRISTINE

Tu verras cet après-midi.


MIREILLE

Hum... Je suppose que

je pourrais essayer.


CHRISTINE

Tu n'auras qu'à te présenter

à la salle d'art. Elle est

pas très loin.


Le segment animé prend fin.


Un collier de perles avec un pendentif est présenté, suivi d'un capteur de rêves perlé et d'un sac décoré de perles. Puis, KAROLE est interviewée en montrant une série de différents bijoux.


KAROLE DUMONT

J'essaie toujours d'agencer

les couleurs à la couleur

de la pierre. Un collier en

perles givrées. Ce collier-là,

ici, c'est un des colliers

favoris des gens. On utilise

aussi nos perles pour faire

des boucles d'oreilles.

Celui-ci, c'est un de mes

favoris. C'est un collier

ojibwé. C'est mon petit

trésor, celui-là.


Des images de décorations faites en bois sculpté défilent.


KAROLE DUMONT

Le perlage,

ça vient de très, très loin.

Anciennement, les femmes

utilisaient des graines

qu'elles faisaient sécher.

Mais il y a aussi la broderie

qui se faisait avec le poil

de porc-épic. Puis quand

les Européens sont arrivés

au Canada, eux autres, ils ont

apporté les perles. Puis les

femmes ont commencé à utiliser

les perles de verre. C'était

plus facile de travailler

avec ça. Où on peut retrouver

le perlage? Ouf! Un peu partout.


Des images illustrant les propos de KAROLE défilent.


KAROLE DUMONT

On fait des boucles d'oreilles,

des bijoux. Sur les vestes,

les robes...


Lors d'un atelier, KAROLE est interviewée alors que son petit-fils fait du perlage. Ce dernier travaille sur un chevalet de perlage où le bracelet qu'il crée est tendu verticalement sur le cadre afin d'ajouter une perle à la fois.


KAROLE DUMONT

Isaac, pour

les couleurs, il utilise

nos quatre couleurs autochtones,

donc le blanc pour le nord,

le noir pour l'ouest, le rouge

pour le sud et le jaune

pour l'est. Il fait aussi

notre symbole métis, le symbole

de l'infinité. Il a un patron

sur le côté. Les billes, il faut

qu'elles viennent par-derrière

et qu'elles soient passées

entre chaque fil. Puis là,

avec son fil, il revient

par-dessus la trame pour que

la bille, en fin de compte...

qu'il y ait un fil devant et

un fil derrière. À ce moment-là,

les billes vont rester où

elles sont. Et le perlage,

c'est un art qui est minutieux

et c'est tout petit, tout petit,

alors c'est pas tout le monde

qui peut travailler avec ça.

Je dois mettre mes lunettes.

(S'adressant à ISAAC)

Les bruits autour te dérangent?


ISAAC

Non.


KAROLE DUMONT

Puis, des fois, on oublie

les sons, on oublie tout

ce qui se passe autour,

on oublie ça complètement quand

on fait du perlage. Je l'admire

beaucoup pour sa capacité

de concentration, d'être

capable de regarder un patron

et de le reproduire. C'est beau

de voir une génération plus

jeune qui apprend aussi

bien que ça.


Un peu plus tard, ISAAC termine son perlage et coupe le bout des fils de son bracelet au-dessus de la trame.


KAROLE DUMONT

Bien, bravo!

Tu l'as fini.


Une image du bracelet complété, posé sur la table, est présentée. Dehors, des oiseaux piaillent.


KAROLE DUMONT

Les oiseaux

le célèbrent.


Les motifs divers que KAROLE a perlés sur un tissu sont présentés alors que son entrevue se poursuit.


KAROLE DUMONT

Chaque clan, chaque tribu

avait leurs motifs, leurs

patrons. Et c'est comme ça

qu'ils se reconnaissaient

entre eux autres.


Le segment animé se poursuit.


Dans la salle d'art de l'hôpital CHRISTINE perle un motif de fleur sur un sac. Puis, elle aperçoit MIREILLE arriver en béquilles.


CHRISTINE

Ah! Te voilà! Approche-toi.


MIREILLE s'approche de CHRISTINE.


MIREILLE

Si je dessine pas, qu'est-ce

que je vais faire?


MIREILLE s'assoit à la table de CHRISTINE. Elle examine le perlage du sac.


MIREILLE

Wow! C'est vraiment beau.


CHRISTINE

C'est un art particulier aux

Métis: de la broderie perlée.


MIREILLE

Mais... moi, je pourrai jamais

faire ça. Ç'a l'air compliqué.


CHRISTINE

Il faut juste y aller

une étape à la fois.

Et puis, de toute façon...


MIREILLE

Quoi?


CHRISTINE

Qu'est-ce que t'as

à perdre à essayer?


MIREILLE

Du temps. Et justement,

j'en ai trop en ce moment.


CHRISTINE

Voilà! Je vais d'abord

te montrer comment coudre

les perles au-dessus.


Un autre jour, le 3 mai, MIREILLE dans redressée dans son lit et brode avec des perles.s


NARRATRICE

Depuis une semaine,

Mireille travaille

à apprendre la broderie perlée.

Elle fait des progrès

remarquables.


Alors que MIREILLE passe l'aiguille à travers son tissu, elle se pique accidentellement le doigt.


MIREILLE

Aïe! Pas encore!


MIREILLE suce le bout de son doigt.


NARRATRICE

Elle avance bien

dans son apprentissage, même

si ce n'est pas toujours facile.


Tout à coup, MIREILLE éternue et fait tomber plusieurs petites billes de sa boîte qu'elle a devant elle.


MIREILLE

Ah! Bien, là! J'ai fait un beau

dégât. C'est pas moi qui peux

me mettre à quatre pattes

pour ramasser ça.


Plus tard, CHRISTINE entre dans la chambre de MIREILLE. Elle examine le tissu que MIREILLE a commencé à broder.


CHRISTINE

Wow! T'apprends vraiment vite!

T'as vraiment du talent,

même si...


CHRISTINE pose le tissu sur le lit.


MIREILLE

Même si quoi?


CHRISTINE

Ton motif est un peu noir,

un peu sombre.


MIREILLE

C'est vrai. C'est comme ça

que je me sentais quand j'ai

commencé ma broderie.


CHRISTINE

Maintenant, comment tu te sens?


MIREILLE

Mieux.


CHRISTINE

Et si tu commençais une autre

broderie avec un peu plus

de couleurs, cette fois?


CHRISTINE sort de sa poche quelques morceaux de tissus colorés et les donne à MIREILLE.


MIREILLE

Tu prends vraiment ta job

au sérieux. Tu lâches pas

ta patiente.


CHRISTINE

Pas tant qu'elle est

pas complètement guérie.


Quelques jours plus tard, le 12 mai, MIREILLE est au bout de son lit et marche avec une seule béquille. Elle prend son sac à dos et quitte la chambre.


MIREILLE se rend dans la salle d'art et y retrouve CHRISTINE, qui continue à perler son sac.


CHRISTINE

(Apercevant MIREILLE)

T'es rendue que tu te déplaces

comme une gazelle!


MIREILLE

Ouais, la thérapie va bien.


MIREILLE pose son sac sur la table et s'assoit à côté de CHRISTINE.


CHRISTINE

Super!


MIREILLE

Je t'ai apporté quelque chose.

C'est pour toi.


MIREILLE sort de son sac un morceau de tissu où sont brodées des fleurs colorées.


CHRISTINE

Tu me le donnes?


MIREILLE

Oui.


CHRISTINE

C'est gentil.


MIREILLE

C'est pour te remercier

de m'avoir montré comment

faire de la broderie perlée.


CHRISTINE

C'est vraiment original!

En fait, si tu me l'offres,

je l'accepte, mais à une

condition: j'aimerais faire

quelque chose avec.


MIREILLE

Un cadeau, c'est un cadeau.

T'en feras ce que tu veux.


CHRISTINE

Merci!


CHRISTINE se lève de sa chaise et fait un câlin à MIREILLE.


MIREILLE

C'est moi qui te remercie pour

le cadeau que tu m'as donné.


Le segment animé prend fin.


Assise à sa table, KAROLE montre le morceau de tissu brodé de fleurs perlées sur lequel elle travaille, qui est en fait un châle.


KAROLE DUMONT

Je fais un châle. Ça va être

un travail de deux ou trois ans.

Quand on commence un projet

de perlage, premièrement,

on décide ce qu'on met sur

le châle. Moi, j'ai décidé

de mettre le trajet de nos

ancêtres jusqu'à aujourd'hui.

Puis chaque petite chose qu'on

met dedans, c'est pour honorer

nos ancêtres. C'est bien de

l'enseigner parce que c'est

un échange culturel. C'est

surtout la survie de notre

culture. On a déjà perdu

beaucoup de nos traditions,

puis on a eu deux ou trois

générations de Métis qui

pouvaient pas s'identifier,

donc nos parents,

nos grands-parents,

nos arrière-grands-parents.

Là, les plus vieux recommencent

à s'identifier, alors leurs

enfants s'identifient, les

petits-enfants s'identifient.


Des images d'ISAAC faisant du perlage défilent.


KAROLE DUMONT

C'est de ramener la culture

et de ramener l'histoire.

Il y a rien de mieux que de voir

quelqu'un qui porte quelque

chose que t'as fait. T'as

fait une différence positive

dans la vie de quelqu'un.


Des images diverses de bijoux et d'objets perlés défilent.


KAROLE DUMONT

N'importe qui peut apprendre.

Par contre, il faut respecter

la culture de chaque tribu

et la culture de chaque clan

et de chaque nationalité.

Si on fait des erreurs,

il faut le défaire. En

tout cas, moi, je le défais.

Il y en a qui disent qu'on fait

exprès pour laisser une erreur

pour montrer qu'il y a rien

de parfait dans la vie.

Mais moi, je suis minutieuse,

donc si je vois une erreur,

je défais, puis je recommence.

Ça va être mon cadeau pour mes

descendants. Je pourrais même

pas imaginer pas être Métisse.


Une image d'ISAAC et de KAROLE, souriant sur le banc du perron, est présentée.


Le segment animé se poursuit. C'est le 25 mai. MIREILLE est assise sur son lit. Son PÈRE entre ensuite dans la chambre.


MIREILLE

Enfin, te voilà!


PÈRE DE MIREILLE

Ça roulait pas vite

aujourd'hui. T'es prête

à partir?


MIREILLE

Depuis longtemps.

Allons-y! Bye, chambre!


MIREILLE descend de son lit et s'en va avec son PÈRE. Elle n'a plus besoin de béquilles pour marcher. Au même moment, CHRISTINE arrive et les croise.


CHRISTINE

Hé! C'est le jour du grand

départ! Et t'allais partir

sans me dire au revoir?


MIREILLE

Non. On allait passer par

la salle d'art en sortant.

Pas vrai, papa?


PÈRE DE MIREILLE

Christine, je tiens

à te remercier pour tout

ce que t'as fait pour aider

Mireille à passer au travers

de son séjour à l'hôpital.


CHRISTINE pousse un petit rire.


CHRISTINE

C'est mon travail. Et dans

ce cas, un grand plaisir aussi.

Avant de quitter l'hôpital,

je veux te montrer quelque

chose à l'entrée.


MIREILLE

On te suit.


Quelques moments plus tard, CHRISTINE, MIREILLE et son PÈRE descendent au rez-de-chaussée de l'hôpital en prenant l'ascenseur. CHRISTINE conduit MIREILLE et son père le long d'un mur décoré de tableaux d'enfants, tous avec la note «Vendu» au bas. MIREILLE y aperçoit son tissu perlé qu'elle a offert à CHRSTINE.


MIREILLE

Qu'est-ce que ça fait là?


CHRISTINE, MIREILLE et son PÈRE admirent le tissu perlé accroché au mur.


CHRISTINE

J'ai soumis ton oeuvre à cette

exposition qui est une collecte

de fonds pour l'hôpital.


MIREILLE

Les oeuvres sont

toutes vendues?


CHRISTINE

Presque.


MIREILLE

Il y a juste la mienne

qui n'a pas de carton.


PÈRE DE MIREILLE

Pas encore. Si personne fait

une offre, je vais l'acheter.


Tout à coup, le téléphone intelligent de CHRISTINE sonne. Elle prend l'appel.


CHRISTINE

Allô? Oui. En fait, elle est

ici avec moi. Je vous la passe.

(S'adressant à MIREILLE)

C'est pour toi.


CHRISTINE passe son téléphone à MIREILLE, qui le prend.


MIREILLE

(Au téléphone)

Allô? Oui. Oui.

Je vous donne mon numéro.


PÈRE DE MIREILLE

(S'adressant à CHRISTINE)

C'est qui?


CHRISTINE

Miguel Lagimodière.

Je lui ai montré le travail

de Mireille. C'est un designer

de vêtements.


MIREILLE

À plus tard!


MIREILLE raccroche l'appel et rend le téléphone à CHRISTINE.


PÈRE DE MIREILLE

Qu'est-ce qu'il voulait?


MIREILLE

Il aimerait acheter les droits

pour utiliser mon motif de

broderie perlée pour mettre

sur des vêtements sportifs.

J'en reviens pas!


CHRISTINE

Wow! Génial! Ça va

être tellement beau!


MIREILLE

Je veux sauter de joie.


PÈRE DE MIREILLE

Ha! Ha! Ha! Il va falloir

attendre un peu pour ça.


Un autre jour, MIREILLE sort de son garage avec son vélo. Elle porte une veste décorée de son motif perlé.


NARRATRICE

Mireille

est complètement rétablie.

Mais son accident l'a

transformée. Maintenant,

elle a deux passions: le

cyclisme et la broderie perlée.


Puis, MIREILLE monte à bord de son vélo, puis s'éloigne en longeant la rue.


Générique de fermeture

Épisodes de Les Métis : Notre culture, nos histoires

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation

Résultats filtrés par