Image univers L'ours Benjamin Image univers L'ours Benjamin

L'ours Benjamin

Benjamin et Howard prennent leur travail d'ours en peluche très au sérieux. Chaque jour, ils se donnent la mission d'aider Max et Élisa, les deux enfants de la famille, sans qu'ils le sachent et sans manquer aux règles des Nounours.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Pitié pour Sébastien - Un traitement de choc

Sébastien ne veut plus qu’on piétine dans son jardin. Quel rabat-joie ! Il doit devenir plus respectueux. Benjamin décide de faire unr pétition en vue de remplacer Sébastien. Maiis il ne se comporte jamais mal avec sa protégée.



Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

L'ours Benjamin est une série mettant en scène des peluches qui vivent différentes aventures. Les peluches s'animent lorsque les humains ne sont pas là, ce qu'ignorent les humains, à l'exception de madame Périgrinelle.


Début générique d’ouverture


VOIX MASCULINE

(Chantant)

♪♪♪

♪ Un ours en peluche ♪

♪ Tu le sais ♪

♪ N’est pas comme n’importe

quel autre jouet ♪

♪ Il est toujours

ton meilleur ami ♪

♪ Un ami pour la vie ♪

♪ Et si tu cherches cet ami-là ♪

♪ Un ours sans pareil ♪


CHŒUR

(Chantant)

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin ♪

♪ Du monde secret

de l’ours Benjamin ♪

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin du monde

secret de l’ours Benjamin ♪


Fin générique d’ouverture


Titre :
L’ours Benjamin Pitié pour Sébastien


CÉCILIA MONTALBAN joue avec sa console portative de jeux vidéo. Son ourson SÉBASTIEN est assis sur la table de jardin.


CÉCILIA

Dix points! Oui!


M. MONTALBAN

(Appelant de la maison)

Cécilia, Cécilia, tu veux

bien répondre à Catherine

au téléphone?


CÉCILIA

Oui, merci, papa.

J'arrive tout de suite. Hein?


CÉCILIA veut se lever, mais BRUTUS le chien de la famille est couché à ses pieds.


CÉCILIA

Hé, Brutus, tu veux t'enlever

du milieu? Il faut que je passe.


BRUTUS lève la tête, bâille et se recouche.


CÉCILIA

Qu'est-ce que tu peux

être fainéant, toi!


CÉCILIA enjambe BRUTUS pour entrer dans la maison.


M. MONTALBAN

(Appelant de la maison)

Cécilia, le téléphone!


CÉCILIA

Oui, papa, j'arrive.

Je suis désolée. Brutus

me bloquait le chemin.


SÉBASTIEN s'anime une fois que CÉCILIA est entrée.


SÉBASTIEN L'OURSON

Sapré de fainéant.


Dans la cour voisine, LUCAS, l'ourson d'ÉLISA et JULIE, l'ourson de LOANE s'amusent.


LUCAS L'OURSON

Allez,

Julie, c'est par ici.


JULIE L'OURSON

Oui, oui, je suis juste

derrière. Tu veux bien

m'attendre un peu?


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh! Mais voyez-vous ça,

des intrus dans notre jardin.

Oh! Oh! Voilà qui devrait

intéresser Brutus.


LUCAS et JULIE se dirigent vers la clôture pour passer par la planche pivotante dans le jardin des Montalban. LUCAS regarde avant de passer.


LUCAS L'OURSON

C'est bon! La voie

est dégagée. Allons-y.


LUCAS et JULIE arrivent dans le jardin des Montalban. BRUTUS surgit devant eux.


LUCAS L'OURSON

(Effrayé)

Ah!


SÉBASTIEN L'OURSON

Alors, vous deux, où donc

pensiez-vous aller comme ça?


LUCAS L'OURSON

Oh, bonjour, Sébastien.

On ne pensait pas qu'il y aurait

quelqu'un. Avec Julie, on va

au Centre de placement.

On doit retrouver Carlos

et Freddy pour jouer--


SÉBASTIEN L'OURSON

Ça, je ne tiens pas à le

savoir. Par contre, je vais

vous demander de bien vouloir

quitter les lieux par là

où vous êtes venus.


LUCAS L'OURSON

(Surpris)

Oh?


JULIE L'OURSON

Mais, Sébastien, on est

toujours passés par là.


SÉBASTIEN L'OURSON

Peut-être, mais c'est terminé.

Ce jardin est aux Montalban. Et

rien ne vous autorise à piétiner

sa pelouse à votre guise.


LUCAS L'OURSON

Mais, Sébastien, c'est le

meilleur raccourci pour aller

au Centre de placement.

Tous les autres--


SÉBASTIEN L'OURSON

Assez! Il n'y a pas d'excuses

qui tiennent. Je vous

demande de partir.


JULIE L'OURSON

On n'a pas le choix. Il va

falloir passer par mon jardin,

même si c'est plus long.


SÉBASTIEN L'OURSON

Vous hésitez encore. Écoutez,

si je n'ai pas réussi à vous

convaincre, je suis sûr que

Brutus vous persuadera.


JULIE ET LUCAS LES OURSONS

Oh... Bon, bon,

d'accord. On a compris. On y va.


LUCAS et JULIE se dépêchent de retourner dans le jardin des Cantin pendant que BRUTUS aboie en courant derrière eux.


JULIE ET LUCAS LES OURSONS

Aaaah!


SÉBASTIEN L'OURSON

(Riant aux éclats)

Ho! Ho! Ho! Ho! Ho!


CÉCILIA

(Pleurant dans la cuisine)

Snif! Snif!


SÉBASTIEN L'OURSON

(Entendant les pleurs de sa protégée)

Oh?


CÉCILIA

C'est pas juste!

C'est moi sa meilleure amie.

(Pleurant en sortant sur la terrasse)

Snif! Snif! Snif!

Snif! Snif! Snif!

Heureusement que tu

es là, Sébastien.


SÉBASTIEN a repris sa place sur la table et CÉCILIA le serre dans ses bras.


CÉCILIA

Tous les autres font des

mauvaises surprises. Il n'y a

que toi. Tu es le seul à qui je

puisse vraiment faire confiance.


LUCAS et JULIE traversent le jardin des Cantin pour se rendre au jardin au passage sous la table de jardin.


LUCAS L'OURSON

Ah! Quel rabat-joie

prétentieux, ce Sébastien.


JULIE L'OURSON

Ça, on ne peut pas nier qu'il

est désagréable. Mais il peut

toujours être remplacé.

Il y aurait de quoi.


LUCAS L'OURSON

Oui. Excellente idée! Je

suis sûr que Cécilia préférerait

avoir une autre peluche.


JULIE L'OURSON

Ça me semble évident. Quel

enfant pourrait bien vouloir

d'un ours aussi antipathique

que Sébastien? Tiens!


LUCAS L'OURSON

Aucun.


Au centre de placement, ERNEST explique à FREDDY, JULIE, LUCAS et CARLOS les règles en place.


ERNEST L'OURSON

D'après la loi en vigueur

et selon le code de remplacement

des peluches, article 12,

alinéa 73: «Seule la preuve

irréfutable d'une faute grave,

qu'il s'agisse de négligence,

d'incompétence ou d'une autre

attitude déplacée, peut

justifier la mise à pied

d'un nounours». Dans votre cas,

disposez-vous de cette

preuve irréfutable?


LUCAS L'OURSON

Tout à l'heure, il nous a

empêchés de prendre le raccourci

et il nous a parlé méchamment.


JULIE L'OURSON

Et en plus, il se

moquait de nous.


ERNEST L'OURSON

Je suis conscient de tout ça.

Je sais que Sébastien peut avoir

une attitude déplorable de temps

à autre, mais on n'y peut rien.


CARLOS L'OURSON

L'autre jour, il m'a traité

de cervelle d'oiseau.

Et je suis censé accepter

ça sans rien dire?


FREDDY L'OURSON

Moi, je ne compte plus

le nombre de mauvaises blagues

qu'il a pu faire sur

mon oeil manquant.


ERNEST L'OURSON

Croyez-moi, je suis comme

vous, j'aimerais beaucoup

qu'il devienne plus respectueux

des autres. Mais rien de ce

que vous m'avez dit ne tombe

sous le coup de la loi.


Le soir venu, LUCAS et JULIE parlent de leur projet à BENJAMIN dans la chambre de MAX qui dort déjà.


LUCAS L'OURSON

On va faire signer

cette pétition à un

maximum de monde.


JULIE L'OURSON

Ah oui! Et ça aura encore

plus de valeur si tu es le

tout premier à la signer.


LUCAS L'OURSON

(Tamponnant sa patte)

Merci, Benjamin.


BENJAMIN L'OURSON

Hi! Hi! De rien! C'est

toujours un grand plaisir pour

moi d'aider d'autres nounours.

Mais vous ne m'avez pas dit

le but de cette pétition.


LUCAS L'OURSON

C'est pour accélérer

le remplacement de

l'ours Sébastien.


BENJAMIN L'OURSON

Le remplacement?


LUCAS L'OURSON

Ernest a dit qu'il fallait

qu'on présente une preuve

irréfutable de sa mauvaise

attitude. Si tout le monde

signe, ça en sera une.


BENJAMIN L'OURSON

Mais voyons, une pétition

n'a jamais constitué une preuve.


LUCAS L'OURSON

Allez, viens, Julie.


BENJAMIN L'OURSON

Où allez-vous?


JULIE L'OURSON

À la buvette du parc pour

collecter d'autres signatures.

Merci de nous avoir aidés

à commencer, Benjamin.


BENJAMIN L'OURSON

Oh, j'aurais pas dû.


Au café du parc, les oursons présents sont d'accord pour signer.


LILY L'OURSON

Moi, je signe!


TRIXIE BELLE L'OURSON

Moi aussi! Je l'ai

toujours trouvé odieux.


JEANNOT L'OURSON

Ça lui apprendra à

me traiter d'incompétent.


LILY L'OURSON

Dans tout ça, le pire,

c'est qu'il ne s'est jamais

excusé auprès de personne.


JEANNOT L'OURSON

À chaque fois qu'il vient ici,

je ne sais jamais sur quel pied

danser. Soit les milkshakes sont

trop sucrés. Soit ils ne le sont

pas assez. Soit ils sont trop

épais. Soit ils sont trop

coulants. Il n'est

jamais content.


LUCAS L'OURSON

On ne peut plus accepter ça.

Cécilia mérite un nounours

autrement plus gentil.


TOUS

Remplaçons-le.


BENJAMIN L'OURSON

(Entrant au café)

Attendez! Attendez!


TOUS

Oh!


BENJAMIN L'OURSON

Avant de faire quoi que

ce soit, écoutez ce

que j'ai à dire.

Que Sébastien soit désagréable

avec les autres peluches, ce

n'est pas quelque chose que je

pourrais contredire. Seulement,

est-ce qu'un seul d'entre vous

l'a déjà vu mal se comporter

avec sa protégée?


JEANNOT L'OURSON

Avec Cécilia?

Non, je crois pas.


Les oursons se concertent, mais aucun n'a rien à redire.


JULIE L'OURSON

C'est vrai. Il est toujours

correct. Mais Cécilia serait

quand même bien mieux avec

un ours doté d'un

meilleur caractère.


LUCAS L'OURSON

Ça saute aux yeux.

Est-ce qu'il est gentil?

Est-ce qu'il est doux?


TOUS

Non!

C'est tout l'inverse.


LUCAS L'OURSON

Est-ce qu'il sait traiter

les autres avec respect?


TOUS

Sûrement pas!

Oh que non!


LUCAS L'OURSON

Dans ce cas, comment peut-on

lui confier un enfant?


TOUS

Il faut qu'il s'en aille.

Sébastien, à la porte!

Sébastien, à la porte!

Sébastien, à la porte!

Sébastien, à la porte!

Sébastien, à la porte!


BENJAMIN s'éloigne. Il n'aime pas cette idée. JEANNOT suit BENJAMIN.


JEANNOT L'OURSON

Hé, où est-ce que

tu vas, Benjamin?


BENJAMIN L'OURSON

Je crois qu'il vaut mieux que

je parle de tout ça à Sébastien

en personne avant que les

choses ne dégénèrent.


JEANNOT L'OURSON

Hein? Oui, je vois.


TOUS

Sébastien, à la porte!

Sébastien, à la porte!

Sébastien...


JEANNOT L'OURSON

Eh bien, bonne chance!


BENJAMIN L'OURSON

(Soupirant en s'éloignant)

Oh...


TOUS

Sébastien, à la porte!

Sébastien...


BENJAMIN marche vers le jardin des Montalban et réfléchit à voix haute.


BENJAMIN L'OURSON

Comment lui dire ça? Écoute,

Sébastien, je te dis ça au nom

de tous les ours, enfin, en tout

cas, un certain nombre d'ours

qui se sont plaints. Et même

si je ne suis pas forcément

d'accord avec eux... Ah non!

C'est pas clair. C'est nul.


Un sifflement averti BENJAMIN qu'un humain approche.


BENJAMIN L'OURSON

Monsieur Montalban.


BENJAMIN se cache dans le premier endroit qu'il trouve, c'est à dire une poubelle renversée. Mais M. Montalban vient justement y déposer un gros sac-poubelle bien plein.


BENJAMIN L'OURSON

(Étouffe dans la poubelle.)

Oh! Oh...


M. Montalban retourne dans son jardin après avoir déposé le couvercle sur la poubelle. BENJAMIN fait balancer la poubelle pour pouvoir en sortir et s'approche de la cour des Montalban. Il s'approche de la maison, mais au moment d'entrer, BENJAMIN entend des pleurs provenant de la fenêtre ouverte de la chambre de CÉCILIA.


CÉCILIA

Snif! Snif!

Snif! Snif! Snif!


Dans sa chambre, CÉCILIA pleure sur son lit.


CÉCILIA

(Prenant SÉBASTIEN)

En fait, tu veux que je te dise,

j'en ai rien à fiche de la fête

de Catherine. La seule chose qui

compte, c'est que je t'ai, toi.

De toute façon, nous aussi,

on peut faire une super fête.

Rien que toi et moi. D'accord?

Oui!


BENJAMIN a entendu CÉCILIA depuis le rebord de la fenêtre. Ça lui donne une idée.


Le lendemain, CÉCILIA a déguisé SÉBASTIEN et elle porte une robe de soirée. Elle verse le thé à SÉBASTIEN devant une assiette pleine de biscuits.


CÉCILIA

Ha! Ha! Ha!


CÉCILIA remarque une tache de thé sur la boucle de SÉBASTIEN.


CÉCILIA

(Essuyant la tache)

Attends, bouge pas.

(Riant)

Hi! Hi! Hi!

Ha! Ha! Ha!


SÉBASTIEN tombe face première dans son thé. BENJAMIN prend la scène en photo. Plus tard, CÉCILIA regarde un livre avec SÉBASTIEN.


CÉCILIA

Mais si, regarde. On peut

le lire à l'envers. Tu vois.


BENJAMIN prend la scène en photo.


Ensuite, CÉCILIA est étendue sur la pelouse et cherche des formes dans les nuages.


CÉCILIA

Ha! Ha! Ha!

Regarde, là.

Tu as vu? C'est toi.

Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN prend de nouveau une photo. M. MONTALBAN arrive dans le jardin. Il tient le téléphone.


M. MONTALBAN

Bonjour, ma puce.


CÉCILIA

Ah! Bonjour, papa.


M. MONTALBAN

C'est Catherine au téléphone.

Elle dit qu'il y a eu un

malentendu hier soir et elle

voudrait en parler avec toi.


CÉCILIA

Bon, d'accord.

(Prenant le téléphone)

Merci, papa.

(Parlant au téléphone)

Allô, j'écoute. Oui?

Bonjour, Catherine.

Ah, c'est vrai? Ça veut dire

que je peux venir? Je suis super

contente. Bon, bien, alors, à

ce soir.

(Fermant le téléphone)

Tu ne devineras jamais,

Sébastien. Catherine s'était

trompée sur le nombre de

personnes qu'elle peut faire

dormir chez elle. Finalement,

il y a une place pour moi. Ce

qui veut dire qu'on va pouvoir y

aller et faire la fête toute la

nuit! Ça va être trop chouette!

Je me doutais bien, au fond de

moi, que Catherine n'allait pas

me laisser tomber. Papa!

Devine ce qui s'est passé?


Au centre de placement, ERNEST regarde le nombre de signatures sur la pétition.


ERNEST L'OURSON

Oui, c'est incontestable.

Un grand nombre de peluches de

cette communauté ont un problème

avec Sébastien et son attitude.

Votre pétition rend cela on ne

peut plus évident. Mais quoi

qu'il en soit, le règlement

étant ce qu'il est, cela ne

constitue pas une preuve

suffisante pour mettre à pied

une peluche en activité.


LUCAS L'OURSON

Mais, Ernest, ça montre

quand même que Sébastien

est toujours--


BENJAMIN L'OURSON

(Glissant sur le toboggan d'arrivée)

En train de

s'occuper de sa petite protégée.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Suivant BENJAMIN)

Parfaitement! C'est mon

premier devoir en tant que

peluche. Et je le remplis avec

fierté. Alors, comme ça, il y a

une petite bande qui voudrait

voir le Centre me mettre à pied?


LUCAS L'OURSON

Vois par toi-même. On est loin

de n'être qu'une petite bande,

comme tu dis.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Voyant la liste)

Oh...


BENJAMIN L'OURSON

Il y a du vrai dans tout ça,

Sébastien. Mais même s'il y a

à redire sur la façon dont

tu traites les autres ours,

en ce qui concerne ton travail,

on ne peut rien te reprocher.

Tu fais même preuve d'un

dévouement plutôt remarquable.

(Montrant les photos)

Regardez donc ça, les amis.


JULIE L'OURSON

Incroyable!


ERNEST L'OURSON

Vous prenez même

le thé ensemble?


BENJAMIN L'OURSON

Hé oui! Ils sont très

complices. Mais dis-moi,

Sébastien, cette tache, d'où

vient-elle? Je croyais que

chez les Montalban, on était

toujours impeccable.


TOUS

Ha! Ha! Ha!

Ha! Ha! Ha!


SÉBASTIEN L'OURSON

Hum! Je vois qu'aucun d'entre

vous n'éprouve le moindre

scrupule à s'immiscer dans

la vie privée des gens.

L'inquisition est-elle terminée?


BENJAMIN L'OURSON

Oui, je crois que c'est tout.


SÉBASTIEN L'OURSON

Dans ce cas, je vous prierais

de bien vouloir cesser

de m'importuner avec vos

jérémiades. J'ai une protégée

à accompagner au lit, moi! Hum!


JULIE L'OURSON

Même s'il travaille bien,

il pourrait quand même faire

des efforts sur son attitude.


BENJAMIN L'OURSON

Sois patiente, Julie. Tu

connais le dicton: tout vient

à point à qui sait attendre.


TOUS

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


Fin de l'épisode


Titre :
Un traitement choc


MURPHY, le chien de la famille Cantin s'amuse dans le jardin en aboyant. Il joue à cache-cache avec LUCAS, l'ourson d'ÉLISA, qui sort de derrière un pot de fleurs.


LUCAS L'OURSON

Je t'ai eu! à ton tour!


LUCAS court dans le jardin. Il est poursuivi par MURPHY. La voix de BENJAMIN, l'ourson de MAX, dérange LUCAS qui se fait attraper.


BENJAMIN L'OURSON

Lucas!


LUCAS L'OURSON

(Se faisant attraper)

Oh!


BENJAMIN L'OURSON

(Sortant dans le jardin)

Ah, d'accord!

C'est là que tu es.

Vous vous amusez bien?


LUCAS L'OURSON

(Rigolant sous MURPHY)

Ha! Ha! Ha! On fait un mélange

de cache-cache et de poursuite.

Si tu veux, on peut

jouer à trois.


BENJAMIN L'OURSON

Non, Lucas. Si je suis là,

c'est pour te rappeler

qu'Élisa va bientôt se lever.

Tu devrais vite rentrer.


LUCAS L'OURSON

Oh oui! Tu as raison! Désolé,

Murphy. On rejouera à ça

une autre fois. D'accord?


MURPHY, ne semblant pas affecté par le départ de LUCAS, continue de courir partout dans le jardin en aboyant.


BENJAMIN L'OURSON

Lucas, attends. Est-ce que tu

as vu dans quel état tu es? Tu

ne peux quand même pas rentrer

dans le lit d'Élisa comme ça.

Hum?


LUCAS s'arrête et BENJAMIN nettoie les touffes d'herbes accrochées à la salopette de LUCAS.


BENJAMIN L'OURSON

Ta salopette est

encore toute déformée.


LUCAS L'OURSON

Bien oui! C'est pas très

étonnant. Je viens de me faire

rouler dessus par un chien,

mais elle se remettra vite

en place. Allez, à plus tard!


LUCAS a repris sa place auprès d'ÉLISA dans le lit. ÉLISA se réveille.


ÉLISA

Oaaahhh! Bonjour, Lucas.

Viens là.

(Serrant LUCAS contre elle)

Oh? Bien ça alors!

Tu es tout dur et tout aplati.


LAURA

(Appelant du rez-de-chaussée)

Élisa, c'est l'heure de se

lever. Le petit déjeuner

est presque prêt.


ÉLISA

C'est bon, maman. Je suis

debout. J'arrive tout de suite.


ÉLISA dépose LUCAS sur le lit et court prendre son petit déjeuner.


LUCAS L'OURSON

Je suis tout aplati?

(Se tâtant)

Oh...

(Se regardant dans la glace)

Oh, mais c'est vrai! Je ne

remplis plus ma salopette.


BENJAMIN entre dans la chambre d'ÉLISA.


BENJAMIN L'OURSON

T'en fais pas, Lucas. C'est

quelque chose qui finit par

arriver à toutes les peluches.


LUCAS L'OURSON

Mais ça ne devrait pas

m'arriver à moi quand

même. Je suis jeune.


BENJAMIN L'OURSON

Tu es jeune, c'est vrai,

mais tu reçois aussi beaucoup

d'affection. En particulier

de la part d'Élisa. Elle te

câline tous les jours.

Forcément, ça écrase.


LUCAS L'OURSON

Oui, d'accord. Seulement

maintenant, elle trouve

que je suis trop plat.

Qu'est-ce que je peux

faire contre ça?


BENJAMIN L'OURSON

Il faut que tu te fasses

repouffer. C'est spécialement

prévu pour ce genre

de cas. Allez, viens.


BENJAMIN et LUCAS se rendent à la clinique des oursons en passant par le passage secret situé dans l'hôpital de la ville.


LUCAS L'OURSON

Dis-moi, ce repouffage,

là, ça fait mal?


BENJAMIN L'OURSON

Non. Pas du tout. C'est

aussi relaxant qu'un massage.


BENJAMIN et LUCAS s'assurent qu'il n'y a pas de personnel médical avant de traverser le couloir de l'hôpital.


BENJAMIN L'OURSON

Tu vas voir. Je suis

sûr que tu vas aimer.


Un téléphone sonne à la réception de l'hôpital. Une infirmière répond au téléphone.


INFIRMIÈRE

Allô, oui? Oh, un instant.

Je prends votre dossier.


BENJAMIN L'OURSON

La voie est libre.


BENJAMIN et LUCAS se dépêchent de se rendre à l'entrée secrète de la clinique des oursons.


Au moment d'entrer, LUCAS et BENJAMIN se font renverser par un groupe d'oursons qui sortent en courant.


TOUS

(Criant)

Aaaah!


LUCAS L'OURSON

Mais pourquoi est-ce

qu'ils courent comme

ça? Ils sont pressés?


BENJAMIN L'OURSON

On aurait plutôt dit

qu'ils étaient en train

de fuir devant une menace.


Dans la clinique, le DRE PARMENTIER, médecin des oursons, se trouve devant une machine qui tourner.


LUCAS L'OURSON

Oh! C'est quoi cette sorte

de grosse centrifugeuse?


BENJAMIN L'OURSON

Désolé, je n'en sais

rien. C'est tout nouveau.


DRE PARMENTIER OURSON

Vraiment, c'est déjà fini?

C'est aéropouffeur

automatique est stupéfiant.


La porte de l'engin s'ouvre et un ourson titube en sortant.


DRE PARMENTIER OURSON

(Retenant l'ourson)

Oh, attention! Voilà.

(Mesurant son ventre)

Oh! Excellent! Ça t'a

joliment repouffé de 25%.


OURSON REPOUFFÉ

Oh, merci, docteur Parmentier.

Je me sens beaucoup mieux.


DRE PARMENTIER OURSON

Ne t'en fais pas pour le

tournis. Ce n'est qu'un effet

secondaire et ça partira vite.

C'est l'affaire d'une heure

ou deux. D'ici là, évite

de prendre les escaliers.


LUCAS L'OURSON

Hé, mais ce n'est pas censé

être relaxant comme un massage?


BENJAMIN L'OURSON

J'ignorais que le docteur

Parmentier s'était mis

à utiliser une machine

pour repouffer les ours. Oh!


LUCAS s'enfuit en courant.


BENJAMIN L'OURSON

Mais Lucas, qu'est-ce qu'il y a?

Attends. Lucas.


BENJAMIN ne réussit pas à suivre LUCAS dans le couloir de l'hôpital à cause d'un infirmier qui passe.


BENJAMIN se dépêche de traverser le couloir et passe par la seconde porte secrète. Il entre en collision avec EDGAR L'OURSON.


BENJAMIN L'OURSON

(Se frappant contre EDGAR)

Oh...


EDGAR L'OURSON

Eh bien ça! Benjamin!


BENJAMIN L'OURSON

Edgar, que fais-tu

à l'hôpital?


EDGAR L'OURSON

Tu l'ignores sûrement, mais

je suis affecté au service des

enfants malades. Je suis là

depuis tôt ce matin. Et toi,

mon jeune ami, que fais-tu

dans cet établissement?


BENJAMIN L'OURSON

Je voulais présenter Lucas au

docteur Parmentier pour le faire

repouffer. Seulement, il a été

pris de panique et il est

parti à toute vitesse.


EDGAR L'OURSON

J'imagine que cela n'est pas

sans rapport avec la nouvelle

machine que le docteur

Parmentier utilise et sur

laquelle on m'a déjà

dit bien des choses.


BENJAMIN L'OURSON

Elle appelle ça l'aéropouffeur

automatique. Et franchement,

l'ayant vue fonctionner, ça

ne me met pas en confiance.


EDGAR L'OURSON

Tut! Tut! Tut! Ça ne va pas du

tout. Il faudrait que quelqu'un

la prévienne sans tarder

des effets négatifs de

sa nouvelle méthode.


BENJAMIN L'OURSON

Alors, tu vas le faire?

Tu vas lui dire?

Entre nous, ça me soulage.


EDGAR L'OURSON

Non, Benjamin. Je crois qu'on

s'est mal compris. J'ai déjà

beaucoup de travail à accomplir

dans cet hôpital. Ma place

est près des enfants. Aussi,

tu devrais le lui dire, toi.


BENJAMIN L'OURSON

Hein? Mais, comment... Comment

est-ce que je pourrais lui dire

une chose pareille? Quand

même, c'est... c'est un docteur.


EDGAR L'OURSON

Oui, c'en est un.

Et qu'est-ce que ça change?


BENJAMIN L'OURSON

Mais... Je suis qui, moi, pour

aller critiquer son travail?


EDGAR L'OURSON

Mais tu es l'Ours Benjamin.

Célèbre dans le monde entier.

Entre nous, je ne vois pas qui

pourrait mieux le faire que toi.

Je comprends que tu sois

intimidé à l'idée de faire

une critique à quelqu'un

que tu respectes, mais fais-moi

confiance. Tu t'en sortiras

très bien. Elle t'écoutera.


EDGAR s'en va. Et BENJAMIN retourne à la clinique.


BENJAMIN L'OURSON

(Cherchant dans la clinique)

Ahem! Docteur Parmentier...

Docteur...

Docteur Parmentier... C'est pas

possible, ça. Il n'y a

déjà plus personne...


DRE PARMENTIER OURSON

Tiens, Benjamin! Bonjour.

Est-ce que je peux t'aider?


BENJAMIN L'OURSON

Gulp! Eh bien, en fait,

il faudrait que je vous parle

de votre nouvelle machine.


DRE PARMENTIER OURSON

N'en dis pas plus. Je sais

exactement où tu veux en venir.


BENJAMIN L'OURSON

Vraiment?


DRE PARMENTIER OURSON

Cet aéropouffeur est une

machine fantastique. Il peut

repouffer six nounours en moins

de temps qu'il n'en fallait

pour en faire un seul.

C'est révolutionnaire.


BENJAMIN L'OURSON

Sans doute, mais bon,

la question est ailleurs.


DRE PARMENTIER OURSON

Tu sais, Benjamin, parfois, il

m'arrive de me demander si je ne

suis pas en train de devenir un

peu vieux jeu dans mes méthodes

de travail. Mais ce pouffeur

aéropouffant est sans conteste

la machine la plus branchée

de l'année. Et j'en ai une. Mais

j'imagine que tu n'es pas venu

jusqu'ici pour m'entendre

radoter sur mon gadget préféré.


BENJAMIN L'OURSON

Bien, en fait, je ne sais

pas trop comment vous dire...


DRE PARMENTIER OURSON

T'en fais pas. J'ai compris.

Tu veux l'essayer toi-même.


BENJAMIN L'OURSON

Euh... Non! Attendez. Je...

C'est pas ça que je voulais--


DRE PARMENTIER OURSON

C'est parti pour un tour!

(Poussant BENJAMIN dans la machine)

Ça ne peut te faire que du bien.

Prescription du docteur.


BENJAMIN L'OURSON

Docteur Parmentier, s'il vous

plaît, laissez-moi sortir.


BENJAMIN sort du repouffeur complètement étourdi.


DRE PARMENTIER OURSON

Ah, comme c'est joli à voir!

Un gentil petit ours tout

fraîchement repouffé.


BENJAMIN L'OURSON

(Bégayant)

Oh, ça... bouge.

Quelqu'un... pourrait empêcher

l'immeuble... de trembler?


Plus tard, EDGAR discute avec un groupe de jeunes peluches dans le salon chez MLLE PÉRIGRINELLE.


EDGAR L'OURSON

Vous savez, il y a encore peu

de temps, le docteur Parmentier

repouffait à la main toutes les

peluches qui en avaient besoin.

Ha! Ha! Et croyez-moi,

ça chatouillait.


TOUS

(Riant)

Ha! Ha! Ha!

Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN entre dans le salon d'EDGAR.


EDGAR L'OURSON

Ah, Benjamin! Alors,

tu as résolu l'affaire?


BENJAMIN L'OURSON

Non, je n'ai pas réussi à lui

en parler. Le problème, c'est

qu'elle adore cette machine.

Elle lui donne une valeur

qui dépasse son usage. Il va

falloir qu'on s'y habitue.


TOUS

Oh!


LUCAS L'OURSON

Non, sûrement pas!

Je préfère encore ne plus jamais

être repouffé que de retourner

dans son aérotruc. Et ça,

ce serait bien qu'elle le sache.


BENJAMIN L'OURSON

Si je lui dis comme ça, ça va

la rendre malheureuse. J'en suis

certain. Et vous savez bien que

le devoir d'une peluche, c'est

de toujours faire passer

les sentiments des

autres en premier.


EDGAR L'OURSON

C'est très juste.

Et pour que ce bel esprit

continue d'être respecté,

j'aimerais que certains

d'entre vous ici présents

revoient leur point de vue.


BENJAMIN L'OURSON

Écoute bien ce qu'il dit,

Lucas. Edgar sait

de quoi il parle.


EDGAR L'OURSON

En effet. Je ne parlais pas

à Lucas. Celui qui devrait

revoir son point de vue,

c'est toi, Benjamin.


BENJAMIN L'OURSON

Mais, pourquoi?


EDGAR L'OURSON

Il est indispensable que

toutes les peluches restent

rondes et pouffues. Il faut

qu'elles attirent le toucher et

surtout les câlins. Mais si tu

ne fais rien pour régler ce

problème avec le docteur

Parmentier, on risque de se

retrouver avec des peluches que

plus personne ne voudra toucher.


TOUS

Oh!


EDGAR L'OURSON

Je te conseille

de réfléchir à ça, Benjamin.


BENJAMIN retourne à la clinique des oursons et entre dans le bureau de DRE PARMENTIER.


BENJAMIN L'OURSON

Bon, bien, si c'est le devoir

qui veut ça, allons-y! Aaaah!

Docteur Parmentier, c'est

encore moi. J'ai un problème.


DRE PARMENTIER OURSON

On va tout de suite s'occuper

de ça. Allez, entre,

viens t'installer sur

la table d'examen.


BENJAMIN L'OURSON

En fait, c'est pas vraiment

moi qui ai un problème, docteur.


DRE PARMENTIER OURSON

Hum!


BENJAMIN L'OURSON

C'est votre machine pouffante.

Elle fait tellement peur aux

peluches qu'elles ne veulent

plus venir vous voir.


DRE PARMENTIER OURSON

Oh, ça alors!


BENJAMIN L'OURSON

Je suis désolé. Je ne voulais

pas vous mettre en colère.


DRE PARMENTIER OURSON

Non, non, je ne suis pas

en colère. Je suis plutôt

contente que tu me l'aies dit.


BENJAMIN L'OURSON

Contente?


DRE PARMENTIER OURSON

Maintenant, je sais qu'il y

a un souci. Si j'en crois le

manuel, l'aéropouffeur est censé

redresser les poils et raffermir

la toile aussi gentiment

qu'une caresse.

(Regardant le guide d'utilisation)

Oh! Non!

Comment aie-je pu manquer ça?


BENJAMIN L'OURSON

Mais... manquer quoi?


DRE PARMENTIER OURSON

Ce bouton aurait toujours

dû être réglé sur le niveau 1

pour une durée de 10 minutes.

Seulement là, il était réglé

sur le niveau 10 pour

seulement une minute.


BENJAMIN L'OURSON

Pas étonnant que toutes

les peluches en soient

ressorties secouées.


DRE PARMENTIER OURSON

Oh, quel désastre! Après une

erreur pareille, je ne vais

plus voir venir personne.


LUCAS L'OURSON

(Surgissant dans la clinique)

Si, docteur. Moi,

je veux bien essayer.


DRE PARMENTIER OURSON

Oh, Lucas, c'est très gentil.

Merci de te dévouer.

C'est un grand service

que tu rends à la science.


LUCAS L'OURSON

Lorsque le devoir

vous appelle, il n'y a

pas à tergiverser.

N'est-ce pas, Benjamin?


BENJAMIN L'OURSON

Merci, Lucas. Tu m'ôtes

les mots de la bouche.


LUCAS s'installe dans la machine.


LUCAS semble s'amuser dans la machine.


DRE PARMENTIER OURSON

Lucas, ça va?

Tout se passe bien?


LUCAS L'OURSON

(Parlant dans la machine)

Edgar avait raison.

Ça chatouille. Ha! Ha! Ha!


De retour à la maison, LUCAS se regarde dans la glace.


LUCAS L'OURSON

Il me tarde qu'Élisa rentre

et me voit tout repouffu. Ah!

Voyons voir! Ah oui! C'est

vraiment autre chose.


BENJAMIN L'OURSON

Un véritable sac à bisous.


La voix d'ÉLISA résonne dans le vestibule.


ÉLISA

Maman, ça y est!

Je suis là. Je suis rentrée.


LAURA

(Répondant à ÉLISA)

Ah, bonjour, chérie.


BENJAMIN quitte la chambre d'ÉLISA.


BENJAMIN L'OURSON

Prépare-toi à un très gros câlin.


ÉLISA entre dans sa chambre.


ÉLISA

Bonjour, Lucas.

(Faisant un câlin à LUCAS)

Mmm! Hé, mais tu n'es pas pareil

que ce matin. C'est quoi

ce gros bidon tout rebondi?

Tu manges des bonbons

en cachette dès que j'ai

le dos tourné. C'est ça?

(Dansant avec LUCAS)

Hi! Hi! Hi! Hi!

Ha! Ha! Ha!


Générique de fermeture

Épisodes de L'ours Benjamin

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par