Image univers L'ours Benjamin Image univers L'ours Benjamin

L'ours Benjamin

Benjamin et Howard prennent leur travail d'ours en peluche très au sérieux. Chaque jour, ils se donnent la mission d'aider Max et Élisa, les deux enfants de la famille, sans qu'ils le sachent et sans manquer aux règles des Nounours.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Barnabé les pattes vertes - Le détective rose

Barnabé le jardinier a planté de la lavande mais il ne se souvient plus où est ce carré de lavande. Et Benjamin doit trouver cette lavande avant que la nuit tombe. Le détective rose.



Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

L'ours Benjamin est une série mettant en scène des peluches qui vivent différentes aventures. Les peluches s'animent lorsque les humains ne sont pas là, ce qu'ignorent les humains, à l'exception de madame Périgrinelle.


Début générique d’ouverture


VOIX MASCULINE

(Chantant)

♪♪♪

♪ Un ours en peluche ♪

♪ Tu le sais ♪

♪ N’est pas comme n’importe

quel autre jouet ♪

♪ Il est toujours

ton meilleur ami ♪

♪ Un ami pour la vie ♪

♪ Et si tu cherches cet ami-là ♪

♪ Un ours sans pareil ♪


CHŒUR

(Chantant)

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin ♪

♪ Du monde secret

de l’ours Benjamin ♪

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin du monde

secret de l’ours Benjamin ♪


Fin générique d’ouverture


Titre :
L’ours Benjamin Barnabé les pattes vertes


Au café du parc, EDGAR et BENJAMIN font installe une haie de lavande pour chasser les mites.


EDGAR L'OURSON

Voilà! Ça devrait

dissuader ces vilaines bêtes

d'entrer dans notre café.


BENJAMIN L'OURSON

C'est vrai que la lavande,

c'est pratique pour tenir les

mites à distance.

(Éternuant)

Atchoum!

Seulement, ça me fait

aussi éternuer.


EDGAR L'OURSON

Il vaut mieux éternuer

que de se faire grignoter

par ces bestioles.


BENJAMIN L'OURSON

Oui, ça c'est sûr. En plus,

j'ai entendu dire que cette

année, elles étaient féroces.


EDGAR L'OURSON

Oui, c'est vrai.

Et c'est donc pour ça que j'ai

demandé à ce que chaque peluche

reçoive un petit bouquet de

lavande afin d'être protégée

en toutes circonstances.


BENJAMIN L'OURSON

Vous devriez d'abord jeter

un coup d'oeil sur la

plantation, Edgar.


EDGAR L'OURSON

Pourquoi? Que se passe-t-il?


BENJAMIN L'OURSON

Vous tenez le dernier brin

de lavande dans vos mains.

Tout le reste a été coupé.


EDGAR L'OURSON

Mais non, voyons! Il en

reste sûrement ailleurs.

Tu devrais aller voir Barnabé.

Il te dira où tu peux en trouver.


BENJAMIN L'OURSON

Barnabé?


EDGAR L'OURSON

Mais oui, Barnabé.

Notre jardinier.


BENJAMIN L'OURSON

(Regardant vers les jardins fleuris)

Oh! Quelle bonne idée!

Je n'y avais pas pensé.


BARNABÉ, l'ourson jardinier, travaille près d'un potager.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

J'ai sûrement dû me tromper

au moment des semailles.

J'étais persuadé d'avoir planté

des pétunias dans ce coin-là.


BENJAMIN L'OURSON

(S'approchant de BARNABÉ)

Bonjour, Barnabé!

Vous auriez un moment?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

(Cueillant une carotte)

Oh, ça, c'est de la belle

carotte. Si tu as des lapins

affamés, je veux bien t'en

donner une douzaine.


BENJAMIN L'OURSON

Merci, c'est gentil, mais

j'évite les rongeurs. Je viens

vous voir pour autre chose.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Oui, c'est vrai.

La récolte de lavande.


BENJAMIN L'OURSON

En reste-t-il encore en terre?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Attends que j'y réfléchisse.

Oui, il me semble bien avoir

planté un autre carré.

Je m'en souviens parce que

ce jour-là, il a plu. Et mon

déjeuner a été tout mouillé.


BENJAMIN L'OURSON

Excellente nouvelle!

Donc, il en reste.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Quoi? De mon sandwich

mouillé? Non, je l'ai mangé.


BENJAMIN L'OURSON

Non, Barnabé. Je vous parle de

ce carré de lavande. Pouvez-vous

me dire où il se trouve?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Hum, c'est une

question intéressante.


BENJAMIN L'OURSON

Attendez. Vous...

vous ne savez plus?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Je n'ai pas besoin de m'en

souvenir. En général, quand j'ai

besoin de trouver quelque chose,

mon instinct de jardinier me met

sur la piste. Un peu comme

si j'avais une boussole

dans la tête.


BENJAMIN L'OURSON

Est-ce que vous pensez

qu'on pourrait le voir

avant la tombée de la nuit?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Ça devrait pouvoir se faire.

À condition de se mettre

tout de suite en route.


BENJAMIN L'OURSON

D'accord, mais laissez-moi

le temps de trouver quelques

volontaires pour nous

aider à porter la lavande.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Si tu en connais qui ont

des lapins, préviens-les. J'ai

de belles carottes. Ça serait

dommage qu'elles se perdent.


Dans le parc, quatre jeunes oursons s'amusent à se faire des frayeurs.


JULIE L'OURSON

Attention, attention!

Une grosse mite enragée.


TOUS

Aaaah!

(Riant)

Ha! Ha! Ha!

Wow!

Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN rejoint les jeunes oursons.


BENJAMIN L'OURSON

Écoutez, on n'a pas le temps

de jouer. Il faut trouver cette

lavande avant que la nuit

tombe et que les vraies

mites apparaissent.


LUCAS L'OURSON

Mais, Benjamin,

Barnabé n'a pas encore décidé

par où il faut aller.


JEUNE OURSON

(Remarquant BARNABÉ plus loin)

Mais qu'est-ce qu'il fabrique

avec son bâton?


BENJAMIN L'OURSON

Eh bien, je crois qu'il

se sert de son instinct.

C'est un truc à lui.

Un peu comme une boussole.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Je ressens un picotement

à l'arrière de la nuque.

Nous devons être sur la bonne

voie. Allez, venez.


JULIE L'OURSON

T'es sûr que c'est

une bonne idée de le suivre?


JEUNE OURSON

Hum, moi, il me donne

l'impression d'être

complètement perdu.


JULIE L'OURSON

Et dans sa tête, c'est

peut-être juste une migraine.


BENJAMIN L'OURSON

Écoutez, on n'a pas vraiment

le choix. Il n'y a que lui qui

puisse nous guider jusqu'au bon

endroit. Alors, restons

groupés et ouvrons l'oeil.


LUCAS L'OURSON

Oh...


BENJAMIN L'OURSON

Allons-y!


LUCAS L'OURSON

D'accord.


Le groupe d'oursons suit BARNABÉ à travers la section boisée du parc.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

De la fleur de lin.

On dit aussi lin des marécages.

Savez-vous pourquoi certains

le surnomment herbe à coton?


TOUS

Parce que les fleurs

ressemblent à du coton.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Vous avez l'air au courant.

Vous en ai-je déjà parlé?


LUCAS L'OURSON

Oui, il y a un peu

moins d'une heure.


JEUNE OURSON

Vous nous avez aussi dit

que les framboisiers donnaient

des framboises et les

fraisiers, des fraises.


JULIE L'OURSON

Et que le chou-fleur sauvage

attire les putois parce qu'il

sent encore plus mauvais qu'eux.


JEUNE OURSONNE

Quand est-ce qu'on va la voir,

cette plantation de lavande?


BENJAMIN L'OURSON

Oui. C'est aussi la

question que je me pose.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

On ne doit plus être

très loin. Je vous y

emmène de ce pas.


BENJAMIN L'OURSON

Ça fait déjà deux heures qu'il

nous donne cette réponse.

J'espère que cette

fois, c'est sérieux.


Les jeunes oursons s'amusent à souffler sur une boule de faux coton en riant.


BENJAMIN L'OURSON

Hé, dites donc, il me semblait

vous avoir fait comprendre

que nous n'avions pas

le temps de jouer.


LUCAS L'OURSON

Pourquoi? Ça ne nous fait

pas perdre plus de temps que

d'écouter Barnabé nous

parler de ses plantes.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Han? Mais comment avez-vous

fait pour me dépasser?


BENJAMIN L'OURSON

Oh! Eh bien, en fait,

vous êtes parti par là.

Et apparemment, vous

avez tourné en rond.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Oh là là! Mais ça ne va pas

du tout, ça. Mon instinct

de jardinier doit être

un peu rouillé. Je sais

ce que je vais faire. Je vais

remettre ma boussole à zéro.


BARNABÉ tend son bâton de sourcier devant lui en tournant sur lui-même.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Ça y est! Ça y est! Ça picote.

Ça veut dire que nous sommes

tout près. Suivez-moi.

Cette fois-ci, c'est la bonne.


LUCAS L'OURSON

Benjamin, combien de temps

on va devoir le suivre comme ça?


JEUNE OURSON

Je commence à en avoir

plein les pattes, moi.


JULIE L'OURSON

En plus de ça, on

va rater le goûter.


BENJAMIN L'OURSON

Ah... C'est vrai que là, ça

commence à devenir un peu long.


LUCAS L'OURSON

Un peu? Ça nous a pris

la moitié de l'après-midi

pour arriver nulle part.


BENJAMIN L'OURSON

Très bien! Je vais dire

à Barnabé qu'on fait demi-tour.

Barnabé, ça m'ennuie de vous

dire ça, mais il ne nous reste

que quelques heures avant la

tombée de la nuit. Le chemin

pour rentrer est long et--


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Oui! Je comprends. C'est vrai

que nous avons des enfants avec

nous. Mais ne t'inquiète pas,

Benjamin. On y est presque.

Il suffit de prendre

les bons raccourcis.


BARNABÉ se pend à une branche de saule pleureur pour traverser la rivière qui passe au bout du sentier.


BENJAMIN L'OURSON

(Surpris de l'agilité de BARNABÉ)

Hein?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

(Se propulsant vers l'autre rive)

Youhou!


LUCAS L'OURSON

Wow, incroyable!


JULIE L'OURSON

On aurait dit qu'il volait.


Rapidement, les jeunes oursons imitent BARNABÉ pour traverser la rivière.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Hé, mais attendez. Qu'est-ce

que vous faites, là? Oh!

On n'était pas tombés d'accord

pour faire demi-tour?


JULIE L'OURSON

Wouhou! Je vole!


TOUS

Youpi!

Ha! Ha! Ha!


LUCAS L'OURSON

Bien voilà! Ça devient

un peu amusant.


TOUS

Oui!


LUCAS L'OURSON

Bien alors, Benjamin,

tu viens ou quoi?


BENJAMIN L'OURSON

Mais Lucas, si on part dans

cette direction, on n'est

pas près de rentrer.

Ooooh...


BENJAMIN soupire avant de prendre une branche pour se propulser sur l'autre rive et suivre le groupe.


BENJAMIN L'OURSON

Bon, s'il n'y a pas le choix.

Wouhou! Oh...


BENJAMIN tombe à quelques pas de la rive, dans l'eau.


BENJAMIN L'OURSON

Je vais avoir les pieds

tout gonflés d'eau.


Plus loin, BARNABÉ et les jeunes oursons se trouvent dans l'enclos des ruches. Tous en profitent pour se délecter de bon miel.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Alors, vous en pensez quoi?


JULIE L'OURSON

Mmm! Du miel avec un petit

goût de lavande. C'est bon!


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Ha! Ha! Ha! C'est parce que

ces abeilles ont butiné la

lavande que nous cherchons.

Oh, vous voyez, là.

Elles arrivent toutes

de cette direction. Il y a

donc fort à parier que notre

lavande se trouve par là.


LUCAS L'OURSON

En fait, c'est une

sorte de trappeur.


JEUNE OURSONNE

Oui. Je l'aime

bien. Il est rigolo.


BENJAMIN L'OURSON

Voilà que maintenant, il leur

fait poursuivre des abeilles.

Oh! Et quoi d'autre encore?


Tous suivent les abeilles. Après un moment, BARNABÉ s'arrête au milieu d'un sentier dan sla forêt.


JEUNE OURSON

Pourquoi est-ce

qu'on s'arrête?


LUCAS L'OURSON

C'est vrai, ça.

Vous disiez que cette fois,

on touchait au but.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Tous mes sens sont en éveil

et je ressens un picotement

qui ne m'évoque rien de bon.


BENJAMIN L'OURSON

On est encore

perdus, c'est ça?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Mais non! C'est juste qu'il y

a beaucoup de laiterons par ici.

Et c'est une plante dont les

mites raffolent spécialement

en cette saison.


TOUS

Ça attire les mites?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

C'est sans doute ce

qu'elles préfèrent avec le tissu

et le rembourrage des peluches.

Je suis d'avis qu'on fasse

un petit détour.


BARNABÉ bifurque dans un sentier secondaire.


LUCAS L'OURSON

Mais pour l'instant, on

n'en a vu aucune, de mites.


BENJAMIN L'OURSON

Oui, et heureusement.

Seulement, si on commence

à sortir du sentier, qui sait

ce qui peut nous arriver.

Attends-moi ici. D'accord?


Le JEUNE OURSON secoue une tige de laiteron pour faire s'envoler des petites boules de cotons.


LUCAS L'OURSON

(Un peu apeuré)

Ah!


JEUNE OURSON

Ha! Ha! Je t'ai eu.


LUCAS L'OURSON

Ah, mais tu cherches

la guerre. Prépare-toi

à la contre-attaque.


Les jeunes oursons se font une guerre de tige de laiteron pendant que BENJAMIN rejoint BARNABÉ.


BENJAMIN L'OURSON

Barnabé, je sais que vous avez

fait du mieux que vous pouviez,

mais là, il faudrait...

(Éternuant)

Atchoum! Snif! Snif!


BENJAMIN sent son allergie à la lavande reprendre. Il renifle l'odeur.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

(Reniflant)

Snif! Snif! Je sens clairement

une odeur de lavande.

Tu la sens aussi, Benjamin?


BENJAMIN L'OURSON

En quelque sorte.

(Éternuant)

Atchoum!


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Ce doit être

derrière ce coteau.


Près du champ de laiteron, les jeunes oursons s'amusent.


LUCAS L'OURSON

Vous me faites pas peur.


JEUNE OURSON

Allez, en garde.


LUCAS L'OURSON

Tu ferais mieux de te rendre.


JEUNE OURSONNE

Dis tes prières, félon.


JEUNE OURSON

Tous contre lui.


LUCAS tombe sur le sol et les autres rient. Soudain les mites géantes sortent du champ de laiton. Pendant ce temps, BARNABÉ et BENJAMIN arrivent au champ de lavande.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Ah! Je me disais bien que

je connaissais cet endroit.


BENJAMIN L'OURSON

Mais oui! Vous aviez raison.

Et il y en a beaucoup.

(Éternuant)

Atchoum!


LUCAS L'OURSON

(Appelant au loin)

Benjamin, au secours!


JEUNE OURSON

(Appelant au loin)

Des mites. On est en train

de se faire attaquer

par des grosses mites.


BENJAMIN L'OURSON

Des mites! Qu'est-ce

qu'on va faire?


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Il faut y aller en nous

armant de bouquets de lavande.


TOUS

Ah! Non!

Laissez-nous tranquilles.


Les jeunes secouent les tiges de laiteron pour faire fuir les mites, sans grand succès. BENJAMIN accourt vers eux en tenant un gros bouquet de lavande.


LUCAS L'OURSON

Vous approchez pas, sales

bêtes. Je suis pas

un casse-croûte.


BENJAMIN L'OURSON

Tenez bon! Je suis là.

J'arrive.

(Éternuant)

Atchoum!


BENJAMIN s'effondre sur le sol en éternuant et échappe son bouquet de lavande.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Oh non...


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

(Courant derrière BENJAMIN)

Vite, vite! Prenez

ces bouquets de lavande.

Agitez-les en l'air.


Les jeunes oursons agitent leurs bouquets de lavande en l'air. Les mites s'éloignent.


JEUNE OURSONNE

Hé, mais ça marche super bien!


JULIE L'OURSON

Allez-vous-en!


JEUNE OURSONNE

Oui, allez-vous-en!

Laissez-nous tranquilles.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

On dirait qu'elles ont

compris la leçon.


BENJAMIN L'OURSON revient vers le groupe sans se rendre compte qu'une mite s'est accrochée à son dos.


BENJAMIN L'OURSON

(Reniflant)

Snif! Snif!

Heureusement que Barnabé a eu

la présence d'esprit de

ramasser cette lavande.


JEUNE OURSONNE

(Remarquant la mite)

Oh, Benjamin!


BENJAMIN L'OURSON

Bien quoi?


JULIE L'OURSON

Oh...


LUCAS L'OURSON

Tu en as une

accrochée dans le dos.


BENJAMIN L'OURSON

(Se retournant)

Oh! Oh!

(Se secouant)

Ah! Oh!


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Chassez-la.


TOUS

(Secouant la lavande)

Va-t'en, sale bête. Laisse

Benjamin tranquille.


LUCAS L'OURSON

Est-ce qu'elle t'a mordu?


BENJAMIN L'OURSON

Non, ça va. Je suis

trop coriace.

(Éternuant)

Atchoum!


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Les éternuements, c'est peu

de choses après ce à

quoi tu as échappé.


JULIE L'OURSON

Bon! Alors, on va pouvoir

aller ramasser la lavande.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

C'est ce qu'on a de mieux à

faire. Et d'ailleurs, on devrait

tout de suite s'y mettre.


BENJAMIN L'OURSON

Si ça ne vous embête pas,

je crois que je préfère

rester ici.


JEUNE OURSONNE

Mais tu feras quoi si

les mites reviennent

pour t'attaquer?


BENJAMIN L'OURSON

Je referai pareil.

J'éternuerai. Ha! Ha! Ha!


TOUS

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


BARNABÉ et les jeunes oursons se mettent à la tâche. Plus tard, ils attendent les oursons près de la porte du café et distribuent la lavande.


LUCAS L'OURSON

Prenez votre lavande. C'est

le meilleur remède antimite que

vous pourrez trouver. En plus

de ça, c'est gratuit et il y

en aura pour tout le monde.


EDGAR L'OURSON

Oh, mais c'est très bien!

Je vois que Benjamin a réussi

à trouver la lavande

dont nous avions besoin.


JULIE L'OURSON

C'est pas Benjamin qui

l'a trouvée, c'est Barnabé.


JEUNE OURSONNE

Il sait plein de choses.

Et en plus, il est drôle.


JEUNE OURSON

Oui. Il est unique.

Il a carrément une

boussole dans la tête.


EDGAR L'OURSON

Oh! Hi! Hi! Vous m'en direz

tant. Dans ce cas, je devrais

peut-être aller le remercier.


LUCAS L'OURSON

Il est juste là en train

de faire des boutures

de lavande avec Benjamin.


EDGAR L'OURSON

(Se tournant pour regarder plus loin)

Oh!


BENJAMIN L'OURSON

Oh, Barnabé, regardez.

Nous avons un visiteur.


Un lapin s'approche du potager de carottes.


BARNABÉ L'OURSON JARDINIER

Oh! Ho! Ho! Mais oui!

Je savais bien que des carottes

comme celles-là allaient

avoir du succès.


Fin de l'épisode


Le détective Rose]


Il neige quelques flocons sur la ville. Au magasin MACLARENS, RAYMOND l'ours géant du magasin et RUBY l'ourson de M. MACLAREN jouent aux puces.


RAYMOND L'OURSON

Oh! J'y arrive pas,

Ruby. C'est pas drôle. Toutes

mes puces tombent à côté du pot.


RUBY L'OURSON

Ne dis pas de bêtises,

Raymond. Tu y arrives presque.

Tiens, essaie ça. Tu mets ton

pion sauteur comme ça, bien

contre le bord de la

puce. Et tu appuies.


RAYMOND L'OURSON

Il y a des centaines de jeux

différents dans ce magasin.

Tu veux pas qu'on aille

s'en trouver un autre?


RUBY L'OURSON

Pas avant que tu aies mis

une puce dans le pot. Tu en

es capable. Il suffit

que tu essaies.


RAYMOND L'OURSON

Oh! Bon, je vais faire

exactement ce que tu as dit.

Je mets mon pion sauteur bien

au bord et j'appuie. Oh!

J'y suis arrivé!


RUBY L'OURSON

Bravo, Raymond! C'est parfait.

Tu peux aller choisir un autre

jeu si tu veux. Moi,

je range celui-là.


RAYMOND L'OURSON

Non, attends! Je veux bien

qu'on y joue encore.

En fait, c'est super bien!


RUBY L'OURSON

Hi! Hi! Hi! Quel enthousiasme!


Un bruit attire l'attention de RUBY.


RUBY L'OURSON

Oh! Ça vient de la

porte de derrière.


RAYMOND L'OURSON

Peut-être qu'Hector a décidé

de commencer plus tôt, ce matin.


RAYMOND et RUBY s'approche pour voir ce qui se passe, quand les lumières du magasin s'allument.


RUBY L'OURSON

Oh non! Vite, va te

remettre sur ta chaise.


RAYMOND L'OURSON

(Courant dans le magasin)

Oh! Oh! Oh!

Oh! Oh! Oh!


RUBY, de son côté, range le jeu de puce dans un tiroir du bureau de LAURA qui s'approche de plus en plus.


LAURA

(Parlant en venant vers son bureau)

Tout de même, Mac, ça risque

de nous prendre du temps

sans l'aide d'Hector.


M. MACLAREN et LAURA traversent le magasin en se dirigeant vers la grande vitrine.


M. MACLAREN

C'est bien pour ça qu'on

arrive plus tôt, Laura. Nous

n'avons malheureusement

pas le choix.


RUBY entend les voix et se dépêche d'aller se cacher. M. MACLAREN pousse un chariot de transport et s'arrête devant le fauteuil à bascule où RAYMOND est assis.


M. MACLAREN

Voyons, voyons!

Par où commencer?

On ferait peut-être bien

d'enlever Raymond du milieu.


LAURA et M. MACLAREN prennent RAYMOND et le pose sur le chariot.


LAURA

Que diriez-vous de faire

livrer des fleurs

à l'hôpital, Mac?


M. MACLAREN

(Riant)

Ha! Ha! Ha! Des fleurs pour

Hector? Je suis sûr qu'il

préférerait largement une

douzaine de beignets à une

douzaine de roses.

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


LAURA

Ha! Ha! Vous avez raison.

Je vais tout de suite

lui en faire livrer une boîte.


LAURA se dirige vers le bureau tandis que M. MACLAREN s'éloigne avec RAYMOND. RUBY sort d'un passage secret situé dans des cubes géants dans la vitrine.


RUBY L'OURSON

Raymond?


RUBY cherche où est RAYMOND et le retrouve dans l'entrepôt près d'un quai de chargement, avec une bâche sur la tête.


RAYMOND L'OURSON

Ruby! Il faut qu'on aille

à l'hôpital. Hector va

avoir besoin de moi.


RUBY L'OURSON

Hé, non, attends. Imagine

que Laura ou monsieur MacLaren

remarquent ton absence.


RAYMOND L'OURSON

Ils se rendront compte de

rien. Maintenant qu'Hector n'est

plus là, ils vont certainement

se débarrasser de moi.


RUBY L'OURSON

Qu'est-ce que tu racontes?

C'est n'importe quoi.


RAYMOND L'OURSON

Alors pourquoi je suis

dans la remise?


RUBY L'OURSON

(Retournant vers le magasin)

Ça, je ne sais pas, mais je

peux aller écouter ce qu'ils

se disent dans le magasin.


RAYMOND L'OURSON

Mais attends.

On peut pas laisser Hector tout

seul. Les peluches sont faites

pour être avec leur protégé.


RAYMOND met une chaise couverte de la bâche pour ne pas laisser voir qu'il est parti.


RAYMOND L'OURSON

Et ça ne change rien que le protégé

soit une grande personne.


RAYMOND sort de l'entrepôt malgré la neige qui tombe et se rend à l'hôpital.


BENJAMIN et LUCAS marchent dans les conduits de ventilations qui mènent à l'hôpital des oursons pour retourner chez eux.


LUCAS L'OURSON

Le glaçage, c'est

bien sur les biscuits d'Élisa,

mais quand on est couverts de la

tête aux pieds, c'est loin

d'être aussi chouette.


BENJAMIN L'OURSON

Mais comment tu t'es

débrouillé pour tomber

dans le mixeur?


LUCAS L'OURSON

Je sais pas. J'ai eu

un moment d'inattention.


BENJAMIN L'OURSON

Hé! Hé! Vois ça du côté

positif. De toute façon, c'était

prévu que tu repasses par le

nettoyage. Ça t'aura permis de

te faire décaper en profondeur.


En arrivant au passage secret de l'hôpital de la ville, BENJAMIN jette un œil avant de sortir. Au comptoir de réception, l'infirmière parle au téléphone.


INFIRMIÈRE

Allô? Un instant, je vous

prie. Je prends votre dossier.


BENJAMIN L'OURSON

Ça y est! La voie est libre.

Reste bien derrière moi.

Oh...

(Voyant arriver une infirmière)

Vite! On fait la peluche.


L'infirmière passe son chemin, mais BENJAMIN voit un drôle d'individu portant un grand imper, des lunettes noires et un chapeau.


BENJAMIN L'OURSON

Mais, c'est Raymond.


RAYMOND passe devant BENJAMIN et LUCAS.


LUCAS L'OURSON

Hé, Raymond! Raymond!


RAYMOND L'OURSON

Lucas? Benjamin? Mais vous

faites quoi à l'hôpital?


BENJAMIN L'OURSON

Chut! Juste du toilettage.

Mais toi, Raymond,

qu'est-ce que tu fais ici?


RAYMOND L'OURSON

Hector est quelque part dans

ces murs et je compte

bien le trouver.


LUCAS L'OURSON

Dans une chambre?


RAYMOND L'OURSON

C'est possible.


BENJAMIN L'OURSON

Mais tu es une peluche. Tu ne

peux pas te promener comme

ça à la vue de tous.


RAYMOND L'OURSON

Vous voyez bien que je

suis déguisé en humain.


BENJAMIN L'OURSON

Les humains n'ont pas les

pieds recouverts de fourrure

rose. Quelqu'un va finir par te

remarquer. Il vaut mieux que tu

rentres tout de suite au

magasin avant que ça n'arrive.


RAYMOND L'OURSON

Non! Je suis ici pour voir

Hector et je ne m'en irai

pas avant de l'avoir vu.


BENJAMIN L'OURSON

Raymond, attends. On pourrait

peut-être te donner

un coup de main.


RAYMOND L'OURSON

Oui. Vraiment, vous

seriez prêts à m'aider?


LUCAS L'OURSON

On ne laisse jamais un

ami dans le besoin.


BENJAMIN L'OURSON

Nous aussi, on se fait du

souci pour Hector. Et après

tout, trois paires d'yeux

valent mieux qu'une.


RAYMOND L'OURSON

D'accord. Alors, grimpez.

Merci, les copains. Hé! Hé!


RAYMOND fait monter les oursons et les dépose dans les grandes poches de son imper et commence à chercher dans l'hôpital. Un infirmier passe tout près et s'arrête.


INFIRMIER

(Croyant avoir vu quelque chose d'étrange)

Hein? Non. J'ai dû me

tromper. C'est pas possible.


Au magasin MACLARENS, LAURA et M. MACLAREN ont complètement libéré la vitrine.


M. MACLAREN

Ce magasin est tout vide. Ça

me fend le coeur. Sans Raymond,

c'est même carrément triste.


LAURA

Mais c'est provisoire, Mac.

Dès qu'Hector sera rétabli,

son grand copain à poils

roses retrouvera sa place,

juste au milieu du magasin.


RUBY sort de sa cachette et court annoncer la bonne nouvelle à RAYMOND qu'elle croit toujours dans l'entrepôt.


RUBY L'OURSON

Raymond, j'ai une bonne

nouvelle. Hector devrait bientôt

revenir. Et ils n'ont pas

du tout l'intention de se

débarrasser de toi.

C'est chouette, non?

Hé, tu m'écoutes au moins?


RUBY voyant que RAYMOND ne réagit pas, retire la bâche et découvre une chaise.


RUBY L'OURSON

Oh... Il a fallu qu'il y aille.


Dans l'hôpital, RAYMOND, LUCAS et BENJAMIN cherchent toujours la chambre d'HECTOR.


RAYMOND L'OURSON

Il y a tellement de pièces,

c'est un vrai labyrinthe. Ça va

pas être facile de le trouver.


LUCAS L'OURSON

Hé, mais c'est

notre jour de chance!


BENJAMIN L'OURSON

Quoi? Tu l'as vu?

Tu as vu Hector?


LUCAS L'OURSON

Non, mais cette poche est

pleine de bonbons à

la menthe. T'en veux un?


BENJAMIN L'OURSON

Non, Lucas. Il faut qu'on

reste concentrés. On ne peut

pas s'empiffrer de sucreries

et garder l'oeil ouvert

en même temps.


LUCAS L'OURSON

Bien pourquoi pas? Moi,

je peux. Sans aucun problème.


RAYMOND L'OURSON

Hum! Je crois que

je viens de le voir.


RAYMOND suit un homme jusqu'à une chambre où une fillette est hospitalisée.


PAPA DE LA FILLETTE

Tiens, ma chérie.

Un nouveau ballon.


La fillette aperçoit le gros ours dans la porte.


FILLETTE

Bonjour!


PAPA DE LA FILLETTE

Oh, mais voyez-vous ça!

Quelle bonne surprise!

Monsieur Nounours en personne.

Eh bien, mon ami, vous êtes

ici par hasard ou vous êtes

venu pour ma petite Cathy?


RAYMOND s'approche et tend un bonbon.


FILLETTE

Oh, un bonbon à la menthe.

Merci, monsieur Nounours.

Je vais le garder pour

après l'opération.


PAPA DE LA FILLETTE

(Suivant RAYMOND dans le corridor)

Alors, vous saviez que ma

chérie adorait la menthe?

Bien joué! C'est la première

fois que je vois Cathy sourire

depuis qu'elle est ici. Et bravo

pour le déguisement.

Il est bluffant.


LUCAS L'OURSON

Excellent, le coup du bonbon!

Ils se sont rendu

compte de rien.


BENJAMIN L'OURSON

Oui, mais on est quand même

passé à deux doigts de la

catastrophe. Tu es sûr

qu'Hector est ici?


RAYMOND L'OURSON

Évidemment que j'en suis sûr!

Je le sais par Laura et monsieur

MacLaren. Il est là. Maintenant,

il faut qu'on trouve

où exactement.


BENJAMIN L'OURSON

D'accord. Mais le plus

vite sera le mieux.


Les oursons poursuivent leur recherche.


LUCAS L'OURSON

Oh! Vous avez vu, une boîte

de beignets! C'est bon, ça,

les beignets.


RAYMOND L'OURSON

Mais oui! Hector en raffole.

Mais, ce sont ses chaussures.

Ça y est, on est

dans sa chambre.


BENJAMIN L'OURSON

Mais, Raymond, tu vas

faire quoi maintenant?


RAYMOND L'OURSON

C'est simple. Je vais

l'attendre ici. Il va bien

revenir à un moment

ou à un autre.


BENJAMIN L'OURSON

Oui, sans doute, mais

tout le monde va te voir.


LUCAS L'OURSON

Oui. Et alors? Il fera la

peluche. Pas vrai, Raymond?


RAYMOND L'OURSON

C'est ça, l'idée.


BENJAMIN L'OURSON

Mais, Lucas, si Hector le

voit, il a forcément se demander

comment il a fait pour arriver

ici. Ce qui risque de mettre

le secret des ours en danger.


Deux préposées ramènent le lit d'HECTOR dans la chambre. HECTOR est couché sur le lit.


PRÉPOSÉE

C'est bon, Louise, on y

est. Première porte à gauche.


BENJAMIN L'OURSON

Ah non!


PRÉPOSÉE

Oh, voyez-vous ça! C'est

original. Un détective

rose électrique.


LOUISE

Oh! Comme il est mignon! Je me

demande qui a bien

pu le mettre là.


PRÉPOSÉE

Voyons voir. «En te

souhaitant un prompt

rétablissement. De la part

de tous tes amis du magasin

de MacLaren».

Ah! Si c'est pas adorable!


LOUISE

Le problème, c'est qu'après

une ablation des amygdales, il y

a peu de chance qu'il arrive à

manger ces beignets aujourd'hui.

Sauf s'il arrive à les

aspirer avec une paille.


PRÉPOSÉE

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN L'OURSON

Tu avais raison, Raymond.

Hector est bien là et il a l'air

de se porter plutôt pas mal.


RAYMOND L'OURSON

Quoi? Plutôt pas mal? Tu

plaisantes. Elles ont dit

qu'il ne pouvait plus manger

ses beignets favoris.


LUCAS L'OURSON

Mais c'est parce qu'il vient

de se faire opérer de la gorge.


BENJAMIN L'OURSON

Mais oui! Il les mangera dans

un jour ou deux. Le temps de se

remettre. Fais-moi confiance.

Le mieux qu'on ait à faire,

c'est de rentrer chez nous.


RAYMOND L'OURSON

Ça, pas question! Je ne vais

pas le laisser seul alors qu'il

a plus que jamais besoin de

moi. Je dis non. Je reste.


RUBY L'OURSON

(Arrivant dans la chambre)

Ah, Raymond! Je me doutais que

tu serais là. Il faut que je

te dise ce que j'ai entendu.

Oh, mais... Benjamin? Lucas?

Qu'est-ce que vous faites là?


BENJAMIN L'OURSON

Oh! Bien, en fait, je sais pas

vraiment quoi te dire. Oh?


HECTOR se réveille et regarde autour de lui.


HECTOR

C'est quoi cet endroit?

Hé! Mon vieux Raymond.

Pas mal, ton chapeau.


RAYMOND L'OURSON

Euh... Merci, Hector.


HECTOR

Mais où est passé le magasin?

Il devrait y avoir une grande

luge toute rouge et des

guirlandes et des

boules de couleur.


RAYMOND L'OURSON

Mais, Hector, on n'est pas

au magasin. Tu as oublié

que t'étais à l'hôpital?


HECTOR

L'hôpital? Vraiment? Chouette!

Est-ce que je peux compter sur

toi pour t'occuper du magasin

pendant que je fais

une petite sieste?


RAYMOND L'OURSON

Bien sûr, Hector.

Je m'occupe de tout.


BENJAMIN L'OURSON

On dirait que l'effet de

l'anesthésie n'est pas

encore tout à fait parti.


RAYMOND L'OURSON

Oui, mais bon, vous l'avez

entendu. Il faut que je rentre à

la boutique. C'est ma place.


RUBY L'OURSON

Hi! Hi! Hi!

Hi! Hi! Hi! C'est exactement

ce que je venais te dire.

Personne n'a l'intention

de te mettre à la

réserve. Au contraire.


RAYMOND L'OURSON

(S'apprêtant à sortir)

Bon, bien, dans ce cas,

ne perdons pas de temps.


RUBY L'OURSON

Hé, tu pourrais

me prendre dans ta poche!


M. MACLAREN est dans l'entrepôt et regarde vers le quai de chargement. La place de RAYMOND est vide.


M. MACLAREN

(Pensant à voix haute)

Je ne comprends pas qu'est-ce

qui a pu se passer. J'étais

persuadé de l'avoir laissé bien

en évidence.

(Retournant vers le magasin)

Laura, dites-moi,

vous êtes sûre de ne pas avoir

déplacé Raymond? Je n'arrive

pas à le trouver.


RAYMOND profite que M. MACLAREN retourne vers le magasin pour reprendre sa place sous la bâche.


LAURA

(Répondant au loin)

Non, Mac, je n'ai rien fait du

tout. Il est peut-être parti sur

ses petites pattes. Ha! Ha! Ha!


M. MACLAREN

À vrai dire, c'est bien

la seule explication qu'on ait.


LAURA

(Entrant dans l'entrepôt)

Laissez-moi vérifier ça.

(Retirant la bâche)

Pour moi, il n'a pas bougé.


M. MACLAREN

Oh! Ho! Ho! Ho! Ça alors!

Je dois faire un peu

de surmenage. J'aurais juré

qu'il n'était pas là.


LAURA repose RAYMOND sur le chariot de transport pour le ramener dans la vitrine.


De l'autre côté des portes, BENJAMIN, RUBY et LUCAS restent immobiles pendant que LAURA et M. MACLAREN passent.


M. MACLAREN

Allez, en avant, mon garçon!


BENJAMIN L'OURSON

Ouf! Je me demande combien de

fois on peut passer aussi près

de la catastrophe et s'en sortir?


LUCAS L'OURSON

Autant de fois qu'on veut

si on s'appelle Raymond.


TOUS

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


Plus tard, au magasin MACLARENS, les enfants visitent le PÈRE-NOËL. HECTOR est déguisé en lutin.


PÈRE-NOËL

Ho! Ho! Ho!


HECTOR

Approchez, les enfants.

Le père Noël vous attend.


LAURA aussi est déguisée en lutin et prend des photos des enfants avec RAYMOND assis dans le chariot du PÈRE-NOËL.


MAX

Le père Noël.


LAURA

(Derrière la caméra)

Vous êtes prêts?


Du haut du balcon du temple maya, RUBY, BENJAMIN et LUCAS observent l'animation dans le magasin.


RUBY L'OURSON

Oh! C'est la première fois

que Raymond participe aux

animations de Noël.


BENJAMIN L'OURSON

Eh bien, de toute évidence,

il s'en sort comme un chef.


LUCAS L'OURSON

Mais oui! Il a pratiquement

autant de succès

que le père Noël.


ÉLISA

(Prenant la pose avec RAYMOND)

Voilà, ça y est! On est prêts.

Joyeux Noël, Raymond.

C'est toi le plus mignon.


Générique de fermeture

Épisodes de L'ours Benjamin

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par