Image univers L'ours Benjamin Image univers L'ours Benjamin

L'ours Benjamin

Benjamin et Howard prennent leur travail d'ours en peluche très au sérieux. Chaque jour, ils se donnent la mission d'aider Max et Élisa, les deux enfants de la famille, sans qu'ils le sachent et sans manquer aux règles des Nounours.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

La décision de Ben - Le bain du Général

Un nouveau parc de jeu est en construction, mais il ne faut pas s’approcher pour risque de danger. Ben décide de ne pas couper à travers ce terrain de construction mais plutôt de faire le tour. Le bain du Général.



Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

L'ours Benjamin est une série mettant en scène des peluches qui vivent différentes aventures. Les peluches s'animent lorsque les humains ne sont pas là, ce qu'ignorent les humains, à l'exception de madame Périgrinelle.


Début chanson thème


VOIX MASCULINE

♪ Un ours en peluche ♪

♪ Tu le sais ♪

♪ N’est pas comme n’importe

quel autre jouet ♪

♪ Il est toujours

ton meilleur ami ♪

♪ Un ami pour la vie ♪

♪ Et si tu cherches cet ami-là ♪

♪ Un ours sans pareil ♪


CHŒUR

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin ♪

♪ Du monde secret

de l’ours Benjamin ♪

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin du monde

secret de l’ours Benjamin ♪


Fin chanson thème


Titre :
L’ours Benjamin La décision de Ben


SÉBASTIEN, l'ourson de CÉCILIA MONTALBAN, est assis sur le rebord de la fenêtre ouverte.


SÉBASTIEN L'OURSON

Aaaah! Oh, quelle

splendide journée!


CÉCILIA

(Parlant au loin)

J'arrive tout de suite, papa.


SÉBASTIEN doit reprendre son état de peluche et se laisse tomber sur le sol de la chambre de CÉCILIA pour courir reprendre sa place sur le lit.


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh!


CÉCILIA

Devine quoi, Sébastien?

Papa m'emmène au cinéma,

aujourd'hui. À plus tard.


CÉCILIA prend son sac et sort de la chambre. BENJAMIN et LUCAS, les oursons des enfants Cantin qui habitent la maison voisine, entrent par la fenêtre.


BENJAMIN L'OURSON

Salut, Sébastien. On va voir

Ernest et on s'est dit

que tu viendrais peut-être

avec nous. Pas vrai, Lucas?


LUCAS L'OURSON

Tout à fait!


SÉBASTIEN L'OURSON

Cécilia est partie

pour la journée.

Alors, d'ici son retour,

je suis libre comme l'air.


LUCAS L'OURSON

Alors, tu vas nous

accompagner. On pourra s'amuser

dans la salle de jeux pendant

qu'Ernest et Ben parleront

de choses de chefs.


SÉBASTIEN L'OURSON

De choses de chefs?

Oh, voilà qui est très

intéressant. J'aimerais

beaucoup voir notre nouveau

chef des peluches en action.


BENJAMIN L'OURSON

C'est vrai?


SÉBASTIEN L'OURSON

Bien sûr! Sans aucun doute.

On y va?

(Sortant par la fenêtre en riant)

Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN et LUCAS font de même.


Les trois oursons traversent le parc. Un secteur du parc est fermé par une clôture. Des camions et des matériaux de construction se trouvent derrière la clôture.


LUCAS L'OURSON

Nom d'une peluche!

Cette clôture n'était pas là,

il y a quelques jours.

Qu'est-ce qui se passe, Ben?


BENJAMIN L'OURSON

On dirait bien qu'ils

construisent un nouveau parc

de jeux. Et une pataugeoire

pour les enfants.


LUCAS L'OURSON

Oh, chouette! Et si on allait

voir de plus près?


BENJAMIN L'OURSON

Attends. Pas si vite, Lucas.

Ce panneau d'avertissement est

là pour une raison. Ça veut dire

qu'il y a du danger. Et c'est

aussi valable pour les peluches.


SÉBASTIEN L'OURSON

Hum! Seuls les vieux encroûtés

ont peur de tout et de rien,

Benjamin. Vous savez,

si c'était moi le chef...


BENJAMIN L'OURSON

Eh bien, ce n'est pas le cas.

Et s'encroûter, c'est exactement

ce qui risque de nous arriver

si on entre là-dedans.


LUCAS L'OURSON

Tu en es bien sûr, Ben? Ça n'a

pas l'air si dangereux que ça.


SÉBASTIEN L'OURSON

En effet.


BENJAMIN L'OURSON

Écoutez, même si ça

nous rallonge un peu, mieux vaut

prévenir que guérir. On va faire

le tour. Suis-moi, Lucas.


BENJAMIN et LUCAS partent de leur côté, mais SÉBASTIEN reste un moment avant de les suivre.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Offusqué)

Hum!


BENJAMIN, LUCAS et SÉBASTIEN arrivent au centre de placement des oursons par l'entrée du toboggan. Ils y retrouvent ERNEST, l'ourson responsable des placements.


BENJAMIN L'OURSON

(Glissant dans le toboggan)

Hou wouhou!

Salut, Ernest.

Désolé du retard.


LUCAS L'OURSON

Tu viens, Sébastien? On fait

la course jusqu'au trampoline.


SÉBASTIEN L'OURSON

Pas question, Lucas.

J'ai l'intention de rester ici.


LUCAS L'OURSON

(Passant dans la salle de jeux)

Hum... Rabat-joie.


ERNEST L'OURSON

Eh bien, Ben, je n'ai pas

encore eu l'occasion de discuter

avec toi de ce cas très spécial.

(Tendant un dossier)

Alors, en tant que nouveau chef,

j'aimerais beaucoup

connaître ton avis.


BENJAMIN ouvre le dossier et voit la photo de MATTÉO. SÉBASTIEN jette un œil sur le dossier.


SÉBASTIEN L'OURSON

Matteo le boomerang.

La peluche qui a du mal

à s'entendre avec les enfants.

Ha! Ha! Ça risque

d'être intéressant.


BENJAMIN L'OURSON

Tu as un enfant

en tête, Ernest?


ERNEST L'OURSON

Oui, en effet. Martin.

C'est un enfant calme qui aime

lire, dessiner, peindre

et il se trouve qu'il est

disponible en ce moment.


BENJAMIN L'OURSON

Mais, la seule chose que

Matteo aime faire, c'est jouer.

Il est plutôt difficile

à suivre comme peluche.

Martin ne me semble pas être

la personne idéale pour Matteo.


ERNEST L'OURSON

Et voilà pourquoi je voulais

connaître ton opinion. En plus,

Matteo est dans la salle de jeux

et attend notre décision.


SÉBASTIEN L'OURSON

Alors, monsieur le chef,

qu'allez-vous décider?


BENJAMIN L'OURSON

Eh bien, on pourra toujours

le confier à quelqu'un

d'autre si ça ne fonctionne pas

avec Martin. N'est-ce pas?


ERNEST L'OURSON

Malheureusement non, Ben.

Cette fois, Matteo veut

être confié à un enfant avec

qui il va rester pour de bon.

Fini, terminé, les placements.


BENJAMIN L'OURSON

Oh, d'accord. Euh...

Eh bien... Je... Ah!

J'ai pris une décision!


ERNEST L'OURSON

Bien! Donc, ce sera Martin.


BENJAMIN L'OURSON

Non! J'aimerais encore

jeter un oeil aux dossiers

de placement des peluches.

Histoire d'être certain.


ERNEST L'OURSON

J'avais espéré qu'on règle

ce cas difficile

une fois pour toutes.


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh! Pourquoi faire tant

de chichi? Décidez-vous tout

de suite, un point c'est tout.

Si moi, j'étais le chef,

il y a belle lurette

que j'aurais pris une décision.


ERNEST L'OURSON

Oh, misère!


ERNEST et BENJAMIN cherchent dans les dossiers d'enfants. SÉBASTIEN est parti.


BENJAMIN L'OURSON

J'ai trouvé quelque chose.

Cet enfant, Adrien, il m'a

l'air drôlement turbulent.

Il serait parfait pour Matteo.


ERNEST L'OURSON

Surtout pas! Figure-toi qu'il

a épuisé toutes les peluches

que je lui ai confiées.


BENJAMIN L'OURSON

Ah... Je n'arrive pas

à me décider.


BENJAMIN se dirige vers le hublot qui donne sur la salle de jeux. ERNEST le suit.


ERNEST L'OURSON

Écoute, Ben. Je comprends

que ça puisse être difficile,

mais parfois, un chef n'a

tout simplement pas le choix

de prendre une décision.

C'est maintenant que Matteo

a besoin d'un enfant. Et il est

hors de question qu'il prenne

lui-même cette décision.


BENJAMIN L'OURSON

Ah! Pourquoi pas?

Je vais aller le voir

pour lui parler de Martin.

Et il pourra se décider

lui-même.


ERNEST L'OURSON

Eh bien! J'aurais essayé.


BENJAMIN passe dans la salle de jeux. MATTÉO s'amuse avec LUCAS.


MATTÉO L'OURSON

(S'amusant)

Wouhou!


LUCAS

(S'amusant)

Wouhou! Wouhou!


BENJAMIN attend MATTÉO dans la piscine à balles.


BENJAMIN L'OURSON

Salut, Matteo.


MATTÉO L'OURSON

Salut, Ben.


LUCAS L'OURSON

On s'amuse comme des fous,

Ben! Tu veux jouer avec nous?


BENJAMIN L'OURSON

Bien sûr, Lucas, mais avant,

j'ai quelque chose

à dire à Matteo.


MATTÉO saute sur le trampoline.


MATTÉO L'OURSON

Oh! Ho! Ho!


BENJAMIN grimpe sur le trampoline, mais MATTÉO est déjà dans une autre partie de la salle. BENJAMIN peine à le suivre.


BENJAMIN L'OURSON

(Tombant sur les fesses)

Oh... Oh!

(Grimpant)

Matteo, attends-moi.


MATTÉO L'OURSON

D'accord, Ben.

Qu'est-ce qu'il y a?


BENJAMIN L'OURSON

Eh bien, pour commencer,

j'ai pensé... Han! Han! Oh...

(Glissant dans un grand toboggan)

Woooo!

Oooh...

(Courant derrière MATTÉO)

Han! Han! Han!

Peut-être que tu pourrais

t'arrêter de jouer juste

une minute.


MATTÉO L'OURSON

(Grimpant le mur d'escalade)

On s'amuse bien, hein,

Ben? Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN L'OURSON

Ah, génial. Han! Han!

(Grimpant à son tour)

Han! Han! Han!

Han! Ah... Oh! Oh!

(Tombant à la renverse)

Oh...


ERNEST L'OURSON

(Rejoignant BENJAMIN)

Alors, Ben, que dit

Matteo à propos de Martin?


BENJAMIN L'OURSON

Oh, je n'en sais rien.

Il bouge tellement que je n'ai

pas pu lui demander. Eh bien!

On dirait que c'est vraiment

à moi de prendre une décision.

Est-ce que Tatayoshi est arrivé?


ERNEST L'OURSON

Non. Pourquoi?


BENJAMIN L'OURSON

On est censés se rencontrer

ici pour ma première leçon

de japonais. D'habitude,

il n'est jamais en retard.

Hum... Ah! Je dois y aller.

(Réfléchissant)

Ah...


SÉBASTIEN marche seul le long du grillage dans le parc.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Réfléchissant tout haut)

Si j'arrive à faire tourner

les choses au détriment de

ce cher Benjamin, mes ambitions

pour devenir chef pourraient

bientôt être à portée de pattes.

(Apercevant TATAYOSHI plus loin)

Hein? Hum...

Et quelques loyaux sujets

me jurant fidélité

est tout juste ce qu'il me faut.

Tiens, tiens! Bonjour,

Tatayoshi.

Alors, tu es en chemin

pour le Centre de placement?


TATAYOSHI L'OURSON

Eh bien, oui, Sébastien!

Je suis vraiment très en retard

à mon rendez-vous avec Benjamin.

Je peux prendre ce raccourci,

tu crois?


SÉBASTIEN L'OURSON

Benjamin croit que ça

peut être dangereux.


TATAYOSHI L'OURSON

En tant que nouveau chef,

Benjamin a sûrement raison.

Je vais faire le tour.


SÉBASTIEN L'OURSON

Tu en es sûr? Après tout,

tu es terriblement en retard.


TATAYOSHI fait quelques pas et s'arrête.


TATAYOSHI L'OURSON

Bien vu, Sébastien.


SÉBASTIEN L'OURSON

Si c'était moi,

le chef des peluches,

je dirais que de passer par ici

est absolument sans danger.


SÉBASTIEN ouvre la porte de la clôture.


TATAYOSHI L'OURSON

Ah! C'est vrai. Ça n'a pas

l'air dangereux. Je dis:

tu devrais être le nouveau

chef au lieu de Benjamin.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Ricanant)

Ha! Ha! Ha! Eh bien, mon

plan commence à prendre forme.


TATAYOSHI L'OURSON

Tu viens, toi aussi?


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh! Hum... Eh bien,

en tant que tout nouveau chef,

je suppose que c'est à moi

de donner l'exemple.

Alors, allons-y!


TATAYOSHI L'OURSON

(Avançant sur le terrain en construction)

Hop! Hop! Ha! Ha! Hi! Hi!

Ha! Ha! Ha! Ha! Tu avais raison,

Sébastien. Ce chemin n'est pas

du tout dangereux!

(Glissant dans un grand trou)

Oooh!


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh! Tatayoshi?


SÉBASTIEN voit que TATAYOSHI est au fond d'un trou rempli de boue et qu'il est enfoncé jusqu'à la taille.


SÉBASTIEN L'OURSON

Oh, c'est pas vrai.


TATAYOSHI L'OURSON

Je pense que je suis coincé.

S'il te plaît, j'ai besoin

de ton aide.


SÉBASTIEN L'OURSON

Oui. Eh bien, je voudrais

bien, mais je viens tout

juste de faire nettoyer

ma fourrure. Et je crains que--


TATAYOSHI L'OURSON

Vite, Sébastien.

J'ai peur que ma situation

ne devienne pire encore.


TATAYOSHI s'enfonce dans la vase.


SÉBASTIEN L'OURSON

En effet!


TATAYOSHI L'OURSON

Oh non!


SÉBASTIEN L'OURSON

(Se penchant en haut du trou)

Très bien!


TATAYOSHI L'OURSON

Oh!


SÉBASTIEN L'OURSON

Maintenant, arrête de te

tortiller et attrape ma patte.


TATAYOSHI L'OURSON

Je crois qu'il va falloir

que tu t'approches un peu plus,

Sébastien. Oh! À l'aide!


BENJAMIN L'OURSON

(Arrivant à la hâte)

N'aie pas peur, Tatayoshi.

Je vais te sortir

de là en vitesse.


BENJAMIN attrape un ruban de sécurité et le tend à SÉBASTIEN.


BENJAMIN L'OURSON

Tiens, attrape un bout

de cette corde.


SÉBASTIEN L'OURSON

Bonté divine, Benjamin!

Tu ne vas pas descendre

dans ce trou de boue, j'espère.


BENJAMIN L'OURSON

Bien sûr que si! Il arrive

qu'un chef doive prendre

une décision. Attache ça

autour de ta taille.

Ça y est, Sébastien. Tire!


SÉBASTIEN L'OURSON

(Tirant de toutes ses forces)

Han!


BENJAMIN L'OURSON

Ça fonctionne.

Continue de tirer.


SÉBASTIEN L'OURSON

(Tirant de toutes ses forces)

Han!


Soudain, TATAYOSHI est extirpé de la boue et tombe sur BENJAMIN.


TATAYOSHI L'OURSON

Oh!

Ya! Oh...

Merci beaucoup

de m'avoir tiré de là.


SÉBASTIEN L'OURSON

Je t'en prie.

Ce n'était rien du tout.


TATAYOSHI L'OURSON

Dis donc, Sébastien,

tu as dit que de prendre ce

raccourci n'était pas dangereux,

mais c'est faux. Je déclare

que Benjamin est toujours

notre chef.


SÉBASTIEN L'OURSON

Parfait! Fais comme

tu voudras. Il semble

qu'on veuille à jamais m'enlever

la possibilité d'être chef.


BENJAMIN L'OURSON

Écoute, Sébastien, je sais

que tu aurais beaucoup aimé

devenir le nouveau chef,

mais rappelle-toi, pour Cécilia,

tu seras toujours le numéro un.


SÉBASTIEN L'OURSON

Je suppose, oui. Malgré tout,

je surveillerais mes arrières,

si j'étais toi, Benjamin.

On se reverra.


BENJAMIN L'OURSON

Alors, Tatayoshi,

tu m'accompagnes à l'Institut

de soins pour peluches?

Histoire de se nettoyer.


TATAYOSHI L'OURSON

J'en serai vraiment

honoré, Benjamin.


BENJAMIN L'OURSON

Bien! Mais on va être

plus prudents, cette fois-ci,

et contourner le parc.


Plus tard, au centre de placement, MATTÉO consulte le dossier du garçon turbulent, ADRIEN. BENJAMIN et LUCAS sont présents.


MATTÉO L'OURSON

Il passe toutes ses journées

à jouer? Alors, j'ai vraiment

très hâte de le connaître.


LUCAS L'OURSON

Adrien et toi semblez

être faits pour vous

entendre à merveille.


MATTÉO L'OURSON

Oui! Merci, Ben. Je savais

que je pouvais compter sur toi.


ERNEST L'OURSON

Oui, merci, Ben.

En fin de compte, tu as pris

la meilleure décision possible.


BENJAMIN L'OURSON

Maintenant, il nous reste

encore un cas à régler.

Celui de Martin.


ERNEST L'OURSON

Ça, c'est déjà fait,

Ben. Ce jeune et timide petit

est venu me voir un peu plus

tôt pour me dire qu'il était

lui aussi à la recherche

d'un enfant. Benjamin,

je te présente Alex.


ALEX l'ourson est assis bien sagement et lit une revue.


BENJAMIN L'OURSON

Salut, Alex.

Vous savez quoi? Je crois qu'on

a également trouvé la personne

idéale pour Alex.

N'est-ce pas, Ernest?


ERNEST L'OURSON

Tout à fait!

Je le pense aussi.


BENJAMIN ET ERNEST LES OURSONS

Martin!


BENJAMIN L'OURSON

(Se tournant vers LUCAS)

Tu viens, Lucas?

On rentre à la maison.


LUCAS L'OURSON

Encore une excellente

décision, Ben!

Après vous, chef.


TOUS

(Riant)

Ha! Ha! Ha!


Fin épisode


Titre :
Le bain du général.


MAGALI s'amuse dans son carré de sable avec son ourson GÉNÉRAL et ses soldats de plastique.


MAGALI

Vroum!

Hi! Vroum!

Bonjour, mon général!

Soldat Magali, présente au rapport.

(Prêtant sa voix au GÉNÉRAL)

Avez-vous le drapeau

du nouveau quartier général

de l'armée, soldat?

(Répondant)

Oui, monsieur,

je l'ai. Mission accomplie.

(Prêtant sa voix au GÉNÉRAL)

C'est du bon travail, soldat.

(Répondant)

Merci, monsieur.


GÉNÉRAL OURSON se trouve derrière une montagne de sable sur laquelle MAGALI pose le drapeau, mais la montagne s'effondre sur le GÉNÉRAL qui se trouve enseveli sous le sable.


MAGALI

(Déterrant le GÉNÉRAL)

Oh non! Regarde-toi.


MAMAN DE MAGALI

(Appelant au fond depuis la maison)

Magali! Il est presque l'heure

d'aller chez grand-mère.

Viens te débarbouiller.


MAGALI

D'accord, maman. J'arrive.

(Déposant le GÉNÉRAL dans le sable)

Ne t'inquiète surtout pas.

Dès que je rentre à la maison,

je te promets que je vais

te donner un bon bain chaud.


MAGALI se dirige vers la maison. Dès qu'elle est partie, le GÉNÉRAL s'anime et sort de la cour par un passage dans la clôture.


Au café du parc, JEANNOT l'ourson serveur prépare des milkshakes pour les clients qui sont nombreux. BENJAMIN et LUCAS entrent dans le café.


BENJAMIN L'OURSON

Salut, Jeannot.


JEANNOT L'OURSON

Salut, les amis.

Comment allez-vous?


LUCAS L'OURSON

Très bien, merci.


BENJAMIN L'OURSON

(Montrant une banquette)

On s'assoit là, Lucas?


JEANNOT L'OURSON

Oh, je, je...

je ne m'assoirais pas là.


BENJAMIN L'OURSON

Hein?


LUCAS L'OURSON

Mais il n'y a personne.


JEANNOT L'OURSON

(Se penchant sous la table)

Tenez, Général. Ça va

vous calmer le rembourrage.


Le GÉNÉRAL prend sa tasse de chocolat et la boit sous la table.


BENJAMIN L'OURSON

(Se penchant sous la table)

Bonjour, Général.

Est-ce que tout va bien?


GÉNÉRAL OURSON

Euh, oui. Oui, ça va, oui.

Je suis juste en train

de m'entraîner pour une mission

périlleuse et je ne peux pas

quitter mon abri avant que tout

danger ne soit écarté. Voilà.


LUCAS L'OURSON

Wow! Du danger? Et quelle

est cette mission, Général?


GÉNÉRAL OURSON

Je ne peux rien dire.

(Sortant de sous la table)

C'est confidentiel.


LUCAS L'OURSON

Confidentiel? Qu'est-ce

que ça veut dire, Ben?


BENJAMIN L'OURSON

Ça veut dire que c'est secret.


Le GÉNÉRAL tente d'essuyer le sable collé à ses poils.


LUCAS L'OURSON

Wow! Je crois qu'un bon bain

vous ferait du bien, Général.


GÉNÉRAL OURSON

Je suis déjà au courant,

soldat. Et je n'accepterai

aucun ordre venant

de vous ou de quiconque.


LUCAS L'OURSON

Nom d'une peluche,

vous êtes tout couvert de boue.

Alors, j'ai seulement pensé

que vous auriez besoin--


GÉNÉRAL OURSON

Ça suffit! Assez!

J'en ai assez entendu.


Le GÉNÉRAL s'en va d'un pas vif.


JEANNOT L'OURSON

Mais voyons!

Quelle mouche l'a piqué?


LUCAS L'OURSON

Si je le savais.

Il y a quelque chose

qui ne tourne pas rond.


BENJAMIN L'OURSON

Allez viens, Lucas.

Mon petit doigt me dit

qu'on devrait le suivre.


BENJAMIN et LUCAS marchent derrière le GÉNÉRAL dans le parc. Le GÉNÉRAL se faufile dans un tunnel.


BENJAMIN L'OURSON

On dirait qu'il essaie

de se cacher.


Une marmotte claque des dents en poursuivant le GÉNÉRAL qui sort en courant de la tanière.


LUCAS et BENJAMIN, cachés dans un buisson se remettent aux trousses du GÉNÉRAL.


LUCAS L'OURSON

Où est-ce qu'il va maintenant?


BENJAMIN L'OURSON

Je n'en sais rien.

Reste derrière moi

et n'attire pas l'attention.


Plus loin, dans le jardin japonais du parc, le GÉNÉRAL s'approche d'un banc où des pigeons picorent des graines. Les pigeons s'envolent à l'approche du GÉNÉRAL qui panique et tombe dans l'étang.


GÉNÉRAL OURSON

(Paniquant)

Oh! Oh! Oh!

(Tombant)

Han! Han! Aaaah...

Oh!

(Poussant un cri d'effroi)

Aaaaah!


Le GÉNÉRAL se relève et se remet à courir.


BENJAMIN L'OURSON

Tu as vu ça?


LUCAS L'OURSON

Oui. Le général

a peur des pigeons.


BENJAMIN L'OURSON

Pas des pigeons, Lucas,

mais de l'eau. Je pense qu'il a

très peur de se mouiller.

C'est pour ça qu'il s'est fâché

contre toi quand tu lui as dit

de prendre un bain.


LUCAS L'OURSON

Oh oui! C'est logique.


BENJAMIN L'OURSON

Mais il ne peut pas faire

son travail de peluche à l'heure

du dodo dans cet état.

Hum... Il faut qu'on trouve

le moyen de le nettoyer.

Ah ha! J'ai trouvé!


LUCAS L'OURSON

À quoi tu penses, Ben?


Le GÉNÉRAL se cache dans un jardin fleuri. Une borne d'arrosage se trouve entre les tiges.


BENJAMIN L'OURSON

Tu vois ce système d'arrosage?

Tout ce qu'on a à faire,

c'est de lui faire prendre

une petite douche. Allez, viens.


BENJAMIN se dirige vers la boîte de contrôle d'arrosage automatique. En ouvrant la boîte, BENJAMIN remarque qu'il y a plusieurs robinets.


BENJAMIN L'OURSON

Oh ho!


LUCAS L'OURSON

C'est lequel, Ben?


BENJAMIN L'OURSON

Je n'en suis pas sûr, Lucas.

En cas de doute, il n'y a rien

de mieux que la vieille méthode.

♪ Ma petite vache

a mal aux pattes ♪


BENJAMIN ouvre le robinet du centre. Après quelques secondes, une valve sort de terre et commence l'arrosage en tournant juste à côté de BENJAMIN et LUCAS.


LUCAS L'OURSON

Oh!


BENJAMIN court refermer le robinet.


LUCAS L'OURSON

(riant)

Ha! Ha! Ha!

Ce n'est pas «pattes».


BENJAMIN L'OURSON

En effet.

Je vais en essayer un autre.


BENJAMIN ouvre un autre robinet et l'eau jaillit dans le jardin fleuri.


BENJAMIN L'OURSON

Dans le mille!


Le GÉNÉRAL panique en criant.


GÉNÉRAL OURSON

Aaaaah!


BENJAMIN ferme le robinet et court rejoindre le GÉNÉRAL.


BENJAMIN L'OURSON

Ah! Général?


Le GÉNÉRAL a tellement eu peur qu'il a repris son état de peluche.


LUCAS L'OURSON

Oh ho!


BENJAMIN L'OURSON

C'est moi. Ben.


LUCAS L'OURSON

Mais qu'est-ce qui lui arrive?


BENJAMIN L'OURSON

Je n'en sais rien. Il est

aussi inanimé qu'une peluche

de magasin de jouets.


LUCAS L'OURSON

Le mouiller était peut-être

une mauvaise idée, après tout.


BENJAMIN L'OURSON

Je suis sûr que c'est autre

chose. Toutes les peluches

sont lavables.


LUCAS L'OURSON

Je parie que le docteur

Parmentier saura ce qu'il a.


BENJAMIN L'OURSON

Bonne idée, Lucas!

Allez, soulevons-le.


BENJAMIN et LUCAS soulèvent le GÉNÉRAL et le porte jusqu'à la clinique des oursons.


Dans la salle d'examen, DRE PARMENTIER fait un diagnostic.


DRE PARMENTIER OURSON

Pas d'accrocs ni de déchirures.

Ni de présence de mites.

Hum! Et son rembourrage

est un peu durci aux extrémités,

mais c'est tout à fait normal,

à son âge.


BENJAMIN L'OURSON

Qu'est-ce qui ne va pas alors?


DRE PARMENTIER OURSON

C'est difficile à dire.

Il existe quelques cas rares

de peluches qui sombrent

temporairement dans un profond

sommeil quand ils font

face à un danger extrême.


BENJAMIN L'OURSON

À mon avis, un simple

système d'arrosage n'est pas

un danger extrême.


LUCAS L'OURSON

Mais attends, Ben. Au café

du Pot au miel, le général a

parlé d'une mission dangereuse

et périlleuse. Tu te rappelles?


BENJAMIN L'OURSON

Il a dit ça,

c'est tout à fait juste.


DRE PARMENTIER OURSON

Hum... Je me demande

bien de quoi il s'agit.


BENJAMIN L'OURSON

Je n'en sais rien,

mais je ne peux pas

le ramener dans cet état.


DRE PARMENTIER OURSON

Pourquoi pas? S'il est

avec Magali, qu'il soit inanimé

est parfaitement normal.


BENJAMIN L'OURSON

Non, en fait, je parlais

de sa fourrure. Il est encore

plus sale que ce matin.


DRE PARMENTIER OURSON

Oh, ça! Eh bien, amenez-le

à côté et demandez à Charline

de faire couler un bon bain.


LUCAS L'OURSON

Un bain? Justement, c'est en

le mouillant qu'on a fait de lui

une pauvre peluche inanimée.


DRE PARMENTIER OURSON

Je suis sûre qu'il ne sentira

rien, Lucas. Il n'a pas l'air

d'être conscient de quoi

que ce soit pour le moment.


LUCAS L'OURSON

D'accord.

S'il ne sent rien du tout.


BENJAMIN L'OURSON

Encore une fois, Lucas,

soulevons-le.


BENJAMIN et LUCAS transportent le GÉNÉRAL jusqu'à la salle de nettoyage et le glissent dans un bain moussant.


BENJAMIN L'OURSON

Ça y est, Lucas.

Tu peux y aller.


LUCAS L'OURSON

(Frottant la fourrure du GÉNÉRAL)

Ha! Ha! Ha! Vous serez propre

comme un sou neuf, Général.


Soudain le GÉNÉRAL se réveille et hurle de frayeur.


GÉNÉRAL OURSON

Ah! Ah! Aaaaah! Je me noie.

À l'aide. Une peluche à la mer.

Aaaaah!


BENJAMIN L'OURSON

Tout va bien, Général.

Donnez-moi la patte.


Le GÉNÉRAL est tellement paniqué qu'il attire BENJAMIN avec lui dans le bain.


BENJAMIN L'OURSON

(Tombant dans le bain)

Aaah!


GÉNÉRAL OURSON

Les femmes peluches

et les oursons d'abord.

Attention! Il y a des vagues.

Oh là là!


DRE PARMENTIER OURSON

(Accourant vers la baignoire)

Pas de panique.

Cette camomille au miel

va vite faire effet.


DRE PARMENTIER passe une boule de camomille sous le nez du GÉNÉRAL qui se calme.


GÉNÉRAL OURSON

Attention. Je vous assure.


BENJAMIN L'OURSON

Oh...


DRE PARMENTIER OURSON

Voilà qui est intéressant.

J'ai consulté le dossier médical

du général où on dit qu'il est

arrivé à la clinique, il y a des

années, complètement détrempé

et recouvert de sable.


LUCAS L'OURSON

Wo! Qu'est-ce qui

l'a mis dans cet état?


DRE PARMENTIER OURSON

Eh bien, apparemment,

il a passé une mauvaise

journée à la plage.


GÉNÉRAL OURSON

Euh, oui, oui.

C'est ça. Ça me revient

maintenant. On était au bord

de la mer par une journée

ensoleillée.


Le souvenir du GÉNÉRAL commence.


GÉNÉRAL OURSON (Narrateur)

La jeune Magali

faisait un château de sable

avec son papa pendant

que j'avais pour mission

de surveiller le casse-croûte.

Personne n'a semblé remarquer

que les vagues remontaient vers

nous et qu'elles devenaient de

plus en plus grosses. Soudain,

une vague énorme est arrivée

et m'a emporté avec elle.

Il était trop tard.

La mer m'avait englouti.


Le souvenir se termine.


LUCAS L'OURSON

Ça alors! Vous avez fait

quoi ensuite, Général?


GÉNÉRAL OURSON

Je me suis fait ballotter

durant des heures. Magali

m'a finalement retrouvé. J'étais

tout détrempé sur la plage. On

aurait dit un vieux gant perdu.


BENJAMIN L'OURSON

Ça par exemple!

Pas étonnant que vous ayez

peur de l'eau, Général.


GÉNÉRAL OURSON

Eh bien, d'habitude,

c'est vrai, mais bizarrement,

je trouve ce bain de bulles

des plus agréables.


BENJAMIN L'OURSON

Ça vous a sans doute fait

du bien de parler de cette

journée émouvante. Ce souvenir

était caché profondément

en vous depuis très longtemps.


LUCAS L'OURSON

Oh! Moi qui croyais que

vous étiez fâché à cause

de votre mission périlleuse.


BENJAMIN L'OURSON

Mission périlleuse? Oh!

Bonté divine! Mon bain!


LUCAS L'OURSON

Un bain? Mais, Général,

vous êtes propre maintenant.

Mission accomplie.


GÉNÉRAL OURSON

Non, non! Mission en péril.

Magali m'a dit qu'elle me

donnerait un bain à son retour

à la maison. Vous savez,

c'est à cause d'elle

si j'étais recouvert de boue.

Et maintenant, je suis propre.


BENJAMIN L'OURSON

Ne vous en faites pas,

Général. Si on a pu vous

nettoyer, je suis sûr

qu'on pourra vous resalir.


LUCAS L'OURSON

Ha! Ha! C'est notre mission.


Le GÉNÉRAL, BENJAMIN et LUCAS retournent au bac à sable de MAGALI. BENJAMIN s'occupe de faire une boue de sable en versant de l'eau.


LUCAS L'OURSON

Ha! Ha! Ha! L'art de faire

de la boue. On ajoute

de l'eau et on mélange.


GÉNÉRAL OURSON

(Se tenant droit dans le sable)

Eh bien, si on se mettait

au travail?


LUCAS L'OURSON

Prêt?

En joue.


BENJAMIN L'OURSON

Et feu!


BENJAMIN et LUCAS lancent des mottes de boue de sable sur le GÉNÉRAL.


GÉNÉRAL OURSON

Ah! Vous pouvez faire mieux

que ça. Mettez-y un peu plus

de muscles de peluches.


BENJAMIN et LUCAS s'efforcent de salir le GÉNÉRAL convenablement.


GÉNÉRAL OURSON

Oh! Oh! Oui, là, c'est

beaucoup mieux, cette fois.

Continuez comme ça.


LUCAS L'OURSON

Ha! Ha! Ha!

La dernière fois que je me suis

autant amusé, c'était à

la bataille de ballons d'eau du

pique-nique des peluches. Han!


Des rires venant de la maison, donne le signal aux oursons BENJAMIN et LUCAS qu'il est temps de partir.


MAGALI

(Riant au loin)

Ha! Ha! Ha!


GÉNÉRAL OURSON

Elle est rentrée. Faites

disparaître l'équipement

et que ça saute, soldats.


BENJAMIN ET LUCAS LES OURSONS

À vos ordres, monsieur.


GÉNÉRAL OURSON

Encore une petite chose.

Merci à tous les deux.


BENJAMIN L'OURSON

C'était un honneur, Général.


BENJAMIN prend l'arrosoir et court le ranger avant de passer par la clôture pour partir.


BENJAMIN L'OURSON

Dépêche-toi, Lucas.


Le GÉNÉRAL reprend sa place dans le tas de sable. MAGALI s'empresse de venir le chercher.


MAGALI

Ha! Ha! Ha!

Oh! Salut, Général.

Tu es prêt pour ton bain?

Allez, viens.

Ça va être rigolo.


BENJAMIN et LUCAS jettent un dernier coup d’œil au GÉNÉRAL avant de rentrer.


BENJAMIN L'OURSON

Je crois que nous aussi, on

aurait besoin d'un petit bain.


LUCAS L'OURSON

Ha! Ha! Tout à fait

d'accord. Allez, à l'eau.


Générique de fermeture

Épisodes de L'ours Benjamin

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par