Image univers L'ours Benjamin Image univers L'ours Benjamin

L'ours Benjamin

Benjamin et Howard prennent leur travail d'ours en peluche très au sérieux. Chaque jour, ils se donnent la mission d'aider Max et Élisa, les deux enfants de la famille, sans qu'ils le sachent et sans manquer aux règles des Nounours.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Blip-Blork le robot - Qui trouve garde

Blip-Blork le robot, le conquérant de la galaxie a connu de meilleurs jours. Il est tout démantibulé dans le grenier, le pauvre. Mais il peut encore retrouver vie et se mettre en action.



Année de production: 2009

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

L'ours Benjamin est une série mettant en scène des peluches qui vivent différentes aventures. Les peluches s'animent lorsque les humains ne sont pas là, ce qu'ignorent les humains, à l'exception de madame Périgrinelle.


Début chanson thème


VOIX MASCULINE

♪ Un ours en peluche ♪

♪ Tu le sais ♪

♪ N’est pas comme n’importe

quel autre jouet ♪

♪ Il est toujours

ton meilleur ami ♪

♪ Un ami pour la vie ♪

♪ Et si tu cherches cet ami-là ♪

♪ Un ours sans pareil ♪


CHŒUR

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin ♪

♪ Du monde secret

de l’ours Benjamin ♪

♪ Franchis la porte viens ♪

♪ Suis le chemin du monde

secret de l’ours Benjamin ♪


Fin chanson thème


Titre :
L’ours Benjamin Blip-Blork le robot


MAGALI joue avec son ourson GÉNÉRAL dans sa chambre.


MAGALI

Soldat Magali, prête pour

l’inspection, monsieur.

Ha! Ha!

Ha! Ha! Ha!


MAGALI prend GÉNÉRAL OURSON dans ses bras et le repose sur le lit. C’est alors qu’elle aperçoit une déchirure sur le bout de la patte du GÉNÉRAL.


MAGALI

Oh? Oh, mince!

J’oubliais que vous étiez

vieux, mon général.

Alors, finis les jeux

jusqu’à nouvel ordre. D’accord?

À plus tard, Général!


MAGALI prend le GÉNÉRAL et le dépose sur une commode avant de partir pour l’école.


GÉNÉRAL OURSON

(S’animant)

Vieux! Comment ose-t-elle?


Le GÉNÉRAL se lève et bondit au bas de la commode.


GÉNÉRAL OURSON

Argh!

Oh! Un petit peu éprouvé,

peut-être. Mais le vieux

soldat que voilà a encore

des tas d’heures de service

à offrir. Grrr! Pfff!

(Se regardant dans la glace)

Vieux! N’importe quoi!


À la maison des Cantin, LAURA fait du ménage avec l’aide de MAX. Tous les deux transportent des cartons jusqu’au garage.


MAX

Dis maman, tu es sûre que papa

est d’accord pour qu’on

jette ses vieilles affaires?


LAURA

Ha! Ha! Ha! Ne t’inquiète pas,

Max. Elles traînent dans le grenier

depuis des années

à ramasser la poussière.

Tu peux être sûr qu’il n’y

pense plus depuis longtemps.


BENJAMIN et LUCAS suivent de près les allers et venues de LAURA et MAX. BENJAMIN aperçoit un robot dans le carton que LAURA porte.


BENJAMIN L’OURSON

C’est Blip-Blork.


LUCAS L’OURSON

Qui est Blip-Blork, Ben?


BENJAMIN L’OURSON

Ha! Ha! Eh bien, tu vois,

(Prenant une voix robotique)

c’est le conquérant de la

galaxie. La dernière fois

que je l’ai vu, Simon n’était

qu’un petit garçon. Ha! Ha!

On s’est amusé des heures

et des heures ensemble.


LUCAS L’OURSON

C’est vrai?


Dans le garage, LAURA et MAX sont satisfaits de leur travail.


LAURA

Qu’est-ce que j’aurais fait

sans tes beaux gros

muscles de champion?


MAX

Ha! Ha!

à ton service, maman!


LAURA et MAX retournent à l’intérieur de la maison, pendant que BENJAMIN et LUCAS entrent dans le garage.


BENJAMIN L’OURSON

Viens, Lucas!

Donne-moi un coup de main.


BENJAMIN et LUCAS se mettent à deux pour sortir le robot BLIP-BLORK de la boîte et le mettre debout.


BENJAMIN L’OURSON

Eh bien, il a connu

de meilleurs jours,

tu peux me croire.


LUCAS L’OURSON

Comme tu dis, Ben.

J’ai vraiment beaucoup de mal

à croire qu’on puisse s’amuser

avec ce vieux robot

ridicule et démantibulé.


BENJAMIN L’OURSON

Il n’était pas démantibulé

à cette époque, Lucas.

Et il n’est pas ridicule.

Tu vas voir.


GÉNÉRAL ourson apparaît dans la fenêtre ouverte de la chambre de MAX.


GÉNÉRAL OURSON

Han! Benjamin?

Mais où est-il encore passé?

(Sautant du coffre sous la fenêtre)

Han! Oh!


GÉNÉRAL ourson part à la recherche de BENJAMIN dans la maison des Cantin.


Pendant ce temps, BENJAMIN remonte la clé à ressort du robot BLIP-BLORK.


BENJAMIN L’OURSON

Han, han, han!

Prépare-toi à voir...

(Parlant comme un robot)

Le conquérant

de la galaxie en action, Lucas!


BENJAMIN lâche la clé et BLIP-BLORK se met en marche en agitant les bras.


BLIP-BLORK

(À faible volume)

Blip-Blork!


BENJAMIN L’OURSON

(Appuyant sur une manette)

Regarde ça.


Le robot commence à se déplacer dans le garage à l’aide des roulettes placées sous ses pieds, en agitant les bras dans un vacarme d’enfer.


BLIP-BLORK

(Faiblement)

Blip-Blork!

Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!


LUCAS L’OURSON

(Criant)

Ben, ça suffit!


Le GÉNÉRAL n’a pas de mal à trouver BENJAMIN tellement le bruit est intense.


BLIP-BLORK

Blip-Blork! Blip-Blork!


LUCAS L’OURSON

Arrête-le, s’il te plaît!


BLIP-BLORK

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!


BENJAMIN L’OURSON

(Apercevant le GÉNÉRAL)

Bonjour, général!


BLIP-BLORK

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!


Le GÉNÉRAL descend l’escalier pour affronter le robot, mais tombe sur les fesses à cause de sa patte décousue.


GÉNÉRAL OURSON

(Perdant l’équilibre)

Oh, oh, oh! Oh, oh, oh!


BLIP-BLORK

Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!


Soudain le robot s’arrête.


BENJAMIN L’OURSON

(Rigolant)

Ha! Ha! J’aimerais vous

présenter Blip-Blork.


GÉNÉRAL OURSON

Pfff! Blip-Blork, hein? Hum...


BENJAMIN L’OURSON

C’est le vieux

robot jouet de Simon.


LUCAS L’OURSON

Oui. Ha! Ha! Il est vraiment

vieux. Et tout cassé aussi.

Pas étonnant qu’on l’ait

mis à la poubelle.


GÉNÉRAL OURSON

Écoute-moi bien, soldat,

ce n’est pas parce que ce vieux

soldat a déjà connu sa part

de conquêtes qu’il n’est bon

qu’à être mis au rebut ou

à la retraite définitive.


LUCAS L’OURSON

Nom d’une peluche!

Je voulais juste--


GÉNÉRAL OURSON

Ah! Vieux! Quelle blague!

Ce brave soldat a encore des tas

d’années de service à offrir,

j’en suis convaincu. Il semble

que le jeune Lucas a encore

beaucoup à apprendre sur ce dont

on est capable, nous, les vieux

vétérans. Et si on le remontait

encore un peu pour voir?


BENJAMIN L’OURSON

Ce serait bien, mon général,

mais on doit y aller. Ernest

nous attend. Vous vous rappelez?


GÉNÉRAL OURSON

(S’adressant au robot)

Eh bien, le devoir m’appelle,

vieux bougre. Gardez le fort

pour moi. D’accord?


BENJAMIN et le GÉNÉRAL sortent du garage et laisse LUCAS avec BLIP-BLORK.


BENJAMIN L’OURSON

À bientôt, Lucas!


Au centre de placement des oursons, ERNEST étudie un dossier à son bureau.


ERNEST L’OURSON

(Lisant le dossier)

Hum... Hum!


BENJAMIN et le GÉNÉRAL arrivent par le toboggan des arrivées en criant.


BENJAMIN L’OURSON

(Glissant)

Youhou!

Houhou!


GÉNÉRAL OURSON

(Glissant)

Ah! Oh!


BENJAMIN L’OURSON

Bonjour, Ernest!


ERNEST L’OURSON

Messieurs, bien le bonjour!

Heureux que vous ayez pu

vous déplacer. Eh bien, général,

par ma barbichette, vous avez

une vieille couture qui

a besoin d’être réparée.


GÉNÉRAL OURSON

Balivernes! Je n’ai besoin

de rien. Maintenant, parlons

de ce qui nous amène ici.


ERNEST L’OURSON

Oui. Hum... Eh bien, comme

vous le savez, Benjamin et moi

avons de la difficulté à trouver

une peluche pour le jeune Luc

que voici. Et comme vous êtes

le plus vieux d’entre nous,

nous avons pensé--


GÉNÉRAL OURSON

Vieux? Je vous rappelle

que je suis encore

parfaitement capable

de faire mon devoir de peluche.


Le GÉNÉRAL est outré et se dirige vers la porte pour sortir en trombe.


GÉNÉRAL OURSON

Pfff! Vieux! N’importe quoi!

Bonne journée!


ERNEST L’OURSON

Est-ce que j’ai dit

quelque chose de mal, Ben?


BENJAMIN L’OURSON

Je n’en sais rien, mais

quelque chose ne tourne pas

rond et je ferais mieux

de découvrir ce que c’est.


BENJAMIN part retrouver le GÉNÉRAL.


ERNEST L’OURSON

Mais Ben, et pour

notre jeune Luc?


BENJAMIN L’OURSON

Désolé, Ernest. Mais sans

l’aide du général, le jumelage

du jeune Luc avec une peluche

va devoir attendre.


ERNEST L’OURSON

Eh bien, dis donc!


Plus tard, BENJAMIN est assis sur le coffre près de la fenêtre de la chambre de MAX. LUCAS le rejoint.


LUCAS L’OURSON

Salut, Ben!


BENJAMIN L’OURSON

Oh... Salut, Lucas!


LUCAS L’OURSON

Est-ce que tout va bien?

Tu as l’air drôlement embêté.


BENJAMIN L’OURSON

Ah... Je le suis. J’ai cherché

le général toute la journée,

mais je ne l’ai trouvé nulle part.


LUCAS L’OURSON

Dommage que tu te sois

donné autant de mal,

parce qu’il est juste là.


BENJAMIN L’OURSON

C’est vrai?


LUCAS L’OURSON

Oui! Il est dans le garage

avec Blip-Blork, en train

de se plaindre qu’on

le traite de vieux.


BENJAMIN L’OURSON

Merci, Lucas!


LUCAS L’OURSON

De rien! à ton service!


BENJAMIN se dépêche de rejoindre le GÉNÉRAL dans le garage.


GÉNÉRAL OURSON

(S’adressant à BLIP-BLORK)

Pfff! On passe sa vie à rendre

de bons et loyaux services.

Et ensuite, qu’est-ce qu’ils

disent? Qu’on est juste bon

pour la casse! Trop vieux,

soi-disant. Nous ne nous

rendrons jamais! Pfff!

Ils veulent nous oublier.

C’est ça?


BENJAMIN L’OURSON

(Entrant dans le garage)

Général!

Oh, quelle bonne

surprise! Vous êtes là.

Je vous ai cherché

toute la journée.


GÉNÉRAL OURSON

(Soupirant)

Ah...


BENJAMIN L’OURSON

Euh... Est-ce

que tout va bien?


GÉNÉRAL OURSON

Non, figure-toi que mon état

d’usure très avancée a forcé

Magali à me mettre sur

la tablette des oubliés.

Et voilà! Je suis arrivé à la

fin de ma carrière. Dans peu de

temps, cette petite ne pensera

plus du tout à moi. Ensuite,

c’est à la poubelle qu’elle

me mettra, comme le vieux

Blip-Blork qui est là.


BENJAMIN L’OURSON

Alors, c’est pour ça que vous

êtes dans cet état. Général,

Magali ne pourrait jamais

vous oublier ou vous jeter

à la poubelle juste parce

que vous êtes vieux, voyons.


GÉNÉRAL OURSON

J’espère que tu dis vrai, Ben.

Et pour ce vieux Blip-Blork, je

trouve qu’il mérite une seconde

chance. Tu ne crois pas?


BENJAMIN L’OURSON

Tout à fait d’accord. Écoutez,

Magali rentrera bientôt

et elle va se demander où vous

êtes passé. On s’occupera de

Blip-Blork demain matin.

C’est promis.

Ensuite, on retournera

voir Ernest. Luc compte sur vous

pour lui trouver une nouvelle

peluche. Vous vous souvenez?

(Sortant du garage avec le GÉNÉRAL)

Tout se passera bien.

Comptez sur moi.


GÉNÉRAL OURSON

Si tu le dis, Ben.


Plus tard, SIMON, le papa de MAX et ÉLISA entre dans le garage.


SIMON

(Parlant depuis le rangement)

Max, tu pourrais

prendre la poubelle? Je m’occupe

des boîtes qui sont là.


MAX

Bien sûr, papa!


SIMON

(Apercevant son robot)

Oh! Blip-Blork!

Ho! Ho! Ho! Ho!

Oh, je t’avais complètement

oublié, mon vieux!

Qu’est-ce que tu fais là,

vieux compagnon de jeu?


MAX

Maman et moi, on a fait le

ménage dans le grenier ce matin.

Et c’est là qu’on a trouvé

ce vieux robot ridicule.


SIMON

Comment, ridicule?

Voyons!

(Parlant comme un robot)

C’est le conquérant

de la galaxie, Max.

(Imitant des sons de laser)

Di, dou, di, dou,

di, dou, di, dou,

piz, piz, piz!

Ensemble, on a connu plein

de belles aventures spatiales

quand j’étais jeune.


MAX

Ha! Oui. Et rien qu’à voir

son allure, ça remonte

à des siècles.


SIMON

Non! Attends un peu, mon

bonhomme. C’est pas parce qu’il

est vieux qu’il est juste bon

pour la poubelle.

Blip-Blork a encore

plein de missions

spatiales à effectuer.

Tu vas voir.


MAGALI entre dans sa chambre et va à la commode où le général est appuyé sur un coffret.


MAGALI

Oh...


MAMAN DE MAGALI

(Voyant sa fille triste)

Qu’y a-t-il, chérie?


MAGALI

C’est le général, maman.

Je crois qu’on ne pourra plus

jamais jouer ensemble. Il est

devenu trop vieux. Regarde.


MAMAN DE MAGALI

Tu as raison, ma chérie.

Il est très vieux. Mais

je crois qu’il a encore beaucoup

de câlins à donner.

Tu sais quoi? Tu vas d’abord

te coucher et demain matin,

je vais le réparer. Et il sera

comme neuf. D’accord?


MAGALI

D’accord!

Tu as entendu ça, général?

(Souriant de nouveau)

Demain matin,

tu seras comme neuf.


La maman dépose GÉNÉRAL près de MAGALI dans son lit.


MAMAN DE MAGALI

Tiens. D’ici là, il est encore bon

pour un câlin ou deux.

(Embrassant MAGALI)

Mouah!


MAGALI

(Serrant le GÉNÉRAL contre elle)

Ah...


MAMAN DE MAGALI

(Sortant de la chambre)

Bonne nuit, vous deux!


Le lendemain matin, le GÉNÉRAL entre en courant dans la chambre de MAX. [GÉNÉRAL OURSON

Ouf! Ouf! Il n’est plus là!

Tu me l’avais promis, Ben!


BENJAMIN L’OURSON

De quoi vous parlez?

Qui n’est plus là?


GÉNÉRAL OURSON

Blip-Blork! Je suis passé par

le garage pour saluer le vieux

robot et il n’était pas là!


Le son des camions des éboueurs provient de la ruelle.


BENJAMIN L’OURSON

Oh, non! J’avais oublié

qu’aujourd’hui, c’est le jour

de la collecte des ordures.


GÉNÉRAL OURSON

Au pas de course, vite!


BENJAMIN et le GÉNÉRAL se dépêchent de sortir par la trappe du chien pour surveiller les éboueurs.


GÉNÉRAL OURSON

Aucun soldat ne sera abandonné

sous mon commandement!


GÉNÉRAL OURSON

(Courant dans la ruelle)

Ouf! Ouf! Il est trop tard, Ben.

Il est parti.


La voix métallique du robot résonne au loin.


BLIP-BLORK

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork!

Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!

Blip-Blork!


Le GÉNÉRAL et BENJAMIN retournent vers le jardin et aperçoivent SIMON, à genoux dans l’atelier, avançant avec son robot réparé. MAX rit de voir son père s’amuser autant.


MAX

(Riant)

Ha! Hé! Hé! Hé! Hé!

Hé! Hé! Ha! Ha!


SIMON

(Parlant comme un robot)

Emmenez-nous jusqu’à

votre chef.

(Riant)

Ha! Ha! Ha!

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

Ha! Ha! Ha! Ha!

Tu vois? Que penses-tu du vieux

Blip-Blork maintenant, Max?

Il est encore dans

le coup, pas vrai?


MAX

(Soulevant BLIP-BLORK)

Ha! Ha! Oui, t’avais raison.

Il est trop chouette.


MAX dépose le robot et le regarde rouler dans l’atelier.


BLIP-BLORK

Blip-Blork!

Blip-Blork! Blip-Blork!


GÉNÉRAL OURSON

Eh bien, le devoir nous

appelle. Ne faisons pas

attendre le vieil Ernest.


BENJAMIN L’OURSON

Ha! Ha! Ha!

Je vous suis, général.


De retour au centre de placement, le GÉNÉRAL et BENJAMIN écoutent ERNEST.


ERNEST L’OURSON

J’ai bien peur que

cet insigne de type militaire

soit le seul indice dont nous

disposions afin de trouver

la bonne peluche

pour notre jeune Luc.


BENJAMIN L’OURSON

Voilà pourquoi on a fait appel

à vous. On a pensé que

vous sauriez ce que c’est.


GÉNÉRAL OURSON

Ce n’est pas un insigne

militaire, mais je l’ai déjà

vu auparavant. C’est le lynx,

une médaille du mérite que

reçoivent uniquement les enfants

qui ont démontré leur grande

force de caractère

et leur tempérament de chef

dans les camps d’été.


ERNEST L’OURSON

Excellent!

(Fouillant dans une pile de dossiers)

Ah-ha! J’ai le sentiment que

le petit Jarvis ferait

un compagnon idéal pour Luc.


GÉNÉRAL OURSON

Eh bien! Heureux

qu’un vieux soldat ait

pu vous être utile. À présent,

je dois vous laisser, messieurs.

Une aiguille et du fil

m’attendent. Bonne journée!


ERNEST et BENJAMIN rient, heureux d’avoir retrouvé le GÉNÉRAL qu’ils connaissent.


Plus tard, MAGALI aussi est heureuse de retrouver son GÉNÉRAL, en jouant dans le bac à sable avec ses soldats.


MAGALI

Alors, qu’est-ce

que ça fait de revenir

au front, mon général?

(Prêtant sa voix à l’ourson)

«Oh, je me sens comme neuf.

Allez, protégez ce drapeau,

soldat! Et en vitesse!»

(Répondant au GÉNÉRAL)

À vos ordres, monsieur!

(Imitant le son des camions)

Vroum! Vroum!

Vroum! Vroum!


Générique de fermeture


Titre :
Qui trouve garde


CÉCILIA MONTALBAN sort dans le jardin derrière la maison. Elle tient SÉBASTIEN son ourson qui est emmailloté dans une serviette.


CÉCILIA

Ça fait du bien, n’est-ce pas,

Sébastien? Ah, regarde

un peu comme tu es beau.


CÉCILIA retire la serviette à SÉBASTIEN et lui montre son reflet dans un miroir.


CÉCILIA

Propre comme un sou neuf.

Maintenant, reste là et

détends-toi. Je te remettrai

ton noeud papillon

quand il sera sec.

En passant, tu es beaucoup

plus élégant avec ton noeud.

À tout à l’heure!


CÉCILIA retourne dans la maison et laisse SÉBASTIEN assis sur une chaise de jardin pour qu’il sèche. SÉBASTIEN s’anime et se dirige vers le miroir laissé sur une autre chaise.


SÉBASTIEN L’OURSON

(Se regardant dans le miroir)

Hum... Je ne dirais pas

juste élégant.

Élégant et irrésistible

serait plus près de la vérité.


Un bruit de moteur attire l’attention de SÉBASTIEN qui se retourne et voit un avion miniature piquer du nez vers lui.


SÉBASTIEN L’OURSON

Oh! Oh!

Mais d’où diable peut provenir

cette espèce d’engin?


MAX CANTIN, le voisin enjambe la clôture qui sépare les deux cours pour chercher son avion.


MAX

Où est-il passé?


SÉBASTIEN L’OURSON

(Apercevant MAX)

Oh! Hum!

J’aurais dû deviner.


SÉBASTIEN s’empresse de prendre la serviette que CÉCILIA a mise à sécher pour couvrir le petit avion tombé sur la chaise.


MAX

(Descendant la clôture)

Han... Ah!

Hum... Je l’ai vu

voler par ici.


MAX part chercher plus loin.


SÉBASTIEN L’OURSON

(Profitant du départ de MAX)

Il est temps de se débarrasser

de cet intrus indésirable.

Ici, c’est l’espace aérien

des Montalban. Alors, du vent!


SÉBASTIEN remonte le ressort de l’avion en tournant l’hélice et le relance en l’air. L’avion s’envole et s’éloigne plus loin au-dessus de la rue. MAX qui est devant la maison ne remarque pas son avion qui vole au loin.


MAX

Mais où est-il passé?

Hum...

Saleté de vent!

(Soupirant en retournant vers la maison)

Ah...


BENJAMIN et LUCAS sortent de la cour par la porte de la clôture pour observer MAX.


LUCAS L’OURSON

Nom d’une peluche!

Quelque chose me dit

que Max ne l’a pas retrouvé.


BENJAMIN L’OURSON

Ah... C’est triste. Il aime

beaucoup ce petit avion.

Partant pour une mission

de sauvetage, Lucas?


LUCAS L’OURSON

Bien sûr, Ben! Allons-y!


BENJAMIN et LUCAS retournent vers la cour arrière pour traverser la clôture par la planche pivotante et se rendre dans le jardin des Montalban.


LUCAS L’OURSON

Regarde, Sébastien est là.

Peut-être qu’il l’a vu.

Hé, Sébastien!


SÉBASTIEN L’OURSON

Hé? C’est plutôt:

«Excuse-moi, Sébastien.

J’espère que je ne

te dérange pas trop.»


LUCAS L’OURSON

Mais voyons, Sébastien,

tu ne fais rien du tout.


SÉBASTIEN L’OURSON

Au contraire. Je viens

de prendre un bain et

je m’efforce de sécher en paix.


BENJAMIN L’OURSON

Dis Sébastien,

aurais-tu aperçu l’avion

de Max, par hasard?


SÉBASTIEN L’OURSON

Non, je n’ai pas vu son espèce

d’engin et je suis trop trempé

pour aller où que ce soit.

Alors, ne me demandez

surtout pas de vous aider

à le retrouver.


BENJAMIN L’OURSON

Eh bien, pourrais-tu

au moins garder l’oeil ouvert?

On se sait jamais.


SÉBASTIEN L’OURSON

Je voudrais bien, mais

je vais bientôt faire la sieste.

Et comme vous le savez,

on doit avoir les deux yeux

fermés pour dormir.


LUCAS L’OURSON

Pourquoi tu ne portes pas

ton noeud papillon?


SÉBASTIEN L’OURSON

Parce que la petite Cécilia

ne me l’a pas encore remis.

Bon, et si vous alliez voir

ailleurs, tous les deux?

Je n’ai pas que ça à faire.

Il faut que je me fasse sécher.


BENJAMIN L’OURSON

Viens, Lucas. On va se séparer

pour couvrir plus de territoire.


LUCAS L’OURSON

Bonne idée, Ben!


BENJAMIN et LUCAS s’éloignent.


SÉBASTIEN L’OURSON

(S’étirant)

Aaah, aaah! Enfin.

Je croyais que ces deux-là

ne partiraient jamais.


Soudain l’avion miniature revient sur la chaise près de SÉBASTIEN.


SÉBASTIEN L’OURSON

Oh! Mais qu’est-ce que c’est?

Oh, mais comment cet engin-là

a-t-il pu voler en cercle

pendant tout ce temps?


RÉMY l’ourson surgit dans la cour des Montalban.


RÉMY L’OURSON

Chouette avion,

hein, Sébastien?

Je l’ai trouvé. Tu veux m’aider

à découvrir à qui il appartient?


SÉBASTIEN L’OURSON

Oui. Hum... D’accord.

Pour commencer, montre-moi

l’endroit où tu l’as découvert.


RÉMY L’OURSON

D’accord.


SÉBASTIEN tient l’avion et suit RÉMY.


Chacun de leur côté, LUCAS et BENJAMIN cherchent dans le voisinage.


BENJAMIN L’OURSON

Lucas, as-tu vu

où est passé l’avion?


LUCAS L’OURSON

Aucune trace, Ben.


BENJAMIN L’OURSON

Non, je veux dire

il y a une minute.

Je l’ai vu revenir par ici.


LUCAS L’OURSON

C’est vrai?


BENJAMIN L’OURSON

Oui. Allez, viens!


RÉMY et SÉBASTIEN sont ensemble sur un trottoir d’une rue voisine. C’est maintenant RÉMY qui tient l’avion.


RÉMY L’OURSON

Voilà. C’est exactement ici.


SÉBASTIEN L’OURSON

Puisque cet endroit

n’appartient à personne,

ce petit avion est

désormais le tien, Rémy.


RÉMY L’OURSON

C’est vrai? Je peux le garder?


SÉBASTIEN L’OURSON

Tout à fait. Règle des

peluches numéro 41:

«Toute peluche

a le droit de garder

pour elle ce qu’elle a trouvé.»


RÉMY L’OURSON

Wow! J’adore cette règle.


Aussitôt RÉMY remonte le ressort du moteur de l’avion mécanique et le laisse s’envoler en courant derrière.


RÉMY L’OURSON

Ouah!


SÉBASTIEN L’OURSON

J’espère qu’il va voler

jusqu’à Tombouctou.


BENJAMIN et LUCAS rejoignent SÉBASTIEN sur le trottoir.


BENJAMIN L’OURSON

Sébastien? Qu’est-ce

que tu fais ici?


SÉBASTIEN L’OURSON

Euh... Oh! Ha! Ha!

Euh... Je... je... je faisais

un petit tour. C’est tout.

Oh!


LUCAS aperçoit RÉMY.


LUCAS L’OURSON

Regardez.

On dirait Rémy.


BENJAMIN L’OURSON

Mais qu’est-ce qu’il fabrique?


SÉBASTIEN L’OURSON

Et comment diable

le saurais-je?

(S’éloignant)

Ils vont finir par retrouver

cet avion. Il faut que

je m’en débarrasse

une bonne fois pour toutes.


BENJAMIN L’OURSON

Hum... Tu ne trouves pas

le comportement de Sébastien

un peu étrange?


LUCAS L’OURSON

Oui. On dirait

qu’il cache quelque chose.

Comme... un avion!

Oui, c’est ça!


BENJAMIN L’OURSON

Si jamais Sébastien sait où

il se trouve, j’espère qu’il se

rendra compte par lui-même que

son comportement va à l’encontre

des règles des peluches.


LUCAS L’OURSON

Si tu veux mon avis, je trouve

qu’il s’en tire un peu trop

facilement. C’est évident

qu’il l’a pris, voyons.


BENJAMIN L’OURSON

Peut-être bien, mais il

n’y a pas moyen d’en être sûr.

De toute façon, je dois rentrer.

Max avait l’air plutôt triste,

alors j’y vais au cas où

il aurait besoin de moi.

Est-ce que tu viens?


LUCAS L’OURSON

Hum-hum... Oui,

d’accord. Je te suis, Ben.

(S’arrêtant pour réfléchir)

Hum... Je crois que

je sais comment obliger

Sébastien à réagir.


LUCAS ne retourne pas chez lui. Il se dirige plutôt vers le jardin des Montalban.


L’avion de MAX vole au-dessus du parc. SÉBASTIEN est tout près de l’endroit où l’avion atterrit.


SÉBASTIEN L’OURSON

Panne d’essence. Parfait!


SÉBASTIEN s’empresse d’aller chercher l’avion avant que RÉMY ne le retrouve et s’enfuit pour le cacher.


SÉBASTIEN L’OURSON

Ha! Ha! Ha!

Oh, Sébastien, tu es

un petit génie de peluche.


RÉMY arrive dans le parc et ne retrouve pas l’avion.


RÉMY L’OURSON

Ah!

Saleté de vent!

(Soupirant)

Oh...


Plus tard, BENJAMIN se rend au café du parc où JEANNOT, l’ourson serveur, est seul derrière son comptoir.


JEANNOT L’OURSON

Tiens! Salut, Ben!

Qu’est-ce que ce sera?


BENJAMIN L’OURSON

Ah... Ah, comme

d’habitude, Jeannot.


JEANNOT L’OURSON

Dis-moi, est-ce que ça va,

Ben? Parce que tu as le même

air que Rémy, là au fond.


RÉMY est assis au fond de la salle sur une banquette. Il a l’air triste.


BENJAMIN L’OURSON

Hum...

(S’approchant de la banquette)

Salut, Rémy!


RÉMY L’OURSON

Oh, salut, Ben.


BENJAMIN L’OURSON

Tu as l’air d’avoir besoin

d’un peu de réconfort.

Qu’est-ce que tu as?


RÉMY L’OURSON

C’est que j’ai

perdu mon avion.


BENJAMIN L’OURSON

Oh! Quoi? Ton avion?

Euh... à quoi il ressemble?


RÉMY L’OURSON

Eh bien, il est grand comme

ça, avec une hélice rouge,

des ailes blanches et des roues

noires. Ah... C’est la plus

chouette des trouvailles

que j’ai jamais faites.


BENJAMIN L’OURSON

C’est vrai? Où est-ce

que tu l’as trouvé?


RÉMY L’OURSON

Pas très loin de ta maison,

si tu veux le savoir.


JEANNOT L’OURSON

(Parlant au loin)

Salut, Lucas!


LUCAS porte la boucle de SÉBASTIEN.


LUCAS L’OURSON

Jeannot, mon très cher ami,

un milk shake au miel avec

un soupçon de cannelle,

s’il te plaît.


JEANNOT L’OURSON

Eh bien, tout de suite,

Sébastien. Euh... Oh! Ha!

Je veux dire Lucas. Ha! Ha! Ha!


BENJAMIN L’OURSON

Lucas? Que fais-tu avec

le noeud papillon de Sébastien?


LUCAS L’OURSON

Je l’ai trouvé.


BENJAMIN L’OURSON

Qu’est-ce que

tu veux dire par là?

Mais tu sais bien que Sébastien

adore son noeud papillon.


LUCAS L’OURSON

Exactement! Voilà pourquoi

il sera content de le récupérer,

après nous avoir dit où

il a caché l’avion de Max.


BENJAMIN L’OURSON

Ce que tu as fait n’est pas

du tout digne d’une peluche.

Je te croyais plus respectueux.


LUCAS L’OURSON

Nom d’une peluche, Ben!

Tu devrais me remercier. Max

n’est même pas mon enfant et--


BENJAMIN L’OURSON

C’est Rémy qui a trouvé

l’avion de Max.


LUCAS L’OURSON

Quoi? C’est vrai?

Oh, oh!

(Se dépêchant de rapporter le ruban de SÉBASTIEN)

Dis, Jeannot, annule

ma commande, tu veux?

Il faut que j’aille rendre

quelque chose.

(Revenant aussitôt sur ses pas)

Oh, non!


LUCAS court se cacher derrière une banquette pour retirer le ruban.


LUCAS L’OURSON

Ouf! Ouf! Ouf! Ouf!

(Tirant sur le ruban)

Han! Han! Han!

Han! Ah!


SÉBASTIEN apparaît dans l’escalier de l’entrée du café. Il porte une cravate à son cou.


SÉBASTIEN L’OURSON

Benjamin, enfin, te voilà!


JEANNOT L’OURSON

Ha! Ha! Ha! Ha!

Jolie cravate. Ha!

Ha! Ha! Vraiment très classe.

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!


SÉBASTIEN L’OURSON

Veux-tu savoir pourquoi

je porte cette horrible

chose autour du cou?


BENJAMIN L’OURSON

Euh... Parce que

Cécilia te l’a mise?


SÉBASTIEN L’OURSON

Exact. Parce qu’elle n’a pas

trouvé mon noeud papillon adoré.

Et pourquoi? Parce que

quelqu’un me l’a pris.


BENJAMIN L’OURSON

Calme-toi, Sébastien.

Je n’ai pas pris

ton noeud papillon.


SÉBASTIEN L’OURSON

Oh, Ben, voyons. Tu crois

vraiment que je vais avaler ça?

Tu as pris mon noeud papillon

parce que tu crois que c’est moi

qui ai l’avion de ton enfant.


RÉMY L’OURSON

Sébastien, est-ce que tu

savais que cet avion appartenait

à Max Cantin quand tu m’as dit

que je pouvais le garder?


BENJAMIN L’OURSON

Quoi? Tu as dit à Rémy qu’il

pouvait garder l’avion de Max,

alors que nous, on le

cherchait partout?


SÉBASTIEN L’OURSON

Eh bien, je... Hum... Euh...

Sûrement pas avec ces mêmes

mots-là. Ça, je vous l’assure.


RÉMY L’OURSON

Sébastien m’a parlé de

la règle des peluches numéro 41,

qui dit que toute peluche

a le droit de garder ce

qu’elle trouve sur son chemin.


BENJAMIN L’OURSON

Et?


RÉMY L’OURSON

Et quoi?


BENJAMIN L’OURSON

Eh bien, la suite

de la règle numéro 41?

«Toute peluche a le droit

de garder ce qu’elle trouve

sur son chemin, à condition que

ce qu’elle trouve ait été jeté

ou qu’elle ne puisse pas

en retrouver le propriétaire.»


SÉBASTIEN L’OURSON

Ho, ho, ho! Euh... On dirait

bien que... hum... j’ai tout

bonnement oublié cette

partie de la règle.


RÉMY L’OURSON

Oh! Pauvre Max!

Je sais exactement

ce qu’il doit ressentir.


SÉBASTIEN L’OURSON

Oui, moi aussi. Oh...

En perdant mon noeud papillon,

j’ai l’impression d’avoir perdu

mon charme du même coup. Oh!


LUCAS qui est sorti de sa cachette rend le nœud papillon à SÉBASTIEN.


LUCAS L’OURSON

Désolé, Sébastien. Je te l’ai

pris parce que je croyais que

tu avais pris l’avion de Max.


SÉBASTIEN L’OURSON

(Geignant)

D’accord, d’accord, c’est

vrai. J’ai pris l’avion de Max.

Oh, voilà! Oui, je l’avoue,

c’était moi. Satisfaits?


LUCAS L’OURSON

Mais Ben, je croyais que

tu m’avais dit que c’était Rémy

qui avait pris l’avion?


BENJAMIN L’OURSON

Il l’a pris, mais

il l’a perdu ensuite.


RÉMY L’OURSON

Je l’ai perdu. C’est vrai.

Alors, comment Sébastien a

pu mettre la patte dessus?


SÉBASTIEN L’OURSON

Arrêtez! Ça suffit comme ça!

Toute cette histoire doit

se terminer. Oh... Suivez-moi.

(Soupirant)

Ah...


SÉBASTIEN se dirige vers la sortie, les épaules basses. BENJAMIN, LUCAS et RÉMY suivent SÉBASTIEN dans le bosquet fleuri près de l’entrée du café. SÉBASTIEN fouille derrière le bosquet et sort l’avion qu’il y avait caché.


BENJAMIN L’OURSON

Ha! Ha! Eh bien,

voyez-vous ça!


RÉMY L’OURSON

Oui, c’est bien lui.


SÉBASTIEN L’OURSON

Tiens, prends-le.


BENJAMIN L’OURSON

Merci, Sébastien. Tu ne te

sens pas mieux, maintenant

que tu as avoué la vérité?


SÉBASTIEN L’OURSON

(Soupirant)

Ah... Je suppose que oui.


RÉMY L’OURSON

Moi, je parie que Max

sera très content

de récupérer son avion.


BENJAMIN L’OURSON

Ha! Ha! Ha! Oui, Rémy,

j’en suis persuadé.


SÉBASTIEN L’OURSON

Et moi, je suis très heureux

de pouvoir porter de nouveau

mon noeud papillon adoré.

J’ai l’air d’un vulgaire prix

de fête foraine avec cette

horreur autour du cou.


SÉBASTIEN s’éloigne la tête basse.


BENJAMIN L’OURSON

Ha! Ha! Ha! Et moi, je suis

content de voir que Sébastien a

retrouvé ce qui fait son charme.


BENJAMIN, RÉMY et LUCAS rient.


Générique de fermeture



Épisodes de L'ours Benjamin

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Âge
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par