Image univers Motel Monstre Image univers Motel Monstre

Motel Monstre

Dans le village de Bouillon, une étrange équipe gère un vieux motel bâti à côté d'une source thermale aux propriétés mystérieuses. L'équipe est composée de monstres répugnants, d'un vieillard lunatique et de Magalie, 15 ans, une ado souvent maladroite, mais toujours débrouillarde. Ils remuent ciel et terre pour garder la source et le motel ouverts, puisque la survie de l'espèce des monstres en dépend! La cohabitation n'est pas toujours facile.

Partager

Vidéo transcription

Démonstrations d'amitié

Magalie s’est attachée à sa tortue et décide de la garder envers et contre tous. D’abord, elle tente de tenir sa présence secrète, mais à mesure que les soupçons d’Hector se multiplient, elle opte pour des stratégies plus offensives…



Année de production: 2013

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Dans le village de Bouillon, une étrange équipe gère un vieux motel bâti à côté d'une source thermale aux propriétés mystérieuses. L'équipe est composée de monstres répugnants, d'un vieillard lunatique et de Magalie, 15 ans, une ado souvent maladroite, mais toujours débrouillarde. Ils remuent ciel et terre pour garder la source et le motel ouverts, puisque la survie de l'espèce des monstres en dépend!

Nous sommes dans le sous-sol. Un personnage vêtu d’une toge et d’une capuche lui masquant le visage est en train de creuser dans la terre à l’aide d’une pelle. Soudain, ANTON LE VAMPIRE apparaît. Le mystérieux personnage retire sa capuche et nous découvrons le visage de MAGALIE.


[ANTON LE VAMPIRE:] Magalie!

Qu'est-ce que tu fais?

J'essaye de dormir.


[MAGALIE:] Bien, quoi?

Je cherche des vers!

(MAGALIE montre un pot en vitre dans lequel grouille un amoncellement de vers de terre.)


ANTON LE VAMPIRE (avec dégoût)

Argh!

(Générique d’ouverture)

(Début information à l’écran)

(DéMONSTREations d’amitié)

(Fin information à l’écran)

(Nous retrouvons MAGALIE en train de coller une affiche sur la porte de sa chambre. L’affiche dit: « Attention, Hector interdit! »)

(HECTOR LE NYMPHE arrive au même moment. Il tient une pile de vêtements dans ses mains.)


[HECTOR LE NYMPHE:] Bon!

Le message a l'avantage

d'être clair.


[MAGALIE:] J'ai rien contre toi, Hector.

Vraiment! C'est juste qu'à

partir d'aujourd'hui,

j'aimerais mieux que tu

rentres pas dans ma chambre.


[HECTOR LE NYMPHE:] Ah bon.

Je m'en venais ranger

ça, mais je comprends...

(MAGALIE prend les vêtements des mains d’HECTOR et s’apprête à entrer dans sa chambre.)


[MAGALIE:] Merci.

C'est gentil de ta part.


[HECTOR LE NYMPHE:] J'espère que si

tu étais fâchée ou que si j'avais

fait quelque chose qui t'avait

le moindrement contrariée, tu me

le dirais.


[HECTOR LE NYMPHE:] Tu as rien fait

justement. Absolument rien fait

pour me permettre de garder ma tortue.


[HECTOR LE NYMPHE:] Magalou, t'es pas

la seule à s'ennuyer de ton protégé.

Anton parle encore de sa fougère.

Charles s'inquiète de sa

roche, mais le règlement...


[MAGALIE:] Je le sais!

Le règlement numéro 21 interdit

la présence d'animaux au motel!

Et, comme c'est toi qui

fais respecter le règlement,

tu m'empêches de

garder ma tortue.


[HECTOR LE NYMPHE:] Et oui.

Désolé. Mais, je le sais, ce

qui serait bon pour toi!

On pourrait changer la

disposition des meubles

dans ta chambre.

Ou encore mieux, la redécorer!

Ça fait du bien, ça

un petit changement...


[MAGALIE:] Non, Hector!

C'est mon nouveau règlement

à moi puis, dans ma chambre,

c'est moi qui décide.


[HECTOR LE NYMPHE:] Penses-y comme

il faut, là. On pourrait mettre

une boule en miroir.

Danser le hip-hop!

Je suis un bon danseur, tu sais!


[MAGALIE:] Essaye pas!

(Pendant ce temps, dans le sous-sol, LÉO est en pleine conversation avec CHARLES LE ZOMBIE. LÉO porte un uniforme de marin et n’arrête pas de marcher en rond. CHARLES LE ZOMBIE a le casque de KIMI sur la tête.)


[LÉO:] Pis là, on a vu une énorme

pieuvre sortir son gros

oeil de l'eau!


[HECTOR LE NYMPHE:] Léo?
[LÉO:] Pis nous regarder!

(ANTON LE VAMPIRE se trouve aussi dans la pièce. Il est dans son cercueil de vampire.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Léo?
[LÉO:] Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?
[CHARLES LE ZOMBIE:] Problème mobilité!
[LÉO:] Non, pas vraiment.

Pourquoi vous me

regardez croche?


[ANTON LE VAMPIRE:] Parce que

tu marches de travers et que,

ma foi, tu déranges mon

illustre équilibre.


[LÉO:] Je sais!

C'est étourdissant, tout

ce qui m'est arrivé en mer!


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, non, non,

non, non! Tu es étourdissant!

Et, puisque je ne suis pas au

sommet de ma forme présentement,

j'apprécierais que tu

corriges la situation.


[LÉO:] T'as pas changé.

Je suis content de vous

retrouver, vous deux.

Toi aussi, mon Charles!

T'as pas changé!

Ben, à part ton casque.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Casque intelligence!

Léo changé.


[LÉO:] Tu trouves?

(LÉO donne une claque dans le dos de CHARLES LE ZOMBIE en signe d’appréciation. Sous l’impact, l’œil de CHARLES est expulsé de son orbite et tombe au sol.)


[ANTON LE VAMPIRE:] C'est frappant!

Ha ha ha!

Atchou!

Ha ha!

(CHARLES LE ZOMBIE ramasse son œil et le replace dans son orbite.)


[LÉO:] Excuse!

J'ai pris du muscle en mer.

Tu sais, après quatre

mois sur un bateau-école,

on devient un vrai matelot.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Problème marcher!
[LÉO:] C'est rien!

Sur un navire, ça tangue

toujours à droite ou

encore à gauche.

C'est pas grave.

Il faut s'habituer.


[ANTON LE VAMPIRE:] C'est vrai qu'à côté

de mes éternuements...

Atchou!

...C'est pas grand-chose, ça.


[CHARLES LE ZOMBIE:] T'examiner!
[LÉO:] Non, non, je ne veux

pas me faire examiner!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui, oui, oui,

oui, oui!


[LÉO:] Non! Je suis correct

en ce moment!

(De retour à MAGALIE et HECTOR LE NYMPHE.)


[HECTOR LE NYMPHE:] Il faut juste

que tu me comprennes.

Le règlement, il

n'existe pas pour rien.


[MAGALIE:] Il vient d'où

ce règlement-là?


[HECTOR LE NYMPHE:] Ben...
[MAGALIE:] On dirait qu'il est

comme tombé du ciel.

(Soudain, une sorte de bulle de la grosseur d’un ballon apparaît, flottant à côté d’HECTOR LE NYMPHE.)


[MAGALIE:] C'est quoi ça?
[HECTOR LE NYMPHE:] C'est un bullogramme.
[MAGALIE:] Un quoi?
[HECTOR LE NYMPHE:] Une sorte de télégramme

transmis par bulle de rosée.


[MAGALIE:] Depuis quand tu reçois ça?
[HECTOR LE NYMPHE:] Depuis que vous êtes

tous au courant de ma vraie nature,

je me suis réabonné au

courrier des Nymphes.


[MAGALIE:] Comment ça marche?

Tu me le prêtes?

(MAGALIE tente d’attraper la bulle mais au moment où elle met la main dessus, la bulle éclate et disparaît. Une VOIX FÉMININE se fait alors entendre.)


[VOIX FÉMININE:] Sieur Hector,

Gardien de la Bouilloire.

Vous êtes convié au Gala

inter dimensionnel des Fées

et des Nymphes.

Post-scriptum: la tenue

de soirée est obligatoire.


[MAGALIE:] Wow!
[HECTOR LE NYMPHE:] Ah, ils invitent

tous les Nymphes et toutes les Fées.

Une fois par année...


[MAGALIE:] Trop hot!

Il faut que tu y ailles enh!

T'es bon danseur,

à ce qu'il paraît.


[HECTOR LE NYMPHE:] Bof, je suis

un peu rouillé.

Puis, de toute façon, j'ai

pas de tenue de soirée.


[MAGALIE:] Tu n'en as pas...

ou tu sais pas où tu l'as mise?


[HECTOR LE NYMPHE:] En fait,

j'ai dû la ranger quelque part

mais je sais plus trop où.


[MAGALIE:] Il faut que tu renoues

avec les tiens! Tu ne peux pas

manquer ce party-là.


[HECTOR LE NYMPHE:] Ouais...

mais la tenue de

soirée est obligatoire.

C'est le règlement.


[MAGALIE:] Demande à Charles.

Je suis certaine qu'il

a fait l'inventaire de tout

ce qu'il y a au motel.


[HECTOR LE NYMPHE:] Pourquoi tu ne

m'aiderais pas, toi?

(MAGALIE lui referme la porte au nez.)

(De retour à LÉO, ANTON LE VAMPIRE et CHARLES LE ZOMBIE au sous-sol. CHARLES prend le pouls d’ANTON.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Humm... Ah!

Aucun pouls! Tout à fait normal.

Atchou!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Attention...

(CHARLES LE ZOMBIE sort ensuite un petit marteau et cogne sur le genou d’ANTON puis de LÉO. Aucune réaction de la part des deux personnages.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Humm? Ah!

Nez bouché!


[ANTON LE VAMPIRE:] Je sais! Je souffre.

Mon orgueil souffre aussi.

Il faut absolument faire quelque chose!

Atchou!


[ANTON LE VAMPIRE:] Tut! Tut! Tut!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Attention.

(CHARLES LE ZOMBIE prend un cône et le place dans l’oreille de LÉO. Des bruits de plage émanent du cône.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Bizarre!

Humm?

(CHARLES LE ZOMBIE agite la tête de LÉO de gauche à droite et un bruit de vague se fait entendre.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Étrange!

(CHARLES LE ZOMBIE sort ensuite une énorme loupe et se met à observer LÉO.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah!

Charles trouvé!

Léo mal de terre.

Anton allergies ou virus!


[ANTON LE VAMPIRE ET LÉO:] Quoi?
[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Passer tests.

Tout soigner!


[LÉO:] Pas moi!

Moi, je suis en pleine forme!

(Tout à coup, la voix d’HECTOR retentit.)


HECTOR LE NYMPHE (hors champ)

Les gars! Pourriez-vous venir

m'aider à transporter mes boîtes

de vêtements! Mon vieux costume

doit être quelque part là-dedans!


[LÉO:] À vos ordres, Capitaine!

Par le monstre des sept mers,

c'est pas aujourd'hui que

je vais arrêter d'obéir!

(LÉO se lève et part en courant.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non!

Léo, attends! Fait attention!

M'en viens, Hector!


[ANTON LE VAMPIRE:] Non mais, Charles...

Qu'est-ce que...


[CHARLES LE ZOMBIE:] Prends ça, toi!

(CHARLES LE ZOMBIE lance son casque à ANTON LE VAMPIRE et s’en va rejoindre LÉO.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Voyons!

Mais, Charles!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non!
[ANTON LE VAMPIRE:] Qu'est-ce que

je suis supposé faire?

Je suis prêt à me faire soigner!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui, oui!

Tout doux! Tout doux!


[ANTON LE VAMPIRE:] Reviens, Charles!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Je m'en viens!
[ANTON LE VAMPIRE:] J'ai le nez

qui coule! Charles!

(Quelques instants plus tard, dans la cuisine, nous retrouvons ANTON LE VAMPIRE en train de manger un plat avec des baguettes chinoises. Il a un mouchoir dans chaque narine. D’autres mouchoirs traînent sur sa table à manger. MAGALIE entre dans la pièce.)


[MAGALIE:] Salut, Anton.
[ANTON LE VAMPIRE:] Allo, Magalie.

Atchou!


[MAGALIE:] C'est tes sangsues bio, ça?
[ANTON LE VAMPIRE:] Oui.

Exbédiées de Roumanie

bar ba Babouchka.

Aaaatchou!

Je ne sais pas ce que j'ai,

bais depuis que j'ai 266 ans,

bon système est tout déréglé!


[MAGALIE:] C'est quoi?

T'as des allergies?


[ANTON LE VAMPIRE:] Charles pense que oui.

Il m'a fait passer des tests.

J'attends les résultats.

Atchou!


[MAGALIE:] Ça se peut pas, éternuer

sans arrêt, comme ça!


[ANTON LE VAMPIRE:] Hey!

Bien sûr que ça se peut!

Atchou!

(MAGALIE ouvre le réfrigérateur puis le referme aussitôt, n’ayant visiblement pas trouvé ce qu’elle cherchait.)


[MAGALIE:] Ahh!

As-tu fini de manger?


[ANTON LE VAMPIRE:] Non.

Mes éternuements me

creusent l'appétit.

Je préfère garder mes sangsues.


[MAGALIE:] C'est pas tes sangsues

qui m'intéressent.

C'est la laitue qui les enveloppe.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah, la laitue,

j'aime moins ça.


[MAGALIE:] Je peux la prendre?
[ANTON LE VAMPIRE:] Aaatt...

Oui, oui! Tu peux.

Atchou!


[MAGALIE:] Miam!

(MAGALIE prend des morceaux de laitue du plat d’ANTON et les dépose dans un sac ziploc.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Qu'est-ce qui

se passe, Magalie?


[MAGALIE:] Ben quoi?
[ANTON LE VAMPIRE:] T'aimes ça, toi,

les feuilles de laitue molles couvertes

de jus de sangsues?


MAGALIE (innocemment)

Non, non...

La salade, c'est pour euh,

pour mes tests de compostage

pour le motel.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah!

C'était pour ça les

vers, cette nuit?


[MAGALIE:] Oui! Ouais, ouais,

c'était pour ça.


[ANTON LE VAMPIRE:] Aaa...

Si tu cherches d'autres

bestioles, demande à Charles.


[MAGALIE:] Pourquoi?
[ANTON LE VAMPIRE:] Je suis pas mal sûr

qu'il a des larves sous les aisselles.

Atchou!


[MAGALIE:] Génial!

Je vais le voir tout de suite.

Merci Anton!

(MAGALIE sort de la cuisine en un coup de vent.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Si tu le croises,

dis-lui que j'attends toujours

pour le traitement

qu'il m'a promis puis que

je ne me sens vraiment pas bien!

(Pendant ce temps, dans le hall d’entrée, LÉO nettoie le plancher avec une vadrouille tandis que CHARLES LE ZOMBIE fait les cent pas, perdu dans ses pensées.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Décoction... Léo.

Élixir... Anton.

Décoction... Léo.

Élixir... Anton.

Décoction... Ahhh, Leo!

Petite boisson-surprise

de bienvenue!


[LÉO:] Surprise? Pas le moment, là.

Il faut que je finisse

de laver le pont.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Le pont...??
[LÉO:] Ah, je veux dire le lobby.

J'ai promis à l'Amiral

Hector de faire ça.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Boire!

Très, très bon!


[LÉO:] Non, Charles!

Un vrai marin prend pas de pause

avant d'avoir fini sa tâche.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles aider finir.

Allez plus vite. Ça presse!


[LÉO:] Ah, merci!

(ANTON LE VAMPIRE apparaît soudainement dans l’entrée.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah, Charles!

Enfin, je te trouve.

Cela fait des heures que

je te cherche en souffrant!

Lequel de ces remèdes est à moi?

(ANTON LE VAMPIRE se dirige vers le comptoir de la réception où CHARLES LE ZOMBIE a déposé différents flacons.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Chut! Chut! Chut!
[LÉO:] Remède? Quel remède?
[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non, non,

non, non!


[ANTON LE VAMPIRE:] Non!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Euh...

Anton remède malade!


[ANTON LE VAMPIRE:] Oui, mon nez!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo...

cocktail bienvenue!


[ANTON LE VAMPIRE:] Oh!

Eh bien, vivement que cessent

ces éternuements inconvenants!

(ANTON LE VAMPIRE prend un flacon et s’apprête à le boire.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non,

non, non!

(CHARLES LE ZOMBIE prend le flacon des mains d’ANTON et le donne à LÉO. Il tend ensuite un autre flacon à ANTON.)


[LÉO:] Ah, c'est pour moi?
[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non,

non, non!

(CHARLES LE ZOMBIE échange les flacons entre ANTON et LÉO.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, non...
[CHARLES LE ZOMBIE:] Umm?

(CHARLES LE ZOMBIE et ANTON LE VAMPIRE échangent les flacons à nouveau avec LÉO.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, non!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non,

non, non! Comme ça!

(Un échange se produit encore.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non,

non, non! Pas comme ça!

Donne-moi ça. Donne-moi ça.


[ANTON LE VAMPIRE:] Attends!

Non, non!

(Finalement, ANTON LE VAMPIRE prend un flacon et en boit le contenu. LÉO fait de même avec son flacon.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Cocorico!

Uh-oh! Mais... qu'est-ce qui se passe?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Uh-oh.

Effet secondaire décoction.


[ANTON LE VAMPIRE:] Cocorico!

Quoi?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Pris mauvais médicament.
[LÉO:] Alors...hic!

c'est pour ça que j'ai le...

hic! hoquet...hic!?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui.
[ANTON LE VAMPIRE:] Cocorico!

Atchou!

Ah, c'est pire qu'avant!


[LÉO:] Hic! Tu veux dire que

mon cock...hic!...tail,

c'était un...hic!

médicament?


ANTON LE VAMPIRE (s’adressant à LÉO)

Tu veux dire, mon cocktail!

Il m'était destiné à moi.

Atchou!

Atchou!

Cocorico!

(ANTON LE VAMPIRE part en courant.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Effets temporaires!

Durent 1 minute... ou 100 ans.


[LÉO:] Charles!

Je ne comprends pas pourquoi

tu tiens tant...hic!

À me soigner!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo croche.
[LÉO:] T'as juste réussi à me

donner...hic! Le...

Le hoquet! Hic!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Désolé.
[LÉO:] Mais bon, c'est pas ça...hic!

Qui va m'empêcher...hic! De

finir de laver...hic! Le pont!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Vraiment désolé!

Charles tout réparer!

(LÉO retrouve sa vadrouille et se met à nettoyer le plancher.)

(Au même moment, nous retrouvons MAGALIE dans la cuisine.)


[MAGALIE:] Hector?

(Aucune réponse. MAGALIE referme la porte. Elle se dirige vers une boîte en carton et en retire une nappe qu’elle observe un moment.)


[MAGALIE:] Non. Elle risquerait d'étouffer.

(MAGALIE se tourne alors vers la table sur laquelle se trouve une paire de souliers. Elle en prend un dans ses mains.)


[MAGALIE:] Elle rentrera jamais là-dedans.

(Elle trouve ensuite un chapeau de plage.)


[MAGALIE:] Ça, c'est parfait

comme cachette! Je vais pouvoir

la trimbaler partout avec moi.

Yes!

(MAGALIE prend un ruban. Elle sort de la pièce en courant.)


[MAGALIE:] Hector!

Je t'ai emprunté un

chapeau puis des rubans!

Merci!

(Pendant ce temps, au sous-sol, ANTON LE VAMPIRE et CHARLES LE ZOMBIE discutent sur un sofa.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Guérir hoquet Léo.

Lui faire peur.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah, oui, oui, par

épouvanthérapie.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui. Bravo compris!
[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou!

Ensuite, tu me guéris, hein?

C'est promis?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui, oui, oui, oui!

Refaire potion.


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou!

Il faut que cesse mon calvaire.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Dans quelques minutes!
[ANTON LE VAMPIRE:] Je suis le Comte

Anton Balog, Roi de la patate!

Il me semble que

j'ai droit à certains égards.

(Chaque fois qu’ANTON LE VAMPIRE prononce son titre, une musique d’orgue se fait entendre, soulignant ainsi sa haute noblesse.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui, oui.

Anton bon vampire.


[ANTON LE VAMPIRE:] Je sais que

je suis un grand vampire.

Cocorico!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Vampires bons

donner frousse.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah!

Je comprends!

Le pauvre petit zombie a besoin

du maître de l'épouvante,

le Comte Anton Balog,

Roi de la patate!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Chhhut!
[ANTON LE VAMPIRE:] Comment oses-tu?

Atchou! Cocorico!

On ne << chut >> pas le Comte

Anton Balog, Roi de la patate!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Pas chut Anton.

Chut musique!

La-di-di-di-di...


[ANTON LE VAMPIRE:] Est-ce que

tu veux mon aide ou pas?

Atchou!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Zombie aussi capable

épouvante!


[ANTON LE VAMPIRE:] Peut-être aux enfants, oui!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Grrrrrrr!
[ANTON LE VAMPIRE:] Heeiiichhh!

Heeiiichh! Woua-ah-ah-aaaahh!

Ben voyons!

(ANTON LE VAMPIRE et CHARLES LE ZOMBIE tentent de s’effrayer l’un l’autre. LÉO apparaît à cet instant précis.)


[LÉO:] Je peux jouer...hic! Moi aussi?

ANTON ET CHARLES (surpris)

Aaaaaaaaahhhh!


[LÉO:] Ben là attendez,

vous avez rien vu.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo nous surprendre!
[LÉO:] Je fais un Capitaine

crochet pas mal épeurant.

Halte-là...hic!

Moussaillons! Hic!


[ANTON LE VAMPIRE:] Non, j'ai pas aimé ça.

C'est pas très naturel.


[LÉO:] C'est vraiment...hic!

Le fun votre jeu!

(Soudain, une sorte d’éclair venue de nulle part percute LÉO à la tête et le fait tomber sans connaissance.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo?
[ANTON LE VAMPIRE:] Tu vois,

il n'a plus le hoquet.

En fait, il ne bouge plus du tout.

C'est, de toute évidence,

à cause de mes... Cocoricos!

Non! Hurlements virils qui

lui ont glacé le sang.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non!

Hurlements de Charles faire peur.


[ANTON LE VAMPIRE:] Non!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui!
[ANTON LE VAMPIRE:] Non!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui!

(L’éclair se manifeste à nouveau et se met à virevolter autour d’ANTON et de CHARLES. C’est en fait l’esprit de LÉO.)


[VOIX DE LÉO:] Ahahaha!

Attention, les gars!

Woohoooo!


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou! Cocorico!

Ah, je suis tanné!


[LÉO:] Woohoo!

Ah mon dieu, regarde-moi!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Épouvanthérapie ratée.

Traitement échec!

(Nous retrouvons HECTOR en train de se changer. MAGALIE entre dans sa chambre.)


[MAGALIE:] Hector?

Qu'est-ce que t'en penses?


[HECTOR LE NYMPHE:] Hmmm. Ouin.

(HECTOR se rend compte que les manches de son veston sont trop courtes.)


[MAGALIE:] T'as même pas regardé.
[HECTOR LE NYMPHE:] Excuse-moi, Magalie.

Qu'est-ce que tu disais?


[MAGALIE:] Aimes-tu mon chapeau?
[HECTOR LE NYMPHE:] Humm, c'est bizarre!

Ton chapeau, il bouge sur ta tête.


[MAGALIE:] Hein? Ben non!

(MAGALIE tente de replacer son chapeau droit sur sa tête.)


[MAGALIE:] C'est ton costume pour

ton Gala?


[HECTOR LE NYMPHE:] C'était mon costume.

Mais il a tellement

rapetissé que je ne pourrai

pas aller au Gala. Il me semble

qu'il a encore bougé.


[MAGALIE:] Ben non, regarde.

C'est moi qui bouge!

Je vais te laisser.

Je veux pas te déranger.


[HECTOR LE NYMPHE:] Tu me déranges pas!

(Un éternuement d’ANTON retentit dans le corridor.)


[HECTOR LE NYMPHE:] Pauvre Anton.

Ça va pas mieux!


[MAGALIE:] Il dit qu'il est

allergique aux écailles.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles lui

a fait passer des tests tout à l'heure.

On va bientôt savoir à quoi s'en tenir.


[MAGALIE:] Ah oui?
[HECTOR LE NYMPHE:] Tu sais, ça peut

causer bien des inconvénients,

des allergies. Ça me rappelle

mon vieux chum, Genghis Khan,

puis son cheval préféré.

C'est moi qui lui avais donné

son cheval. Mais, il était allergique.


[MAGALIE:] Il était allergique

à son cheval?


[HECTOR LE NYMPHE:] Ben non.

C'est son cheval qui

était allergique à lui.

Genghis a dû lui

rendre sa liberté.

Au lieu de le monter, il l'a

regardé courir dans le champ.


[MAGALIE:] C'est plate.
[HECTOR LE NYMPHE:] C'est fou comme

on peut s'attacher

à un animal parfois, hein?


[MAGALIE:] Ah... oui.

Tu sais quoi, Hector?

Pour ton costume, peut-être que

si on bordait les manches avec

du tissu fleuri puis si on

déplaçait les boutons...

(MAGALIE enlève son chapeau un instant et prend un foulard dans une boîte en carton.)


[MAGALIE:] Je vais t'arranger ça, moi.

Penses-tu que si je t'aide, en échange,

tu pourrais abolir ton

règlement sur les animaux?


[HECTOR LE NYMPHE:] Pourquoi je ferais ça?
[MAGALIE:] Parce que je te le demande.

Donne-moi ton veston.


[HECTOR LE NYMPHE:] Magalie, les règlements

existent souvent pour une bonne raison.

(HECTOR LE NYMPHE enlève son veston et le remet à MAGALIE.)


[MAGALIE:] Je vais finir par trouver

un moyen de te faire

changer d'avis.


[HECTOR LE NYMPHE:] Magalie!

(MAGALIE sort de la pièce en fermant la porte.)


[HECTOR LE NYMPHE:] Attends.

Bonté de lynx albinos!

(Un peu plus tard, nous retrouvons MAGALIE et LÉO dans un couloir du motel. LÉO marche encore tout croche.)


[LÉO:] Hic! Whoa! Hic!
[MAGALIE:] Fais attention, Léo!

Tu vas tout casser!


[LÉO:] Oublie pas, Magalie. Hic!

Tu m'as promis que tu

me montrerais ta tortue...hic!

Si je participais

à ta manifestation. Hic!

J'adore les tortues!

Elles me rappellent mon

temps...hic! En mer!


[MAGALIE:] Oui, oui, Léo.

Je vais te la montrer.

Là, j'ai essayé de la sortir

en la mettant dans un chapeau

mais ça a pas marché.

J'ai été obligée de la

laisser dans ma chambre.


[LÉO:] Ils sont où,

les autres? Hic!


[MAGALIE:] Anton a refusé

de m'appuyer. Charles m'a aidé

à préparer la banderole mais

il veut pas défier Hector ouvertement.


[LÉO:] Hic! Puis Kimi? Hic!
[MAGALIE:] Elle voulait absolument

pas manquer la réunion des fans

à St-Loin pour regarder

le dernier épisode de

<>!

Tiens!

(MAGALIE tend à LÉO une pancarte.)


[MAGALIE:] Donne-moi ça.

(LÉO lui donne la banderole que MAGALIE déplie. On peut y lire: « Les animaux sont nos amis ».)


[MAGALIE:] T'es prêt?

Faut, faut, faut,

faut des animaux!

Allez!

(MAGALIE entraîne LÉO avec elle en brandissant la pancarte et la banderole. Ils marchent en cercle dans le hall d’entrée.)


MAGALIE ET LÉO

Faut, faut, faut,

faut des animaux!

Faut, faut, faut,

faut des animaux!

Faut, faut, faut,

faut des animaux!

(ANTON LE VAMPIRE apparaît, lui aussi une pancarte dans les mains.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Protégez mon nez!

Empêchez les animaux d'entrer!


[MAGALIE ET LÉO:] Faut, faut, faut,

faut des animaux!


[ANTON LE VAMPIRE:] Moi aussi,

j'ai des droits! Atchou!

Cocoricoooo!

(LÉO encercle MAGALIE et ANTON avec la banderole sans le vouloir.)


[MAGALIE:] Ayoye, Léo!
[LÉO:] Excuse.
[MAGALIE:] Anton! Pourquoi tu

t'opposes à tous les animaux

quand il y a juste les poissons

qui ont des écailles?

Non, non!


[ANTON LE VAMPIRE:] T'es en train

d'oublier les reptiles et les amph...

Aaaatchou!

Cocorico!

Ah, je suis tanné!


[MAGALIE:] Les amphibiens!

(Un peu plus tard, dans le sous-sol. CHARLES LE ZOMBIE, son casque sur la tête, retrouve LÉO.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo!

Te cherchais!

Léo?

(LÉO est assis sur un sofa, immobile. Il semble être en transe.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo? !

(Soudain, la voix de LÉO résonne depuis une petite lampe de salon.)


[VOIX DE LÉO:] Ah excuse...hic!

Charles. Je me suis caché...hic!

Dans les circuits pour ne plus

participer...hic!

À la manifestation.

Comme...hic! Je viens d'arriver,

j'aimais mieux rester neutre. Hic!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Bonne idée!
[LÉO:] Pourquoi...hic! Tu me cherchais?
[CHARLES LE ZOMBIE:] Inventé nouvelle

thérapie Léo! Commencer!

(L’esprit de LÉO réintègre son corps.)


[LÉO:] Hic! J'ai hâte...hic!

D'être soulagé! Hic!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Thérapie ancrage!

(CHARLES LE ZOMBIE sort des ancres de bateau miniatures en métal.)


[LÉO:] Ah wow!

On dirait...hic! Des petites

ancres de navire! Hic!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui!

Symboles maritimes!

Pensait Léo aimé.


[LÉO:] Qu'est-ce (hoquet)

tu veux que (hoquet) je fasse

(hoquet) avec ça?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ancres plomb.

Stabiliser pieds.

(CHARLES LE ZOMBIE tente d’attacher les ancres de bateau aux pieds de LÉO mais LÉO ne cesse de bouger.)


[LÉO:] Hic! Hic! Hic!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Non, non, non!

Léo! Léo! Arrêter bouger!


[LÉO:] Excuse...hic! Mais

un vrai marin...hic!

Ça peut pas s'arrêter.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Léo plus marin.

Ancres ramener Léo sur terre.


[LÉO:] Tu veux dire...hic!

Que ça va me rattacher...hic!

À ma vie au motel?


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oui!

Ensuite, enlever ancre une à

une jusqu'à marche normale.


[LÉO:] Wow!

Personne...hic! S'est jamais

donné autant de mal...hic!

Pour moi. Merci...hic! Mon ami!

(CHARLES LE ZOMBIE attache un ancre à un pied de LÉO.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Autre pied.

(CHARLES LE ZOMBIE attache un autre ancre au pied de LÉO.)


[LÉO:] Hic!
[CHARLES LE ZOMBIE:] OK!

(LÉO se stabilise et semble collé au plancher.)


[LÉO:] Oh!

Ça fait bizarre...hic!

De marcher comme ça

pour un marin...hic!

Même à la retraite! Hic!


[CHARLES LE ZOMBIE:] Maintenant,

régler problème hoquet.

(Pendant ce temps, dans le hall d’entrée, nous retrouvons HECTOR assis dans un fauteuil, observant une petite tortue dans un bocal. MAGALIE arrive en courant.)


[MAGALIE:] Tamara!

Hector, t'as trouvé ma tortue?

Je l'avais laissée dans ma chambre

pendant la manifestation.

Elle a dû sortir.


[HECTOR LE NYMPHE:] C'est plutôt

elle qui m'a trouvé. À la réception.


[MAGALIE:] T'es pas fâché?
[HECTOR LE NYMPHE:] Parce que

je perds aux cartes?

Je suis pas mauvais perdant.


[MAGALIE:] Non, je veux dire,

contre moi. Tu m'en veux pas?


[HECTOR LE NYMPHE:] Pourquoi?
[MAGALIE:] À cause du règlement.

J'aurais dû te le dire

que j'avais gardé Tamara.


[HECTOR LE NYMPHE:] Moi aussi,

je dois admettre que j'ai pas été

tout à fait honnête avec toi.


[MAGALIE:] Qu'est-ce que tu veux dire?
[HECTOR LE NYMPHE:] Tu m'as pas laissé

le temps de te l'expliquer tantôt mais

j'ai eu, jadis, une grande et belle

amitié avec une tortue. En fait,

elle a été ma meilleure amie pendant

une couple de siècles. Jusqu'à ce que

la vieillesse l'emporte.


[MAGALIE:] Ça va, Hector?
[HECTOR LE NYMPHE:] Oui, ça va.

Il faut juste que tu comprennes.

Si j'ai créé le règlement

sur les animaux, c'est pour éviter

à tout le monde ce genre

de gros chagrin là.


[MAGALIE:] Mais Hector, si on a

des amis, on court toujours

le risque de les perdre.


[HECTOR LE NYMPHE:] Ouais.
[MAGALIE:] Je veux juste garder

Tamara le temps qu'elle soit

assez forte pour retourner dans

la forêt.


[HECTOR LE NYMPHE:] J'ai peut-être pensé

juste à moi quand j'ai proclamé

ce règlement-là. Il est peut-être

temps de le revoir.


[MAGALIE:] Ça veut dire que Tamara

peut rester, d'abord?


[HECTOR LE NYMPHE:] Elle peut rester...

mais juste si elle remet

l'as qu'elle a caché

dans sa carapace.

Envoye!


[MAGALIE:] Merci Hector!

T'as entendu, Tamara?

Ça veut dire que

tu vas pouvoir...


ANTON LE VAMPIRE (hors champ)

Aaaaaaahtchou!

Oh, Mamouchka, viens me délivrer

de ces affreuses allergies!

Oh la la! Oh!


[HECTOR LE NYMPHE:] Tu disais

justement que, dans toute amitié,

il y a un risque d'avoir

des gros chagrins.

Es-tu prête à perdre un ami

pour en aider une autre?


[MAGALIE:] Mais, c'est peut-être pas

aux écailles qu'il est allergique?


[HECTOR LE NYMPHE:] Le test est formel.

C'est aux écailles.


[MAGALIE:] Si je garde Tamara avec moi,

ça veut dire je vais nuire à Anton.

(De retour à CHARLES LE ZOMBIE, dans le sous-sol. Il met un bouchon sur un petit flacon.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oh! Prêt! Fini!

(LÉO arrive.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah, ah, Léo!

Remède hoquet.

(CHARLES LE ZOMBIE tend le flacon à LÉO.)


[LÉO:] Hic! Ah! Hic!

(LÉO prend le flacon et renifle l’odeur.)


[LÉO:] Ooh! Hic!

(LÉO boit le contenu du flacon.)


[LÉO:] Ça a marché!
[CHARLES LE ZOMBIE:] Yay!
[LÉO:] Oh attends!

(LÉO prend les ancres de bateau miniatures et les remet à CHARLES.)


[LÉO:] Tiens.
[CHARLES LE ZOMBIE:] Eille?

Oui! Marche déjà normal?


[LÉO:] J'aurais vraiment aimé ça,

garder tes breloques, Charles,

mais je pense plus

que j'en ai de besoin.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah!

Breloques pas efficaces.


[LÉO:] Au contraire!

Avec tes breloques, ça m'a fait

comprendre que mon problème

était plus dans ma

tête qu'à mes pieds.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Mais comment

bien marcher?


[LÉO:] En fait, je me suis rendu

compte que, d'un côté,

j'étais vraiment content de vous

avoir tous retrouvés au motel.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Ah! Mais...?
[LÉO:] Mais, de l'autre côté,

c'est vraiment difficile

d'oublier l'aventure

que j'ai vécue en mer!

Le grand air! Le ciel!

L'haleine des phoques!

Le voyage perpétuel!

J'ai compris que j'essayais

de garder les deux vies en me

comportant comme

un marin au Motel.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Oh!
[LÉO:] Mais, là, j'ai choisi puis

je me suis remis à marcher droit.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Content!

Rebienvenue sur terre!


[LÉO:] Ça m'a pris du temps,

puis de l'aide.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Charles aime aider.

(LÉO prend CHARLES dans ses bras.)


[LÉO:] Avec un ami comme toi,

je vais moins m'ennuyer de la mer.

(CHARLES LE ZOMBIE redonne les ancres miniatures à LÉO.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Tiens.

Garder breloques. Souvenir.


[LÉO:] Oui!

Maintenant, je veux que tu me

racontes tout ce que j'ai manqué

pendant que j'étais au loin.

Je veux me mettre à jour.


[CHARLES LE ZOMBIE:] OK, OK!

Premièrement, Anton

revenu de Roumanie.

Anton, le vampire de l'année...

(Quelques instants plus tard, nous retrouvons ANTON LE VAMPIRE et MAGALIE dans la cuisine.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou! Atchou!
[MAGALIE:] Inquiète-toi pas,

dans quelques minutes tes

éternuements vont arrêter.


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou!
[MAGALIE:] En tout cas, pour

un certain temps...


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou!

Vraiment? Cocorico!


[MAGALIE:] Oui. Puis, Charles

m'a juré qu'avec ce qu'il a développé,

ton cri de coq disparaîtrait aussi.


[ANTON LE VAMPIRE:] Est-ce que

tu es sûre que c'est le bon remède?

Je me méfie. Atchou!


[MAGALIE:] Sûre et certaine.

Il va falloir que tu en prennes

une dose à tous les jours,

tant que Tamara va

rester avec nous.


[ANTON LE VAMPIRE:] Atchou?
[MAGALIE:] Tiens.

À vaporiser dans ton nez.

(MAGALIE tend un vaporisateur à ANTON LE VAMPIRE.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Dans mon noble nez?
[MAGALIE:] Ton fabuleux nez.

Inodore et sans couleur.

(ANTON LE VAMPIRE se vaporise les narines.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Comme il fait bon

respirer à nouveau!


[MAGALIE:] Quand ma tortue

va être assez grande pour retourner

dans la forêt, bien tu vas

pouvoir arrêter la pompe.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah ha ha!
[MAGALIE:] Bon, bien, tu n'as plus

aucune raison de craindre Tamara

maintenant, Anton!

(MAGALIE prend sa petite tortue et invite ANTON LE VAMPIRE à la toucher.)


[ANTON LE VAMPIRE:] Euh, non...

C'est que...Je...Me...


[MAGALIE:] Allez!

Tu peux la flatter!


[ANTON LE VAMPIRE:] OK.

(ANTON LE VAMPIRE touche la tortue du bout du doigt en détournant le regard. La tortue émet un petit son.)


[MAGALIE:] Je pense qu'elle t'aime.
[ANTON LE VAMPIRE:] Oh bien elle a raison!

J'ai tellement de qualités! Mais,

je dois dire que ça me fait quand

même un petit velours. Hein, Tamara?


[MAGALIE:] Tu vois?

T'as pas éternué.


[ANTON LE VAMPIRE:] Le comte Anton Balog,

Roi de la patate est guéri!


[MAGALIE:] Ça, ça veut dire que je peux

garder ma tortue et mon ami!

Les deux, au Motel!


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah c'est la plus belle

journée de ta vie, hein?

Mon amitié, c'est un trésor, un

bonheur, voire même une extase.

Oui!


[MAGALIE:] T'entends, Tamara?

Tu fais maintenant

partie de la famille.


[ANTON LE VAMPIRE:] Ah oui!

Toi aussi, c'est la plus

belle journée de ta vie, hein?

Parce que le compte Anton Balog,

Roi de la patate est ton ami aussi!

Petite coquine! Tut, tut, tut!

Ah ha ha!


[MAGALIE:] Donne-lui un bisou!
[ANTON LE VAMPIRE:] Non! Non!

(Quelques heures plus tard, dans le hall d’entrée. MAGALIE et CHARLES LE ZOMBIE font du rangement au bureau de la réception.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Casier 18.
[MAGALIE:] Merci de m'avoir aidée,

Charles. Grâce à toi, je n'aurai plus

besoin de cacher Tamara. Puis, Anton

est toujours avec nous.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Où Anton?
[MAGALIE:] Il est allé appeler

Mamouchka pour lui annoncer

qu'il est guéri.


[CHARLES LE ZOMBIE:] Content!

Partager collation avec Tamara!

(CHARLES LE ZOMBIE sort un vers de terre de sa manche et le dépose dans le bocal de la tortue. Puis, il en sort un autre qu’il dévore lui-même. HECTOR apparaît, vêtu de son superbe veston.)


[HECTOR LE NYMPHE:] Bonjour, Tamara.

Et puis? J'ai l'air de quoi?


[MAGALIE:] Tu es magnifique!
[HECTOR LE NYMPHE:] Le costume est

règlementaire mais tu y as ajouté

un petit peu de fantaisie.


[MAGALIE:] Tu vois?

Des fois, les règlements,

ils gagnent à être assouplis.


[HECTOR LE NYMPHE:] Je vous quitte!

Je dois prendre la

première brise de l'aube.

Tourelou!

(HECTOR LE NYMPHE sort du motel.)


[CHARLES LE ZOMBIE:] Bye-bye, Hector.
[MAGALIE:] Amuse-toi bien!

(À travers la fenêtre, on peut voir HECTOR s’envoler.)


[MAGALIE ET CHARLES:] Wow!

(Générique de fermeture)

Épisodes de Motel Monstre

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par