Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Madeleine Meilleur : Une nomination déjà controversée

L’ancienne procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Madeleine Meilleur, devrait succéder à Graham Fraser. Elle deviendrait la septième commissaire aux langues officielles du Canada. Mais cette annonce, non confirmée, suscite déjà la controverse à Ottawa. Pour les artistes francophones à l’extérieur du Québec, l’arrivée du numérique crée de nouvelles opportunités auxquelles le gouvernement fédéral devrait lui aussi s’adapter pour les soutenir.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
#ONFR


Des extraits des reportages à venir défilent en rafale durant la présentation.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: Madeleine

Meilleur, nouvelle commissaire

aux langues officielles du

Canada, et la nouvelle réalité

des musiciens francophones

hors Québec.


BENJAMIN VACHET, animateur et reporter national, s'adresse au public de l'émission dans le studio de #Onfr.


BENJAMIN VACHET

Le premier ministre Justin Trudeau

aurait jeté son dévolu

sur Madeleine Meilleur pour

devenir la nouvelle commissaire

aux langues officielles du

Canada. L'ancienne procureure

générale, ancienne ministre

déléguée aux Affaires

francophones et députée libérale

de l'Ontario deviendrait la

septième commissaire aux langues

officielles du Canada. Elle

succéderait à Graham Fraser,

mais cette annonce suscite déjà

la controverse. J'en parle avec

mon collègue, le journaliste

Jean-François Morissette,

qui est avec nous en studio.

Bonsoir, Jean-François.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Bonsoir, Benjamin.


BENJAMIN VACHET

Controverse immédiate du côté

des partis de l'opposition

qui dénoncent cette nomination?


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Déjà mercredi, Thomas Mulcair,

le chef du NPD, s'en est pris

à Justin Trudeau pour dénoncer

la partisanerie derrière

le processus de nomination.

Dans les couloirs du Parlement,

Sylvie Boucher, la critique du

Parti conservateur en matière de

langues officielles, s'est dite

frustrée par le processus.

Normalement, ce que veut la

tradition, c'est que les partis

de l'opposition, au moins

les chefs, sont consultés

pour arriver à un nommé,

ce qui n'aurait pas été le cas

cette fois-ci. On dénonce aussi

la proximité entre Madeleine

Meilleur et le Parti libéral.

On peut l'écouter à cet effet.


SYLVIE BOUCHER, critique du PCC aux langues officielles témoigne dans les couloirs du parlement.


SYLVIE BOUCHER

C'est la première nomination

d'un haut fonctionnaire du

Parlement. Ce que je trouve

triste, c'est qu'on s'en va dans

la partisanerie. On demande

au gouvernement du Canada

de reculer vis-à-vis

cette nomination.


De retour en studio JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE, reporter, continue son commentaire.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Du côté des néo-démocrates,

François Choquette, le critique

du parti en matière de langues

officielles, ne remet pas

en doute les compétences

de Madeleine Meilleur, elle dit

qu'elle est très compétente

pour occuper ce poste-là.

Ce qu'il remet en doute,

c'est la transparence derrière

le processus de nomination.

Selon lui, on est très loin

du processus d'impartialité et,

surtout, de transparence que

Justin Trudeau avait promis.

On peut l'écouter.


FRANÇOIS CHOQUETTE, critique du NPD aux langues officielles commente à son tour la nomination.


[FRANÇOIS CHOQUETTE:]D'abord, il faut dire que

Madeleine Meilleur a été une

très grande protectrice des

langues officielles depuis

longtemps. Elle est allée

à la défense des communautés de

langues officielles en situation

minoritaire. La problématique

que nous avons présentement,

c'est que tout le processus

semble avoir été miné. Tout

le processus ne semble pas

avoir été respecté.


De nouveau, en studio Benjamin Vachet et JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE poursuivent leur conversation.


BENJAMIN VACHET

Qu'en est-il des francophones,

Jean-François, comment on a

accueilli cette nouvelle?


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Du côté de l'Assemblée de

la francophonie, l'AFO,

Carol Jolin, le président, a salué

la nomination, bien qu'il reste

prudent, car la nomination n'est

pas encore confirmée. C'est une

bonne nouvelle selon lui puisque

Madeleine Meilleur est une

Franco-Ontarienne. Elle connaît

bien les dossiers d'ici et de la

francophonie canadienne. Du côté

de la Fédération des communautés

francophones et acadiennes, la

FCFA, on s'est aussi dit heureux

de voir que Madeleine Meilleur

pourrait avoir ce poste. C'est

une bonne défenderesse des

droits de la francophonie selon

eux, malgré son passé libéral.


Pendant la conversation, des extraits vidéos mettant en valeur Madeleine Meilleur défilent.


BENJAMIN VACHET

Alors, tu l'as dit, justement,

c'est une nomination qui pour

l'instant n'est pas encore

confirmée, n'est-ce pas?


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Effectivement, c'est encore

une rumeur. C'est une rumeur qui

est très persistante, mais c'est

une rumeur quand même. Contactée

par #ONfr, Madeleine Meilleur

n'a pas confirmé la nouvelle,

même chose lorsqu'on a tenté de

rejoindre le bureau du premier

ministre. On n'a rien confirmé.

Ce que veut le processus ou les

prochaines étapes, si on veut,

avant une confirmation,

normalement, le Parti libéral

devrait consulter les autres

partis. Ensuite, une motion

devrait être mise pour,

justement, avancer la nomination.


BENJAMIN VACHET

On va garder l'oeil là-dessus.

Merci beaucoup, Jean-François.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Ça fait plaisir, Benjamin.


BENJAMIN VACHET

(S'adressant au public de l'émission)

Des artistes francophones de

la scène musicale à l'extérieur

du Québec étaient rassemblés

à Ottawa récemment pour la

neuvième édition du Gala Trille Or.

L'occasion de récompenser

ceux qui se sont distingués au

cours des deux dernières années.

#ONfr en a profité

pour rencontrer certains

d'entre eux et questionner

leur nouvelle réalité.


Différents extraits montrant des artistes en spectacles défilent.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Pas toujours facile de vivre

de son art quand on est un

artiste francophone en milieu

minoritaire. La plupart doivent

travailler à côté pour pouvoir

financer leur passion. C'est

notamment le cas du Fransaskois

Mario Lepage, membre

du groupe Ponteix.


MARIO LEPAGE, auteur-compositeur-interprète, membre du groupe Ponteix témoigne.


MARIO LEPAGE

C'est un grand défi d'être

capable de même ramener

de l'argent à la maison

après une tournée.


Un homme fouille dans les allées chez un disquaire. Ensuite on présente les différentes applications donnant accès à la musique en ligne.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Dans une industrie

en évolution, où l'arrivée

d'Internet a bouleversé

les habitudes, les musiciens

francophones doivent se

réinventer pour se faire voir

dans une marée d'informations.

Le virage numérique constitue

aussi de belles opportunités

pour les artistes francophones

en milieu minoritaire,

à condition de s'en servir.


DANIEL SAUVÉ, président de l'Association des professionnels de la chanson et de la musique témoigne dans une salle de spectacle vide.


DANIEL SAUVÉ

Je pense que, quelque part,

il va falloir se défaire

de la mentalité que la musique

francophone, c'est un style

de musique. Ce n'est pas

nécessairement en mettant du

Règlement 17 sur une playlist

avec Stef Paquette, Hey, Wow.

ce n'est pas nécessairement ça

qui va aller attirer un public.

À la limite, aller mettre

du Règlement 17 avec du

Evanescence, du Nine Inch Nails,

oui, là tu vas aller rejoindre

le public qui risque d'aimer

l'artiste francophone.


De nouveaux extraits montrant des artistes enregistrant dans des studios illustrent le propos.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Des choses pourraient aussi

être faites au niveau des

gouvernements. Les provinces,

via notamment les conseils des

arts, et le gouvernement fédéral

avec des programmes comme le

Fonds de la musique du Canada

soutiennent déjà la création

artistique. Mais certaines

modalités pourraient être revues

en 2017, notamment Musicaction

qui finance la production

d'albums.


DANIEL SAUVÉ poursuit son témoignage.


DANIEL SAUVÉ

On est plus nécessairement à:

on fait un album complet. On

peut faire une ou deux chansons

à la fois, c'est la consommation

à la pièce. Ce n'est peut-être

pas toujours fait de façon où

ça reflète cette réalité-là.

Je pense que le spectacle est

appelé à prendre beaucoup plus

de place qu'il en prend comme

c'est là, comme forme de revenus

pour les artistes. Ces formes de

financement là sont disponibles,

mais je pense qu'elles

pourraient prendre

plus d'espace aussi.


Un extrait d'un spectacle de MEDHI HAMDAD est présenté.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Dans le milieu depuis une

dizaine d'années, Mehdi Hamdad

dit réussir à vivre de son art.

Pour y parvenir, le

Franco-Ontarien reconnaît avoir

bénéficié des programmes d'aide

mis en place. Pour lui, certains

progrès pourraient être faits

afin de permettre de découvrir

de nouveaux talents.


MEDHI HAMDAD auteur-compositeur-interprète témoigne.


MEDHI HAMDAD

Moi, je suis issu d'un milieu

qui est très littéraire où c'est

facile, pour moi, d'écrire une

demande de subvention. Je pense

qu'il y a beaucoup de gens qui

n'ont pas accès, qui n'ont pas

ce privilège-là nécessairement

et qui n'auront pas la même

facilité à mettre en mots sur

papier ce qu'ils font et comment

ils vont faire, leur budget et

tout ça. Je pense que ce serait

effectivement très utile d'aller

jouer dans les paramètres

ou dans l'accompagnement des

artistes qui débutent, ou en

tout cas, à faire des demandes

de subventions pour aller

chercher toute une frange

de la population

qu'on ne retrouve pas.


Des extraits de spectacles extérieurs illustrent le propos.


BENJAMIN VACHET (Narrateur)

Aujourd'hui, beaucoup

d'artistes francophones

s'endettent. D'autres finissent

par se décourager. L'enjeu est

pourtant d'importance pour

les communautés francophones

en situation minoritaire,

car transmettre la langue

passe par l'éducation,

mais aussi par la culture.



BENJAMIN VACHET, animateur et reporter national, s'adresse au public de l'émission dans le studio de #Onfr.


BENJAMIN VACHET

Voilà ce qui complète cette

autre émission. Merci d'avoir

été avec nous.


Les adresses suivantes apparaissent : www.TFO.ORG/ONFR, Facebook tfoONfr et Twitter @ONfr_TFO


BENJAMIN VACHET

N'oubliez pas que

vous pouvez nous suivre tous les

jours sur notre site Internet

au tfo.org/onfr et également

sur nos médias sociaux.

Au nom de toute l'équipe,

bonne semaine. Au revoir.


Générique de fermeture

Épisodes de ONFR

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par