Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Site officielpour ONFR
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Vers un duel pour la présidence de la FCFA

Ils sont pour le moment deux en course pour le siège de président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA). La présidente sortante, Sylviane Lanthier, sera opposée au Franco-Albertain, Jean Johnson, lors de l’élection, le 10 juin. Le politologue de l’Université d’Ottawa Martin Normand analyse ce duel. À l’échelle provinciale, les coûts des loyers restent toujours un enjeu important à Toronto. Le journaliste #ONfr à Queen’s Park, Jean-François Morissette, a rencontré Ngalula Kalunda, du Centre francophone de Toronto.



Réalisateur: Michel Plaxton

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Titre :
#ONfr


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, animateur et reporter, présente les sujets qui seront abordés dans l'émission. Des images issues des reportages de l'émission se succèdent.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Aujourd'hui à #ONfr: élection

à la présidence de la Fédération

des communautés francophones et

acadiennes; crise du logement

à Toronto, les mesures annoncées

ont-elles un réel impact?


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER est en studio et s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La Fédération des communautés

francophones et acadiennes

du Canada tient le 10 juin des

élections à sa présidence. Deux

candidats se sont déjà déclarés.

La présidente sortante,

Sylviane Lanthier, sera opposée

au président de l'Association

canadienne-française

de l'Alberta, Jean Johnson.

D'autres candidats pourraient

s'ajouter. Benjamin Vachet

a rencontré le politologue

Martin Normand pour en parler.


On présente une entrevue de BENJAMIN VACHET, animateur et reporter national, accordée à MARTIN NORMAND, politologue à l'Université d'Ottawa.


BENJAMIN VACHET

Martin Normand, bonjour.


MARTIN NORMAND

Bonjour.


BENJAMIN VACHET

Le 10 juin prochain,

la FCFA tiendra

des élections à sa présidence.

En quoi est-ce important

pour la communauté francophone

en situation minoritaire?


MARTIN NORMAND

S'il y a des élections

à la FCFA, ça démontre à tout

le moins qu'il y a un intérêt

pour cet organisme-là, qu'il y a

une certaine santé démocratique,

qu'on pourrait qualifier ainsi,

au sein de la FCFA, qu'il y a

de l'intérêt pour son action,

sur sa présence publique. Donc,

c'est bienvenu de voir qu'il y a

des élections à la présidence

de la FCFA. Je ne sais pas si on

peut s'attendre à des surprises,

à tout le moins on sait

qu'il y aura deux candidats,

la présidente sortante, Sylviane

Lanthier, qui termine un premier

mandat de deux ans et un

candidat provenant de l'Alberta,

Jean Johnson.


Des images des deux candidats sont brièvement présentées.


MARTIN NORMAND

On a deux

candidats qui ont des profils

intéressants, qui ont aussi

des feuilles de route très

intéressantes. Donc, ça pourrait

annoncer à tout le moins une

assemblée générale intéressante

où les deux pourront

se prononcer

sur leur vision de la FCFA.


BENJAMIN VACHET

Est-ce qu'il faut voir le fait

que Jean Johnson se présente

contre elle comme un désaveu

par rapport à sa présidence?


MARTIN NORMAND

Je ne pense pas qu'on puisse

voir ça comme un désaveu

nécessairement. C'est une

présidence qui a certainement

été marquée par une

transformation dans le contexte

gouvernemental. La FCFA traite

surtout avec le gouvernement

fédéral et se retrouve donc

devant un nouveau gouvernement

fédéral à ce niveau-là. La FCFA

a souvent été invitée dans

des consultations organisées

par le gouvernement fédéral,

donc a eu à réagir à l'agenda

gouvernemental très souvent.

C'est peut-être justement là

où on peut se questionner sur le

bilan des deux dernières années.

C'est peut-être moins la FCFA

qui impose son agenda au

gouvernement que le gouvernement

fédéral en ce moment qui impose

son agenda aux communautés. Mme

Lanthier qui complète son mandat

de deux n'aura peut-être

pas eu le temps de laisser

sa marque autant qu'elle le

voudrait sur le FCFA. Peut-être

qu'un autre mandat de deux

ans lui permettrait de faire

les changements qu'elle voudrait

faire. Dans le cas

de Jean Johnson, peut-être qu'on

sent qu'il voudrait que ces

changements se fassent peut-être

plus rapidement. C'est quelqu'un

qui a un profil intéressant,

qui est impliqué depuis très

longtemps dans la communauté

francophone en Alberta.

Il a un profil national

aussi intéressant.

Bien connu à travers le pays.


BENJAMIN VACHET

Est-ce qu'il faut s'étonner

que ces deux candidats, même

s'il peut s'en rajouter, sont

de l'Ouest et qu'on n'ait aucun,

pour l'instant, candidat de

l'Ontario ou de l'Est canadien?

Est-ce que c'est un désintérêt?

Comment il faut l'interpréter?


MARTIN NORMAND

C'est un constant intéressant,

d'autant plus

que la prédécesseure de Sylviane

Lanthier était aussi de l'Ouest.

Ça fait un bon bout de temps que

ce ne sont pas des représentants

de l'Ontario ou des provinces

atlantiques qui sont à la tête

de la FCFA. Est-ce que

c'est parce que dans certaines

provinces il y a eu beaucoup

de transformations dans

les organismes de gouvernance?

C'était le cas en Ontario, aussi

en Acadie du Nouveau-Brunswick.

De toute façon, l'Ouest a aussi

des problématiques particulières

à l'égard des langues

officielles. C'est peut-être

un signe d'un certain renouveau,

d'un regain d'intérêt pour les

langues officielles dans l'Ouest

que de voir que les membres

issus de leurs associations

soient intéressés à diriger

cet organisme national.


BENJAMIN VACHET

Martin Normand,

merci beaucoup.


MARTIN NORMAND

Merci beaucoup.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER est en studio et s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le Centre francophone

de Toronto en charge d'aider

à l'intégration des nouveaux

arrivants doit composer avec la

pénurie de logements abordables

qui sévit actuellement

à Toronto. Cette semaine, le

gouvernement a adopté une série

de mesures pour affronter

la crise. Toutefois, ces actions

sont loin de convaincre

les intervenants du milieu.

Entrevue de Jean-François

Morrissette à ce sujet.


On présente une entrevue de JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE, reporter à Queen's Park, accordée à NGALULA KALUNDA, directrice des services d'intégration au Centre francophone de Toronto.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Mme Kalunda, merci d'avoir

accepté notre invitation.


NGALULA KALUNDA

Ça me fait plaisir.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

À votre avis, comment

se porte le marché locatif?


NGALULA KALUNDA

C'est vraiment de plus en plus

difficile parce qu'avant

on avait quand même des contacts

avec certains propriétaires.

Les propriétaires ont vendu, le

management a changé. Donc, les

contacts qu'on avait n'existent

plus et la réalité, c'est

qu'on ne peut plus non plus

offrir une garantie de logements

abordables. On avait beaucoup ce

terme-là il y a quatre ans, mais

il n'y a plus... Ce n'est plus

abordable, les logements.

Il faut faire quand même

une conscientisation

avec nos nouveaux arrivants.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Quels sont les principaux

commentaires que vous recevez,

en fait, des nouveaux arrivants

qui arrivent à Toronto?


NGALULA KALUNDA

Premier commentaire:

c'est vraiment trop cher.

C'est vraiment trop cher.

Deuxième commentaire: est-ce que

je vais être capable de manger

même si j'ai un appartement?

Deuxième commentaire, c'est:

je m'attendais à un logement

beaucoup plus beau,

beaucoup plus grand. Souvent,

la question, c'est: habiter

dans un sous-sol? Ce n'est pas

une conception que les nouveaux

arrivants ont fréquemment.

En Afrique ou en Haïti, habiter

sous la terre, c'est quelque

chose que... Donc, on doit

faire un petit peu d'éducation

que c'est OK, que c'est normal.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Il y a des mesures

qui ont été récemment annoncées

par le gouvernement pour aider

un peu le marché. Est-ce qu'à

votre avis ça va aider?


NGALULA KALUNDA

Bon, c'est toujours bien

qu'il y ait des annonces et bien

qu'il va commencer à y avoir un

certain contrôle. Mais comme la

question est: pour les nouveaux

arrivants, est-ce que c'est

difficile? Comme c'est déjà là,

oui, c'est difficile. Ça va,

je ne crois pas, améliorer la

situation. J'espère bien qu'il y

aura plusieurs immeubles pour

la location. C'est notre besoin,

c'est le besoin des nouveaux

arrivants. Est-ce que ça va

régler la situation? C'est...

On verra dans l'avenir,

mais je ne suis pas trop sûre.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

À votre avis,

quelles sont les solutions

justement à ce problème?

C'est la question difficile.


NGALULA KALUNDA

Oui!


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Est-ce qu'il y a une solution?

Est-ce que le coût

de l'immobilier, le coût des

logements locatifs va réduire?


NGALULA KALUNDA

À mon avis, je ne pense pas

que les prix vont chuter

parce que le propriétaire ou la

personne qui achète l'immeuble

ou la maison à un prix

très élevé veut que ses loyers

ou ses chambres rentabilisent

leur achat. Donc, c'est sûr

qu'avec les nouvelles lois

qui ont passé, l'augmentation

va être contrôlée d'un certain

pourcentage. Mais le loyer, les

loyers sont déjà hauts. Alors,

c'est ça la difficulté. Je ne

crois pas que ça va baisser.

Au moins, il y aura un contrôle

dans l'avenir de l'augmentation

des loyers.


JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE

Mme Kalunda, merci d'avoir

répondu à nos questions.


NGALULA KALUNDA

Ça m'a fait plaisir.


Des images d'un article publié sur le site internet de l'émission sont présentées.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Le gouvernement libéral

a confirmé cette semaine la

nomination de Madeleine Meilleur

à titre de nouvelle commissaire

aux langues officielles

du Canada. Elle succède à Graham

Fraser pour un mandat de sept

ans. Notre article sur le sujet

a fait énormément réagir.

Jusqu'à l'an dernier, elle était

ministre déléguée aux Affaires

francophones en Ontario, en plus

d'être procureure générale.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER est en studio et s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Madeleine Meilleur a comparu

aujourd'hui devant le Comité

des langues officielles. Elle a

essuyé un tir groupé de la part

des partis de l'opposition.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair,

a qualifié d'erreur

cette nomination qu'il juge même

partisane. Les conservateurs,

eux, affirment que les dons

politiques de Madeleine Meilleur

au Parti libéral fédéral

pourraient ne pas être étrangers

à sa nomination. Pour toute

l'actualité de la francophonie

ontarienne et canadienne, je

vous invite à visiter notre site

Web et nos réseaux sociaux.


L'adresse Facebook suivante apparaît: «tfoONfr».


L'adresse Twitter suivante apparaît: «@ONfr_TFO».


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Sinon, on se retrouve la semaine

prochaine pour une autre édition

d'#ONfr. à très bientôt!


Générique de fermeture


Épisodes de ONFR

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par