Image univers ONFR Image univers ONFR

ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Parle-t-on encore français au Vietnam?

Bien que l’héritage français soit encore présent au Vietnam, l’usage de la langue lui, se fait de plus en plus rare. Le journaliste Étienne Fortin-Gauthier parcourt le pays à la recherche de francophones et tente de comprendre pourquoi la langue de Molière n’y est plus ce qu’elle était.



Réalisateurs: Etienne Fortin-Gauthier, Andréanne Baribeau
Année de production: 2019

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

ETIENNE FORTIN-GAUTHIER, l'animateur de la série, se promène dans les rues du Vietnam.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le Vietnam est bien souvent

présenté comme le joyau de

la francophonie en Asie. Mais si

la France a bel et bien laissé

sa marque, la langue française,

elle, a à peu près disparu.


Générique d'ouverture


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Depuis trois semaines,

j'ai arpenté le pays du sud vers

le nord et j'ai croisé à peu

près aucune trace du français.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER arpente les rues d'un marché. Des mobylettes circulent dans des rues étroites et des marchands sont installés dans des kiosques de fruits et légumes.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

On m'a dit que j'aurais

peut-être un peu plus de chance

de rencontrer des Vietnamiens

qui parlent français en venant

au marché. Il y a notamment,

semble-t-il, des aînés qui

maîtrisent encore la langue.

On va voir si c'est le cas.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER s'approche de dames qui sont assises à leur kiosque.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Xin chào. Bonjour. Est-ce

que vous parlez français?

Français? Non.

Bonjour. Est-ce que

vous parlez français? Non?


La femme secoue la tête de gauche à droite.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

OK.

Thank you!


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER s'approche dune autre vendeuse.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Français? Non? Français? OK.

(S'adressant à une restauratrice)

French? Français? Non. Non,

français. OK.

(S'adressant à une marchande)

Est-ce que vous

parlez français? Français?

Français?

French? Thank you.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Pas plus de chance ici. Et c'est

ça qui est surprenant, c'est

que selon des organismes comme

l'Observatoire démographique

et statistique de l'espace

francophone, il y aurait

675 000 Vietnamiens

qui maîtrisent le français.

Mais en coulisse, lorsqu'on

parle avec des acteurs

de la francophonie d'ici,

on nous dit que le chiffre

de locuteurs réguliers

tournerait davantage autour

de 5000 ou 6000 personnes.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER visite les bureaux de l'Organisation internationale de la francophonie.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Pour avoir un portrait

plus précis, je vais prendre

le thé avec la grande manitou

de la francophonie au Vietnam.

Tran Thi Mai Yen est directrice

pour la région Asie-Pacifique

de l'Organisation internationale

de la francophonie.

Ses bureaux sont dans le fin

fond d'un campus universitaire

d'Hô-Chi-Minh, l'ancien Saïgon.

Sur le campus, ma présence passe

pas tout à fait inaperçue.


Des étudiantes saluent de la main.


ETUDIANTE

I love you!


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER s'assoit à une table avec TRAN THI MAI YEN.


TRAN THI MAI YEN

Maintenant, dans la rue,

il y a très peu de francophones.

Par exemple, je sais

qu'à Dalat, dans les montagnes,

il y a des francophones,

des vieux francophones qui...


Des images montrent une forêt vietnamienne.


TRAN THI MAI YEN

C'est ce qu'on m'a dit.

Moi, je les ai pas rencontrés.

On a des difficultés, c'est sûr.

Difficultés pour maintenir

le français comme langue forte.

Ce n'est pas le premier besoin

des jeunes, des familles.

Mais il faut que ça existe

parce qu'il y a, quand même,

je dirais, des branches

économiques où le français

est indispensable.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER est dans les rues du Vietnam.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

On a parfois l'impression

que le français est maintenu

en vie un peu artificiellement

au Vietnam. Le gouvernement

continue de publier

ses communiqués en français.

La radio d'État a aussi

une programmation francophone

et il y a

Le courrier

du Vietnam qui est publié

chaque semaine dans le pays.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER visite les bureaux du Courrier du Vietnam.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Duong Dang y travaille

et présente un bulletin

hebdomadaire d'actualités

à la télévision. Il m'invite

à aller prendre un café

dans une ancienne résidence

française.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER est sur une mobylette avec DUONG DANG.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Sur le chemin, on

croise d'ailleurs certains lieux

marquants de l'époque coloniale.


Devant une résidence française au Vietnam, DUONG DANG témoigne.


DUONG DANG

Le français est la

troisième langue étrangère

la plus apprise au Vietnam.

Je pense que c'est

à cause de touristes.

Il y a beaucoup de touristes

chinois qui viennent au Vietnam.

Donc, le besoin, les jeunes

ont besoin d'apprendre le

chinois plutôt que le français.

Parce que le nombre de

touristes chinois est plus

important que le nombre de

touristes français au Vietnam.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER est dans un café avec DUONG DANG.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Il reste qu'il y a encore

quelques jeunes qui veulent

travailler dans le milieu

du tourisme qui décident

de se tourner vers le français.

En fait, pendant mon séjour,

j'ai seulement entendu

le français dans la rue

grâce à ces quelques

intervenants touristiques

comme Lisa Linh, par exemple.


Dans une agence de voyages, LISA LINH témoigne.


LISA LINH

Mes parents, ils m'ont envoyée

m'inscrire pour le cours

bilingue dès l'école primaire.

Mes parents ont pensé que si

je peux « appeler » le français

tout d'abord, après je peux

apprendre l'anglais plus facile.

Maintenant, je peux parler

vietnamien, français, anglais et

ça m'aide beaucoup pour trouver

un emploi dans le tourisme.

Mon CV est plus particulier

parce que seulement moi,

je parle français.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER est attablé dans un restaurant, sur la terrasse.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

Si la langue française a

plutôt disparu du Vietnam au

cours des dernières décennies,

il reste qu'elle a eu

une influence gigantesque

sur le développement

de la langue vietnamienne.

Il y a plein de mots vietnamiens

qui se sont inspirés

du français. Parfois

ils ont été un peu modifiés,

mais on les retrouve

dans la vie quotidienne.

C'est assez fascinant.

Par exemple, les mots

« ang-t'en » ou « búp bê ». Il y

a également tout le vocabulaire

culinaire. Qu'on pense

à « ga tô », « pho mát »,

« sôt sô-cô-la » ou « cà phê ».

Même le fameux Banh mi,

ce sandwich vietnamien servi

dans une baguette, a un nom qui

tire ses origines du français.

Le nom « Banh mi » est en

fait un dérivé de « pain

de mie », tout simplement.


Toujours au restaurant, ETIENNE FORTIN-GAUTHIER mange un banh mi.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

C'est bon.


Des images de différents bâtiments de la ville sont présentées.


ETIENNE FORTIN-GAUTHIER

L'héritage français par

l'architecture également. C'est

bien visible un peu partout dans

le pays. Mais la grande question

est: quel est l'avenir du

français ici? Les ambassades

du Canada et de la France

travaillent très fort

pour tenter de stimuler

un intérêt. Faudra voir

si le pari sera gagné

au cours des prochaines années.


Générique de fermeture

Épisodes de ONFR

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par