ONFR

Restez à l'affût des dossiers chauds à Queen's Park et dans la francophonie ontarienne et canadienne.

Partager
Image univers ONFR Image univers ONFR

Vidéo transcription

L'université en français séduit en Roumanie

Le français n’est pas une langue officielle en Roumanie, mais plusieurs choisissent quand même de faire leurs études universitaires dans la langue de Molière. Et en Roumanie, ce n’est pas compliqué. La plupart des universités proposent des programmes d’étude entiers en français et ce, dans presque toutes les disciplines. Comment expliquer la popularité de l’universitaire francophone dans ce pays de l’Europe de l’Est? Le journaliste Étienne Fortin-Gauthier s’est intéressé à la question.



Réalisateurs: Etienne Fortin-Gauthier, Andréanne Baribeau
Année de production: 2019

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Dans la petite cour devant un immeuble, un homme joue de l'accordéon.


Des images de Bucarest se succèdent.


Dans une rue de Bucarest, ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER, ayant pour adresse Twitter «@EtienneFG», s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

La Roumanie a toujours aimé

d'amour le français et ici,

c'est pas seulement des belles

paroles: on peut faire toutes

ses études universitaires

dans la langue de Molière

autant en journalisme

qu'en droit ou en médecine.


Titre :
ONFR+, Nomade


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

On se trouve à l'Université

de Bucarest. L'auteur belge

Jean Marc Turine prend

la parole devant un groupe

d'universitaires roumains.

En marge de l'événement,

j'en rencontre quelques-uns,

tous étudient en français.


Dans une petite bibliothèque, ROBERTA BUCURA, étudiante en traduction, est interviewée devant d'autres étudiants.


ROBERTA BUCURA

Je pense que les Canadiens

doivent savoir que les

Roumains aiment le français,

beaucoup, et on aime tout

ce qui est français.

Et la France a eu une influence

très importante chez nous

et le français aussi.


Un livre intitulé «La francophonie roumaine: passé, présent, avenir» est présenté.


Devant les autres étudiants, ANA FIGHER, étudiante en philologie russe/français, est interviewée.


ANA FIGHER

Je pense que je pourrais

utiliser mon français

pendant toute la vie.

Je veux aller à l'étranger

et peut-être étudier en France.


Des bandes dessinées des «Aventures de Tintin» en roumain sont présentées.


Devant les autres étudiants, OANA-MIRUNA MACHITA, étudiante en linguistique, est interviewée.


OANA-MIRUNA MACHITA

Le français, c'est ma

passion. J'enseigne aussi à

l'Institut français de Bucarest.

J'utilise le français

pour l'enseigner.


Dans une rue de Bucarest, ÉTIENNE s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Le français est pas une langue

maternelle en Roumanie. C'est

pas non plus une langue qui est

officielle dans le pays,

mais il reste qu'encore

aujourd'hui, 10% des Roumains

maîtrisent la langue française.

Ça, ça veut dire deux millions

de personnes et c'est, entre

autres, parce qu'on a développé

ici un réseau d'universités

qui offrent des programmes

dans à peu près toutes

les disciplines en français.


Devant une murale du centenaire de la Roumanie, SONIA BERBINSKI, professeure et responsable du centre de réussite universitaire francophone, est interviewée.


SONIA BERBINSKI

On intègre le français

dans toutes les facultés,

dans toutes les universités

et dans tout le pays

pour les Roumains qui veulent

travailler en français et

aussi pour les étrangers

qui savent parler le français

et non pas le roumain.


Dans une petite bibliothèque universitaire, SONIA anime une conférence avec un auteur francophone devant des étudiants.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER (Narrateur)

Sonia Berbinski gère le Centre

de réussite universitaire

francophone de Bucarest.

On y accueille des auteurs,

des artistes, notamment

pour permettre aux Roumains

de comprendre que le

français est une langue

mondiale et bien vivante.


SONIA BERBINSKI

Lorsque les

Roumains commencent à apprendre

le français, au début,

ils disent: «Oui, oui,

on va à Paris, Paris,

ville de l'amour», etc.

Mais après, ils se rendent

compte que le français, qui est

parlé sur tous les continents,

devient une langue de travail

aussi. Et ils voient dans

le français un espoir de vie.


Dans une classe universitaire, ÉTIENNE s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Au total, il y a

109 programmes universitaires

en français en Roumanie et

ils sont pas tous concentrés

à Bucarest, la capitale.

Il y en a dans 16 villes

un peu partout dans le pays.

L'Agence universitaire

de la francophonie, qui a été

créée à Montréal, a participé

à cette explosion de

l'universitaire francophone.


Dans un bureau, MOHAMED KETATA, directeur régional, Europe centrale et orientale, de l'Agence universitaire de la Francophonie, est interviewé.


MOHAMED KETATA

La Roumanie, je dirais

même, c'est le troisième pays

de l'Agence universitaire

de la francophonie,

puisque, après la France et

ses 175 établissements membres,

on retrouve l'Algérie avec 55

et la Roumanie, nous avons

plus de 45 universités

membres aujourd'hui.


Descendant les escaliers extérieurs d'un immeuble, ÉTIENNE s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Mais le secret de

l'universitaire francophone

en Roumanie est pas compliqué.

C'est qu'il y a un besoin de

main-d'oeuvre dans le pays qui

parle français. À la fin de leur

formation, ces étudiants vont

pouvoir facilement décrocher un

emploi grâce à leur connaissance

de la langue française.


Dans son bureau, MOHAMED est interviewé à nouveau.


MOHAMED KETATA

Nous comptons, je dirais,

quelques milliers d'entreprises

francophones. Plus de 15% du PIB

roumain vient justement par

ces entreprises francophones.


Devant la murale du centenaire, SONIA est interviewée à nouveau.


SONIA BERBINSKI

Avant, la Roumanie, c'était

un pays francophone. En fait,

l'anglais a pris le dessus au

français, mais l'anglais devient

insuffisant actuellement.

Raison pour laquelle toutes

les entreprises demandent

de connaître l'anglais, c'est

comme la langue maternelle,

mais de connaître

le français ou, au moins,

une autre langue étrangère.


S'éloignant d'un grand bâtiment, ÉTIENNE s'adresse au public de l'émission.


ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER

Évidemment, comme partout

ailleurs, l'anglais gagne

du terrain, même dans le milieu

universitaire. Mais il reste

qu'en Roumanie, les études

universitaires francophones

demeurent encore bien

plus populaires que

celles en espagnol,

en allemand ou en italien.


Des images de la Roumanie se succèdent.


Texte informatif :
Prochain épisode: la Belgique


Générique de fermeture

Épisodes de ONFR

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par