ONFR +

ONFR+ est la franchise dédiée à la francophonie ontarienne. Avec des contenus actualité, société et culture, ONFR+ raconte les histoires de l'Ontario français. Que ce soit pour mieux comprendre les décisions politiques, pour décortiquer un phénomène social ou encore pour faire valoir les talents d'un artiste d'ici, ONFR+ est l'endroit idéal pour mieux connaître et vivre sa francophonie.

Partager
Image univers ONFR + Image univers ONFR +

Vidéo transcription

ÉPISODE 1 - 2020, un été pas comme les autres pour les artistes

Été 2020.
Le directeur de la photographie Karim Hussain lance un film en pleine pandémie. Pour la première fois, ça se fait dans un ciné-parc de la région de Toronto. Le nouveau normal?
Du côté de Sudbury, Marie-Pierre Proulx, directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario tente de trouver les mots pour annoncer au grand public une saison théâtrale très incertaine…
Ils essaient, chacun à leur façon, de voir le bon côté de cette épreuve.



Réalisateur: Joanne Belluco
Année de production: 2020

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Titre :
ONFR+ présente Stuck.


Texte narratif :
Juillet 2020


Sur un grand terrain à Oakville, en Ontario, au «5 Drive-in Theatre», un immense écran de projection est installé et des places de stationnement sont délimitées au sol. Une équipe est en train d'installer une caméra et des micros. De la musique forte joue. KARIM HUSSAIN, le directeur de la photographie du film projeté: «Random Acts of Violence», arrive et salue l'équipe.


KARIM HUSSAIN

La projection est dans

2 heures.


FEMME

Oui, je sais. Ce qui fait

chier, c'est la musique.


KARIM HUSSAIN

Bien oui, c'est ça.

C'est chiant.


Des gens commencent à arriver pour la projection.


KARIM HUSSAIN (Narrateur)

Alors, ce qu'on fait là,

c'est la première locale

de «Random Acts of Violence».

Jay Baruchel, le réalisateur,

et le comédien principal,

il est ici pour faire

la présentation du film.

Ça, c'est vraiment génial.


Avant la projection, JAY BARUCHEL, le réalisateur et le comédien principal du film, s'adresse au public, parlant dans un micro, perché sur le toit d'une camionnette. Il est filmé et les images sont diffusées sur l'écran de projection.


JAY BARUCHEL

(Propos traduits de l'anglais)

Merci à tous d'être venus.

Le film est un peu violent,

alors préparez-vous.


KARIM HUSSAIN s'exprime au sujet du film près d'une voiture.


KARIM HUSSAIN

Il y a énormément de séquences

dans ce film où des gens meurent

dans des autos. Alors, je crois

que c'est un film très approprié

pour le [mot_etranger=EN]drive-in[/mot_etranger]. Le [mot_etranger=EN]drive-in[/mot_etranger]

et le cinéma de genre, c'est

comme le beurre d'arachide

et la confiture, quoi.

Je n'ai jamais vu un de mes

films dans un [mot_etranger=EN]drive-in[/mot_etranger].

Alors, là, du coup, ça va

être le régal complet.


À un autre moment, KARIM HUSSAIN discute avec JAY BARUCHEL.


KARIM HUSSAIN

(Propos traduits de l'anglais)

C'est un film parfait pour

le [mot_etranger=EN]drive-in[/mot_etranger].

KARIM HUSSAIN et JAY BARUCHEL prennent la pose pour des photos.


KARIM HUSSAIN continue à s'exprimer près d'une voiture.


KARIM HUSSAIN

C'est sûr qu'ils commencent

tranquillement à rouvrir

les salles de cinéma, mais avec

des places limitées, où tu peux

favoriser la distanciation.

Il faut porter un masque

à l'intérieur et tout ça.

Sincèrement, ça me manque pas

trop et je crois que les

habitudes des gens ont changé.

Ils ont compris qu'il y a un

niveau film qui sort, je le loue

sur iTunes par exemple. C'est

la nouvelle norme, et je crois

qu'il y a certaines salles

qui vont survivre prochainement,

vers la fin de la pandémie. Mais

je crois que ça va être surtout

des cinémas art et essai qui vont

survivre. Je crois que les gens

qui devraient avoir vraiment

peur, c'est vraiment les grosses

chaînes et les gros films

avec leur budget vraiment

surdimensionné, qui se fient

sur des revenus de salles.

Ça, ça va changer un peu.

Les seules choses positives,

c'est qu'il y aura plus

de films indépendants.

Déjà, tous les films qui sont

aux numéros du box-office

de ces jours, c'est des films

d'horreur indépendants

qui jouent dans des [mot_etranger=EN]drive-in[/mot_etranger].

Et jamais de la vie, ces petits

films d'horreur auront fait ce

type de revenus en temps normal.

S'il faut chercher des aspects

disons optimistes de cette

pandémie, c'est qu'il y aura

peut-être un peu plus de voix

et un peu plus d'attention sur

le cinéma indépendant et surtout

le cinéma indépendant de genre.


KARIM HUSSAIN pose pour une photo.


FEMME

Merci!


KARIM HUSSAIN

C'est bon?


KARIM HUSSAIN rit et remet son masque.


Texte narratif :
Août 2020


À Sudbury, au Théâtre du Nouvel-Ontario, la directrice artistique, MARIE-PIERRE PROULX, travaille sur un ordinateur.


MARIE-PIERRE PROULX

(Lisant)

«J'ai débuté 1001 versions

de ce mot en essayant de vous

convaincre avec assurance que

le TNO est fin prêt pour

la rentrée culturelle.

J'ai même essayé d'être drôle

en intégrant un paquet de

jeux de mots douteux autour

du concept de distance et

de distanciation, comme

pour alléger l'atmosphère,

parce que [langue étrangère=EN]the show must go on[/langue_etrangere].

Pas vrai? Mais j'ai effacé

les mots, les phrases, parce que

j'ai envie de vous parler

pour vrai, sans gants blancs.»


Une valise est présentée, avec inscrit: «Lâche pas la patate...» d'un côté et: «Un casse-croûte ambulant pour l'âme» de l'autre.


MARIE-PIERRE PROULX s'exprime en entrevue dans une salle du théâtre.


MARIE-PIERRE PROULX

On est comme en constante

réévaluation de ce qu'on fait

et pourquoi on le fait.

Et ultimement, bien, c'est

de revenir au mandat. C'est

de revenir au mandat du TNO.

Notre mandat, c'est de faire

avancer le développement de la

dramaturgie franco-ontarienne,

la création théâtrale

en Ontario français.


Une réunion a lieu dans une salle du théâtre avec des bureaux installés à distance les uns des autres.


MARIE-PIERRE PROULX poursuit son témoignage.


MARIE-PIERRE PROULX

Comment est-ce qu'on peut

continuer d'avancer dans la

création quand même et garder le

contact avec le public? Trouver

des façons d'offrir quelque

chose à la communauté de Sudbury

qui aura probablement envie

de sortir un peu de leur petite

bulle pour vivre des expériences

artistiques dans la mesure

où ça respecte les normes

de distanciation et tout ça.


Une équipe installe un spectacle du «Casse-croûte» à l'extérieur.


MARIE-PIERRE PROULX poursuit son témoignage.


MARIE-PIERRE PROULX

C'est drôle parce que dans

ce tournage-là, je me rends

compte que je vais peut-être

vous annoncer des choses et

la capsule d'après, vous dire:

«Bien, finalement, ça, ça a pas

eu lieu parce que, tu sais, le

contexte a changé et finalement,

on a pas été en mesure de

le faire de façon sécuritaire.»

Fait que je fais un petit

avertissement moi-même.


Texte narratif :
À suivre...


Générique de fermeture

Épisodes de ONFR +

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Documentaire

Résultats filtrés par