Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Un cadeau empoisonné

Maude reçoit un vrai cadeau empoisonné de la part de Damien. Comment le refuser? Sami doit raisonner Nadya, qui s’est trop maquillée, avant que Fatima la voie!



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d’ouverture


Titre :
Subito texto


MAUDE et STÉPHANIE sont à la maison et discutent avant le départ pour l’école.


STÉPHANIE

On est quel jour,

aujourd’hui?


MAUDE

Bien... jour 3.

J’ai français, maths, anglais...


STÉPHANIE

Non, non.

C’est pas ça, cherche encore.


MAUDE

C’est pas la fête des Mères.

C’est pas la fête d’Audrey...


STÉPHANIE tend un sac à MAUDE.


MAUDE

Ah! C’est le jour

des poubelles.


STÉPHANIE

Hum! Va le porter au chemin,

s’il te plaît.


MAUDE

(Soupirant)

Pourquoi c’est toujours à moi

de faire ça? C’est pas juste.


STÉPHANIE

Je veux bien qu’on en reparle,

mais là, on n’a pas le temps.


Le téléphone sonne. STÉPHANIE répond.


STÉPHANIE

Allo, Damien!

Non, non, ça va.

Tu déranges pas.

Quoi?

Tu veux savoir si Maude

a aimé sa surprise?

Quelle surprise?


Pendant ce temps, NADYA est à la maison avec sa mère FATIMA. NADYA lit une revue.


FATIMA

Didi, je crois pas que c’est

le temps de lire, hein.

C’est bientôt l’heure

d’aller à l’école.

Tu as tout mis dans ton sac?

Tu t’es brossé les dents?


NADYA

Oui, maman. T’as pas besoin

de vérifier tout ça.


FATIMA

Je sais. Tu es une grande

fille responsable, je sais.


SAMI vient les rejoindre.


SAMI

Qu’est-ce que tu lis,

ma grande fille responsable?

Une belle revue

sur nos amis les animaux?


NADYA

Laisse-moi tranquille,

c’est un article pour l’école.


SAMI

Attends, t’apportes ça

à l’école?

Si tu veux faire rire de toi,

c’est un très bon moyen.


NADYA

J’ai bien le droit de lire

ce que je veux, hein?


SAMI

Hum! Tu n’es plus

à la garderie, Nadya;

t’es rendue

au secondaire maintenant.

Des petits bébés lapins,

c’est méga bébé!

Veux-tu un biberon avec ça?


NADYA

Tu te crois drôle?


SAMI

Des petits bébés lapins,

c’est tellement

cute!


NADYA

C’est pas si cute que ça.

Tu sauras que--


SAMI prend la revue de NADYA.


SAMI

Pas si cute que ça?

Il y a rien de plus

cute au monde

qu’un petit bébé lapin

tout cute!


NADYA

T’aimes dire

le mot "cute", hein?


SAMI

Mets-en!

Cute, cute, cute!


NADYA

OK, donne-moi mon article.

(Insistant)

Donne-moi ma revue!


SAMI

OK, OK! Fâche-toi pas.


NADYA

Merci.


FATIMA

Bon, qu’est-ce qui se passe,

les enfants?


NADYA

Rien.


FATIMA

Bon, ça suffit!

Vous allez être en retard.

Arrêtez de vous chicaner!


FATIMA leur parle en arabe.


SAMI

(Répondant à FATIMA)

Oui, on arrive.

(Narguant NADYA)

Cute, cute, cute, cute!


NADYA

Arrête.


FATIMA

Bolbol!


SAMI

Cute, cute,

cute, cute!


NADYA

Tu sauras que c’est pas

si cute que ça, Sami Mazari.


FATIMA leur parle en arabe.


Pendant ce temps, STÉPHANIE continue de parler au téléphone.


STÉPHANIE

Ah oui?

Oh! Mais c’est le fun!

Attends un instant, OK,

s’il te plaît?


MAUDE entre dans la maison avec un vélo. Une note est collée sur celui-ci et un chou orne le guidon.


MAUDE

(Lisant la note)

"À Maude, l’athlète

de la langue française."


MAUDE se tourne vers STÉPHANIE.


MAUDE

C’est toi ou c’est papa qui m’a

acheté cette bicyclette-là?

Mais c’est pas

ma fête, pourtant!


STÉPHANIE

Non, c’est un cadeau

de...


STÉPHANIE reprend le téléphone.


STÉPHANIE

Damien?


MAUDE

Damien?


STÉPHANIE

Oui, elle l’a bien reçu.


MAUDE

Pourquoi il me fait

un cadeau, lui?


STÉPHANIE

(S’adressant à MAUDE)

Chut, Maude!

(S’adressant à DAMIEN)

Hé, c’est un...

c’est un beau cadeau, là!

Merci beaucoup.


MAUDE

J’en ai pas besoin.

J’ai pas besoin de ça!


STÉPHANIE

J’espère que t’as pas

dépensé en fou.

Ça m’a l’air de valoir cher!


MAUDE

Mets-en! Mais j’en ai pas

besoin, Damien!


STÉPHANIE

Maude a l’air

vraiment contente.


MAUDE

Maman!


STÉPHANIE

(S’adressant à MAUDE)

Il fait dire que c’est un vieux vélo

de compétition qui traînait

dans son garage.


MAUDE

Comment ça, un vieux vélo?

Il est comme neuf!


STÉPHANIE

Mais c’est trop, il fallait pas!


MAUDE

Non, il fallait pas!

Il fallait vraiment pas!


STÉPHANIE

Écoute, Damien.

Il faut que je te laisse

parce qu’on était sur le point

de partir pour l’école.

Oui. OK, c’est ça.

À plus tard.


STÉPHANIE raccroche. MAUDE déchire la note.


STÉPHANIE

Maude, calme-toi,

s’il te plaît!


MAUDE

Pour qui il se prend, lui?

Hum?


STÉPHANIE

Bien, il essayait juste

d’être gentil.


MAUDE

Peut-être, mais j’en veux pas,

de son cadeau.

Passe-moi le téléphone,

je vais le rappeler

et il va venir le chercher,

puis vite!


STÉPHANIE

Non, Maude.

Tu l’as même pas essayé!

Pourquoi tu le prends pas

pour aller à l’école?

Tu vas peut-être l’aimer.


MAUDE

Je penserais pas, non.


STÉPHANIE

Bon, OK, t’es choquée,

je comprends.

Veux-tu qu’on en reparle

ce midi?

Veux-tu qu’on revienne dîner ici

toutes les deux?


MAUDE

Juste nous deux?


STÉPHANIE

Oui! Ça va te laisser

le temps de dépomper,

et tu vas pouvoir prendre

une décision plus réfléchie.


MAUDE

Je changerai pas d’idée.


STÉPHANIE

On verra bien!

Bon avant-midi, ma chouette.


MAUDE

Merci!

Appelle-moi pas

ma chouette.


À son arrivée à l’école, MAUDE entre dans le local du journal avec son vélo. SAMI l’accompagne.


MAUDE

Bon! Une traînerie de plus

pour le local du journal...


SAMI

Tu pouvais pas

le laisser dehors, Maude.

Avec la chaîne de ton vieux vélo

pour le barrer,

il se serait fait voler,

c’est sûr.


MAUDE

Hé! Ce serait trop dommage!


SAMI

Ça te dérangerait même pas

un peu?

Tu le veux pas du tout?


MAUDE

Non!


SAMI

Comment ça?


MAUDE

Ce cadeau-là, il est pas fait

pour moi, Sami.

Damien me l’a offert juste pour

que ma mère le trouve généreux.


SAMI

T’as encore le temps

de changer d’idée.


MAUDE

On dirait ma mère qui parle.


SAMI

Pantoute! Si tu l’aimes

vraiment pas,

il y en a d’autres qui seraient

contents de l’avoir.

Bon! Il faut que j’y aille.


FÉLICIE entre dans le local au moment où SAMI sort.


SAMI

Salut, Félicie.


FÉLICIE

Allo!


FÉLICIE s’arrête devant le vélo pour le contempler.


MAUDE

Wouh ouh!

Félicie!


FÉLICIE

Il est à qui,

ce beau vélo-là?


SAMI se rend à son casier. NADYA, qui porte du maquillage, se rend également à son casier tout juste à côté de celui de SAMI.


SAMI

(Surpris de la voir ainsi)

Nadya?


NADYA

Puis?

Me trouves-tu toujours

aussi cute, cute, cute?

Est-ce que je suis encore

trop bébé pour le secondaire?


SAMI

Hein? T’as pris ça où,

ce crémage-là?


NADYA

Dans la trousse de maquillage

à maman.


SAMI

Mais à quoi t’as pensé?

Elle passe la journée ici.

Si elle te voit,

elle va capoter!


NADYA

Ah... Là, c’est toi qui capotes.

Aurais-tu peur

de ta mère, bolbol?


SAMI

Bien non, pantoute!

J’ai peur pour toi!

Elle grimpe dans les rideaux

quand tu mets du

gloss; elle va te tuer!


NADYA

Ta faute. T’avais juste

à pas me traiter de bébé.


SAMI

Tu vas te faire engueuler

plus que moi.


NADYA

Ça, c’est ce que tu penses.


SAMI

De toute façon,

c’est interdit

de se maquiller

autant que ça

à l’école;

tu vas avoir une retenue.


NADYA

Aucun risque, parce que

pour avoir une retenue,

il faut avoir eu

trois avertissements.

Puis moi, j’en ai zéro.


SAMI

OK. Mais...

un, t’as mis

six pouces de mascara.

Deux, t’as tellement

de rouge à lèvres

que tu ressembles

à un camion de pompier,

et trois-


NADYA

Wouh! On dirait Mona!

Pareil!


Pendant ce temps dans le local du journal, FÉLICIE répond à MAUDE.


FÉLICIE

Chanceuse!

C’est le vélo de mes rêves.

Exactement ce qu’il me faudrait

pour mon triathlon

en fin de semaine.


MAUDE

Hein! Tu fais ton triathlon

cette fin de semaine?


FÉLICIE

Ouais!


MAUDE

Cool!


FÉLICIE

Ma première vraie compète.

Mais je vais avoir l’air d’une

folle avec ma bécane de banane.


MAUDE

Ah! Il est pas si pire,

ton vélo jaune.


FÉLICIE

Ris pas de moi!

Ça, c’est un vrai vélo de pro!

Ah! Je l’aime trop!


MAUDE

Oui, ça se voit.


FÉLICIE

Veux-tu me le passer

pour samedi?


MAUDE

Non...


FÉLICIE

Comment ça, non?

S’il te plaît!


MAUDE

Oublie ça, Félicie,

je m’en débarrasse aujourd’hui.


FÉLICIE

C’est ça, justement.

Je peux t’en débarrasser,

moi, si tu veux.


MAUDE

Mais je peux pas te le donner,

il est à Damien.

Il veut me l’offrir,

mais c’est un cadeau empoisonné.


FÉLICIE

Ça me dérange pas, moi,

qu’il soit empoisonné.


MAUDE

C’est trop pas mon genre

de cadeau, et Damien le sait!

Il fait juste ça

pour impressionner ma mère.

Il essaie de m’acheter.


FÉLICIE

Ouais, peut-être.

Mais il est tellement beau!


MAUDE

Ark, tellement pas!


FÉLICIE

Maude, je parle du vélo.


MAUDE

Hum... correct.


Aux casiers, SAMI et NADYA continuent de discuter.


SAMI

Nadya, il y a zéro chance

que les profs te laissent

entrer comme ça

dans leur classe.


NADYA

Ça, c’est pas

ton problème.


SAMI

Oui, c’est mon problème.

Je veux pas que ma sœur

fasse une folle d’elle.


NADYA

T’as juste peur

que maman te chicane.


FATIMA passe près des casiers à ce moment en parlant au téléphone et en poussant un chariot de livres.


FATIMA

Oui, habibi,

on se voit plus tard.


SAMI

Elle s’en vient!


NADYA

Peureux!


SAMI

Cache-toi!


SAMI donne une bande dessinée à NADYA pour qu’elle se cache le visage.


FATIMA

T’en as pas une autre?


SAMI

Cache-toi!


FATIMA

OK, bye!


FATIMA raccroche et aperçoit SAMI et NADYA.


FATIMA

Ah! Ha! ha!

Bolbol!


SAMI ET NADYA

Allo, maman!


NADYA se tient derrière SAMI, le nez enfoui dans la bande dessinée.


FATIMA

Tiens, c’est bizarre!


SAMI

Non. Rien de bizarre.


NADYA

(Riant)

Ha! ha! ha!


SAMI

Puis il y a rien

de drôle non plus.


FATIMA

Didi, depuis quand tu lis

des bandes dessinées

d’aventures médiévales?


NADYA

Depuis aujourd’hui, oui.


SAMI

Elle aime full ça.


NADYA

Oui.


FATIMA

Ah, ça m’étonne! Hum...


SAMI

Hum...


FATIMA

Bon!

On se voit plus tard.

Travaillez bien

en classe, hein?


FATIMA s’en va, puis revient sur ses pas.


FATIMA

(S’adressant à SAMI)

Ah! Bolbol, dis-moi,

je peux compter

sur toi, hein?

Tu vas t’occuper

de ta sœur, tu vas être

un grand frère responsable.


SAMI

Comme d’habitude.


FATIMA

Ah oui! Tu t’assures qu’elle

ne fait pas de bêtises, hein?


SAMI

Non, non!


FATIMA

Tu m’entends, Didi?


NADYA

Oui!


FATIMA

Je compte sur toi, bolbol.


SAMI

Oui!

Oui!

Hum...


FATIMA s’en va.


SAMI

(Soufflant)

Ouf! Ah!

On l’a échappé belle!


NADYA

Pour le moment.


Dans le local du journal, FÉLICIE supplie MAUDE de lui prêter son vélo.


FÉLICIE

Je te le jure,

je fais faire super attention.

Allez, là, dis oui!

Dis oui, Maude,

là, come on!


STÉPHANIE entre dans le local du journal.


STÉPHANIE

Bonjour, les filles!


MAUDE

Allo, maman!


FÉLICIE

Bonjour.


STÉPHANIE

Maude, on a un petit

changement au programme.

Damien s’en vient dîner

chez nous ce midi.


MAUDE

Mais on était censées être

juste toutes les deux!


STÉPHANIE

Je le sais, je suis désolée,

mais Damien a une proposition

à nous faire et il veut

nous en parler pendant le dîner.

Il s’est comme un petit peu invité.


MAUDE

C’est comme un petit peu

son genre, hein?


STÉPHANIE

Hum...


MAUDE

C’est correct,

je vais dîner ici d’abord.

J’ai de l’argent pour la café.


STÉPHANIE

T’es sûre?

Damien aurait aimé

que tu sois là.


MAUDE

Oui, et moi, j’aurais aimé ça

qu’il soit pas là.

C’était censé être

un dîner mère fille.


STÉPHANIE

Je comprends.

Qu’est-ce que je lui dis

pour le vélo?


MAUDE

Dis-lui que je vais l’essayer

cette fin de semaine.

Je vais décider lundi

si je le garde.


STÉPHANIE

Comme tu veux, ma chouette!

À ce soir!


STÉPHANIE sort du local du journal.


MAUDE

Bon, Félicie, je te laisse

le vélo pour ton triathlon.

Si tu le brises, bien,

tant pis pour Damien.


FÉLICIE

Ah! Yé! Merci!

Mais inquiète-toi pas,

je le briserai pas;

aucune chance!


MAUDE soupire.


À l’heure du dîner, STÉPHANIE entre chez elle. DAMIEN l’accompagne.


DAMIEN

C’est vraiment gentil

de me recevoir comme ça,

Stéphanie,

à la bonne franquette!


STÉPHANIE

En plus,

j’adore le pad thaï!


DAMIEN

Ah bien, tant mieux!

Tu vois?

Moi aussi, ça nous fait

un point en commun! Ha! ha! ha!

Ah, en passant, t’avais laissé

tes phares de voiture allumés,

je les ai éteints.

Et ta porte était pas barrée;

là, elle l’est.

C’est plus prudent, hein?


STÉPHANIE

Ah! Trop gentil!

Euh... t’avais une proposition

à nous faire, toi?


DAMIEN

Qu’est-ce que tu dirais d’une

petite escapade à la campagne

à vélo en fin de semaine

avec les trois enfants?


STÉPHANIE

Cette fin de semaine?


DAMIEN

Vous avez d’autres projets?


STÉPHANIE

Non, mais c’est demain.

Ça arrive vite.


DAMIEN

Ça serait un bon entraînement

pour Audrey, pour Julien

et pour Maude qui pourrait

étrenner son nouveau vélo!

D’ailleurs, elle est pas

ici ce midi, elle?


STÉPHANIE

Non, elle dîne à l’école.

Mais elle fait dire

qu’elle est pas certaine

d’accepter ton cadeau,

mais qu’elle veut bien l’essayer

pour la fin de semaine.


DAMIEN

C’est parfait!

Il y a rien de mieux

qu’une balade dans la nature

pour l’essayer!

Tiens! Après, je vous offre

le souper!


STÉPHANIE

Ah... Bien, c’est sûr

que c’est tentant.

Ha! ha! ha!


Dans le local du journal, FÉLICIE contemple le vélo.


FÉLICIE

J’arrive pas à croire

que je vais courir

avec un vélo de ce prix-là!

Un vrai vélo de champion!

C’est comme un rêve!


MAUDE

Et pour moi,

c’est comme un cauchemar.


FÉLICIE

Il faudrait

que je lui donne un nom.


MAUDE

Mauvaise idée.

Attache-toi pas trop,

je le redonne à Damien lundi.


FÉLICIE

Ah! J’ai pas hâte à lundi.

T’es sûre que tu veux pas

venir dehors

pour voir ton beau vélo

en action?


MAUDE

Non, j’ai pas encore fini

mon étiquette de retour.


FÉLICIE

Ton étiquette de quoi?


MAUDE

Quand Damien

m’a donné le vélo,

il avait écrit

sur une étiquette:

"À Maude, l’athlète

de la langue française."


FÉLICIE

Ça te décrit assez bien,

je trouve.


MAUDE

Oui. Quand il va voir le vélo

devant la porte de sa maison

avec cette étiquette-là,

il va tout comprendre.


FÉLICIE

(Lisant l’étiquette)

"Non, merci.

À l’athlète des fiers-pets."


MAUDE

Hum!


FÉLICIE

Ç’a le mérite d’être clair.

Mais c’est un peu raide,

tu trouves pas?


MAUDE

Il a couru après.

Toi, est-ce que tu dînes

avec moi?


FÉLICIE

Non, j’ai pas faim.

Je suis trop énervée!

Je vais peut-être manger plus

tard s’il me reste du temps.


De leur côté, SAMI et NADYA rentrent à la maison pour le dîner.


SAMI

Ah! Bon!

Maman dîne à l’école,

on va être

un petit peu plus tranquilles.

Là, tu vas te démaquiller;

je nous fais chauffer quelque

chose à dîner, c’est bon?


NADYA

Oups! J’ai oublié

le démaquillant

dans mon sac d’école

à l’école.


SAMI

Prends du savon,

ça va faire pareil.


NADYA

Je peux pas;

le savon, c’est un irritant,

et c’est pas bon

pour ma peau.


SAMI

C’est toi qui commences

à m’irriter. Va te laver!


NADYA

Non.


SAMI

Oui.


FATIMA ouvre la porte de la maison.


FATIMA

Il y a quelqu’un?


SAMI

(S’adressant à NADYA)

Va te cacher, envoie!


FATIMA

Didi!


FATIMA entre dans la cuisine, pendant que SAMI fouille dans l’armoire.


SAMI

Hum, hum! Allo, maman!


FATIMA

Bonjour!

Didi n’est pas avec toi?


SAMI

Non, non. Elle est à l’école,

elle avait un... un travail.


FATIMA

Ah...


SAMI

Est-ce que je te fais chauffer

du tajine?


FATIMA

Oui! Merci, bolbol!

Bolbol?


SAMI

Oui.


FATIMA

Le tajine, dans le frigo.


SAMI

Ah oui?


FATIMA

Oui!


De leur côté, STÉPHANIE et DAMIEN continuent de discuter.


STÉPHANIE

Bon, bien, j’accepte!

C’est un peu fou,

mais j’aime ça!

Une journée au grand air,

ça peut pas nous faire de tort.


DAMIEN

C’est parfait!

L’exercice et l’air pur, il y a

rien de mieux pour les poumons.

Et pour le cœur,

aussi, en passant.


STÉPHANIE

Oui, le cardio!

Bien oui, t’as raison.

Julien et Audrey

vont sûrement accepter, mais...

ça risque d’être

un peu plus délicat

d’annoncer notre projet

à Maude.


DAMIEN

Ah oui? Pourquoi?


STÉPHANIE

Bien, honnêtement...

ça l’a beaucoup surprise

de recevoir un aussi gros cadeau

de ta part.


DAMIEN

Bien... je comprends donc!


STÉPHANIE

Non, je veux dire,

ça l’a surprise,

mais pas nécessairement

dans le bon sens.

Je dirais même que...

elle était

pas mal sous le choc.


DAMIEN

Ah bon, OK. D’abord, je vais

me rendre dès ce midi à l’école

et je vais lui faire

mon invitation en personne.

Comme ça, il n’y aura plus

aucun malaise!


STÉPHANIE

Oui, tu penses?


DAMIEN

Stéphanie, tu commences

à me connaître.

Tu sais que j’ai le tour avec

les jeunes, hum? Je te le dis.


STÉPHANIE

Hum...


Pendant ce temps, FATIMA et SAMI mangent ensemble.


FATIMA

J’avoue que je suis

un petit peu étonnée

que Didi soit pas ici.


SAMI

Ah oui, pourquoi?


FATIMA

C’est elle qui a demandé

de venir à la maison

ce midi.


SAMI

Pardon?


FATIMA

Elle avait pas sa boîte à lunch

et elle n’a pas d’argent

de poche pour la cafétéria.


NADYA, qui est toujours maquillée, passe derrière FATIMA en faisant signe à SAMI de ne rien dire.


SAMI

Donc, c’est elle

qui t’a demandé ça?


FATIMA

Ouais. Il y a un problème,

bolbol?


SAMI

Non. Non, non,

pas de problème.

Hum!


NADYA passe rapidement derrière FATIMA qui se retourne, mais NADYA est déjà passée.


FATIMA

Hum!


Pendant ce temps, au local du journal, MAUDE pratique ses répliques si jamais elle voit DAMIEN.


MAUDE

Puis, Damien, comment tu

la trouves, ta surprise?

Non, pas comme ça.

Ah! Tu pensais faire ton frais

avec ton vélo de compétition?

Bien, j’embarque pas!

Ça, c’est mieux. Bien...

Si tu penses

que tu peux m’acheter

avec ton vélo de luxe,

tu te trompes!

Puis arrête de te prendre

pour mon père!


DAMIEN entre dans le local du journal à ce moment.


DAMIEN

Salut, belle Maude!


MAUDE

(Surprise)

Damien?


DAMIEN

Lui-même!


MAUDE

Qu’est-ce que tu fais ici?


DAMIEN

Je m’en viens te voir.

Mais avant, je suis passé

au secrétariat.

Ils m’ont fait une belle

autorisation de circuler.

On dirait une médaille!

J’ai fait ça

selon les règles de "l’or!"

Or, médaille!

Tu la pognes pas? Ha! ha!


MAUDE

Euh, bien, ça tombe bien

que tu sois ici

parce qu’il fallait

que je te parle.


DAMIEN

C’est beau, je sais.

Ta mère me l’a évoqué.

En toute franchise,

je peux comprendre

ton embarras face à un présent

d’une telle envergure.

Mais j’ai la conviction profonde

qu’on peut se rejoindre

dans un esprit

de camaraderie.

C’est pourquoi je t’invite

cordialement à profiter

d’une randonnée cycliste

en famille ce samedi.


MAUDE

Samedi? En famille?


DAMIEN

Hum, hum!


MAUDE

Avec toi?


DAMIEN

Oui! Avec Audrey, ta sœur,

avec Julien, ton frère,

et ta maman, Stéphanie.


MAUDE

OK, non.

Félicie, elle a besoin--


DAMIEN

Félicia peut se joindre

à nous si elle veut.

Si elle est partante,

c’est parfait!

Plus on est de fous,

plus on roule, comme on dit!


MAUDE

Oui, non...

Lundi, là, je...


DAMIEN

Lundi est un autre jour.

Je sais que t’es

une fille travaillante,

mais des fois, dans la vie,

il faut savoir s’amuser.


MAUDE

Bien--


DAMIEN

Je suis très content qu’on ait

pu dialoguer parce que...

je tenais à désamorcer

le malaise, hum!

Là, tout est arrangé; on se sent

mieux dans ce temps-là, hein?

Bye-bye, Maude!


DAMIEN s’en va en fredonnant. MAUDE, quant à elle s’enferme dans le cagibi du journal.


MAUDE

(Pour elle-même)

Il m’énerve!


De retour à l’école, SAMI fouille dans la trousse de maquillage de sa sœur en marchant dans le corridor près de la salle des pas perdus.


SAMI

Ça ressemble à quoi,

du démaquillant?


STÉPHANIE

Bonjour, Sami.


SAMI

Bonjour, Mme Allard.


SAMI échappe le contenu de la trousse.


STÉPHANIE

As-tu besoin d’aide?


SAMI

Non, non. Tout est beau,

tout est beau,

à part que je suis en train

de ramasser un kit de

make-up

dans la salle

des pas perdus.


Quelques élèves qui se trouvent à proximité rigolent.


SAMI

C’est pas à moi,

c’est pas à moi.


DAMIEN arrive à ce moment et ramasse le rouge à lèvres.


DAMIEN

Stéphanie, ton rouge à lèvres

avait roulé jusqu’au pied

de la statue de Victoire Desharnais.


STÉPHANIE

Desmarais!


DAMIEN

Ah, Desmarais!


STÉPHANIE

Merci, mais il est pas à moi.


DAMIEN

Ah non?


SAMI

Non, il est à moi.

Bien, à ma mère.


STÉPHANIE

Damien, as-tu pu parler

à Maude?


DAMIEN

Ah! C’est pas pour me vanter,

mais on a eu

de très bons échanges.

Elle va se joindre à nous

en fin de semaine.


STÉPHANIE

Ah ouais?

Bien, tant mieux!


SAMI

Excuse-moi. Damien?


DAMIEN

Oui, Sandy?


STÉPHANIE

Sami.


DAMIEN

Sami, Sami! Je suis vraiment

pas bon avec les noms.


SAMI

Est-ce que je pourrais avoir

le rouge à lèvres de ma mère?

J’en ai besoin pour-


DAMIEN

Y a-t-il un malaise?

Parce que t’as pas besoin d’être

gêné avec moi, mon gars, hein?


SAMI

Je suis pas gêné du tout.


DAMIEN

All right!

Parce que là où il y a

de la gêne...


STÉPHANIE

Il y a pas de plaisir!

Ha! ha! ha!


DAMIEN

Tu vois que j’ai le tour

avec les jeunes, hein?

Je te regarde

avec ta trousse,

et ça me fait penser

à mon adolescence.


SAMI

Comment ça?


DAMIEN

À ton âge, je jouais

dans un bandrock.

Ça s’appelait French,

en hommage à Kiss.


STÉPHANIE

French Kiss?

Ha! ha! ha!

Elle est bonne!


DAMIEN

On se maquillait,

tu comprends bien!


SAMI

Ah, bien oui!

Moi aussi! Moi aussi,

je fais de la musique

et avant des shows,

on se maquille.


DAMIEN

Hein? C’est top cool au bout,

ça, man!

Rock on! Hé!


DAMIEN et SAMI improvisent une poignée de main qui se termine par DAMIEN et SAMI se frappent poitrine contre poitrine, un peu comme des joueurs de football.


DAMIEN

Ah!


STÉPHANIE

Hé, t’as oublié "yo",

Damien. Yo!


DAMIEN

Ah oui, c’est vrai!

C’est pas des farces, je me

maquillais la face au complet

en noir et blanc et je me

faisais une petite étoile ici.


STÉPHANIE

Oui, comme Paul Stanley.

Lui, c’était mon préféré!


DAMIEN

Moi aussi! Tu vois,

un autre point en commun!


STÉPHANIE

Oui! Ha! ha! ha!


Pendant ce temps, MAUDE est à son casier et répète les propos de DAMIEN en l’imitant.


MAUDE

"Plus on est de fous, plus on

roule, comme on dit! Ha! ha!"

Trop niaiseux.

C’est quoi? Là, il fait partie

de la famille, maintenant?

Ah! C’est un cauchemar,

je vais me réveiller.


FÉLICIE rejoint MAUDE.


FÉLICIE

Maude! Je me suis

fait voler le vélo!


MAUDE ne réagit pas.


FÉLICIE

Euh, OK...

Prise deux!

Maude! Je me suis fait

voler le vélo.


MAUDE

Quoi?


FÉLICIE

Je me suis tournée 30 secondes

et il a disparu!


MAUDE

Disparu?


FÉLICIE

C’est une malédiction!


MAUDE

Non, mais c’est un miracle!

Mon problème est réglé!

Je n’ai plus à m’en faire

ni avec le vélo,

ni avec l’excursion,

ni avec Damien!


MAUDE et FÉLICIE continuent de discuter en se déplaçant dans les corridors de l’école.


FÉLICIE

Maude, oublie Damien

deux secondes

et pense un peu à moi, OK?

Je suis dans la "chnoute",

il faut que tu m’aides

à le retrouver.


MAUDE

Bien, c’est parce que non.


FÉLICIE

Comment ça, non? J’ai pas

le goût que la police revienne

à l’école pour une histoire

de vol de vélo!


MAUDE

OK, Félicie, capote pas!

Je vais t’aider.


FÉLICIE

Tu me sauves la vie!


MAUDE

C’est un cauchemar,

je vais me réveiller!


De leur côté, SAMI et NADYA entrent dans le local du journal.


SAMI

T’as caché le démaquillant

de maman;

c’est pas grave,

on va en trouver un autre.


NADYA

Dépêche-toi

avant que la cloche sonne, hein?


SAMI commence à fouiller dans une étagère, quand MAUDE et FÉLICIE entrent dans le local du journal.


SAMI

Ah, les filles! Avez-vous ça

du démaquillant, par hasard?


FÉLICIE

Qu’est-ce que je vais faire?

La cloche vient de sonner

et je peux pas

arriver en retard à mon cours.


MAUDE

Fais-toi-z-en pas

avec ça, Félicie,

t’as rien à te reprocher.

Je vais en parler

à Damien puis...

le cauchemar va se terminer.


SAMI

Allo? Je vous ai posé

une question.


MAUDE

Peux-tu répéter

la question?


SAMI

Du démaquillant,

s’il vous plaît.


FÉLICIE

(Regardant NADYA)

Woh!

Je comprends pourquoi

t’en as besoin.

On doit bien avoir ça

quelque part.


MAUDE

Hé, Nadya, c’est fou!

Ça te change vraiment beaucoup.


SAMI

Oui, et ça l’améliore pas.


NADYA

Ha! ha! Très drôle.


FÉLICIE

Ah! C’est bon, je l’ai.


FÉLICIE lance le démaquillant à SAMI qui le donne à NADYA.


SAMI

Tiens.


NADYA

Tu sais, ça m’a pris

beaucoup de temps

pour faire mon maquillage; j’ai

pas l’intention de l’enlever.

De toute façon, il faut

que j’aille à la bibliothèque.


SAMI

Mais maman travaille

à la bibliothèque.


NADYA

Oui, puis?


SAMI

Elle est folle.

Ma sœur est folle.


Tandis que SAMI et NADYA quittent le local du journal, DAMIEN y entre.


DAMIEN

Salut, la gang!


FÉLICIE

Ah! Le vélo!


MAUDE

Damien!


DAMIEN

Lui-même! Regarde ce que j’ai

trouvé dans la cour d’école!

T’aurais pu te le faire voler;

pas prudent de le laisser

sans surveillance.

Tiens! Je t’ai acheté

un cadenas indestructible!

Ça m’a coûté la peau des fesses,

mais c’est mieux que rien.

Y a-t-il un malaise?


MAUDE ne semble pas contente.


Pendant que SAMI fouille dans son casier, FATIMA passe près de lui.


FATIMA

Ah! On se voit plus tard,

bolbol, hein?


SAMI

C’est ça.

À plus tard, maman!


FATIMA fait semblant de s’en aller, mais elle se cache plutôt dans la rangée de casiers derrière celui de SAMI. NADYA rejoint SAMI.


NADYA

Hum!


SAMI

Ah! Nadya,

c’est ton jour de chance.

Maman vient de s’en aller,

donc tu vas aller

te démaquiller

avant de rentrer

à la maison, OK?


NADYA

Maman?


FATIMA rejoint NADYA et SAMI.


FATIMA

Oh!

Didi!


SAMI

Maman, je vais

tout t’expliquer.


NADYA

Sami me trouve cute

avec mon maquillage.

Toi, qu’est-ce que t’en penses?


FATIMA

Didi...

tu es absolument superbe!

Ha! ha! ha!


NADYA

Merci!


FATIMA

Ton ombre à paupières

est très, très glamour.

Moi, j’aurais mis

plus de blush.


NADYA

Le blush,

c’est ça qui manque.


SAMI

Quoi?


FATIMA

Oui, la poudre pour les joues.


Plus tard, MAUDE et FÉLICIE rentrent chez MAUDE avec le vélo. STÉPHANIE et DAMIEN sont déjà là.


MAUDE

Allo, maman!


FÉLICIE

Bonjour, Mme Allard.


STÉPHANIE

Allo!


DAMIEN

Salut, les filles!


MAUDE

(S’adressant à STÉPHANIE)

Est-ce que je peux savoir

ce qu’il fait encore ici, lui?


STÉPHANIE

Il boit son thé.

Et sois polie, s’il te plaît.


MAUDE

Non, j’ai déjà été assez polie.

Toute la journée aujourd’hui,

je me suis retenue

de dire ce que je pense.

Là, je vais le dire:

Damien, j’accepte ton vélo.


DAMIEN

Je le savais! C’est comme pour

moi: l’essayer, c’est l’adopter.


MAUDE

Non, j’ai pas fini.

J’accepte ton vélo, mais juste

pour la fin de semaine,

pour faire plaisir à Félicie.

Je veux lui passer

pour son triathlon

et lundi, je veux

que tu le reprennes.


FÉLICIE

Il aura pas une égratignure, promis.


MAUDE

J’ai pas besoin

d’un vélo d’athlète.

J’ai mon vieux bicycle

pour rouler jusqu’à l’école,

c’est assez pour moi.


DAMIEN

Il y a rien de mal

à être mieux équipée!


MAUDE

Non! N-O-N, OK? Non!

Qu’est-ce que tu comprends pas

dans le mot "non"?


DAMIEN

OK, Maude. Ce que je

comprends, c’est que tu veux

utiliser ton vélo à toi pour

faire l’excursion, c’est ça?

Ça va pas tomber à l’eau, là?


STÉPHANIE

Non! Moi, ça me tente encore.


MAUDE

Pas moi!

J’ai autre chose à faire.

J’ai mon lancement de livre

à préparer et-


DAMIEN

Mais ton lancement de livre--


MAUDE

Hé, j’ai pas fini!

Je veux aussi

que tu saches que...

j’aime pas ça que tu me gâtes

pour séduire ma mère.

Tu m’achèteras pas

avec des cadeaux.


STÉPHANIE

Oh! Je trouve que t’exagères, Maude.


DAMIEN

C’est correct, Stéphanie.

C’est vraiment ce que tu penses

de moi, Maude?


Pendant ce temps, SAMI, NADYA et FATIMA continuent de discuter près du casier de SAMI.


SAMI

Maman, Nadya est plus

maquillée qu’à l’Halloween,

c’est évident qu’elle mérite

une punition, hum?


FATIMA

Non!


SAMI

Je ne comprends plus rien.


FATIMA

Mais il y a rien

à comprendre,

bolbol!

Ta sœur avait un exposé

dans son cours

d’éthique

et culture religieuse,

une recherche

sur les produits cosmétiques.


NADYA

Pour dénoncer les tests

faits en laboratoire

sur des lapins innocents par

des compagnies sans scrupules.


SAMI

Et c’est pour ça

que tu t’es maquillée?


NADYA

Oui, mon prof a accepté.

Ça faisait plus dramatique.


FATIMA

Et je lui ai prêté

ma trousse!


SAMI

Donc, tout ça,

c’était prévu d’avance?

Pourquoi vous m’avez rien dit?


FATIMA

Parce que

tu l’as pas demandé.

Et puis parce que ça t’apprendra

à te moquer de ta petite sœur!


NADYA

Je te l’aurais dit ce matin

si tu m’avais écoutée

au lieu de me niaiser.


NADYA montre à FATIMA et à SAMI l’affiche qu’elle a créée pour son exposé oral.


FATIMA

Ah!


SAMI

(Lisant l’affiche)

"Attention, ce produit peut

contenir des traces de lapin."

C’est les photos

de ton magazine, ça?


FATIMA

Félicitations, Didi!

C’est une très belle affiche!


NADYA

Merci, maman.


SAMI

Elle reçoit des félicitations

en plus, j’en reviens pas.


NADYA

Une peau radieuse

ne devrait jamais dépendre

d’animaux innocents.

La vraie beauté est invisible

pour les yeux.

Ce qui compte vraiment,

c’est la beauté intérieure.

C’était la conclusion

de mon oral et j’ai eu 92 %.


FATIMA

Bravo, habibi!

Je suis fière de toi!

On dirait vraiment

Le petit prince qui parle!


SAMI

Il dit pas ça, Le Petit Prince.

Il dit: "On ne voit bien

qu’avec le cœur."


FATIMA

Non, c’est l’essentiel est...


SAMI

"On ne voit bien

qu’avec le cœur."


NADYA

En tout cas!

Moi, j’ai vraiment hâte

d’enlever mon crémage

de clown.

Pourrais-tu me passer

le démaquillant?


SAMI

Oui! Juste ici.

Tiens! Non!

Il est ici, finalement.


NADYA

Sami, arrête,

je suis tannée!


SAMI

Il est ici!


NADYA

Je veux l’enlever! Sami!


SAMI

OK! Tiens, tiens, tiens!


NADYA

Merci.


SAMI

Dommage, ça te faisait bien.


FATIMA

Ah non! Tu lui donnes pas

d’idées, hein?

Non, tu vas te démaquiller

tout de suite!


SAMI

Toi qui disais

que c’était beau!


FATIMA

Tut tut tut!

Juste pour l’exposé!


La conversation entre MAUDE et DAMIEN se poursuit.


MAUDE

Tu comprends, Damien,

pour vrai?


DAMIEN

Oui, je te comprends,

et je t’en veux pas, tu sais.

Tu m’as clairement

exprimé ton sentiment.

Dans la vie,

ça prend de la maturité

pour savoir ce qu’on veut

et ce qu’on veut pas.

Je prends ça comme une marque

de respect et de confiance.


STÉPHANIE

C’est... C’est vraiment

très sensible de ta part,

vraiment très humain.


DAMIEN

Merci beaucoup

pour le compliment, Stéphanie,

mais je fais ça pour être

humain, je le pense sincèrement.

Ta fille m’impressionne.


FÉLICIE

C’est vrai qu’elle est

très mature pour son âge.


MAUDE

Que veux-tu dire,

"pour mon âge"?


DAMIEN

Il faut dire que sa mère lui

a inculqué les bonnes valeurs!


MAUDE

Bien oui,

parent performant!


STÉPHANIE

Son père aussi,

quand même,

mais elle est très raisonnable.


MAUDE

Trop raisonnable,

justement.


DAMIEN

Bon, bien, c’est bien beau,

tout ça, mais...

mon vélo a besoin

d’une nouvelle propriétaire!

Ça fait que j’ai décidé

de l’offrir à Félicie

pour son triathlon

et pour de bon!


FÉLICIE

À moi? Pour vrai?


DAMIEN

Ai-je l’air pas sérieux,

moi, là?


FÉLICIE

Ah! Hé, wow!

Je suis trop contente!

Ah! Merci, Damien!

Hé! Merci, Damien!

Ton vélo va être-


DAMIEN

Tut tut tut! C’est ton vélo,

maintenant, Félicie!


FÉLICIE

Merci!


STÉPHANIE

Hé, t’es vraiment

très généreux.


DAMIEN

Ah, c’est mon plaisir.


MAUDE

Damien, 1;

Maude, 0...


Fin de l’épisode


MÉLANIE

Savais-tu

qu’on a un blogue, maintenant?

Visite-le en allant

sur le site de

Subito texto.


L’adresse internet suivante apparaît: «tfo.org/subitotexto».


Générique de fermeture

Épisodes de Subito Texto

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par