Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Un fer plat vraiment pas plate

Après avoir reçu un magnifique cadeau de la part de Cindy, Mélanie tente de lui en faire un à son tour. Un magnifique cadeau, ça peut toujours aller… mais son fer plat, pas question!



Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d’ouverture


Titre :
Subito texto


MÉLANIE est dans la cuisine quand on sonne à la porte. Son père, M. PRUDHOMME, va ouvrir.


M. PRUD’HOMME

Mélany...

Cindy... tu parles

d’une belle surprise matinale!

Entrez, entrez...


MÉLANIE

Avez-vous manqué de confiture?


MÉLANY, la copine de M. PRUDHOMME, et CINDY sa fille rejoignent MÉLANIE dans la cuisine.


MÉLANY

Ha! Non...

C’est Cindy qui a insisté

pour venir.

Elle voulait absolument

te donner un cadeau.


MÉLANIE

Voyons donc! C’est la journée

internationale des filles cool?


MÉLANY

C’est pour te remercier

de lui avoir prêté

tes souliers d’éduc', hier.


MÉLANIE

Ah, ça? Bien non,

c’était tellement rien!


CINDY

Bien, ça m’a évité

un avertissement.


M. PRUD’HOMME

Ou pire, une visite

chez le directeur.


MÉLANIE

Bien, merci!


M. PRUD’HOMME

Hé! Un cadeau! Voyons donc,

c’était pas nécessaire!


MÉLANIE

C’est vrai, c’était vraiment

pas nécessaire!


MÉLANIE regarde au fond du sac cadeau.


MÉLANIE

Oh! Wow!


Chez les Beaucage, JULIEN est assis dans le salon. Son père, ALAIN, le rejoint.


JULIEN

Hé, papa!

Je savais pas que tu faisais

pousser des cure-dents!


Il y a un arbre chétif qui pousse dans un pot sur la table du salon.


ALAIN

Ça, mon gars, c’est l’héritage

de Victoire-Desmarais.


JULIEN

L’héritage?


ALAIN

Oui, je m’en vais voir

monsieur Prud’homme

en fin de journée, avec ça.


JULIEN

Tu veux lui donner un arbre?

Mais c’est bien trop petit!

On dirait qu’il a passé

la nuit dans la sécheuse.


ALAIN

Oui, mais il va grandir, là!

Comme un enfant.

Il y a toute une symbolique,

en arrière de ça.

Je suis sûr que monsieur

Prud’homme va être bien content.

Mais là... il faut

que tu gardes le secret.

Parce que je lui ai pas dit

ce que je faisais, comme don.

Promis?


JULIEN

Promis juré!

Sur la tête de mon père.


ALAIN

J’espère que c’est au sens

figuré, ça...


JULIEN

Euh...


VINCENT entre dans le salon.


VINCENT

Papa?


ALAIN

Oui?


VINCENT

(Levant son chandail)

J’ai attrapé la lèpre!


Le ventre de VINCENT est couvert de plaques rouges.


ALAIN ET JULIEN

Hein?


De son côté, MÉLANIE sort le cadeau du sac.


MÉLANIE

Ah! Un toutou full cute!


CINDY

C’est un de mes toutous

préférés.


MÉLANIE

Hein! Je m’attendais tellement

pas à un beau cadeau!


M. PRUDHOMME lance un regard à sa fille.


MÉLANIE

Bien là... je m’attendais

pas à un "aussi beau" cadeau.


M. PRUD’HOMME

Hmm...

J’en reviens pas

comme t’es généreuse, Cindy!


CINDY

Ça me fait plaisir.


MÉLANY

Puis c’est venu d’elle,

en plus.

Si je l’avais pas arrêtée,

elle lui aurait donné

toute sa collection de toutous!


M. PRUD’HOMME

Ah! Bien... hé! Tu sais

qu’avec un grand cœur comme ça,

tu vas accomplir des grandes

choses, dans la vie.


MÉLANIE

Hum... allô?

C’est parce que c’est moi,

qui viens de recevoir un cadeau!

Et tu sauras

que moi aussi,

j’ai un super beau cadeau

pour Cindy.


Chez les Beaucage, ALAIN vérifie si VINCENT fait de la fièvre.


ALAIN

Si c’était la lèpre,

ta langue serait tombée

dans ton bol de céréales.


JULIEN

Ah! Ouache!

On dirait que t’es en train

de te transformer en zombie.


VINCENT

(Imitant un zombie)

Fais attention...

Je vais te bouffer

tout rond!


JULIEN

Ah!


ALAIN

C’est bizarre,

ces plaques-là.

T’as même pas de fièvre,

en plus...

Comment tu te sens?


VINCENT

Ça me pique en malade.


ALAIN

Oui, bien, regarde, tu vas

rester ici aujourd’hui.

C’est peut-être contagieux,

tout ça.


JULIEN

Ah! Moi aussi,

ça me gratte, là! Ah!

Ouh! Ah! Je pense

que j’ai la varicelle! Ah!


ALAIN

C’est bien essayé,

mais la varicelle,

tu l’as déjà eue

et on a ça juste une fois.


JULIEN

(Découragé)

Ah!

Pourquoi c’est toujours Vincent

qui est malade et pas moi?


ALAIN

Bonne journée!

Fais attention pour pas donner

la varicelle à tes amis, là!

Envoye...


JULIEN s’en va à l’école.


ALAIN

Bon...

(Sortant son téléphone)

La clinique, astheure...


Pendant ce temps, M. PRUDHOMME offre un café à MÉLANY.


MÉLANY

Oh! Non, ça va, ça va...

Hum, hum...


MÉLANIE rejoint CINDY en déposant devant elle une boîte.


MÉLANIE

Tiens! Tu peux piger

ce que tu veux.

Et comme je suis

full généreuse,

tu peux même prendre

deux affaires.


CINDY pige un taille-crayon et, en le manipulant, celui-ci se vide sur la table.


MÉLANIE

Oups!

J’ai comme un petit peu oublié

de le vider, hein?

Mon erreur!


CINDY pige un autre objet.


MÉLANY

Ah...

Un kit de géométrie...

T’en as déjà un,

mais un deuxième,

ça peut être pratique...


CINDY

Il y a même pas de compas.


MÉLANIE

Un compas, c’est super

dangereux, Cindy.

Tu pourrais te crever un œil!


CINDY

Hé! Une belle robe!


M. PRUD’HOMME

Oh... elle est tachée...


MÉLANIE

Ah... mais ça, un petit peu

de détachant et ça part...


MÉLANY

Oh! Des magazines de mode!

La bonne idée!


CINDY

Février 2012...


MÉLANIE

La mode,

c’est cyclique, Cindy!

Dans quelques années,

tu vas vouloir t’habiller

exactement comme ça.


CINDY

C’est tout?


MÉLANIE

Bien là, je sais pas, moi,

ce qui te ferait plaisir...


CINDY

Je vais te le dire, moi!


CINDY se lève et se dirige vers la chambre.


MÉLANY

Wô! Wô! Wô! Minute, moumoute!

On se promène pas

chez les gens comme ça!


M. PRUD’HOMME

Non, non! Allez-y, allez-y!

Faites comme chez vous.


MÉLANIE

Ah non...


Chez les Beaucage, ALAIN raccroche le téléphone et vient retrouver VINCENT au salon. Ce dernier joue à un jeu vidéo.


ALAIN

Six heures d’attente

à la clinique!

Je vais te dire

qu’il est en santé,

notre système de santé, hein?

Bon, bien, regarde...

tu vas rester ici ce matin

et on va réévaluer ça

cet après-midi, OK?


VINCENT

Vas-tu revenir dîner avec moi?


ALAIN

Bien... je travaille

de la maison

et, aujourd’hui,

j’ai des gros appels à faire

et il faut que j’aille amener

l’arbre, après l’école.


VINCENT

On va pouvoir terminer

notre tournoi de hockey!

Il nous reste juste

le match de la coupe!


ALAIN

Ouais... mais j’ai comme

pas trop le goût

d’attraper ton virus.


VINCENT

T’as juste à pas

me toucher. Viens!


ALAIN

Non, non! Wô! Wô!

Ça voyage dans l’air, ça, là!

Je rencontre plein de monde,

je serre des mains et, demain,

je m’en vais visiter une

résidence pour personnes âgées!


VINCENT

On le finira jamais,

ce tournoi-là!

Ça fait des mois

que tu le reportes!


ALAIN

Vincent...

Ça serait vraiment

irresponsable de ma part

de tomber malade.

J’ai un gros appel

à faire...

Pratique-toi, si tu veux pas

que je te plante!


Pendant que CINDY et MÉLANY sont dans la chambre de MÉLANIE, M. PRUDHOMME réprimande sa fille.


M. PRUD’HOMME

Mélanie... tu reçois

un super toutou en cadeau

et, en retour,

t’essayes de lui refiler

n’importe quelle vieille

cochonnerie... non, non!

La Mélanie que je connais

est beaucoup plus généreuse

et attentionnée que ça.


MÉLANIE

OK, là...

J’ai peut-être fait

le tri un peu vite.


M. PRUD’HOMME

Un peu?


MÉLANIE

C’est juste un malentendu.

Je te promets

que je vais trouver

un super cadeau qui va faire

plaisir à Cindy.


CINDY

(S’exclamant depuis la chambre)

Oui! Ça!


M. PRUD’HOMME

Ah! Tu vois, on dirait que

Cindy l’a trouvé à ta place.


CINDY

C’est ça que

je voudrais avoir!


CINDY et MÉLANIE reviennent dans la cuisine.


MÉLANIE

(Apercevant l’objet que tient CINDY)

Mon super beau fer plat

haut de gamme que j’aime tant...


MÉLANY

Cindy, il faut que Mélanie

accepte de te le donner...


M. PRUD’HOMME

C’est une excellente idée!


MÉLANIE

Bien, voyons!


MÉLANIE jette un regard à son père.


MÉLANIE

Ça me fait plaisir...


Plus tard, à l’école, JULIEN mâche de la gomme en marchant rapidement dans le corridor.


M. PRUD’HOMME

(Le rattrapant)

Julien!

Tu serais pas en train de mâcher

de la gomme, par hasard?


JULIEN

Moi? Pantoute!

Non, c’est une pastille

pour la toux.


JULIEN fait semblant de tousser.


M. PRUD’HOMME

Tu sauras qu’on n’apprend pas

à un vieux singe

à faire la grimace.


JULIEN

Vous êtes pas

si vieux que ça.


M. PRUD’HOMME

C’est un proverbe!

Là, je te donne

un avertissement.


JULIEN

Non! C’est mon troisième, là!

Je vais avoir une retenue!

Pitié...


M. PRUD’HOMME

Tu connais les règlements.


JULIEN

Vous avez pas le droit

de me faire ça!

Surtout... le jour où mon père

s’apprête à faire

un immense don à l’école...


M. PRUD’HOMME

Un immense don?

Qu’est-ce que tu veux

dire exactement

par "immense"?


JULIEN

Tout ce que je peux

vous dire,

c’est que c’est

un don majestueux

qui va changer l’école

pour des générations.


M. PRUD’HOMME

Des générations?

Oui, euh...

OK. J’annule ton avertissement.

Mais tu jettes ta gomme

et tu répètes après moi:

"Je ne mâcherai plus

de gomme dans l’école."


JULIEN

Je ne me mâcherai plus

de gomme dans l’école!


JULIEN met sa gomme dans la main de M. PRUDHOMME et s’en va.


M. PRUD’HOMME

Bon...

Bonne affaire de réglée...


MÉLANIE vient alors rejoindre son père.


MÉLANIE

Papa? Aurais-tu vu Cindy?


M. PRUD’HOMME

Ah, bien, tu vois,

si on jouait à chaud ou froid,

je te dirais: Tu brûles!


MÉLANIE

(Se retournant)

Ah! Fiou, t’es là!

Je te cherchais.


CINDY

Voyons, qu’est-ce qu’il y a?


MÉLANIE

Je t’ai trouvé des affaires

pas mal plus cool

que mon fer plat.


CINDY

Mais je l’adore, ton fer plat.

Je veux vraiment pas l’échanger.


MÉLANIE

Tiens-toi bien, parce que

tu vas changer d’idée!

(Fouillant son sac)

Alors... ça, c’est un cadre...

avec une photo de moi

en vacances cet été.


CINDY

Ouais, beau cadre...


MÉLANIE

Sinon, sinon...

j’ai... la tasse "Mélanie"!


MÉLANIE lui montre une tasse sur laquelle son prénom est écrit.


MÉLANIE

Comme ça, tu vas pouvoir boire

des chocolats chauds

en pensant à moi.


CINDY

As-tu aussi

des bobettes "Mélanie"?


MÉLANIE

Non, mais... t’es prête?

Parce que ça commence par "bob"!

Hein? Ha! Ha!


CINDY

Un bobblehead?


La photo du visage de MÉLANIE est collée sur une figurine bobblehead.


MÉLANIE

C’est cool, hein?


CINDY

C’est bien drôle!


MÉLANIE

Marché conclu?


CINDY

Euh, non, je te le redonne.

J’ai vraiment hâte

d’essayer ça, un fer plat.

Bon... bien, je dois

vraiment y aller.

Bye! Bye!


Dans son bureau, M. PRUDHOMME parle au téléphone.


M. PRUD’HOMME

Cinq mille dollars? Hmm!

Il y a pas de problème.

Bonne journée!


MÉLANIE entre dans le bureau de son père.


MÉLANIE

J’imagine que t’étais

en train de m’acheter

un nouveau fer plat?


M. PRUD’HOMME

Bien, non.

Mieux que ça!

Imagine-toi donc

que grâce à un don inespéré,

je viens de commander

une centaine de caisses

de lasagnes gastronomiques

congelées.


MÉLANIE

Coudonc!

T’es-tu donné comme mission

de sortir l’Afrique de la famine?


M. PRUD’HOMME

Pas du tout.

C’est pour vous, les élèves!

Oui, il va y avoir de la lasagne

gratuite à la cafétéria

tous les vendredis

pour les deux prochains mois.


MÉLANIE

Cinq mille piasses

de lasagne?

Es-tu sûr de ton coup?


M. PRUD’HOMME

Tu sauras que ton père ne vend

jamais la peau de l’ours

avant de l’avoir tué.


MÉLANIE

Déjà, un ours,

ça mange du miel,

pas de la lasagne...


M. PRUD’HOMME

C’est un proverbe!

De toute façon, tout le monde

aime la lasagne, hein?

Je veux dire, t’aimes

la lasagne, moi, j’aime ça...

Cindy aime ça, Mélany-


MÉLANIE

Oh my God! Merci, papounet!

Tu viens de me donner

la meilleure idée au monde!


MÉLANIE s’en va aussitôt.


M. PRUD’HOMME

De rien...


JULIEN entre à son tour dans le bureau de M. PRUDHOMME.


JULIEN

Monsieur Prud’homme,

l’homme que je cherchais!


M. PRUD’HOMME

Bon...

C’est une merveilleuse idée

de commencer

par mon bureau...


JULIEN

J’aurais une faveur

à vous demander.

Est-ce que je pourrais faire

les annonces de la journée

à l’interphone?


M. PRUD’HOMME

(Riant)

Non, mais il y a rien

de trop beau!

Veux-tu prendre mes appels,

un coup parti?


JULIEN

Mais j’ai toujours rêvé

de faire ça!


M. PRUD’HOMME

Bon, bien, je t’annonce que...

ça va rester un rêve.


JULIEN prend ses aises dans le bureau en s’asseyant.


JULIEN

Puis, hum... vu que mon père

va faire un don,

ça serait une belle façon

de le remercier, non?


M. PRUD’HOMME

Oui, bien, le don...

Non, don, pas don,

ça change rien: c’est non.


JULIEN

Mais vous pourriez

me donner des conseils

pour bien lire les messages.

Vous avez tellement

une belle voix!


M. PRUD’HOMME

Oui, c’est vrai...

Non... non, non! La flatterie,

ça marche pas avec moi.


JULIEN

Mais j’aimerais tellement

ça annoncer moi-même

le don inestimable

à l’interphone.


M. PRUD’HOMME

Hum... ouais...


JULIEN

(Chuchotant)

Inestimable...


M. PRUD’HOMME

Bon, OK!


JULIEN

Yes!

Hé, vous allez pas le regretter!


Chez les Beaucage, VINCENT est dans une tente installée au milieu du salon. ALAIN vient rejoindre son fils.


ALAIN

Coudonc, fais-tu partie

des scouts

et je suis pas au courant?


VINCENT

Non, je me suis placé

en quarantaine pour

que tu puisses jouer

avec moi

sans attraper

ma "maladie mortelle"!


ALAIN

Ouais... tu y tiens,

à ton match, hein?

Bon, bien, envoye!


VINCENT

Oh, yeah!

Mais ma manette

est sur le divan...


VINCENT essaie de sortir de la tente.


VINCENT

Le zip est coincé...


ALAIN

Ça se peut pas, là...

Elle est neuve,

je l’ai achetée l’autre jour.

À moitié prix, en plus!


VINCENT

On comprend maintenant

pourquoi elle était

moins chère...


VINCENT essaie de décoincer la fermeture éclair.


ALAIN

Arrête! Tu vas la déchirer!


VINCENT

Viens donc la décoincer, toi!


ALAIN

Non, non! Je te rappelle

que je visite

des personnes âgées, demain.


VINCENT

Mais je suis pas capable!


ALAIN

La quarantaine

me donne une idée...

Attends un petit peu.


ALAIN sort du salon.


Pendant ce temps, MÉLANIE vient rejoindre CINDY près de la salle des pas perdus.


MÉLANIE

Cindy! Quel hasard!

Justement, je voulais te parler.


CINDY

Laisse-moi deviner: tu veux

m’échanger ton fer plat!


MÉLANIE

Bien non...

Non, pourquoi tu dis ça?

Je voulais savoir...

aimes-tu ça, toi, la lasagne?


CINDY

Ouais, c’est mon plat préféré.

Pourquoi tu me demandes ça?


MÉLANIE

Pour rien.

Je veux juste veiller

au bien-être de ma demi-sœur.


CINDY

Wow! C’est la première fois

que tu m’appelles ta demi-sœur!


MÉLANIE

Et j’ai justement une idée

pour ma demi-sœur...

Je pourrais m’organiser

pour qu’il y ait de la lasagne

gratis à la cafétéria

tous les vendredis,

pendant les deux prochains mois.

Et en échange, bien,

tu me redonnes mon fer plat.


CINDY

Donc, tu veux

m’échanger ton fer plat.


MÉLANIE

Non! Non, non, non...

Moi, je...

j’appellerais ça du troc.


CINDY

De la lasagne gratis?


MÉLANIE

Ouais...


CINDY

Tous les vendredis?


MÉLANIE

Oui!


CINDY

Pendant deux mois?


MÉLANIE

Oui!


CINDY

Non merci. J’aime vraiment

mieux ton fer plat.

Et il va me durer

plus longtemps

que deux mois.


MÉLANIE

Ah...


CINDY

Merci, Mélanie, t’es

full généreuse d’avoir pensé à moi.


La voix de JULIEN se fait entendre par le biais de l’interphone de l’école.


JULIEN

Tout le monde,

attention, s’il vous plaît.

Ici Julien Beaucage.

C’est moi qui fais les messages

à l’interphone aujourd’hui.

Prenez note qu’il y aura des

travaux demain à l’auditorium.

Et pour mieux faire passer

cette mauvaise nouvelle,

voici un peu d’humour.

Savez-vous ce que dit un clou

à un autre, sur une planche?

"C’est moi,

ou j’ai mal à la tête?"


CINDY s’esclaffe, avant de s’en aller. MÉLANIE l’imite en se moquant de son rire.


Plus tard, JULIEN fait une autre annonce par le biais de l’interphone.


JULIEN

Oyez, oyez... c’est encore

Julien Beaucage.

Pour les deux prochains mois,

la cafétéria offrira

de la lasagne

gratuitement

tous les vendredis.

Un gros merci à monsieur

Prud’homme et à son chéquier.

De la lasagne gratis!

Yahou!


CINDY est à son casier. Elle voit passer MÉLANIE dans le corridor et l’interpelle.


CINDY

Mélanie... comment ça se fait

que ça marche,

l’histoire de la lasagne

gratuite?

Je t’ai même pas redonné

ton fer plat!


MÉLANIE

Je t’ai dit que je veillais

au bien-être de ma demi-sœur!

Quand j’ai vu à quel point

t’aimais ça, la lasagne,

j’ai quand même décidé de faire

pression auprès de mon père.

Et tu le connais, il est

incapable de me dire non.


CINDY

Ah, t’es la demi-sœur

la plus hot au monde!


CINDY saute au cou de MÉLANIE.


MÉLANIE

Merci...


CINDY

Ah! T’es trop fine,

je te le redonne.


CINDY redonne son fer à MÉLANIE.


MÉLANIE

Bien...


CINDY

Je suis pas nouille,

je sais bien que tu t’es sentie

obligée de me le donner.


MÉLANIE

Oui, c’est vrai, mais...

mais ça me fait plaisir.


MÉLANY arrive derrière les deux filles à ce moment.


MÉLANY

Es-tu prête, ma crevette?

Je crève de faim!


MÉLANY remarque que MÉLANIE tient son fer.


MÉLANY

Coudonc, princesse,

as-tu repris

le cadeau que t’avais donné

à Cindy?


CINDY

Non, c’est moi qui viens

de lui redonner.


MÉLANIE

Oui, mais comme

je te le disais,

tu peux le garder, hein.

C’est ce cadeau-là

que j’ai envie de t’offrir.


CINDY

(Reprenant le fer)

Ah! T’es fine!

OK, on s’en va

à la maison.

J’ai vraiment hâte

d’essayer ça.


MÉLANIE

Cool! Tu vas avoir

des beaux cheveux comme moi.


MÉLANY

Je suis tellement contente

que vous vous entendiez si bien!


CINDY

En plus, maman,

tantôt, Mélanie m’a appelée

sa demi-sœur!


MÉLANY

Arrêtez-moi ça.

Vous allez me faire brailler!


Chez les Beaucage, ALAIN porte maintenant un masque et des gants et essaie d’ouvrir la porte de la tente.


ALAIN

(S’impatientant)

C’est quoi ton "kalaille"

de problème!


VINCENT

Je te rappelle que tu cries

après une fermeture éclair.

Une fermeture éclair!


ALAIN

Ah! Ah, enfin!


VINCENT

Oh yeah! Ha! Ha!


ALAIN

Tu vois bien qu’il fallait

que je lui parle dans le casque!

Hé! Tout ça

pour que je te batte 6-0!


VINCENT

Ouais...

Commence donc par essayer

de compter un but, et on verra!


ALAIN

Ouais...


Alors que VINCENT et ALAIN s’apprêtent à commencer leur partie, quelqu’un sonne à la porte.


ALAIN

Ah!


VINCENT

Ah... ça allait trop bien!

C’est qui?


ALAIN se rend à la porte.


ALAIN

C’est peut-être un vendeur

de calendriers scout.

Veux-tu que je t’en prenne

un pour ta tente?


ALAIN ouvre la porte. MÉLANY se tient devant lui.


ALAIN

Ah! Est-ce que je peux

vous aider?


MÉLANY fait signe à ALAIN qu’il porte toujours son masque.


ALAIN

Ah!

Excusez-moi...

Est-ce que je peux

vous aider?


MÉLANY

Je suis Mélany Gladu,

l’infirmière de Victoire-Desmarais.

Julien m’a dit que Vincent

avait la lèpre...

Alors, comme j’allais dîner

chez moi,

je suis venue voir

si tout allait bien.


ALAIN

C’est super gentil!

Bonjour.


MÉLANY

Bonjour!


ALAIN

Entrez, entrez.


VINCENT

Salut, Mélany!


MÉLANY

Salut... je savais pas que

ton père, c’était Darth Vader!


ALAIN

(Mettant son masque)

Je suis ton père!


MÉLANY

Il faut que je fasse ça vite,

ma fille m’attend dans l’auto.


ALAIN

Allez-y, installez-vous.

De toute façon, mon fils allait

se faire un feu de camp.


VINCENT

Mon père est

tellement drôle,

c’est lui que vous devriez

examiner!


ALAIN reçoit un appel.


ALAIN

Woup! Excusez-moi.

Alain Beaucage...


ALAIN s’en va.


MÉLANY

Bon... qu’est-ce qui

se passe avec toi?


VINCENT

Il se passe que,

depuis le début de la journée,

j’essaie de commencer une partie

de hockey avec mon père...

Mais je pense

que je réussirai jamais.


Pendant ce temps, à l’école, JULIEN entre dans le bureau de M. PRUDHOMME. Il prend son téléphone et fait une annonce à l’interphone.


JULIEN

Salut, gang!

Voici les mentions d’honneur

de la semaine.

Bravo à Cindy Gladu

pour avoir mangé

toutes ses croûtes

de sandwich au jambon!

Bravo aussi

à Julien Allard-Fraser

pour avoir bouché

deux toilettes!


Chez les Beaucage, MÉLANY s’apprête à s’en aller.


MÉLANY

D’après moi, tu peux retourner

à l’école cet après-midi.

Tu diras à ton père de pas

s’inquiéter, t’as pas la gale.


VINCENT

C’est contagieux,

une gale?


MÉLANY

Non. La gale...

c’est une maladie contagieuse.

Bon, bien, bye!

Bon après-midi.


VINCENT

Merci beaucoup, là!


MÉLANY sort de la maison. ALAIN revient à ce moment.


ALAIN

Puis, comment il va,

mon Robinson Crusoé?

Puis, Vincent, qu'est-ce

qu'elle a dit, l’infirmière?


VINCENT

Ah... Mélany fait dire qu’on

va pouvoir jouer notre partie.

Je peux pas aller

à l’école cet après-midi.


ALAIN

Comment ça?


VINCENT

J’ai la gale.


À l’école, JULIEN rigole, après avoir fait quelques annonces à l’interphone. M. PRUDHOMME se pointe à la fenêtre de son bureau.


M. PRUD’HOMME

Julien! Arrête ça

tout de suite!


JULIEN

Il m’en reste juste une,

monsieur!


M. PRUD’HOMME

Julien, ça suffit!


JULIEN

Finalement, bravo à Nadya

Mazari, capable de rentrer

sept guimauves

dans sa bouche!

Wouhou!


ALAIN consulte son téléphone.


ALAIN

Ça dit ici que la gale est...

contagieuse et que les symptômes

peuvent être très incommodants.


VINCENT

Je le sais, c’est pour ça

que Mélany m’a dit de rester

ici, cet après-midi.

Es-tu prêt?


ALAIN

Attends, attends, attends!

Il va falloir te désinfecter...

Tes vêtements...

tes draps aussi, les divans...

Il va falloir t’isoler.


VINCENT

Voyons! Tu capotes pour rien.


ALAIN

Pas du tout.

La gale, on ne rit plus, là...

Et tu peux mettre une croix

sur le hockey.


VINCENT

Je fais juste tenir

la manette dans mes mains...


ALAIN

Non, non, non!

Le vrai hockey.


VINCENT

Quoi? Bien voyons donc!


ALAIN

Dépêche-toi, il faut aller

à l’hôpital.


VINCENT

Non, non! Regarde, papa...

Je fais juste

une réaction allergique...


ALAIN

Vincent, arrête, viens-t’en!


VINCENT

Non, non, sérieux!

J’ai pas la gale.

Mélany pense que je fais juste

une réaction allergique

à du tissu ou à un savon.


ALAIN

Quoi?

Tu niaisais?

Hé! On fait pas des blagues

avec ça, voyons donc!


VINCENT

Je le sais! Je m’excuse,

j’ai pas réfléchi...

Je voulais juste qu’on joue

notre partie de hockey.


ALAIN

Coudonc, le hockey, c’est

plus important que l’école?

Réponds pas à ça, là...

Envoye, va-t’en à l’école

et va te changer avant.

Hé! Je peux pas croire!


VINCENT

(Soupirant)

Adieu, coupe Stanley...


À l’école, MÉLANIE consulte son téléphone quand son père vient la rejoindre.


M. PRUD’HOMME

Tu fais ton devoir

de français ou de maths?

Ah! Hmm!


MÉLANIE

Je dirais plutôt:

mon devoir humanitaire.

Je viens d’écrire

sur Facebook

que je suis fière

d’avoir donné mon fer plat.


M. PRUD’HOMME

Moi aussi, je suis fier

de toi, ma sauterelle.

Hé! Je t’ai pas dit ça...

il y a au moins une cinquantaine

d’étudiants qui sont venus

me remercier pour le coup

de la lasagne!


MÉLANIE

Hmm-hmm?

C’est qui, ton donateur?

Bill Gates?


M. PRUD’HOMME

Non! C’est nul autre

qu’Alain Beaucage.

D’ailleurs, il devrait venir

me porter son chèque

d’ici une seconde ou deux.


MÉLANIE

Ah, cool!

Avec le reste de l’argent,

tu pourrais peut-être m’acheter

un nouveau fer plat?


M. PRUD’HOMME

Ah bien... c’est toujours

permis de rêver.


MÉLANIE

Non, mais sans farce,

de voir Cindy heureuse, ça m’a

quand même rendue heureuse.


M. PRUD’HOMME

Hmm...

Alors, Mélanie,

tu viens de découvrir

une des grandes vérités

de la vie:

donner, ça fait encore

plus plaisir que recevoir.


MÉLANIE

Hmm... moi qui pensais

que c’était juste une phrase

d’adultes frustrés

de pas recevoir de cadeau.

C’est pas si faux que ça.


M. PRUDHOMME reçoit un appel.


M. PRUD’HOMME

(regardant son téléphone)

Ah! C’est Mélany!

Bureau de Jean-Pierre

Prud’homme,

le philanthrope, bonjour!

Hein?

T’es pas sérieuse?


Un peu plus tard, ALAIN et JULIEN frappe à la porte du bureau de M. PRUDHOMME avant d’entrer.


ALAIN

Rentre, il devrait arriver

d’une seconde à l’autre.

On avait rendez-vous

à 16 h 30.


ALAIN dépose l’arbre sur le bureau de M. PRUDHOMME.


JULIEN

Ah, attends!

(Prenant le téléphone)

Je m’en occupe.


ALAIN

Qu’est-ce que tu fais là?


JULIEN

Mais papa, c’est parce que...


De son côté, M. PRUDHOMME, qui vient de raccrocher, est sous le choc.


MÉLANIE

Allô? Qu’est-ce qui se passe?


M. PRUD’HOMME

C’est Cindy...

Ce midi, elle a essayé

son fer plat dans le salon

et elle a oublié

de le débrancher.

Alors, quand elles sont revenues

à la maison, tantôt,

le salon était

en train de brûler.


MÉLANIE

Elles ont passé au feu?

Oh my God!

Est-ce qu’elles sont correctes?


M. PRUD’HOMME

Oui, oui, ça va,

elles sont pas blessées...

elles ont été chanceuses

dans leur malchance...

Bon, il y a juste

les meubles du salon

qui sont kaput, mais ça...

Mais là, ça veut dire

qu’en ce moment,

les pompiers sont

en train d’arroser,

donc, tantôt, tout va être

inondé... maudite affaire!


MÉLANIE

Ah, je le savais tellement

qu’il fallait pas

que je donne mon fer plat!

Ça m’apprendra à penser

au bonheur des autres.


M. PRUD’HOMME

Mélanie, as-tu oublié la belle

discussion qu’on vient d’avoir?

Là, c’est juste un accident bête.

L’important, c’est

qu’il y ait pas de blessé.

C’est pas le temps de se fâcher.


La voix de JULIEN se fait entendre par le biais de l’interphone.


JULIEN

Monsieur

Jean-Pierre Prud’homme

est demandé à son bureau.

Je répète:

JP, amène tes fesses

à ton bureau!


M. PRUD’HOMME

Ah non! Non, non...

Lui, là!


M. PRUDHOMME entre dans son bureau.


M. PRUD’HOMME

Non, mais... hé!

Ça va faire!

Non, mais ça va...

(Apercevant ALAIN)

Hé, que ça va faire longtemps

que j’avais pas vu

mon député préféré!


ALAIN

Je suis vraiment désolé

pour mon gars.

Excuse-toi, Julien.


M. PRUD’HOMME

Non, non, bien non,

c’est pas grave.

Il y a des choses plus graves

que ça dans la vie.

Comme... les coupures

budgétaires dans les écoles.

Hé! Non, mais heureusement

qu’il y a des âmes généreuses

pour nous faire des dons à l’occasion.

(Apercevant l’arbre sur son bureau)

Coudonc... c’est quoi,

faites-vous pousser

des cure-dents

dans vos temps libres?


ALAIN

Ha! Ha! Non, ça,

monsieur Prud’homme,

c’est l’avenir de l’école.


M. PRUD’HOMME

L’avenir?


ALAIN

C’est ça, mon fameux don.

Un chêne!


M. PRUD’HOMME

Quoi?

Pardon? C’est un...

(Bégayant)

... un chêne?


ALAIN

Ça va pas?


M. PRUD’HOMME

Bien oui, ça va!

(Lançant un regard à JULIEN)

Ça doit être l’émotion...


ALAIN

Ah! Je le savais,

que ça vous ferait plaisir!

Vous vous y attendiez pas!


M. PRUD’HOMME

Non, je m’y attendais

vraiment pas...


VINCENT frappe à la porte du bureau.


VINCENT

Monsieur Prud’homme?

Il y a un livreur

qui vient d’aller porter

une palette remplie de grosses

boîtes à la cafétéria

et il m’a dit de vous donner

la facture.


M. PRUD’HOMME

Cinq mille dollars...


JULIEN

Vous voulez que j’appelle

une infirmière à l’interphone?


M. PRUD’HOMME

Bien oui, c’est ça, Julien...

prends l’interphone

et utilise-le pour me faire

des excuses!

Désolé, j’ai une urgence

à régler.


M. PRUDHOMME s’en va.


ALAIN

(S’adressant à JULIEN)

Allez, fais-lui des excuses!

Et mets-y tout ton cœur.


JULIEN

OK...


ALAIN

Ça me pique...


VINCENT

Hé! Vu que t’as attrapé

mon gros virus contagieux,

on va pouvoir finir

notre partie de hockey ce soir!

À condition que tu remettes

ton masque et tes gants de vaisselle.


ALAIN

Non, je pense que je vais

utiliser la tente.

(Indiquant à JULIEN de s’excuser)

Allez!


Plus tard, M. PRUDHOMME et MÉLANIE accueillent MÉLANY et CINDY à la maison pour le souper.


MÉLANY

En tout cas, c’est vraiment

sweet de votre part

de nous recevoir à souper.


M. PRUD’HOMME

C’est la moindre des choses,

après ce qui vous est arrivé.


MÉLANIE

Mon père dit tout le temps

qu’on reçoit pas assez souvent.


M. PRUD’HOMME

En tout cas, surtout pas

de l’aussi agréable

compagnie...


MÉLANY

Ah! Le charmeur!

Un vrai George Clooney!


M. PRUDHOMME et MÉLANY s’embrassent.


CINDY

Ah! Yark!


MÉLANIE

Franchement!

Allez donc vous louer

une chambre d’hôtel!


MÉLANY

Inquiète-toi pas, Mélanie.

Après le souper, on traînera pas

dans vos pattes. Mathis couche

chez Julien Allard-Fraser

et nous deux,

on s’en va à l’hôtel.


MÉLANIE

Vous êtes tellement

pas chanceuses.

Moi, dormir dans les mêmes draps

que plein de gens que

je connais pas, ça m’écœure!


M. PRUD’HOMME

(Claquant des doigts)

Bien oui! Non, mais Mélanie

a raison, là!


MÉLANIE

Ah oui?


M. PRUD’HOMME

Bien oui!

Non, mais vivre à l’hôtel,

ça peut être tellement ennuyant!

Pourquoi vous passeriez pas

quelques semaines ici, hein?

Juste le temps que le nettoyage

et puis les réparations

soient terminés

chez vous, hein?


CINDY

Oh oui! C’est une super

bonne idée!

Je veux dormir dans la même

chambre que Mélanie!


MÉLANIE

C’est tellement pas ça

que j’ai dit, là,

mais tellement pas!


MÉLANY

Non, non...

on voudrait pas s’imposer.


M. PRUD’HOMME

Non, mais Mélanie et moi,

on insiste.

Cette malheureuse tragédie

va rapprocher les Gladu

et les Prud’homme...

hein, Mélanie?


MÉLANIE

Bienvenue chez nous!


La minuterie du four sonne.


M. PRUD’HOMME

Ah, c’est prêt!


MÉLANY

Hé!

Autant d’émotions,

ça creuse l’appétit!


M. PRUD’HOMME

Bien, justement...

je vous ai réchauffé

de l’excellente

lasagne gastronomique.


CINDY

C’est la même qu’à l’école?


M. PRUD’HOMME

Exactement, mademoiselle!

S’il y en a qui ont bien faim,

vous pouvez prendre

une deuxième assiette.

J’en ai une palette pleine!


M. PRUDHOMME, CINDY et MÉLANY ont un rire disgracieux, pendant que MÉLANIE semble découragée.


Fin de l’épisode


MAUDE

(S’adressant au public de l’émission)

Pour jouer ou revoir

des émissions,

visite le site web

de Subito Texto.


L’adresse internet suivante apparaît: « tfo.org/subitotexto ».


Générique de fermeture

Épisodes de Subito Texto

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Fiction

Résultats filtrés par