Image univers Subito Texto Image univers Subito Texto

Subito Texto

Maude, Jennifer, Mélanie, Vincent et Sami, vivent leurs premiers moments au secondaire. Ensemble, ils tentent d'apprivoiser cet univers inconnu, mais débordant de promesses... et d'inquiétudes!

Site officielpour Subito Texto
Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Intimidation chronique

Maude doit écrire une chronique pour l’hebdo La Nouvelle à propos de l´intimidation. Elle s’aperçoit vite que son reportage ne sera pas aussi facile à réaliser qu’elle le croyait. Il semble n’y avoir aucun cas récent d´intimidation à l’école! Avec Brandon-Lee et Mathis, elle concocte une simulation d’intimidation. Sauf que Mona voit la scène et y croit à 100 %. Elle met Mathis en retenue et chouchoute Brandon-Lee, la victime dans le sketch. N’en pouvant plus des fausses rumeurs qui circulent à propos de lui, Brandon-Lee veut refaire la scène, mais cette fois en tant qu’intimidateur. Mathis, lui, ne veut rien savoir. Motivé, Brandon-Lee en vient carrément à l’intimider. Mona, qui est aux aguets, le pince en flagrant délit. Elle accuse alors Maude d’encourager l’intimidation. Ce n’est que lorsqu’elle apprendra par accident l’homosexualité de Sierra que Maude trouvera finalement un sujet en or pour sa chronique : l’intimidation vs l’homosexualité.



Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Générique d'ouverture


Titre :
Subito texto


VINCENT achète un breuvage à la machine distributrice de l'école Victoire-Desmarais. MAUDE arrive pour s'acheter aussi un breuvage. Elle sourit.


VINCENT

C'est notre examen de français

qui te rend de si bonne humeur?


MAUDE

Ah! Les participes passés...

Non, je viens de recevoir

une nouvelle commande d'articles


VINCENT

Oh! Est-ce qu'ils font ça sur

les futures vedettes de hockey?


MAUDE

Malheureusement, non.

C'est sur l'intimidation.

J'écris un article puis je fais

un clip pour le volet web.

J'aimerais filmer

des cas d'intimidation

puis faire des entrevues.


VINCENT

Tu pourrais interviewer Mona.

Elle a créé un babillard avec

les 10 criminels de l'école.


MAUDE

Hein! Bonne idée...


MONA surgit en criant.


MONA

Haut les mains!

C'est moi ou ça sent mauvais

dans l'école?

(Reniflant VINCENT et MAUDE)

Ah, c'est pas vous autres.

Ça doit être encore un tordieu

de plat de lunch oublié.

Je suis à la veille d'inventer

des puces GPS pour les contenants

de plastique.

Bon, c'est assez, le "flânage".

On circule.


VINCENT

(S'adressant à MAUDE)

Bonne chance.


MAUDE

Euh... je flânais pas,

je vous cherchais.

Je prépare un gros dossier

sur l'intimidation.

J'aimerais vous interviewer.


MONA

Hé!

Tu pouvais pas tomber sur

une meilleure personne que moi.


VINCENT rejoint SIERRA assise sur un banc. SIERRA se regarde à l'aide de la caméra de son téléphone.


VINCENT

Essaies-tu de te crever un oeil?


SIERRA

J'avais quelque chose

dans le coin de l'oeil.

Mais là, je pense

que c'est parti.


SIERRA se tourne vers VINCENT.


VINCENT

Ouais, ça a l'air

d'être parti.

Je te l'ai jamais dit,

mais t'as vraiment

des beaux yeux.


SIERRA

Ah! Merci, t'es gentil.

Toi aussi, t'as

des beaux yeux.


VINCENT

Bien, merci.

Je travaille fort là-dessus.

(Riant, un peu gêné)

Je voulais savoir, euh...

Ça doit te faire triper quand

tu te regardes dans le miroir.


SIERRA

Qu'est-ce que tu veux dire?


VINCENT

Bien, t'aimes les filles...

puis t'es une super

belle fille.

Alors, tu dois trouver ça cool

de te regarder dans le miroir.


SIERRA

C'est vraiment épais,

ce que tu me dis.


VINCENT

Ah, euh...


SIERRA

Ça te rend mal à l'aise

que je sois pas hétéro?


VINCENT

Ah, non...


MONA et MAUDE marchent ensemble dans les corridors.


MONA

L'intimidation,

c'est un problème terrible

à Victoire-Demarais.

C'est pire que la peste!

Dans les années

je ne sais plus trop quoi.


MAUDE

Ah, bon, j'ai hâte

d'entendre ça.


MONA

Il faut pas se réjouir de ça!

Je gère des cas très lourds.

Note ça, ça va te faire

une phrase-choc.

Euh... "Une chance que

Mona S. Tanguay est aux aguets.

Sinon, l'école aurait sombré

dans la délinquance

depuis longtemps."

Hé, c'est bon, hein!


MAUDE

Euh, seriez-vous capable

de me citer un exemple récent?


MONA renifle les étudiants qu'elle croise tout en parlant avec MAUDE.


MONA

Bien, oui!


MAUDE

Donc?


MONA

Ah, OK!

Bien, tiens : hier,

il y avait un élève

à l'abreuvoir qui remplissait

sa gourde.

Puis ça empêchait

les autres...

Ça empêchait les autres

de boire!


MAUDE

Mais ça, c'est pas vraiment

de l'intimidation.

C'est plus de l'égoïsme...


MONA

Attends, je sais très bien

c'est quoi, l'intimidation.

Si le mot existait pas,

je l'aurais inventé.


MAUDE

Oui. Bon, avez-vous

un autre exemple, d'abord?


MONA

Euh...

C'est parce que c'est

des secrets professionnels.

Je... je dois protéger

l'identité des victimes.


MAUDE

Ça va être dur d'écrire

un article si j'ai pas plus

d'informations.


MONA

Bien, désolée, hein.

Je peux pas trahir des jeunes

qui ont mis toute

leur confiance en moi, hein?

Puis là, tu m'excuseras,

mais il faut absolument

que je trouve d'où vient

cette odeur-là.


MONA repart le nez en l'air en reniflant.


VINCENT et SIERRA poursuivent leur conversation sur le banc dans un corridor.


VINCENT

Moi, j'ai aucun problème

avec les lesbiennes.


SIERRA

Bien, ça paraît pas.


VINCENT

Non, si j'étais une fille,

je serais lesbienne, moi aussi.


VINCENT fait le signe des guillemets chaque fois qu'il dit le mot lesbienne.


SIERRA

Ah, tu gosses

avec tes guillemets!

Puis c'est super macho

comme remarque.

T'es le genre de gars qui

a peur de passer pour un gai.


VINCENT

Bien, non, pas du tout!

Être homo ou être hétéro, c'est

comme être gaucher ou droitier.

Je remarque pas ça, c'est un détail.


BRANDON-LEE passe devant eux et VINCENT se lève pour l'embrasser.


VINCENT

Hé, mon chum, comment tu vas?

Eh que je t'aime, toi.


BRANDON-LEE

(Repoussant VINCENT violemment)

Qu'est-ce que tu fais là, toi?


MATHIS qui passe par là, pousse une remarque.


MATHIS

Coudonc, les gars...

sortez-vous ensemble?


BRANDON-LEE

Non.


SIERRA

Ils sont follement amoureux.


VINCENT

Hein? Non, non.


MATHIS

Wouhou!

(Se collant sur VINCENT)

Amoureux...


VINCENT

(Repoussant MATHIS)

Va-t'en.

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Bien, je voulais te prévenir

que si t'es gai,

tu peux venir m'en parler.


BRANDON-LEE

Quoi?


VINCENT

C'est vraiment cool avec moi,

si t'es gai, aucun problème.


VINCENT pose la main sur l'épaule de BRANDON-LEE.


BRANDON-LEE

Touche-moi pas,

je suis pas gai!

Si t'as besoin d'affection,

va donc voir ta mère!


SIERRA

Tu vois, Vincent?

Vous êtes comme

la plupart des gars:

vous avez tellement peur

de passer pour deux gais.


SIERRA se lève et part un peu fâchée.


MONA continue ses investigations pour trouver la source de l'odeur. En tournant un coin, elle s'arrête près de MME PRÉFONTAINE qui épingle un document sur le babillard.


MONA

Oh! Bonjour! Hé!


MME PRÉFONTAINE

Ah, bonjour, Mona.


MONA

Hum, coudonc! As-tu lavé

tes cheveux avec l'aspirateur?


MME PRÉFONTAINE

Ah, je suis contente

que t'aies remarqué.


MONA

Bien, url...

C'est comme...

une autruche dans le désert;

c'est dur à manquer.


MME PRÉFONTAINE

C'est le gras naturel

de mon cuir chevelu.

Ça aide à garder

les cheveux en santé.

Quand on utilise

du shampoing,

on perd tout ce beau

gras-là.


MONA

Oui, puis c'est

tellement dommage!


MME PRÉFONTAINE

Je vais partir un mouvement

pour convaincre tout le monde

de couper dans les produits

de beauté,

dont les shampoings

et les désodorisants.

Est-ce que ça

t'intéresserait?


MONA

Ah, bien, je peux pas.

Mon aspirateur

est pas assez puissant.


MME PRÉFONTAINE

Tu sais, Mona,

l'eau est une ressource

inestimable.

Et non seulement

on perd notre temps

à la dilapider

en se lavant,

mais on la contamine

inexorablement

avec nos produits polluants.


MONA

Arrêter de se laver.

Bien, voyons donc!

Ça sentirait le...

le petit canard,

partout dans l'école.


MME PRÉFONTAINE

Ta réaction est normale.

On a une fixation collective

inouïe avec la propreté.

Mais non, tu puerais pas.

J'ai quelque chose

pour toi.


MONA se ventile avec ses mains pendant que MME PRÉFONTAINE fouille dans son sac.


MME PRÉFONTAINE

Devine ce que c'est.


MONA

Euh... une grosse

garnotte!


MME PRÉFONTAINE

C'est un bloc de cristal

provenant des geysers islandais.

Ça remplace le désodorisant

quand on le frotte sur la peau

et c'est 100 % naturel.

(Levant le bras)

Sens-moi.


MONA

(Réagissant à l'odeur)

Oh! T'es sure que t'en as mis?


MME PRÉFONTAINE

Bien... peut-être que ça prend

un certain temps

avant que la peau s'habitue

puis que ça fonctionne, hein.

C'est ça que les Vikings

utilisaient au Moyen-Âge.


MONA

Ah. C'est vrai que les Vikings

étaient reconnus

pour sentir la rose...


MME PRÉFONTAINE

Tu vas voir: mon mouvement

va faire sensation.


MONA

OK.


MME PRÉFONTAINE s'éloigne et MONA prend une grande respiration comme si elle avait arrêté de respirer un moment.


MONA

(Respirant profondément)

Ah! Oh, ah.

(Sentant ses aisselles)

Hé, fiou! Ah.


Au local du journal, MME PRÉFONTAINE se frotte les aisselles avec son précieux cristal. MAUDE entre dans le local.


MAUDE

Ah, justement!

La personne que...

(Remarquant l'odeur)

je voulais voir.


MME PRÉFONTAINE

Bonjour, mademoiselle!

J'ai l'honneur de t'offrir

ma toute première brochure.


MAUDE

(Lisant le titre de la brochure)

"Sauvons la planète,

soyons moins nets".


MME PRÉFONTAINE

Ça explique qu'on peut

aider la planète

en éliminant graduellement

le savon, le shampoing,

les parfums, les crèmes,

les cosmétiques.


MAUDE

Ah, c'est super!


MME PRÉFONTAINE

Euh, mais... en attendant,

j'ai une question à te poser, puis...

sois franche, OK?


MAUDE

Hum?


MME PRÉFONTAINE approche de MAUDE en ouvrant sa veste.


MME PRÉFONTAINE

Est-ce que, je...

je sens pas bon?


MAUDE

Non, non, pas du tout!


MME PRÉFONTAINE

Ah! Merci, tu me rassures.

On vit dans une société

obsédée par le paraître

et non pas par le bien-être.

Qu'est-ce que tu dirais

de distribuer des brochures avec moi?


MAUDE

Ah... ça m'aurait fait

vraiment plaisir,

mais j'ai un gros

reportage à réaliser

sur l'intimidation.

Et justement,

je me demandais si vous vouliez

me raconter des anecdotes

qui se sont passées

dans votre classe, cette année.


MME PRÉFONTAINE

Ah, pauvre toi!

C'est la première année

où on n'a pas de cas

d'intimidation rapportée.


MAUDE

Hein? Mais... ça se peut pas.

Comment ça?


MME PRÉFONTAINE

Je le sais!

Avec les membres du personnel,

on s'en étonnait justement,

à la réunion d'hier.


MAUDE

Comment je vais faire

pour faire une vidéo

avec des cas d'intimidation

qui existent pas?


MME PRÉFONTAINE

Si je peux t'encourager,

vois ça comme un défi.

On va voir si t'es

une bonne journaliste.

Bonne journée!


MME PRÉFONTAINE s'en va et MAUDE prend une grande respiration.


MAUDE entre dans une salle d'études de l'école. BRANDON-LEE est penché sur un travail.


MAUDE

Allô! Est-ce que

je te dérange?


BRANDON-LEE

Oui.


MAUDE

Ah.


BRANDON-LEE

Mais c'est juste un devoir,

on s'en fout.


MAUDE

OK. Bon.

Je prépare un reportage

sur l'intimidation,

puis Mme Préfontaine

m'a dit qu'il y en avait pas,

cette année, dans l'école.

Mais Mona m'a dit

exactement le contraire.


BRANDON-LEE

Ouais. C'est vrai que c'est

pas mal tranquille, cette année.

On dirait que ça s'est arrêté

quand j'ai décidé d'être fin.


MAUDE

Hum. Ça te tenterait pas

de recommencer?


BRANDON-LEE

Hein? T'es sérieuse?


MAUDE

Bien, non! Je pensais

réussir à filmer

au moins une scène

d'intimidation,

mais là, ça marchera pas.


BRANDON-LEE

Si c'est juste ça,

ça peut facilement s'arranger.


MME PRÉFONTAINE et SIERRA sont devant la salle des pas perdus. MME PRÉFONTAINE tient une affiche et SIERRA distribue des dépliants.


MME PRÉFONTAINE

♪ Sau-sau-sau ♪

♪ Sauvons la planète ♪

♪ Sau-sau-sau,

soyons moins nets ♪

Je suis tellement contente

que tu m'aides.


SIERRA

Ah, bien, là,

je pouvais pas manquer ça.

Quand je vivais sur notre

voilier, j'ai appris comment

c'était important

d'économiser l'eau.


MME PRÉFONTAINE

Dis-moi, comment ça se

passait, côté hygiène?


SIERRA

Vous savez...

En prenant moins de douches,

il y a quand même toujours

moyen de sentir bon.


MME PRÉFONTAINE

Ah, je suis entièrement

d'accord.

C'est pour ça que j'utilise

un bloc de cristal

des geysers islandais.


SIERRA

Oui! Mais peut-être

qu'il existe des moyens plus efficaces.


VINCENT passe et s'arrête devant SIERRA.


VINCENT

Sierra, il faut que je te parle.


SIERRA

Je suis en pleine

conversation.


MME PRÉFONTAINE

Ça va, ça va.

On continuera plus tard.

(Recommençant à scander un slogan)

♪ Sau-sau-sau ♪

♪ Sauvons la planète ♪


VINCENT

Ark! Est-ce que c'est

Mme Préfontaine qui sent ça?


SIERRA

Chut...


VINCENT

Tu vas être fière de moi.

J'ai réfléchi à ce que

tu m'as dit, puis...

j'ai décidé d'écrire

un statut Facebook.

Regarde.


Dans la classe d'étude, BRANDON-LEE et MAUDE poursuivent leur conversation.


BRANDON-LEE

Je vais t'en faire une,

simulation d'intimidation.

J'ai tellement intimidé de

monde, c'est sûr

que je vais être bon.


MAUDE

C'est peut-être

une bonne idée, finalement,

de juste faire un exemple

d'intimidation.


BRANDON-LEE

Hum. Hé, je me

rappelle d'un gars.

Je m'amusais à lui faire

échapper ses livres

en tapant dessus.

En tapant sur les livres,

pas en tapant sur lui.

C'était super drôle.

Mais là, ce n'est plus drôle,

non.


MAUDE

Bon, là, il faut juste trouver

un élève qui est prêt

à jouer le jeu.


BRANDON-LEE

Laisse-moi faire,

je vais te trouver ça.


BRANDON-LEE touche la main de MAUDE, ce qui crée un léger malaise.


SIERRA et VINCENT sont toujours à la salle des pas perdus.


SIERRA

(Lisant le statut de VINCENT)

"Les gars, ayons pas peur

d'avoir l'air gai"?


VINCENT

Je comprends pas ce qu'il y a

d'insignifiant.


SIERRA

C'est limite homophobe!


VINCENT

Tu capotes!


SIERRA

OK. Ça veut dire quoi,

pour toi, exactement,

"avoir l'air gai"?


VINCENT

Ça, j'avoue que...

je sais pas trop.


SIERRA

Qu'est-ce qui va se passer

quand je vais me faire

une blonde?

Tu vas te mettre à poser

des questions stupides?

Genre "c'est qui, qui fait le

gars, qui, qui fait la fille"?

Si je me faisais une blonde,

j'aurais carrément honte

de te la présenter.


VINCENT

Mais non, t'as pas à avoir

honte, je te jugerai jamais.


SIERRA

Non, honte de toi, Vincent.


SIERRA s'en va exaspérée. VINCENT soupire en la regardant partir.


VINCENT

Une blonde!


MATHIS est dans un coin. Il lèche le cristal himalayen de MME PRÉFONTAINE.


BRANDON-LEE

(Rejoignant MATHIS)

Hé!

Salut, Mathis!


MATHIS

(Montant le bâton de cristal)

As-tu vu ça?

C'est spécial, hein.


BRANDON-LEE

C'est juste une roche.

Mathis, j'ai besoin de toi

pour jouer dans un clip

avec Maude.

Tu vas voir,

on va avoir du fun!


MATHIS

C'est juste un clip, hein.


BRANDON-LEE

Bon. Elle est donc bien hot,

ta roche.

C'est quoi?


MATHIS

C'est ça que j'essaie

de deviner.

Je l'ai trouvée dans

le local du journal puis...


BRANDON-LEE

Ah. Puis? Ça te tente

de faire partie de notre sketch?

Le clip va être sur Internet...


MATHIS

Sur Internet?


BRANDON-LEE

Ouais.


MATHIS

C'est sûr que ça me tente!


BRANDON-LEE

Parfait. On se rejoint

après le dîner, aux casiers, OK?


MATHIS

OK.


BRANDON-LEE part d'un côté et VINCENT arrive de l'autre.


VINCENT

Mathis!


MATHIS

Si tu cherches ton chum Brandon-Lee,

il est parti par là.


VINCENT

Je le cherche pas.

Puis c'est pas mon chum!

Mélanie m'a raconté que...

t'as déjà trafiqué

la poignée de porte

de votre salle de bain?

C'est vrai?


MATHIS

Oui, mais là... un petit gars

a quand même le droit

de se brosser les dents.


VINCENT

Oui, c'est correct.

Ça va rester entre toi puis moi.

Mais peux-tu m'expliquer

comment t'as fait?


MATHIS

Ah, bien, c'est super simple!

(Tendant le bâton de cristal)

Avant, pourrais-tu juste

sentir ça?


VINCENT

Ça sent bon.


Plus tard, devant les casiers, MAUDE, MATHIS et BRANDON-LEE discutent du projet de clip.


MATHIS

Je le fais pas si c'est pas

moi, l'intimidateur.


BRANDON-LEE

Ai-je l'air d'un gars

qui se fait intimider?


MAUDE

T'es plus petit et plus jeune

que Brandon-Lee.


MATHIS

Oui, puis c'est ça

ou rien du tout.


BRANDON-LEE

Bon, bien, ciao!


MAUDE

Non, attends, s'il te plaît!

J'ai personne d'autre, sinon.

Il faut vraiment

que mon projet avance!


BRANDON-LEE

C'est pas crédible.

C'est comme si un pee-wee

essayait d'intimider un gars

de la LNH.


MAUDE

Mais c'est mieux que rien!

S'il te plaît! Il me faut juste

vraiment un clip.

Je peux te filmer de dos, hein?

Personne va te reconnaître.


BRANDON-LEE

OK. Mais tu filmes

avec mon cellulaire.

Si on voit ma face,

je me réserve

le droit exclusif

de tout supprimer.


MAUDE

Bon! Parfait. OK.

En position!


MAUDE tient le téléphone de BRANDON-LEE et actionne l'enregistrement vidéo.


MAUDE

Et... action!


La vidéo commence.


MATHIS

(Interpellant BRANDON-LEE)

Où tu penses

que tu t'en vas, toi?


BRANDON-LEE

Euh, à mon cours.


MATHIS

(Faisant tomber les cahiers de BRANDON-LEE)

Mauvaise réponse!


BRANDON-LEE

Laisse-moi tranquille!


MONA intervient aussitôt. MAUDE interrompt l'enregistrement.


MONA

Qu'est-ce qui se passe ici?


MAUDE

Non, non, c'est juste

un sketch!


MONA

Non, non, j'ai très bien vu

ce qui se passait, hein.

Qu'est-ce que je te disais, là?

Tous les jours, je dois intervenir

contre l'intimidation.

C'est un vrai fléau!


BRANDON-LEE

Non, non, Mona, je suis correct.


MONA

Non, t'es pas correct, voyons!

On banalise jamais

la violence psychologique.


MAUDE

Brandon-Lee jouait la comédie.


MONA

Ah bien, oui!

Puis si Brandon-Lee

était en petit boule, à terre,

en train de pleurer,

c'est certainement pas parce que

ses sandwiches passaient mal!


BRANDON-LEE

J'étais pas en petite boule

et je me faisais pas intimider.


MONA

Puis toi? M. Gladu joue les durs?


MATHIS

Non, pas du tout, là!


MONA

Je vais t'avoir à l'oeil.

Ça commence avec une retenue

après l'école.


MATHIS

C'est pas juste!

C'est Maude qui m'a demandé

de faire ça!


MONA

Ah! Puis si Maude demande

de te jeter en bas du pont,

vas-tu le faire?


MAUDE

Mathis a rien fait!


MONA

(S'adressant à BRANDON-LEE)

Ah. Puis toi!

Mon pauvre petit chou.

Mais mon beau garçon...

es-tu correct?


BRANDON-LEE

(Grimaçant)

Bien oui, ça va.


MONA

Oh.

(Grimaçant en se tournant vers MATHIS)

Guiii!


Plus tard, VINCENT rejoint BRANDON-LEE assis à une table dans la salle des pas perdus.


VINCENT

Hé! Je me demandais, là...

Sais-tu c'est qui, les filles

lesbiennes, à l'école?


BRANDON-LEE

T'es donc bien obsédé

par les histoires de gai, toi.


VINCENT

Non, je te demandais ça

de même, là.

Il doit bien y en avoir,

des filles lesbiennes.


BRANDON-LEE

Euh... Mélanie.


VINCENT

J'ai déjà sorti avec!


BRANDON-LEE

Une demi-journée.


VINCENT

Ouais.


BRANDON-LEE

Euh... Sierra.


VINCENT

Ouais, elle est bonne!

Oui, elle est tellement belle,

elle pourrait avoir une blonde.


BRANDON-LEE

Moi, je suis super beau

puis j'ai pas de blonde.


VINCENT

Super beau?


BRANDON-LEE

Bien, oui.


VINCENT

Je pense que tu passes trop

de temps avec ta grand-mère.


BRANDON-LEE

OK... Maude.


VINCENT

Pas fou! Elle a jamais eu de chum,

elle porte jamais de robe,

puis elle s'implique

dans tous les comités!


BRANDON-LEE

Clairement lesbienne.


VINCENT

Ha! ha! ha!

Merci.


VINCENT s'en va heureux. MME PRÉFONTAINE prend aussitôt le siège que VINCENT vient de laisser.


MME PRÉFONTAINE

Tiens, toi.

Es-tu correct?


BRANDON-LEE

Oui.


MME PRÉFONTAINE

J'ai entendu plusieurs élèves

dire qu'ils t'avaient vu pleurer

dans les bras de Vincent.


BRANDON-LEE

De quoi vous parlez?


MME PRÉFONTAINE

T'as pas à être gêné

ni avoir honte

d'être victime d'intimidation.

Puis je t'encourage

à dénoncer ton agresseur.


MAUDE parle au téléphone plus loin dans un corridor.


MAUDE

Non, non, mais ça va être bon

pareil, je vous promets!

OK, merci.


BRANDON-LEE

(Rejoignant MAUDE)

Ah, c'est toi

qui as mon cellulaire!


MAUDE

Oui, je l'avais gardé après

la super intervention de Mona.


BRANDON-LEE

OK. Tout le monde pense

que je me suis fait intimider

par un ti-cul

puis que je suis allé brailler

comme un veau

dans les bras de Vincent.

Ris pas!


MAUDE

Bien, non, c'est pas drôle.


BRANDON-LEE

C'est en train de me rendre

complètement fou!

J'ai une réputation, moi.

En tout cas, j'en avais une.


MAUDE

Hum. Je viens de parler

au directeur éditorial

de La Nouvelle.

Il veut pas que je change

de sujet, c'est déjà annoncé.


BRANDON-LEE

Maude, il faut qu'on rejoue

la scène à l'endroit, OK?

Il faut que je redevienne

un intimidateur!


MAUDE

Oui, je veux bien!

Mona a gâché ma première vidéo.

Mais là, Mathis voudra pas.

C'est à cause de nous

s'il a eu une retenue.


BRANDON-LEE

S'il avait accepté

de se faire intimider,

c'est moi qui aurais eu

une retenue.


MAUDE

Bon, OK!

On peut réessayer.


BRANDON-LEE

OK. Je m'occupe

de retrouver Mathis.

On se rejoint aux casiers

dans dix minutes.


BRANDON-LEE repart avec enthousiasme.


MME PRÉFONTAINE s'approche de MAUDE et s'assoit près d'elle.


MME PRÉFONTAINE

Ça marche pas, mon affaire.


MAUDE

Moi non plus...


MME PRÉFONTAINE

On dirait que les élèves

me fuient quand je les approche.


MAUDE fait la grimace quand MME PRÉFONTAINE s'assoit.


MAUDE

Ah, oui? C'est bizarre!

Bien, voyez ça

comme un défi, hein.

C'est là qu'on va voir

si vous êtes bonne communicatrice.

Hum?


MME PRÉFONTAINE

C'est drôle, hein,

ça m'encourage pas beaucoup.


MME PRÉFONTAINE se lève et passe devant MAUDE qui fait la grimace.


Le timbre du téléphone de MAUDE annonce un message entrant de VINCENT.


VINCENT

(Par message texte)

Rejoins-moi au local du journal!

Vite!


MAUDE se dirige vers le local du journal. SIERRA est déjà là. Elle consulte son téléphone.


MAUDE

Est-ce que t'as vu Vincent?


SIERRA

Non, mais moi aussi,

je l'attends.

(Montrant son téléphone)

Il m'a texté.


MAUDE

C'est drôle, il m'a texté

la même chose.


VINCENT arrive en vitesse et ferme la porte.


SIERRA

Vincent?


MAUDE

Pourquoi il a fermé

la porte?


SIERRA

Je le sais pas.

Il est bizarre aujourd'hui.

Je vais aller tirer ça

au clair.


SIERRA tente d'ouvrir la porte qui est bloquée.


SIERRA

Hein?


MAUDE

Elle est barrée?


SIERRA

Mais ça barre pas tout seul,

une porte, là.

Vincent, je sais que c'est toi!

Ouvre la porte.


VINCENT

(Parlant de son côté de la porte)

Je reviens dans quelques

minutes. Profitez-en donc

pour mieux vous

connaître puis vous apprécier.


SIERRA

Vincent, ouvre la porte!


MAUDE

OK. Euh, Vincent,

elle est vraiment bonne,

ta blague.

Tu nous as eues! Ha! ha! ha!

Bon, mais là, fais-nous sortir.

J'ai le sketch à aller filmer,

moi!


SIERRA

Il essaye pas de nous jouer un

tour, il essaye de nous matcher!


MAUDE

Comment ça, nous matcher?


SIERRA

OK, si t'ouvres pas

la porte tout de suite,

Vincent, ça va aller mal!

Je suis sérieuse.


SIERRA ouvre la porte et regarde VINCENT avec de la tristesse dans les yeux.


SIERRA

Tu m'as dit que t'en parlerais

à personne.


VINCENT

J'ai absolument rien dit.

Je vous laissais un peu de temps

pour mieux vous connaître.


MAUDE

Mais on se connaît super bien,

Sierra et moi.


SIERRA

T'as pas d'affaire à te mêler

de ma vie amoureuse.

C'est à moi de déclarer ou non

mon orientation sexuelle.

Ça t'appartient pas pantoute!


VINCENT

Je... je suis désolé.


MAUDE

(Comprenant)

OK!...


MATHIS et BRANDON-LEE marchent vers les casiers.


MATHIS

Non, non, je le refais pas,

le sketch!


BRANDON-LEE

Je passe pour un braillard.

J'ai une réputation à défendre.


MATHIS

Oui, puis moi, à cause de toi,

j'ai une retenue.


BRANDON-LEE

C'est plate, mais je te laisse

pas vraiment le choix.


MATHIS

(Criant)

On m'intimide!


BRANDON-LEE

Arrête de crier.


MATHIS

À l'aide! On m'intimide!


BRANDON-LEE

Chut... Hé, Mathis!


BRANDON-LEE prend MATHIS pour le calmer, mais il crie encore plus fort.


MATHIS

Ah! On m'intimide!


MONA intervient.


MONA

Ah! Encore des histoires

d'intimidation qui recommencent?


BRANDON-LEE

Non, c'est pas ça qui

se passe, écoutez-moi.


MONA

Ah, bien! Tu filmes, en plus!


BRANDON-LEE

C'est pour le reportage

de Maude!


MONA

Hé! Je sais reconnaître

un petit gars qui veut se venger

quand j'en vois un, Brandon-Lee.


BRANDON-LEE

(Serrant MATHIS contre lui)

Mathis a crié pour

pas se faire intimider.


MATHIS

Ah! Ah!


MONA

Ah! Je comprends très bien.


BRANDON-LEE

C'est pas ça que je voulais dire.


MONA

Une retenue pour toi aussi.


BRANDON-LEE

J'ai rien fait!

C'est Maude qui veut des clips

de gens qui s'intimident

pour son reportage!


MONA

Bon, bien, une retenue

pour Maude aussi.

Hé, j'ai assez de problèmes

avec les mauvaises odeurs puis

les folies de "pas de savon",

j'ai pas besoin

de ses niaiseries en plus.


MONA se retourne et fait quelques pas. BRANDON-LEE prend MATHIS au cou.


MATHIS

Ah...


MONA

(Revenant sur ses pas)

Hé!


MATHIS

Atchou!


MONA

Bon.


BRANDON-LEE

(S'adressant à MATHIS)

Toi, là...


MAUDE et SIERRA sont ensemble au local du journal. MAUDE vient de recevoir un message.


MAUDE

Une retenue!

C'est complètement stupide.


SIERRA

Franchement!

Est-ce que Brandon-Lee

a expliqué à Mona que

c'était juste un sketch?


MAUDE

Il m'a dit qu'elle voulait

rien savoir.


MONA

Ah, elle, là...


MAUDE

Sierra...

je voulais te dire, là...

Je m'excuse pour tantôt,

je savais pas comment réagir,

mais ça me dérange pas

que t'aimes les filles.

Vraiment, vraiment pas.


SIERRA

Je le sais, Maude.

C'est Vincent qui est grave.

On dirait qu'il fait exprès

pour rendre ça débile.


MAUDE

Ouais. Justement,

ça m'a donné

une super bonne idée

pour mon reportage.


SIERRA

Comme quoi?


MAUDE

Sens-toi bien à l'aise,

mais j'aimerais ça,

faire un dossier complet

sur toi.


SIERRA

Sur moi?


MAUDE

Hum-hum!

Je pourrais parler d'intimidation,

mais concentrer ça

sur l'orientation sexuelle.


SIERRA

Ah, bien, j'aimerais ça,

t'aider, mais...

j'ai jamais été intimidée

avec ça.

En tout cas, pas encore.

Il y a juste Vincent

qui est au courant.

Puis il est capable

de dire des niaiseries,

mais c'est vraiment pas

de l'intimidation.


MAUDE

Mais pour mon reportage,

tu pourrais juste parler

de ce qui te fait peur.

Tu dis "pas encore".

Est-ce que c'est parce que

tu penses que c'est inévitable?


SIERRA

Un peu.

Bien, ça fait partie des raisons

pour lesquelles je garde ça

pour moi. Bien, en tout cas,

pour l'instant.


MAUDE

Mais tu sais, c'est super

intéressant.

Il y a vraiment quelque chose

d'important à dire avec ça.


SIERRA

Mais c'est sûr!

Mais comme je te disais,

je suis pas encore prête

à le dire à tout le monde.


MAUDE

OK, mais on pourrait te filmer

dans le noir, changer ton nom,

puis même trafiquer ta voix,

comme à la télé!


SIERRA

OK!


MAUDE

Ah! Merci!

T'es super.

OK, il reste juste à convaincre

les gens de l'hebdo.


MME PRÉFONTAINE entre dans le local. Elle affiche un air découragé.


SIERRA

Hé! Est-ce que

vous avez réussi

à distribuer toutes vos brochures?


MME PRÉFONTAINE

Bien, non. C'est rendu

que les élèves chantent...

♪ Sau-sau-sau, sauvons-nous

de Mme Préfontaine ♪


SIERRA

Bien, vous savez,

madame Préfontaine...


MME PRÉFONTAINE

Bien, oui, je le sais

que je pue!

Je ne suis plus capable

de me sentir!

Je me sens rejetée.

Je dirais même

que je me sens intimidée.

Ah... As-tu encore besoin

d'interviewer

des victimes d'intimidation?


MAUDE

Oui, oui, c'est sûr!


MME PRÉFONTAINE prend des airs de victime.


SIERRA est à son casier. VINCENT s'approche.


VINCENT

Je voudrais m'excuser

pour ce matin.

Puis ce midi, puis...

cet après-midi.

Bien, pour toute la journée,

finalement.


SIERRA

Je t'écoute.


VINCENT

Je ne me mêlerai plus jamais

de tes histoires amoureuses.

Je vais garder le secret.


SIERRA

J'accepte tes excuses.


VINCENT

J'ai réfléchi, cet après-midi,

puis j'ai fait des recherches.


SIERRA

OK... je commence

à être nerveuse.


VINCENT

J'ai trouvé un organisme

communautaire

qui fait la tournée des écoles

en faisant des pièces de théâtre

puis des conférences

pour dénoncer l'homophobie.


SIERRA

Hé, mais ça pourrait être

une super bonne idée!


VINCENT

Oui! Puis c'est subventionné,

en plus, ça coûterait rien.


SIERRA

Ce serait mieux qu'un slogan

poche sur Facebook, hein?


VINCENT

Ouais. Ha! ha! ha!

J'en ai un nouveau pour toi.


SIERRA

OK, laisse faire, toi, là.

(Frappant du poing l'épaule de VINCENT)

Tiens!


VINCENT

Aow...


MAUDE, BRANDON-LEE et MATHIS sont dans la classe de retenues. MME PRÉFONTAINE entre dans le local avec un turban sur la tête.


MAUDE

(Lisant un message sur son téléphone)

Ah, yes!


MME PRÉFONTAINE

Bonjour, tout le monde!

C'est moi qui supervise

la retenue d'aujourd'hui.

Ah, Maude, je pense

que tu t'es trompée

de local...


MAUDE

Ah, non, non,

je suis en retenue.


MME PRÉFONTAINE

Une retenue, c'est censé

être désagréable.


MAUDE

Mais c'est parce que

j'ai comme réaligné

mon dossier sur l'intimidation,

puis le directeur éditorial

de La Nouvelle vient de me dire

qu'il trouve mon idée géniale!


MME PRÉFONTAINE

Ah... oui?


MATHIS joue avec le bâton de cristal.


MME PRÉFONTAINE

Ah, il est là, mon désodorisant!


MATHIS

Votre quoi?


MME PRÉFONTAINE

C'est mon désodorisant

pour mes aisselles.


MATHIS

Ah!


MATHIS lance le bâton en grimaçant. BRANDON-LEE rattrape le bâton en riant.


BRANDON-LEE

Ah... ah...


MME PRÉFONTAINE

Attention de pas le casser,

ça vaut 100 $, ça.


BRANDON-LEE

Hein? Cent piastres

pour une roche dégueu?


MME PRÉFONTAINE

Bien, on m'a présenté ça

comme un produit importé

haut de gamme, mais...

Bien oui, j'avoue:

je me suis fait avoir.

Puis de toute façon,

couper sur l'eau et le savon,

c'est peut-être un peu trop

radical quand on vit pas tout seul,

au fin fond de la brousse.


MATHIS

Pourquoi vous vous

achetez pas une douche

qui réutilise la même eau?


MME PRÉFONTAINE

Ça existe?


MATHIS

Bien, oui, c'est sur Facebook.


MME PRÉFONTAINE

Ah?


MATHIS sort son téléphone.


MATHIS

Je peux?


MME PRÉFONTAINE

Ah, oui, oui!

(Regardant le site en question)

Oh, wow! On peut se laver

sans gaspiller d'eau...

J'aimerais mieux ça que

de me promener avec un turban.

Mais dis-moi donc...

c'est quoi la raison

de ta retenue?


MATHIS

Ah, j'ai intimidé Brandon-Lee.


MME PRÉFONTAINE

Et toi, Brandon-Lee?


BRANDON-LEE

J'ai intimidé Mathis.


MAUDE

Puis moi, je les ai encouragés

à s'intimider.


MME PRÉFONTAINE

Bien, là, je sus pas certaine

de vous suivre.

Maude, c'est quoi la nouvelle

orientation de ton reportage?


MAUDE

Ah! Ça, c'est une surprise.

Vous allez pouvoir le lire

bientôt dans votre

bon bain chaud, hein?


MME PRÉFONTAINE

(Soupirant)

Oui.


Fin épisode


JULIEN B. sort la tête de derrière le comptoir de cuisine avec un panier sur la tête. Il s'adresse au public de l'émission pendant qu'une adresse apparaît.


Texte informatif :
tfo.org/subitotexto


JULIEN B

T'as envie de t'amuser?

Rejoins-nous sur le site

de Subito Texto.Oh!


Générique de fermeture

Épisodes de Subito Texto

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison

Résultats filtrés par