Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Le surf d'hiver dans les Grands Lacs

Non seulement il est possible de faire du surf dans les Grands Lacs canadiens, mais il est aussi possible d’en faire en hiver! Même que certains surfeurs préfèrent pratiquer leur sport durant la saison froide, en raison des bonnes conditions de vagues. Mais faire du surf l’hiver n’est pas sans risque. Dans ce reportage, suivez Aurélien Bouché-Pillon et Hélène Filion, deux adeptes de surf d’hiver qui sont prêts à braver l’eau froide, la glace et les vents violents pour aller au bout de leur passion.



Réalisateurs: Andréanne Baribeau, Eric Bachand
Année de production: 2015

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Sur le lac Érié, des vagues frappent les rochers.


Un jeune homme bien vêtu pour le climat s'apprête à aller surfer.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

Nous sommes toujours en hiver.

Il y a des vents très, très

violents, aujourd'hui, en fait,

avec des rafales à 100 km/h.


Dans sa combinaison étanche, le surfer, AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON tient sa blanche avant de se lancer dans l'eau glacée.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

J'aime énormément surfer par

moi-même dans les grands vents

ou les tempêtes. Le plus grand

danger, c'est le froid, donc,

il faut connaître ses limites.


Titre :
Le surf d'hiver dans les Grands Lacs


Dans sa voiture AURÉLIEN part vers son site de surf d'hiver.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

Donc là, on est sur la route

de Crystal Beach, un de mes

endroits préférés. Il y a

une très belle jetée. C'est

très venteux. Il fait beau,

un beau ciel bleu.

Les vagues vont être superbes.

Apparemment, il y a beaucoup

d'arbres déracinés et même

des accidents, mais ça va

être sympa. C'est des journées

comme ça qui font que nous,

on veuille surfer.


Ailleurs, à Rochester dans l'état de New York, les rues sont jonchées d'arbres déracinés et de fils électriques coupés.


À Burlington, Ontario, un camion a été renversé par les vents sur la route. AURÉLIEN enfile sa combinaison étanche d'hiver.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

J'ai découvert le surf d'hiver

sur les Grands Lacs depuis dix

années maintenant. Et on surf

tous en hiver parce que...

Bien, c'est le moment propice

pour le surf, en fait.


AURÉLIEN s'engage dans l'eau glacée du lac Érié à Crystal Beach.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

C'est plus connu depuis quelques

années, mais il y a quand même

la majorité des gens qui ne sait

pas qu'on peut surfer sur

les lacs. Et la plupart des gens

ne viennent pas voir le lac

parce qu'il y a du vent,

donc, ils ont aucune idée

qu'il y a des vagues.

Ce que j'aime le plus dans ce

sport, c'est le fait qu'on est

une communauté qui soit vraiment

très amicale. Et le fait

qu'il y ait moins de monde,

le fait qu'il y a moins de monde

qui veuille braver le froid.

Et je trouve que c'est plus

qu'un sport, c'est vraiment

une philosophie et ça a

un côté très spirituel, en fait.

Je dirais que ce sont des vagues

qui sont quand même de bonne

qualité. Maintenant, c'est

incomparable avec des vagues

à Hawaï en terme de puissance,

de forme, de rapidité. C'est

un petit peu plus mouvementé,

il y a un peu plus d'écume.

Bien entendu, c'est beaucoup

plus froid, mais avec

les équipements modernes,

ça permet, quand même, de braver

le froid et de bien s'amuser.


HÉLÈNE FILLION fait visiter sa boutique de surf d'hiver.


HÉLÈNE FILION

Donc, ça, c'est nos «wetsuits»

qu'on utilise ici.

Faire du surf l'hiver,

ça a vraiment commencé

durant les dernières 15 années

dans les Grands Lacs.

Vraiment à cause qu'on attendait

que la technologie des

combinaisons, de l'équipement

qu'on utilise s'améliore pour

qu'on puisse commencer à faire

le sport dans des conditions

un petit peu plus extrêmes.

On a des combinaisons avec

un néoprène qui est super léger,

super flexible et super chaud.

Et puis, ils sont fabriqués

aussi avec un capuchon en

néoprène. C'est vraiment spécial

parce que ça laisse pas l'eau

rentrer. On porte aussi des

gants, des bottines et puis la

seule partie qui reste exposée,

c'est vraiment comme la section

de ton visage. Il faut

que tu mettes beaucoup

de Vaseline. Autrement,

ça peut donner du «frostbite».


HÉLÈNE marche dans la neige dans sa combinaison étanche en portant sa planche de surf. Ensuite on voit HÉLÈNE ramer avec ses bras sur les eaux du lac Huron à l'île Manitoulin.


HÉLÈNE FILION

La température de l'eau,

vraiment, elle reste

entre 0 puis 4 degrés.

Alors, c'est vraiment

un mix entre l'eau

et la «sloche» et les glaces.

La sensation quand tu arrives

dans l'eau froide, vraiment,

c'est comme un choc. Tu peux pas

respirer, tu es comme...

(Faisant un son de suffocation)

Ah, OK. Tu essayes juste de

bouger tes bras. Il faut juste

continuer, puis là, tu te

réchauffes, tu t'y habitues

un petit peu. Puis aussitôt que

tu attrapes ta première vague,

c'est comme: « OK, tout

est correct! Let's go. »


Quelques surfeurs bravent le froid et profitent des vagues des Grands Lacs. Les images des surfeurs sont fournies par Anthony Gallaccio.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

Il faut être pas mal en forme.

Il faut bien manger,

il faut bien dormir et ça

prend une grande passion.

Je pense que la plupart des

surfeurs n'ont pas toujours

été reconnus comme des athlètes,

mais les surfeurs de froid,

je pense que nous sommes

de vrais athlètes.


HÉLÈNE FILION

Les dangers reliés au surf

d'hiver, vraiment, ça serait la

panique parce que ça peut faire

vraiment peur. Tu peux commencer

à te sentir comme si tu vas

mourir. Il fait froid, tes bras

commencent à se refroidir,

les muscles se pognent.

L'autre problème aussi, c'est

les gros morceaux de glace.

Donc, je recommande à personne

d'y aller tout seul.


AURÉLIEN BOUCHÉ-PILLON

C'est important d'apprendre

aux nouvelles générations

à respecter les Grands Lacs pour

ce qu'ils sont et juste à aussi

en profiter. Donc, j'encourage

les gens à surfer, à s'amuser,

mais aussi à en prendre soin

parce que c'est une des plus

grandes réserves d'eau du monde.




Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par