Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

The Groomer Guy, le gars de la dameuse

La préparation des pistes de motoneiges est un travail de l’ombre. C’est justement ce travail que fait Luc Lévesque, alias «The Groomer Guy», depuis maintenant 21 ans, pour le club de motoneiges Alouette de Dubreuilville. Malgré le fait qu’il exerce un travail solitaire le «Groomer Guy» est devenu une personnalité très connue sur les médias sociaux, surtout grâce à ses nombreuses interventions pour commenter et informer le public sur les conditions des sentiers de motoneiges. Ils sont plus de 6000 les adeptes de la motoneige qui le suivent sur Facebook! Habituellement, Luc démarre ses opérations à la tombée du jour; de cette façon, les pistes sont libres et on ne risque pas de rencontrer des motoneigistes. Il lui arrive parfois de partir pour vingt heures, et de parcourir plus de 140 km dans le bois, là où aucun téléphone ni radio ne fonctionne.



Réalisateur: Eric Bachand
Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

Dans un garage, des vignettes et des autocollants de motoneigistes sont accrochés aux murs. Dehors, LUC LÉVESQUE, «the groomer guy», opérateur de dameuse, prépare son matériel pour sortir avec la surfaceuse préparer les sentiers de motoneige.


LUC LÉVESQUE

Quand tu t'en vas pour sept

heures de temps, il y a pas de

cellulaire, tu pognes même pas

rien de radio, ça fait du bien.

Tu t'en vas, t'écoutes le son

de la machine, la petite porte

ouverte. Des fois, tu sors,

tu vois des perdrix, des lynx.


La surfaceuse circule dans les sentiers forestiers.


LUC LÉVESQUE

Même après 21 ans à faire de

la surfaceuse sur nos sentiers,

il y a encore des journées

que j'arrive dans une place,

la trail, elle est belle,

le soleil se couche. Je me dis:

Tabarnouche, je suis chanceux de

faire ce que je fais là. C'est

comme mon office aujourd'hui.

Parce qu'on est éloignés, on est

un petit village, le monde,

il entend pas parler beaucoup de

nous autres. Avec Groomer Guy,

ça a commencé quand je voulais

donner de la formation des

conditions de sentiers aux gens,

les motoneigistes, parce que

dans ses débuts, l'Internet,

en 1997, 1996, il n'y avait

pas d'autres opérateurs de

surfaceuses qui faisaient cette

formation-là. Depuis que j'ai

commencé à faire ça, il y en a

qui disaient que Dubreuilville

était un plus petit club

que la fédération qui était

la plus connue.


Une capsule de formation que LUC transmet sur Internet est présentée.


LUC LÉVESQUE

(Propos traduits de l'anglais)

C'est Luc. Le «groomer guy»

(Montrant des panneaux sur les sentiers)

Voici un exemple de traces d'ours.

(Traçant un sentier de nuit)

Nons sommes sur le circuit

des 100 mille, direction nord.

Les sentiers sont beaux.

Enfin, nous avons des températures

chaudes.

Pour ceux qui ne pensent pas

que les tracteurs montent

des pentes, je damais

le sentier en montant.


À l'extérieur d'un relais pour motoneigistes, plusieurs motoneiges attendent dans le stationnement. RAYMOND DUBREUIL du club de motoneige Alouette témoigne.


RAYMOND DUBREUIL

Le Groomer Guy, Luc Lévesque,

c'est moi qui l'ai entraîné plus

ou moins dans les débuts, puis

je dois dire qu'aujourd'hui,

bien, je suis bien content

parce qu'il nous fait beaucoup

de publicité. On apprécie sa

« dédication » envers la qualité

du balisage, et puis c'est lui

qui est en charge comme

président du club. Puis là,

il fait une bonne job, Luc.


LUC est dans son tracteur. Ensuite on le retrouve dans son garage.


LUC LÉVESQUE

Être un opérateur de

surfaceuse, ça a l'air toujours

beau, que tu t'en vas dans la

machine, puis que tu travailles

droit, mais c'est beaucoup

de précision. Tu gardes un oeil

en arrière voir si tout va bien.

C'est des longues heures.


Sur son tracteur, LUC parcourt les sentiers enneigés en alternance avec son témoignage dans son garage.


LUC LÉVESQUE

(Parlant avec un émetteur radio)

On s'en va dans la trail.

On a beaucoup de sentiers.

Il faut passer 12, 15, 18

heures. Le printemps, tu pars

toute la nuit. Tu reviens le

lendemain matin, tu te couches.

Il y a de la maintenance

à faire, le graissage. Il y a

toujours quelque chose qui

casse. C'est beaucoup de temps

et quand t'es sur le sentier

aussi, des fois, faut que

tu poses des pancartes, coupes

des arbres. Bien souvent,

on a des petits trucs. Dans

le groomer, il y a la bouche

pour la chaleur. Tu prends une

sandwich et ça rentre direct

bien comme il faut là-dedans.

Puis après une demi-heure, là,

t'ouvres ça, puis ta sandwich

est bien chaude,

puis le fromage, fondu.

Avoir des commentaires positifs

des sentiers, des gens de

l'extérieur, ça fait chaud au

coeur. Quand quelqu'un arrive

et qu'il te donne un thumbs up

et qu'il te dit: « Eille,

qu'est-ce que vous faites ici,

c'est super. On n'a jamais vu

des beaux sentiers de même. On

est satisfaits, on va revenir. »

Ça te donne un boost d'énergie

pour l'année prochaine,

là, pour continuer.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par