Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Mélanie Léonard, une chef d'orchestre à Sudbury

Incursion dans l’univers de Mélanie Léonard, la nouvelle directrice musicale de l’orchestre symphonique de Sudbury. Titulaire d’un doctorat en direction d’orchestre de l’Université de Montréal, ancienne chef en résidence puis chef associée à Calgary, ainsi qu´ancienne directrice artistique au Calgary New Music Festival, Mélanie Léonard est reconnue pour son énergie et sa présence charismatique vis-à-vis de ses musiciens. La jeune chef d´orchestre nous fait découvrir son métier : quelles sont les qualités d’une chef d’orchestre, à part la passion pour la musique, bien évidemment? Quels sont les défis de ce métier? Chef invitée pour diriger de nombreux orchestres du Canada – Kamloops, Tunder Bay, Halifax, Régina, Saskatoon, Toronto, Montréal… – Mélanie Léonard connaît une carrière en plein essor.



Réalisateur: Eric Bachand
Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

MÉLANIE LÉONARD, chef d'orchestre et directrice musicale de l'Orchestre symphonique de Sudbury, est en répétition avec ses musiciens.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

Un bon chef

d'orchestre, je crois que c'est

important d'être quelqu'un

qui a une pensée très créative,

qui a beaucoup d'initiative.


Dans une entrevue montée en parallèle, MÉLANIE LÉONARD est interviewée après la répétition.


MÉLANIE LÉONARD

Évidemment, au niveau musical,

faut être un bon musicien, mais

je crois qu'il faut presque, de

façon plus importante, être bon

au niveau humain. Faut être

capable d'établir un lien avec

toutes ces personnes-là qui sont

en avant de nous, qui sont

aussi d'excellents musiciens.


D'autres moments de la répétition sont présentés. MÉLANIE LÉONARD s'adresse à certains de ces musiciens.


MÉLANIE LÉONARD

(Propos traduits de l'anglais)

Du mordant dans l'archet s'il vous plaît.


D'un mouvement de baguette, MÉLANIE LÉONARD donne le signal pour recommencer.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

Comme dans toute chose, il faut

être passionné de ce qu'on fait,

faut le faire avec notre coeur

de façon sincère.


À un autre moment de la répétition, MÉLANIE LÉONARD fredonne un air à ses musiciens tout en gesticulant avec ses bras.


L'entrevue réalisée en parallèle se poursuit.


MÉLANIE LÉONARD

J'ai la chance d'avoir un poste

avec un orchestre. C'est pas

tous les chefs d'orchestre qui

ont cette chance-là. C'est un

milieu très contingenté. Je fais

aussi de la planification

artistique, tout ça. Et comme

chef d'orchestre au sens plus

large, je visite des orchestres à travers le Canada.


MÉLANIE LÉONARD est dans une chambre d'hôtel et rassemble son matériel avant un concert.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

Je suis

chef invité. Cette année,

par exemple, je suis allée à

Kamloops, Thunder Bay, Symphony

Nova Scotia à Halifax, Regina,

Saskatoon. Donc, je voyage

beaucoup. Ça fait partie

de mon métier aussi. Et entre

mes concerts, bien, j'étudie.


Dans un café, MÉLANIE LÉONARD prend des notes sur une partition musicale.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

C'est un métier où on calcule

notre temps. Honnêtement, j'ai

aucune idée du nombre d'heures

que j'ai mis à préparer un

concert. Je travaille jusqu'à ce

que je sois «sécure» dans ma

vision, que je «sécure» dans

ma connaissance de la musique.

Puis pour moi, c'est pas

seulement une connaissance

intellectuelle. J'ai besoin

de sentir que je deviens la

musique. Je l'intègre dans tout

mon être, dans tout mon corps,

parce que je parle quand même

avec mon corps quand je dirige.

J'ai pas l'option de la parole.

En répétition, oui, mais il y a

aussi beaucoup de choses

qu'on peut communiquer par notre

gestuelle.


D'autres extraits de la répétition sont présentés.


MÉLANIE LÉONARD

Je pense qu'atteindre

ce niveau-là de présence,

ça prend une connaissance

très intérieure.


ANNE-MARIE PERRON-JUTRAS, violoniste à l'Orchestre symphonique de Sudbury, est interviewée.


ANNE-MARIE PERRON-JUTRAS

Mélanie, c'est une belle

addition ici, à l'orchestre

de Sudbury. Elle apporte

des nouveautés,

elle apporte de l'énergie.

Elle a une vision, un charisme

qu'elle sait amener

dans sa musique. Elle a

la capacité d'aller chercher

le meilleur de ses musiciens.

Nous sommes un orchestre

semi-professionnel, alors

c'est l'idée d'être capable

de tout équilibrer ça.


D'autres extraits de la répétition sont présentés.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

La question de la gestuelle

en direction d'orchestres, bon,

c'est certain qu'il y a une

technique de base. On apprend

tous la même chose. De façon

générale, si on veut que ça soit

plus fort, on fait des gestes

plus grands. On va montrer

avec la main plus ou moins

dans la façon de bouger.

Ça, ça devient personnel.


Pendant la répétition, MÉLANIE dirige ses musiciens avec des gestes lents.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

On vit dans une société où tout

est tellement rapide. On est

extrêmement connectés au niveau

virtuel, mais en même temps,

on devient parfois humainement

déconnectés.


Le soir du concert, la salle se remplit. En coulisse, MÉLANIE LÉONARD est avec ses musiciens.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

Donc, dans la

proposition de concert, il y a

cette invitation, je crois,

à être présent. Parce que la

musique, c'est un art qui évolue

un moment de présence à la fois.

C'est un art qui évolue dans

le temps.


Des extraits du concert sont présentés.


MÉLANIE LÉONARD (Narratrice)

Donc, ce qu'on demande

aux gens, c'est de s'arrêter un

moment et de se connecter à eux,

de se connecter à la musique,

et je crois que c'est important.

On parle du yoga, on parle de la

méditation, qui sont aussi des

propositions d'arrêts en quelque

part. Donc, dans ce sens-là,

je crois que la musique occupe

une place importante.

Il y a une énergie qu'on

retrouve pas ailleurs.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par