Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Afin de visionner le contenu, il est nécéssaire d'installer un plugin

https://get.adobe.com/flashplayer/

Alex Bisaillon : Quel élève étais-je?

Quel élève était l’humoriste Alex Bisaillon? Après avoir été conseillé par sa psychologue, Alex décide de redécouvrir son passé. Il retourne ainsi à l’école secondaire publique De La Salle pour rencontrer ses anciens professeur et découvrir ce qu’ils pensent de lui. Séchait-il les cours? Levait-il souvent la main en classe? Quels projets avait-t-il réalisés? Carole Myre, directrice du centre d’excellence artistique, Maxine Turcotte, professeure de théâtre, et Marcel Morin, directeur, lui offrent leurs versions des faits.



Réalisateur: Jean-Philippe Bélanger
Année de production: 2016

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

VIDÉO TRANSCRIPTION

ALEXANDRE BISAILLON est à côté d'une école secondaire et s'adresse au public de l'émission.


ALEXANDRE BISAILLON

Hé, salut, les cocos!

Ici Alexandre Bisaillon et la

semaine dernière, quand j'ai été

visiter ma psychologue parce que

j'ai des problèmes dans la...

(Pointant sa tête, puis son dos)

J'ai des problèmes de dos,

puis ça monte dans la tête.

Bref, elle m'a proposé de

revisiter mon adolescence

un peu douloureuse

pour voir qu'est-ce qui a

forgé l'adulte que

je suis aujourd'hui?

(S'adressant à son caméraman)

Il est-tu possible de...

Parce que je veux qu'on voie

l'autre côté. C'est-tu possible

de faire un reverse,

comme un Snapchat selfie?


ALEXANDRE BISAILLON se retourne et se retrouve devant l'école.


ALEXANDRE BISAILLON

(S'adressant au public de l'émission)

Oui, c'est ça! Donc aujourd'hui,

nous sommes de retour à mon

ancienne école secondaire

De La Salle pour rencontrer

mes anciens profs pour voir

quel type d'élève j'étais au

secondaire. Là, je veux juste

vous dire: prenez pas tout

ce qu'ils disent à la lettre,

parce que j'avais beaucoup

de profs menteurs. Suivez-moi,

vous allez me trouver.


ALEXANDRE BISAILLON entre au secrétariat de son école.


ALEXANDRE BISAILLON

Hé, là, on est au secrétariat.

Venez-vous-en. Je vais

vous montrer ça.

C'est ici que j'appelais ma mère

quand je faisais semblant d'être

malade.


Une secrétaire lui lance un regard désapprobateur.


ALEXANDRE BISAILLON

(Mal à l'aise)

Euh... Quand j'étais

malade, là. Oui, oui. J'avais

des ballonnements, crises

menstruelles, c'était...


Plus tard, ALEXANDRE BISAILLON entre au bureau de CAROLE MYRE, directrice du centre d'excellence artistique.


ALEXANDRE BISAILLON

(Propos en anglais)

Hello, Mme Myre, it's me!


CAROLE MYRE

Salut, Alex.


ALEXANDRE BISAILLON

Comment ça va? Te souviens-tu

de mon premier one man show

que j'avais fait en 2e année?


CAROLE MYRE

On peut pas l'oublier, Alex.


ALEXANDRE BISAILLON

(S'adressant au public de l'émission)

Carole, c'est elle qui m'a

vraiment aidé, là, sur tous

les points, pour le texte.

Comment tu m'aidais avec ça?


CAROLE MYRE

Parce que tu te concentrais

sur l'esthétique. Tu voulais

t'assurer des lumières. À un

moment donné, je t'ai vu sur le

plancher en train de couper des

grosses lettres en styromousse.

Tu voulais que ça...


ALEXANDRE BISAILLON

Je voulais que ça pète.


CAROLE MYRE

Exactement. Mais t'oubliais

que ton texte, c'était ton show.


ALEXANDRE BISAILLON

En tout cas, merci

beaucoup, Carole.


CAROLE MYRE

Ça fait plaisir.


ALEXANDRE BISAILLON

Je te dis bye.


ALEXANDRE BISAILLON fait la bise à CAROLE.


CAROLE MYRE

Reviens n'importe quand.

T'es chez vous ici.


ALEXANDRE BISAILLON

Oh ça, je le sais.

M. Holmes m'a passé son local.

Je vais squatter là un bon deux

semaines. Ça va pas bien

avec ma blonde, tu sais.

Donc, on va se revoir.


CAROLE MYRE

OK, bien, bonne chance!


ALEXANDRE BISAILLON

Salut, merci beaucoup. Salut.


CAROLE MYRE

Salut.


ALEXANDRE BISAILLON quitte le bureau.


CAROLE MYRE

(S'adressant au public de l'émission)

C'était qui?


Dans son bureau, MAXINE TURCOTTE, professeure de théâtre, est au téléphone.


MAXINE TURCOTTE

C'est parce qu'il faudrait

qu'on se rencontre, parce que le

groupe de onzième année, il est

vraiment... Il y a des problèmes

avec...


ALEXANDRE BISAILLON cogne à la fenêtre du bureau de MAXINE.


MAXINE TURCOTTE

(Parlant au téléphone)

Attends une minute.

(S'adressant à elle-même)

Voyons donc. Il est

pas ici pour vrai?


ALEXANDRE BISAILLON

Bonjour, Maxine!

(S'adressant au public de l'émission)

Ça, c'est Maxine Turcotte.

C'est mon enseignante de théâtre

douzième année et c'est elle qui

m'a comme donné le go que tout

était possible dans la vie.

Et je dois le dire, vers la fin,

le théâtre, je n'aimais plus

vraiment ça. Suivez-moi.


ALEXANDRE BISAILLON s'assoit au bureau de MAXINE.


MAXINE TURCOTTE

Je suis surprise de te voir.


ALEXANDRE BISAILLON

Comment ça?


MAXINE TURCOTTE

Bien, je sais pas. Ça fait

longtemps qu'on s'est vus.


ALEXANDRE BISAILLON

C'est vrai. Écoute, c'est ici

que tu m'as donné comme mon

back to reality, excuse-moi

l'anglicisme. "Là, faut que

tu te prennes en main." Je t'ai

dit: "J'aime être sur une scène,

mais j'aime pas faire des

textes de quelqu'un d'autre."


MAXINE TURCOTTE

Oui. Puis là, tu me dis: "Je

veux faire de l'humour." Et là

je fais: "Hein, pour vrai?"

C'était de te raccrocher

dans le fond, c'était

juste ça que je voulais.


ALEXANDRE BISAILLON

Merci beaucoup de m'avoir

dit genre: "Eille, fais-le."


MAXINE TURCOTTE

Je suis assez fière, là.


Un silence s'installe.


MAXINE TURCOTTE

Tu peux y aller, là.


ALEXANDRE BISAILLON

OK.


ALEXANDRE BISAILLON cogne à la porte de MARCEL MORIN, le directeur de l'école.


MARCEL MORIN

Oui, allô?


ALEXANDRE BISAILLON

Salut, monsieur le directeur.


MARCEL MORIN

Salut!


ALEXANDRE BISAILLON

Ça va bien?


MARCEL MORIN

Oui!


ALEXANDRE BISAILLON

Je trouve que t'étais

mon directeur préféré. Je t'ai

proposé mon show, le Show Biz,

qui était complètement éclaté.

Avec tous ces projets-là,

t'avais-tu encore le temps de

faire ta job de directeur ou...


MARCEL MORIN

Bien, ma job de directeur,

c'est exactement de faire ça,

puis que des jeunes gens comme

toi, qui avaient des idées des

fois qui pouvaient paraître un

peu folles, devenaient réalité.


ALEXANDRE BISAILLON

Bien, t'es bien gentil.

Maintenant, tu peux quitter

mon bureau, s'il te plaît.


MARCEL MORIN

Ah. Oh... Euh...

OK, excuse, monsieur.


ALEXANDRE BISAILLON

Oh, il y a pas problème.


MARCEL parti, ALEXANDRE BISAILLON s'assoit à son bureau et pousse un soupir de satisfaction.


ALEXANDRE BISAILLON

Ah, wow!

C'est ça, la Maison-Blanche.


À l'extérieur de l'école, ALEXANDRE BISAILLON est caché dans un buisson. Il s'adresse à son caméraman.


ALEXANDRE BISAILLON

Hé, ici!

(S'adressant au public de l'émission)

En conclusion:

sous-estime pas ton école

secondaire, vois ce qu'elle peut

t'apporter et utilise ses

ressources à son plein potentiel

et après ça, prends la vie par

les oreilles de lapin!

(S'adressant à lui-même)

C'était pas ça.

(Sortant du buisson)

Ayoye. C'était pas ça,

c'était de prendre

le taureau par les cornes.

Maudit que t'es épais.

Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par