Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

D'où vient votre or?

Quelle est la provenance de l’or dans votre bague? Dans quelles conditions a-t-il été extrait, et quelles ont été les conséquences sur les mineurs? Ce sont des questions auxquelles la bijouterie torontoise Fair Trade Jewellery Co. peut maintenant répondre. Elle s’est associée avec l’organisme IMPACT, qui a développé un nouveau système de traçabilité de l’or artisanal. Le programme Or Juste vise à aider les mineurs à accéder au marché, tout en assurant une chaîne d’approvisionnement équitable, sans violence et sans impact néfaste sur l’environnement. Le programme a déjà fait ses preuves en République démocratique du Congo, et pourrait maintenant être appliqué dans d’autres secteurs.

Images additionnelles: IMPACT, Sven Torfinn, Zuzia Danielski, FTJCo.



Réalisateurs: Andréanne Baribeau, Carine Ouellet
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Des bagues serties de pierres précieuses sont présentées.


JOANNE LEBERT (Narratrice)

On est trop peu informés

sur la provenance des minerais

et de nos bijoux en particulier.


RYAN TAYLOR, le cofondateur de Fair Trade Jewellery Co. accorde une entrevue.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

Nous voulions répondre à un client qui

s’interrogeait sur la provenance de notre or.

Dix ans plus tard, nous tentons

toujours de répondre à cette question.


JOANNE LEBERT, directrice générale Impact, accorde une entrevue.


JOANNE LEBERT

Connaître la source

de provenance des minerais,

surtout les minerais

artisanaux, c’est-à-dire

les petits producteurs,

c’est très difficile

et souvent, ce sont des minerais

qui proviennent de régions

en voie de développement ou même

en situation de conflit. Il y a

souvent un abus direct de ceux

qui travaillent dans les mines.

Il peut y avoir des enfants, des

cas de viol, harcèlement, etc.


Des images d’enfants et de femmes sont présentées. Les enfants et les femmes sont dans une eau boueuse et ils cherchent des minerais au fond de cette eau.


JOANNE LEBERT

Le système que nous présentons

est potentiellement

révolutionnaire dans ce sens-là.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue, alors que des images le présentent dans son lieu de travail, à sa table à dessin.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

Les minéraux avec lesquels

nous travaillons sont surtout : l’or,

les diamants et les saphirs,

les éléments de base de la haute joaillerie.

Nous portons attention non

seulement à leur provenance

mais aussi aux bénéfices qu’ils

apportent aux communautés locales.


RYAN TAYLOR observe un diamant en utilisant une loupe.


RYAN TAYLOR

(Poursuivant l’entrevue)

(Propos traduits de l’anglais)

Notre travail avec IMPACT est

intéressant car pour la première fois,

une entreprise et un organisme

à but non lucratif ont uni leurs

forces afin d’ouvrir le marché à des

peuples extrêmement marginalisés.


Trois jeunes hommes sont dans une eau boueuse. L’un d’eux jette des pelletées de boue dans un seau, tandis qu’un autre verse dans le seau de l’eau. Le troisième, enfin, mélange l’eau et la boue de ses mains. Finalement, plusieurs dizaines de ces travailleurs sont présentés autour de ce lieu de travail.


JOANNE LEBERT poursuit son entrevue.


JOANNE LEBERT

Le projet Or Juste qui est

financé par le gouvernement

du Canada tente d’offrir

des incitatifs aux acteurs dans

la chaîne d’approvisionnement

d’or artisanal de vouloir

vendre légalement

et de façon transparente.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

L’or est extrait dans des zones rurales

du Congo. L’orpaillage et le lavage se font

à la main. Il y a très peu de mécanisation.


Deux jeunes hommes sont dans une eau boueuse et recueillent dans un récipient un mélange d’eau et de boue et cherchent des minerais.


JOANNE LEBERT poursuit son entrevue.


JOANNE LEBERT

Nous avons une équipe assez

importante sur le terrain

dans plusieurs communautés. Nous

offrons une assistance technique

pour augmenter et améliorer

la production, pour s’assurer

qu’ils sont très efficaces

dans la façon qu’ils sont

en train d’extraire le minerai,

qu’ils ne se servent pas

de produits chimiques néfastes,

et aussi des techniques du point

de vue de la traçabilité.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

Nous sommes capables de retracer avec exactitude

la provenance de chaque minerai,

de la mine à la fosse, jusqu’au mineur

qui l’a trouvé.


JOANNE LEBERT poursuit son entrevue.


JOANNE LEBERT

Si vous voyez la bague ou

les bagues qui ont été produites

avec Or Juste, il y a un numéro

d’identification dans la bague

qui a toutes les données sur

la chaîne d’approvisionnement

associées à ce numéro-là.


La photographie d’une bague est présentée, ainsi que tous les documents qui sont associés à cette bague.


JOANNE LEBERT

Nous avons une preuve de conception

et là, nous avons des acheteurs

à l’extérieur qui veulent

s’engager et acheter

de ces producteurs-là.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue. Des images le présentent dans son atelier de travail.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

J’ai commencé dans le secteur

des technologies mais je suis retourné

à l’école pour devenir orfèvre.

Je me disais que c’était une profession

artistique noble. Mais je me suis mis

à questionner de plus en plus l’origine

des matériaux avec lesquels je travaillais.

J’en ai conclu qu’il était immoral de ma part

de ne pas savoir si ce marché

nuisait au bien-être des mineurs.


JOANNE LEBERT poursuit son entrevue.


JOANNE LEBERT

Je pense qu’il y a une

certaine sensibilité déjà parmi

les consommateurs pour le côté

diamant et c’est ça justement

qu’on veut faire dans

le secteur de l’or. On veut

un système encore mieux,

encore plus robuste.


Un trophée sur lequel est inscrit «2015 Canadian Fairtrade Awards» décerné à Fair Trade Jewellery Co. est présenté.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue, alors que des images le présentent une fois de plus au travail dans son atelier.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

La première question c’est toujours :

«quelle est la prime? ».

Nous achetons la matière première

des communautés à un tarif

souvent plus élevé,

mais étant donné que nous fabriquons

nous-mêmes nos bijoux, nous avons

très peu d’intermédiaires.


JOANNE LEBERT poursuit son entrevue.


JOANNE LEBERT

L’idée fondamentale,

c’est que c’est un système de

redistribution et que c’est pas

le consommateur ou l’acheteur

qui va payer, ce sont les

acteurs dans la chaîne en aval,

donc les raffineries, les

bijouteries, qui ont déjà une

obligation selon certaines lois

qu’ils doivent rapporter sur

la chaîne d’approvisionnement.

Et le système que nous avons

leur donne les données

pour pouvoir faire cela.


RYAN TAYLOR poursuit son entrevue.


RYAN TAYLOR

(Propos traduits de l’anglais)

Nous espérons stimuler plus de compétition

entre les compagnies; qui a la meilleure

source durable? Qui essaie d’améliorer

l’industrie? Je crois que c’est

une meilleure façon d’aborder ce commerce,

qui est pour l’instant trop basé

sur les ventes et l’exploitation de mineurs.



Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par