Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Presser des vinyles sur l'Île-du-Prince-Édouard

Presser des vinyles directement sur l’Île-du-Prince-Édouard, c’est le pari que s’est donné Ghislaine Cormier, co-fondatrice de Kaneshii Vinyl Press à Charlottetown. Équipée d’une presse automatisée, l’une des rares machines du genre au Canada, la compagnie souhaite offrir aux artistes une autre façon de faire de l’argent et de vivre de leur art. L’arrivée de Kaneshii sur l’île fait bien des heureux, autant du côté des musiciens locaux que des vendeurs de disques. Et l’entreprise semble arriver à bon moment, alors que la popularité du vinyle ne cesse de grandir.



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

GHISLAINE CORMIER sort le vinyle «Nevahland» de sa pochette et le dépose sur un tourne-disque. Elle met des écouteurs et écoute l'album.


GHISLAINE CORMIER (Narratrice)

Ici, à Kaneshii Vinyl Press,

on fait la manufacture et

la fabrication de disques

en vinyle à partir de

l'Île-du-Prince-Édouard.

On est juste quelques-uns

qui font ça même au Canada.


Dans une petite usine, une presse à vinyle est en fonction.


GHISLAINE CORMIER (Narratrice)

L'avenir du disque en vinyle,

je pense qu'il était un

peu dormant, mais il est

revenu en fureur.


PAT DEIGHAN, propriétaire du Back Alley Music, accorde une entrevue dans sa boutique.


PAT DEIGHAN

(Propos traduits de l'anglais)

C'est de retour. Les gens les collectionnent

en tant que format de musique tangible.

C'est génial. Ça bouillonnait depuis

un certain temps, mais là, les jeunes

aussi ont commencé à acheter des vinyles.


GHISLAINE CORMIER, partenariat stratégique à Kaneshi Vinyl Press, accorde une entrevue dans son bureau.


GHISLAINE CORMIER

On fait tout du premier pas

jusqu'à l'emballage. Alors,

on est un

(mot_etranger=EN]one stop shop[/mot_etranger)

,

qu'on appelle, pour les artistes

et puis pour les clients, les

labels et tout au Canada, aux

États-Unis et un peu partout.


Des images montrant les différentes étapes à la réalisation d'un vinyle sont présentées.


PAT DEIGHAN

(Poursuivant son entrevue)

(Propos traduits de l'anglais)

J'ai appris qu'ils mettaient sur pied une presse

à vinyles sur l'Île-du-Prince-Édouard.

C'est génial d'avoir ça chez nous.

C'est excitant. Nous nous spécialisons

en vinyles, et nous faisons affaire

avec les musiciens locaux,

donc ça va main dans la main.


Des images de ville sont présentées.


GHISLAINE CORMIER (Narratrice)

Les gens sont surpris

quand ils arrivent à

l'Île-du-Prince-Édouard du

montant d'artistes qu'il y a à

l'Île-du-Prince-Édouard. On est

vraiment dans une optique,

puis dans un milieu

qui est vraiment rayonnant.


LIAM CORCORAN, auteur-compositeur-interprète, est assis dans les escaliers devant un commerce et joue de la guitare.


LIAM accorde ensuite une entrevue. Durant l'entrevue, des images de LIAM assis dans les escaliers et jouant de la guitare sont présentées.


LIAM CORCORAN

(Propos traduits de l'anglais)

Je crois que tous les musiciens, ici comme

ailleurs au pays, ont comme défi de faire

découvrir leur musique.

J'ai produit mon premier album solo

et je l'ai mis en ligne seulement.

J'ai ensuite trouvé qu'il manquait

quelque chose, puisqu'il n'y avait rien

de tangible, que je pourrais tenir

dans ma main ou vendre à un spectacle.

Avec des options de production de vinyles

à meilleur marché, j'espère que davantage

de musiciens choisiront cette voie.


GHISLAINE CORMIER

(Poursuivant son entrevue)

Ça a un aspect financier assez

intéressant pour certains

artistes, surtout les artistes

indépendants. On se le cachera

pas: ça prend le spectacle, ça

prend la vente de disques de ce

temps-là pour faire une carrière

complète d'un artiste.


GHISLAINE se rend ensuite à l'usine où sont pressés les vinyles et elle discute avec un employé.


GHISLAINE CORMIER

(Propos traduits de l'anglais)

Nous allons utiliser de la vinylite bleue aujourd'hui.

Combien de disques allons-nous presser?


EMPLOYÉ

(Propos traduits de l'anglais)

Nous espérons en faire environ 300.

Nous passerons ensuite au pressage

des vinyles noirs.


L'employé verse des billes de plastique dans une cuve.


Différentes images de la ville de Charlottetown sont présentées.


GHISLAINE CORMIER (Narratrice)

Je viens d'une

communauté acadienne à

l'Île-du-Prince-Édouard.

(Poursuivant l'entrevue)

Alors,

j'ai toujours grandi dans une

atmosphère de musique et de

chansons. Et puis, je pense que

tout ça aboutit pour que ce soit

la bonne recette au succès.

Toute la gang, on vient

de parents entrepreneurs.

C'était juste une affaire d'un

peu jumeler l'entrepreneuriat

avec nos passions. Puis,

tout nous autres, on a vraiment

une passion pour la musique.


GHISLAINE est dans la boutique Back Alley Music est parcourt les vinyles.


GHISLAINE CORMIER

(Poursuivant son entrevue)

La presse qu'on a, c'est une...

Il n'y en a pas beaucoup,

même au monde.


Des images de la presse à vinyles et des différentes étapes à la réalisation d'un vinyle sont présentées.


GHISLAINE CORMIER (Narratrice)

C'est une presse

automatisée. Dans les années 60,

tout était manuel. Les presses

manuelles, on pouvait faire

un disque par minute.

Jusqu'à maintenant, les presses

automatisées, on dit à peu

près trois par minute.

Les matrices sont installées sur

notre machine. Puis, c'est là

où est-ce que nous autres,

on rentre vraiment dans le

processus de fabrication.

On a des partenariats avec

des fournisseurs qui font

l'emballage, la pochette.

L'assemblage, on fait

ça directement ici.

Le disque en vinyle, c'est

un produit complet. Quand

l'artiste fait son cheminement

de création, il crée l'album au

complet. Fait que des formules

comme iTunes, d'acheter

une chanson à 99 cents te donne pas

l'expérience complète de pouvoir

vivre ce que l'artiste aurait

créé dans ce moment-là.

Puis, je pense que, vraiment,

l'artiste vaut d'être

découvert au complet.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par