Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Se battre pour l'accès à l'enseignement

C’est en travaillant comme journaliste en Saskatchewan que Sara-Christine Gemson a développé un profond intérêt pour les communautés autochtones. Menée par un désir de faire une différence, elle s’est jointe à l’équipe de Teach for Canada, un organisme qui oeuvre avec des communautés autochtones dans le nord de l’Ontario afin de recruter des enseignants prêts à s’y rendre pour y travailler. Pour Sara-Christine, une ancienne élève de l´école Sainte-Famille à Mississauga, le droit de vivre dans sa langue et sa culture a toujours été une priorité, et c’est ce qui la guide encore aujourd’hui dans son travail à Teach for Canada.

Images additionnelles: Jeffrey Mackey, Teach For Canada, Sara-Christine Gemson, Twitter



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

SARAH-CHRISTINE GEMSON témoigne, assise dans son bureau. Tout au long de son entrevue, ses propos sont accompagnés de diverses images. Elle est d'abord dans un avion et observe des paysages enneigés au sol. Ensuite, des images montrent des classes d'élèves autochtones.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Je pense que c'est une partie

du Canada que peu

de personnes connaissent.

Moi, je veux vivre dans un pays

où les gens peuvent vivre leur

langue et leur culture et être

bien, de se réaliser dans ça.

Et je pense que le morceau

fondamental pour ça,

c'est l'éducation.

Je m'appelle Sarah-Christine

Gemson et je travaille

pour aider à trouver

plus d'enseignants

pour aller travailler dans

les communautés autochtones

du Nord de l'Ontario.


Des photographies de SARAH-CHRISTINE GEMSON à diverses étapes de sa vie défilent rapidement. On y montre des photos de SARAH-CHRISTINE dans ses classes de primaire. Sur l'une d'entre elles, on peut lire: «Sainte Marguerite d'Youville, 1991-92, 4 et 5e année». D'autres images de son album de finissante montre SARAH-CHRISTINE adolescente. Un chandail portant l'inscription «Cougars» est montré.


Titre :
J'viens d'ici


Des images de différents lieux au Canada défilent. L'enseigne de l'organisme «Enseigner pour le Canada» est montrée.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Je suis de Mississauga.

Je travaille comme directrice

des communications pour [mot_etranger=EN]Teach for Canada[/mot_etranger] . Nos bureaux sont à

Toronto, mais on passe beaucoup

de temps dans le Nord à visiter

des communautés.


Un tableau blanc au mur fait le décompte des applications aux postes d'enseignants.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Je joue un rôle dans la communication,

évidemment, de ce qu'on fait:

du soutien et de la préparation

qu'on offre aux enseignants

et aussi de la possibilité

d'enseigner dans le Nord.


Texte informatif :
Un panel d'éducateurs autochtones participe à la sélection des futurs enseignants de [mot_etranger=EN]Teach for Canada [/mot_etranger].


Des images montrent des enseignantes dans des classes avec des élèves autochtones.



SARAH-CHRISTINE GEMSON

Il y a un problème

de recrutement, d'attirer

des enseignants. Mais aussi,

certains des enseignants qui se

rendent dans le Nord quittent au

milieu de l'année parce qu'ils

savaient pas à quoi s'attendre,

ils ont de la difficulté

à s'adapter, ils sont dépassés

par ce qu'ils vivent.


Texte informatif :
Les enseignants recrutés doivent s'engager à rester en poste au moins deux ans.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Présentement, on travaille avec

18 communautés.


Des communautés sont identifiées à l'aide de punaises sur une carte géographique.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Il y en a 13 qui

sont des communautés isolées.

Donc, des communautés où on peut

seulement se rendre en avion.


Texte informatif :
L'Ontario compte plus de 200 Premières Nations différentes.


Des images montrent SARAH-CHRISTINE en avion, puis dans des classes avec des élèves autochtones.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

J'ai la chance d'y aller

quelques fois par année, puis

c'est génial. Les enfants sont

toujours vraiment heureux

de nous accueillir, de nous

rencontrer. Ils sont curieux.

J'adore le fait que j'ai appris

énormément depuis que j'ai

commencé dans ce rôle.


Des images montrent une enseignante riant avec des élèves.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Souvent, les seules nouvelles qui sortent

de ces régions-là sont

des crises, des problèmes,

des désastres. Ça fait en sorte

que c'est la seule idée que

plusieurs Canadiens, dont

les enseignants avec lesquels

on travaille, se font

de ces communautés-là.


Défilent des images de la ville de MISSISSAUGA.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

J'ai passé toute mon enfance et

mon adolescence à Mississauga.

J'ai fait mon primaire à l'école

Saint-Noël-Chabanel et ensuite

Sainte-Marguerite-d'Youville.

Et ensuite, j'ai continué

mon secondaire à l'école

Sainte-Famille. J'ai fait

toute ma scolarité primaire

et secondaire et même mon bac

en français. Une des activités

les plus importantes, pour moi,

dans le fait de découvrir

ma culture franco-ontarienne

et vraiment de vouloir vivre

comme Franco-Ontarienne,

c'était le fait de faire

de l'impro.


Des photos de SARAH-CHRISTINE adolescente et faisant de l'improvisation sont montrées.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Du fait d'avoir été

une minorité et soit de s'être

battu nous-mêmes pour avoir

accès à des droits ou au

moins le fait de savoir que

nos ancêtres ou ceux qui sont

venus avant nous ont mené ces

combats-là et qu'on en bénéficie

aujourd'hui. Ça m'a rendu

beaucoup plus sensible aux

combats que d'autres minorités

doivent mener.


Des images montrent SARAH-CHRISTINE lisant les journaux.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Ça fait depuis que j'ai 12 ans

que je voulais être journaliste.

J'aime raconter des histoires.

J'aime partager ce que j'ai

appris. J'ai vécu dans cinq pays

sur quatre continents.


Des points indiquent sur une carte géographique des emplacements au Royaune-Uni, en Espagne, au Japon, en Afrique et au Canada.


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Et c'est vraiment en allant travailler en

Saskatchewan comme journaliste

que j'ai appris énormément

sur les communautés autochtones.

L'histoire et aussi

le contemporain.

J'ai travaillé comme journaliste

pour environ sept ans avant

de commencer à

(mot_etranger=EN]Teach for Canada[/mot_etranger)

.

Des images montrent des paysages nordiques. Sur une affiche, on peut lire: «Bienvenue à Sandy Lake First Nation».


SARAH-CHRISTINE GEMSON

Chaque fois que je vais

dans ces communautés-là,

c'est les moments plus forts

du travail que je fais. Puis,

je pense que ça, ça en dit long

sur à quel point ce sont

des communautés qui sont

intéressantes, chaleureuses,

complexes. C'est tellement

quelque chose dont on devrait

être fier. On en est

enrichi en tant que pays.


SARAH-CHRISTINE prend des photos dans une classe puis elle se promène dans le bois. Ensuite, elle roule sur son vélo dans un paysage urbain.


Titre :
J'viens d'ici



Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par