Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

L'avenir de la planète: doit-on paniquer ou non?

Quand ça vient à l’avenir de la planète et à ses ressources limitées, Pierre Desrochers est un éternel optimiste. Ce professeur en géographie à l’Université de Toronto ne se laisse pas abattre par les nouvelles alarmistes qui inondent les réseaux sociaux. Pourquoi? Selon lui, les humains ne doivent pas être perçus comme des parasites mais plutôt comme des cerveaux, capables d’inventer de nouvelles solutions pour répondre à leurs besoins en ressources. Pierre Desrochers s’apprête à publier un livre sur le sujet, faisant suite à son précédent ouvrage The Locavore’s Dilemma, lequel vante les mérites du commerce alimentaire international.

Images additionnelles: Thinkstock
Remerciement : Esri Canada



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

PIERRE DESROCHERS, professeur de géographie à l'université de Toronto, est interviewé sur le toit d'un gratte-ciel de Toronto.


PIERRE DESROCHERS

Je suis relativement optimiste

pour l'avenir de la planète

dans la mesure où plutôt que de

m'inquiéter de scénarios futurs,

je regarde les progrès qu'on a

faits depuis quelques décennies.

La plupart des indicateurs

sont extrêmement positifs.

Regardez la ville de Toronto,

il y a un siècle, quand les gens

chauffaient au charbon, vous

aviez peut-être un demi-million

d'habitants dans la ville.


D'anciennes photos de noir et blanc de la ville de Toronto sont présentées. On peut constater que plusieurs bâtiments et véhicules font brûler du charbon, ce qui dégage une épaisse fumée noire.


PIERRE DESROCHERS

Le niveau de pollution de l'air

à Toronto était comparable et

probablement pire que dans les

villes chinoises aujourd'hui.

On a remplacé le charbon par le

gaz naturel, l'hydroélectricité.

On a des systèmes d'égout qui

sont autrement plus performants

qu'ils pouvaient l'être il y

a un siècle. On vit dans un

environnement qui est beaucoup

plus propre que par le passé

malgré le fait que la population

de Toronto aujourd'hui est

probablement dix fois plus

importante qu'elle pouvait

l'être il y a un siècle.


Texte narratif :
Sommes-nous trop alarmistes par rapport à l'environnement?


PIERRE DESROCHERS

Est-ce qu'on s'inquiète trop

des questions environnementales?

Selon moi, oui. Les mauvaises

nouvelles sont toujours plus

vendeuses. Les militants

écologistes dans le passé

ont souvent mis l'emphase

sur de faux problèmes. Dans

les années 50, 60, 70, ce qui

les inquiétait vraiment, c'était

la croissance de la population

à l'échelle de la planète.

On se disait: «Bon, on pourra

jamais nourrir tous ces gens-là,

donc la véritable cause de tous

nos problèmes environnementaux,

c'est qu'on a nos trop de

bouches à nourrir.» Mais ces

gens-là ont oublié que les

gens ne sont pas seulement

des bouches à nourrir. Ils sont

aussi des mains pour travailler

et des cerveaux pour inventer

de nouvelles solutions.

Qu'est-ce qui fait maintenant

qu'on est au sommet de la chaîne

alimentaire, les êtres humains?

C'est parce qu'on a deux

avantages. Le premier:

on fait du commerce. Donc,

il est possible, par exemple,

de concentrer les productions

agricoles dans les meilleures

régions du monde et de

distribuer ensuite cette

production-là à l'échelle de la

planète. Donc, plus on augmente

notre capacité de transporter

des choses de façon économique,

plus on se trouve paradoxalement

à réduire notre impact

sur l'environnement.

Un autre avantage qu'on a,

c'est notre capacité

de développer de nouvelles

technologies. Plus on est

nombreux, plus on est riches

et plus on crée de ressources.

On a plus de ressources

pétrolières aujourd'hui

qu'on en avait il y a 10 ans,

qu'on en avait il y a 20 ans

puis qu'on en avait il y a

50 ans. Pourquoi? C'est pas

seulement ce qui est dans le sol

qui est important pour nous,

mais ce sont les technologies

qu'on a pour aller récupérer

ce pétrole-là.


Plusieurs images montrant les différentes étapes de l’exploration pétrolière sont présentées.


PIERRE DESROCHERS

Donc, lorsque

l'industrie pétrolière a

commencé aux États-Unis et

au Canada à la fin des années

1850 dans les années 1860,

les foreurs pouvaient aller

à quelque chose comme 20 mètres

sous terre. Aujourd'hui,

écoutez, c'est pas rare, on peut

aller 2 kilomètres sous le

niveau de la mer, un autre

4 kilomètres dans le sous-sol

et un autre 6 kilomètres dans

différentes directions. Et on

récupère le pétrole aujourd'hui

à un prix qui est tout à fait

comparable à ce que ça pouvait

être le cas il y a un siècle,

il y a un siècle et demi.


Texte narratif :
Un autre exemple?


PIERRE DESROCHERS

Vous

regardez la production de maïs,

par exemple, aujourd'hui, en

Ontario ou aux États-Unis dans

le Midwest, on produit environ

sept fois plus de maïs sur

le même lopin de terre qu'on

pouvait en produire il y a

un siècle. Et la beauté de

l'être humain, d'une certaine

façon, c'est qu'on développe

des nouvelles technologies en

combinant ce qui existe déjà.

Donc, plus on a de technologies,

plus il nous est facile de

créer de nouvelles technologies

et plus on crée de nouvelles

technologies, plus on

crée de ressources.


Texte narratif :
Plus de population Plus de pollution?


PIERRE DESROCHERS

Donc, une autre chose qui

inquiète les gens, notamment

pour ce qui est de la

surpopulation, c'est par

exemple l'impact qu'on a

sur l'environnement. On se dit:

«Bon, si les gens consomment

davantage, bien, forcément, il

va y avoir un plus grand impact

sur l'environnement.» Or, c'est

pas le cas. Si vous regardez

les véritables problèmes de

pollution aujourd'hui, c'est

pas par exemple dans une ville

comme Toronto que vous allez

les observer, mais ce sont dans

les grandes villes des économies

sous-développées. On a les

moyens de prendre soin de

notre environnement d'une façon

qui est souvent pas le cas dans

les économies moins développées.

Donc, ce qui compte,

c'est pas encore une fois

le nombre de personnes,

mais leur comportement.


Texte narratif :
Le développement économique, la solution?


PIERRE DESROCHERS

Pour ce qui est des changements

climatiques et des économies

moins développées, je vous

dirais que la solution, c'est:

bien, il faut qu'elle se

développe. Aucune économie ne

s'est développée dans le passé

sans transiger avec des gens,

avec des économies qui étaient

plus développées.


Des images des fluctuations des différents indices boursiers sont présentées.


PIERRE DESROCHERS

Donc, si

leur avantage comparatif, par

exemple, c'est de produire de

la nourriture ou de produire des

choses qui demandent beaucoup

de mains-d'oeuvre à bon marché,

on devrait acheter tout ce

qu'on peut acheter de ces

économies-là. On n'a pas à leur

faire la leçon. On ne doit pas

leur interdire le développement

économique. Et dans l'état

actuel des technologies,

ça implique: ne pas les empêcher

d'utiliser davantage de charbon,

de gaz naturel et de produits

pétroliers. On doit accepter,

dans le fond, que ces gens-là

ont le droit de se développer

comme nos ancêtres l'ont fait

et que le niveau de vie qu'on

a dans nos économies développées

aujourd'hui est quelque

chose auquel ces gens-là ont

légitimement le droit d'aspirer.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par