Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Cuisiner autochtone, le défi des ingrédients

Bien que la cuisine autochtone commence à prendre sa place sur la scène de la restauration, notamment à Toronto, c’est encore un défi de trouver les ingrédients nécessaires pour cuisiner des plats traditionnels. Candy Blair, une artiste mohawk qui habite la ville reine, nous fait découvrir les recettes qu’elle cuisine depuis sa jeunesse, comme la soupe trois-soeurs, le pain banique ou encore le breuvage aux fraises, et nous parle des défis quand ça vient à s’alimenter selon ses traditions.



Réalisateur: Andréanne Baribeau
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Une jeune femme, OTSIKH:ÈTA (Candy) BLAIR, artiste multi/interdisciplinaire, Nation Mohawk, Clan du loup, coupe des légumes pour cuisiner.


OTSIKH:ÈTA BLAIR

La cuisine autochtone,

c'est pas juste du manger,

c'est plus que ça aussi.

C'est nos cérémonies, c'est nos

traditions, c'est notre culture.

Même pour planter le blé d'Inde,

faut que la terre soit préparée.

Faut que tu pries pour la terre.

C'est de la médecine, c'est...

(langue_etrangere=EN]It's curing you, right.[/langue_etrangere)

Ça t'aide.


OTSIKH:ÈTA fait des courses en commentant sa cuisine.


OTSIKH:ÈTA BLAIR

Je cuisine depuis que je suis

vraiment jeune. J'ai commencé

à observer ma mère quand j'avais

2 ans. Éventuellement, j'ai pris

tout son livre de recettes,

puis j'ai tout mélangé, j'ai

juste fait mes propres créations

depuis que je suis jeune.

La soupe [mot_etranger=EN]Three Sisters[/mot_etranger], c'est

très connu par les Autochtones.

C'est le maïs, les bines

et les courges.

Ça fait longtemps qu'on pousse

ces trois, ensemble. Le [mot_etranger=EN]Three Sisters[/mot_etranger], il y a toute une histoire dessus.

Je parle des Trois Soeurs.


OTSIKH:ÈTA prépare sa soupe.


OTSIKH:ÈTA BLAIR

Le blé d'Inde aide

à pousser les fèves parce que

là, ils poussent sur le blé

d'Inde. La courge aide à faire

l'ombre pour les racines

en dessous. Puis il y a

aussi la nutrition,

ça s'aide tous à pousser.

C'est vraiment intéressant.

(mot_etranger=EN]Strawberry drink[/mot_etranger)

, ça vient de la cérémonie de [mot_etranger=EN]Longhouse[/mot_etranger].

C'est des fraises avec sirop

d'érable et de l'eau. J'avais

l'âge de 12 ans quand j'ai

commencé à faire de la «banik».


On montre la préparation du pain banik.


OTSIKH:ÈTA BLAIR

Je faisais de la banik parce que

j'avais pas d'argent à donner

des cadeaux à des amis, fait

que je faisais de la banik,

je faisais du pain. Le blé, ça

vient de l'Europe originalement,

puis on a comme fait ça

dans un mets traditionnel.

C'est comme une espèce de pain.

Frybread, c'est la même idée,

mais c'est frit dans l'huile.

Est-ce que la cuisine autochtone

à Toronto, c'est un défi?


OTSIKH:ÈTA fait des courses dans des marchés spécialisés.


OTSIKH:ÈTA BLAIR

Pour moi, personnellement, si.

Beaucoup de manque

d'ingrédients. Ça se trouve pas

dans les marchés, faut aller

comme à Ohsweken, Six Nations,

autour de Brantford.

Fait que c'est loin

pour chercher des ingrédients.

On a pas les contacts,

pas assez de gens qui

poussent les ingrédients.

De voir d'autres ingrédients de

partout dans le monde dans les

marchés et non nos ingrédients

d'où on vient, on sent comme on

fait pas partie de notre propre

maison, notre propre terre.

Puis on a pas nulle part

d'autre à aller.

Je trouve qu'il commence

à y avoir un intérêt

de la population pour

le manger autochtone. C'est un

commencement. On voit de plus

en plus de restaurants

autochtones à Toronto,

traditionnels, non traditionnels, mélangés.

Maintenant, on continue de

dire: «Oui, on a notre propre

nourriture, et c'est ça et ça.»

Fait que je trouve que ça aussi,

c'est vraiment un changement.

Dans l'avenir, j'aimerais voir

les arbres de pommes et d'autres

fruits qui vont pousser que

tu peux juste prendre les

fruits, puis il y a personne

qui va avoir faim, que ça ne va

plus être un problème.

Est-ce que je vais manger

la prochaine journée? C'est ça

que je veux dans le futur.


OTSIKH:ÈTA sert un bol de soupe.


Générique de fermeture

Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par