Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

HOMMAGE À SHANNEN KOOSTACHIN

Shannen Koostachin a grandi à Attawapiskat, dans le nord de l’Ontario.

En 1979, son école est contaminée par un déversement d´huile. Elle est remplacée par des portatives. Sans cours, ni terrain de jeux.

Shannen comprend rapidement cette injustice. Elle sait que sans école convenable, les enfants d´Attawapiskat n´ont pas d´avenir non plus.

Elle s´engage à mener le combat pour faire reconstruire l´école. Elle gagne l´attention de son peuple, de plusieurs politiciens dont Charlie Angus et du restant du Canada.

Elle déménage à New Liskeard afin de pouvoir terminer ses études secondaires dans de meilleures conditions, tout en revendiquant les droits de son peuple.

Elle décède le 1 juin 2010, à l´âge de 15 ans dans un accident de voiture.

Elle souhaitait devenir avocate. Elle voulait aider les gens, les plus démunis, son peuple, les autochtones et se battre contre les injustices.

Le 23 septembre 2011, Charlie Angus propose une motion appelée « Le Rêve de Shannen ». La motion devient un mouvement qui a inspiré la jeune Andréa Goulais 14 ans qui vit dans la réserve Nipissing Ouest, près de Sturgeon Falls. Elle est une fière ambassadrice de sa culture autochtone.

La nouvelle école primaire de la Première Nation d´Attawapiskat a été inaugurée en 2014.

En 2017, Shannen Koostachin est nommée comme l´une des 150 plus grands canadiens, pour marquer le 150e du pays.



Réalisateur: Joanne Belluco
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Des images de maisons alignées dans une réserve autochtone sont présentées.


Un extrait d'une conférence de Shannen Koostachin donnée à la Fédération du travail de l'Ontario, le 27 novembre 2009, est présenté.


SHANNEN KOOSTACHIN

(Propos traduits de l'anglais)

Je m'appelle Shannen Koostachin;

j'ai vécu à Attawapiskat presque toute ma vie.

J'ai récemment déménagé à New Liskeard

afin de recevoir une bonne éducation.

Ce que je veux dire par bonne éducation?

J'ai dû partir loin de chez moi...

Quitter ma maison et ma famille.


Des enfants entrent dans une cabane qui constitue leur école.


SHANNEN KOOSTACHIN

(Propos traduits de l'anglais)

Je suis allée à l'école dans des portatives

pendant huit années consécutives.

Notre école d'origine a été contaminée

il y a trente ans et elle a été remplacée

par des portatives...

Et nous sommes bloqués là-dedans depuis...


Des enfants sont à l'extérieur et brandissent des affiches revendicatrices sur lesquelles on peut lire le message suivant : «A school is like a heart, we need a healthy one!».


SHANNEN KOOSTACHIN

(Poursuivant sa conférence)

(Propos traduits de l'anglais)

Vous savez c'est triste de se dire

que depuis tout ce temps, AANC

(Ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada)

n'a rien fait jusqu'à ce jour...


Des enfants sont à l'extérieur et brandissent une affiche revendicatrice sur laquelle on peut lire le message suivant : «We've never seen a REAL SCHOOL, if the Government has its way, we NEVER will».


SHANNEN KOOSTACHIN

(Poursuivant sa conférence)

(Propos traduits de l'anglais)

Ces jeunes élèves pensent toujours

que ces portatives sont de vraies écoles...

Des édifices délabrés...

Je suis très en colère.


Texte informatif :
Shannen Koostachin, 1994-2010


Une jeune femme, ANDRÉA GOULAIS, une résidente la première nation de Nipissing, porte un costume traditionnel s'adresse au public de l'émission en ojibwé. Elle accorde ensuite une entrevue.


ANDRÉA GOULAIS

Je me suis présentée dans ma

langue autochtone ojibwée. J'ai

dit que mon nom, c'est Andréa,

puis je viens de la réserve

de Nipissing First Nation.

Je me définis comme très

ouverte, multiculturelle.

Je fais beaucoup dans la culture

autochtone, mais j'ai la culture

franco-ontarienne aussi.


Au coucher du soleil, au son des tambours, ANDRÉA danse près d'un lac.


L'entrevue se poursuit.


ANDRÉA GOULAIS

J'ai pris connaissance de

l'histoire de Shannen quand elle

a été au Parlement.


Une statue à l'effigie de Shannen Koostachin est présentée.


ANDRÉA GOULAIS

J'avais entendu qu'elle avait travaillé

très fort pour avoir les écoles,

puis c'est pas avant un an ou

deux que j'ai appris qu'elle

venait de comme si proche,

mais elle était à l'école à New

Liskeard. J'étais comme: Wow!

Mes cousins, mes cousines

ont grandi là!


Une photo montrant Shannen en conférence devant un groupe est présentée.


ANDRÉA GOULAIS

Le rêve de Shannen était

de donner un espoir aux

jeunes de sa communauté.


ANDRÉA continue de danser au coucher du soleil sur une musique traditionnelle amérindienne.


ANDRÉA GOULAIS (Narratrice)

J'ai fait de la danse pour

L'écho d'un peuple. Ils m'ont

demandé de faire un

honor song

parce qu'elle est décédée.

J'ai dansé en mémoire d'elle.

La danse du châle signifie

une femme très brave.


ANDRÉA poursuit son entrevue.


ANDRÉA GOULAIS

C'est seulement les femmes qui peuvent

le danser et ça représente une

femme brave et très ambitieuse.

Pour moi, le Rêve de Shannen

veut dire que n'importe quel

Autochtone au Canada mérite

d'avoir une éducation, un bon

endroit pour apprendre, comme

des bonnes écoles.


ANDRÉA continue de danser.


ANDRÉA GOULAIS (Narratrice)

Le Rêve de

Shannen me touche beaucoup parce

que moi, j'ai toujours eu une

bonne éducation. J'ai toujours

eu une belle école. La danse

du châle, ça me donne le courage

d'être n'importe qui que je veux.


Des photos de ANDRÉA défilent. Ces photos présentent ANDRÉA lors de différents rassemblements, alors qu'elle danse.


ANDRÉA GOULAIS (Narratrice)

Shannen, elle avait beaucoup

de courage.


ANDRÉA GOULAIS

(Poursuivant son entrevue)

Pour continuer

son rêve, je fais beaucoup

de présentations de langue dans

les écoles françaises.


Des photos d'élèves sont présentées. Ceux-ci manifestent leur reconnaissance envers Shannen Koostachin, que ce soit par de dessins ou des affiches qu'ils tiennent, lors de l'inauguration de l'emplacement de la nouvelle école e Attawapiskat.


ANDRÉA GOULAIS (Narratrice)

Mon rêve,

c'est d'aider les réserves

à rebâtir leur communauté,

so aider à bâtir des maisons,

des logements et juste à rendre

la vie plus meilleure.


Un homme frappe sur un tambour et chante une chanson traditionnelle en langue étrangère.


Texte informatif :
Shannen Koostachin est décédée dans un accident de voiture le 1er juin 2010, à l'âge de 15 ans. La nouvelle école primaire de la Première Nation d'Attawapiskat a été inaugurée en 2014.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par