Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Qu´est-ce que le Centre canadien du film?

Le Centre canadien du film est une institution supérieure de formation dans les domaines cinématographiques, télévisuels et des nouveaux médias située à Toronto dans un ancien manoir.

Fondé en 1988 par le cinéaste canadien oscarisé Norman Jewison, le CFC est le berceau de la cinématographie canadienne.

La mission du centre est la formation complète des cinéastes canadiens dans tous les secteurs cinématographiques : cours de réalisation, de production et de scénarisation.

Outre la formation, le centre produit aussi de nombreux courts-métrages et longs-métrages.

Le CFC a formé jusqu’ici plus de 1 000 cinéastes canadiens aux carrières internationales comme Vincenzo Natali et Anna Fahr qui a récemment terminé le programme.



Réalisateur: Joanne Belluco
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Un extrait de discours prononcé sur une tribune extérieure par NORMAN JEWISON, cinéaste et fondateur du Centre canadien du film est présenté.


NORMAN JEWISON

(Propos traduits de l'anglais)

Il s'agit de la force créative

qui apportera nos histoires

sur les écrans du monde.

Et nous avons beaucoup

d'histoires à raconter.


Titre :
TFO 24/7


Pendant qu'ANNA FAHR, scénariste et réalisatrice diplômée du Centre canadien du Film, [mot_etranger=EN]Writer's lab 2017[/mot_etranger], on présente l'extérieur du bâtiment qui abrite le Centre canadien du film.


ANNA FAHR

Le CFC, c'est un endroit où

des artistes et des cinéastes

de différentes origines peuvent

se rencontrer et établir

des relations pour pouvoir

éventuellement travailler

ensemble. Et que sont les

histoires qu'on veut raconter.


Différents bâtiments du Centre canadien du film apparaissent dans un décor hivernal. Ensuite, ce sont des photos et des affiches de films qui défilent pendant le témoignage de VINCENZO NATALI, cinéaste diplômé du Centre canadien du film, [mot_etranger=EN] Director's lab 1995, CFC Features 1996 [/mot_etranger].


VINCENZO NATALI

(Propos traduits de l'anglais)

Pendant longtemps, Norman Jewison

avait cette idée de créer

une prestigieuse institution

cinématographique au Canada.

J'imagine qu'il voulait

simplement donner quelque chose

en retour aux Canadiens après

son énorme succès à Hollywood.

Il a dû se dire que c'était

une opportunité d'aider à son tour

ses compatriotes.


ANNA FAHR déambule dans la salle d'accueil du Centre canadien du film. Ensuite, plusieurs salles du centre sont présentées. Sur les murs des photos de réalisateurs célèbres côtoient des affiches de films.


ANNA FAHR (Narratrice)

Quand je regarde les films,

surtout les films des cinéastes

qui font leur premier long-métrage,

une chose que je trouvais

qui était souvent moins

bien faite, c'était le scénario.

C'est quelque chose qui est

important pour moi en tant que

réalisatrice de pouvoir vraiment

écrire un bon scénario.


Différents points de vue de la ville de Toronto sont présentés, puis on retourne à l'extérieur du Centre canadien du film en hiver, pendant que VINCENZO se raconte.


VINCENZO NATALI (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

J'ai postulé au CFC avec quelques

courts-métrages et le scénario

d'un film intitulé «Cube».

Je réalisais depuis que j'étais

tout petit.

J'avais fait des films en 16 mm,

ce qui était assez coûteux

à l'époque et je ne voyais

pas le bout du tunnel.

Je ne savais pas quoi faire ensuite.

Et puis, du jour au lendemain,

ma vie a changé.


Pendant qu'on poursuit la visite du Centre, ANNA poursuit son témoignage.


ANNA FAHR

Il y avait des sessions de

groupes où on travaillait avec

un mentor, Maureen Dorey,

sur nos scénarios. Donc,

on recevait du feed-back.


Le commentaire de VINCENZO se poursuit dans une salle de projection vide. Des personnages extraterrestres utilisés dans ses films sont légèrement mis en lumière sur la scène.


VINCENZO NATALI

(Propos traduits de l'anglais)

J'étais dans le programme

de réalisation qui durait six mois.

C'était essentiellement une série

d'exercices pratiques.

On était dix réalisateurs.

Il y avait le même

nombre de scénaristes.

Plus tard, ils ont ajouté

des producteurs.


Pendant les témoignages d'ANNA et VINCENZO, la visite du Centre se poursuit.


ANNA FAHR (Narratrice)

On avait des acteurs qui sont

venus et ils ont lu notre

scénario à haute voix devant

les autres participants du

programme. Ça, c'est très, très

intéressant de pouvoir entendre

les mots qu'on avait écrits et

de vraiment voir qu'est-ce

qui fonctionne, qu'est-ce

qui fonctionne pas.


VINCENZO NATALI (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

C'était formidable, car j'ai atterri

dans un super groupe,

des gens avec qui je suis resté

proche et avec lesquels j'ai même

collaboré.


Pendant la visite, on s'arrête devant une photo d'un groupe d'étudiants du Centre.


ANNA FAHR (Narratrice)

Le scénario avec lequel j'ai

fait ma demande, c'est un film

que j'ai écrit qui s'appelle

(mot_etranger=EN]Places In Between.[/mot_etranger)


Quelques extraits du film [mot_etranger=EN

Places in between [/mot_etranger]

d'Anna Fahr sont présentés pendant son commentaire.]


ANNA FAHR

Les derniers mois au CFC,

j'ai eu la chance

de vraiment retravailler le

scénario. Aussi de créer une

promo que j'espère va aider

la continuation du projet.


Pendant le commentaire de VINCENZO NATALI, des extraits de son film [mot_etranger=EN]Elevated[/mot_etranger] sont présentés.


VINCENZO NATALI

(Propos traduits de l'anglais)

Je crois qu'on apprend

en faisant. Et c'était une formation

très pratique. On a vraiment

appris le métier en travaillant

avec les acteurs, en travaillant

ensemble. Au cours des exercices,

je faisais en sorte de sortir

de ma zone de confort

et j'ai réalisé des films

que je n'aurais pas faits autrement.


ANNA témoigne et simultanément différents extraits de son travail avec les acteurs défilent.


ANNA FAHR

Travailler avec mes acteurs,

c'est quelque chose qui m'avait

beaucoup marquée. Je me suis

rendu compte que quand on fait

du casting, il faut pas juste

chercher quelqu'un qui a

la nationalité qu'on cherche.

Il faut vraiment chercher la

personne qui peut jouer le rôle.


De nouveaux extraits de son long-métrage «Cube» de VINCENZO défilent pendant son témoignage.


VINCENZO NATALI

(Propos traduits de l'anglais)

Travaille sur le projet

«long-métrage» du CFC a été

le moment le plus important

de ma carrière, car il m'a permis

de réaliser mon premier film.

En dépit des contraintes financières

et temporelles, j'ai pu réaliser

mon film avec une complète

liberté artistique.

Après avoir fait ce film,

j'ai pu entamer ma carrière

de cinéaste.


De nouveau, les bâtiments occupés par le Centre canadien du film apparaissent dans un décor hivernal.


ANNA FAHR (Narratrice)

Moi, je suis un enfant

d'immigrants. Pratiquement

tous mes amis sont enfants

d'immigrants. On a un pied ici

et un pied à l'étranger.

Pour moi, c'est en Iran.


VINCENZO NATALI (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Je crois qu'on se doit d'avoir

une vision internationale.

La pire chose qui pourrait

arriver à l'industrie du film canadien

serait de devenir une industrie

repliée sur elle-même.

On a besoin d'aller au-delà

de nos frontières.]


Plusieurs photos récentes et plus anciennes montrant le fondateur du Centre, NORMAN JEWISON et des étudiants défilent.


ANNA FAHR

C'est une force dans

le cinéma canadien.


VINCENZO NATALI (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Peu importe où je suis,

je serai toujours un cinéaste canadien.


Une dernière photo de NORMAN JEWISON parlant à un groupe d'étudiants apparaît.


Générique de fermeture

Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par