Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

La culture hip-hop de Thunder Bay

La culture hip-hop est très présente à Thunder Bay et la communauté soutient ses artistes, graffeurs et musiciens.

Les dernières années ont vu la création des plus grandes fresques collaboratives de graffitis de la ville grâce au collectif « Die Active ».

Cette association vise à encadrer et soutenir de futurs artistes tout en créant des peintures murales de graffitis uniques et contemporaines. Plus de 780 artistes ont émergés grâce à « Die active ». Chaque été, ils sont encouragés à mettre en oeuvre une série de projets collectifs pratiques, avec l’aide de mentors. Les membres deviennent à leur tour des mentors, des bénévoles et des artistes établis qui exposent et travaillent dans les arts. Mais également des individus ayant les compétences en leadership nécessaires pour développer leurs propres projets artistiques et culturels qui contribuent à enrichir la communauté.

Le musicien hip-hop George Palosaari connu sous le nom de scène de Preme est originaire de Winnipeg et fait partie du collectif d´artistes autochtones Stressed Street. Il utilise sa musique pour soutenir des causes et amasser des fonds pour des organismes de charité de la région. En tant qu´artiste indépendant, Il a participé à plus de 100 spectacles à travers le Canada et contribue à la vitalité de la scène hip-hop de Thunder Bay.

Musiques additionnelles : PREME

Images additionnelles :
Die Active Art Collective, Definitely Superior Art Gallery, North Light Media Collective, Jason Thacker, Vov Abraxas.



Réalisateur: Joanne Belluco
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Des jeunes font des graffitis sur des murs.


CÉLINE MARTI, une résidente de Thunder Bay, accorde une entrevue. Durant l'entrevue, de nombreuses images de graffitis défilent en plus de jeunes graffiteurs qui réalisent ces oeuvres.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

Quand on parle

de graffitis, d'art urbain,

d'art mural, je pense que ce qui

est intéressant et important

de noter, c'est qu'il y a

des choses qui se font

un peu dans l'illégalité,

pour des initiés qui savent se

lire entre eux.

Ici, dans le cas

du Die Active Art Collective,

on fait plutôt appel à des

murales ou de l'art urbain,

où là, c'est tout à fait légal.

Ça s'adresse à tout le public, à

tous les gens qui marchent dans

la rue. Par contre, ce qui est

important de noter, puis

c'est là où c'est pas vraiment

une murale, c'est qu'il y a

pas de commande. Donc, les

propriétaires n'ont absolument

rien à dire, les artistes ont

complètement carte blanche

pour faire ce qu'ils veulent.


Des jeunes, montés sur des escabeaux, réalisent des graffitis.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

Le Die Active Art Collective

a été fondé en 2009. C'est

un groupe d'artistes qui se sont

inscrits dans la communauté.


Des jeunes utilisent des pochoirs pour réaliser leurs graffitis.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

Ce sont des artistes émergents qui

travaillent avec des artistes

qui ont plus d'expérience, et

ceux-ci font un peu de mentorat

avec eux pour les orienter vers

des gros projets durant l'été,

dont un, c'est les graffitis

urbains qu'ils font

principalement

au centre-ville de Thunder Bay.


Une table tournante est présentée, puis des images de PREME, un artiste hip-hop, sur scène, sont présentées. Ces images sont présentées, tandis qu'il accorde une entrevue.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Je suis un artiste hip-hop autochtone.

Je fais partie d'un groupe qui se nomme

Stressed Street. On est un collectif

pancanadien d'artistes majoritairement

autochtones. J'utilise ma musique

pour aider des causes comme Standing Rock.


La photo d'une manifestation est présentée.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

Beaucoup d'artistes autochtones canadiens

y sont allés pour utiliser leur talent afin

d'aider et de protester.


CÉLINE MARTI poursuit son entrevue, tandis que différentes images de Thunder Bay sont présentées.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

Il y a une iconographie

qui est extrêmement variée.

Je veux dire, on a la faune,

la flore. On est dans le nord

de l'Ontario, donc c'est sûr que

c'est présent partout pour nous.


D'autres images de graffitis défilent.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

Il y a des personnages,

du travail au pochoir,

les techniques sont différentes.

Puis souvent, en fait, le

regroupement veut laisser chaque

artiste aussi carte blanche.

Donc, il y a pas vraiment

de message commun aux oeuvres

qui sont créées. Ils vont

plutôt avoir un peu

une idée globale, puis ensuite,

c'est à chacun d'exprimer

ce qu'il a envie d'exprimer.


PREME poursuit son entrevue, alors que d'autres images le montrent sur scène.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

En tant qu'artiste indépendant, sans aucun

appui d'un label majeur, mon succès

repose entièrement sur mes épaules.

Il faut se faire connaître et faire

autant de concerts que possible.

J'ai dû faire plus d'une centaine

de concerts à Thunder Bay.


CÉLINE MARTI poursuit son entrevue, alors que des images de jeunes graffiteurs réalisant leurs oeuvres sur des murs de commerces de la ville sont présentées.


CÉLINE MARTI

Eux s'insèrent dans un processus

de revitalisation vraiment

du centre-ville. Ils veulent

s'engager en tant que groupe

avec la communauté, avec

les commerçants pour rendre

Thunder Bay plus vivant.


PREME poursuit son entrevue. Des images de graffiteurs au travail sont présentées.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

En conduisant en ville, vous remarquerez

plusieurs artistes de graffiti très talentueux.

On voit tout de suite une relation entre

la culture hip-hop et Thunder Bay.


CÉLINE MARTI poursuit son entrevue. Des images de graffitis défilent.


CÉLINE MARTI

En fait, c'est un de leurs plus

gros buts, c'est vraiment de

travailler avec les jeunes, de

les intégrer dans la communauté

artistique puis de leur

faire réaliser un projet.


PREME poursuit son entrevue, alors que d'autres images le montrent sur scène.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

J'ai perdu mon père quand j'étais

en 10e année et la musique m'a

beaucoup aidé à surmonter ça.

J'ai déménagé souvent un peu partout

au Canada, c'était difficile

de me faire accepter. Quand j'ai commencé

à faire du hip-hop, j'ai trouvé

une communauté.


CÉLINE MARTI poursuit son entrevue. Des images de graffitis défilent.


CÉLINE MARTI (Narratrice)

On a beaucoup de chance,

les citoyens ici, à Thunder Bay,

parce que le collectif fait

appel en fait à la générosité

des propriétaires des immeubles.

Donc, par exemple, ici,

le propriétaire de l'immeuble

a donné son mur et aussi,

il finance, en fait,

il paie pour la peinture qui est

utilisée pour la murale.

Donc, tout est gratuit et puis

le collectif d'artistes offre

aussi gratuitement son temps

pour créer les murales.


PREME poursuit son entrevue, alors que d'autres images le montrent sur scène.


PREME (Narrateur)

(Propos traduits de l'anglais)

On organise une vitrine d'artistes locaux

pour amasser des fonds pour des organismes

de charité de la région.

C'est quelque chose de très important

pour moi. J'utilise mon talent pour

redonner à ma communauté.

Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par