Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Yo Mobile : un autobus pour venir en aide aux démunis

Mario Dussault est un ex-itinérant décidé à aider les démunis de la communauté de Timmins. Grâce à la générosité de la communauté, Mario opère un autobus, la Yo Mobile. Cet autobus est converti en restaurant pour aider les plus démunis de sa communauté. Plusieurs bénévoles participent le vendredi et samedi soir en offrant des repas dans l’autobus chauffé qui est stationné à l’hôtel de ville de Timmins. Quotidiennement, ce sont environ cent cinquante personnes fréquentent la Yo Mobile.



Réalisateur: Eric Bachand
Année de production: 2017

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Des images montrent des édifices de la ville. L'un porte l'inscription: [mot_etranger=EN]Victory Tavern[/mot_etranger].


MARIO DUSSAULT, le fondateur de l'autobus «Yo Mobile», se confie en entrevue depuis l'intérieur de son autobus. Tout au long de l'entrevue, ses propos sont accompagnés des images le montrant en action. Il vient d'abord chercher une boîte de sandwichs dans un local qu'il amène dans son autobus.


MARIO DUSSAULT

À un moment donné, bien, je me

suis ramassé sans abri. Ça m'a

amené à avoir de la misère

puis là, les problèmes

de drogue ont embarqué.


Des images montrent MARIO DUSSAULT roulant dans la ville.


MARIO DUSSAULT

Un jour, il y a quelqu'un

qui m'a aidé à m'en sortir de ça

et je me suis fait une promesse.

Je me suis promis que si un jour

j'étais capable, je ferais de

quoi pour aider les sans-abris.

Et c'est de là qu'est venue

l'idée de la «Yo Mobile». Ça fait

déjà sept ans qu'on fait ça tous

les vendredis et les samedis. Et

c'est de 7 heures à minuit.


Des images montrent MARIO DUSSAULT stationnant son autobus dans un stationnement désert près d'une affiche indiquant : [langue_etrangere=EN

Reserved

His worship

the mayor

(/langue_etrangere].)


MARIO DUSSAULT

Je pensais jamais que

ça allait devenir si gros que ça,

mais c'est tout à cause

des gens de Timmins.

C'est pas juste Mario Dussault

en arrière du camion, hein.

C'est une équipe. S'il y avait

pas de donations des gens,

il y en aurait pas de «Yo Mobile».


Le soir est tombé, des bénévoles amènent des bouteilles d'eau et d'autres provisions dans l'autobus dont l'intérieur est aménagé avec des tables et des chaises.


COLETTE FORTIER, une bénévole et sa fille adolescente JESSIE sont assises dans l'autobus.


COLETTE FORTIER

Je connaissais Mario

personnellement et puis

il m'avait conté son histoire

de «Yo Mobile». Donc, je lui

ai demandé si je pouvais

emporter ma fille sur l'autobus,

lui montrer c'est quoi

puis faire du bénévolat un soir.

Et trois ans plus tard,

on est encore ici.


Des images montrent JESSIE et COLETTE distribuant des repas à des personnes assises à l'intérieur de l'autobus.


JESSIE FORTIER

J'ai rencontré des personnes

dans la «Yo Mobile» qui sont sur

la drogue, mais si tu regardes

passé ça, ce sont des personnes

très gentilles, polies

et puis, ils pourraient faire

comme des bonnes affaires.


COLETTE s'adresse à un usager en anglais et dépose un sac de nourriture dans son sac à dos.


JASON SEREDA est intervenant à la coalition des sans-abris de Timmins. Durant son témoignage, il se trouve dans une rue de Timmins devant des commerces.


JASON SEREDA

(Propos traduits de l'anglais)

La vie des sans-abris

est très différente

dans une petite ville,

principalement

parce qu'il n'y a pas

de ressources. Les gens

ne s'imaginent pas

que l'itinérance existe.

Donc les ressources

n'ont jamais été développées

adéquatement.


Des images montrent SÉBASTIEN, un usager de la «Yo Mobile» qui entre dans l'autobus, de soir.


JASON SEREDA

(Propos traduits de l'anglais)

La «Yo mobile» est un endroit

où les gens se sentent en sécurité.

Ils savent qu'ils peuvent

faire confiance à Mario.


SÉBASTIEN entre dans l'autobus et salue MARIO.


JASON SEREDA

(Propos traduits de l'anglais)

C'est un endroit où ils peuvent aller

dans la nuit s'ils n'ont nulle part

où aller. C'est un lieu sécuritaire

qui procure un sentiment d'appartenance.


MARIO DUSSAULT

L'idée de la Yo Mobile était

pas juste de nourrir les gens.

C'est de les aider. C'est bien

plus que d'amener un sandwich

et une soupe, tu sais.

C'est: «T'as besoin d'aide,

on est là, on peut t'aider.»


À l'intérieur de l'autobus, MARIO apporte du jus à des adolescents.


JASON SEREDA

(Propos traduits de l'anglais)

Mario et les gens de la «Yo Mobile»

sont incroyables. Mario est authentique.

Quand on demande aux gens pourquoi

ils n'acceptent pas les services,

ils nous disent que les services

ont tendance à être bureaucratiques

et on cherche trop à les catégoriser.

Mario n'est pas comme ça.

Il va s'asseoir avec toi,

il va t'accepter, peu importe qui tu es.


MARIO DUSSAULT

Icitte, on juge pas personne.

On ouvre la porte: «Bonjour.»

Quand ils rentrent dans le bus,

que ce soit monsieur, madame,

c'est un roi, c'est une reine,

c'est un prince, c'est une princesse.

OK? C'est le seul

temps où on les achale pas. On

leur demande ce qu'ils veulent,

on les sert. C'est un restaurant

et c'est [mot_etranger=EN]free[/mot_etranger].

On donne tout:

des manteaux, des bottes,

des tuques, tout ce dont ils ont

besoin. Et j'ai gagné leur

confiance comme ça parce que

les gens de la rue, tu gagnes

pas leur confiance de même.


SÉBASTIEN est un usager des services de la «Yo Mobile».


SÉBASTIEN

Mario puis son équipe sont

toujours «pepés», grandes

mains, grand coeur, toujours

des sourires, toujours la joie,

surtout que le monde sont

dans la misère, fait que

c'est beau à voir les gros

sourires et ça arrête pas.


Des images montrent COLETTE discutant avec SÉBASTIEN. Puis, COLETTE se confie en entrevue, seule dans l'autobus.


COLETTE FORTIER

Ils viennent ici pour manger

et puis pour se réchauffer.

Mais en même temps, ils ont

vraiment une chance de se parler

entre eux-mêmes.


MARIO sert une soupe à un homme en s'adressant à lui en anglais.


COLETTE FORTIER

Parler à nous aussi,

les bénévoles, voir Mario.


MARIO DUSSAULT

Oh, c'est certain qu'il y en a

qui ont toutes sortes

d'opinions, hein...

La «Yo Mobile», ça va les aider à...

Ça les aide juste à pas aller

travailler, tu sais. Il y a bien

des fois qu'ils savent pas

comment s'aider. Ils savent

juste pas comment. C'est pas

qu'ils veulent pas, ils savent

pas comment. Quand t'es à terre,

là, et que t'es dépressif ou que

t'es... Tu comprends? Comment

tu fais pour t'en sortir?

«Qu'est-ce que je fais?»

Ils savent même pas.


Des images montrent les rues et les ruelles de la ville, l'hiver.


JASON SEREDA

(Propos traduits de l'anglais)

Outre le fait de ne pas avoir

d'endroit où dormir,

d'avoir froid et d'avoir faim,

la chose que nous devons changer

c'est ce sentiment d'isolement.

Les gens sont laissés à eux-mêmes

ce qui engendre d'autres problèmes.


MARIO DUSSAULT

Les gens qui viennent dans

la «Yo Mobile»,

c'est M. Tout le monde.

OK, je vais te donner

un exemple. J'ai une madame de

70 ans qui a pas de problèmes du

tout, mais qui est toute seule.

Elle a pas de famille, elle

vient dans le bus juste prendre

un café et jaser avec nous

autres. Tu sais? Comme, il y a

beaucoup de problèmes de drogue

à Timmins, beaucoup de personnes

en santé mentale aussi, tu sais.

L'important de ça, c'est que ces

personnes-là, bien des fois ont

besoin d'aide. Ces personnes-là

ont besoin de voir un médecin

parce qu'ils ont besoin de

médication et ils le savent pas.

En sept ans, on a sorti sept

personnes de la rue. C'est pas

beaucoup, mais c'est sept.

C'est de même que je le vois.


Des images montrent des gens entrant dans l'autobus stationné, le soir. Puis, BILL, un usager de l'endroit, se confie.


BILL

(Propos traduits de l'anglais)

La pauvreté n'est pas un choix.

C'est une réalité.


MARIO DUSSAULT

Je défie n'importe qui qui a

une vie à l'aise de passer

juste une nuit dehors. Une.

Pas une semaine, deux semaines,

deux mois. Rien qu'une.

Ils vont comprendre.


Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par