Image univers TFO 24.7 Image univers TFO 24.7

TFO 24.7

TFO 24.7, le nouveau regard francophone. Un magazine qui divertit, informe et commente les découvertes sociales et culturelles de notre francophonie canadienne. TFO 24.7 met à l'avant-scène les artisans, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les leaders et toutes celles et ceux qui font vibrer notre francophonie d'un bout à l'autre du pays. Reportages, chroniques, entrevues, humour, opinions, une émission qui pose un regard authentique sur notre identité franco-canadienne.

Partager

Vidéo transcription

Parler cannabis

C’est aujourd’hui, le jour où le Canada devient le premier pays du G7 à légaliser le cannabis à usage récréatif. Alors que le débat est de plus en plus polarisé sur les effets de sa consommation, nous avons demandé à un père et sa jeune adolescente de parler cannabis. Voici le résultat de cette discussion franche et ouverte qui pourrait inspirer d’autres parents à aborder le sujet. Comme quoi parler de la consommation de cannabis avec ses enfants demeure le meilleur moyen de les aider à prendre des décisions éclairées.



Réalisateur: Eric Bachand
Année de production: 2018

Accessibilité
Déterminer le comportement de la visionnneuse vidéo:

video_transcript_title-fr

Texte narratif :
Nous avons demandé à un père et sa fille de nous parler de cannabis


Texte narratif :
As-tu déjà consommé du cannabis?


YVES DOYON

Puisque je suis un gars

curieux, oui, certain.

Fin secondaire et surtout comme

jeune adulte à l'université,

là, c'était un peu plus

fréquent que maintenant.


LOIRE DOYON

La première, première fois,

je me souviens pas comme...

exactement, mais je suis pas mal

certaine qu'on... C'était comme

soit le grand frère d'un de

mes amis ou un cousin, quelque

chose du genre, comme ça.

On était sortis. On était

comme trois, quatre filles...

On parle et «on va peut-être

essayer ça pour la première

fois, là.» Et c'était bien

(mot_etranger=EN]chill[/mot_etranger)

.

C'était pas super

intense, mais c'était une

bonne expérience quand même.


Titre :
TFO 24.7


YVES DOYON

J'aurais plus

de préoccupations par rapport

à l'alcool que le cannabis,

en fait. On avait déjà eu

des conversations par rapport à

l'alcool. Ça fait que je rentre

ça pas mal dans la même affaire

et tu sais, la priorité,

c'est qu'elle se sente

(mot_etranger=EN]safe[/mot_etranger)

de parler de pas mal tout

et n'importe quoi à la maison,

comparé à d'autres endroits.

Ça faisait partie un peu

de la même thématique. Et là,

on est capables de partir de

cette compréhension de base là

et là ensuite, parler

des considérations, tu sais,

pour éclairer ses choix.

On peut pas choisir

pour elle. Elle va faire

ce qu'elle veut. C'est une ado.


Texte informatif :
En 2015, 12% des Canadiens ont consommé du cannabis. Chez les 18 à 24 ans, cette proportion atteint 28%.


YVES DOYON

(S'adressant à LOIRE)

Fait que sachant que le cannabis

va être légalisé, qu'est-ce

que tu penses de ça en général?


LOIRE DOYON

Pour moi, directement,

ça va pas changer grand-chose

à cause que j'ai pas l'âge de

m'en procurer légalement. Mais

c'est certain que quand je vais

m'en procurer, ça va venir

d'une source un peu plus

fiable à cause que ça va

venir directement de, comme,

disons, le LCBO de drogues.


YVES DOYON

Du pot.

Fait que ça va être rassurant

pour toi de savoir la source

et qu'il y a pas

de cochonnerie dedans?


LOIRE DOYON

Oui, non,

(mot_etranger=EN]for sure[/mot_etranger)

,

à cause

que comme même si j'aime pas

l'admettre comme je suis

toujours en train de prendre

un risque quand je suis

en train de fumer du pot

juste à cause que je sais pas

d'où ça vient exactement.


Texte informatif :
Avec la légalisation, les producteurs doivent identifier la concentration en THC. Seulement les détails factuels peuvent être insérés sur l'emballage.


YVES DOYON

(S'adressant à LOIRE)

Ça fait longtemps que

ça devrait être décriminalisé.

Je pense que, de un, ça va

générer du revenu en taxes, en

impôts, comme l'alcool le fait.

Deuxièmement, je pense que même

s'il y en a plein qui seront pas

d'accord avec ça, je pense

que ça a plein de bénéfices

santé aussi. J'ai une préférence

des impacts du cannabis. Si

on compare à l'alcool, écoute,

moi, je regarde le comportement

du monde, si on regarde des gens

qu'on connaît qui ont fumé

une couple de

«poffes», comparés

à ceux qui ont pris une couple

de bières ou qui ont bu un peu

trop, qui deviennent baveux

ou qui veulent se battre ou...

Tu sais? Ou que ça contribue à

l'agression à tous les niveaux.

Comme... tu verras pas

grand monde en train de piquer

une bataille dans la cour en

avant parce qu'ils ont fumé une

«poffe» de trop comparé à une

bière de trop.


LOIRE rit.


YVES DOYON

Ce qui est encore

plus le fun pour moi, parce

que je déteste la boucane, c'est

que potentiellement, je vais

être capable de le manger.


LOIRE rit.


YVES DOYON

Manger le cannabis, tu sais.

Oui. Même si c'est pas fréquent.

Pareil comme prendre un bon

verre de vin ou n'importe

quoi, tu sais. Ça va juste

pouvoir être intégré dans

les affaires dans le quotidien.


Texte informatif :
La vente de produits comestibles à base de cannabis n'est pas permise, mais il est parfaitement légal d'en cuisiner à la maison.


YVES DOYON

(S'adressant à LOIRE)

Selon toi, qu'est-ce qui fait

que quelqu'un devient

dépendant du cannabis?


LOIRE DOYON

Moi, je me trouve comme une

personne assez saine. Comme j'ai

eu une enfance très saine. J'ai

deux jobs. Comme, je travaille

bien, je suis à l'école.

J'ai une bonne réalité. Mais

disons ceux qui ont soit perdu

quelqu'un ou que c'est un peu

moins facile, leur quotidien,

je pense que c'est comme ça

que tu peux tomber dans cette

dépendance-là. Comme avec le

cannabis autant qu'avec l'alcool

ou n'importe quoi vraiment.


YVES DOYON

Comme n'importe quel

stimulant, t'en prends trop,

bien là, ça a des effets

néfastes. Le pot, c'est pareil.

Même si en petites doses,

on dit que ça fait pas de tort,

quelqu'un qui fume à tous les

jours, qui dépend de ça, perd

son ambition, perd sa mémoire,

tu sais. Fait que ça,

ça me dérange. Des gens

qui sont désengagés parce

qu'ils dépendent de ça. Et ça va

être de voir si le système

tient compte de ça au niveau des

services sociaux et de l'appui

et, comment je dirais ça?

De la sensibilisation

des effets. Comme l'alcool,

comme n'importe quel autre

produit, de la surutilisation.


Texte informatif :
Environ 9% des adultes qui consomment du cannabis développent une dépendance. Pour l'alcool, c'est 15%.


YVES DOYON

(S'adressant à LOIRE)

Est-ce que la dépendance

te préoccupe soit pour toi

ou pour certains de tes amis

et ça occupe quelle place, ça,

la dépendance potentielle?


LOIRE DOYON

J'ai déjà dû arrêter

des amitiés à cause de leur

dépendance au pot et à cause de

comment fréquemment eux autres,

ils étaient en train de s'en

servir et plus spécifiquement,

la raison pour être en train de

s'en servir. À cause que si t'es

complètement, complètement

sain et que t'es en train

de fumer pour relaxer le soir ou

quoi que ce soit, je m'en fous.

Mais si t'es en train de

fumer juste avant d'aller

à l'école ou avant d'aller

au travail, il y a...


YVES DOYON

Différentes motivations.


LOIRE DOYON

Oui, c'est ça.


YVES DOYON

Fait que tu dépends pour ça

et/ou c'est un abandon

ou t'essaies de te cacher

ou d'éviter quelque chose.


LOIRE DOYON

Exactement, oui, oui.


YVES DOYON

OK, je comprends. Tout

en modération, ça peut être

vraiment le fun et ça peut

contribuer à la qualité de vie.


LOIRE DOYON

Il y a-tu un moment qui est

le plus comme parfait, disons,

pour consommer du cannabis?


YVES DOYON

Bien, je pense que c'est

davantage quelque chose de

social. Bien, c'est un peu des

deux, hein. Ça peut être quelque

chose qui est très solitaire. Tu

sais, pour décompresser ou pour

savourer un moment. Je donnais

l'exemple de s'asseoir et

écouter de la bonne musique ou,

tu sais, juste d'arrêter. Parce

qu'on arrête tellement rarement.

Ça peut contribuer à un arrêt

aidé, si on peut le dire comme

ça. Sinon, en contexte social,

je trouve que ça encourage

les gens à être curieux et

d'encourager la discussion,

pareil comme une coupe de verre

de vin ou un bon scotch.


La collection de vinyles d'YVES et son tourne-disque sont présentés.


YVES DOYON

Moi, si j'ai des conseils à donner,

c'est juste d'engager les

gens qu'on aime à en parler.

Surtout comme parents, tu sais.

Moi, que ce soit n'importe quoi,

qu'on parle d'alcool, de

sexualité, de cannabis ou

de n'importe quoi, de santé

mentale, peu importe la

thématique, c'est juste

d'en parler et pas avoir peur.

Mais ça veut dire aussi d'être

transparents comme parents

avec des paramètres et des

cadres et des conditions ou

des considérations, tu sais.

Fait que si tu choisis de faire

ça, bien, sache qu'il y a ça,

ça, ça, ça, ça comme effets

avec. Pas juste pour toi,

mais comme pour moi, tu sais.

C'est un peu ça qui est dans

la nouvelle [mot_etranger=EN]game[/mot_etranger].

Ça va juste

encourager tout le monde à se

parler et surtout s'écouter.


Générique de fermeture

Épisodes de TFO 24.7

>Choisissez une option de filtrage par âge, fiction, ou saison

  • Catégorie Saison
  • Catégorie Divertissement
  • Catégorie Documentaire
  • Catégorie Éducation
  • Catégorie Fiction
  • Catégorie Musique
  • Catégorie Reportage

Résultats filtrés par